Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Altaïr Despres, Se faire contemporain. Les danseurs africains à l’épreuve de la mondialisation culturelle

Publications de la Sorbonne, Paris, 2016, 288 p.
Marie Buscatto
Référence(s) :

Altaïr Despres, Se faire contemporain. Les danseurs africains à l’épreuve de la mondialisation culturelle, Publications de la Sorbonne, Paris, 2016, 288 p.

Texte intégral

1Les mondes de l’art sont un exemple probant de la circulation mondiale des produits culturels à l’œuvre dans les sociétés contemporaines : romans, danseurs, pièces de théâtre, musiciens ou œuvres plastiques voyagent sans cesse d’un pays à l’autre. Les acteurs et les actrices de cette mondialisation sont nombreux — publics, artistes, critiques d’art, agents culturels, diplomates, universitaires ou familles — et interviennent à de multiples niveaux. Comment alors penser ce qu’Altaïr Despres nomme « mondialisation culturelle » ? Doit-on y voir plutôt l’effet d’une domination culturelle d’un « centre » vers la « périphérie » ? Ou s’agit-il plutôt d’un éclatement des références et des dispositifs sur de vastes territoires ? À rebours de ces deux analyses univoques, Altaïr Despres envisage la mondialisation culturelle comme un processus complexe d’échanges et de négociations engageant de nombreux acteurs et actrices. À partir du cas de la « danse contemporaine africaine », l’auteure s’intéresse ainsi à reconstruire les manières dont des institutions, des groupes, des individus se trouvent « pratiquement engagés dans des formes de connexions culturelles transnationales » (p. 13).

2Pendant cinq années d’enquête, l’auteure a réalisé un solide travail ethnographique dans plusieurs pays (Mali, Burkina Faso, Tunisie et France), observant des répétitions, des spectacles, des moments de vie commune et échangeant de manière informelle avec les personnes observées. Elle a complété ce corpus par soixante entretiens formels avec des danseurs africains et des professionnels de la culture impliqués dans la promotion de la danse contemporaine africaine. Elle a enfin exploité différentes archives afin de produire une perspective socio-historique. Construit autour de cinq chapitres, l’auteure s’efforce ainsi de démontrer que la naissance de cette danse contemporaine africaine est « tour à tour, un objectif diplomatique et politique, une opportunité professionnelle inespérée, une niche artistique à explorer, une ressource migratoire » (p. 20). Sa perspective, résolument anthropologique, ne traite guère cependant des aspects économiques de cette mondialisation culturelle, si ce n’est comme des ressources — subventions, achats de spectacles — mobilisées par certains et par certaines pour faire naître certaines pratiques ou certaines œuvres d’art.

3Au début des années 1990 on assiste à l’entrée de danseurs africains dans le champ de la danse contemporaine, sous la double impulsion d’institutions publiques et d’agents privés. Du côté des agents privés, on trouve notamment des chorégraphes contemporains à la recherche de nouvelles références pour répondre à l’appel à l’originalité et à l’innovation caractéristique de l’art contemporain. Par leurs voyages en Afrique, ces chorégraphes et danseurs occidentaux suscitent l’intérêt de certains danseurs africains et leur ouvrent de nouvelles perspectives. Or, dans le prolongement des actions traditionnelles de coopération diplomatique à l’œuvre sur ce continent et de financement des actions artistiques par les institutions publiques, ces développements sont rendus possibles grâce aux interventions financières et institutionnelles des acteurs publics de la coopération africaine et de la danse contemporaine participant à l’organisation et/ou au financement de festivals, de voyages ou de spectacles dédiés à cette nouvelle forme dansée.

4La danse contemporaine africaine ainsi créée prend des formes spécifiques. À travers les stages de formation, les festivals ou les échanges entre créateurs et intermédiaires culturels, est progressivement favorisée la production d’œuvres répondant aux attentes de la danse contemporaine occidentale : recherche de l’abstraction, du minimalisme et de l’innovation. Les œuvres créées par les chorégraphes africains et bénéficiant des aides du monde de la danse contemporaine occidentale sont aussi celles qui présentent un certain visage de l’Afrique, celui de ce que l’auteure nomme la vie « urbaine », le « bordel africain », les « souffrances de la modernité », le « sexe » ou la « violence ». Les chorégraphies valorisées sont ainsi fondées sur une hybridation originale entre une certaine esthétique dansée et une certaine vision de l’Afrique.

5Or, cette réappropriation par des acteurs extérieurs à l’Afrique est rendue possible par l’attrait a priori improbable que la danse contemporaine a constitué pour certains jeunes Africains dès les années 1990. Loin de l’idéal vocationnel souvent décrit pour rendre compte de l’appel à la carrière artistique dans les pays occidentaux, la danse contemporaine africaine va surtout attirer ceux (et rarement celles) situés aux échelons les moins élevés de la société et pratiquant la danse dans des contextes festifs. Contre le dénigrement social et familial initialement associé à l’exercice de la danse comme métier, ces derniers construisent un double prestige associé à l’exercice de cette pratique nouvelle : des gains économiques importants (comparativement aux autres activités qui leur sont ouvertes), la possibilité du voyage en Europe tant valorisé dans les pays africains — voire de la migration définitive pour certains.

6Mais cette mobilité sociale et économique ne se fait pas sans difficultés. D’une part, l’entrée stable dans cette pratique corporelle ascétique, disciplinée et régulière suppose, selon l’expression d’A. Despres, une « réforme des corps et des esprits » qui se fait souvent à coups de sanctions et de menaces (d’exclusion de la pratique, de perte de gains économiques ou de retrait de certains spectacles) par les chorégraphes qui portent la création de spectacles. Les jeunes danseurs doivent accepter de passer par une socialisation professionnelle dont les principes moteurs sont fort éloignés de leurs habitudes passées. D’autre part, le voyage à l’étranger tant adulé s’accompagne de nouvelles épreuves de domination du fait de migrations peu favorables — incertitude dans l’obtention des papiers, discriminations et racisme vécus dans les pays d’accueil, difficulté de pérenniser l’emploi en Afrique ou en Europe. L’accès à cette pratique, et aux gains économiques et symboliques associés, suppose d’accepter et de surmonter des épreuves symboliques et identitaires parfois douloureuses, souvent contraignantes.

7Ce livre, nourri d’un travail empirique de grande qualité, donne à voir aussi bien la complexité du processus d’émergence d’une certaine danse contemporaine africaine que les différents processus participant à lui donner sa forme actuelle. Il aurait encore gagné à mieux préciser les déterminants sociaux de cette mondialisation culturelle. On aurait aimé ainsi en savoir plus sur ceux et celles qui participent à créer ce nouveau genre chorégraphique. L’auteure décrit longuement les danseurs d’origine populaire qui entrent dans ce monde de l’art alors même que plusieurs danseurs mentionnés, dont les plus visibles, sont issus des classes moyennes africaines favorisées. Comment expliquer ce paradoxe ? Elle décrit des femmes peu présentes sur la scène contemporaine africaine dansée, mais les spectacles font bien travailler des femmes. D’où viennent-elles ? Comment réussissent-elles à s’entraîner et à être recrutées dans un contexte initial très hostile à leur présence ? Ou encore, quels sont les déterminants sociaux amenant certains professionnels de la culture occidentaux à s’investir dans ce nouveau champ chorégraphique ? Une analyse plus serrée et systématique des profils sociaux des différents acteurs et actrices aurait aidé à une analyse sociologique plus aboutie. Ces remarques n’enlèvent rien cependant au grand intérêt que tout sociologue trouvera à la lecture d’un livre rigoureux et savant sur un sujet méconnu et pourtant en pleine actualité sur les questions de migrations, de mondialisation ou de création abordées d’un point de vue résolument anthropologique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Buscatto, « Altaïr Despres, Se faire contemporain. Les danseurs africains à l’épreuve de la mondialisation culturelle », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 59 - n° 2 | Avril-Juin 2017, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 27 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/690

Haut de page

Auteur

Marie Buscatto

Institutions et dynamiques historiques de l’économie et de la société (IDHES), UMR 8533 CNRS – Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, 16, boulevard Carnot, 92340 Bourg-La-Reine, France
marie.buscatto[at]univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals