Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Philippe Steiner et Marie Trespeuch (dir.), Marchés contestés. Quand le marché rencontre la morale

Presses universitaires du Midi, Toulouse, 2015, 344 p.
Denis Colombi
Référence(s) :

Philippe Steiner et Marie Trespeuch (dir.), Marchés contestés. Quand le marché rencontre la morale, Presses universitaires du Midi, Toulouse, 2015, 344 p.

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, Philippe Steiner et Marie Trespeuch proposent d’étudier les « marchés contestés » plutôt que les « marchandises contestées ». Que signifie ce déplacement du regard ? Plutôt que les interactions qui rendent acceptable l’échange de certaines marchandises contestées, ce sont les dispositifs marchands qui intéressent ici : les lois, les normes, les règles, l’organisation matérielle, les catégories, etc., qui permettent ou ne permettent pas les échanges. Après une introduction fixant le cadre général et donnant de grandes clefs de lecture, l’ouvrage se compose de neuf contributions qui sont autant d’études de cas.

2Les situations sont en effet diverses. Certains de ces marchés sont si contestés qu’ils ne parviennent jamais à exister : c’est le cas, notamment, pour l’adoption internationale. D’autres, au contraire, finissent par se mettre en place, mais toujours de façon particulière : si un marché du cannabis existe dans certains pays, c’est toujours confiné à certains lieux, et à certaines personnes ; les jeux d’argent ont connu une organisation en monopole avant une ouverture à la concurrence assortie de toutes sortes de garde-fous, etc. C’est que la contestation ne disparaît jamais complètement : elle est simplement « refroidie » par certains dispositifs, mais reste toujours constitutive, au moins en tant que menace, des arrangements qui se mettent en place.

3Qu’est-ce alors que le marché dans cette perspective ? On comprend qu’ici le terme ne peut servir à désigner une forme particulière et idéale d’échange puisque, précisément, c’est la pluralité des formes qui importe. Pourtant, il ne peut s’agir non plus d’une manière commode de désigner les échanges et leurs modalités puisque l’enjeu est de contrôler ou de tenir à distance, y compris par des dispositifs « non marchands », une certaine forme de commerce. Pour sortir de ces difficultés, les auteurs passent par la morale : le marché est défini comme porteur d’une morale particulière, « catallactique », qui fait la part belle à l’efficacité et qui mesure la valeur des hommes et des choses au nom de celle-ci. Il s’agit ainsi moins d’étudier le fonctionnement du « marché » (au singulier) que les arrangements que suscite l’existence de cette morale, que ce soit par adhésion à celle-ci ou, au contraire, par son rejet.

4Les différentes contributions décrivent autant de trajectoires de marchés contestés. En effet, si les approches théoriques convoquées sont multiples, c’est une présentation narrative et historique qui prime : il s’agit de raconter et d’identifier les épisodes successifs de contestation ou de promotion des marchés. La richesse empirique est de mise, avec des descriptions fines des débats, des acteurs en présence, des solutions mises en œuvre, etc. Les lecteurs plus particulièrement intéressés par tel ou tel terrain y trouveront leur compte. Ce choix conduit cependant à ce que l’accent soit mis plutôt sur le récit que sur l’explication. Ce n’est pas un défaut : c’est la juxtaposition de ces neuf trajectoires qui permet à la fois de dessiner un cadre commun et de suggérer des conclusions.

5Chaque contribution s’attache en effet à identifier, parmi les acteurs en présence, des « entrepreneurs de cause » qui cherchent soit à obtenir la mise en place d’un marché soit, tout au contraire, à l’empêcher. Les compromis et les rapports de force sont variables, mais il en ressort notamment une importance centrale des acteurs publics : c’est à l’État que l’on fait appel, et c’est souvent en son sein, entre les différents acteurs qui le composent, que s’établissent tant les tensions que les compromis. Il est difficile, alors, de ne pas voir tout ce que le marché doit à cet État parfois présenté, de façon trop rapide, comme son exact contraire. Cela n’étonnera guère les sociologues, mais est toujours bon à rappeler. Surtout, les liens entre l’État et le marché apparaissent ici plus complexes, et faisant intervenir un plus grand nombre d’acteurs, que l’on ne le présente généralement.

6Un autre point qui ressort des cas étudiés est la façon dont ces entrepreneurs de cause en viennent à faire appel, dans leurs discours, à des « populations fragiles » qu’il faudrait protéger contre le marché ou, au contraire, aider par le marché. Le cas le plus évident est sans doute celui des enfants qui justifient le contrôle sur la pornographie ou la drogue. Ce peut être aussi les « pervers » ou les « joueurs compulsifs » qu’il faut protéger contre eux-mêmes. Lorsque ceux-ci sont menacés par une population « dangereuse » de marchands sans scrupules, l’argument se retourne et justifie la mise en place d’un marché accompagné de dispositifs de confinement pour éviter les affres du marché noir.

7La lecture des chapitres fait d’ailleurs apparaître que ces populations fragiles ont peu voix au chapitre : on parle beaucoup d’elles, et en leur nom, mais elles ont rarement l’occasion de parler. Cela peut paraître évident quand il s’agit des enfants ou encore des saumons transgéniques, mais certains cas illustrent comment des choix sont faits quant à ceux que l’on défend. Mathieu Trachman relate ainsi comment, dans les années 1970, des mouvements féministes, critiques d’une libération sexuelle vue comme à l’avantage des hommes, ont violemment contesté le marché pornographique au nom d’une critique de la libération sexuelle. Ce n’est pourtant pas au nom de la protection des femmes contre l’exploitation sexuelle que se fera finalement l’encadrement du marché pornographique, mais plutôt au nom de la défense des mineurs.

8Enfin, c’est la diversité et la fragilité des dispositifs qui apparaît comme particulièrement cruciale. Les récits montrent que les frontières des marchés contestés sont mouvantes, et que les dispositifs qui les contiennent ou les encadrent sont susceptibles de changer assez rapidement. C’est pour Philippe Steiner et Marie Trespeuch un moyen de « nourrir la thèse foucaldienne de la gouvernementalité », « cette forme du gouvernement d’autrui, caractéristique du néolibéralisme », qui passe par le marché. Parce que, moralement, on recherche plus le « moindre mal » que le « meilleur », les frontières des marchés et les marchés eux-mêmes se recomposent au gré du travail de redéfinition de ce « moindre mal », souvent avec une place accrue des experts et une certaine « sanitarisation » des problèmes publics. Il n’en reste pas moins que l’étendue des cas présentés rendrait sans doute utile la construction d’un modèle explicatif qui soit à même de rendre compte de leurs variations. C’est évidemment un travail difficile, mais cet ouvrage est peut-être un premier pas dans cette direction.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Colombi, « Philippe Steiner et Marie Trespeuch (dir.), Marchés contestés. Quand le marché rencontre la morale », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 59 - n° 2 | Avril-Juin 2017, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 27 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/692

Haut de page

Auteur

Denis Colombi

Centre de sociologie des organisations (CSO), UMR 7116 CNRS et Sciences Po, 19, rue Amélie, 75007 Paris, France
colombi.denis[at]gmail.com

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals