Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Thomas Reverdy, La construction politique du prix de l’énergie. Sociologie d’une réforme libérale

Presses de Sciences Po, Paris, 2014, 320 p.
Jean Finez et Scott Viallet-Thévenin
Référence(s) :

Thomas Reverdy, La construction politique du prix de l’énergie. Sociologie d’une réforme libérale, Presses de Sciences Po, Paris, 2014, 320 p.

Texte intégral

1L’ouvrage de Thomas Reverdy porte sur le processus de libéralisation du secteur énergétique au cours des deux dernières décennies et, plus particulièrement, sur l’ouverture à la concurrence des marchés français de l’électricité et du gaz destinés aux clients industriels. L’auteur a pris le parti de consacrer la majeure partie de ses analyses à la construction politique des prix, analyseur et fil directeur des transformations marchandes du secteur. Fruit d’une enquête basée sur des entretiens auprès de différents acteurs impliqués dans ces changements (responsables d’entreprises productrices ou consommatrices d’énergie, experts du secteur, membres de l’administration et parlementaires), sur une analyse documentaire (textes officiels français et européens, rapports publics, prises de position des experts, etc.) et sur des observations, la recherche montre que les marchés sont des institutions flexibles. Construites en s’appuyant sur des modèles importés d’autres espaces économiques, adaptées aux contextes (techniques, politiques, économiques, juridiques…), renégociées en permanence au gré de l’évolution des jeux politiques et sociaux, les règles des marchés de l’énergie s’avèrent au bout du compte fort éloignées des canons de la théorie économique standard. Après une longue introduction théorique, au croisement des Science and Technology Studies et de la sociologie néo-institutionnaliste américaine, l’ouvrage propose une histoire en trois étapes des transformations des marchés de l’énergie depuis la mise en concurrence progressive des années 1990.

2La première partie revient sur la diffusion du modèle marchand en Europe dans les années 1990 et sur la construction d’un modèle de concurrence. Si l’adhésion de la Commission européenne à la doctrine libérale ne fait pas de doute, l’ouverture à la concurrence des industries de réseau est aussi un outil d’intégration politique des pays membres. L’organisation du marché européen de l’énergie s’inspire d’expériences jugées efficaces et enviables : privatisation du secteur électrique au Royaume-Uni et aux États-Unis, création d’un « marché spot » (marché au comptant) en Norvège, etc. Cependant, la tradition monopolistique et étatique reste prégnante et les importations de ces modèles étrangers sont partielles. En outre, si des bourses de l’énergie se développent en Europe, la majorité des transactions continuent à se faire en dehors des marchés spot.

3La deuxième partie décrit la crise de la croyance économique qui touche bientôt le secteur. Alors que la baisse du prix de l’électricité de la fin des années 1990 légitime le référentiel marchand, la forte hausse des années 2000 nourrit des doutes sur la capacité du marché à organiser l’activité. Cette crise s’avère d’autant plus profonde que les autorités de régulation sont incapables d’apporter un diagnostic clair. Et, tandis que les clients industriels soupçonnent les fournisseurs d’électricité de gonfler artificiellement leurs prix, EDF affirme que la hausse des prix était prévisible. Dès lors, chacun trouve des arguments en faveur de la réforme qu’il défend. La Commission européenne et certains économistes qui gravitent autour d’elle prônent une meilleure intégration européenne du marché de l’énergie. A contrario, le gouvernement français et le Parlement souhaitent construire un modèle alternatif protégeant l’industrie française des variations des prix et assurant la pérennité de la filière nucléaire.

4La troisième partie est consacrée à la réintroduction d’un tarif réglementé en France à la fin des années 2000, remettant partiellement en cause la régulation par les prix de marché. Cette séquence met au jour l’inventivité des experts qui mobilisent tantôt la théorie économique et tantôt le droit pour justifier leurs réformes auprès des institutions européennes : « le marché est une institution suffisamment souple pour autoriser différentes variations » (p. 223). Plus que l’efficacité, c’est la stabilisation et le contrôle des prix qui sont recherchés, dans le cadre d’un market design avant tout politique.

5En analysant finement les transformations du secteur de l’énergie, l’enquête sociologique révèle que la libéralisation du marché nécessite de résoudre des problèmes techniques auxquels la discipline économique et le droit ne proposent pas de solutions prêtes à l’emploi. L’auteur met en évidence les nombreuses entorses au « paradigme de la concurrence » (p. 53), au nom d’un réalisme pratique et politique. Les acteurs de la libéralisation de l’énergie « bricolent » le marché, colmatent les brèches les plus apparentes et sujettes à la critique, inventent de nouveaux modèles qui éloignent parfois l’organisation du secteur des principes libéraux dont ils se réclament. Voilà pourquoi les marchés français de l’électricité et du gaz se différencient tant du point de vue de leur architecture concurrentielle que par les mécanismes de détermination des prix. Cette recherche sur l’énergie peut d’ailleurs se lire comme une contribution à l’étude de la diffusion, en France, des modèles néolibéraux dans les industries de réseau qui, tout en partageant un air de famille, suivent leurs propres trajectoires marchandes. Si l’ouvrage complexifie la lecture des marchés, on peut cependant regretter le peu d’informations qu’il contient sur les profils et les trajectoires des acteurs des réformes libérales et sur les jeux internes aux organisations, en particulier chez les opérateurs historiques. Car si les hauts dirigeants d’EDF et de GDF sont plutôt favorables à la libéralisation, on peut faire l’hypothèse que les syndicats, quasi absents des analyses, pèsent au moins indirectement sur les transformations économiques du secteur.

6Le second apport majeur de l’ouvrage est de montrer la place des idées, des croyances et des représentations dans les dynamiques de construction des marchés. L’auteur reprend d’ailleurs à son compte le principe de performativité pour mettre en évidence la fonction de la discipline économique. Les acteurs mobilisent ainsi certains outils et arguments, se réfèrent à certains experts et construisent des modèles de légitimation ad hoc, adaptés aux intérêts qu’ils défendent. Il est indéniable que la circulation des idées économiques est intersectorielle et internationale et que les acteurs des réformes ont été influencés par les expériences des pays anglo-saxons. On peut cependant se demander si, en se focalisant sur l’importance prise par la référence aux théories économiques et sur les mécanismes de fixation des prix, l’auteur ne minimise pas certains principes de légitimité pourtant au fondement des pratiques des acteurs. Dans un secteur historiquement marqué par la présence de l’État, la référence aux principes du « service public » et la stratégie du « champion national » contribuent encore directement à structurer le champ. Ces deux paradigmes demeurent producteurs de pratiques et de discours qui participent aux trajectoires des marchés de l’énergie, et ils coexistent avec les préceptes de l’économie néo-classique qui constituent l’assise du paradigme de la concurrence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Finez et Scott Viallet-Thévenin, « Thomas Reverdy, La construction politique du prix de l’énergie. Sociologie d’une réforme libérale », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 59 - n° 2 | Avril-Juin 2017, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 26 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/695

Haut de page

Auteurs

Jean Finez

Centre lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques (Clersé), UMR 8019 CNRS et Université de Lille, Sciences et Technologies, bâtiment SH2, 59655 Villeneuve d’Ascq Cedex, France
jeanfinez[at]gmail.com

Scott Viallet-Thévenin

Centre de sociologie des organisations (CSO), UMR 7116 CNRS et Sciences Po, 19, rue Amélie, 75007 Paris, France
scott.viallet-thevenin[at]m4x.org

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals