Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Benjamin Lemoine, L’ordre de la dette. Enquête sur les infortunes de l’État et la prospérité du marché

La Découverte, Paris, 2016, 308 p.
Edoardo Ferlazzo
Référence(s) :

Benjamin Lemoine, L’ordre de la dette. Enquête sur les infortunes de l’État et la prospérité du marché, La Découverte, Paris, 2016, 308 p.

Texte intégral

1Benjamin Lemoine propose dans cet ouvrage de mettre en cause l’évidence de la dette de l’État telle qu’elle est désormais connue, à savoir comme des titres financiers dont les taux d’intérêt s’imposent aux États. Les débats publics ne questionnent plus cette forme de financement mais véhiculent une vision pathologique de la dette qu’il faudrait réduire au plus vite. Le premier constat réalisé consiste ainsi à souligner cet écart entre une technique de financement de l’État, exclue des débats, et une publicisation croissante du problème de la dette, se traduisant souvent par des injonctions politiques à la diminuer en limitant la dépense publique. C’est cette hégémonie de la dette de marché que B. Lemoine interroge en montrant qu’elle est le fruit d’une histoire politique bercée de controverses et d’épreuves aux issues incertaines qui l’ont finalement confortée.

2L’auteur déroule ainsi une enquête de sociologie politique, divisée en deux parties, sur le problème économique de la dette de l’État. Il s’immisce, grâce à un travail d’archives et d’entretiens, au sein des institutions du capitalisme (État, économie, finance) et dévoile les évolutions qui ont fait bouger les formes de problématisation de la dette publique. Il narre l’histoire qui a amené l’État à promouvoir, non sans résistances, la dette de marché et à accepter son ordre, avant d’analyser la stabilisation actuelle des lignes de partage entre argent privé et public. Loin d’être déterminée, la naturalisation d’une solution de marché pour le financement de l’État est un choix politique volontaire d’abandonner toute souveraineté législative et réglementaire pour autonomiser les fonctions bancaire, financière et monétaire de l’État et les soumettre aux seuls jugements des marchés.

3La première partie est une analyse historique de la mise en marché de la dette, centrée sur l’évolution du mode de financement de la dette de l’État. Elle montre notamment comment le circuit du Trésor, mis en place au sortir de la Guerre et consistant en un système circulaire de centralisation de l’épargne bancaire garantissant des ressources sécurisées à l’investissement public, a progressivement été démantelé pour favoriser la mise en marché de la dette de l’État dès les années 1960, et ceci selon un consensus transpartisan entre la droite et la gauche. L’analyse insiste notamment sur le travail de sape des fonctionnaires du Trésor pour imposer leurs bonnes pratiques de financement de l’État, à savoir une marchandisation sans cesse accrue et innovante de la dette, conçue comme une nécessité technique et apolitique. L’actuelle dette de marché est donc le fruit du passage d’un régime à un autre, résultant de luttes au sein de l’administration publique. Elle a été construite et est sortie renforcée de la résolution des épreuves techniques et politiques auxquelles elle a été confrontée. Ces épreuves ont dans le même temps balisé l’ensemble des possibles politiques et économiques dans la mesure où la mise en marché s’est accompagnée de l’utilisation de technologies qui véhiculent un diagnostic partial du problème des finances publiques.

4La seconde partie de l’ouvrage traite plus spécifiquement de la manière dont la dette est devenue un objet politique aujourd’hui central dans le débat public. À travers l’étude de plusieurs épisodes marquants des trente dernières années, B. Lemoine analyse la façon dont les technologies de quantification de la dette, loin d’être neutres, dictent certaines politiques publiques et en empêchent d’autres. Il montre notamment comment elles ont généré une vision unique qui considère la dette comme un fardeau pour les générations futures et qui trouverait ses origines dans l’incurie d’un personnel politique incapable de réduire la dépense publique.

5B. Lemoine souligne notamment que l’avènement de l’Union monétaire européenne a déporté la compétition entre États vers la valeur des titres de dette publique, évaluée par les acteurs financiers selon le niveau de conformation des États aux normes comptables édictées à Maastricht. La dispute politique ne porte plus sur les modalités de calcul de la dette en elles-mêmes mais sur le degré de respect réel des critères. Si l’utilisation de la dette brute, indicateur utilisé par la Commission européenne, est parfois confrontée à des épreuves de justification — notamment lorsqu’elle est mise en regard du calcul d’une dette nette qui prendrait en compte les actifs des États —, celles-ci aboutissent systématiquement, jusqu’à présent, à la réaffirmation de la légitimité d’une politique visant à discipliner budgétairement les États.

  • 1 Début juillet 2005, Thierry Breton, ministre des Finances, a donné mission à Michel Pébereau, prési (...)

6Illustration en est faite avec les controverses sur l’enregistrement comptable du paiement futur des retraites des fonctionnaires qui ont alimenté les débats, notamment lors de la rédaction du rapport Pébereau1. Il s’agissait de déterminer si cette future charge constitue un engagement implicite, similaire à une dette, de la puissance publique vis-à-vis de ses fonctionnaires, au même titre qu’un emprunt auprès de financiers privés. Cette actualisation des dépenses de retraites futures matérialise un souci politique pour un nouvel acteur, les générations futures, ce qui implique pour les partisans d’une telle approche de sacrifier certaines dépenses budgétaires courantes pour rendre soutenable le système. Cette technique comptable donne ainsi à voir une considération particulière de l’État, celle d’un État faillible qui se doit d’être constamment évalué et discipliné pour demeurer pérenne.

7B. Lemoine interroge pour conclure le traitement des retraites comme une véritable dette, une dette « sociale », ce qui reviendrait à considérer que les engagements de retraite devraient être tenus aussi fermement que le remboursement de la dette financière. Il discute également l’assimilation des générations futures à un ensemble homogène qui efface les antagonismes de classes en leur sein. La question est donc de savoir vis-à-vis de quelles catégories sociales l’État se sent le plus engagé : les épargnants détenteurs de titres de dette ou les bénéficiaires de la dépense sociale ?

8Cet ouvrage relate une histoire oubliée, celle de l’édification politique d’un ordre de la dette qui restreint l’ensemble des possibles imaginables. En mettant à jour l’existence de boîtes noires échappant aux débats publics, B. Lemoine repolitise le problème de la dette et élargit le champ de la controverse et de la critique.

9Ce livre alimente donc plus généralement des débats cruciaux, à la fois sur l’objet même de la dette publique et sur les manières de l’analyser. D’une part, les résultats présentés constituent des avancées inédites dans la recherche sur l’endettement public. L’on ne peut dès lors que souhaiter qu’ils soient croisés ultérieurement avec d’autres éléments qui n’apparaissent qu’en filigrane dans l’ouvrage, comme les effets de la politique fiscale sur la dette publique ou la coopération entre le Trésor français et les administrations nationales étrangères pour libéraliser les marchés internationaux de la dette publique. D’autre part, la recherche menée montre l’intérêt scientifique majeur de dépasser les aspects strictement quantitatifs de la dette pour l’inscrire dans des représentations et des processus sociaux et politiques plus larges. Comme le rappelle André Orléan dans la préface, la preuve est faite de l’intérêt d’intégrer les analyses d’autres sciences sociales pour traiter des problèmes économiques.

Haut de page

Notes

1 Début juillet 2005, Thierry Breton, ministre des Finances, a donné mission à Michel Pébereau, président du Conseil d’administration de BNP Paribas, de former une commission chargée de rédiger un rapport sur la dette publique française. La commission a rendu son rapport, dit « rapport Pébereau », en décembre 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Edoardo Ferlazzo, « Benjamin Lemoine, L’ordre de la dette. Enquête sur les infortunes de l’État et la prospérité du marché », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 59 - n° 2 | Avril-Juin 2017, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 12 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/699

Haut de page

Auteur

Edoardo Ferlazzo

Centre d’étude des mouvements sociaux (CEMS), Institut Marcel Mauss, UMR 8178 CNRS et EHESS, 54, boulevard Raspail, 75006 Paris, France
edoardo.ferlazzo[at]gmail.com

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals