Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Nicolas Roussellier, La Force de gouverner. Le pouvoir exécutif en France, XIXe-XXIe siècles

Gallimard, Paris, 2015, 848 p.
Damien Lecomte
Référence(s) :

Nicolas Roussellier, La Force de gouverner. Le pouvoir exécutif en France, XIXe-XXIe siècles, Gallimard, Paris, 2015, 848 p.

Texte intégral

1Fruit d’une décennie de travail, c’est un ouvrage imposant que délivre Nicolas Roussellier sur l’histoire du pouvoir exécutif : on est impressionné, à la lecture, par la rigueur du travail de l’historien, la grande finesse des analyses et l’élégance classique de l’écriture. Dans ce livre appelé à devenir une référence incontournable, l’auteur démontre le changement radical opéré dans l’histoire de la République en France : le passage, progressif mais massif, d’une République du Parlement, fondée sur le rejet du pouvoir personnel et sur la délibération, à la République du Président, dotée d’un chef suprême dont découle la politique nationale, ce qui constitue un renversement complet de la tradition républicaine des origines.

2Si le sous-titre du livre semble annoncer un récit historique s’étalant sur trois siècles, l’essentiel de la démonstration s’étend en fait des débuts de la IIIe République, dans les années 1870, jusqu’au triomphe du gaullisme des années 1960 : c’est donc au cours d’un petit siècle que se produit ce basculement majeur. Dans son analyse de ce qui n’est pas une rupture soudaine, mais l’aboutissement d’évolutions multiples, contingentes et convergentes, l’historien ne se focalise pas sur les textes constitutionnels : il porte attention aux petits faits matériels, aux pratiques réelles des acteurs et aux conditions concrètes du travail gouvernemental. Intégrant les dimensions administratives et militaires du pouvoir exécutif, il analyse comment se construisent les représentations politiques et la figuration du pouvoir.

3Le pouvoir exécutif est un angle mort de la tradition républicaine : il est difficile de penser un pouvoir subalterne qui ne serait que l’exécutant de la volonté formulée par la « nation assemblée », tout en étant en charge de l’administration et des affaires courantes. Cette difficulté va se révéler au cours de l’expérience républicaine, au sein même du régime très parlementariste de la IIIe République. Les grandes réformes républicaines sont bien issues de la délibération des assemblées, et non de l’exécutif : N. Roussellier prend l’exemple emblématique de la loi de 1905 pour montrer que celle-ci est l’aboutissement d’un vrai processus parlementaire. Pourtant, les difficultés dans l’application de la loi obligent à recourir à la capacité d’initiative de l’État : le gouvernement et ses administrations retrouvent une marge d’action, d’autant que la doctrine juridique valorise le droit administratif, qui légitime l’action de l’État au service de l’intérêt général.

4Par ailleurs, la figure présidentielle, construite et introduite dans l’édifice républicain par les monarchistes, s’impose progressivement, acquérant un pouvoir symbolique en tant qu’incarnation de l’unité, puis un vrai pouvoir d’information et d’expertise ayant une influence discrète et informelle. Si les républicains voulaient originellement séparer le pouvoir exécutif et le commandement militaire, la Première Guerre mondiale rend nécessaire la réintégration du fait militaire dans le fait gouvernemental, ce que confirme trente ans plus tard l’expérience de la France libre. Un pouvoir politico-militaire unifié et personnalisé s’installe, et avec lui l’idée d’un exécutif qui trouve sa légitimité propre dans le fait d’être opérationnel pour faire face aux circonstances et agir directement au service de l’intérêt national selon son jugement.

5Inspirées par l’organisation scientifique du travail, les réformes en apparence « techniques » de l’organisation gouvernementale aboutissent à l’émergence d’un véritable chef de gouvernement, capable de coordonner l’action des administrations. Entité distincte du législatif et doté d’un programme propre, qui n’est pas que l’exécution de la volonté parlementaire, l’exécutif acquiert des armes d’action avec l’extension du pouvoir réglementaire autonome, d’abord comme solutions d’urgence face aux impératifs de la guerre et des crises, puis comme fonctionnement normal de l’État pour mener ses politiques publiques. La Ve République gaullienne est la dernière étape de cette transformation radicale en coupant le lien parlementaire. Le Président de la République, guide de la Nation adoubé par le peuple, capte les pouvoirs du gouvernement et agit au nom des intérêts supérieurs de l’État, tandis que les assemblées sont désormais sommées de soutenir l’action de l’exécutif et de ne pas l’encombrer ni la ralentir par leurs divisions incessantes.

6Cette brillante démonstration aurait pu s’élargir à ses deux extrémités : pour analyser plus longuement la période allant de la Révolution à 1875, mais surtout pour poursuivre l’analyse, car si certaines transformations récentes sont très rapidement évoquées en conclusion, les évolutions ultérieures aux années 1960, liées notamment aux alternances et cohabitations, auraient mérité d’être considérées. De même, si le présidentialisme gaullien est très bien analysé, des comparaisons seraient utiles pour montrer la spécificité française notamment par rapport aux régimes européens primo-ministériels ou au régime présidentiel des États-Unis.

7L’analyse est logiquement centrée sur le pouvoir exécutif, mais l’évolution décrite s’est faite avec le consentement au moins passif du législatif : si le rôle de la discipline partisane est bien sûr mentionné, les évolutions touchant aux partis et leurs impacts sur les élections et pratiques parlementaires pourraient être davantage explorés, notamment dans l’apparition de ce « fait majoritaire » inattendu et pourtant devenu élément-clef du régime. Parallèlement aux réformes du travail gouvernemental, on aurait pu aussi relever que les conditions matérielles du travail parlementaire se sont paradoxalement améliorées alors que le Parlement s’est affaibli — sans combler pour autant la dissymétrie avec l’exécutif.

8Il serait toutefois injuste de reprocher des manques à un livre déjà extrêmement dense et à la thèse aussi rigoureusement et finement étayée et agréable à lire. Avec cet ouvrage aussi passionnant que stimulant, N. Roussellier pose de nombreuses questions sur la démocratie représentative et les défis à relever pour construire un régime politique qui réhabiliterait la délibération et accomplirait la forme moderne de l’idéal républicain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Damien Lecomte, « Nicolas Roussellier, La Force de gouverner. Le pouvoir exécutif en France, XIXe-XXIe siècles », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 59 - n° 2 | Avril-Juin 2017, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 21 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sdt/702

Haut de page

Auteur

Damien Lecomte

Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP), Université Paris I Panthéon-Sorbonne, Département de science politique, 14, rue Cujas, 75005 Paris, France
dlecomte[at]assemblee-nationale.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals