Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 54 - n° 3Comptes rendusLa force de l’ordre. Une anthropo...

Comptes rendus

La force de l’ordre. Une anthropologie de la police des quartiers, D. Fassin

Seuil, Paris (2011). 393 p.
Manuel Boucher
p. 421-423
Référence(s) :

Didier Fassin, La force de l’ordre. Une anthropologie de la police des quartiers, Seuil, Paris, 2011, 393 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage est issu d’une « enquête ethnographique » ayant pour objet principal la compréhension des rapports entre les forces de l’ordre et les habitants des banlieues périphériques populaires. Au commencement du livre, Didier Fassin souligne qu’il s’acquitte d’une double dette. D’un côté, à l’égard des « jeunes des quartiers de banlieue » dont l’expérience est notamment marquée par des interactions conflictuelles, voire, dans certains cas, meurtrières avec les forces de l’ordre. D’un autre côté, Didier Fassin exprime également sa gratitude à l’égard des policiers, notamment des « chefs ». Ils ont permis la réalisation d’un travail d’observation de près de deux ans sur les activités policières de « patrouilleurs de rue » d’une brigade anti-criminalité (BAC) au sein de quartiers populaires de la banlieue parisienne alors que, souvent, leurs modes d’action sont décriés dans l’opinion publique, en particulier dans les médias, pour le caractère brutal, voire provocateur, de leurs interventions. Le livre débute par la description d’une scène d’interpellation impliquant des jeunes (dont il nous révèle que l’un d’entre eux est son fils) et qui, selon l’auteur, caractérise parfaitement de nombreuses autres interpellations qu’il a pu observer durant son enquête. La description et l’analyse de cette scène d’interpellation dévoilent en grande partie le fil rouge du projet éditorial du livre : décrire et dénoncer le processus de soumission et de sujétion imposé par l’État régalien aux personnes vivant dans les quartiers populaires défavorisés, en particulier les jeunes d’origine étrangère ou considérés comme tels, stigmatisés, discriminés et finalement contraints de se soumettre aux modes d’intervention, souvent vexatoires et disproportionnés, de la « police des quartiers ». Dans l’ouvrage, cette police est incarnée par des policiers de la BAC chargés de faire respecter l’« ordre établi » (les policiers de la BAC sont le plus souvent en civil et ont pour missions principales, d’une part, de lutter contre la délinquance en faisant du flagrant délit et, d’autre part, de maintenir l’ordre public dans la rue). En effet, tout au long du livre, c’est bien la relation d’assujettissement que le contrôle d’identité instaure dans la rue (arbitraire/discrimination/soumission) qui est au cœur de la description des pratiques policières quotidiennes : « Le contrôle d’identité est un pur rapport de force qui fonctionne comme un rappel à l’ordre — non pas à l’ordre public, qui n’est pas menacé, mais à l’ordre social » (p. 145). Dès le préambule, on comprend donc que les « habitants des banlieues » assignés à résidence, socialement déconsidérés et humiliés, en particulier lorsqu’ils sont confrontés à la police, sont d’abord pensés par l’auteur comme les « victimes » d’un ordre social injuste et souvent abusivement violent à leur encontre puisqu’ils doivent se constituer « en sujets dociles face aux forces de l’ordre » (p. 25). Néanmoins, Didier Fassin indique également qu’au lieu de faire le procès des policiers, il lui a semblé s’imposer qu’il devait mener une enquête sur l’activité des forces de l’ordre dans les banlieues (p. 28).

2Dans la pratique, le livre est constitué, en plus de l’introduction où sont présentés le protocole de recherche et les limites du travail, de sept chapitres thématiques (situation, ordinaire, interactions, violences, discriminations, politique, morale) dans lesquels sont décrites et analysées des situations et représentations guerrières entre la police et les quartiers populaires. Ainsi, dans le premier chapitre, où il est dit que les principaux protagonistes se considèrent souvent comme des ennemis, il est souligné (p. 71) que « la question sociale se transforme en question martiale ». Des interventions policières ordinaires (chapitre 2) sont également décrites, au sein desquelles, à côté du sentiment d’ennui qui se dégage de plusieurs observations (p. 110), des interactions asymétriques (chapitre 3), des techniques de contrôle appliquées sans discernement (p. 195), c’est-à-dire avec violence, des attitudes et comportements discriminatoires (chapitres 4 et 5), « racistes » (quand ils stigmatisent par idéologie) et « racialistes » (quand ils différencient par pragmatisme) (chapitre 4 et 5) permettent aux policiers d’associer les « cités »à une « jungle » (p. 87). Dans un contexte politique national et local de criminalisation croissante des conduites déviantes et de stigmatisation accrue des habitants de quartiers populaires d’origine étrangère (chapitre 6), dans le sillage des idées d’extrême droite, paradoxalement, les policiers apparaissent alors comme des « victimes » des fauteurs de désordres (accroissement exponentiel des accusations d’outrage et de rébellion contre personne dépositaire de l’autorité publique). Pris en tension entre un principe de justice et une logique de ressentiment (p. 301), les policiers peuvent donc légitimer d’un point de vue moral (chapitre 7) la mise en œuvre d’une « justice de rue » qui leur est propre, caractérisée notamment par des pratiques vexatoires, des techniques d’intimidation, des processus d’essentialisation assimilant, par exemple, des travailleurs sociaux d’origine étrangère à de potentiels délinquants (p. 164–165). Enfin, dans la conclusion, à partir des principaux résultats de la recherche sur la BAC étudiée, Didier Fassin tente d’extrapoler ses réflexions au reste de la police nationale mais surtout interroge la réalité de la « démocratie » en réaffirmant que, globalement, les policiers agissant au nom de la République font tout autre chose que de maintenir l’ordre public puisqu’ils ont une fonction de « rappel à l’ordre social » (p. 327) vis-à-vis des populations des quartiers populaires victimes d’injustices et de processus disqualifiants (p. 330).

  • 1 Cf. C. Grignon, J.‑C. Passeron, Le Savant et le populaire, misérabilisme et populisme en sociologie (...)

3Indéniablement, l’apport principal du livre de Didier Fassin est la description minutieuse et approfondie des scènes observées qui, d’une part, souligne les pressions politiques, institutionnelles et médiatiques auxquelles les policiers sont confrontés, notamment la pression du chiffre et, d’autre part, montre bien les dérives possibles que l’« habilitation spécifique à l’usage de la force » accordée aux policiers peut générer. En revanche, cette enquête souffre également de nombreuses limites tant d’un point de vue méthodologique que déontologique. Tout d’abord, il est toujours gênant qu’une simple monographie serve de base à la production de propos globalisants sur des situations sociales complexes et hétérogènes (effet de métonymie) comme le sont les relations polices/jeunes dans les quartiers populaires. Ainsi, la singularité de la brigade observée, particulièrement brutale, raciste et dirigée par un chef affirmant des idées d’extrême droite, n’est pas suffisamment questionnée. De même, les logiques de provocation, voire de réification réciproques coproduites par les jeunes et les policiers sont peu interrogées. Dans cette enquête, il existe aussi des biais ethnocentriques qui, certes, menacent tous ceux qui s’intéressent aux « mondes populaires » : favoriser une vision « misérabiliste » venue d’« en haut » ou bien privilégier un point de vue « populiste » et enchanté de ces mondes1. En l’occurrence, le livre de Didier Fassin souffre de ce deuxième travers. Même s’il affirme qu’il a privilégié la compréhension du « côté de la police » et occasionnellement du « côté des cités » (p. 328), La force de l’ordre développe un a priori empathique unilatéral à l’égard des « habitants de cité » d’abord associés à des victimes de l’oppression de l’ordre social. L’ensemble des analyses de Didier Fassin semble donc surtout dictées par un « principe d’indignation » prenant le risque de ne convaincre qu’un cercle de convaincus. En effet, malgré quelques affirmations sur la nécessité de prendre de la hauteur vis-à-vis des représentations stériles de l’opposition jeunes/police dans les quartiers populaires, le livre de Didier Fassin ne parvient pas à dépasser une posture idéologique, quelquefois condescendante, misérabiliste et convenue dans laquelle les jeunes sont décrits comme des « victimes innocentes » de l’humiliation policière et les policiers comme des oppresseurs racistes et agents de la reproduction de l’ordre social. Or, puisque Didier Fassin annonce une plongée ethnographique, « première du genre en France » dans le monde de la « police de rue », on aurait souhaité comprendre tout ce que recouvre la complexité des interactions produites par les policiers et les jeunes vivant ou travaillant dans les zones urbaines ségréguées. Cependant, l’auteur indique lui-même que ses observations auraient dû se prolonger pour lui permettre de les approfondir mais que « le durcissement des politiques sécuritaires françaises, avec pour corollaire la censure des travaux scientifiques reposant sur une observation des forces de l’ordre » (p. 9) l’a empêché de continuer son travail d’observation analytique et l’a ainsi convaincu de publier ses résultats. On ne peut alors qu’espérer que ce durcissement s’assouplisse pour que Didier Fassin puisse compléter ses travaux et apporter des éléments nouveaux de compréhension sur les rapports jeunes/police. Il pourrait ainsi développer une approche d’observation comparative sur plusieurs terrains d’enquête et analyser, notamment, l’influence que peut avoir la socialisation policière dans les écoles de police sur les pratiques policières (critiquer le « culturalisme » est une chose (p. 44), nier qu’il existe une « culture policière » spécifique en est une autre). Mais il est vrai que Didier Fassin reconnaît qu’il n’est pas un spécialiste des forces de l’ordre et qu’il ne le deviendra pas (p. 57). Quoi qu’il en soit, la forte médiatisation de l’ouvrage lors de sa publication a suscité de grandes interrogations dans l’opinion publique sur l’ambivalence du travail de la police dans les quartiers populaires. On peut donc espérer que son livre contribuera à ouvrir les portes des commissariats de police aux travaux de recherche en sciences sociales.

Haut de page

Notes

1 Cf. C. Grignon, J.‑C. Passeron, Le Savant et le populaire, misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature, Seuil, Paris, 1989 ; G. Mauger, Les bandes, le milieu et la bohème populaire, Belin, Paris, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Manuel Boucher, « La force de l’ordre. Une anthropologie de la police des quartiers, D. Fassin », Sociologie du travail, Vol. 54 - n° 3 | 2012, 421-423.

Référence électronique

Manuel Boucher, « La force de l’ordre. Une anthropologie de la police des quartiers, D. Fassin », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 54 - n° 3 | Juillet-Septembre 2012, mis en ligne le 15 novembre 2018, consulté le 24 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/7041 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.7041

Haut de page

Auteur

Manuel Boucher

Laboratoire d’étude et de recherche sociales (LERS), institut du développement social, route de Duclair, BP 118, 76380 Canteleu (Rouen), France
manuel.boucher[at]ids.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search