Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Franz Schultheis et Kristina Schulz (dir.), Société à responsabilité limitée. Enquête sur la crise du modèle allemand

Raisons d’agir, Paris, 2015, 588 p.
Olivier Giraud
Référence(s) :

Franz Schultheis et Kristina Schulz (dir.), Société à responsabilité limitée. Enquête sur la crise du modèle allemand, Raisons d’agir, Paris, 2015, 588 p.

Texte intégral

  • 1 La traduction a été réalisée par Anaïs Cretin, Karim Fertikh, Claudine Girod, Frédéric Chateigner e (...)

1L’ouvrage Société à responsabilité limitée. Enquête sur la crise du modèle allemand a été publié en 2005 en Allemagne (Schultheis et Schulz, 2005), et sa traduction en français est disponible depuis peu1. Cet ouvrage collectif et kaléidoscopique, dont certains textes ont été spécialement écrits ou actualisés pour le public francophone, livre une série de témoignages et d’analyses précieux sur les mécanismes de la métamorphose récente de l’Allemagne.

2Ce livre est d’abord le résultat d’un projet visant à transposer outre-Rhin l’ambitieux travail de restitution et d’analyse compréhensive que Pierre Bourdieu avait dirigé en France au début des années 1990 dans La Misère du monde (Bourdieu, 1993). Une dizaine d’années après la publication de l’ouvrage collectif français, des collègues allemands s’inspirent du projet consistant non seulement à livrer la parole des interviewés sélectionnés, mais aussi à accompagner le lecteur en situant ces paroles dans leur espace social et historique.

3Les entretiens ont été conduits en Allemagne entre 2002 et 2004, années pivot dans la décennie de rupture qui s’était engagée dans ce pays depuis le mitan des années 1990. Plus de dix années après l’unification, l’orientation politique prise par l’ensemble des partis de gouvernement s’est focalisée sur la défense de la compétitivité nationale dans la perspective de l’union économique et monétaire européenne. Des années de modération salariale, la baisse des dépenses sociales et publiques ainsi que l’augmentation des inégalités salariales et sociales sont les choix politiques assumés par l’ensemble des partis au pouvoir durant cette période.

4Ce contexte de rupture est présenté dans la contribution introductive à l’ouvrage par un texte de Michael Vester qui met les choix politiques des années 1995-2005 en perspective avec la domination outre-Rhin d’un discours moraliste et l’absence de remise en cause des structures institutionnelles, notamment scolaires, qui assurent une reproduction stricte des inégalités et jugulent le développement des qualifications. Le constat du caractère illusoire du « modèle » allemand est dressé ici de façon sévère : stagnation économique et régressions sociales constituent la toile de fond de l’ouvrage. Plus précisément, le titre de l’ouvrage, Société à responsabilité limitée, est une évocation parlante d’une dynamique politique et symbolique. D’une part, le système de protection sociale germanique, traditionnellement intégrateur, s’est fait plus restrictif depuis les années 2000 et a développé des filets de sécurité minimaux, à l’anglo-saxonne, pour les nouveaux exclus du système — en allemand : Grundsicherung. Sur un plan plus symbolique, cette évolution évoque pour les auteurs la « responsabilité limitée » que la société allemande assume désormais vis-à-vis des plus faibles. Le titre de l’ouvrage, GmbH pour Gesellschaft mit begrenzter Haftung, reprend le sigle « sarl » (société à responsabilité limitée), aussi car l’entreprise est devenue la seule norme valorisée d’intégration.

5Ce cadre général introduit les parties thématiques de présentation des entretiens : les changements du monde du travail, les transformations en Allemagne de l’Est dans le contexte post-réunification, la famille et l’éducation, les producteurs de sens et de culture, ainsi que ceux qui sont considérés comme vivant à la marge de la société. Les « ressentis » individuels — Befindlichkeiten au sens de Max Weber —, accessibles à travers les entretiens, ouvrent une fenêtre d’une grande pertinence sur la société allemande. L’objectif poursuivi par les auteurs, qui était de donner du sens aux transformations politiques et structurelles en montrant les vécus et expériences singulières qu’elles génèrent à l’échelle individuelle, est largement atteint. Les trajectoires de vie, relativement peu mises en avant dans les analyses produites par les auteurs des témoignages, y jouent cependant un rôle majeur.

6Ainsi, les changements du monde du travail concernent des hommes et des femmes aux prises avec leur travail ou avec des difficultés professionnelles de tous ordres. Ces difficultés prennent cependant sens dans le contexte des responsabilités familiales ou des rôles sociaux de sexe des uns et des autres. Les entretiens avec des cadres ou responsables d’entreprises pointent bien les incompréhensions des individus face à l’émergence de machines managériales sans visage et sans ancrage. La parole des Allemands de l’Est est marquée, en cette période d’Ostalgie triomphante du début des années 2000, par les tensions entre les expériences vécues par les individus sous les régimes communistes et capitalistes. Ce choc historique a bouleversé les vies. Les entretiens centrés avant tout sur les thématiques de la famille et de l’éducation révèlent également de douloureuses frustrations. Celles-ci résultent des hiatus entre les discours dominants, qui prescrivent une certaine égalité des sexes et la réussite sociale par l’école, et les situations concrètes : les infrastructures et services permettant aux femmes de faire leur place sur le marché du travail restent manquants, et la sélection précoce des élèves — plus ou moins à la sortie du primaire ou dès les premières années du secondaire — reproduit en Allemagne de façon implacable les inégalités sociales. Les « producteurs de sens » sont dans l’ouvrage des militants associatifs ou politiques qui relatent leur fonctionnarisation ou au contraire leur marginalisation dans les machines politiques contemporaines ou les systèmes d’action publique locaux. Le champ de la « production culturelle » est le domaine de jeunes qui ont fortement investi les discours de responsabilisation et d’autonomie radicale des « intellos précaires » mais demeurent durablement limités dans leurs parcours de vie. Enfin, la cinquième partie, intitulée « aux marges », présente la parole de ceux qui font l’expérience de la périphérie du modèle allemand : frontaliers allemands en Suisse, migrants (Allemands de Russie ou demandeurs d’asile), ou encore personnes handicapées.

7Société à responsabilité limitée est un livre précieux pour connaître l’Allemagne d’aujourd’hui. Les textes introductifs aux cinq parties qui composent l’ouvrage, mais aussi de présentation des différents entretiens, posent un diagnostic clair de la situation sociale et historique du pays par une mise en perspective critique et lucide de ses structures sociales. On n’apprend alors pas seulement comment sont vécues par des individus de tout âge et condition les segmentations du marché du travail, les inégalités du système scolaire ou les nouvelles trajectoires militantes, mais aussi quels mécanismes sociaux de long terme sont à l’œuvre et permettent de comprendre les expériences des individus. De ce point de vue, Société à responsabilité limitée est plus abouti que La Misère du monde dont il s’inspire. On regrette cependant que l’ouvrage allemand n’ait pas tenté une réflexion théorique de la même ampleur que celle que P. Bourdieu a produite à la fin de l’ouvrage de 1993. Les liens entre parcours de vie, structures sociales et changement social auraient sans doute constitué une piste d’élaboration stimulante.

Haut de page

Bibliographie

Bourdieu, P. (dir.), 1993, La Misère du monde, Le Seuil, Paris.

Schultheis, F. et Schulz, K. (dir.), 2005, Gesellschaft mit begrenzter Haftung. Zumutungen und Leiden im deutschen Alltag, UVK, Konstanz.

Haut de page

Notes

1 La traduction a été réalisée par Anaïs Cretin, Karim Fertikh, Claudine Girod, Frédéric Chateigner et Nadine Willmann.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Giraud, « Franz Schultheis et Kristina Schulz (dir.), Société à responsabilité limitée. Enquête sur la crise du modèle allemand », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 59 - n° 2 | Avril-Juin 2017, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 21 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sdt/705

Haut de page

Auteur

Olivier Giraud

Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique (LISE), UMR 3320 CNRS et CNAM, 1LAB40, 2, rue Conté, 75003 Paris, France
olivier.giraud[at]cnam.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals