Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Albert Ogien et Sandra Laugier, Le principe démocratie. Enquête sur les nouvelles formes du politique

La Découverte, Paris, 2014, 284 p.
Sylvie Ollitrault
Référence(s) :

Albert Ogien et Sandra Laugier, Le principe démocratie. Enquête sur les nouvelles formes du politique, La Découverte, Paris, 2014, 284 p.

Texte intégral

1Albert Ogien et Sandra Laugier prolongent dans cet ouvrage la réflexion sur la désobéissance civile contemporaine qu’ils avaient entamée dans Pourquoi désobéir en démocratie ? (Laugier et Ogien, 2010). Par « principe démocratie », ils entendent expliquer le sens visé des acteurs au travers des contestations contemporaines, à savoir cette « passion démocratique » naguère décrite par Alexis de Tocqueville qui, de formes variées, traverse de manière renouvelée les revendications de ces mouvements. Leur propos est bien de comprendre la variété des formes d’expression citoyenne et les mobilisations qui ont occupé l’actualité politique de ces dernières années en France et dans le monde. Les auteurs recensent les nombreux événements protestataires qui ont éclaté sur la planète — des mouvements sociaux les plus marquants, comme ceux amenant aux « révolutions arabes », aux actions les plus emblématiques, comme Occupy Wall Street ou les Indignés —, tout en rappelant la pluralité des formes d’engagement citoyen qui se nichent dans l’ordinaire des individus. La réflexion des deux auteurs, l’un sociologue, l’autre philosophe, n’a pas pour vocation, comme pourrait l’attendre un spécialiste des mouvements sociaux, d’expliquer les circulations des contestations, les formes des pratiques manifestantes, ou encore de s’interroger sur les motivations des acteurs. Leur développement s’assigne comme objectif d’articuler les modifications structurelles de la société, des formes de sensibilités démocratiques contemporaines au dysfonctionnement d’un système représentatif, incapable d’être en prise avec ces nouvelles aspirations démocratiques.

2Les auteurs insistent dès l’introduction sur le fait que tous les mouvements, étudiés avec leurs différences, partagent des traits communs qui sont les suivants : une demande de démocratie, y compris avec son caractère attrape-tout ; une lutte pour rester légitime tant ces mouvements éclatant sans le soutien des syndicats ou des partis essuient la critique (manque de projet politique) ; la recherche d’une organisation vertueuse sans leader ; un mode d’action non violent. Les auteurs assument leur vision internationale de ces mouvements et s’interrogent, sur la base de ces similitudes, sur ce qu’ils qualifient de « principe démocratie », qui implique de concevoir la politique comme activité régissant les relations sociales les plus quotidiennes. Ils se départissent d’une conception de la démocratie réduite à un principe de gouvernement pour nous inviter à observer les revendications démocratiques qui suivent les méandres de la vie quotidienne sans s’illusionner sur l’organisation du régime.

3Pour servir leur démonstration, leur « enquête » se déploie sur cinq parties, dont certaines ont une tonalité plus théorique alors que d’autres s’attachent à nous présenter des résultats empiriques. Une première partie rappelle les changements en cours, tout en donnant une profondeur historique, pour se resserrer ensuite sur la singularité des formes présentes de contestation (une relative dépréciation du vote au profit de revendications de démocratie réelle s’inscrivant dans les relations sociales). La deuxième partie insiste sur la méthode d’enquête des auteurs, qui s’appuie sur les travaux de John Dewey, pour ensuite basculer sur le cœur de la démonstration, c’est-à-dire leur manière de concevoir « l’enquête ». Cette partie théorique peut paraître fastidieuse, car elle semble un peu juxtaposée et rompt avec la dynamique du premier chapitre qui donnait une tonalité comparative importante. Elle nous renvoie aussi à une littérature qui est plutôt bien connue en sociologie, à savoir le rôle des travaux de J. Dewey dans l’analyse des routines, de « l’ordinaire ». Dans ce cas, les auteurs auraient mieux convaincu le lecteur en expliquant combien cette littérature apporte une nouvelle dimension compréhensive des mobilisations eu égard aux modèles de la sociologie de l’action collective, également bien diffusés. En quoi les analyses de J. Dewey peuvent-elles enrichir les travaux sur les mobilisations transnationales, les formes de circulation internationale des mouvements sociaux ou les cadrages de l’action collective ? La troisième partie insiste quant à elle sur une mutation interne d’ordre sociétal — invisible, silencieuse, qui a pourtant modifié considérablement nos manières de penser les relations sociales et par-là même nos attentes en matière d’éthique : le rôle des femmes. Retenons un très intéressant chapitre sur le care comme outil de démocratie, changeant notre regard sur le travail invisible des femmes grâce aux thèses féministes qui lui donnent toute sa légitimité et un statut de pivot du « vivre ensemble » dans nos sociétés. Il est donc étonnant que les auteurs n’aient pas davantage utilisé tous les acquis de cette partie pour dérouler leur hypothèse forte sur les autres parties : en quoi la question de la « libération de la femme », des « revendications féminines ou féministes » transforme-t-elle ou non les manières contemporaines de se mobiliser ? La quatrième partie insiste sur la liberté de faire ; les politistes ne pourront qu’être intéressés par la question du rapport à la violence en politique, de l’usage de la non-violence dans l’espace public. Quelle signification donner à la non-violence actuellement, qui s’articule souvent à des illégalités comme la désobéissance civile ? Ce rapport à la violence témoigne aussi de l’usage éthique et citoyen de toutes ces contestations. Enfin, la cinquième partie invite le lecteur à une réflexion sur ce que pourrait être la démocratie de nos jours, comme l’illustre son titre : « vouloir la démocratie ». Que signifie « vouloir la démocratie » à un moment où des démocraties existent depuis parfois plus d’un siècle en Occident ? Dans cette partie, nous pourrions objecter aux auteurs que souvent leurs réflexions s’inscrivent plutôt dans l’historicité européenne que dans celles des autres sociétés. La conclusion ouvre le débat sur ce que devrait être l’espace démocratique contemporain alors que, les auteurs le constatent, les aspirations des citoyens ont changé sous l’effet d’une modification du rapport des individus à leur propre autonomie.

4Cet ouvrage peut désarçonner l’analyste en science politique ou le sociologue qui, à la recherche de données d’ordre quantitatif ou qualitatif, aimerait une administration de la preuve de ce « renouveau » démocratique. La volonté d’être exhaustif perd parfois le lecteur tant les exemples sont foisonnants et relèvent d’espaces de contestation diversifiés. L’ouvrage s’inscrit indéniablement dans le genre de l’essai, ouvre des chantiers de réflexion, invite à la récolte de données empiriques sur les effets de la mondialisation et la transformation de la sensibilité démocratique dans nos sociétés occidentales, soucieuses d’autonomie et de réappropriation de soi. Les mouvements qui participent du « principe démocratie » s’inscrivent-ils dans une citoyenneté rebelle sans espérance sur la réforme des institutions démocratiques actuelles, ou aspirent-ils à la création de nouveaux relais entre société et gouvernants ? Ce dernier aspect a été délaissé par les auteurs ; or, les mobilisations attestent autant des demandes de prise en compte de leur individualité que des demandes sociales qui, certes variées, restent importantes, comme l’égalité ou la justice sociale. L’ouvrage gagnerait à être prolongé par des études de terrain plus précises qui fassent « travailler » cette sensibilité démocratique et montrent qu’elle est fortement construite par les effets du contexte social, économique, de l’idéal éthique des individus qui, en conséquence, ne se « retrouvent » plus dans des pratiques d’un système représentatif qui souvent apparaît plus gestionnaire de politiques publiques que porteur d’un souffle démocratique. Ces exigences s’opposent au discours des professionnels de la politique qui, eux, technicisent leur discours et deviennent les régulateurs d’un régime. C’est ce hiatus qu’il serait intéressant d’interroger empiriquement.

Haut de page

Bibliographie

Laugier, S., Ogien, A., 2010, Pourquoi désobéir en démocratie ? La Découverte, Paris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Ollitrault, « Albert Ogien et Sandra Laugier, Le principe démocratie. Enquête sur les nouvelles formes du politique », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 59 - n° 2 | Avril-Juin 2017, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 27 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/709

Haut de page

Auteur

Sylvie Ollitrault

Arènes–Crape, UMR 6051 CNRS, Université de Rennes 1, EHESP et Sciences Po Rennes, 104, boulevard de la Duchesse Anne, 35700 Rennes, France
sylvie.ollitrault.1[at]sciencespo.rennes.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals