Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Nicolas Kaciaf, Les Pages « Politique ». Histoire du journalisme politique dans la presse française (1945-2006)

Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2013, 362 p.
Jérôme Berthaut
Référence(s) :

Nicolas Kaciaf, Les Pages « Politique ». Histoire du journalisme politique dans la presse française (1945-2006), Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2013, 362 p.

Texte intégral

1Contrairement à ce que son titre pourrait laisser entendre, le livre de Nicolas Kaciaf — tiré en grande partie de sa thèse de doctorat en science politique — est bien plus qu’une analyse de contenu des rubriques « Politique » de la presse française sur plusieurs décennies. Son enquête mobilise certes un impressionnant corpus de pages de journaux, prélevées à intervalles réguliers (par coups de sondes), entre 1945 et 2006, dans six quotidiens et quatre hebdomadaires appartenant à la presse nationale d’information générale : France-Soir, Paris-Presse (disparu en 1970), L’Humanité, Le Monde, Le Figaro, Libération (créé en 1973), France Observateur – Nouvel Observateur (créé en 1950), L’Express (créé en 1953), Le Point (créé en 1972), L’Événement du Jeudi (1984-1999), Marianne (créé en 1997). Exploré de manière très fine, ce matériau donne lieu à un traitement statistique (nombre de publications, de signatures, d’orateurs et d’arènes politiques cités, etc.) et qualitatif (analyse stylistique), ce qui permet au chercheur de mener une comparaison à la fois synchronique et diachronique de l’évolution « des rhétoriques des journalistes politiques » (p. 14). Mais, comme s’il s’agissait de remonter du kiosque aux salles de rédaction, le grand mérite de cette recherche est de réinscrire ces publications « au cœur du travail » (p. 25), dans l’épaisseur des pratiques et l’organisation de la production de « l’information » que le chercheur a pu reconstituer grâce aux entretiens menés avec 65 journalistes, nés entre 1917 et 1976, ayant travaillé à la confection de ces pages. Leurs propos ont servi à renseigner des carrières (notamment en encadrés) mais aussi à « rendre les corpus des pages politiques significatifs » de l’évolution des conditions de travail et des rôles que « les rédacteurs ont cru pouvoir ou devoir jouer vis-à-vis du personnel politique, de leurs publics, de leurs collègues » (p. 23). En associant les méthodologies, Nicolas Kaciaf se donne ainsi les moyens de relier les innovations rédactionnelles, aux évolutions des contraintes de travail et aux changements dans les dispositions et les représentations du métier des professionnels.

2Sous la Quatrième République, la prépondérance des « comptes rendus » des débats à l’assemblée tient à la « saillance » que revêt l’information sur les alliances entre partis dans ce régime parlementaire, et au rôle d’intermédiaire entre la scène politique et les lecteurs que les rédacteurs endossent (chapitre 1). L’étude détaille comment ce « journalisme d’enregistrement de la parole politique » (p. 44) s’adosse à une division et à une hiérarchisation des tâches (séancier, couloriste, chroniqueur), les rares « articles » signés étant réservés aux chefs de services qui prennent part à l’affrontement politique. La socialisation à ce « journalisme parlementaire » s’effectue au contact des anciens, formés sous la Troisième République, et la proximité avec le monde politique tient aussi aux modes de recrutement de certaines rédactions (cooptations militantes) et aux rétributions obtenues auprès des élus (postes, décorations, etc. ; chapitre 2).

3Dans la deuxième partie, si N. Kaciaf relie les « métamorphoses des pages politiques » au passage à la Cinquième République, il renseigne aussi avec minutie les spécificités rédactionnelles et organisationnelles des différents journaux. Les services Politique (Le Monde, Le Figaro) adoptent une nouvelle division du travail pour rendre compte du fonctionnement de l’exécutif et des luttes internes aux partis, instances clés du nouveau régime (chapitre 3). Alors que le compte-rendu parlementaire s’efface, les newsmagazines (d’abord L’Express) et un quotidien populaire comme France Soir développent des « dispositifs rédactionnels » (interviews, « échos », publication de sondages) qui placent les journalistes dans un rôle d’« observateurs impartiaux » et « distanciés » (chapitre 4). À partir des années 1970, le traitement de la politique se concentre sur les stratégies de conquête du pouvoir des leaders, et sur les stratégies d’images (années 1980-1990). Cette présentation du jeu politique, voulue plus « romanesque » et plus « humaine » pour intéresser le lectorat (généralisation des portraits), favorise à la fois les échanges et les conflits avec le service Société, dans des rubriques élargies (chapitre 5).

4En troisième partie, N. Kaciaf explore les conditions de possibilité qui ont favorisé ces transformations rédactionnelles. Les évolutions dans l’univers politique (régime présidentiel, poids des conseillers et de la télévision dans la communication, « désenchantement » progressif des lecteurs) poussent la presse à relater les coulisses et à adopter un « journalisme de décryptage » désormais plus « rentable » (chapitre 6). L’analyse des logiques économiques et de leurs effets sur l’homogénéisation des traitements (personnification, spectacularisation) souligne le poids de la circulation des rédacteurs entre journaux mais omet toutefois celle des cadres dirigeants (Laurent Joffrin, Franz-Olivier Giesberg, etc.), rouages essentiels (chapitre 7). L’étude de « l’économie du travail » (accès aux sources, logiques de promotion, de subversion) éclaire les critiques sur les journalistes politiques (« connivents ») émanant d’autres spécialités. Enfin, l’évolution des propriétés des 379 journalistes identifiés dans le corpus révèle, après traitement statistique, une élévation du coût d’entrée dans la spécialité (mobilités externes, niveau de diplômes, etc.), mais permet aussi de distinguer « quatre styles générationnels » (p. 329) de journalistes qui s’opposent à leurs prédécesseurs sur la conception des rapports aux acteurs et à l’engagement politiques, indissociable des routines professionnelles et des registres d’écriture mobilisés.

5Le grand mérite de cette étude est assurément de réussir à articuler, sur une longue période, les « multiples niveaux d’analyse du changement » des traitements politiques tout en pointant les « tâtonnements » et le caractère différencié de ces évolutions selon les titres.

6En s’inspirant de chercheurs comme Jean-Gustave Padioleau, Michael Schudson, Yves de la Haye, ou Erik Neveu, Nicolas Kaciaf mène de front une étude de l’évolution des registres discursifs et une analyse sociologique des changements dans les pratiques et les représentations professionnelles. L’écriture limpide alterne les montées en généralité théoriques et des immersions stimulantes dans la production des journaux, étayées d’extraits d’entretiens et d’articles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Berthaut, « Nicolas Kaciaf, Les Pages « Politique ». Histoire du journalisme politique dans la presse française (1945-2006) », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 59 - n° 2 | Avril-Juin 2017, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 27 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/713

Haut de page

Auteur

Jérôme Berthaut

Communications, médiations, organisations, savoirs (CIMEOS), EA4177 de l’Université de Bourgogne, Bâtiment Droit Lettres, Bureau 230, 4, boulevard Gabriel, 21000 Dijon, France
jerome.berthaut[at]u-bourgogne.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals