Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Nathalie Heinich, Dans la pensée de Norbert Elias

CNRS Éditions, Paris, 2015, 160 p.
Claire Pagès
Référence(s) :

Nathalie Heinich, Dans la pensée de Norbert Elias, CNRS Éditions, Paris, 2015, 160 p.

Texte intégral

1Le livre de Nathalie Heinich, Dans la pensée de Norbert Elias, possède une construction originale. Il ne s’agit pas d’une monographie classique portant sur l’auteur de la Société de cour ou de la Société des individus, mais d’un recueil de huit textes, articles et interventions, préfacé et postfacé. Les textes rassemblés datent d’époques différentes de la réflexion de l’auteur, entre 1997 et 2015, et apportent tous une contribution à la connaissance de l’œuvre éliasienne, mais de deux manières distinctes. La première partie propose de redresser une série de « malentendus » qui ont pu entraver la réception de la pensée de Norbert Elias et de mettre en lumière certains points forts de sa sociologie : le malentendu normatif (présenter le processus de civilisation comme un progrès), le malentendu évolutionniste (le penser comme une progression continue ou linéaire), le malentendu universaliste (saisir le processus de civilisation comme ayant été généralisé par Elias, de façon ethnocentriste, à l’ensemble des sociétés humaines, ou à l’opposé présenter la théorie éliasienne comme historicisant à tort un invariant de la nature humaine : la pudeur), le malentendu substantialiste (qui prête à Elias l’opposition entre état de nature et état civilisé ou, pire, celle de l’individu et de la société !), ou encore le malentendu logiciste et causaliste (qui tend à réifier ce qui existe chez Elias à titre de processus). Les chapitres de la seconde partie, pour leur part, font valoir le caractère opératoire des concepts éliasiens (comme ceux d’interdépendance, de configuration ou de décivilisation) ou de certaines options méthodologiques (comme l’inscription dans un temps long et l’exigence de collaboration des disciplines) pour analyser le monde contemporain. Ce double projet, éclairer la pensée de N. Elias et en démontrer les usages, prend sens par rapport à la position très particulière de cette sociologie dans le champ des sciences humaines, dont la réception et la reconnaissance furent tardives et qui resta longtemps, en France, mal comprise et surtout injustement méconnue, comme en témoignent les délais avec lesquels des œuvres majeures, comme Le processus de civilisation, furent traduites en français, parfois partiellement.

2Le livre manifeste un engagement en faveur de la théorie éliasienne. Quoique le dernier chapitre, « La quête de l’excitation comme valeur privée », formule des critiques à l’endroit de N. Elias, en l’occurrence à l’égard de l’analyse de l’excitation comme catharsis dans Quest for Excitement (Sport et civilisation), l’ensemble du propos se veut une défense et illustration de cette sociologie dont il est montré, et ce de façon convaincante, les vertus, à la fois comparativement à d’autres disciplines mais aussi et surtout à d’autres courants ou tendances de la sociologie dont il est fait la critique. À cet égard, le titre de l’ouvrage est très bien choisi car l’auteur se glisse dans la pensée de N. Elias, envisage les problèmes de société avec cette lunette. Le texte assez touchant de la postface témoigne de cette intimité véritable de l’auteur avec N. Elias, qui fait de la pensée de celui-ci comme une seconde peau pour elle ou, selon ses termes, comme « une présence familière, qui [l’] accompagne sans faire d’histoire » (p. 147).

3Cet engagement rend le livre attachant et permet d’en faire une introduction idéale à la pensée d’Elias, puisqu’il est porté par une conviction et donne au lecteur l’envie de découvrir l’œuvre. C’en est la principale fonction, N. Heinich étant par ailleurs l’auteur d’autres ouvrages plus systématiques et érudits sur l’œuvre éliasienne, comme la précieuse Sociologie de Norbert Elias parue en 2002 dans la collection « Repères » de La Découverte. L’ouvrage possède alors les défauts de ses qualités, puisque la pensée de N. Elias n’est pas tellement considérée à distance ni avec distance, ce qui empêche de lui appliquer comme objet d’étude la neutralité qu’il exigeait lui-même du sociologue. De ce fait, l’ « objet Elias », s’il est dévoilé dans toute sa profondeur, sa vérité et son actualité, n’est pas restitué dans son ambivalence, et le caractère discutable, d’un point de vue épistémologique, de certaines de ses options, n’est pas discuté. Par exemple, on comprend bien pourquoi N. Elias, dans son choix de la sociologie, sa rupture avec la philosophie à laquelle il s’est d’abord formé, à une époque où la constitution d’une sociologie autonome est un enjeu brûlant, est conduit à stigmatiser systématiquement la philosophie, au risque de nombreux raccourcis et d’un certain nombre de caricatures touchant la pensée des philosophes. On comprend moins la nécessité aujourd’hui de reconduire ce genre de stratégie qui amène ici à utiliser des termes comme « métaphysique », « normativité » ou « rationalisme », etc., pour marquer avec assurance le caractère contestable d’un propos.

4Par ailleurs, on pourrait donner de N. Elias une lecture plus contrastée. Pour disqualifier la sociologie critique, l’auteur surévalue sans doute la neutralité éliasienne, ne prenant pas acte de la dimension de critique sociale dont sont porteurs les derniers livres d’Elias, en particulier via l’identification de souffrances d’origine sociale causées par l’excès du procès d’individualisation. Certes, Elias élit comme instrument d’analyse le paradigme de l’interdépendance plutôt que celui de la domination, et cela constitue une frontière entre sa sociologie et celle d’autres sociologues. Néanmoins, à trop vouloir défendre cette frontière, on n’aperçoit plus l’existence d’une pensée éliasienne peut-être plus souterraine de la domination, à travers par exemple l’élaboration de la notion de « champs de domination » dans la Société de cour. Dernier exemple, la volonté d’opposer une perspective individualiste à une prise en compte — nécessaire et justifiée, qu’on nous comprenne bien — du caractère déterminant des relations sociales, induit la constitution d’une famille alliant sociologie éliasienne et théories contemporaines de la reconnaissance (p. 22-23). D’abord, on ne se donne pas toujours les moyens d’appréhender les limites de cette logique des relations. Ensuite et surtout, on n’aperçoit plus le caractère non commensurable de telles positions, la reconnaissance ayant souvent ici pour cadre un intersubjectivisme et une pensée de la réciprocité non conciliables avec l’idée éliasienne d’interdépendance.

5Ces réserves qui militent en faveur d’un N. Elias plus ambivalent n’enlèvent rien à l’intérêt du livre et à son caractère précieux dans le champ français où les ouvrages consacrés au sociologue sont encore trop rares. La richesse et la fécondité de la pensée de l’auteur, N. Heinich, en matière de sociologie de l’art et des artistes, prouvent assez que la sociologie éliasienne possède une postérité, des héritiers, et reste aujourd’hui bien vivante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Pagès, « Nathalie Heinich, Dans la pensée de Norbert Elias », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 59 - n° 2 | Avril-Juin 2017, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 27 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/719

Haut de page

Auteur

Claire Pagès

Collège International de Philosophie
1, Rue Descartes, 75005 Paris, France
claire.pages2[at]gmail.com

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals