Navigation – Plan du site
Articles

Qu’est-ce que faire grève dans la production symbolique universitaire et artistique ?

The Meaning of Striking for Symbolic Production in Academic and Artistic Fields
Serge Proust

Résumés

À la différence de l’organisation industrielle classique, le travail immatériel, dans les champs universitaires et artistiques, se caractérise par un éclatement des cadres spatio-temporels de l’activité ainsi que par la dilution des collectifs de travail. Les grèves ont des buts fondamentalement politiques qui impliquent leur médiatisation par une dramatisation liée à l’incertitude organisée du futur. Mais, en rompant la relation de service qui lie les universitaires et les artistes aux étudiants et spectateurs, elles ont plusieurs effets qui limitent leur efficacité. D’une part, les professionnels disparaissent des espaces de travail et de lutte, et l’activité se poursuit dans de multiples lieux. Les grèves se réduisent alors souvent à une interruption partielle et limitée de l’activité. D’autre part, elles se heurtent à la logique dominante des champs respectifs qui interdit de rompre réellement cette relation de service. Par exemple, dans le cas du champ universitaire, sous peine de s’isoler radicalement, notamment des étudiants et de leurs familles, les enseignants sont conduits à maintenir certains enseignements ainsi que les examens.

Haut de page

Notes de la rédaction

Premier manuscrit reçu le 14 septembre 2015 ; article accepté le 27 janvier 2017.

Notes de l’auteur

Il est souvent difficile d’échapper au caractère rituel des remerciements, mais je sais ce que cet article doit aux remarques critiques de ses différents lecteurs ; qu’ils en soient ici sincèrement remerciés. Bien évidemment, les thèses présentées n’engagent que leur auteur.

Texte intégral

1Au moins dans le cas français, dans le répertoire d’action collective disponible (Tilly, 1986), la grève se développe à partir du XIXe siècle (Perrot, 1974) et devient la modalité centrale d’action du mouvement ouvrier dont elle démontre ainsi la puissance et la détermination (Béroud et Mouriaux, 2005). La grève ouvrière (Caire, 1978) est au cœur des grandes périodes de lutte, que ce soit en 1936 ou en 1968 et dans la décennie qui suit (Vigna, 2007). Progressivement, la grève s’est diversifiée, parfois sous forme d’oxymores (la « grève du zèle »), et s’est élargie à diverses catégories de salariés et de non salariés. C’est pourquoi elle est souvent utilisée comme l’indicateur principal de la conflictualité sociale, quelles que puissent en être les limites (Carlier, 2008) et les modifications des conditions de mobilisation (Denis, 2005 ; Béroud et al., 2008). Mais alors que, pendant la période fordiste, la grève est la forme centrale de lutte, les autres actions (manifestations, rassemblements) constituant un simple halo, actuellement, ces dernières, du moins dans le secteur privé, sont souvent « un substitut à la grève » (Pernot, 2005).

2Cette généralisation d’une pratique issue de l’expérience ouvrière conduit à interroger les éventuelles disjonctions entre les catégories mentales, les catégories langagières et les catégories de la pratique. Qu’est-ce que faire grève et qu’est-ce qu’être gréviste ? Si les catégories sont morales en ayant une valeur opératoire et en tissant « un faisceau de droits et d’obligations, de règles de conduite et de prérogatives qui dessinent un modèle de référence, qui a pour caractéristique d’être à la fois éminemment culturel et normatif » (Demazière, 2003, p. 42), les ouvriers d’une entreprise métallurgiste sont-ils grévistes de la même manière que les médecins urgentistes d’un centre hospitalier universitaire ? Être gréviste a-t-il la même signification pour tous et renvoie-t-il aux mêmes expériences ? Jean-Gabriel Contamin (2009) souligne ainsi le poids des postulats sur la grève qui privilégient les propriétés de binarité (les salariés sont grévistes ou non grévistes), de linéarité (on est gréviste tout au long de la grève), d’uniformité (sans variation dans le degré d’engagement), de collectivité (on y participe en tant que groupe).

3Une des difficultés ne réside-t-elle pas dans le fait que, en raison de multiples facteurs — parmi lesquels on peut retenir le caractère central de l’expérience ouvrière dans la définition de la grève, l’importance du mouvement ouvrier, l’influence de certains de ses courants manifestée par la référence récurrente à la grève générale (Julliard, 1968), etc. —, les agents sociaux sont conduits à confondre les mots et les choses en subsumant sous la même catégorie de grève des pratiques hétérogènes, ne serait-ce que parce que les conditions de l’activité productive dans différents champs sociaux sont très spécifiques, voire radicalement opposées à celles de l’expérience ouvrière issue de la société industrielle et du fordisme ? Parce qu’il ne s’agit pas de réduire, comme le fait Guy Caire (1978) dans l’introduction de son ouvrage, la grève à ses dimensions industrielles et ouvrières, il reste nécessaire d’examiner les spécificités et contraintes de cette forme de lutte dans d’autres espaces sociaux que ceux caractéristiques de la société industrielle.

4C’est pourquoi cet article examine les propriétés des grèves dans deux champs sociaux au sein desquels prédomine la production de biens symboliques (Bourdieu, 1977) : le champ du spectacle vivant et le champ universitaire. Il vise à préciser quels sont les usages d’une forme héritée de lutte dont la description est le plus souvent absente de nombreux ouvrages qui en présupposent l’unité et la ressemblance, l’usage du pronom singulier (la grève) en constituant déjà un indice.

5Après avoir précisé le cadre empirique qui fonde ce travail comparatif (1), nous présenterons les transformations des cadres de l’activité caractérisant le travail immatériel (2). L’article examine ensuite les modalités de l’organisation de la lutte dans les espaces de production symbolique (3) pour définir ce que sont les grèves dans ces espaces (4).

1. Proximités et dissemblances de deux espaces de mobilisation

  • 1 Ces expressions désignent les politiques initiées par l’Union européenne afin de faire de l’Europe (...)
  • 2 L’Appel des appels est initialement une pétition lancée par un psychanalyste, Roland Gori, se donna (...)
  • 3 Cette expression est utilisée ici par facilité. L’intermittence renvoie à une catégorie juridique d (...)

6Ce travail comparatiste n’est possible qu’en prenant en compte les similitudes comme la singularité des cas étudiés et en les appréhendant en termes relationnels (Verdalle et al., 2012, p. 13). En premier lieu, ces mobilisations se caractérisent par leur caractère défensif face aux transformations des politiques publiques, inscrites dans le cadre des stratégies dites « de Lisbonne » et/ou « de Bologne »1. Ceci explique, avec des variantes parfois importantes dans certaines références théoriques, la concordance des analyses proposées par des agents engagés dans les mobilisations universitaires (Brisset, 2009 ; Caillé et Chanal, 2009 ; PECRES, 2011) ou d’intermittents (Brunet, 2003 ; Lazzarato, 2009). En second lieu, les membres des champs universitaires et du spectacle se caractérisent par une proximité multidimensionnelle : poids du capital scolaire dans la réussite professionnelle ; place des enseignants et enseignantes dans les publics de la culture ; tension entre le caractère collectif de l’activité et les logiques de concurrence interindividuelle pour l’accès à la reconnaissance symbolique ; capacité, dans certaines conjonctures, à penser les luttes respectives comme complémentaires. En troisième lieu, ces champs ne dépendent pas directement de la régulation marchande, et les thématiques relatives aux missions de service public constituent un registre argumentatif commun. Ainsi, à la fin de l’année 2008, l’« Appel des appels »2 vise à coordonner les mobilisations « [des] professionnels du soin, du travail social, de la justice, de l’éducation, de la recherche, de l’information, de la culture et de tous les secteurs dédiés au bien public ». En quatrième lieu, les groupes qui sont au cœur des mobilisations étudiées (les universitaires ; les intermittents3) occupent une position homologue. Ils se définissent davantage comme des auctores que comme des lectores, manifestant l’existence de « vocations ancrées dans des univers désargentés » (Sorignet, 2011, p. 228) — qu’elles prennent l’aspect de l’amour de l’art ou de la libido sciendi.

7Néanmoins, ces deux groupes se caractérisent par des conditions sociales d’existence et d’inscription professionnelle différenciées.

  • 4 Sur le vieillissement des intermittents et leurs conditions de retraite, voir Cardon, 2011.

8Alors que les intermittents relèvent du secteur privé et associatif, les universitaires sont, le plus souvent, des fonctionnaires d’État. Même si la croissance du secteur associatif culturel est moins la manifestation d’un désengagement de l’État que le résultat d’une modification des modalités de l’intervention de ce dernier (Hély, 2009), il n’en reste pas moins que les intermittents et les universitaires (titulaires) se distinguent fortement en termes de stabilité de l’activité, de niveau et de régularité des revenus, de protection statutaire, de perspectives de carrière et de retraite4.

9Ce travail comparatiste implique aussi différentes échelles d’analyse et des « terrains » spécifiques.

  • 5 Sur les publics du festival d’Avignon on peut lire Ethis et al., 2013.

10Le premier terrain concerne les mobilisations d’intermittents (Langeard, 2012 ; Sinigaglia, 2012 ; Grégoire, 2013) qui ont donné lieu à diverses recherches, de 1992 à l’été 2014, conduisant à plusieurs publications (Proust, 2006, 2007, 2010a, 2010b, 2016). Ces recherches se caractérisent par de multiples observations et entretiens dans différents espaces locaux (Bordeaux, Rouen, Lyon, Saint-Étienne) ainsi qu’au moment de plusieurs éditions du festival d’Avignon, en 1992, mais surtout en 2003 et en 2014. Du point de vue des intermittents mobilisés, le festival d’Avignon constitue un espace stratégique de lutte, la réussite de la grève, à ce moment là, pouvant dynamiser la mobilisation dans un grand nombre de festivals d’été. En effet, d’une part, ce festival rassemble des milliers de professionnels et constitue un espace au sein duquel se manifestent les tensions artistiques, politiques et sociales caractéristiques des champs du spectacle (voir Baecque et Loyer, 2007). D’autre part, en raison de la concentration d’un grand nombre de médias nationaux et internationaux, les mobilisations collectives sont assurées d’un fort impact politique. Enfin, le festival attire des publics (relevant notamment du salariat diplômé du secteur public) soutenant souvent ces groupes mobilisés5. Le 8 juillet 2003, une manifestation organisée en soutien à la lutte des intermittents rassemble plusieurs milliers de personnes avec des banderoles de la CGT (Confédération générale du travail) et du SNES (Syndicat national des enseignements de second degré), ainsi que des artistes connus tels que Ariane Mnouchkine ou Jean-Pierre Darroussin. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’en 2003 et en 2014, la Coordination nationale des intermittents et précaires (CIP) s’est réunie au début du festival.

11Le second terrain a été constitué par les mobilisations universitaires de 2009. La distinction entre les mobilisations universitaires (faites par les universitaires, autour d’enjeux relatifs à la situation et l’activité des universitaires), les mobilisations à l’université (qui concernent des enjeux généraux et différentes catégories de personnels) et les mobilisations étudiantes permet de mettre en évidence le caractère exceptionnel de la lutte de 2009 (de janvier à mai). Si les universités ont été marquées, avant cette date, par d’importantes luttes, relatives aux retraites, au « contrat première embauche » (CPE), etc., « c’est la première fois en France que la contestation des réformes universitaires imposées par l’État est le fait des professeurs et chercheurs » (Caillé et Chanial, 2009, p. 5).

12L’analyse de cette lutte a conduit à opérer un retour réflexif à partir, principalement mais non exclusivement, de la mobilisation à l’université Jean Monnet de Saint-Étienne, qui est à la fois multidisciplinaire (avec une importante composante de médecine), populaire (le taux moyen de boursiers y est de 37 %, contre 28 % au niveau national en 2006-2007), et périphérique. On peut appréhender ce dernier caractère par le volume limité des étudiants (18 000), la place des laboratoires de recherche, le plus souvent en co-tutelle avec des universités de la capitale régionale (Lyon), ainsi que les stratégies résidentielles de nombreux universitaires, notamment chez ceux dont la spécialité ne les oblige pas à être présents quotidiennement dans leur laboratoire, qui habitent à Lyon, voire à Paris. Le matériel empirique utilisé est de plusieurs sortes : notes ethnographiques relatives aux réunions, assemblées générales (AG) et manifestations ; comptes rendus des différentes sessions de la Coordination nationale des universités (CNUv) ainsi que des AG de la coordination locale et des réunions des principales composantes universitaires mobilisées (sciences humaines, lettres-langues, droit, économie-gestion), réunies dans le campus Tréfilerie, installé en centre-ville ; courriels des universitaires mobilisés et d’autres agents comme la direction de l’Université (environ 1 600 du 7 janvier 2009 au 1er juin 2009) ; tracts produits et distribués au cours de la période de mobilisation.

13L’université stéphanoise se caractérise, au cours de cette période, par une forte tradition de lutte, avec un important noyau étudiant militant qui, dès 2007, engage diverses mobilisations contre les politiques universitaires. En novembre 2007, le vote par une AG étudiante du blocage du campus Tréfilerie conduit la Présidence à décider la fermeture administrative. En 2009, la mobilisation universitaire et/ou étudiante y est une des plus importantes de toutes les universités françaises, depuis l’automne 2008, avec une pétition intersyndicale contre le projet de modification du décret de 1984 régissant le statut des enseignants-chercheurs et la mobilisation, en décembre, des IUT contre un projet de loi modifiant leur fonctionnement, jusqu’à la fin du mois de juin 2009. Elle connaît des phases de tension aiguës avec notamment une première fermeture administrative au début du mois de mars 2009, puis une seconde au milieu du mois de mai 2009, et la présence des CRS (Compagnies républicaines de sécurité) sur le campus Tréfilerie. À la fin du mois de juin, l’intervention d’un petit noyau militant étudiant au moment du lancement officiel de la future Maison de l’Université débouche sur la convocation de certains d’entre eux en conseil de discipline.

  • 6 Sylvia Faure et Charles Soulié signalent que, face aux difficultés, « beaucoup se désengagent vis-à (...)

14Ce rapprochement entre deux mobilisations a un double objectif : heuristique et réflexif. D’une part, il vise à désingulariser des champs dont les membres ont parfois tendance à accentuer unilatéralement leur caractère exceptionnel et atypique, mais nous en soulignerons en même temps les spécificités. D’autre part, il repose sur une interrogation sociologique. En effet, alors que de multiples mobilisations donnent lieu à de nombreuses analyses de chercheurs en sciences sociales, parfois dans la quasi immédiateté de la lutte, comme dans le cas du mouvement social de l’automne 2010 (Aguiton et al., 2011), la mobilisation intervenant dans le champ universitaire et de la recherche pendant les premiers mois de 2009, pourtant sans équivalent depuis 1968, ne donne lieu qu’à un nombre limité de textes (voir néanmoins Geay, 2010, 2013). Un tel silence est encore plus manifeste si on consulte certaines sources disponibles sur le web (Google Scholar ou Hal-SHS) ou les programmes des derniers congrès de l’AFS qui auraient pu constituer des espaces adaptés à la présentation publique de recherches en cours, d’hypothèses incertaines. Cette indifférence réflexive est la manifestation du phénomène plus général de faiblesse des analyses des luttes enseignantes dans le supérieur, notamment dans la recherche francophone6. Il existe certes des recherches concernant les grèves des enseignants du supérieur de l’espace nord-américain, mais elles visent souvent à tester des hypothèses générales sur les raisons et les modalités de l’engagement sans que soient toujours prises en compte les spécificités universitaires (McClendon et Klaas, 1993), ne serait-ce que parce que dans l’organisation universitaire américaine, les logiques marchandes sont plus présentes.

2. Éclatement des cadres spatio-temporels de l’activité et dilution des collectifs de travail

2.1. L’organisation industrielle « classique » et la distinction des espaces-temps

15Si « l’histoire rappelle sans ambiguïté le caractère avant tout industriel de la grève » (Groux et Pernot, 2008, p. 98), quels en sont les traits ? Il s’agit ici moins d’examiner les différentes théories relatives à la grève que de préciser les propriétés concrètes de l’organisation industrielle dans la société salariale (et capitaliste) et les contraintes pour les groupes ouvriers en lutte. Dans cette description du substrat matériel de la grève ouvrière, nous tâchons d’éviter toute réification et essentialisation qui résulterait, par exemple, d’un oubli des divisions internes à la classe ouvrière. Nous optons pour une démarche idéale-typique (Schnapper, 1999) afin de mieux souligner ultérieurement, par contraste, les spécificités des conditions d’existence et de lutte des membres des champs universitaires et du spectacle.

  • 7 De La sortie des usines Lumière (film de 50 secondes de 1895) à l’ensemble de l’iconographie des an (...)

16D’une part, l’activité vise à la production de biens matériels, reproductibles, stockables en utilisant un capital fixe technique considérable. Elle se développe dans un espace clos et dans un temps donné auxquels se soumettent les ouvriers. Les temps de travail et de non travail sont nettement distincts et sont encadrés par un ensemble de normes sociales. La séparation est matérialisée par l’entrée et la sortie de l’usine, elle-même souvent objectivée par des bâtiments et des murs qui enferment non seulement le capital fixe, ainsi que les stocks dont le contrôle a alors un caractère stratégique, mais surtout l’ensemble des salariés7.

17D’autre part, les salariés sont enserrés dans une organisation centralisée et hiérarchisée. La division du travail y est très forte, chaque segment étant dépendant des autres espaces de production. Les salariés sont coupés du produit de leur travail et isolés de leur destinataire (les consommateurs). Ils sont inscrits dans un lien de subordination à l’égard d’un employeur le plus souvent identifiable. Après 1945, la norme fordiste dominante, même si elle s’applique inégalement en fonction des branches et du degré de concentration des entreprises, est celle de l’ouvrier à temps plein, en CDI avec un employeur unique.

2.2. Propriétés de la grève ouvrière

  • 8 Tel est par exemple le cas de Lip, dans les années 1970. En raison de difficultés économiques crois (...)

18Dans ce cadre général, rapidement esquissé, la grève est un échange de coups mais aussi de coûts entre des adversaires identifiés et identifiables ; faire grève, c’est assumer le risque de perte de salaire (et de licenciement) tout en pesant sur la rentabilité de l’entreprise et les revenus des actionnaires. Dans les formes les plus radicales et fondatrices de cette opposition, comme la littérature a pu les fixer (Germinal), le vainqueur est celui qui dispose du maximum de ressources et se trouve le moins épuisé (matériellement, émotionnellement) par le conflit. C’est pourquoi la grève ne vise pas seulement à stopper l’activité productive. Elle est indissociable du contrôle des moyens de production et des stocks ainsi que de la paralysie de la production et de la circulation des biens, voire des personnes. Elle implique la constitution de piquets de grève et l’occupation des usines (1936, 1968), les salariés interdisant aussi bien la reprise de l’activité (par les « jaunes ») que la récupération de ces différents biens qui constituent parfois des « trésors de guerre » servant de monnaie d’échange avec les employeurs8.

19Dans tous les cas, la grève repose sur l’existence d’un groupe dont la mobilisation s’enracine dans un espace/temps qu’il s’agit de contrôler. Certes, la grève et l’occupation ne sont pas réductibles à cette perspective stratégique, les occupations pouvant donner lieu à une diversité d’usages et d’interprétations liée aux dispositions différenciées des groupes en lutte comme aux conflits entre organisations (Pénissat, 2005) ; mais elle en constitue le préalable.

2.3. Le travail immatériel dans le capitalisme contemporain et l’éclatement des espaces-temps sociaux

20Dans le capitalisme contemporain développé, le capital immatériel est devenu la source principale de valeur (Gorz, 2003). Il existe des supports matériels, mais ce capital fixe a peu de valeur. Ce qui reste décisif, c’est l’ensemble des actifs immatériels (dispersés et non plus contraints dans les murs de l’usine).

  • 9 Un artiste intermittent, sans entrer ici dans les détails techniques du régime, est éligible aux pr (...)

21Le travail industriel contemporain se caractérise par la dilution des découpages traditionnels et tend à se dérouler « hors les murs » (Crague, 2005), avec un éclatement des lieux et des temps de travail (Bidet et Schoeni, 2011). Mais ces processus sont particulièrement marqués dans les champs de production symbolique concernant les artistes et les enseignants (Jarty, 2011). Pour ces groupes, à côté du travail visible, déclaré, qui occupe un temps minimal et sert de base aux revenus en étant souvent le seul à être objectivé (contrats de travail des professionnels du spectacle ; déclarations de service pour les universitaires9), il existe un travail invisible, nécessaire, difficilement mesurable et rémunéré, et qui constitue la base du travail visible. C’est aussi bien le cas du musicien faisant ses gammes que celui de l’universitaire préparant ses cours sur la base des recherches qu’il assume par ailleurs. Eliott Freidson souligne ainsi que l’université est une invention remarquable permettant « de subventionner le travail [de recherche] qui n’a pas de valeur marchande immédiate » (Freidson, 1986, p. 436).

22L’importance de ce travail invisible explique que la définition de leur temps de travail est un enjeu politique récurrent aussi bien pour les artistes que pour les chercheurs (Balibar, 2014) et les enseignants (Perronnet, 2013), qui tendent tous à souligner qu’ils travaillent et courent « tout le temps » (Balibar, 2014, p. 57).

23Cette invisibilité relative est d’autant plus importante qu’il y a un éclatement du travail dans le temps (Bouffartigue et Lanciano-Morandat, 2013) et l’espace. La faiblesse des moyens matériels disponibles sur les lieux de travail (Zetlaoui, 1999), une représentation du travail intellectuel qui valorise sa dimension individuelle et privée, la multiplication des techniques de communication, conduisent les intermittents ainsi que les universitaires à délaisser davantage leur espace professionnel et à effacer les frontières entre espaces privés et espaces de travail. Il existe néanmoins des différences parmi les universitaires entre ceux qui relèvent des sciences de la nature (devant être présents quasi-quotidiennement dans leur laboratoire) et ceux des sciences de la culture dont les « terrains » de recherche sont dispersés dans l’espace.

24Avec le travail immatériel, la production par projet tend à se développer. Décisive dans les champs artistiques (Faulkner et Anderson, 1987), elle se développe dans le champ universitaire, introduisant des logiques nouvelles de concurrence (Connan et al., 2008) avec une transformation de l’organisation des laboratoires au profit de règles managériales (Louvel, 2011).

25Tous ces facteurs contribuent à la dilution des collectifs stables de travail. Dans le cas des universités, on peut considérer que cette dilution est particulièrement marquée pour les universités périphériques, dont une grande partie des universitaires, par la concentration de leurs cours sur un nombre réduit de demi-journées, peut disjoindre radicalement ville d’enseignement et ville de résidence (et de recherche) et être peu présente dans la première.

  • 10 Conférence de Brest, document de synthèse du 26/03/2009.
  • 11 Manifestation à Saint-Étienne, observations du 26/06/2014.

26Certains de ces processus ne sont pas radicalement nouveaux. Il est toujours possible de remonter à certaines figures historiques, comme celles de Molière ou d’Érasme, pour souligner que tout travail intellectuel implique une certaine confusion des espaces publics et privés ainsi que des formes inégales de déplacement individuel ou de nomadisme collectif — avec par exemple des troupes de théâtre constituées de « familles » plus ou moins élargies, qui sont d’ailleurs au fondement de certaines représentations mythiques du métier de comédien. Mais, dans le capitalisme contemporain, ces processus ne concernent plus des fractions minoritaires et marginales de la population mais des groupes qui sont perçus comme étant au cœur de la création de la valeur et des transformations du travail dont ils anticiperaient les formes nouvelles (Menger, 2002). Ce premier aspect est d’ailleurs valorisé par de multiples groupes aux positions par ailleurs antagonistes. La Conférence des présidents d’universités (CPU) évoque ainsi la « diversité, hiérarchie et reconnaissance de la contribution universitaire dans la chaîne de l’innovation et de la création de valeur »10. On retrouve cette même valorisation de la création immatérielle de valeur chez les tenants de formes modernisées du capitalisme contemporain immatériel (Jouyet et Lévy, 2006) comme chez les intermittents. En 2014, les intermittents mobilisés, dont des militants d’extrême gauche, défilent derrière une banderole proclamant : « la culture créée de la valeur »11.

3. L’organisation de la lutte dans les espaces de la production symbolique

3.1. La primauté des formes non institutionnelles

  • 12 Ces critiques participent d’une « spirale dénonciatrice » du militantisme organisé (Fillieule et Pu (...)

27Les collectifs de travail étant aussi des espaces d’organisation, de mobilisation et d’émancipation (Sennett, 2000), leur dilution n’est pas sans conséquence sur les capacités et les formes des mobilisations collectives. Elle rend difficile la permanence syndicale et organisationnelle et cela d’autant plus que, outre ce que l’on nomme la crise du syndicalisme liée à la « modernisation » des universités (Le Gall et Soulié, 2007), il existe, dans les champs considérés, au sein desquels prédomine l’impératif de singularité (Heinich, 2005), une défiance, voire du mépris, à l’égard des militants, souvent suspectés de ne s’engager que pour compenser leur incompétence symbolique (artistique ou scientifique)12, même s’ils assurent, entre les périodes de conflits, une permanence organisationnelle minimale (Taylor, 1989).

  • 13 La première AG des personnels universitaires du 06/01/2009 appelle à la « constitution d’une coordi (...)

28Cet éclatement des collectifs de travail ainsi que la prééminence des dispositions anti-institutionnelles revendiquant la primauté des principes de la démocratie directe (Sommier, 2003) expliquent le caractère central de la forme organisationnelle double, constituée de la coordination et de l’assemblée générale (AG). Cette forme, héritage des luttes scolaires et étudiantes des années 1968 et suivantes (Leschi, 1996), est aussi apparue dans des secteurs marqués par une forte culture syndicale et/ou de métier : instituteurs (Geay, 1991), infirmières entre 1988 et 1989 (Kergoat, 1992), cheminots en 1986-1987 (Leschi, 1997). Mais, alors que, dans certains de ces derniers secteurs, cette forme semble avoir constitué une phase passagère et transitoire (en conduisant à des reconfigurations syndicales, illustrées par la création de SUD, les coordinations disparaissant dans les mobilisations ultérieures), dans les deux mobilisations étudiées, cette organisation s’impose comme une nécessité indiscutable quitte à prendre parfois l’aspect d’un cartel de représentants d’organisations et d’institutions13.

29Le choix des modalités d’action ne dépendant plus de la décision d’intersyndicales mais des processus de démocratie directe au sein des AG, la constitution du « corps électoral » habilité à prendre des décisions devient un enjeu politique.

30Cette constitution dépend, d’une part, du choix du lieu des assemblées. Celles des intermittents ont lieu dans les théâtres de centre-ville, les plus connus et légitimes, et les plus proches de leurs lieux d’activité et de résidence. Celles des universitaires stéphanois (auxquelles s’ajoutent des réunions spécifiques aux composantes les plus mobilisées) ont systématiquement lieu non dans les campus de médecine ou de sciences mais dans le campus Tréfilerie, le plus susceptible de rassembler le maximum d’universitaires disposés à lutter.

  • 14 Selon le bilan social 2012 de l’Université Jean Monnet de Saint-Étienne. Les personnels dits « BIAT (...)

31Elle résulte, d’autre part, de l’instauration (ou non) de barrières sélectionnant les votants. Dans de nombreux cas, il apparaît inutile aux organisateurs de « fermer » les AG, les liens d’interconnaissance permettant un contrôle informel de la composition des assemblées ; à l’acmé de la lutte, les AG des universitaires stéphanois ne rassemblent pas plus de 100 personnes (principalement universitaires) sur un volume approximatif de 910 universitaires (enseignants-chercheurs ; contractuels ; hospitalo-universitaires) et 570 BIATSS14, issus des mêmes composantes. Dans le cas des intermittents, cette ouverture, légitimée politiquement par la nécessité d’unir tous les précaires, permet de rallier des personnes qui ne relèvent pas forcément de l’intermittence ni même des champs artistiques, mais dont les organisateurs présupposent l’adhésion à la lutte en cours.

  • 15 Le Festival « In » désigne le festival « officiel » et ne concerne que quelques dizaines de spectac (...)

32À l’inverse, il existe des AG pour lesquelles les organisateurs exercent un contrôle strict. C’est surtout le cas d’Avignon où, en 2003 comme en 2014, ne peuvent participer et voter que les artistes, techniciens et administratifs disposant de la carte officielle délivrée par la direction du Festival « In », excluant de fait la masse des professionnels présents au moment du festival (« In » et « Off ») et pouvant faire potentiellement basculer les décisions15. Ce contrôle n’est pas sans effet sur le résultat du vote. C’est parce qu’au début du festival les techniciens du « In » sont majoritaires, toutes les équipes artistiques n’étant pas encore arrivées, que la grève (pour un soir) est votée en dépit des réticences de nombreux artistes. Mais c’est aussi parce que ces mêmes techniciens ne veulent pas remettre en cause le festival qu’ils refusent, comme le leur demande la Coordination nationale des intermittents et précaires (CIP), la grève générale.

3.2. La politisation en tant qu’axe stratégique central

33La politisation des conflits (Neveu, 1996), visant à l’inscription des enjeux de lutte sur l’agenda politique, susceptibles alors d’un traitement politique par les membres du champ politique, est une dimension commune aux deux luttes étudiées.

34Dans le cas des universitaires, cette politisation est inévitable dans la mesure où, mettant en œuvre des politiques publiques, ils sont conduits, au même titre que d’autres catégories de fonctionnaires (policiers, etc.), à dénoncer les orientations gouvernementales en interpellant les dirigeants de l’État central et en nationalisant le conflit — en organisant par exemple des manifestations à Paris et/ou devant les bâtiments du pouvoir comme les préfectures, les rectorats, etc. Le cœur de la mobilisation universitaire de la période 2007-2009 vise ainsi prioritairement la loi « Libertés et responsabilités des universités » (LRU) votée à l’été 2007 avec, comme élément déclencheur central, la publication, à l’automne 2008, du projet de modification du statut des enseignants-chercheurs.

  • 16 Les accords collectifs doivent être agréés par l’État. En 2003, une partie de la mobilisation vise (...)
  • 17 C’est le sens de la loi de juin 2016 qui valide l’accord du 28 avril 2016, conclu exclusivement ent (...)

35Dans le cas des intermittents mobilisés, cette politisation, plus paradoxale, est le résultat d’une « requalification » d’activités et d’enjeux sociaux qui a une forte dimension transgressive car elle remet en cause « la différenciation des espaces d’activités » (Lagroye, 2003, p. 361). Cette « conversion » est déjà présente dans de nombreuses luttes ouvrières, soit en raison de certaines circonstances historiques (Tilly et Shorter, 1973), soit pour tenter de rééquilibrer un rapport de force trop inégal (Larose et al., 2001). Les intermittents mobilisés se trouvent dans une situation proche. En effet, le régime d’emploi de l’intermittence est défini par deux annexes à la convention générale de l’assurance chômage des salariés du secteur privé. Il relève donc de l’espace des négociations collectives et dépend des alliances (et des conflits) entre les confédérations syndicales et les organisations patronales et, en l’occurrence, principalement depuis 2002, de l’accord, pour la direction de l’UNEDIC (Union nationale interprofessionnelle pour l’emploi dans l’industrie et le commerce), entre le MEDEF (Mouvement des entreprises de France) et la CFDT (Confédération française démocratique du travail). Or, s’ils considèrent ces deux dernières organisations comme leurs principaux adversaires, les intermittents mobilisés disposent de moyens d’action limités. Ils peuvent occuper des bâtiments de la CFDT ou du MEDEF, perturber des rencontres publiques auxquelles participent les dirigeants de ces derniers, etc., mais cela n’affecte en aucune manière l’activité et la rentabilité des entreprises des dirigeants du MEDEF. Politiser la lutte vise donc à obliger l’État à intervenir sur les orientations de l’UNEDIC, soit en ne validant pas certains accords16, soit en encadrant, par la loi, les possibilités d’action de la CFDT et du MEDEF17.

36Les universitaires ainsi que les artistes et techniciens du spectacle ont aussi un rapport commun à l’État permettant de comprendre la politisation de leurs mobilisations respectives.

37D’une part, l’État (central) occupe une place décisive dans « la production et la canonisation des classifications sociales » (Bourdieu, 2012, p. 24). Il organise les carrières individuelles et collectives, cette capacité étant directe pour les universitaires et plus discrète pour une série d’artistes (principalement les chorégraphes, les metteurs en scène, les chefs d’orchestres) qui dirigent des structures artistiques associatives (compagnies indépendantes) ou institutionnalisées (théâtres nationaux, orchestres nationaux, centres chorégraphiques, etc.) et dont la carrière (la leur et celle des professionnels qui leur sont associés) est dépendante des jugements des commissions étatiques.

  • 18 L’AG des universitaires stéphanois du 27/01/2009 condamne, au nom de la laïcité, l’accord signé le (...)
  • 19 La motion 3 de la cinquième coordination nationale des universités (6 et 7 mars 2009) condamne « la (...)

38D’autre part, l’État est valorisé par sa capacité à limiter ou neutraliser les contraintes hétéronomes. C’est d’ailleurs pourquoi, à de multiples reprises, les universitaires comme les artistes critiquent l’État, incapable (ou non désireux) de défendre l’autonomie des champs considérés. Celui-ci, dénoncent-ils, cède aux exigences hétéronomes de multiples agents nationaux et internationaux, privés et publics — des responsables des collectivités locales à la Commission européenne, en passant par le Vatican18 ou les entreprises privées19.

39Le répertoire d’action (manifestation, sit-in, grève, etc.) n’est pas spécifique à ces deux mobilisations ; on le retrouve, dans des combinaisons diverses, dans de nombreuses autres luttes. En revanche, il n’a de sens que par rapport à la volonté permanente de politisation de la lutte ; et surtout, concernant la grève, sa mise en œuvre se heurte à des difficultés qui tiennent aux fortes spécificités d’éclatement des espaces-temps de travail et de dilution des collectifs de travail.

3.3. Interpellation des échelons centraux de l’État

  • 20 Évoquant les actions de coupure d’électricité mises en place par les agents d’EDF et certaines de l (...)
  • 21 Le 22/01/2009, le président de l’Université de Saint-Étienne informe ainsi l’ensemble des personnel (...)

40Dans ces deux mobilisations, les groupes mobilisés visent donc à inscrire sur l’agenda politique des questions susceptibles d’un traitement politique par les plus hautes instances étatiques, c’est-à-dire, compte tenu de l’organisation politique française, par le Premier ministre et/ou le Président de la République. Mais, ces instances étant physiquement « inatteignables »20, ils visent différents agents sociaux individuels et collectifs « intermédiaires » dont ils espèrent qu’ils interviendront à leur tour auprès de ces instances politiques centrales21, soit parce que cela correspond à leurs propres intérêts, soit parce que les groupes mobilisés leur infligent une série de coups qui menacent leur capital politique. Ce danger est particulièrement manifeste dans le cas de Jean-Jacques Aillagon qui, après le conflit de grande ampleur de 2003, n’est pas reconduit dans ses fonctions de ministre de la Culture lors du changement gouvernemental de mars 2004.

  • 22 Voir par exemple l’entretien de Nicolas Seydoux, président de Gaumont, dans Le Parisien du 16/05/20 (...)

41Dans le cas des intermittents, compte tenu des intérêts budgétaires qu’ils trouvent au maintien du régime qui leur permet d’externaliser massivement leurs coûts salariaux (Menger, 2011), les dirigeants des entreprises associatives, publiques et privées du spectacle ainsi que les élus locaux (souvent les premiers employeurs directs ou indirects d’intermittents dans des structures comme les théâtres municipaux, les orchestres régionaux) interviennent, de manière plus ou moins discrète, en faveur du maintien du régime22. Les intermittents ciblent alors plus particulièrement les responsables nationaux et notamment les ministres. Ces attaques se déroulent au cours des soirées professionnelles (c’est le cas pour Jean-Jacques Aillagon, moqué à plusieurs reprises au cours de la cérémonie des Césars de 2004), dans leurs déplacements — parfois avec des affrontements physiques, si ce n’est directement avec le Ministre, du moins avec son service d’ordre (situation de Renaud Donnedieu de Vabres au moment du festival d’Avignon, observations du 17/07/2006).

  • 23 Le compte-rendu de la CNUv du 11/02/2009 énumère la liste des 80 établissements d’enseignement supé (...)

42Les universitaires de 2009 s’intéressent peu aux élus locaux ; ils débattent parfois de l’éventualité de les rencontrer, mais cela leur paraît inutile et inefficace. Il leur semble plus décisif de maintenir localement un haut niveau de mobilisation avec au moins deux effets. D’une part, cela contribue à la lutte en lui donnant une dimension massivement nationale (la CNUv énumère ainsi la liste des universités qu’elle rassemble23), les directions nationales des syndicats et de la CNUv assurant la gestion des négociations avec les instances étatiques centrales. D’autre part, la mobilisation locale constitue un moyen de pression sur le président de l’Université de Saint-Étienne, et cela d’autant plus que ce dernier occupe une position politique nationale. Il est en effet membre du bureau de la CPU et s’est toujours prévalu d’avoir été parmi les premiers présidents à appliquer la loi LRU, ce qui constitue d’ailleurs un des fondements des critiques qui lui sont adressées.

  • 24 12 % des enseignants-chercheurs ont totalement le choix des horaires et des jours de leur enseignem (...)
  • 25 Le 8 février 2009, la coordination locale des personnels interroge le Président pour savoir s’il va (...)
  • 26 Motion du 13/01/2009.

43Le conflit avec la présidence de l’Université reste complexe. D’une part, il existe différentes formes de proximité entre cette dernière et — au moins — certains des universitaires mobilisés. Quel que soit le degré d’« industrialisation du travail universitaire » (Musselin, 2008, p. 51), il n’y a pas de lien de subordination entre les universitaires et le Président qui dispose d’une capacité limitée pour organiser l’activité d’enseignement et de recherche24. Les membres de la Présidence et les autres enseignants-chercheurs ont des positions statutaires proches, avec un tutoiement assez systématique. Mais, d’autre part, compte tenu de la position de la CPU qui s’inscrit fondamentalement dans les orientations ministérielles, la mobilisation universitaire implique une confrontation avec le Président. Cette confrontation émerge dès les années 2007 et 2008. Elle s’accentue au cours de l’année 2009, la coordination locale interpellant régulièrement la Présidence sur ses orientations25. Cette dernière est conduite à prendre diverses positions manifestant une critique limitée des orientations ministérielles : refus de transmettre les maquettes pédagogiques pour les années futures ; motion des différents organes de direction de l’Université, réunis en Congrès, condamnant la suppression de postes d’enseignants, les modalités de la réforme des enseignants et certains aspects de la réforme du statut des enseignants-chercheurs26. Mais, le Ministère ne cédant pas à l’essentiel des revendications et le Président ne s’alignant pas sur les modalités de lutte définies par les groupes mobilisés (personnels puis étudiants), celui-ci est soupçonné de jouer un double jeu et cela d’autant plus qu’il reste à la direction de la CPU, si bien que, au fur et à mesure de la mobilisation, les tensions vont croissant.

4. Les grèves dans le répertoire d’action disponible

4.1. Des grèves (diversifiées) : un choix qui s’impose

44Dans le répertoire d’action dont ils disposent, les groupes mobilisés utilisent diverses formes de lutte : pétitions, manifestations, distributions de tracts, adresses aux élus, conférences de presse, textes de membres de l’élite professionnelle. Certaines peuvent être originales (la « ronde des obstinés » pour les universitaires en 2009) et/ou spectaculaires (les irruptions au cours d’émissions de télévision ou les interpellations directes des ministres par les intermittents), parfois dangereuses (occupation du toit du MEDEF par des intermittents à Paris le 25 juin 2004).

  • 27 Tract SNESup / SDPREES-FO 42, non daté (février 2009).
  • 28 Compte-rendu de l’AG du 06/01/2009.

45C’est après avoir souligné leurs usages antérieurs de ces formes d’action et avoir reconnu leur inefficacité que les universitaires mobilisés appellent à la grève pour « se faire ENFIN entendre, face au silence des médias et [à] la surdité [des autorités politiques] »27, cette grève pouvant prendre les formes qui apparaîtront les plus pertinentes (grève du zèle, grève des notes et des jurys)28. De la même manière, au cours de l’été 2014, c’est en soulignant qu’ils avaient déjà, et depuis de longues années, « tout essayé », que les groupes les plus militants des intermittents défendent l’idée de la grève générale au sein des établissements culturels.

  • 29 Lorsque, à plusieurs reprises, au cours de la soirée des Césars (2004), l’humoriste Michaël Youn in (...)

46Les groupes mobilisés (universitaires, intermittents) constatent que les premières formes d’action ont souvent un impact limité dans la mesure où non seulement elles ne perturbent pas l’activité routinisée des entreprises et institutions des champs artistiques et universitaires, mais de plus elles sont temporaires et de courte durée. Certaines, comme les interventions à la télévision, peuvent même être totalement intégrées dans la « société du spectacle »29.

47À l’inverse, les grèves, si elles ne recèlent aucun enjeu économique (il ne s’agit pas de peser sur la rentabilité d’entreprises et institutions qui, que ce soient les universités ou les festivals, ne relèvent pas de l’économie marchande), ont des effets de masse importants en concernant des milliers de spectateurs et des dizaines de milliers d’étudiants et leurs familles, et posent des problèmes d’ordre public qui, pour ces raisons, attirent l’attention des médias (Lagneau, 2005), obligeant les responsables politiques à intervenir.

4.2. Une dramaturgie spécifique par l’incertitude permanente du futur

48Les grèves, combinées avec la forme « coordination », les assemblées générales et le blocage des sites, sont au fondement d’une dramaturgie spécifique — par l’organisation de l’incertitude du futur — qui repose sur plusieurs dimensions.

  • 30 La première coordination nationale des universités, réunie à Paris I le 22 janvier 2009, appelle à (...)
  • 31 L’organisation du travail dans les institutions théâtrales est fondée sur une unité temporelle de b (...)

49Il existe, en premier lieu, une « montée en tension » dont on ne connaît pas toujours l’étape suivante. Les grèves relèvent moins de la binarité évoquée par J.-G. Contamin que d’un processus graduel, des formes les plus « anodines » à l’étape la plus radicale (et jamais atteinte) de la grève générale. Au début du mois de janvier 2009, alors que les cours du second semestre n’ont pas débuté, les universitaires stéphanois mobilisés débutent par la grève administrative : rétention des notes et non participation aux jurys du premier semestre. À la fin de ce même mois, au diapason des orientations définies par la CNUv30, ils décident la grève des cours, l’incertitude régnant, pendant une longue période, sur la possibilité d’aboutir à la grève générale à laquelle appelle la CNUv. De la même manière, les mobilisations d’intermittents débutent par une série d’actions telles que les occupations de bâtiments du ministère de la Culture, des interventions au moment des spectacles pour conduire à des séquences de grève parfois courtes (des techniciens du festival « In » d’Avignon, en 2014, font grève pendant quatre heures, c’est-à-dire la durée d’un service31, pour préparer la mobilisation), ou pour une journée (le 7 juillet 2014 en Avignon). L’incertitude règne, ici aussi, dans la mesure où il est impossible de déterminer si ces courtes phases de grève déboucheront sur la grève générale au niveau du festival et, par contagion, de l’ensemble des festivals de l’été.

  • 32 Motion de la CNUv du 20/02/2009.

50Cette dramaturgie repose, en second lieu, sur l’incertitude concernant les prises de position des différents agents individuels et collectifs concernés, et cela d’autant plus que l’instance décisionnaire centrale est l’AG, dont la composition est toujours susceptible d’évoluer. Les AG soulignent systématiquement que les votes ne sont valables que pour le temps qui court jusqu’à l’AG suivante. La lecture de la presse locale ou nationale met en évidence qu’un tel processus maintient une attention médiatique permanente et une tension politique récurrente, tant au niveau national qu’au niveau local. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’une partie des intermittents mobilisés s’oppose à la grève générale car, et c’est le cas de ceux qui tirent les leçons de 2003 et des effets de l’annulation du festival d’Avignon, la grève générale dans un seul secteur, loin d’avoir des effets « révolutionnaires », contribue à faire disparaître une très grande partie des utilisateurs du service (spectateurs et étudiants) et des pairs, malgré les appels, le plus souvent vains, à la « grève active » (cours alternatifs dans le cas des universitaires32 ; rencontres avec les spectateurs pour les comédiens). Ainsi, dans le cas de la mobilisation universitaire stéphanoise, l’absence de capital physique dont le contrôle constituerait un enjeu stratégique, le faible investissement symbolique dans le lieu et les institutions concernés, ainsi que la distance géographique entre les lieux privés et le site universitaire, conduisent vite à la disparition, à l’exception des plus militants, des universitaires ne résidant pas dans leur ville d’exercice — certains pouvant toutefois se mobiliser dans leur ville de résidence.

4.3. Grève et/ou occupation : qui dirige la mobilisation ?

51Une des différences fondamentales entre les deux mobilisations étudiées réside dans les spécificités des relations de service entretenues avec les deux types d’usagers (spectateurs ou étudiants).

  • 33 Observations sur la place devant la Cour d’Honneur du Palais des Papes, 16/07/1992.
  • 34 Observations aux Nuits de Fourvières du 18/06/2003 à Lyon et à l’Opéra-Théâtre de Saint-Étienne le (...)

52Les intermittents recherchent le soutien des publics, et si le champ théâtral (essentiellement son pôle public) occupe la place centrale dans la mobilisation, comme le montrent le rôle que jouent, depuis plusieurs décennies, le festival d’Avignon ainsi que les institutions théâtrales publiques et les professionnels de ce pôle, c’est en partie parce que ses publics partagent largement les valeurs et les prises de positions des intermittents mobilisés. Une telle adhésion n’est pas systématique, et il existe de nombreuses représentations au cours desquelles les militants se heurtent à une partie plus ou moins importante des publics rassemblés, notamment quand leur intervention se traduit par un retard important des spectacles, voire par leur annulation. Ils s’exposent alors à des protestations, à des insultes. Nous avions déjà pu constater ces processus de division au sein du public et de conflits entre des groupes de spectateurs et de professionnels, au moment du festival d’Avignon de 1992, à l’annonce de l’annulation des spectacles pour la soirée du 16 juillet33. Mais c’est surtout en 2003 que ces tensions se manifestent, dans la mesure où ce conflit se généralise, dès la fin du mois de juin, à un très grand nombre de lieux de spectacle, et conduit à l’annulation de nombreux festivals, dont celui d’Avignon. Néanmoins, ces difficultés n’entravent généralement pas la lutte car, d’une part, une fraction importante du public soutient cette mobilisation34 et, d’autre part, les groupes mobilisés disposent de ressources suffisamment importantes et diversifiées pour ne pas dépendre des réactions des fractions des publics opposées à la lutte. C’est pourquoi ce sont eux qui monopolisent la direction de ce conflit.

  • 35 Observations du 02/02/2009. Sur le développement des logiques de blocus comme transformation du rép (...)

53En revanche, la mobilisation des universitaires met en évidence une dépendance beaucoup plus importante, voire le renversement du rapport de force. Au cours de la phase initiale (décembre 2008, janvier et février 2009), ce sont les universitaires qui définissent le cadre de la mobilisation, c’est-à-dire les revendications et les modalités de la lutte. Mais, à partir du moment où, réunis en AG, plusieurs centaines d’étudiants votent le blocage du campus Tréfilerie35, la grève des enseignants n’a plus de véritable objet et ce sont les étudiants mobilisés qui dirigent la lutte. Les AG des universitaires continuent de voter le principe de la grève, mais essentiellement comme un signal politique de soutien aux étudiants en lutte, et cela d’autant plus que les enseignants ont intériorisé leur faible poids politique. Un texte des universitaires de Lyon 1, à la suite de leur AG du 11 décembre 2008, appelle ainsi les étudiants « à participer aux assemblées générales, aux manifestations et aux grèves si elle [sic] débutent prochainement. Sans les étudiants dans la rue, il est peu probable que notre grève administrative fasse plier le gouvernement ».

54La faiblesse des universitaires s’explique aussi par leur incapacité à passer des appels à la grève à la mise en place de piquets de grève. D’une part, à l’inverse de ce qui existe dans certains pays (Rouillard, 2006), cela ne relève pas de la tradition du syndicalisme universitaire français. D’autre part, compte tenu de l’éclatement des bâtiments et du nombre limité de personnes engagées et prêtes à assumer les coûts d’une telle pratique, la coordination locale n’examine pas une telle possibilité.

55Le rôle central des étudiants explique que, au cours de leurs AG, l’enjeu central est constitué par le vote sur le blocage de l’Université et non sur la grève. En effet, alors que la grève est un acte individuel, et n’a strictement aucun effet quand elle est le fait des étudiants, le blocage implique un engagement collectif et légitime l’intervention des étudiants mobilisés pour interdire les activités d’enseignement. Tout au long de la mobilisation, les AG étudiantes votent systématiquement sur ces deux modalités de lutte et c’est à partir du moment où l’une d’entre elles (celle du 20 avril 2009), tout en approuvant massivement la grève, vote majoritairement contre l’occupation, que la mobilisation, malgré les diverses formes ultérieures d’action, se termine véritablement.

  • 36 Observations du 05/03/2009 et du 18/03/2009.
  • 37 Observations du 24/03/2009.
  • 38 Observations du 26/02/2009.

56La participation des étudiants implique aussi une inversion des liens structurellement inégaux entre enseignants et étudiants. D’une part, ils constituent l’essentiel des effectifs quand les actions (freezing, interventions sur les péages d’autoroute, etc.) ont lieu dans l’espace public et nécessitent un effet de nombre36. D’autre part, il arrive à des responsables de la coordination étudiante de venir en AG des personnels admonester ces derniers pour leur faible participation37. Enfin, ces mêmes responsables assument la direction des actions. Au cours d’une manifestation organisée à l’occasion d’une journée nationale de lutte, les universitaires présents portent la banderole de tête, les étudiants composant l’essentiel du groupe rassemblé derrière eux, et deux responsables de la coordination étudiante dirigent l’ensemble en définissant les consignes : « on s’arrête », « on s’assoit », etc.38

4.4. Une suspension partielle et non mesurable de l’activité

57Ces grèves conduisent à suspendre la relation de service (entre universitaires et étudiants, entre les artistes et leurs publics), mais cela implique-t-il que les grévistes cessent de travailler ? La diversité des activités constitutives du travail immatériel, ainsi que leur éclatement spatial et temporel, permettent en réalité le maintien d’une part très importante, voire essentielle, du travail invisible.

58Les artistes, s’ils stoppent les représentations publiques, n’abandonnent pas pour autant le travail de répétition ou les activités personnelles dans un cadre privé ainsi que d’autres activités d’animation et d’action culturelle avec leurs différents employeurs associatifs ou publics.

59Les universitaires, d’une part, se consacrent davantage à la recherche ; c’est le cas de ces laboratoires se proclamant « laboratoires en lutte » sans que cela implique le moindre arrêt de l’activité de recherche. D’autre part, ils maintiennent certains de leurs cours. En effet, l’arrêt de l’enseignement est possible et mesurable pour les cours magistraux en direction des étudiants des premières années, rassemblés dans un espace clos et dans un temps donné. Cette paralysie de l’activité d’enseignement est néanmoins limitée par l’usage des techniques de communication et de numérisation permettant la circulation de multiples documents en direction des étudiants absents des universités. Mais surtout, pour les autres années, une part croissante des activités se déroule dans une diversité de lieux, si bien que l’activité d’enseignement et d’encadrement des recherches par les universitaires peut être maintenue. Dans leur cas, plutôt que de grève, on peut alors parler d’une suspension partielle de la relation pédagogique directe collective.

60La grève peut aussi ne pas accéder à l’existence sociale en échappant aux procédures de recensement administratif. C’est le cas des artistes faisant grève à des moments de travail invisible ou non déclaré.

« Il y a eu la grève le 27 février [2003]. Est-ce que vous étiez en grève ce jour-là ?

— Je travaillais pour le Théâtre du R. et on était en montage tout seuls, sous notre chapiteau. Alors on a travaillé le matin et puis on a débrayé l’après-midi pour aller à la manif. Mais c’est un jour où, de toute façon, on n’était pas déclaré » (Françoise, Technicienne, Avignon, 23/07/2003).

  • 39 L’UNI, Union nationale inter-universitaire, est une organisation universitaire classée à droite.

61C’est aussi le cas des universitaires pour lesquels les services administratifs n’ont pas les moyens d’opérer le recensement exhaustif des grévistes. C’est d’ailleurs pourquoi, en 2009, les universitaires concernés débattent de l’opportunité de répondre à la direction de l’Université qui leur demande de s’auto-déclarer grévistes. Mais ce non enregistrement est, à l’université, une source de tensions avec les personnels BIATSS qui ne peuvent échapper au recensement administratif des grévistes et donc aux pertes de salaire. Il contribue à la disqualification politique de la mobilisation de la part de ses opposants qui soulignent l’écart entre la rhétorique et les pratiques réelles. Ainsi, dès le mois de janvier, l’antenne UNI de l’université39 « dénonce ces agissements d’autant plus scandaleux qu’ils confèrent à ces enseignants une situation bien confortable. En effet, ceux-ci ne se déclarant pas grévistes continuent de bénéficier de leur rémunération tout en empêchant la continuité du service public » (communiqué du 26/01/2009).

  • 40 Voir Marie Piquemal, « L’impossible recensement des universitaires grévistes », Libération, 24/03/2 (...)

62S’il est globalement possible d’estimer le volume des universitaires et intermittents qui se prononcent pour la grève, il résulte de ces divers processus une impossible recension de ceux qui sont véritablement en grève40. L’énoncé n’est donc pas performatif ; se proclamer en grève ne fait pas forcément des grévistes.

4.5. Éthique de la responsabilité et rapports de force

63Dans des champs sociaux au sein desquels les références au service public restent encore très prégnantes, les luttes de longue durée impliquent une tension entre une éthique de la conviction et une éthique de la responsabilité. En effet, les membres de ces champs sont confrontés à la logique dominante (Dobry, 1986) qui définit un « classement implicite dans un ordre de dignité » (Robert et Tyssens, 2007, p. 13) organisant la relation avec les étudiants ou les spectateurs.

64Dans les champs scolaires, même devenue une modalité d’action légitime (Le Bars, 2007), la grève ne saurait empêcher les tâches d’évaluation car cela remettrait en cause une des finalités « du travail enseignant dans les sociétés modernes » (Robert et Tyssens, 2007, p. 15). C’est pourquoi, autant pour des raisons sociales (ne pas sanctionner les enfants des milieux populaires) que politiques (par l’anticipation des effets profondément négatifs), les enseignants se refusent à annuler les différents examens, paralysant alors en grande partie leurs mobilisations puisque leurs adversaires n’ont plus qu’à attendre que se profile la période des contrôles. Ainsi, même si une grande partie des universitaires applique, en janvier 2009, la grève des notes et des jurys (pour le premier semestre terminé), au fur et à mesure que s’approche la période de contrôle de la fin du second semestre et de constitution des jurys pour la validation de l’année, les tensions s’accroissent.

65Pour ce qui les concerne, les universitaires mobilisés tendent à relativiser les effets de l’absence de cours. Sur les mêmes positions que la septième CNUv (motion n° 2 du 23/03/2009), la coordination stéphanoise reconnaît qu’il existe des inquiétudes parmi les étudiants mais souligne que le président de l’Université pourra envisager une nouvelle organisation du planning de fin d’année et, faisant référence à des mouvements précédents (pour le retrait du CPE, contre la loi LRU), au cours desquels des cours n’avaient pas été assurés, indique que « les semestres concernés ont cependant été validés et la reconnaissance des diplômes décernés n’a pas été remise en cause » (Tract non daté, fin mars 2009).

  • 41 Des positions similaires sont prises par les universitaires non mobilisés ainsi que, de manière sou (...)

66De son côté, la direction de l’Université souligne, à plusieurs reprises, qu’il ne saurait être question d’accepter de délivrer des diplômes sans formation41. Le 25 mars 2009, le Président adresse un courrier à l’ensemble des personnels, dans lequel il confirme cette impossibilité :

« Il n’est ni envisageable, ni souhaitable, de délivrer des diplômes sans qu’un enseignement significatif ait pu se tenir, c’est-à-dire un enseignement qui ait pu se dérouler sur un minimum de semaines et de jours d’enseignement. Il n’est pas possible de prolonger l’année universitaire sur la période des vacances d’été, ce qui aurait pour conséquence d’empêcher les personnels administratifs de prendre les congés auxquels ils ont droit et une grande partie des étudiants d’occuper des emplois d’été indispensables pour financer les études de certains d’entre eux ».

  • 42 Lettre du président de l’Université, 27/04/2009.

67Enfin, à l’exception des étudiants les plus militants qui, au cours de discussions informelles, soulignent qu’ils sont prêts à perdre, et à faire perdre aux autres étudiants, le bénéfice du second semestre, voire de l’ensemble de l’année, les étudiants mobilisés refusent un tel choix. Ils sont alors conduits à suspendre le blocage du campus Tréfilerie, ce qui mène à un compromis validé par une réunion élargie du CEVU (Conseil des études et de la vie universitaire), le 22 avril 2009. Les cours reprennent et la direction de l’Université accepte l’organisation de deux demi-journées de mobilisation par semaine (la grève et l’occupation étant exclues) tout en autorisant des formules souples d’évaluation au niveau des différents départements universitaires concernés par la grève (histoire, droit, etc.)42. Mais cette formule, permettant l’arrêt « en douceur », et sans un trop grand sentiment d’humiliation, de cette longue mobilisation, est vite abandonnée. L’activité d’enseignement (et d’évaluation), interrompue quelques jours par une nouvelle occupation et l’intervention des CRS, reprend normalement.

  • 43 Observations du 02/07/2003, Cloître des Célestins. Patrice Chéreau revient quelques temps plus tard (...)

68Dans les champs du spectacle (théâtre, danse, musique), on retrouve ce même type de tension. Dans les institutions artistiques, les techniciens (principalement syndiqués à la CGT) organisent des journées de grève, au nom de la défense de l’outil de production, de l’emploi ainsi que du service public, et sans engager de conflits éthiques. En revanche, la mobilisation des intermittents, notamment quand il est question de grève générale, est l’occasion de ce type de débat, particulièrement au sein du festival d’Avignon du fait de son histoire et de l’influence durable de son fondateur (Jean Vilar), selon lequel le théâtre « est un service public tout comme le gaz, l’eau et l’électricité » (sur cet aspect, voir Loyer, 1997). Si on y ajoute le rappel du principe selon lequel on ne peut arrêter de jouer quand on a la « chance » de monter sur le plateau, ainsi qu’une mythologie fondatrice, celle de Molière mort sur scène, de nombreux artistes sont conduits à critiquer tout projet de grève de longue durée. Au cours de l’été 1968, Jean Vilar affirme que « quel que soit l’événement qui arrive dans la vie d’un comédien ou dans la rue », il doit jouer (Volponi, 1988, p. 27). En 2003, au cours d’une AG, Patrice Chéreau et Ariane Mnouchkine se heurtent violemment aux intermittents les plus mobilisés43. L’annulation du festival d’Avignon est alors vécue comme un sacrilège et une rupture avec l’histoire du mouvement ouvrier et de la CGT.

« En 68, au Festival d’Avignon, le service d’ordre de la CGT est intervenu pour que les spectacles puissent se jouer. Pour la classe ouvrière, les territoires de l’art étaient une conquête, leur fréquentation une fierté et il fallait les protéger. […] Cet été, la CGT a appelé à la grève, les salariés ont voté l’arrêt des spectacles et les festivals ont été annulés. Traditionnellement, les acteurs jouent coûte que coûte et les grévistes du secteur public évitent de pénaliser les usagers. Ces deux tabous ont donc été brisés… » (Alain Garlan, « Le système de l’intermittence est irremplaçable », hors série Thématiques de La Nouvelle Vie Ouvrière, décembre 2003, p. 40).

5. Conclusion

69En débutant cet article par une rapide description de l’organisation industrielle classique et des propriétés de la « grève ouvrière » il s’agissait de souligner, par contraste, les caractéristiques du travail immatériel commun aux universitaires et aux intermittents du spectacle (artistes et techniciens) et leurs effets similaires sur les propriétés des mobilisations. En effet, même si les fractions les plus politisées de ces groupes continuent de faire référence à des formes de lutte héritées du mouvement ouvrier et révolutionnaire (la « grève générale »), ce qu’elles nomment « grève » s’apparente davantage à une suspension partielle et fractionnée (dans le temps et l’espace) d’une partie de l’activité qui, dans de nombreux cas, n’est même pas enregistrée par l’État.

  • 44 Alain Chenu (2002) intègre ainsi les professions de l’information, des arts et du spectacle dans sa (...)
  • 45 À partir de 2015, les perspectives de l’élection présidentielle de 2017 et la nécessité de retrouve (...)

70Cette distance à l’égard de la forme classique de la « grève ouvrière », qu’il ne s’agit pas ici, subrepticement, d’essentialiser, repose sur l’appartenance des intermittents du spectacle et des universitaires à des champs d’activité ayant plusieurs propriétés communes. Ils relèvent des sphères de production publiques et/ou parapubliques disposant d’une grande liberté d’organisation44. Ils sont inscrits dans une relation salariale où la subordination reste incertaine, leur employeur étant difficilement identifiable et/ou non considéré systématiquement comme un adversaire. Ils sont marqués par la dilution des collectifs de travail en raison de l’éclatement du cadre spatial et temporel de l’activité. La politisation et la médiatisation constituent les axes décisifs de ces mobilisations, avec la nécessité d’interpeller et de menacer, à différents niveaux, les représentants de l’État en leur infligeant des coûts non pas économiques mais politiques45.

71Mais, dans le même temps, ces deux mobilisations se différencient. Les intermittents du spectacle (et leurs représentants) luttent sur la base d’une revendication unique, le maintien en l’état de leur régime juridique d’emploi, qui leur permet d’agréger des agents sociaux par ailleurs hétérogènes, voire antagonistes, mais qui, du ministère de la Culture aux multiples associations culturelles en passant par les élus locaux et les entreprises privées des industries culturelles, ont tous intérêt au maintien de ce régime et qui leur délèguent la direction de la lutte. En conséquence, même si les dirigeants de l’UNEDIC, du MEDEF, de la CFDT, au rythme régulier des négociations de la convention de l’assurance chômage et/ou de ses annexes 8 et 10, remettent en cause ce régime, cette alliance de fait (« objective », pourrait-on dire) ainsi que les capacités mobilisatrices des intermittents permettent, au moins pour l’instant, le maintien de l’essentiel du régime. Le potentiel militant, médiatique et politique des intermittents, ainsi que cette alliance, impliquent qu’ils restent relativement indifférents aux prises de position des publics.

72En revanche, pour les universitaires, la diversité (parfois croissante) des revendications, l’impossibilité de construire des alliances sortant du champ universitaire, et notamment de trouver des relais puissants dans l’appareil d’État, ainsi que les anciennes divisions internes avec l’absence d’un véritable idéal commun (Charle et Soulié, 2015), expliquent les difficultés de leur lutte. Sa durée et son intensité reposent très largement sur les capacités mobilisatrices des étudiants dont les fractions les plus politisées se pensent et pensent les étudiants comme une avant-garde ou, au moins, comme un groupe dynamique aux avant-postes des luttes — comme le mettent en évidence de nombreuses manifestations qui placent en tête les groupes lycéens et étudiants. Les mobilisations y gagnent en visibilité et en efficacité mais au prix d’une dépossession inégale de la maîtrise de la mobilisation par les universitaires.

Haut de page

Bibliographie

Aguiton, C., Castel, R., Dardot, P., François, B., Laval, C., Lechevalier, A., Lordon, F., Mathieu, L., Peugny, C., Renault, E., Sintomer, Y., Supiot, A., 2011, Tous dans la rue. Le mouvement social de l’automne 2010, Le Seuil, Paris.

Baecque, A. de, Loyer, E., 2007, Histoire du festival d’Avignon, Gallimard, Paris.

Balibar, S., 2014, Chercheur au quotidien, Le Seuil, Paris

Béroud, S., Denis, J.-M., Desage, G., Girault, B., Pélisse, J., 2008, La lutte continue ? Les conflits du travail dans la France contemporaine, Éditions du Croquant, Bellecombe en Bauges.

Béroud, S., Mouriaux, R., 2005, « Continuité et évolutions de la conflictualité sociale », in Denis, J.-M. (dir.), Le conflit en grève ? Tendances et perspectives de la conflictualité contemporaine, La Dispute, Paris, p. 121-144.

Bidet, A., Schoeni, D., 2011, « Décrire les présences au travail, analyser la structuration de la vie sociale », Ethnographiques, n° 23 [en ligne : http://www.ethnographiques.org/2011/Bidet,Schoeni].

Bouffartigue, P., Lanciano-Morandat, C., 2013, « Les temporalités de la recherche, introduction », Temporalités, n° 18 [en ligne : http://temporalites.revues.org/2540].

Bourdieu, P., 1977, « La production de la croyance : contribution à une économie des biens symboliques », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 13, p. 3-43.

Bourdieu, P., 2012, Sur l’État. Cours au Collège de France 1989 – 1992, Le Seuil, Paris.

Brisset, C.-A. (dir.), 2009, L’université et la recherche en colère. Un mouvement social inédit, Éditions du Croquant, Bellecombe-en-Bauges.

Brunet, B. (dir.), 2003, Paroles intermittentes, Éditions Hors Commerce, Paris.

Caillé, A., Chanial, P. (dir.), 2009, numéro spécial « L’université en crise. Mort ou résurrection ? », Revue du MAUSS, n° 33, p. 1-487.

Caire, G., 1978, La grève ouvrière, Les Éditions ouvrières, Paris

Cardon, V., 2011, « Une vie à l’affiche. Sociologie du vieillissement en emploi des artistes interprètes », thèse de sociologie, EHESS, Paris.

Carlier, A., 2008, « Mesurer les grèves dans les entreprises. Des données administratives aux données d’enquête », Document d’études, DARES, n° 139.

Charle, C., Soulié, C., 2015, La dérégulation universitaire. La construction étatisée des « marchés » des études supérieures dans le monde, Syllepse, Paris.

Chenu, A., 2002, « Les horaires et l’organisation du temps de travail », Économie et Statistique, n° 352-353, p. 151-167.

Connan, P.-Y., Falcoz, M., Potocki-Malicet, D., 2008, Être chercheur au XXIe siècle. Une identité éclatée dans des univers de concurrence, Éditions du Septentrion, Villeneuve d’Ascq.

Contamin, J.-G., 2009, La grève : représentation savante et représentations indigènes, Ceraps, Université Lille 2, Working Paper-1999 [Halshs 00416230, version 2 du 22 octobre 2009].

Crague, G., 2005, « Le travail industriel hors les murs », Réseaux, n° 134, p. 65-89.

Demazière, D., 2003, Le chômage. Comment peut-on être chômeur ?, Belin, Paris.

Denis, J.-M. (dir.), 2005, Le conflit en grève ? Tendances et perspectives de la conflictualité contemporaine, La Dispute, Paris.

Dobry, M., 1986, Sociologie des crises politiques, Presses de Sciences Po, Paris.

Ethis, E., Fabiani, J.-L., Malinas, D., 2013, « 2005-2013. Un public ciselé », Alternatives théâtrales, n° 117-118, p. 50-57.

Faulkner, R.A., Anderson, A.B., 1987, « Short-Term Projects and Emergent Careers: Evidence from Hollywood », American Journal of Sociology, vol. 92, n° 4, p. 879-909.

Faure, S., Soulié, C., 2006, « Rationalisation, bureaucratisation et mise en crise de l’ethos académique », Regards sociologiques, n° 31, p. 107-140.

Faure, S., Soulié, C., Millet, M., 2005, « Enquête exploratoire sur le travail des enseignants chercheurs. Vers un bouleversement de la “table des valeurs académiques” ? », Rapport de recherche, Hal-SHS – 00602398, 136 p.

Fillieule, O., Pudal, B., 2010, « Sociologie du militantisme. Problématisations et déplacements des méthodes d’enquête », in Fillieule, O., Agrikoliansky, E., Sommier, I. (dir.), Penser les mouvements sociaux. Conflits sociaux et contestations dans les sociétés contemporaines, La Découverte, Paris, p. 163-184.

Freidson, E., 1986, « Les professions artistiques comme défi à l’analyse sociologique », Revue française de sociologie, vol. 28, n° 3, p. 431-443.

Geay B, 1991, « Espace social et “coordinations” », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 86/87, p. 2-24

Geay, B. (dir.), 2009, La protestation étudiante. Le mouvement du printemps 2006, Raisons d’agir, Paris.

Geay, B., 2010, « La toge, la paillasse et le mégaphone », Savoir/Agir, n° 12, p. 51-60.

Geay, B., 2013, « Le rapport des enseignants-chercheurs à la grève et à l’action collective. Retour sur le mouvement de 2009 », in Frajerman, L. (dir.), La grève enseignante en quête d’efficacité, Syllepse, Paris, p. 109-116.

Gorz, A., 2003, L’immatériel, Galilée, Paris.

Grégoire, M., 2013, Les intermittents du spectacle. Enjeux d’un siècle de lutte, La Dispute, Paris.

Groux, G., Pernot, J.-M., 2008, La grève, Presses de Sciences Po, Paris.

Heinich, N., 2005, L’élite artiste. Excellence et singularité en régime démocratique, Gallimard, Paris.

Hély, M., 2009, Les métamorphoses du monde associatif, Presses universitaires de France, Paris.

Jarty, J., 2011, « Le travail invisible des enseignants “hors les murs” », Ethnographiques, n° 23 [en ligne : http://www.ethnographiques.org/2011/Jarty].

Jouyet, J.-P., Lévy, M., 2006, L’économie de l’immatériel. La croissance de demain, Rapport au ministre de l’Économie, des finances et de l’industrie, 184 p. [en ligne : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/064000880/].

Julliard, J., 1968, « Théorie syndicaliste révolutionnaire et pratique gréviste », Le Mouvement social, n° 65, p. 55-69.

Kergoat, D. (dir.), 1992, Les infirmières et leur coordination, 1988-1989, Lamarre, Paris.

Lagneau, E., 2005, « Comment étudier la médiatisation des conflits ? », in Denis J.-M. (dir.), Le conflit en grève ? Tendances et perspectives de la conflictualité contemporaine, La Dispute, Paris, p. 59-95.

Lagroye, J. (dir.), 2003, La politisation, Belin, Paris.

Langeard, C., 2012, Les intermittents en scène. Travail, action collective et engagement individuel, Presses universitaires de Rennes, Rennes.

Larose, C., Béroud, S., Mouriaux, R., 2001, Cellatex. Quand l’acide a coulé, Syllepse, Paris.

Lazzarato, M., 2009, Expérimentations politiques, Éditions Amsterdam, Paris.

Le Bars, L., 2007, « Le syndicalisme enseignant du primaire et la grève en France : une difficile appropriation (1905-1934) », Éducation et sociétés, vol. 20, n° 2, p. 19-29.

Le Gall, B., Soulié, C., 2007, « Massification, professionnalisation, réforme du gouvernement des universités et actualisation du conflit des facultés », in Charle, C., Soulié, C. (dir.), Les ravages de la « modernisation » universitaire en France, Syllepse, Paris, p. 173-208.

Leschi, D., 1996, « Les coordinations, filles des années 1968 », Clio, n° 3 [en ligne : http://clio.revues.org/467].

Leschi D, 1997, « La construction de la légitimité d’une grève : le rôle des assemblées générales de la gare de Lyon », Sociologie du travail, vol. 39, n° 4, p. 499-522.

Louvel, S., 2011, Des patrons aux managers, Presses universitaires de Rennes, Rennes.

Loyer, E., 1997, Le théâtre citoyen de Jean Vilar. Une utopie d’après-guerre, Presses universitaires de France, Paris.

McClendon, J.A., Klaas, B., 1993, « Determinants of Strike-Related Militancy: An Analysis of a University Faculty Strike, Determinants of Strike-Related Militancy », Industrial and Labor Relations Review, vol. 46, n° 3, p. 560-573.

Menger, P.-M., 2002, Portrait de l’artiste en travailleur. Métamorphoses du capitalisme, Le Seuil, Paris.

Menger, P.-M., 2011, Les intermittents du spectacle. Sociologie du travail flexible, Éditions de l’EHESS, Paris.

Musselin, C., 2008, Les universitaires, La Découverte, Paris.

Neveu, E., 1996, La sociologie des mouvements sociaux, La Découverte, Paris.

PECRES (collectif), 2011, Recherche précarisée, recherche atomisée. Production et transmission des savoirs à l’heure de la précarisation, Raisons d’agir, Paris.

Pénissat, E., 2005, « Les occupations de locaux dans les années 1960-1970 : processus sociohistoriques de “réinvention” d’un mode d’action », Genèses, n° 59, p. 71-93.

Pernot, J-M., 2005, « Conflits du public, conflits du privé », in Denis, J.-M. (dir.), Le conflit en grève ? Tendances et perspectives de la conflictualité contemporaine, La Dispute, Paris, p. 147-169.

Perronnet, S., 2013, « Les enseignants du second degré public déclarent travailler plus de 40 heures par semaine en moyenne », Note d’information, Ministère de l’Éducation nationale, DEPP, n° 13-13.

Perrot, M., 1974, Les ouvriers en grève (France 1871 – 1890), Mouton, Paris–La-Haye.

Proust, S., 2006, « Les luttes autour du régime de l’intermittence et leur radicalisation en 2003 », in Balasinski, J., Mathieu, L. (dir.), Art et contestation, Presses universitaires de Rennes, Rennes, p. 103-120.

Proust, S., 2007, « Salariat incertain et grève improbable pour les intermittents mobilisés », in Aballéa, F., Lallement, M. (dir.), Relations au travail, relations de travail, Octarès, Toulouse, p. 51-58.

Proust, S., 2010a, « Mobilisations d’artistes et maîtrise du fonctionnement des champs politiques. Les luttes autour du régime de l’intermittence », in Roussel, V. (dir.), Les artistes et la politique. Terrains franco-américains, Presses universitaires de Vincennes, Paris, p. 105-129.

Proust, S., 2010b, « Syndicalisme et délitement du salariat artistique : la CGT et les groupes mobilisés autour du régime de l’intermittence », Sociologie du travail, vol. 52, n° 3, p. 374-388.

Proust, S., 2016, « Les incertitudes de catégorisations au cœur des mobilisations collectives relatives au régime de l’intermittence », in Delaporte, C., Graser, L., Péquignot, J. (dir.), Penser les catégories de pensée. Art, Cultures et Médiations, L’Harmattan, Paris, p. 171-188.

Robert, A.D., Tyssens, J., 2007, « Pour une approche sociohistorique de la grève enseignante », Éducation et sociétés, vol. 20, n° 2, p. 5-17.

Rouillard, J, 2006, Apprivoiser le syndicalisme en milieu universitaire. Histoire du syndicat général des professeurs et professeures de l’Université de Montréal, Boréal, Montréal (Québec).

Schnapper, D., 1999, La compréhension sociologique, Démarche de l’analyse typologique, Presses universitaires de France, Paris.

Sennett, R., 2000, Le travail sans qualités. Les conséquences humaines de la flexibilité, Albin Michel, Paris.

Sinigaglia, J., 2012, Artistes, intermittents, précaires en lutte. Retour sur une mobilisation paradoxale, Presses universitaires de Nancy, Nancy.

Sommier, I., 2003, Le renouveau des mouvements contestataires à l’heure de la mondialisation, Flammarion, Paris.

Sorignet, P.-E., 2011, « Sociologue et danseur, quand la vocation se fait double », in Naudier, D., Simonet, M. (dir.), Des sociologues sans qualités, La Découverte, Paris, p. 222-240.

Taylor, V., 1989, « Social Movement Continuity: The Women’s Movement in Abeyance », American Sociological Review, vol. 54, n° 5, p. 761-775.

Tilly, C., 1986, La France conteste. De 1600 à nos jours, Fayard, Paris.

Tilly, C., Shorter, E., 1973, « Les vagues de grève en France : 1890-1968 », Annales. ESC, vol. 28, n° 4, p. 857-887.

Verdalle, L. de, Vigour, C., Le Bianic, T., 2012, « S’inscrire dans une démarche comparative. Enjeux et controverses », Terrains & Travaux, n° 21, p. 5-21.

Vigna, X., 2007, L’insubordination ouvrière dans les années 1968. Essai d’histoire politique des usines, Presses universitaires de Rennes, Rennes.

Volponi, E., 1988, Alors, camarade Vilar (ou la chronique échevelée de l’été 68 avignonnais), Éditions PSP, Avignon.

Zetlaoui, J., 1999, L’universitaire et ses métiers. Contribution à l’analyse des espaces de travail, L’Harmattan, Paris.

Haut de page

Notes

1 Ces expressions désignent les politiques initiées par l’Union européenne afin de faire de l’Europe la première puissance économique mondiale en privilégiant certaines dimensions stratégiques, notamment celles qui ont trait au développement des savoirs et de la culture. Ces politiques sont dénoncées par les groupes militants comme relevant de logiques néo-libérales soumettant l’ensemble des productions symboliques aux exigences marchandes.

2 L’Appel des appels est initialement une pétition lancée par un psychanalyste, Roland Gori, se donnant comme objectif de fédérer différentes mobilisations relevant de différents secteurs du service public. Voir le site de l’Appel des appels : http://www.appeldesappels.org/

3 Cette expression est utilisée ici par facilité. L’intermittence renvoie à une catégorie juridique définissant un régime d’emploi concernant des artistes et des techniciens. Par ailleurs, cette lutte rassemble d’autres fractions que les intermittents qui, comme les universitaires, ne sont pas tous mobilisés. Il serait plus juste d’évoquer « les groupes mobilisés au sujet de l’intermittence du spectacle ». Sur ces enjeux de catégorisation voir Proust, 2016.

4 Sur le vieillissement des intermittents et leurs conditions de retraite, voir Cardon, 2011.

5 Sur les publics du festival d’Avignon on peut lire Ethis et al., 2013.

6 Sylvia Faure et Charles Soulié signalent que, face aux difficultés, « beaucoup se désengagent vis-à-vis des débats de fond concernant l’avenir de l’université, comme de la recherche (le faible investissement des universitaires dans les débats initiés par le mouvement Sauvons la recherche est symptomatique) » (Faure et Soulié, 2006, p. 121).

7 De La sortie des usines Lumière (film de 50 secondes de 1895) à l’ensemble de l’iconographie des années 1970, une représentation récurrente du travail industriel est bien celle de la sortie en masse du groupe ouvrier hors de l’usine. Corrélativement, une représentation iconographique centrale de la grève ouvrière est celle de la présence du même groupe à (et sur) la porte de l’usine, manifestation exemplaire de la prise de contrôle par ce dernier (cf. la page de couverture de l’ouvrage de Xavier Vigna, 2007).

8 Tel est par exemple le cas de Lip, dans les années 1970. En raison de difficultés économiques croissantes, en 1973, cette entreprise de production horlogère installée dans le Doubs dépose le bilan. Les salariés occupent alors l’usine, récupèrent les stocks de la production passée, et continuent à produire dans l’usine dont ils assument la direction.

9 Un artiste intermittent, sans entrer ici dans les détails techniques du régime, est éligible aux prestations de chômage à partir de 507 heures déclarées sur 10,5 mois (jusqu’en juin 2016). Pour un universitaire français titulaire (un maître de conférences), le service de base annuel est de 192 heures de cours.

10 Conférence de Brest, document de synthèse du 26/03/2009.

11 Manifestation à Saint-Étienne, observations du 26/06/2014.

12 Ces critiques participent d’une « spirale dénonciatrice » du militantisme organisé (Fillieule et Pudal, 2010, p. 168), qui a une réelle efficacité sociale.

13 La première AG des personnels universitaires du 06/01/2009 appelle à la « constitution d’une coordination », et non d’une intersyndicale, rassemblant les représentants des Unités de formation et de recherche (UFR ; n = 9), des organisations syndicales des personnels et des étudiants (n = 5) et des représentants de différents groupes (précaires ; services externalisés).

14 Selon le bilan social 2012 de l’Université Jean Monnet de Saint-Étienne. Les personnels dits « BIATSS » sont les personnels des bibliothèques, ingénieurs, administratifs, techniques, sociaux et de santé.

15 Le Festival « In » désigne le festival « officiel » et ne concerne que quelques dizaines de spectacles. Parallèlement, il existe un festival « Off » rassemblant, dans de multiples lieux, plus de mille spectacles et plusieurs milliers de « professionnels ». En 2014, les responsables nationaux des organisations syndicales sont restés à l’extérieur du Cloître des Célestins où se déroulait une des premières AG du festival, et il nous a fallu longuement négocier pour être admis en tant qu’observateur (observations du 03/07/2014).

16 Les accords collectifs doivent être agréés par l’État. En 2003, une partie de la mobilisation vise à obliger le ministère du Travail à ne pas accepter l’accord du 26/06/2003 entre la CFDT et le MEDEF.

17 C’est le sens de la loi de juin 2016 qui valide l’accord du 28 avril 2016, conclu exclusivement entre les partenaires sociaux de la branche du spectacle, mais dont ne veulent ni le MEDEF, ni la direction confédérale de la CFDT.

18 L’AG des universitaires stéphanois du 27/01/2009 condamne, au nom de la laïcité, l’accord signé le 18 décembre 2008 entre la France et le Vatican. En effet, cet accord autorise la reconnaissance des grades et diplômes délivrés par l’enseignement supérieur catholique, en contradiction avec le monopole étatique de la distribution des grades.

19 La motion 3 de la cinquième coordination nationale des universités (6 et 7 mars 2009) condamne « la marchandisation des savoirs à l’échelle de l’Europe ».

20 Évoquant les actions de coupure d’électricité mises en place par les agents d’EDF et certaines de leurs organisations syndicales, une responsable de la fédération nationale des mines et de l’énergie CGT (FNMECGT) indique : « Le problème est toujours de savoir qui va pâtir d’une action. L’idéal serait bien sûr de couper l’Élysée, mais ça, on ne peut pas » (Marie-Claire Cailletaud, in « Échanges de bons procédés », table ronde avec Marie-Claire Cailletaud (CGT), François Labroille (FSU), Jérôme Martin (Act Up), Emmanuelle Mercier (APF) et Jérôme Tisserand (CIP-IdF), Vacarme n° 31, 2005, http://www.vacarme.org/article1264.html, consulté le 30 juillet 2008).

21 Le 22/01/2009, le président de l’Université de Saint-Étienne informe ainsi l’ensemble des personnels qu’il a demandé rendez-vous au Directeur général de l’Enseignement supérieur.

22 Voir par exemple l’entretien de Nicolas Seydoux, président de Gaumont, dans Le Parisien du 16/05/2014.

23 Le compte-rendu de la CNUv du 11/02/2009 énumère la liste des 80 établissements d’enseignement supérieur ayant des représentants mandatés et les 18 organisations professionnelles et syndicales présentes.

24 12 % des enseignants-chercheurs ont totalement le choix des horaires et des jours de leur enseignement, et 75 % l’ont partiellement (Faure et al., 2005, p. 25).

25 Le 8 février 2009, la coordination locale des personnels interroge le Président pour savoir s’il va se rendre à la rencontre organisée, le lendemain, à La Sorbonne par des présidents d’universités beaucoup plus critiques que ne l’est la CPU (Pascal Binczak de Paris 8, Bernadette Madeuf de Paris 10, Georges Molinié de Paris 4).

26 Motion du 13/01/2009.

27 Tract SNESup / SDPREES-FO 42, non daté (février 2009).

28 Compte-rendu de l’AG du 06/01/2009.

29 Lorsque, à plusieurs reprises, au cours de la soirée des Césars (2004), l’humoriste Michaël Youn interpelle le ministre de la Culture, il est difficile de faire la part entre ce qui relève de la critique politique et ce qui est un simple « jeu » spectaculaire.

30 La première coordination nationale des universités, réunie à Paris I le 22 janvier 2009, appelle à la grève totale, reconductible et illimitée, et proclame : « le 2 février 2009, l’université s’arrête ».

31 L’organisation du travail dans les institutions théâtrales est fondée sur une unité temporelle de base de quatre heures nommée « service ».

32 Motion de la CNUv du 20/02/2009.

33 Observations sur la place devant la Cour d’Honneur du Palais des Papes, 16/07/1992.

34 Observations aux Nuits de Fourvières du 18/06/2003 à Lyon et à l’Opéra-Théâtre de Saint-Étienne le 17/06/2014.

35 Observations du 02/02/2009. Sur le développement des logiques de blocus comme transformation du répertoire d’action des étudiants mobilisés voir Geay, 2009.

36 Observations du 05/03/2009 et du 18/03/2009.

37 Observations du 24/03/2009.

38 Observations du 26/02/2009.

39 L’UNI, Union nationale inter-universitaire, est une organisation universitaire classée à droite.

40 Voir Marie Piquemal, « L’impossible recensement des universitaires grévistes », Libération, 24/03/2009.

41 Des positions similaires sont prises par les universitaires non mobilisés ainsi que, de manière souvent plus implicite, par des universitaires mobilisés.

42 Lettre du président de l’Université, 27/04/2009.

43 Observations du 02/07/2003, Cloître des Célestins. Patrice Chéreau revient quelques temps plus tard sur son opposition aux choix effectués : « Pourquoi se tuer, se sacrifier aussi radicalement ? Pour se faire entendre ? Il n’y aura plus personne pour nous entendre » (P. Chéreau, « Comment peut-on renoncer à jouer ? », Le Nouvel Observateur, n° 2002, 6 août 2003).

44 Alain Chenu (2002) intègre ainsi les professions de l’information, des arts et du spectacle dans sa catégorie des entrepreneurs.

45 À partir de 2015, les perspectives de l’élection présidentielle de 2017 et la nécessité de retrouver une influence perdue dans les champs artistiques conduisent le gouvernement à procéder à des réorientations parfois spectaculaires. En 2015, le Premier ministre procède à une (exceptionnelle) autocritique en indiquant que la gauche a probablement eu tort de baisser les budgets culturels (17/05/2015). De la même manière, en voulant éviter un conflit majeur au cours de l’été 2016, quelques mois avant l’élection présidentielle, ce même gouvernement s’oppose, en juin 2016, à ses interlocuteurs habituels (MEDEF et CFDT) en validant l’accord des partenaires de la branche « spectacle ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Serge Proust, « Qu’est-ce que faire grève dans la production symbolique universitaire et artistique ? », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 59 - n° 2 | Avril-Juin 2017, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 21 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sdt/722 ; DOI : 10.4000/sdt.722

Haut de page

Auteur

Serge Proust

Centre Max Weber, UMR 5283 CNRS, Université de Lyon et Université Jean Monnet – Saint-Étienne, 6, rue Basse des rives, 42000 Saint-Étienne, France
serge.proust[at]univ-st-etienne.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals