Navigation – Plan du site
Comptes rendus

The Cybernetic Brain. Sketches of Another Future, A. Pickering

The University of Chicago Press, Chicago & London (2010). 526 p.
Morgan Jouvenet
p. 429-431
Référence(s) :

Andrew Pickering, The Cybernetic Brain. Sketches of Another Future, The University of Chicago Press, Chicago & London, 2010, 526 p.

Texte intégral

  • 1 Voir notamment Constructing quarks. University of Chicago Press, Chicago (1984) et The mangle of pr (...)

1Figure bien connue des science studies, Andrew Pickering a produit une œuvre « constructiviste » alternant travaux empiriques et réflexions théoriques1. Dans The Cybernetic Brain, il présente une sociologie historique du mouvement cybernétique, saisi à travers les activités de ses principaux animateurs en Grande-Bretagne, à partir des années 1940.

2Appuyée sur une riche iconographie, son analyse privilégie la production de dispositifs matériels (souvent spectaculaires) et cette orientation restitue toute sa vivacité et ses couleurs à la cybernétique, irréductible à des objets techniques de conception désuète. Plus qu’une discipline, c’est une « forme de vie, une façon de s’engager dans le monde, une attitude » (p. 9) et l’auteur révèle la dynamique de cet expérimentalisme débordant. De la cyber-tortue domestique à la « machine Musicouleur », en passant par les ordinateurs « moléculaires » et une incroyable salle de « cybercontrôle » de l’économie chilienne, les productions sur lesquelles l’analyse s’arrête témoignent de la variété de ses terrains d’application. Insistant à la fois sur la marginalité (académique) du mouvement cybernétique et sur la fluidité de ses idées, l’ouvrage se lit également comme une réflexion sur la transversalité. Son agenda est en outre explicitement critique : il se termine sur un plaidoyer pour les modèles cybernétiques, car Andrew Pickering y voit un antidote aux dangereuses certitudes de la modernité.

3Le dernier chapitre détaille cette argumentation critique, proche de celle de Bruno Latour. La succession des précédents épouse celle des figures centrales de la cybernétique anglaise, en proposant le récit du passage du courant (alternatif) des pionniers Grey Walter et Ross Ashby à leurs successeurs Stafford Beer et Gordon Pask, en passant par Gregory Bateson et Ronald D. Laing. Si Andrew Pickering a finalement préféré cette approche biographique « séquentielle » à une présentation thématique, cette dernière est sans doute plus adaptée à la présentation des apports du livre.

4La cybernétique offre d’abord une scène originale pour l’enquête sur le rapport aux (et entre) objets naturels et artificiels. Objet premier, le cerveau humain est pensé par les cybernéticiens anglais comme un centre d’action plutôt que de représentation, dans une problématique de l’adaptation. L’impulsion donnée par Ross Ashby et Gregory Walter consiste dès lors à inventer des machines capables de reproduire ce qu’il fait plutôt que de chercher à comprendre comment il y parvient, à travers un « bricolage évolutionniste [...] improvisé sur le tas de la culture matérielle d’après-guerre » (p. 56, 128). Grey Walter crée ainsi une « nouvelle espèce non organique, machina speculatrix », sous la forme de robots-tortues offrant un moyen de modéliser des formes primaires de comportements adaptatifs. Ross Ashby cherche pour sa part à observer comment un couple de machines électriques évolue vers une situation viable d’équilibre. Son but est aussi de montrer que même des structures au fonctionnement relativement simple peuvent déployer une activité extrêmement complexe et imprévisible.

5La transversalité des propositions cybernétiques est un autre thème dominant du livre. Andrew Pickering souligne notamment leur succès auprès de nombreux courants esthétiques (la beat generation, les architectes d’Archigram, les musiciens John Cage et Brian Eno...). L’étude des tentatives de Gordon Pask pour installer ses machines incertaines sur diverses scènes artistiques et dans les galeries d’art est très réussie. Les biographies de Stafford Beer et de Ross Ashby offrent d’autres démonstrations de « l’instabilité du référent » (p. 145) de la cybernétique. L’une des 7189 pages du journal de Ross Ashby témoigne même de la possibilité de développer une sociologie cybernétique. Stafford Beer, de son côté, se retrouve un jour à la tête de CyberSync, une organisation cybernétique conçue pour optimiser l’économie du Chili de Salvador Allende. Son activité de consultant le conduira ensuite à convertir des entreprises à ses « syntégrations », des protocoles de réunion assurant un maximum d’ajustements mutuels entre participants. Dépassant les frontières, la culture des cybernéticiens mêle également science et spiritualité. Cette articulation s’explique d’abord par leur intérêt pour les « performances étranges » et autres « technologies du soi », impliquant parfois la recherche d’« états seconds » qui ouvrent de nouvelles fenêtres sur le fonctionnement du cerveau. Les expériences introspectives de la philosophie Zen offrent ainsi pour Gregory Bateson et Ronald D. Laing un moyen d’échapper aux normes identitaires du monde moderne. Andrew Pickering montre comment la vie dans une communauté thérapeutique créée par Ronald D. Laing est organisée, non pas pour aider les déviants à retrouver la normalité sous la direction du psychiatre, mais comme un lieu d’exploration de nouvelles identités personnelles (y compris pour le psychiatre).

6Cette pluridisciplinarité (ou plutôt cette « indisciplinarité », p. 60) est rapportée à la relative marginalité de la cybernétique anglaise. Les rencontres comme les expériences des cybernéticiens s’effectuent dans des espaces privés plutôt que dans les universités et l’absence d’attaches institutionnelles pérennes explique la diffusion tous azimuts de leurs idées. C’est « une science nomade », qui se développe au fil de « relations sociales improvisées et temporaires » (p. 114). Selon Andrew Pickering, ces outsiders ignorent du coup souvent une frontière de plus, « entre l’amusement et la science sérieuse ». En revanche, cette marginalité handicape leur reproduction sociale, qui repose davantage sur des succès médiatiques et des ouvrages « grand public » que sur l’intégration des cursus universitaires et la formation de doctorants.

7Andrew Pickering affirme que la cybernétique repose sur une ontologie originale, « étrange » (p. 17) même et cette thèse est un autre fil rouge du livre. La confrontation avec les « systèmes complexes », en réalité insaisissables et incontrôlables, incite en effet les cybernéticiens à privilégier l’émulation du monde en train de se faire (in the making), plutôt que la constitution d’un savoir abstrait. L’originalité de la cybernétique réside fondamentalement dans les voies de cette émulation, qui prend acte des capacités limitées de l’humain lorsqu’il s’agit d’encadrer des processus complexes. Pensant que « les écosystèmes sont plus intelligents que nous [...] dans leur capacité à résoudre par l’action des problèmes dépassant nos capacités cognitives » (p. 237), Stafford Beer imagine ainsi un dispositif permettant de faire dériver les principaux paramètres de la gestion d’une entreprise des interactions entre organismes dans un étang... autrement dit de brancher son organisation sur un écosystème. Inutile en effet d’élaborer d’incertains dispositifs de gestion des « systèmes complexes », alors qu’ils « croissent » dans la nature (id.). Dans le même esprit, Gordon Pask propose un « ordinateur chimique » évitant le recours à un langage de programmation.

8Les expériences réalisées de nos jours avec des rats téléguidés (grâce à des implants neuronaux), par exemple, s’appuient sur une conception inverse de l’intervention humaine et Andrew Pickering a beau jeu de noter que la marque de la cybernétique est illisible dans la culture sociotechnique dominante. Il insiste ainsi sur l’erreur consistant à associer cette science de « l’anti-contrôle » au spectre de Big Brother. L’accent mis sur la symétrie dans l’action montre qu’il y a bien plutôt « quelque chose d’intrinsèquement démocratique dans la cybernétique » (p. 391). Et le sociologue oppose, suivant une distinction heideggérienne, l’exploration des possibles, la pratique de la révélation équivoque qui la caractérise, à l’imposition de la conformation et aux routines de l’encadrement banalisées par la modernité. Ces particularités donnent à la cybernétique une dimension politique qu’il faudrait exploiter pour « réarranger » le monde que nous connaissons et les dernières pages du livre vantent l’intérêt des modèles cybernétiques pour une « alternative constructive à l’hégémonie de la modernité » (notamment dans le champ des politiques environnementales). Leurs vertus incitent en tout cas Andrew Pickering à militer pour l’intégration des objets et idées cybernétiques dans les cursus scolaires (« voilà un Rembrandt, voilà un Picasso, voilà une [cyber]tortue », p. 401).

9Le tour de force de The Cybernetic Brain consiste à faire apparaître la cohérence intellectuelle de la cybernétique en mouvement, i.e. en restituant sa dynamique transversale. Le privilège accordé à « la cybernétique en action » permet d’éviter l’abstraction ; la thèse du « théâtre ontologique » la dilution. Mais l’élévation de l’originalité cybernétique au plan ontologique paraît excessive. Et si les cybernéticiens usent effectivement d’un langage particulier, une discussion sur ce point manque. Le sens des mots (comme ceux qui décrivent le fonctionnement du cerveau humain) peut y être poussé au maximum de son élasticité ou flotter de manière déroutante (de quelle nature est cet « équilibre » au centre de toutes les attentions, qu’il s’agisse de la relation entre deux homéostats ou de celle que le gouvernement chilien entretient avec son peuple ?). On a souvent l’impression que la dynamique décrite se nourrit de ces « ensorcellements du langage » dont Ludwig Wittgenstein a indiqué les dangers. La description de la Nature comme « grand ordinateur » (p. 288) est un exemple éloquent. Une telle discussion aurait aussi permis de mieux saisir ce qu’est un modèle (cognitif, pour le coup) dans ce contexte. Le partage présenté entre les conceptions « performativiste » et « cognitiviste » de la production de connaissances semble du reste fallacieux : comme si les cybernéticiens étaient les seuls conscients de la dimension pratique de la recherche... avec Andrew Pickering lui-même (qui souligne plusieurs fois les affinités de sa sociologie des sciences avec la cybernétique).

Haut de page

Notes

1 Voir notamment Constructing quarks. University of Chicago Press, Chicago (1984) et The mangle of practice. University of Chicago Press, Chicago (1995).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Morgan Jouvenet, « The Cybernetic Brain. Sketches of Another Future, A. Pickering », Sociologie du travail, Vol. 54 - n° 3 | 2012, 429-431.

Référence électronique

Morgan Jouvenet, « The Cybernetic Brain. Sketches of Another Future, A. Pickering », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 54 - n° 3 | Juillet-Septembre 2012, mis en ligne le 15 novembre 2018, consulté le 20 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/7261

Haut de page

Auteur

Morgan Jouvenet

Laboratoire Printemps (CNRS/UVSQ), 47, boulevard Vauban, 78047 Guyancourt cedex, France
morgan.jouvenet[at]printemps.uvsq.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals