Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol 55 - n° 4Comptes rendusThe Worth of Goods: Valuation and...

Comptes rendus

The Worth of Goods: Valuation and Pricing in the Economy, J. Beckert, P. Aspers (Eds)

Oxford University Press, Oxford (2011). 360 p.
Philippe Steiner
p. 530-532
Référence(s) :

Jens Beckert et Patrik Aspers, The Worth of Goods: Valuation and Pricing in the Economy, Oxford University Press, Oxford, 2011, 360 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage rassemble 12 contributions sur le thème de la valeur et des prix, une question centrale de la sociologie économique depuis que la recherche en ce domaine a considéré qu’il était possible d’enquêter sur ce qui était, jusque là, considéré comme le saint du saint de la théorie économique : le marché et la formation des prix. Le projet autour duquel les contributions s’organisent est fixé dans l’introduction rédigée par les deux éditeurs. Outre une revue de la littérature et des ressources offertes par les travaux récents en sociologie économique, Jens Beckert et Patrik Aspers avancent une série d’idées dont la principale est que les processus de valuation, c’est-à-dire les processus de fixation d’une valeur, au sens le plus général du terme, sont omniprésents et multiformes. La valeur découle de la mise en œuvre de critères esthétiques, moraux, religieux, politiques, économiques, pour ne nommer que les principaux. Cette multiplicité demeure lorsque la valuation aboutit à une grandeur monétaire, car derrière celle-ci se trouvent des processus sociaux qui permettent d’y parvenir et de rendre compatibles les intérêts en jeu. Pour mener à bien l’étude de ces processus, les deux éditeurs soulignent que les sociologues ont désormais en main des outils d’analyse nombreux grâce aux travaux issus de l’économie des conventions qui distinguent différents régimes de grandeur, à l’économie des singularités qui analyse les dispositifs de jugement face à l’incertitude radicale sur la qualité des biens, aux travaux sur les dispositifs de calcul développés par les sociologues de l’innovation, ou encore à l’économie de la dissonance de David Starck qui a rédigé la postface de l’ouvrage.

2L’introduction ne propose pas de synthèse de cet ensemble de travaux et ne se risque pas à les évaluer ou à les classer, ce qui laisse le lecteur quelque peu désemparé face à la profusion et à l’éclatement des recherches que l’organisation de l’ouvrage ne dissipe pas. Une première série de quatre articles examine des formes de valuation à l’œuvre sur des domaines nouveaux : la valuation de la nature à la suite d’une pollution (Marion Fourcade), celle des articles scientifiques (Lucien Karpik), celle des marchés éthiques (Peter Gourevitch), et le rôle de l’imagination dans les processus de valuation (Jens Beckert). Les articles suivants traitent de deux marchés sur lesquels la valuation est rendue problématique, soit en raison de la dimension esthétique de ce qui est acheté et vendu — c’est le cas du vin (Marie-France Garcia-Parpet), de la mode (Ashley Mears), de l’art contemporain (Olav Velthuis), des industries de la création (Michael Hutter) —, soit de l’incertitude attachée aux produits financiers — avec les questions de la prévision (Akos Rona-Tas et Stefanie Hiss), de la mise en place du marché financier à Nairobi (Christopher Yenkey) et de la rationalité face à la contingence sur les marchés d’actions (Charles Smith). Il est important d’avoir présent à l’esprit le fait que les études réunies dans le volume concernent des produits dont la qualité fait difficulté : la nature, les articles scientifiques, l’art contemporain, les modèles dans le secteur de la mode, les produits issus du commerce équitable, les titres sur les marchés financiers, etc. Curieusement, les processus de valuation et de valorisation qui sont essentiels au fonctionnement des organisations, qu’elles soient marchandes ou non, ne sont étudiés que dans une seule contribution qui considère alors les produits sous l’angle symbolique (Davide Ravasi, Violina Rindova et Ileana Stigliani). Le rôle des organisations dans le travail nécessaire pour produire un prix, bien que souligné par les autres communications, reste donc un chantier à ouvrir.

  • 1 M. Weber, Économie et société, Plon, Paris, 1971, p. 97.

3Les éditeurs de l’ouvrage tentent de réarranger cet ensemble de travaux en le rapprochant de la manière de faire des économistes, avant de s’en démarquer — comme Max Weber avait brièvement montré qu’il était souhaitable de le faire lorsqu’il commentait la théorie de l’intérêt d’Eugène von Böhm-Bawerk : « dans quelles conditions moyennes l’échange de 100 contre 100 + x peut-il être considéré comme rationnel ? La théorie économique fera valoir le rapport entre les utilités marginales futures et les biens présents. Le sociologue aimerait savoir dans quel acte humain s’exprime ce prétendu rapport et comment les agents économiques peuvent introduire les conséquences de cette évaluation différentielle sous forme d’ “intérêt”. Car le quand et le comment de cette opération ne s’imposent nullement comme une évidence »1. Appliquée au cas de la valeur, la manière weberienne de procéder permet de distinguer deux segments dans les processus de valuation. Lorsqu’il s’agit de la valeur marchande des biens, la théorie économique a ceci de particulier qu’elle part de préférences individuelles considérées comme des données. Les processus sociaux qui contribuent à leur formation sont donc volontairement ignorés. La théorie explique ensuite que les marchés sont des lieux dans lesquels, en raison de différences dans les valuations qui découlent de ces préférences, un écart apparaît qui fonde la possibilité de la valorisation, et donc d’un gain, lequel est recherché par l’entrepreneur au sens de la théorie néo-autrichienne d’Israel Kirzner. L’échange est profitable et a lieu dès lors que la valeur que le possesseur du bien lui accorde est inférieure à celle que l’acheteur lui attribue (coût de transaction compris). S’il n’a pas l’avantage de la richesse de la description empirique, l’argument de l’économiste a celui de la simplicité et de la généralité puisque n’importe quel bien est susceptible de rentrer dans ce cadre d’analyse dès lors qu’un différentiel d’évaluation existe pour quelque motif ou quelque dispositif social que ce soit. C’est à ce point que prend place l’argumentaire sociologique de cet ouvrage. Les processus de valuation et de valorisation sont examinés de manière à montrer l’origine et le cheminement grâce auquel ces différentiels trouvent à s’exprimer et prennent effectivement place dans la société. La richesse de la description sociologique se paye néanmoins de la perte de la simplicité et de la généralité de l’argumentation de l’économiste, lequel peut toutefois s’inspirer, selon ses propres perspectives, de telle ou telle description empirique pour nourrir ses formalisations. En revanche, à défaut de proposer une alternative, la généralisation simplifiante de l’économiste ne court aucunement le risque d’être remise en cause par la description fine du sociologue.

4À la lumière de ce cadre weberien, on peut lire les contributions selon la nature du processus social de valuation examiné dans les différentes études réunies dans l’ouvrage. Dans certains cas, c’est le processus à l’origine des préférences ou de l’expression de celles-ci qui est au cœur du propos. On le voit à l’œuvre dans l’étude de Fourcade sur la valuation de la nature suite à une marée noire : l’expression des préférences est obtenue grâce à une enquête d’opinion demandant aux enquêtés de révéler le prix qu’ils seraient prêts à payer pour éviter ce désastre écologique. Les préférences passent ensuite par une série  d’étapes qui mènent de l’évaluation contingente à la décision de justice, par l’intermédiaire de l’enquête d’opinion et après validation par les économistes distingués — et notamment par un lauréat du prix Nobel. Le même segment de la valuation est examiné par Beckert lorsqu’il souligne l’importance des attentes, de l’imagination, voire des rêveries sociales — « Si je gagnais x millions d’euros, comment les utiliserais-je ? » — dans la formation des valeurs. Pour l’instant, l’enquête de Beckert n’a aucun contenu empirique, mais on peut lui faire confiance pour que cela soit bientôt documenté en examinant les différents registres de la fictionnalité dont on vient de rappeler un exemple. D’autres contributions délaissent la construction sociale des préférences des acteurs pour mettre l’accent sur divers dispositifs qui les mettent en forme et leur donnent force sur les marchés. C’est le cas du chapitre de Karpik qui montre le rôle joué par les agences d’évaluation de la recherche et les revues dans la fixation de la valeur des productions scientifiques. C’est également le cas du chapitre de Mears qui analyse, dans le secteur de la mode vestimentaire, les relations qu’entretiennent les agents entre eux et avec les magazines lorsqu’il s’agit de définir la valeur marchande de leurs modèles — tout en insistant sur les écarts qui existent entre les valeurs prises au sens symbolique ou au sens marchand. On voit ainsi les sphères sociales à l’œuvre dans la valuation et la valorisation des biens incertains, et les circuits de commerce — pour parler comme Viviana Zelizer — grâce auxquels ces dispositifs sont rattachés entre eux par un travail relationnel spécifique.

  • 2 F. Vatin (Ed.), Évaluer et valoriser. Une sociologie économique de la mesure, Presses universitaire (...)

5L’ouvrage s’inscrit dans la série des recherches contemporaines sur la valuation des biens. Sa qualité première est d’en montrer l’inscription sociale — au sens weberien du terme rappelé plus haut — grâce à la série d’études réunies dans l’ouvrage, ainsi que la grande variété des processus et des raisons de la valuation des biens dont la nature est aussi variée que les processus eux-mêmes. Il ouvre de nombreuses perspectives, mais il n’en étudie systématiquement aucune. C’est sans doute la limite de l’ouvrage, comparativement à des enquêtes, collectives elles aussi, à propos de biens dont la nature est tout aussi variée (de la carcasse d’agneau à l’appel téléphonique, en passant par les cocottes minutes et les business plans) mais dont les processus de valuation et de valorisation sont examinés autour d’une même problématique, en l’occurrence celui de la sociologie de la mesure2.

Haut de page

Notes

1 M. Weber, Économie et société, Plon, Paris, 1971, p. 97.

2 F. Vatin (Ed.), Évaluer et valoriser. Une sociologie économique de la mesure, Presses universitaires du Mirail, Toulouse, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Steiner, « The Worth of Goods: Valuation and Pricing in the Economy, J. Beckert, P. Aspers (Eds) », Sociologie du travail, Vol 55 - n° 4 | 2013, 530-532.

Référence électronique

Philippe Steiner, « The Worth of Goods: Valuation and Pricing in the Economy, J. Beckert, P. Aspers (Eds) », Sociologie du travail [En ligne], Vol 55 - n° 4 | Octobre-Décembre 2013, mis en ligne le 18 octobre 2013, consulté le 25 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/7418 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.7418

Haut de page

Auteur

Philippe Steiner

Université Paris – Sorbonne & Institut universitaire de France
Maison de la recherche, 28, rue Serpente, 75006 Paris, France
philippe.steiner[at]paris-sorbonne.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search