Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol 55 - n° 4Comptes rendusLes métamorphoses de la distincti...

Comptes rendus

Les métamorphoses de la distinction. Inégalités culturelles dans la France d’aujourd’hui, P. Coulangeon

Grasset, Paris (2011). 168 p.
Reguina Hatzipetrou-Andronikou
p. 532-534
Référence(s) :

Philippe Coulangeon, Les métamorphoses de la distinction. Inégalités culturelles dans la France d’aujourd’hui, Grasset, Paris, 2011, 168 p.

Entrées d’index

Mots-clés :

Distinction, Inégalités
Haut de page

Texte intégral

1Avec Les métamorphoses de la distinction, Philippe Coulangeon analyse, trente ans après la sortie du livre de Pierre Bourdieu La Distinction, la situation actuelle des inégalités culturelles en France. L’auteur utilise ainsi les outils et concepts de La distinction, comme la légitimité culturelle et la violence symbolique, afin d’en interroger la pertinence contemporaine. Autrement dit, il pose la question, à partir de ses propres travaux et de la littérature sur cette thématique, du maintien de la dimension classante de la culture. L’argumentation de l’ouvrage est construite autour, et consolidée par des données empiriques et des indicateurs clés tirés des grandes enquêtes nationales réalisées dans la période étudiée, comme les enquêtes sur les pratiques culturelles des Français.

2Dans le premier chapitre, P. Coulangeon prend appui sur les notions de capital culturel et de légitimité culturelle en association avec les inégalités de revenu pour démontrer le maintien des inégalités culturelles. Ainsi, entre 1979 et 2006, l’écart s’est même creusé sur la part du budget consacré aux loisirs et à la culture entre les cadres et les ouvriers en faveur des premiers pendant qu’à l’inverse, l’écart sur la part du budget consacré au logement a augmenté « au détriment des catégories populaires » (p. 30). Outre cet aspect matériel, les enquêtes présentées montrent la persistance de forts écarts concernant la fréquentation des équipements culturels mais aussi des pratiques culturelles domestiques légitimes, comme la lecture. Pourtant, on retrouve également un double mouvement d’évolution qui nuance ce constat sans pour autant tendre vers une moyennisation des pratiques culturelles. L’auteur note d’une part, un « désenclavement de zones et de populations traditionnellement laissées pour compte de la diffusion culturelle » (p. 26) lié à l’augmentation de l’offre de biens culturels et des médias de masse et, d’autre part un « déclin des profits de distinction attachés à la “haute culture” » (p. 39).

3Par la suite l’auteur pose la question des effets socioculturels de l’allongement généralisé de la durée des études, phénomène majeur des trente dernières années. À rebours des discours sur l’inflation scolaire et la « baisse » du niveau, qui ont pour corollaire l’idée d’un nivellement par le bas des pratiques culturelles, P. Coulangeon souligne les effets paradoxaux de la massification scolaire et du développement de la culture de masse de la jeunesse. En effet, elles font perdre à l’École une partie de son pouvoir de certification des compétences culturelles. Cependant, il insiste sur le fait qu’il existe des bénéfices socioculturels liés à l’expansion scolaire, particulièrement visibles si l’on compare des personnes de générations différentes mais de même origine sociale. Ces bénéfices impliquent cependant également des coûts subjectifs notamment pour les élèves les plus éloignés des normes socioculturelles de l’école.

4En dehors de l’allongement généralisé des études, l’analyse des politiques publiques de la culture, de leurs objectifs et de leur efficacité, s’impose pour mieux saisir la nature de l’évolution des inégalités culturelles. L’auteur constate alors que le contexte français est dominé par le paradigme de la démocratisation de la culture selon lequel il faudrait « réduire les inégalités d’accès à la “haute culture” » (p. 97). Mais cette notion, note P. Coulangeon, est fondée sur l’« arbitraire culturel » en reconnaissant la culture d’une certaine classe sociale comme la « haute culture ». Les politiques publiques en question, pécheraient quant à leur orientation et aux moyens mis en œuvre, étant plutôt des formes de subvention de l’offre culturelle, c'est-à-dire des artistes et des institutions, que tournées vers la demande et les publics potentiels. Autrement dit, elles ne s’adressent majoritairement pas aux personnes exclues de certaines pratiques culturelles, alors que les enquêtes montrent encore aujourd’hui la prégnance de l’origine sociale malgré l’existence en France de dispositifs de démocratisation de la culture depuis cinquante ans. Pendant cette même période, l’auteur souligne la pluralité croissante des instances socialisatrices qui entraînent une « volatilité du système social des goûts » (p. 112), rendant doublement caduc le système actuel d’action publique dans ce domaine, inscrit dans une logique de « séparation des registres savant et populaire » (p. 113) qui semblent de moins en moins pertinente dans le contexte actuel.

5P. Coulangeon termine sa démonstration en proposant une lecture critique de l’idée que « l’attitude culturelle des classes supérieures se caractériserait désormais davantage par la diversité des goûts et des pratiques que par la familiarité avec les arts savants » (p. 117), autrement dit un éclectisme culturel de ces classes. Il met ainsi l’accent sur le fait que se construisent de « nouveaux territoires de la domination symbolique » (p. 115) à travers, par exemple, un rejet prononcé de styles musicaux, de films ou d’émissions de télévision à grande audience, qui définit la distance sociale avec les classes populaires. Dès lors, l’éclectisme culturel renforce les logiques de distinction en créant des normes peu lisibles, donc peu accessibles au plus grand nombre.

6L’ouvrage, par l’analyse fine et solide des déplacements et métamorphoses des inégalités culturelles durant les trente dernières années en France, permet de comprendre les modalités d’actualisation de la domination. Ainsi, la culture reste toujours classante mais sous des formes souvent différentes, sous l’effet de l’évolution des pratiques culturelles et l’avènement de la culture de masse, de l’expansion scolaire et des politiques publiques de la culture. P. Coulangeon termine ce travail de manière optimiste et note que « l’éclatement des normes de la légitimité culturelle ouvre aussi la possibilité d’une valorisation dans les politiques d’éducation comme dans celles de la culture, d’une pluralité des échelles d’excellence » (p. 162). Dans cette même perspective, il serait important, pour mieux saisir et appréhender dans leur globalité les « métamorphoses de la distinction », d’intégrer à cette analyse d’autres rapports de domination, tels le genre, l’appartenance ethnique, ou l’âge, en les croisant avec la classe sociale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Reguina Hatzipetrou-Andronikou, « Les métamorphoses de la distinction. Inégalités culturelles dans la France d’aujourd’hui, P. Coulangeon », Sociologie du travail, Vol 55 - n° 4 | 2013, 532-534.

Référence électronique

Reguina Hatzipetrou-Andronikou, « Les métamorphoses de la distinction. Inégalités culturelles dans la France d’aujourd’hui, P. Coulangeon », Sociologie du travail [En ligne], Vol 55 - n° 4 | Octobre-Décembre 2013, mis en ligne le 23 octobre 2013, consulté le 25 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/7435 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.7435

Haut de page

Auteur

Reguina Hatzipetrou-Andronikou

Centre Maurice Halbwachs / CNRS
48, boulevard Jourdan, 75014 Paris, France
reguina.ha[at]gmail.com

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search