Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol 55 - n° 4Comptes rendusLa domination scolaire. Sociologi...

Comptes rendus

La domination scolaire. Sociologie de l’enseignement professionnel et de son public, U. Palheta

Prisca Kergoat
p. 535-537
Référence(s) :

Ugo Palheta, La domination scolaire. Sociologie de l’enseignement professionnel et de son public, PUF, Paris, 2012, 374 p.

Texte intégral

1La domination scolaire, ouvrage d’Ugo Palheta, s’inscrit dans une sociologie de l’enseignement professionnel et plus largement des classes populaires. Issu de la tradition sociologique de Pierre Bourdieu, l’auteur se propose ici de saisir l’enseignement professionnel « comme un des “moyens” que trouve le système d’enseignement pour accomplir sa fonction implicite de hiérarchisation des individus et de division des groupes sociaux », système qui participe « à la reproduction de la division sociale du travail, c’est-à-dire à la structuration des rapports de classe, de genre et de race » (p. 3).

2L’ouvrage interroge la multiplicité des rapports entretenus par les jeunes avec leur orientation, la façon dont ils aménagent leur représentation d'eux-mêmes et leur place dans l'enseignement professionnel. Cela amène l’auteur à analyser ce segment du système éducatif à la lumière de deux grands phénomènes que sont les processus de massification de l’école et, dans une moindre mesure, les transformations opérées dans le monde du travail. À partir d’une méthodologie combinant travail statistique (enquêtes de la DEPP) et enquête ethnographique (essentiellement des entretiens menés auprès d’élèves et d’apprenti(e)s), l’auteur défend la thèse selon laquelle « une fraction importante des classes populaires est soumise à un processus de reprolétarisation » (p. 27).

3La première partie s’attache à situer l’enseignement professionnel dans l’économie générale du système d’enseignement. Les politiques de massification scolaire ont contribué à accentuer les divisions, tant entre élèves qu’entre filières. Non seulement le public de l’enseignement professionnel est de plus en plus ségrégé scolairement et socialement, mais encore cette ségrégation est-elle durable et redoublée par l’étanchéité des filières et par le devenir socioprofessionnel des jeunes qui, bien souvent déclassés, sont cantonnés à des positions relevant du salariat d’exécution.

4La deuxième partie de l’ouvrage se consacre à la description de l’hétérogénéité de cet ordre d’enseignement. Attentif aux facteurs de différenciation interne des classes populaires, l’auteur cherche à définir la structure de l’enseignement professionnel mais aussi à caractériser les différents usages et significations de l’orientation. En effet, les choix opérés par les jeunes et leurs familles ne relèvent ni du hasard ni de la seule nécessité économique : la procédure d’orientation a aussi pour fonction « de faire correspondre des ethos de fraction de classe à des formations spécifiques et corrélativement à des positions dans le monde du travail » (p. 204).

5La dernière partie se donne pour objet l’articulation des rapports de classes avec les rapports de genre et de race au sein des filières professionnelles. Si les filles fréquentent moins souvent l’enseignement professionnel que les garçons, le public féminin s’avère systématiquement plus populaire. Ces résultats mettent en évidence la double stigmatisation — féminine et populaire — dont les filières professionnelles féminisées sont l’objet. Interrogeant les habitus de genre pour caractériser les vœux d’orientation, l’auteur souligne que, dans le cas des filles, la précarisation des emplois joue un rôle paradoxal puisqu’elle conduit à un surcroît de mobilisation scolaire. Quant aux jeunes issus de l’immigration, ils sont, tout comme les filles, moins présents au sein de l’enseignement professionnel, et déclarent des aspirations scolaires plus ambitieuses. Ces rapports aux études traduisent une « volonté désarmée de mobilité sociale », un rapport à l’école autant orienté « vers une perspective d’émancipation individuelle que dicté par le refus des positions subalternes […], refus d’autant plus farouche parmi ceux issus de la colonisation que le racisme endémique dont ils sont l’objet rend improbable cette mobilité espérée » (p. 310).

6Indéniablement, l’ouvrage d’U. Palheta apporte une contribution précieuse à la sociologie de l’enseignement, au moins de deux façons. La première tient au fait, et l’auteur insiste sur ce point, que l’enseignement professionnel est un objet déprécié et méconnu, très largement ignoré par la sociologie en général et par les théoriciens de la reproduction en particulier. Or, cette méconnaissance s’avère préjudiciable à la connaissance de l’enseignement professionnel mais aussi à la compréhension globale du système éducatif (et de son collège dit unique) et de ses relations avec le monde du travail. En second lieu, cet ouvrage rompt avec une propension à homogénéiser les classes populaires. Non seulement l’auteur est attentif aux ambivalences et aux contradictions que les jeunesses populaires entretiennent avec l’école, mais il rend également compte des usages et représentations de deux populations que sont les filles et les jeunes issus de l’immigration, trop rarement mises en scène par es recherches sur la formation professionnelle.

7Il est dès lors un peu contradictoire, et regrettable à mes yeux, qu’en conclusion l’auteur réduise l’espace des filières professionnelles à une opposition entre deux pôles définis négativement : une « culture anti-école à composante ouvrière » d’une part et un « refus de la condition subalterne » d’autre part. Cette opposition ne rend pas compte à mon sens de la richesse des analyses proposées, et plus spécifiquement des rapports entretenus par les filles avec l’école et le travail. De même, si U. Palheta affirme que l’accent mis sur les mécanismes de domination ne doit pas faire oublier les mécanismes de résistance, les analyses proposées peinent à mettre à jour des pratiques d’autonomie sociale et culturelle qui seraient propres aux jeunesses populaires. Pour affirmer ou infirmer l’existence de ces dernières, peut-être aurait-il fallu se décentrer des représentations pour se focaliser davantage sur les pratiques, adapter un cadre d’analyse qui, tout pertinent soit-il, est ici pensé en posant l’école, et notamment l’enseignement général, comme référence. La posture adoptée tend du coup à gommer différentes dimensions à mes yeux déterminantes (même si cela est moins vrai du chapitre consacré aux jeunes issus de l’immigration), telles que la question de la transmission des savoirs professionnels et des rapports au travail qui permet d’observer la manière dont ces jeunes se confrontent aux situations concrètes de formation. De même, l’auteur aurait pu accorder une attention plus prononcée aux processus, aux différents temps du désenchantement, de la désillusion ou de l’adhésion spécifiques à l’adolescence. Enfin, la question soulevée, celle de « l’autonomie de l’enseignement professionnel », aurait mérité d’être davantage éclairée à partir des transformations en cours, en examinant d’une part ses relations avec la sphère productive et d’autre part sa séparation avec le système éducatif, processus menant à placer aujourd’hui la formation professionnelle sous la tutelle des régions.

8Reste qu’in fine on ne peut tout tenir ni tout dire, et que l’ouvrage d’U. Palheta s’avère être, pour la sociologie de l’enseignement professionnel, d’un apport incontestable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Prisca Kergoat, « La domination scolaire. Sociologie de l’enseignement professionnel et de son public, U. Palheta », Sociologie du travail, Vol 55 - n° 4 | 2013, 535-537.

Référence électronique

Prisca Kergoat, « La domination scolaire. Sociologie de l’enseignement professionnel et de son public, U. Palheta », Sociologie du travail [En ligne], Vol 55 - n° 4 | Octobre-Décembre 2013, mis en ligne le 31 octobre 2013, consulté le 31 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/7454 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.7454

Haut de page

Auteur

Prisca Kergoat

Centre d’Étude et de Recherche Travail Organisation Pouvoir (CERTOP, UMR5044), Université de Toulouse II - Le Mirail, Maison de la Recherche, 5, allées Antonio Machado, 31058 Toulouse Cedex 9, France
prisca.kergoat[at]univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search