Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol 55 - n° 4Comptes rendus« Petites bonnes » d’Abidjan. Soc...

Comptes rendus

« Petites bonnes » d’Abidjan. Sociologie des filles en service domestique, M. Jacquemin

L’Harmattan, Paris (2012). 216 p.
Dominique Vidal
p. 539-541
Référence(s) :

Mélanie Jacquemin, « Petites bonnes » d’Abidjan. Sociologie des filles en service domestique, L’Harmattan, Paris, 2012, 216 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Issu d’une enquête menée en Côte d’Ivoire entre 1999 et 2001, l’ouvrage de Mélanie Jacquemin apporte une contribution originale à trois des difficiles questions devant lesquelles se trouve placée la sociologie de l’emploi domestique, notamment dans les pays du Sud. Sans trahir le propos de l’auteur qui ne les énonce pas telles quelles, on peut les formuler de la manière suivante : observe-t-on dans le service domestique la persistance de relations de type traditionnel dans une société gagnée par la modernité ? Quel sens donner au vocabulaire de la parenté qui qualifie fréquemment les relations entre les femmes qui servent et ceux pour lesquels elles travaillent ? Comment se constitue un marché du travail domestique à distance de régulations juridiques ?

2M. Jacquemin prend en effet pour objet une des principales formes de travail des enfants en Afrique de l’Ouest, en s’intéressant aux filles que, selon les contextes, on nomme, à Abidjan, les « petites nièces » ou les « petites bonnes ». Bien que leur nombre précis soit inconnu, on note parmi les personnels de service, une forte surreprésentation de fillettes et de jeunes filles entre 10 et 19 ans par rapport aux garçons de la même tranche d’âge et aux autres groupes d’âges féminins. Elles viennent de villages, parfois lointains, après que leurs parents ont décidé de les placer dans la capitale, souvent auprès de membres de leur parenté élargie. Ces migrations des campagnes vers la grande ville s’inscrivaient, jusqu’au milieu des années 1980, dans le cadre de pratiques de fosterage. En contrepartie de la prise en charge de leurs besoins quotidiens, du temps consacré à leur apprendre les tâches ménagères, et de cadeaux à leurs parents et à elles-mêmes, des petites filles quittaient pour quelques années leur village, pour travailler sans rétribution monétaire au service d’autres familles. Mais ces formes de travail juvénile se réalisent désormais de plus en plus hors de tout lien de parenté, ethnique ou régional, et donnent lieu au versement d’un salaire mensuel, fréquemment perçu par un parent urbanisé qui a servi d’intermédiaire à l’occasion du placement de l’enfant. Ce changement résulte de l’urbanisation accélérée du pays dans un contexte de grave crise économique qui a vu croître, à Abidjan, le nombre de femmes travaillant dans l’économie informelle obligées de compter sur l’aide de ces jeunes domestiques pour assurer des tâches ménagères ou les assister dans le commerce de rue. Et c’est à ce passage d’une domesticité juvénile de « petites nièces », confiées à des « tanties » dans un système englobé par des liens de type communautaire, à des « petites bonnes », salariées et mises en relation avec leurs employeurs par le biais d’agences de placement, qu’est consacré l’essentiel de l’ouvrage.

3À partir de matériaux tirés d’entretiens et de l’observation de lieux de sociabilité où se rencontrent ces petites domestiques, M. Jacquemin étudie finement ce bouleversement des formes de réalisation du travail domestique qui, sans le faire disparaître, remet en question l’idéal de la solidarité au sein des groupes de parenté. Un très beau chapitre montre notamment comment, à partir de la fin des années 1980, se forme un marché du service domestique juvénile quand les réseaux habituels organisés à partir de la parenté et de l’origine régionale ne suffisent plus à répondre à la demande en main-d’œuvre. Il naît du louage d’enfants à des tiers par les femmes auxquelles ils avaient été confiés, avant que ce qui n’était d’abord qu’une extension des pratiques de fosterage, où la loueuse continuait de s’assurer des intérêts de la petite bonne et de ses parents, ne devienne une activité marchande lucrative. Jusque-là absents d’échanges qui se faisaient entre femmes, les hommes apparaissent alors au fur et à mesure que se développent des agences de placement qui jouent un rôle croissant dans le fonctionnement de ce marché. Le choix d’une « petite bonne » salariée plutôt que d’une « petite nièce » placée traduit aussi souvent la préférence pour une servante déjà formée aux tâches domestiques et la volonté d’échapper aux contraintes imposées par les obligations liées à une parenté commune. Le vocabulaire de la famille ne disparaît pas pour autant et, comme les recherches sur l’emploi domestique l’ont abondamment relevé, il est utilisé, sous des modalités certes en partie différentes, pour atténuer la réalité crue de la domination au travail dans un cadre privé aussi bien par les bonnes que par celles qui les emploient. Car c’est bien une description sans fard, mais sans aucun excès, de l’exploitation que vivent ces jeunes domestiques que livre M. Jacquemin. Levées tôt, couchées tard, le plus souvent déscolarisées, elles réalisent du matin au soir des tâches fatigantes, exposées aux récriminations de leurs patronnes à la moindre erreur. Et, sans être dénuées d’effets, les tentatives de protection des enfants domestiques engagées par les autorités ivoiriennes, sous l’impulsion de l’Organisation internationale du travail (OIT) et d’organisations non gouvernementales (ONG), restent loin d’apporter une réponse significative à ce qui est peu à peu devenu un problème public.

4En parvenant de façon convaincante à saisir les transformations du service domestique juvénile à Abidjan, M. Jacquemin inscrit sa recherche dans l’interrogation sociologique tout en restituant les dimensions proprement anthropologiques du monde d’où ces pratiques procèdent. On peut cependant regretter que son livre ne consacre pas plus de place aux trajectoires de ces petites bonnes une fois finie la période de l’adolescence, et n’examine pas davantage les formes de leur insertion dans l’univers général de la domesticité féminine. De même, bien qu’au centre du dernier chapitre, l’analyse de la façon dont elles se disent eut mérité de plus longs développements pour donner à comprendre pleinement leur expérience au travail et la portée des changements à l’œuvre. Il n’en reste pas moins que, au travers d’une étude située du développement d’une logique salariale en lieu et place de liens communautaires, nous avons là un éclairage important sur le travail des enfants et les enfants au travail en Afrique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Vidal, « « Petites bonnes » d’Abidjan. Sociologie des filles en service domestique, M. Jacquemin », Sociologie du travail, Vol 55 - n° 4 | 2013, 539-541.

Référence électronique

Dominique Vidal, « « Petites bonnes » d’Abidjan. Sociologie des filles en service domestique, M. Jacquemin », Sociologie du travail [En ligne], Vol 55 - n° 4 | Octobre-Décembre 2013, mis en ligne le 21 octobre 2013, consulté le 27 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/7485 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.7485

Haut de page

Auteur

Dominique Vidal

Unité de recherche Migrations et Société (URMIS), UMR 7032 CNRS et Université Paris Diderot
5, rue Thomas Mann, 75205 Paris cedex 13, France
dominique.vidal[at]univ-paris-diderot.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search