Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Infirmières parisiennes. 1900-1950. Émergence d’une profession, C. Chevandier

Publications de la Sorbonne, Paris (2011). 320 p.
Isabelle Feroni
p. 541-543
Référence(s) :

Christian Chevandier, Infirmières parisiennes. 1900-1950. Émergence d’une profession, Publications de la Sorbonne, Paris 2011, 320 p.

Entrées d’index

Mots-clés :

Professions, Infirmières
Haut de page

Texte intégral

1Le livre de Christian Chevandier s’ouvre sur deux images du métier d’infirmière, empruntées pour la première à un film de Marcel Carné, « Les portes de la nuit » (1946), et pour l’autre au célèbre tableau d’André Brouillet, « Une leçon de Charcot à la Salpêtrière » (1887). Le caractère central de l’image de l’infirmière d’après-guerre tranche avec l’effacement de la soignante de la fin du XIXe siècle. C’est précisément à l’évolution qui sépare ces deux moments de l’histoire du métier d’infirmière parisienne, entre la fin du XIXe siècle et le milieu du XXe siècle, que l’ouvrage est consacré. Celui-ci est fondé sur le postulat suivant : la mutation fondamentale de l’hôpital, qui voit le passage de l’institution d’enfermement réservée aux indigents à l’hôpital médicalisé toutes classes confondues, s’est réalisée par la transformation du groupe des soignants et sa progressive qualification entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle. Plus que la profession médicale, ce sont les infirmières qui sont représentatives de cette transformation.

2L’auteur inscrit délibérément les infirmières dans l’histoire sociale du travail et des travailleuses. Il montre comment l’activité d’infirmière s’est progressivement transformée en métier par l’acquisition d’une qualification liée à une formation, par l’assignation de contenus d’activité précis et enfin par l’attribution d’une place claire et distincte dans l’ensemble des personnels hospitaliers. Le premier temps de cette transformation est celui de la formation qui s’ouvre en 1878, avec la création des écoles d’infirmières municipales destinées à instruire les servants attachés aux hôpitaux, et qui se clôt vers 1907 par la création de la première école d’infirmières confirmant la naissance d’une qualification à part entière. Confier des malades à des personnes instruites s’impose progressivement aux administrateurs des hôpitaux parisiens comme une des conditions majeures de la modernisation de l’hôpital laïc et républicain, dont les activités sont de plus en plus thérapeutiques et médicalisées. Le second temps de l’histoire des infirmières est celui du premier règlement du personnel hospitalier, établi en 1903, qui voit émerger la catégorie spécifique de soignants attachés aux malades, clairement distinguée de celle de serviteurs. Cette période s’accompagne de l’évolution des conditions de vie au travail, la progressive externalisation du logement achevant de distinguer les hospitalisés de ceux qui les soignent. La troisième étape, ouverte avec la législation des huit heures de travail en 1920, accroît de façon considérable les effectifs de soignants. Elle s’achève en 1955 avec l’alignement du statut des hospitaliers sur les employés de la fonction publique.

3Mais l’histoire des infirmières parisiennes est aussi celle de la ville capitale et de ses profonds bouleversements démographiques. Alors que la catégorie est issue, dans les premiers temps, des migrations rurales, elle devient de plus en plus parisienne, enracinée dans les catégories populaires. Loin de se limiter aux murs de l’hôpital, l’ouvrage éclaire les parcours de ces femmes, l’effet du travail sur leurs corps et leurs vies, ainsi que la place du groupe soignant dans la ville. En opérant aux différents moments de cette histoire des comparaisons transversales avec les ouvrières et les employées parisiennes étudiées respectivement par Catherine Omnès et Delphine Gardey, l’auteur montre ce que le recrutement féminisé de la catégorie doit à l’état du marché du travail parisien féminin et masculin ainsi qu’aux politiques salariales peu attractives de l’hôpital. Il contribue ainsi à déconstruire l’évidence de la dimension « naturellement féminine » du travail soignant, en montrant que celle-ci s’inscrit dans un processus historique qui s’achève au début du XXe siècle.

4A côté d’une démarche documentaire très approfondie, servie par un fonds d’archives très abondant, constitué de textes d’orientation, de règlements, de rapports d’activité et de dossiers administratifs d’agents, l’auteur a procédé à la reconstitution de séries statistiques des personnels hospitaliers, à une analyse fine d’un groupe d’établissements et à seize portraits d’infirmières. L’ensemble aboutit à un ouvrage très riche, extrêmement dense et bien informé, qui éclaire d’une manière passionnante l’émergence d’une catégorie de travailleuses et qui emporte au passage quelques lieux communs sur l’histoire des « femmes soignantes ».

5Néanmoins, la perspective parisienne choisie par l’auteur pour analyser l’émergence du métier soulève un certain nombre de questions. Le rôle joué par la profession médicale dans la IIIe République laïque n’a pas été sans effets sur la place « dominée » des infirmières françaises dans la division sociale du travail médical. Ces effets sont toujours visibles aujourd’hui dans les comparaisons internationales avec les pays de tradition anglo-saxonne, mais aussi dans les démarches actuelles de redéfinition des compétences des professions de santé engagées en France. Cet aspect plaide pour une lecture plus politique de la définition du métier — en lien, notamment, avec les modèles des professions de santé et des systèmes de santé qui se sont imposés au tournant du siècle dans différents pays — et de la place acquise ou concédée aux femmes dans ces dispositifs. Enfin, si l’ouvrage ouvre des pistes de travail prometteuses sur la contribution des dynamiques urbaines à l’émergence du métier, l’importance des phénomènes migratoires mis en évidence dans le profil de recrutement des infirmières, de même que le rôle joué par la structure des marchés du travail féminin et masculin de la capitale, invite à comparer les conditions d’émergence du métier à l’échelle internationale, en observant cette émergence dans des capitales ou métropoles qui ont connu des transformations démographiques et sociales similaires. La question de la comparaison, sur laquelle se clôt l’ouvrage, ouvre en ce sens le programme de travail plus qu’elle ne l’achève.

Haut de page

Bibliographie

Omnès, C., 1997. Ouvrières parisiennes. Marchés du travail et trajectoires professionnelles au 20e siècle. Éditions de l’EHESS, Paris.

Gardey, D., 2001. La dactylographe et l’expéditionnaire. Histoire des employés de bureau (1890–1930). Belin, Paris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Feroni, « Infirmières parisiennes. 1900-1950. Émergence d’une profession, C. Chevandier », Sociologie du travail, Vol 55 - n° 4 | 2013, 541-543.

Référence électronique

Isabelle Feroni, « Infirmières parisiennes. 1900-1950. Émergence d’une profession, C. Chevandier », Sociologie du travail [En ligne], Vol 55 - n° 4 | Octobre-Décembre 2013, mis en ligne le 24 octobre 2013, consulté le 11 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sdt/7501

Haut de page

Auteur

Isabelle Feroni

Université de Nice Sophia Antipolis, Université de Nice-INSERM (UMR 912)
23, rue des Torrents, 13006 Marseille, France
isabelle.feroni[at]inserm.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals