Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 53 - n° 1Comptes rendusAu tribunal pour enfants. L’avoca...

Comptes rendus

Au tribunal pour enfants. L’avocat, le juge, le procureur et l’éducateur, P. Benec’h‑Leroux

Presses universitaires de Rennes, Rennes (2008). 215 pp.
Philip Milburn
p. 148-150
Référence(s) :

Patricia Benec’h-Leroux, Au tribunal pour enfants. L’avocat, le juge, le procureur et l’éducateur, Presses universitaires de Rennes, Rennes (2008). 215 pp.

Texte intégral

1La justice des mineurs ne cesse de se transformer depuis les années 1970. Agissant autrefois dans une approche de protection d’un mineur considéré comme l’objet de difficultés sociales ou psychologiques, qu’il soit en butte à des carences éducatives ou auteur de délits, elle tend aujourd’hui à différencier ces deux aspects de façon accrue et le traitement des infractions commises par des jeunes retourne dans la nasse pénale, où la sanction est privilégiée au détriment de la priorité à l’approche socio-éducative. Les juges des enfants sont bien sûr les principaux acteurs dans ce scénario évolutif, mais les avocats jouent un rôle important et c’est là l’objet de l’ouvrage fort intéressant de Patricia Benec’h‑Leroux. En effet, la présence de l’avocat a été rendue obligatoire au début des années 1990, dans la mouvance du développement des « droits de l’enfant » marquée par l’adoption de la convention internationale par l’Onu. La généralisation de l’avocat sur la scène de la justice des mineurs, paradoxalement, a contribué à renforcer le cloisonnement entre justice pénale et justice civile (assistance éducative pour mineur en danger) car le juge pour enfants intervient dans « l’intérêt de l’enfant » même lorsque celui-ci est l’auteur de faits délictueux. La défense proposée par l’avocat ne se situe donc pas en opposition directe avec le tribunal, mais dans le prolongement de son action, sur le versant juridique qu’elle contribue à affermir dans sa dimension pénale.

2L’ouvrage part du constat de cette ambivalence de la défense des mineurs pour nous convier à une exploration des pratiques et des enjeux de cette activité professionnelle. La sociologue s’est munie d’une grille de questionnement et d’analyse d’inspiration clairement interactionniste pour examiner en détail cette réalité, au moyen d’une série importante d’observations en situation, notamment des audiences du tribunal mais aussi dans le cabinet du juge, et d’entretiens menés auprès des divers professionnels concernés — le livre synthétise un travail de thèse de doctorat.

3À la manière d’une ethnographie, nous entrons tout d’abord dans la salle d’audience que nous découvrons comme un décor et aussi comme une trame d’action dont le juge est le maître (chapitre 1). Puis nous sommes conduits sur les parvis du tribunal pour nous immiscer dans la relation entre l’avocat et son jeune client, accompagné de ses parents, afin de préparer la défense. On est au cœur de la pratique professionnelle des avocats, qui disposent de peu de temps pour saisir tous les éléments du dossier, ceux des documents qui le composent et ceux de la réalité telle qu’elle est relatée par le mineur, qu’il s’agisse des faits incriminés ou de ses conditions de vie, tout aussi importantes pour la décision qui sera rendue (chapitre 2). Puis nous découvrons les autres acteurs du drame judiciaire. Assesseurs du juge, experts et éducateurs, procureur, avocats de la partie civile et auxiliaires de justice, chacun dans son rôle, ils vont conditionner la partition que l’avocat du mineur devra jouer (chapitre 3).

4Une seconde partie nous invite dans le déroulement de l’action, c’est‑à‑dire dans l’exercice de la défense lui-même. Bien sûr, celui-ci n’est pas unique et l’auteur choisit de classifier les différents types de scénarios. Le jeu théâtral devient très physique et met les acteurs de la défense, quand il y a plusieurs prévenus, tantôt en accord, tantôt en tension (chapitre 4). Les plaidoiries se situent pour certaines dans la continuité du tribunal, prenant acte de son action en faveur de l’intérêt de l’enfant, notamment quand les mesures éducatives sont privilégiées. Parfois impuissant, l’avocat choisit rarement d’affronter le tribunal directement, car cela est peu souvent favorable à son client, même si une sanction se profile, celle‑ci restant en général plutôt modérée compte‑tenu de l’excuse de minorité respectée par le tribunal (chapitre 5). Ainsi, l’ouvrage se termine sur une interrogation quant aux rôles que jouent les avocats dans la justice des mineurs. Il intervient comme un auxiliaire de justice intermédiaire entre le tribunal, le jeune et sa famille, entre régulation, négociation et médiation (chapitre 6).

5Conforme à la tradition goffmanienne, le propos sociologique de l’auteur s’appuie sur la narration de situations réelles qui apparaissent comme des idéaux-types analytiques. Cette méthode rend la lecture aussi instructive qu’agréable et conserve sa force heuristique, dans la mesure où elle révèle les enjeux, les orientations et les tensions inhérentes aux pratiques professionnelles des avocats.

6L’ouvrage et le travail de recherche qu’il présente se situent à l’interface entre une sociologie des pratiques professionnelles et une sociologie de l’action publique pénale et sociale, en l’occurrence visant les mineurs. C’est sur le premier thème qu’il constitue à n’en pas douter une référence intéressante, participant d’une sociologie des compétences professionnelles insuffisamment développée en France. Cette exploration minutieuse de la boîte noire des pratiques des avocats recèle des potentialités bien au-delà de l’objet visé (la défense des mineurs) et de son contexte. Elle renvoie aux enjeux majeurs de la collectivité professionnelle, dans sa relation avec les clients (rémunération, positionnement de la défense, etc.), avec l’institution (l’avocat comme auxiliaire de justice ou comme prestataire de service) et avec le groupe (position de ce type de pratiques dans sa structure). Présenté comme auxiliaire de justice, investi d’une tâche noble, rémunéré par l’aide juridictionnelle, l’avocat des mineurs est dans une posture limite qui nous renseigne sur les logiques internes au groupe. Or ces aspects sont fort peu exploités par l’auteur qui en pose certes quelques jalons mais ne donne pas la pleine capacité d’analyse à un matériau très riche. Elle ne s’aventure pas, notamment, sur les chemins d’une sociologie des groupes professionnels qui, dans la ligne tracée par Everett C. Hughes, s’attache à saisir les enjeux collectifs à partir des pratiques, des compétences et des situations significatives et symptomatiques. Aussi est-il dommage que la conclusion de l’ouvrage s’emploie simplement à examiner les enjeux de l’évolution de la justice des mineurs, pour laquelle les avocats jouent en réalité un rôle de satellite. Reste qu’il s’agit‑là d’un travail remarquable par sa qualité scientifique et son originalité dans le champ de la sociologie des pratiques professionnelles et des activités judiciaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philip Milburn, « Au tribunal pour enfants. L’avocat, le juge, le procureur et l’éducateur, P. Benec’h‑Leroux », Sociologie du travail, Vol. 53 - n° 1 | 2011, 148-150.

Référence électronique

Philip Milburn, « Au tribunal pour enfants. L’avocat, le juge, le procureur et l’éducateur, P. Benec’h‑Leroux », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 53 - n° 1 | Janvier-Mars 2011, mis en ligne le 15 novembre 2018, consulté le 21 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/7597 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.7597

Haut de page

Auteur

Philip Milburn

Université de Versailles St-Quentin-en-Yvelines, laboratoire Printemps-CNRS, 47, boulevard Vauban, 78047 Guyancourt cedex, France
Philip.Milburn[at]printemps.uvsq.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search