Navigation – Plan du site
Articles

Profession scientifique et instruments politiques : l’impact du financement « sur projet » dans des laboratoires de nanosciences

The scientific profession and policy instruments: The impact of project-based financing on nanoscience laboratories
Morgan Jouvenet
p. 234-252

Résumés

Le financement « sur projet » est devenu, en France, un instrument privilégié par les autorités politiques pour soutenir la recherche publique. Si les raisons de cette évolution sont aujourd’hui bien connues, peu de travaux nous donnent un aperçu de son impact dans les laboratoires, sur les relations qui animent les espaces de travail et sur le sens qui y est donné à l’engagement des chercheurs. S’appuyant sur une enquête menée dans des laboratoires de physique œuvrant dans le domaine des nanosciences et nanotechnologies, cet article montre comment leurs membres composent avec le nouvel arrangement institutionnel. Pour cela, l’analyse articule plusieurs aspects des changements introduits au niveau des pratiques des chercheurs, et dans les repères de la reconnaissance professionnelle. Elle révèle ainsi les effets concrets et symboliques de l’action des pouvoirs publics sur la constitution de la profession scientifique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Avant de répondre, je souhaite remercier tous ceux dont les remarques ont nourri ce texte (en parti (...)

1La physique des particules, puis la génomique, ont été respectivement pour les décennies 1950 et 1960, puis 1980 et 1990, les domaines « emblématiques, dans les médias et l’imaginaire collectif, de la science qui gagne » (Pestre, 2003a, p. 14). Malgré un contexte plus réceptif aux critiques des « technosciences », les nanosciences et nanotechnologies (NS/T) semblent aujourd’hui en passe d’accéder à ce statut. Indéniablement, le « nanomonde » (Benoît Browaeys, 2009 ; Moret, 2006 ; Pautrat, 2002) fait l’objet d’une attention toute particulière de la part des observateurs du monde scientifique, depuis le début des années 2000. Son développement se lit aussi à travers les analyses bibliométriques et les tableaux de financement. Mais si ce domaine bénéficie, en France comme ailleurs, d’un relatif afflux de ressources, celles‑ci sont le plus souvent accessibles via des procédures d’appel d’offres. Ce dispositif de financement s’impose en effet aujourd’hui comme l’instrument privilégié des politiques scientifiques. Comment agit-il sur le travail des chercheurs et son organisation ?1

2Les analyses des transformations de l’organisation du monde scientifique constituent un foisonnant domaine des études sur la science, et l’accroissement du rôle joué par les agences attribuant ainsi des ressources « sur projet » n’en est pas exclu. Peu de travaux ont en revanche été consacrés à ses effets dans les laboratoires. Certes, l’attention aux pratiques et à « la vie de laboratoire » nourrit un courant bien établi des « science studies », impulsé par une trilogie désormais classique (Knorr Cetina, 1981 ; Latour et Woolgar, 1979 ; Lynch, 1985). Centrées sur la construction et la circulation des énoncés scientifiques, les « études de laboratoires » ont cependant aussi marginalisé la réflexion sur « le système général d’organisation et de contrôle du travail » (Whitley, 2000, p. 10). Bruno Latour (1995, p. 14) a explicité ces limites en affirmant que l’étude de la science « nous apprend très peu de choses du monde de la recherche ».

  • 2 Voir par exemple Elzinga, 1997 ; Slaughter et Rhoades, 2005.

3Cet article traite de l’impact du financement « sur projet » sur l’activité des chercheurs, à partir d’une enquête focalisée sur des laboratoires de physique œuvrant dans le domaine des NS/T. Il articule ainsi « vie de laboratoire » et « monde de la recherche », en examinant un aspect de l’évolution des politiques scientifiques et donc du « contrat science/société » tel qu’il est présenté dans les science studies2. Il montre pourquoi le système de financement sur appel d’offres apparaît comme un puissant instrument de gouvernement (Lascoumes et Le Galès, 2004), transformant les structures, mais aussi les logiques d’action attachées aux professions scientifiques. L’analyse vise donc les liens entre professions et action publique (Le Bianic et Vion, 2008), mais à partir d’une description des « pratiques concrètes de travail et d’organisation » et du sens qui leur est donné in situ (Arborio et al., 2008).

4Pour commencer, j’exposerai les principaux traits des transformations récentes de l’organisation de la recherche publique, en France, avant de présenter les laboratoires dans lesquels s’est déroulée l’enquête. L’analyse portera ensuite sur les effets de ces transformations sur la distribution des rôles dans ces laboratoires, puis sur diverses composantes du travail de leurs chercheurs. Les données recueillies lors de l’enquête suggèrent que les modalités de la reconnaissance professionnelle s’en trouvent changées. Je conclurai sur ce point, en soulignant la dimension politique des transformations en cours, telle qu’elle apparaît dans les limites du terrain parcouru ici. Ces limites appellent d’autres études, et je mentionnerai à la fin du texte comment elles pourraient améliorer la compréhension sociologique de ces transformations.

1. Des laboratoires confrontés à l’« externalisation » du financement de la recherche

1.1. Les instruments et raisons politiques de l’« externalisation »

5Si pour Eliot Freidson, les métiers de la recherche « ressemblent au modèle professionnel idéal » (Freidson, 1994, p. 177), c’est principalement en raison de l’autonomie (« l’âme du professionnalisme », Freidson, 2001) qui leur est attachée. L’histoire de la profession scientifique montre en effet comment ses membres ont été conduits à réguler eux-mêmes la tension « entre l’innovation et la tradition, ou entre coopération et compétition », afin de satisfaire un « engagement institutionnel à innover » — un contrôle « par les pairs » qui confine à une hypertrophie sans équivalent de la réflexivité collégiale (Whitley, 2000, p. 11‑13, 22–24). Cette organisation incarne le type professionnel sous sa forme la plus « pure » (Abbott, 1988, p. 118), fondée sur l’autorité des experts plutôt que sur celle de leurs clients ou managers.

6La sociologie des professions montre toutefois que cette autonomie n’est jamais totale. Elles doivent en effet composer avec des logiques organisationnelles différentes, en particulier celles dépendantes des autorités publiques. C’est le cas des professions scientifiques, dont l’organisation repose en fait sur un système « hybride, dual » associant autorités administratives et collégiales (Whitley, 2000, p. 68, 70). L’influence des pouvoirs publics est aussi bien instrumentale qu’idéologique (Freidson, 1986, p. 134–157 ; Abbott, 1988, p. 193‑195) et elle est d’autant plus sensible que l’exercice de la profession se nourrit directement des dépenses publiques. Le conflit des logiques organisationnelles se manifeste justement souvent au sujet de « l’allocation des ressources, qui influence à la fois ce qui peut être fait et la manière dont cela peut être fait », comme le montre l’exemple des universités américaines (Freidson, 1986, p. 169).

7En Europe, l’une des évolutions récentes les plus marquantes des systèmes de recherche a touché les structures et modes de financement, entrainant une croissance importante de la part des subventions attribuées via des procédures d’appel d’offres (Benninghoff et al., 2004 ; Larédo et Mustar, 2001). Le fonctionnement des laboratoires s’appuie ainsi désormais davantage, mais de manière variable selon les disciplines et organismes, sur des ressources « limitées dans le temps et dédiées à des activités spécifiques ; [...] attribuées directement à des individus ou à des groupes de recherche [...] [et] par une agence externe à l’organisation de recherche » (Lepori, 2007). Les agences sont les acteurs-clés de cette nouvelle « gouvernance scientifique » (Rip, 1994). Leur contrôle sur les dynamiques de recherche — sur ce qui va être étudié, comment et par qui (Benninghoff, 2004 ; Braun, 1998 ; Godin et al., 2000 ; Mukerji, 1989)  — s’effectue lors de l’affichage des appels d’offres et la sélection des projets, mais aussi à travers l’examen des résultats obtenus, mis en forme dans les « livrables » exigés. La généralisation de ces grilles de lecture soutient l’institution du benchmarking comme « technologie de gouvernement » destinée à améliorer « l’esprit compétitif » et la productivité de « chercheurs‑entrepreneurs » (Bruno, 2008). Les agences matérialisent ainsi un « investissement de forme » (Thévenot, 1985) qui sensibilise les scientifiques aux logiques du management et du marché (Hackett, 1990), en animant un dispositif de contractualisation plus serré.

  • 3 Ce pari découle d’un diagnostic établi sur l’état de la recherche française depuis la sphère politi (...)

8Les appels d’offres régionaux, nationaux ou européens qui se sont multipliés depuis les années 1990 ont familiarisé les chercheurs français avec ce fonctionnement. La création de l’Agence nationale de la recherche (ANR), en 2005, rend cette familiarisation incontournable, et constitue la marque la plus nette de l’extension du « market paradigm » (Duval et Heilbron, 2006) à la France. Donnant toute sa visibilité au pari du financement « sur projet »3, on peut y voir l’étape décisive de la « redéfinition du rôle de l’État » (Grimoult, 2008, p. 64‑81) en matière de politiques scientifiques. Son intervention se manifeste là par l’ouverture d’un marché des financements externes qui transforme à la fois les modes de coopération et les formes de concurrence entre pairs.

  • 4 L’innovation instrumentale est d’abord « un geste politique » produisant « un effet symbolique d’au (...)
  • 5 Pour Jean-Pierre Gaudin (2007, p. 13, 98), le gouvernement par contrat brouille « l’ordonnancement (...)

9Sur le terrain de l’enquête, l’affirmation de ce « gouvernement par contrat » (Gaudin, 2007) est évoquée comme le « geste politique »4 fort de ces dernières années, une transformation du paysage qui désoriente une partie des professionnels de la science5. La suite du texte présente cette transformation sous plusieurs aspects. S’interroger sur l’« instrument de gouvernement » qu’est la procédure de financement sur appel d’offres doit en effet conduire « non seulement à comprendre les raisons » qui expliquent sa mise en œuvre, mais à « envisager également les effets [qu’il] produit » (Lascoumes et Le Galès, 2004, p. 12).

1.2. Des laboratoires du « nanomonde »

10Les données exploitées ici sont principalement issues d’une campagne d’observations et d’entretiens menée entre 2005 et 2007 au sein et autour d’un groupe de sept laboratoires de physique de la matière d’un grand organisme de recherche français. Vingt‑neuf entretiens d’une durée moyenne de 1h 30 ont été enregistrés dans les bureaux de chercheurs, techniciens ou managers. Huit autres se sont déroulés de manière plus informelle, autour des « manips », à la cantine ou près de la machine à café. J’ai recueilli ainsi les propos de scientifiques des deux sexes, à des stades très divers de leurs carrières, au cours de ces conversations toujours très ouvertes d’un point de vue thématique et qui ont émaillé ma présence régulière dans leurs locaux. J’ai aussi assisté et parfois contribué à animer des assemblées générales, réunions et séminaires, dont les comptes-rendus ont également nourri mes carnets de terrain. Ces données complètent l’analyse de documents produits par les chercheurs en direction de leurs pairs ou d’un public plus large et les observations réalisées lors de diverses manifestations publiques concernant les NS/T.

11L’enquête s’est déroulée à Grenoble, dans un département de recherche fondamentale du Commissariat à l’énergie atomique (CEA). Les chercheurs qu’il abrite sont salariés de divers organismes, à titre permanent ou non : CEA, CNRS, universités ou Grandes Écoles. Leur « cœur de métier », comme dit l’un deux, ce sont les publications dans Science, Nature, Physical Review Letters ou Physical Review B, mais aussi dans le Journal of Applied Physics ou Applied Physics Letters. Hormis les doctorants les plus jeunes, tous ont contribué à produire des articles dans ces revues centrales de leur domaine, avec une régularité et un éclat qui a valu à certains d’entre eux de recevoir de prestigieuses récompenses individuelles. Peu avouent néanmoins se sentir concernés par des controverses théoriques importantes, se situant plutôt dans le cours de la « science normale » au sens de Thomas S. Kuhn (1983) [1962]. La variété des styles de recherche qui animent ce groupe de laboratoires est en revanche assez élevée, suivant les instruments, postures et matériaux privilégiés par les uns et les autres. Spécialistes du magnétisme ou du silicium, leaders de la simulation numérique ou bien microscopistes de haut rang, ils concourent à « la création et la manipulation de nouveaux objets et concepts, pour des applications futures en photonique, spintronique et nano‑électronique » — c’est l’objectif commun défini dans un rapport scientifique pour l’ensemble des laboratoires. L’aspect fondamental de ces recherches implique notamment de caractériser les propriétés particulières de la matière à l’échelle nanométrique (un nanomètre = 10-9 mètres).

  • 6 Les citations sont identifiées ici par une lettre signalant le statut de leur locuteur (C/chercheur (...)

12« Oui, oui, tout est petit dans notre vie », plaisante un chercheur (C146) : les thématiques des laboratoires concernés par l’enquête s’inscrivent parfaitement dans le domaine des NS/T. Cet étiquetage n’est pas accepté sans réticence (Jouvenet, 2009), mais il est certain qu’il assure pour le moment soutien et visibilité, en raison de l’intérêt affiché par les pouvoirs politiques vis-à-vis de ce type d’activités. Cet intérêt est particulièrement marqué à Grenoble, où les NS/T font l’objet d’un pari associant les élites politiques, scientifiques et industrielles (Vinck,  2010), et qui perpétue une tradition locale en faveur des « technosciences » (Ballu, 2006 ; Pestre, 1990). En quelques années, les chercheurs ont ainsi vu émerger plusieurs dispositifs devant leur permettre d’« aider la France à faire la course en tête » (dixit le président du conseil général, lors d’un discours public) en matière de NS/T : nouvelles infrastructures (Minatec), pôle de compétitivité « à vocation mondiale » (Minalogic), réseau thématique de recherche avancée (RTRA)...

13Dans les laboratoires visés par l’enquête, il est désormais courant de s’appuyer sur ces dispositifs locaux. De même, compte tenu de la baisse des dotations récurrentes, les appels d’offres nationaux et européens constituent aujourd’hui un passage obligé pour poursuivre des recherches de haut niveau. Les physiciens de ces laboratoires, tous profils confondus, se sentent particulièrement touchés par cette évolution, et la question du mode de financement de la recherche publique a émergé comme l’un des thèmes dominants des entretiens avec eux. Ceux-ci fournissent d’abord une illustration nette des grandes tendances décrites au niveau macro‑social dans la littérature spécialisée (cf. Section 1.1).

« Aujourd’hui, c’est le sens du vent... ou de l’histoire. On peut pas aller contre ça, [car il] faut acheter des machines, des matériaux. [.. .] Nous on a des projets européens. Des programmes nationaux, on en a quatre. Et deux programmes régionaux. Voilà, on peut dire qu’on mange à tous les râteliers !  [.. .] Il y a des appels, et il faut montrer qu’on est le plus... qu’on est celui à qui il faut donner. » (L2)

14La grande majorité des collègues de ce chef de laboratoire fait de cette mise en concurrence l’expression la plus évidente des transformations qui ont touché leur monde professionnel. « Le système évolue dans ce sens là, c’est une manière de travailler qui s’est intensifiée » (C20) ; « le financement par les contrats prend le pas sur le financement des labos » (C22), et c’est partout « la course aux financements, la course aux projets » (L21).

15L’activité de ces chercheurs dépend ainsi fortement de la « pêche aux contrats » (Mt12) auprès des acteurs régionaux, nationaux et européens, voire des industriels. En 2005, le montant des « rentrées contrats » dépasse pour la première celui des subventions CEA, pour l’ensemble de leurs laboratoires (Mt12). Dans les semaines suivant la publication de l’appel d’offres spécifique« nano » de l’ANR en 2007, un chef de laboratoire croisé dans le couloir m’explique en souriant la fébrilité de ses collègues : « tout le monde ici est à fond là-dessus en ce moment » (Lt15).

2. La recherche des contrats et ses enjeux dans le laboratoire

2.1. Les enjeux accrus de la recherche de partenaires

  • 7 « Bien qu’il soit difficile de considérer le réseau comme un nouveau concept pour les scientifiques (...)

16Le développement de la recherche collaborative marque l’histoire des sciences modernes. Il a permis de conserver un niveau acceptable d’intégration des connaissances, alors même que la spécialisation s’accroissait dans la plupart des disciplines (Ziman, 1987). Le financement « sur projet » renforce les incitations à coopérer, en sanctionnant la capacité des chercheurs à s’inscrire dans des attelages attractifs. Il concrétise la valorisation par les pouvoirs publics de l’organisation « par projet » et « en réseau »7. Pour les chercheurs, les gains de « crédibilité » ou de « respectabilité » sont de plus en plus conditionnés par ce « travail du réseau ».

« Actuellement, si on veut obtenir des moyens pour la recherche]. Toutes les sources d’argent, en interne ou en externe — plutôt en externe d’ailleurs — demandent des collaborations, demandent des projets collaboratifs  [...]. L’union fait la force [et] on est beaucoup plus visible en plus. » (M27)

  • 8 Matthieu Hubert et Ana Spivak L’Hoste montrent comment les instruments peuvent servir de catalyseur (...)

17Premièrement, l’acquisition et l’accès à des ressources matérielles dépendent de ces associations8. Un rapport scientifique émanant des laboratoires concernés par l’enquête indique ainsi qu’ils doivent « s’adapter à la baisse continue des budgets institutionnels et s’appuyer de plus en plus sur les contrats et partenariats pour [leurs] investissements en équipements scientifiques ». Leurs chercheurs évoquent de nombreux instruments qui n’auraient pu être remplacés ou remis à niveau sans que ces investissements ne soient inscrits dans des projets soumis à des agences. Ces mêmes instruments assurent souvent par la suite un avantage décisif dans la quête de nouveaux financements : « on l’a beaucoup vendu », dit une physicienne au sujet d’un microscope unique en France. Les collaborations ont aussi un impact cognitif, dans le sens où elles pèsent sur la formation continue, « en situation », des membres du laboratoire — et ce d’autant plus dans un champ comme les NS/T, dont les spécificités sont encore mal couvertes par l’offre universitaire (Stephan et al., 2007). On le voit, l’accès aux ressources qui font l’identité d’un laboratoire (Hackett, 2005) est transformé par les exigences que les agences font peser, via les appels d’offres, sur les partenariats scientifiques. En ce sens, sa « signature » (Mukerji, 1989, p. 132‑135) se négocie dans les relations qu’il entretient avec elles.

18L’enjeu de ces relations se situe aussi au niveau de la réputation du laboratoire. L’argent qui lui est alloué constitue en effet un indicateur de son crédit : « si l’argent n’a pas d’odeur, il est en revanche porteur d’un message » (Callon, 1988, p. 20), et on peut décliner à l’intérieur des disciplines le constat fait par Steven Shapin au niveau interdisciplinaire : « l’un des indices de l’autorité scientifique, dans le monde académique, c’est la distribution de l’argent », qui reflète « les sensibilités publiques » au sujet de la valeur des travaux des uns et des autres (Shapin, 2008a, p. 435). Ces signaux intègrent les modes de hiérarchisation des pairs, dans les discussions des chercheurs comme dans les discours de valorisation des laboratoires, qui affichent par exemple le taux de succès de leurs équipes lors des appels d’offres des agences.

2.2. La distribution du pilotage stratégique

19La réforme du financement de la recherche pèse aussi sur les relations à l’intérieur des laboratoires. Son effet le plus marquant dans ce périmètre est décrit comme un transfert de pouvoir caractéristique de l’« organisation en réseau » (Powell, 1990), un empowerment des chercheurs au détriment des hiérarchies locales, d’autant plus sensible au CEA que les échelons hiérarchiques y sont marqués – plus qu’au CNRS par exemple. Les physiciens interrogés confirment ainsi que l’externalisation des financements a affaibli l’influence stratégique des chefs de laboratoires, de départements, etc., accroissant à l’inverse « l’autonomie des individus chercheurs » (Whitley, 2000, p. xviiixix). Pour certains, « plus que les laboratoires, ce sont les organismes qui vont perdre à terme la direction scientifique, le pilotage » (C29), puisque « le ministère a décidé de financer les labos en shuntant toutes les hiérarchies du CEA ici et du CNRS ailleurs » (C14).

20« Dans ce contexte, il y a un risque », dit quelqu’un (L21), de voir se dégrader le rapport des chercheurs à leurs laboratoires, jusqu’alors au principe d’« une communauté de vie très, très forte ». Les chefs de laboratoires sont par ailleurs conduits à redoubler d’attention vis-à-vis de la cohérence des activités de « leurs » chercheurs, entre une dotation stagnante, liée à un projet engageant l’ensemble du laboratoire sur plusieurs années, et un portefeuille de crédits à court-terme obtenus sur le marché des financements externes.

21Assurer cette cohérence nécessite une bonne gestion du portefeuille de contrats, d’abord afin d’éviter l’éparpillement thématique (« éviter le bazar », M27). Mais la variété des contrats est aussi fonctionnelle : tous ne conjuguent pas apports scientifiques et budgétaires, et il s’agit souvent d’assurer aux chercheurs de précieux espaces de liberté en s’appuyant sur des contrats « alimentaires » — « à partir du moment où vous ramenez des sous, on vous laisse faire » (C12). En outre, certains projets sont conçus comme des « tremplins », des « tests » de partenariat : dans ce cas, le but est de s’assurer de la complémentarité scientifique et des dispositions collaboratives des partenaires. L’incertitude qui entoure ces paramètres explique que le statut d’un projet dans l’agenda du chercheur n’est pas forcément arrêté au moment de son lancement, ni même forcément partagé par ses collaborateurs, sachant qu’une collaboration débutée sur un mode mineur peut se révéler, au fil des contacts et des découvertes, être une source de crédibilité majeure.

  • 9 Un physicien raconte comment la recherche sur la magnétorésistance géante — qui vaudra un prix Nobe (...)

22La maîtrise des orientations du laboratoire s’avère en outre compliquée par l’intérêt, relayé par les agences, que ses activités peuvent susciter auprès des industriels. En l’espèce, les scénarii technologiques prometteurs communément associés aux NS/T renforcent le traditionnel attrait de ces derniers pour la physique de la matière (Bensaude‑Vincent, 2004). Suivant la formule de Arne Hessenbruch (2004, p. 142), « no vision, no funding ». Certes, mais les chercheurs interrogés font aussi part de leur difficulté à sortir des chemins tracés à partir de ces « visions » (Jouvenet, 2007). D’autant que ce sont parfois des projets plus originaux, démarrés « en perruque, sur [leurs] propres fonds [que] dans un deuxième temps [ils] arrive[nt] à vendre dans des contrats » (C23)9. L’influence de ces modes thématiques est particulièrement sensible en NS/T et s’exerce au niveau du contenu comme de l’« étiquetage » des projets :

« On sait très bien qu’il y a des sujets à la mode et qu’on a intérêt de demander des financements sur ces sujets. En gros, on sait que s’il n’y a pas le mot “nano” quelque part, on a nettement moins de chances que ça aboutisse. Forcément, on est pris au piège. » (C20)

« Il y a des projets dans lesquels on va parce que politiquement il faut y être, mais ça cadre pas tout à fait avec nos objectifs [...] on y perd aussi un peu en liberté. » (C14)

23Leurs regrets s’expriment plus nettement encore au sujet du privilège dont bénéficie la recherche appliquée, plus « politiquement correcte » dit une physicienne, en matière de financements.

« Les contrats sont devenus plus gros, mais plus orientés recherche appliquée. » (C29)

« On nous demande plus qu’avant, dans la recherche fondamentale, de nous positionner par rapport à l’appliqué. » (L15)

  • 10 C’est la thèse de Chandra Mukerji (1989), qui présente les agences comme les pivots du tour de pass (...)

24Les physiciens voient ainsi leurs activités plus nettement subordonnées à « une logique de priorité en fait de plus en plus donnée par les contrats » (L6). La majorité d’entre eux considère dès lors que leur « empowerment » est une autonomisation en trompe‑l’œil, car circonscrite par le cadrage thématique des agences10.

  • 11 Figure classique de l’anthropologie, le « big man » a prouvé « ses capacités à produire ou rassembl (...)

25Quoi qu’il en soit, cette évolution pèse sur les équilibres relationnels des laboratoires. Le pouvoir y est plus distribué et leurs orientations thématiques peuvent donc davantage dépendre d’initiatives individuelles échappant aux concertations stratégiques locales. Ces enjeux expliquent que la période des dépôts de projets puisse donner lieu à des « batailles terribles », qui voient certains d’entre eux être « poussés à mort par la hiérarchie », dans les limites de sa zone d’influence, au détriment d’autres jugés moins importants par les managers (C8). Lorsqu’ils inversent cette hiérarchie — c’est arrivé lors de l’enquête —, les résultats des appels d’offres perturbent la distribution « officielle » (statutaire) des rôles à l’intérieur des laboratoires, créant de nouvelles distinctions matérielles et symboliques entre collègues. Les succès remportés auprès des agences distinguent ainsi des « big men »11, capables de tirer le meilleur parti des échanges avec l’extérieur en « naviguant à travers les archipels décisionnels [du] gouvernement par contrat » (Gaudin, 2007, p. 99).

2.3. Employeurs et employés dans le « drame social » du travail scientifique

26L’équilibre des échanges est aussi troublé sur le plan des relations que les chercheurs « permanents » entretiennent avec les autres. Au sein des laboratoires, les premiers voient ainsi le nombre des doctorants, post‑doctorants et autres contractuels augmenter, suivant les succès qu’ils remportent sur le marché des financements externes. Ces « permanents » ont davantage d’influence sur la circulation de leurs collègues « non-permanents », et ce en dehors de tout investissement au sein des institutions professionnelles représentatives. Cette responsabilité accentue chez eux la tension entre un rôle de mentor, encourageant l’indépendance et l’innovation, et celui d’employeur, responsable de la réalisation rapide d’un projet (Hackett, 1990, p. 260, 267). En accroissant la part des contrats temporaires dans la recherche publique, le financement « sur projet » agit ainsi sur la distribution des rôles professionnels et le déroulement du « drame social » (Hughes, 1996a) du travail scientifique, sur la scène du laboratoire.

27L’affaiblissement de la cohésion a aussi une dimension technique, au sens où la continuité des activités scientifiques est moins assurée. L’arrêt ou le freinage d’une « manip » en raison du départ d’un collaborateur est un risque désormais familier. Si tous les chercheurs se réjouissent pour celui qui a obtenu un poste permanent ailleurs, ou signé un nouveau contrat temporaire à des conditions ou à un endroit qui lui conviennent mieux, son départ crée un vide souvent peu aisé à combler. Les chercheurs regrettent en outre les effets de ce turn-over sur la culture locale des laboratoires, qui souffre de la réduction des plages de formation in situ, ou de leur subordination étroite aux objectifs définis lors du dépôt du projet. Les jeunes chercheurs sont incités à développer « une vision court‑termiste », résume une physicienne :

« Ils ne vont pas se projeter dans le labo, sur une plus grande durée, dans l’idée de préparer une manip qui ne produira que dans 5 ans. Quand ils commencent un contrat, il faut déjà qu’ils pensent au suivant. » (C25)

3. Les exigences de la « nouvelle donne »

3.1. L’expansion du travail administratif

28L’enquête dans les laboratoires de physique du CEA témoigne d’une extension spectaculaire de la composante « administrative » (Merton, 1973, p. 497‑559) du travail scientifique, due au développement du financement « sur projet ». Encore une fois, le constat est unanime chez les physiciens rencontrés, quels que soient leurs profils : depuis une dizaine d’années, il faut « consacrer plus de temps à l’administration » (L7), « il y a trop de guichets » (L21), et cela oblige à « remplir des dossiers de plus en plus importants pour avoir des sommes de plus en plus petites » (L17).

« Au fil des ans, la fraction du temps que je passe à faire de la recherche pure et dure, ça représente une partie de plus en plus petite de mon activité. [...] Les gens passent des semaines, pour ne pas dire des mois à rédiger des projets faramineux, pour obtenir un peu d’argent [...]. Après ça on se retrouve rapporteur pour les dossiers qui ont été faits par les autres. » (C20)

29« Une perte macroscopique de temps » pour monter les dossiers, « une quantité de travail absolument gigantesque » pour les évaluer (C23)... La critique porte principalement sur le temps perdu pour les activités proprement scientifiques — « un gaspillage », « une vraie catastrophe », « une dispersion de l’énergie dans le bruit de fond »... —, mais aussi sur la « lourdeur », la « rigidité » de cette « nouvelle donne » (C25), qui transforme les scientifiques en « bureaucrates » (L26).

3.2. Le choix des collaborateurs

  • 12 Pour S. Shapin, l’accroissement des incertitudes de « la vie scientifique » révèle l’importance des (...)

30Lire des articles, assister à des conférences, participer à des évaluations collégiales, etc. permet d’acquérir des connaissances scientifiques, mais ces pratiques donnent aussi inévitablement lieu à des jugements sur la qualité des personnes, et des instruments, qui animent un domaine scientifique. Cette veille nourrit une hiérarchisation continue des forces en présence, caractéristique des mondes à la fois très concurrentiels et coopératifs. « Il faut avoir une idée claire du paysage... savoir qui fait quoi » (C29). Le choix des partenaires avec lesquels présenter une demande de financement s’appuie sur ce quadrillage typique de l’« homo singularis » évoluant dans une « économie des singularités » (Karpik, 2009). La réduction de l’incertitude mêle des repères « objectifs », « impersonnels » (e.g. la liste des publications) à une connaissance personnelle du réseau (Karpik, 2009, p. 180‑183). D’autant plus que la qualité d’un éventuel partenaire s’évalue sur le plan scientifique, mais aussi relationnel (comme pour les recrutements universitaires, cf. Musselin, 2005). Les chercheurs soulignent en effet l’importance du « climat de confiance » qui assure une entente minimale, fondée sur le respect de certaines règles de ponctualité, de disponibilité, de signature, etc., mais aussi sur l’adoption d’une attitude « compréhensive », au sens sociologique, par rapport aux styles, aux manières de procéder des partenaires. Pour ces raisons, les entrevues, coups de fils et courriels entre amis occupent une bonne place dans les récits des montages de projets, qui offrent une nouvelle illustration du mélange des logiques amicales et professionnelles dans le monde scientifique12. Autrement dit, la valorisation de la « recherche coopérative », via les appels d’offres des agences, ne semble pas transformer fondamentalement les critères du recrutement scientifique classique.

  • 13 Emmanuel Lazega indique que ces « niches sociales » permettent de « diminuer les coûts de transacti (...)

31Sans y être indispensable, cette valorisation renforce la propension des scientifiques à rechercher des collaborateurs extérieurs, on l’a dit plus haut. Ainsi, comme il existe des « quasi-firmes » dans le réseau « par projet » des entreprises du bâtiment (Eccles, 1981), la récurrence des liens entre chercheurs appartenant à des structures différentes fait parfois émerger des « quasi‑labo »13. « Il y a des réseaux qui se tissent progressivement, et on resoumet des projets avec les mêmes partenaires », de façon à « créer des noyaux, des sous-réseaux, des sous-groupes très soudés » (C23).

32Les appels d’offres favorisent « indéniablement » cette dynamique, dit l’un de ses collègues. Mais il souligne aussi les « effets pervers » qui bloquent certaines associations :

« Parfois, on se dit “tiens celui-là ce serait bien si on l’associait à nous, parce que... il a des compétences [intéressantes], etc.”, mais comme il est engagé dans une autre démarche, un autre contrat, il est gêné, il ne peut pas. » (C25)

33Les appariements sont en outre parfois soumis à des logiques qui parasitent les motifs scientifiques des chercheurs. C’est le cas lorsqu’il faut intégrer des laboratoires issus, par exemple, de pays « entrants » de l’Union européenne, pour certains appels d’offres des programmes cadres de recherche et développement (PCRD). Au niveau national aussi, les chercheurs regrettent qu’il s’avère parfois plus payant de constituer un attelage difficile à manœuvrer car éclaté géographiquement, que de mobiliser les collègues du laboratoire voisin. D’autres difficultés résultent de la valeur qu’accordent certaines agences aux projets interdisciplinaires. Le recueil des informations pertinentes sur les éventuels partenaires est en effet plus couteux lorsqu’il s’agit de concevoir un projet misant sur le « dépassement des frontières » (disciplinaires, nationales, sectorielles.. .), et donc de recruter des collègues en dehors de sa zone d’expertise. Ce cas de figure, familier des spécialistes des NS/T, rappelle que les choix de partenaires ne dépendent pas seulement des paris scientifiques et des liens amicaux des chercheurs. Il s’agit aussi de correspondre aux exigences attachées aux appels d’offres.

3.3. La connaissance des règles du jeu

34On le voit, un autre type de veille est nécessaire, portant sur les instances et critères d’évaluation des agences de financement. En effet, « l’une des clefs de la réussite [...] est la mobilisation des ressources documentaires permettant de bien se conformer aux exigences de l’administration [responsable de l’appel d’offres] » (Tricoire, 2008, p. 14). Ce travail d’appropriation s’avère cependant souvent insuffisant, car les textes officiels manquent de clarté, du point de vue des chercheurs. Les propos échangés lors d’une réunion de chefs de laboratoires montrent par exemple ainsi que tous n’interprètent pas de la même façon les règles associées à l’appel d’offres « NanosciEra » (« fabrication, étude, etc. des nano‑objets individuels »), qui stipulent d’associer trois partenaires de pays différents.

  • 14 On peut voir dans ces critiques récurrentes l’illustration d’une tension caractéristique du monde a (...)
  • 15 Cette incertitude peut être rapportée à un faible niveau de consensus cognitif parmi les pairs : la (...)

35D’une manière générale, l’expérience des physiciens interrogés montre que les informations essentielles se trouvent par d’autres canaux que les textes officiels. L’apprentissage des règles et conventions informelles s’effectue d’abord au fil des essais. Chaque dépôt de dossier, qu’il soit couronné de succès ou non, apporte un certain nombre d’enseignements. Ce canal n’est cependant pas aussi profitable que les chercheurs le voudraient. Beaucoup critiquent en effet la légèreté des justifications qui accompagnent le rejet de leurs projets14. Cette « zone floue assez importante » donne à certains l’impression que « c’est un peu le hasard qui peut décider du fait qu’un labo va pouvoir s’engager sur un sujet donné » (L21)15. D’autres physiciens imputent plutôt leurs échecs à leur éloignement des réseaux du pouvoir, évoquant « le côté sombre, obscur, de l’évaluation » (C22). Cette opacité les incite parfois à se réserver un accès plus sûr aux règles du jeu, en se rapprochant des foyers décisionnaires. Les chercheurs du CEA associent en tout cas clairement l’intensification de ces activités « politiques » (pour reprendre leur terme) au système des appels d’offres.

4. La valorisation des compétences managériales

4.1. Savoir communiquer... et contourner

36La correction apportée par les science studies à l’image du laboratoire-« tour d’ivoire » a révélé l’importance des compétences communicationnelles dans le monde scientifique. Les chercheurs reconnaissent du reste volontiers cette importance (Hermanowicz, 2006). Les physiciens rencontrés au CEA indiquent néanmoins que la constitution des dossiers de financement introduit de nouvelles pratiques, exigeant un véritable savoir-faire de « traduction ».

37Les réunions avec des partenaires ou des représentants des agences constituent des épreuves orales parfois redoutées par les chercheurs. Toutefois, la charge administrative imputée à la recherche de financements (cf. supra) est, dans les récits, essentiellement associée à un effort de rédaction. Cette exigence se manifeste d’abord par le volume des dossiers à constituer (dossiers de soumissions et « livrables » divers). Mais c’est aussi leur contenu qui implique de maîtriser de nouveaux tours de main, au-delà du maniement d’un vocabulaire nouveau, permettant par exemple de compter en « homme.mois », ou de l’invention d’« un acronyme accrocheur » (L17). La prise en compte précoce, dans la mise en forme des idées scientifiques, des propriétés du « financeur », voire d’un « utilisateur », ressemble ainsi pour nombre de physiciens à un exercice de « marketing » qui les éloigne à grands frais de leurs domaines d’expertise. Il faut « faire quelque chose qui ait une jolie figure — mais ce n'est pas forcément la figure la plus optimale pour faire la recherche » (C25).

« Ce qui a changé, c’est l’organisation formelle de la recherche : c’est-à-dire qu’on fait un projet qui est planifié, financé, justifié... sur appel d’offres. Avec des points précis de reporting [...]. Moi j’avais connu ce formalisme en recherche appliquée nucléaire, et c’est arrivé petit à petit en recherche fondamentale. C’est lié au fait que la société n’est plus prête à signer des chèques en blanc comme ça » (L19)

  • 16 Sur la demande grandissante d’accountability i.e. la capacité à rendre des comptes aux gestionnai (...)

38C’est dire également que la séduction des « financeurs » s’appuie sur une justification convaincante des dépenses engagées pour un projet. La maîtrise de cette rhétorique devient essentielle : le « gouvernement par contrat » entraîne bien ici une accentuation de l’exigence d’accountability (Gaudin, 2007, p. 10)16. Parmi les évolutions du monde scientifique, le même chef de laboratoire signale ainsi « un truc de fond : la justification du travail. C’est-à-dire tant au sein du CEA qu’à l’extérieur, en tant que scientifique, il faut davantage justifier ce qu’on fait... » (L19). Il devient indispensable de « rendre des comptes sur la façon dont l’argent est dépensé » (Mt12). Dès lors, les chercheurs d’aujourd’hui « sont plus conscients des enjeux... que la recherche doit avoir un impact, quelque part [...], qu’il faut rassurer les politiques, que les gens sachent que l’argent donné à la recherche ne tombe pas dans un trou noir. C’est un peu la société dans son ensemble qui demande ça » (L21). Et les managers locaux appuient cette demande.

  • 17 Jean-Daniel Reynaud (1997, [1989], p. 243) fait d’ailleurs du laboratoire l’un des foyers typiques (...)
  • 18 Ces pratiques sont courantes (cf. Cole, 1992, p. 85 ; Hackett, 1990, p. 264). Elles renforcent enco (...)

39La prise en compte de ces exigences ne signifie pas pour autant que l’acclimatation des chercheurs à la « nouvelle donne » suive totalement la logique officielle. La régulation des espaces de travail se nourrit à de multiples sources, dont leurs animateurs sont rarement complètement exclus (Crozier, 1964 ; de Terssac, 1992 ; Reynaud, 1997 [1989])17. De nouvelles pratiques émergent in situ, notamment pour contourner les règles les plus contraignantes. Ainsi, face à la difficulté de justifier à l’avance leurs dépenses, les « déposants » sont souvent conduits à « vendre des résultats » en réalité déjà obtenus18.

« Parfois, on voit les problèmes qu’on va avoir, on peut les annoncer à la limite... mais il y a tellement de fois où on ne les voit pas et on ne le sait pas que... En fait, on fait des contrats sur les trucs qu’on a déjà faits. On a des choses dans les tiroirs, elles sont déjà prêtes, et... et on les vend, quoi. Et le risque on le finance [comme ça]. » (C29)

40Garder de la sorte « un tour d’avance » apparaît une nécessité d’autant plus forte en NS/T que la tension y est grande entre la pression applicative résultant des attentes politico-économiques et le flou entourant des phénomènes relevant de la physique, quantique et que l’on découvre à peine. Une autre technique de contournement consiste à « survendre » son projet et/ou son équipe, en fondant son dossier de financement sur des promesses aussi belles qu’irréalistes. Il n’est pas non plus rare de soumettre des projets similaires à différentes agences — quitte à les « saucissonner un peu », dit quelqu’un —, pour réaliser des « économies d’échelles ».

4.2. Les talents du manager de projets

41Dans ce système, le travail n’est pas plus ou moins collectif qu’auparavant, mais la pondération des critères qui commandent les associations entre équipes se trouve changée. Les logiques d’appariement apparaissent notamment plus sensibles aux orientations données à la périphérie du monde scientifique. Pour bien mener sa barque, il faut tenir compte de ces changements d’orientation (Mukerji, 1989, p. 85‑104 notamment ; Wadman, 2009). Il faut, pour reprendre les termes des entretiens, « bien sentir le vent » — qu’il s’agisse de surfer sur les vagues thématiques impulsées par les agences, ou bien de maintenir un cap personnel en dépit de ces changements d’orientation. Le profil des « big men » varie suivant ces paramètres de navigation.

« Aujourd’hui on est obligé d’adopter des comportements différents : faut écrire des programmes, faut monter des projets, faut aller vendre sa soupe... C’est sûr qu’aujourd’hui, si on a pas cette fibre-là, c’est difficile de faire évoluer les laboratoires... parce que c’est le jeu qui est comme ça, sur le terrain, donc on a [intérêt à] s’adapter. » (L2)

42Ce jeu repose notamment sur une mobilité accrue, et révèle une distribution inégale de l’aisance des chercheurs en la matière. Celle-ci s’apprécie encore lorsqu’il s’agit de jouer sur le mélange des (sous-)disciplines ou des cultures professionnelles. Collaborer avec des collègues d’autres cultures — « différemment câblés », dit un chercheur — nécessite une plasticité relationnelle qui ne va pas de soi (cf. Ziman, 1987, p. 53, 60). Les physiciens indiquent que les savoir-faire de communication et d’animation prennent une nouvelle dimension dans ce contexte. De même, les effets du charisme personnel de certains scientifiques (cf.  Shapin, 2008b) s’en trouvent accrus. Sur le plan technique, il peut être en outre profitable de développer une « expertise dérivée » (Collins et Evans, 2007, p. 64‑67), permettant d’arbitrer les différends techniques entre partenaires d’horizons divers.

  • 19 Au ministère de la recherche, on se félicite ainsi que la création de l’ANR « a insufflé un nouvel (...)

43On voit comment se dessine la transformation des profils, et la place qu’ils font aux savoir-faire et savoir-être managériaux. Ce n’est pas un effet accidentel des politiques scientifiques récentes, mais bien l’un de leurs objectifs. Les dispositifs mis en place pour favoriser le financement par projet sont explicitement conçus pour encourager l’acquisition de ce type de compétences (Tricoire, 2006), pour changer l’esprit des scientifiques autant que les structures19. Les pouvoirs publics envisagent, de cette façon, voir les chercheurs disposer d’un bagage leur permettant de ne pas payer leur singularisation scientifique par un déficit de coordination et donc de résoudre l’un des paradoxes des mondes de l’innovation, dans lesquels les exigences d’originalité et de communication peuvent paraître contradictoires (cf. Menger, 1999, p. 317). Les limites du terrain exploité ici interdisent de trancher entre deux scénarii accroissant le potentiel de coordination entre (hyper)spécialistes : soit une hétérogénéisation des bagages individuels, soit une division accrue du travail, avec l’émergence d’un corps de spécialistes des « connexions ». On peut cependant noter que la « managérialisation » (Freidson, 2001, p. 116–117, 121) des professionnels de la recherche demeure pour l’instant très dépendante des dispositions — des savoir-faire mais aussi des inclinations idéologiques — des chercheurs vis-à-vis de ces dispositifs : pour l’écrasante majorité d’entre eux, les compétences « d’interface » (L17) s’acquièrent uniquement en situation de travail.

4.3. Le contrat comme épreuve de la carrière

44Le financement « sur projet » ne transforme pas seulement les emplois du temps et le bagage des chercheurs. Les entretiens suggèrent qu’il touche aussi les « carrières types » (Abbott, 1988, p. 129) de la profession scientifique et les manières de leur donner un sens. Si les trajectoires individuelles, et celles des physiciens en particulier, résultent d’une succession d’engagements dans des projets collectifs, la sensibilité de ces enchaînement aux dispositions managériales implique un changement dans les repères de la carrière, i.e. à la fois des principes d’évaluation (sur le versant « objectif », dirait H. Hughes) et des logiques narratives (versant « subjectif ») qu’on lui applique. Les propos recueillis lors de l’enquête montrent ainsi que les « master narratives » (Hermanowicz, 1998, p. 193) et les « scripts » (Duberley et al., 2006) structurant les récits de carrière font aujourd’hui une large place aux succès et aux échecs enregistrés auprès des agences de financement.

  • 20 À l’université aussi, « la capacité à négocier et gérer des contrats, à s’insérer dans des réseaux (...)

45La fascination pour les statistiques portant sur l’activité des scientifiques a accompagné leur professionnalisation (Cozzens, 2003), et on connaît le poids de la bibliométrie dans l’objectivation de leur crédit (Pontille, 2002). Mobilisant les curriculum vitae des demandeurs, les procédures d’appels d’offres le renforcent encore, aggravant d’autant les mécanismes des « avantages cumulatifs » (Merton, 1968). Mais le calcul s’applique désormais aussi directement aux contrats obtenus. Pour la plupart des physiciens interrogés, l’émergence des agences a bien changé « le système de récompense et de réputation » : l’obtention de financements est un signe fort de « qualité et de crédit » (Braun, 1998 ; Rip, 1994, p. 8–11, 17), nourrissant le « principe de prestige » régulant les marchés du travail scientifique (Han, 2003)20.

« Maintenant, dans son CV, pour avoir un poste, dire qu’on a fait partie d’un contrat, rédigé telle partie d’un contrat... [voire] obtenu un contrat ! Alors là !... C’est un plus, c’est évident. » (C29)

46Orientant et sanctionnant les parcours, la distribution des financements est à la fois une source de récompense et de contrôle institutionnel (Goode, 1978). « Je sais que cela demande beaucoup de travail pour vous pour aller chercher cet argent, monter des projets. Mais aujourd’hui c’est un travail qui est largement reconnu au niveau du CEA », insiste ainsi un cadre hiérarchique lors d’une assemblée générale (Mt12). Et on perçoit parfaitement les effets cumulatifs de cette reconnaissance dans sa description de ses propres méthodes d’évaluation :

« L’un des critères d’une bonne activité, c’est qu’elle reçoit un certain soutien... À partir du moment où il y en a plus trop, il faut se poser des questions [...]. On va soutenir plutôt quelqu’un qui va se décarcasser pour avoir des financements extérieurs. » (M1)

5. Le monde scientifique, le pouvoir politique et l’hypothèse de la « déprofessionnalisation »

  • 21 Sur cette distinction, cf. Whitley, 2000 ; Ziman, 1987.

47Cet article montre comment le dispositif de financement « sur projet » peut exercer une influence sensible sur la façon dont les chercheurs s’engagent dans des collectifs, et sur les modalités de la reconnaissance professionnelle. Si chacune de ses parties mériterait une analyse approfondie, ce dernier offre une illustration « au ras du sol » de la plasticité des mondes sociaux vis-à-vis des modes de gouvernement et d’évaluation (Espeland et Sauder, 2007), et confirme le rôle des logiques managériales dans les transformations récentes du monde scientifique (Pickstone, 2001, p. 189‑225). De ce point de vue, la critique très majoritaire des physiciens rencontrés lors de l’enquête vise un facteur de « déprofessionnalisation », au sens de E. Freidson (2001). Non seulement parce que l’action des pouvoirs publics expose davantage le jeu professionnel aux logiques managériales, mais aussi parce que l’autonomie gagnée par les chercheurs vis-à-vis des instances collégiales des organismes qui les emploient n’est valable que dans un espace où la référence à des « clients », à des « utilisateurs » profanes, est plus marquée. La distinction entre « autonomie d’action » et « autonomie de contrôle » prend tout son sens ici. Et si la première est bien « traitée comme une solution » organisationnelle dans le cadre de la réforme (Paradeise, 2008, p. 291‑292), c’est plutôt sous sa forme « fonctionnelle », ou « technique », que « stratégique »21.

  • 22 « En recomposant les conditions d’action », elle modifie aussi « la substance même des groupes prof (...)
  • 23 Catherine Vilkas (2009) attire quant à elle l’attention sur le vivier d’experts (« think tanks », e (...)
  • 24 Ce partage constitue l’objet principal de l’enquête collective « Go Science. Qui gouverne la scienc (...)

48« La rationalisation par l’autonomie de l’action et l’hétéronomisation du contrôle » contraint à un nouveau « partage du pouvoir » (Paradeise, 2008, p. 296)22, et les données exploitées ici révèlent aussi la difficulté de séparer l’« étude de laboratoire » d’une sociologie politique des professions scientifiques, visant les modalités de ce partage. Améliorer la compréhension des évolutions appréhendées ici via la vie de laboratoire implique dès lors de tourner le regard vers les interactions entre acteurs politiques et scientifiques, dans le cadre d’une enquête « architectonique » sur l’articulation pratique de la pluralité des communautés prétendant œuvrer au bien public (au sens de Descombes, 2008). C’est, en d’autres termes, inviter à une analyse en termes d’« écologies liées », focalisée sur leurs « charnières » (Abbott, 2003) — soit, ici, sur ce groupe d’acteurs « qui sert d’intermédiaire entre les demandes des agences gouvernementales et les politiciens au sujet de la science, d’une part, et la demande de ressources et d’autonomie émanant des scientifiques, d’autre part » (Whitley, 2000, p. 297)23. L’enquête sur ces interactions mal connues (Pestre, 2003b, p. 62–67) constituerait sans doute un test plus convaincant de l’hypothèse de la « déprofessionnalisation », qui n’est pas une conséquence obligatoire de la croissance de l’intervention des pouvoirs publics, rappelle E. Freidson. On pourrait en effet examiner comment le pouvoir se partage entre « l’État » et « la profession », mais aussi entre les « courants cognitifs et écoles de pensée » que cette dernière abrite (Freidson, 1994, p. 38 ; 2001, p. 148–149 ; Slaughter et Rhoades, 2005, p. 56424). Les entretiens réalisés au CEA montrent par exemple déjà que les nouvelles règles n’ont pas que des critiques parmi les cadres hiérarchiques, et que, malgré tout, un contingent non négligeable de professionnels s’engage dans les dispositifs qui les appliquent.

  • 25 À partir d’une enquête réalisée sur un terrain proche du mien, Julien Barrier a présenté des résult (...)

49Enfin, la relative homogénéité de la population interrogée pour l’enquête, liée à son ancrage territorial (cf. Section 1.2), permet assez mal d’évaluer dans quelle mesure ses résultats sont dépendants du contexte local, et notamment du magnétisme des thématiques de recherche appliquée à Grenoble, de la dynamique particulière des NS/T ou des disciplines considérées. Toutes les disciplines scientifiques ne présentent par exemple pas la même sensibilité aux pressions exercées par l’industrie ou les pouvoirs publics, comme l’ont signalé A. Abott (1988, p. 211), E. Freidson (2001, p. 174–176, 192–193) ou R. Whitley (2000). Cette variété vaut-elle également pour la « managérialisation » de la recherche ? D’autres études seront nécessaires pour l’établir25. On peut toutefois déjà noter qu’elle s’impose aux chercheurs interrogés au CEA Grenoble avec la même force que dans d’autres univers professionnels (Belorgey, 2010 ; Boussard et al., 2010 ; Vigour, 2008).

Haut de page

Bibliographie

Abbott, A., 1988. The System of Professions. The University of Chicago Press, Chicago & London.

Abbott, A., 2003. Écologies liées : à propos du système des professions. In : Menger, P.M. (Ed.), Les professions et leurs sociologies. Éditions de la Maison des sciences de l’homme, Paris, pp. 29–50.

Arborio, A.M., Cohen, Y., Fournier, P., Hatzfeld, N., Lomba, C., Muller, S., 2008. Observer le travail. La Découverte, Paris.

Ballu, Y., 2006. De Mélusine à Minatec, 1956–2006. 50 ans d’histoires du CENG devenu CEA Grenoble. Éditions Le Dauphiné Libéré, Grenoble.

Barrier, J. 2010. La science en projets : régimes de financement et reconfigurations du travail des chercheurs académiques. Le cas des sciences et technologies de l’information et de la communication en France (1982-2006). Thèse de l’IEP de Paris.

Belorgey, N., 2010. L’hôpital sous pression : enquête sur le « nouveau management public ». La Découverte, Paris.

Benninghoff, M., 2004. Construction de la légitimité des agences de moyens : le cas du Fonds national suisse de la recherche scientifique (1940–2000). La Revue pour l’histoire du CNRS 11, 66–77.

Benninghoff, M., Ramuz, R., Leresche, J.P., 2004. Transformations des politiques de recherche en Europe : les cas de la Suisse, de l’Allemagne et de la France. Revue française d’administration publique 112, 777–789.

Benoît Browaeys, D., 2009. Le meilleur des nanomondes. Buchet Chastel, Paris.

Bensaude-Vincent, B., 2004. Se libérer de la matière ? INRA éditions, Paris.

Bouchard, J., 2008. Comment le retard vient aux Français. Analyse d’un discours sur la recherche, l’innovation et la compétitivité. Presses universitaires du Septentrion, Lille.

Boussard, V., Demazière, D., Milburn, P., 2010. L’injonction au professionnalisme. Presses universitaires de Rennes, Rennes.

Braun, D., 1998. The Role of Funding Agencies in the Cognitive Development of Science. Research Policy 27 (8), 807–821.

Bruno, I., 2008. À vos marques®, prêts... cherchez ! La stratégie européenne de Lisbonne, vers un marché de la recherche. Éditions du Croquant, Broissieux.

Callon, M., 1988. La science et ses réseaux. La Découverte/Conseil de l’Europe/UNESCO, Paris.

Cole, S., 1992. Making Science. Harvard University Press, Cambridge, MA.

Collins, H., Evans, R., 2007. Rethinking Expertise. The University of Chicago Press, Chicago & London.

Cozzens, S.E., 2003. The Discovery of Growth. Statistical Glimpses of Twentieth-Century Science. In: Krige, J., Pestre, D. (Eds.), Companion to Science in the Twentieth Century. Routledge, London & New York, pp. 127–142.

Crozier, M., 1964. Le phénomène bureaucratique. Seuil, Paris.

Terssac (de), G., 1992. Autonomie dans le travail. Puf, Paris.

Descombes, V., 2008. Philosophie du jugement politique. Points Seuil, Paris.

Descombes, V., 2009. L’identité collective d’un corps enseignant. Revue du MAUSS 33, 343–362.

Dodet, M., Lazar, P., Papon, P., 1998. La République a-t-elle besoin de savants ? Presses universitaires de France, Paris.

Duberley, J., Cohen, L., Mallon, M., 2006. Constructing Scientific Careers: Change, Continuity and Context. Organization Studies 27 (8), 1131–1151.

Duval, J., Heilbron, J., 2006. Les enjeux des transformations de la recherche. Actes de la recherche en sciences sociales 164, 5–9.

Eccles, R., 1981. The Quasifirm in the Construction Industry. Journal of Economic Behavior & Organization 2, 335–357.

Elzinga, A., 1997. The Science-Society Contract in Historical Transformation: With Special Reference to “Epistemic Drift”. Social Science Information 36 (3), 411–445.

Espeland, W., Sauder, M., 2007. Rankings and Reactivity: How Public Measures Recreate Social Worlds. American Journal of Sociology 113 (1), 1–40.

Freidson, E., 1986. Professional Powers. The University of Chicago Press, Chicago & London. Freidson, E., 1994. Professionalism Reborn. Polity Press, Cambridge.

Freidson, E., 2001. Professionalism, the Third Logic. The University of Chicago Press, Chicago & London. Gaudin, J.P., 2007. Gouverner par contrat (2e édition). Presses de Sciences Po, Paris.

Godelier, M., 1996 [1982]. La production des grands hommes. Pouvoir et domination masculine chez les Baruya de Nouvelle-Guinée. Fayard, Paris.

Godelier, M., 2002. Big Man. In : Bonte, P., Izard, M. (Eds.), Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie. Puf, Paris, pp. 113.

Godin, B., Trépanier, M., Albert, M., 2000. Des organismes sous tension : les conseils subventionnaires et la politique scientifique. Sociologie et sociétés 32 (1), 17–42.

Goode, W.J., 1978. The Celebration of Heroes: Prestige as a Social Control System. University of California Press, Berkeley.

Grimoult, C., 2008. Sciences et politique en France, de Descartes à la révolte des chercheurs. Ellipses, Paris.

Hackett, E.J., 1990. Science as a Vocation in the 1990s: the Changing Organizational Culture of Academic Science. The Journal of Higher Education 61 (3), 241–279.

Hackett, E.J., 2005. Essential Tensions: Identity, Control and Risk in Research. Social Studies of Science 35 (5), 787–806.

Han, S.-K., 2003. Tribal Regimes in Academia: a Comparative Analysis of Market Structure across Disciplines. Social Networks 25, 251–280.

Hemlin, S., Rasmussen, S.B., 2006. The Shift in Academic Quality Control. Science, Technology and Human Values 31 (2), 173–198.

Henkel, M., 2005. Academic Identity and Autonomy in a Changing Policy Environment. Higher Education 49 (1–2), 155–176.

Hermanowicz, J.-C., 1998. The Stars are not Enough. Scientists — their Passions and Professions. The University of Chicago Press, Chicago & London.

Hermanowicz, J.-C., 2006. What Does It Takes to Be Successful? Science, Technology and Human Values 31 (2), 135–152.

Hessenbruch, A., 2004. Nanotechnology and the Negotiation of Novelty. In: Baird, D., Nordmann, A., Schummer, J. (Eds.), Discovering the Nanoscale. IOS Press, Amsterdam, pp. 135–141.

Hubert, M., Spivak L’Hoste, A., 2008. Prendre la vague des nanotechnologies depuis la périphérie. Le rôle des instruments dans l’insertion de chercheurs argentins au sein de réseaux de coopération scientifique. Revue d’anthropologie des connaissances 2 (3), 441–468.

Hughes, E., 1996a. Le drame social du travail. Actes de la recherche en sciences sociales 115, 94–99.

Hughes, E., 1996b. Le regard sociologique. Éditions de l’EHESS, Paris.

Jouvenet, M., 2007. La culture du « bricolage » instrumental et l’organisation du travail scientifique. Enquête dans un centre de recherches en nanosciences. Revue d’anthropologie des connaissances 1 (2), 189–219.

Jouvenet, M., 2009. Le « nanomonde » vu de l’intérieur. Le travail scientifique, ses évolutions et ses représentations dans le laboratoire. In : Appay, B., Jefferys, S. (Eds.), Restructurations, précarisation et valeurs. Octarès, Toulouse, pp. 193–205.

Karpik, L., 2009. Éléments de l’économie des singularités. In : Steiner, P., Vatin, F. (Eds.), Traité de sociologie économique. Puf, Paris, pp. 165–208.

Knorr Cetina, K., 1981. The Manufacture of Knowledge. Pergamon Press, London.

Kuhn, T., 1983 [1962]. La structure des révolutions scientifiques. Flammarion, Paris.

Larédo, P., 2003. Vers un espace européen de la recherche et de l’innovation. In: Mustar, P., Penan, H. (Eds.), Encyclopédie de l’innovation. Economica, Paris, pp. 665–691.

Larédo, P., Mustar, P., 2001. Research and Innovation Policies in the New Global Economy. An International Comparative Analysis. Edward Elgar, Cheltenham & Northampton.

Lascoumes, P., Le Galès, P., 2004. Gouverner par les instruments. Presses de Sciences Po, Paris. Latour, B., 1995. Le métier de chercheur. INRA éditions, Paris.

Latour, B., Woolgar, S., 1979. Laboratory Life. Sage, Los Angeles & London.

Lazega, E., 2009. Théorie de la coopération entre concurrents. In : Steiner, P., Vatin, F. (Eds.), Traité de sociologie économique. Puf, Paris, pp. 533–571.

Le Bianic, T., Vion, A., 2008. Action publique et légitimités professionnelles. LGDJ, Paris.

Lepori, B., 2007. Convergences et spécificités nationales des politiques de recherche. Le cas du financement public par projets. Communication présentée au colloque « Les systèmes de recherche français et suisse face à l’internationalisation », 8–9 novembre, université de Berne, Suisse.

Lynch, M., 1985. Art and Artifact in Laboratory Science. Routledge & Kegan, London.

Menger, P.M., 1999. Compétences et qualifications. In : Foray, D., Mairesse, J. (Eds.), Innovations et performances. Éditions de l’EHESS, Paris, pp. 305–323.

Merton, R., 1968. The Matthew Effect in Science. Science 159 (3810), 56–63.

Merton, R., 1973. The Sociology of Science. The University of Chicago Press, Chicago & London.

Moret, R., 2006. Nanomonde. Des nanosciences aux nanotechnologies. CNRS Éditions, Paris.

Mukerji, C., 1989. A Fragile Power. Scientists and the State. Princeton University Press, Princeton.

Musselin, C., 2005. Le marché des universitaires : France, Allemagne, États-Unis. Presses de Sciences Po, Paris.

Osterloh, M., Frey, B., Homberg, F., 2008. Le chercheur et l’obligation de rendre des comptes. Gérer et Comprendre 91 (3), 48–54.

Paradeise, C., 2008. Autonomie et régulation : retour sur deux notions-clés. In : Le Bianic, T., Vion, A. (Eds.), Action publique et légitimités professionnelles. LGDJ, Paris, pp. 289–296.

Pautrat, J.L., 2002. Demain le nanomonde, voyage au cœur du minuscule. Fayard, Paris.

Pestre, D., 1990. Louis Néel, le magnétisme et Grenoble. Récit de la création d’un empire physicien dans la province française, 1940–1965. CNRS Éditions, Paris.

Pestre, D., 2003a. Science, argent et politique. INRA éditions, Paris.

Pestre, D., 2003b. Science, Political Power and the State. In: Krige, J., Pestre, D. (Eds.), Companion to science in the twentieth century. Routledge, London & New York, pp. 61–75.

Pickstone, J.V., 2001. Ways of Knowing, A New History of Science, Technology, and Medicine. The University of Chicago Press, Chicago & London.

Pontille, D., 2002. La signature scientifique. Authentification et valeur marchande. Actes de la recherche en sciences sociales 141–142, 72–78.

Powell, W., 1990. Neither Market nor Hierarchy: Network Forms of Organization. Research in Organizational Behavior 12, 295–336.

Reynaud, J.-D., 1997 [1989]. Les règles du jeu. Armand Colin, Paris.

Rip, A., 1994. The Republic of Science in the 1990s. Higher Education 28 (1), 3–23.

Shapin, S., 2008a. Science and the Modern World. In: Hackett, E.J., Amsterdamska, O., Lynch, M., Wajcman, J. (Eds.), The Handbook of Science and Technology Studies, Third Edition. The MIT Press, Cambridge & London, pp. 433–448.

Shapin, S., 2008b. The Scientific Life. A Moral History of a Late Modern Vocation. The University of Chicago Press, Chicago & London.

Slaughter, S., Rhoades, G., 2005. From “Endless Frontier” to “Basic Science for Use”: Social Contracts between Science and Society. Science, Technology and Human Values 30 (4), 536–572.

Stephan, P., Black, G., Chang, T., 2007. The Small Size of the Small Scale Market: the Early-Stage Labor Market for Highly Skilled Nanotechnology Workers. Research Policy 36 (6), 887–892.

Thévenot, L., 1985. Les investissements de forme. Cahiers du centre d’étude de l’emploi 29, 21–72.

Tricoire, A., 2006. Externaliser la contrainte. Le dispositif de pilotage d’un projet de recherche communautaire. Terrains & Travaux 11, 122–139.

Tricoire, A., 2008. L’élaboration d’un projet de recherche communautaire ou l’émergence de normes communes autour de la figure du destinataire. Politiques et Management Public 26 (1), 64–92.

Vigour, C., 2008. Ethos et légitimité professionnels à l’épreuve d’une approche managériale : le cas de la justice belge. Sociologie du travail 50 (1), 71–90.

Vilkas, C., 2009. Des pairs aux experts : l’émergence d’un « nouveau management » de la recherche scientifique. Cahiers internationaux de sociologie 126 (1), 61–79.

Vinck, D., 2010. The “Enterprise of Science”: Construction and Reconstruction of Social Capital Around Nano R&D. International Journal of Nanotechnology 7 (2–3), 121–136.

Wadman, M., 2009. Research Funding: Closing Arguments. Nature 457, 650–655.

Whitley, R., 2000. The Intellectual and Social Organization of the Sciences, Second Edition. Clarendon Press, Oxford.

Ziman, J., 1987. Knowing Everything About Nothing, Specialization and Change in Research Careers. Cambridge University Press, Cambridge.

Haut de page

Notes

1 Avant de répondre, je souhaite remercier tous ceux dont les remarques ont nourri ce texte (en particulier J. Aust, J. Barrier, P.-Y. Baudot, M. Benninghoff, D. Demazière, P.-M. Menger, O. Roueff, A. Paillet, L. de Verdalle et C. Vilkas), ainsi que les collègues physiciens avec lesquels j’ai pu dialoguer dans le cadre de l’enquête exploitée ici. Celle-ci s’inscrivait dans une recherche collective dirigée par D. Vinck (à qui je dois beaucoup) et en partie financée par l’ANR (projet LODYSENANO, no ANR-06-BLAN-0341).

2 Voir par exemple Elzinga, 1997 ; Slaughter et Rhoades, 2005.

3 Ce pari découle d’un diagnostic établi sur l’état de la recherche française depuis la sphère politique (Bouchard, 2008). Il est ainsi présenté comme une parade à la rétrogradation de la France « en deuxième division de la science mondiale » (N. Sarkozy, « Discours d’Orsay » du 28 janvier 2008). L’idée est d’attribuer des moyens « à des projets, plutôt qu’à des structures qui mettent des années à évoluer » (N. Sarkozy in Libération, 7 mai 2007), afin de favoriser la « souplesse » et la « réactivité » des forces de recherches, entravées par le style bureaucratique des grands organismes, voire par le corporatisme de ses animateurs. Ce choix d’« un modèle davantage fondé sur [l’action] d’agences de moyens finançant des projets » est affirmé en même temps que celui de « quelques grands secteurs particulièrement porteurs d’avenir » — dont les nanotechnologies (Lettre de mission adressée par F. Fillon, premier ministre et N. Sarkozy, président de la République à V. Pécresse, ministre de la recherche, 5 juillet 2007). Le financement « sur projet » est en effet également « un outil indispensable de pilotage de la recherche autour de priorités nationales », définies à partir de l’identification de « besoins sociaux » (V. Pécresse in Le Monde, 18 octobre 2007). C’est dire aussi que la « flexibilité » et l’« audace » recherchées sont envisagées relativement aux évolutions de ces « besoins », le plus souvent énoncés en termes utilitaires (sur la force de cette « vision utilitaire », Dodet et al., 1998, p. 13–64).

4 L’innovation instrumentale est d’abord « un geste politique » produisant « un effet symbolique d’autorité, de rupture avec des actions antérieures » (Lascoumes et Le Galès, 2004, p. 358).

5 Pour Jean-Pierre Gaudin (2007, p. 13, 98), le gouvernement par contrat brouille « l’ordonnancement régulier et hiérarchisé » du « jardin à la française » que dessinaient auparavant les politiques publiques.

6 Les citations sont identifiées ici par une lettre signalant le statut de leur locuteur (C/chercheur, L/chef de laboratoire, M/manager d’un grade plus élevé que L), associée au numéro de l’entretien ou, quand précédé de « t », du carnet de terrain dont elles sont extraites.

7 « Bien qu’il soit difficile de considérer le réseau comme un nouveau concept pour les scientifiques, le degré de son institutionnalisation et les attentes qui lui sont attachées le sont » (Henkel, 2005, p. 160). Et on peut répéter ce constat pour le « projet ».

8 Matthieu Hubert et Ana Spivak L’Hoste montrent comment les instruments peuvent servir de catalyseurs pour les coopérations scientifiques en NS/T (Hubert et Spivak L’Hoste, 2008).

9 Un physicien raconte comment la recherche sur la magnétorésistance géante — qui vaudra un prix Nobel à A. Fert en 2006 et « dans laquelle il y a des milliers et des milliers de personnes qui travaillent aujourd’hui » — a vu le jour en France sur une machine acquise en marge d’un contrat — « un cadeau, c’était fait en perruque ». Autrement dit, s’il n’y avait pas eu cet espace libre pour « lancer et tester des idées », sans obligation de justification a priori, « la France n’aurait pas été là-dedans » (L24).

10 C’est la thèse de Chandra Mukerji (1989), qui présente les agences comme les pivots du tour de passe-passe assurant la subordination des scientifiques par rapport au pouvoir politique.

11 Figure classique de l’anthropologie, le « big man » a prouvé « ses capacités à produire ou rassembler des richesses [...] pour les redistribuer avec une générosité calculée [...] ou pour les mettre au service de son clan ou de sa tribu ». Il se distingue notamment par son habileté à organiser des collaborations dans des contextes agonistiques, à articuler « coopération et domination » dans de « vastes réseaux d’échanges compétitifs » dont la fluidité contraste avec la rigidité des structures politiques institutionnelles (Godelier, 1996 [1982], 2002).

12 Pour S. Shapin, l’accroissement des incertitudes de « la vie scientifique » révèle l’importance des « interactions à haute bande passante » et du rôle qu’y joue le charisme, au sens wébérien (Shapin, 2008b).

13 Emmanuel Lazega indique que ces « niches sociales » permettent de « diminuer les coûts de transaction mais aussi [de] résister partiellement à la mise en concurrence ouverte venant d’en haut » (Lazega, 2009, p. 547–548).

14 On peut voir dans ces critiques récurrentes l’illustration d’une tension caractéristique du monde académique, entre un refus de la bureaucratie et une demande de transparence impliquant « la mise en place de procédures très formalisées » (Larédo, 2003, p. 671).

15 Cette incertitude peut être rapportée à un faible niveau de consensus cognitif parmi les pairs : la chance devient alors un facteur décisif pour le succès, jouant sur l’attribution des évaluateurs. C’est l’analyse de Stephen Cole (1992, p. 82–101).

16 Sur la demande grandissante d’accountability i.e. la capacité à rendre des comptes aux gestionnaires et pouvoirs publics — et ses contraintes dans le monde scientifique, voir Hemlin et Rasmussen, 2006 ; Osterloh et al., 2008.

17 Jean-Daniel Reynaud (1997, [1989], p. 243) fait d’ailleurs du laboratoire l’un des foyers typiques de cette régulation « par le bas ».

18 Ces pratiques sont courantes (cf. Cole, 1992, p. 85 ; Hackett, 1990, p. 264). Elles renforcent encore la cumulativité des avantages, dans la mesure où seuls les laboratoires les mieux équipés « ont les ressources pour collecter des données expérimentales convaincantes avant de soumettre [un projet] » (Wadman, 2009).

19 Au ministère de la recherche, on se félicite ainsi que la création de l’ANR « a insufflé un nouvel état d’esprit dans la communauté scientifique française » : « désormais, nos chercheurs sont entrés dans une nouvelle culture », dit V. Pécresse (Le Figaro, 15 octobre 2008).

20 À l’université aussi, « la capacité à négocier et gérer des contrats, à s’insérer dans des réseaux pluridisciplinaires ou multiorganisationnels » peut désormais être un atout important lors des recrutements (Musselin, 2005, p. 296).

21 Sur cette distinction, cf. Whitley, 2000 ; Ziman, 1987.

22 « En recomposant les conditions d’action », elle modifie aussi « la substance même des groupes professionnels » et « transforme probablement les identités dans la durée » (Paradeise, 2008). L’enquête présentée ici tend à renforcer cette hypothèse, dans la mesure où l’impact de la réforme sur la vie de laboratoire n’y est pas perçu comme un simple changement d’ordre technique. Sa « rationalité axiologique » (Lascoumes et Le Galès, 2004, p. 358) est dans tous les esprits, et apparaît dans les discours des scientifiques comme une menace pour les valeurs qui déterminent le sens de leurs vocations et engagements professionnels (voir aussi Jouvenet, 2007, 2009). Entre eux et les promoteurs des nouvelles règles, ils diagnostiquent une « divergence de conception sur ce qu’est ou devrait être [leur] travail [et] sur la nature du mandat donné par le public » (Hughes, 1996b, p. 65). Vincent Descombes (2009) présente des observations similaires sur l’impact « identitaire » de la réforme des universités.

23 Catherine Vilkas (2009) attire quant à elle l’attention sur le vivier d’experts (« think tanks », etc.) produisant des normes qui « fragilisent le modèle professionnel ».

24 Ce partage constitue l’objet principal de l’enquête collective « Go Science. Qui gouverne la science ? » (2011–2014), dirigée par Jérôme Aust et financée par l’ANR. Politistes, historiens et sociologues (dont l’auteur) étudieront dans ce cadre la façon dont les acteurs politiques, scientifiques et économiques ont contribué à la définition des politiques de recherche française et anglaise en physique et en biologie, depuis les années 1960.

25 À partir d’une enquête réalisée sur un terrain proche du mien, Julien Barrier a présenté des résultats relativement convergents. Voir Barrier, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Morgan Jouvenet, « Profession scientifique et instruments politiques : l’impact du financement « sur projet » dans des laboratoires de nanosciences », Sociologie du travail, Vol. 53 - n° 2 | 2011, 234-252.

Référence électronique

Morgan Jouvenet, « Profession scientifique et instruments politiques : l’impact du financement « sur projet » dans des laboratoires de nanosciences », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 53 - n° 2 | Avril-Juin 2011, mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/7881 ; DOI : 10.4000/sdt.7881

Haut de page

Auteur

Morgan Jouvenet

Laboratoire PRINTEMPS-CNRS/UVSQ UMR 8085, 47, boulevard Vauban, 78047 Guyancourt cedex, France
morgan.jouvenet[at]uvsq.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals