Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 58 - n° 4Comptes rendusHistoires d’enquêtes. Londres, Pa...

Comptes rendus

Histoires d’enquêtes. Londres, Paris, Chicago (1880-1930), C. Topalov

Classiques Garnier, Paris (2015). 512 p.
Philippe Masson
p. 479-481
Référence(s) :

Christian Topalov, Histoires d’enquêtes. Londres, Paris, Chicago (1880-1930), Classiques Garnier, Paris, 2015, 512 p.

Texte intégral

1Christian Topalov rassemble dans ce livre ses comptes rendus d’enquêtes d’histoire de la sociologie sur trois projets intellectuels qui portaient sur les villes aux tournants des xixe et xxe siècles. Il s’agit des projets de Charles Booth, avec sa vaste enquête sur la ville de Londres entreprise à partir de 1886, de Maurice Halbwachs sur Paris au début du xxe siècle, et de Robert E. Park et Ernest W. Burgess sur Chicago à partir de 1924. Tous trois tournent autour d’une même question : comment la sociologie a-t-elle croisé la ville et les mouvements réformateurs (comme celui de la Progressive Era très actif à Chicago à la fin du xixe siècle, ou le mouvement philanthropique en Angleterre) ? L’ouvrage n’est pas que le simple rassemblement de comptes rendus d’enquêtes déjà parus dans diverses revues. Leur confrontation, organisée dans trois parties distinctes, illustre des façons différentes de faire des sciences sociales qui peuvent nous conduire à relativiser les normes de nos propres pratiques. De leur comparaison, C. Topalov dégage un schéma d’analyse des enquêtes de sciences sociales, qu’il formalise dans une longue introduction.

2L’histoire des sciences sociales repose sur la nécessité de désencombrer les textes de toute la glose rédigée à leur sujet en s’interrogeant sur l’histoire des traditions qui ont informé notre approche des recherches de nos devanciers. L’ouvrage de C. Topalov ne satisfait pas, comme il le reconnaît lui-même, à ce premier objectif ; mais il a publié d’autres textes qui vont dans ce sens (Topalov, 2004). Il faut aussi replacer les textes et leurs auteurs dans l’ensemble des relations dans lesquelles ils sont eux-mêmes pris, c’est-à-dire voir avec qui les chercheurs conversent, avec qui ils échangent des arguments. C’est l’objet de la première partie du livre, dans laquelle Christian Topalov examine les relations respectives de Charles Booth, Maurice Halbwachs, Robert Park et Ernest Burgess. Si M. Halbwachs était plutôt un rat de bibliothèque, il restait engagé dans une conversation continue avec les autres durkheimiens et les socialistes normaliens. R.E. Park et E.W. Burgess étaient pris dans des relations multiples avec les réformateurs et travailleurs sociaux de Chicago, leurs collègues de l’Université de Chicago et leurs financeurs (en particulier ceux des fondations Rockefeller), et les autres sociologues de l’espace national de la sociologie américaine de cette époque. C. Topalov saisit ces conversations à l’occasion de trois événements auxquels ont participé R.E. Park et E.W. Burgess : une rencontre de travailleurs sociaux à Toronto en 1924, la création du Local Community Research Committee de l’Université de Chicago en 1923 et l’allocution de R.E. Park en 1924 pour la présidence de l’American Sociological Society. On remarquera que si les deux premiers chapitres sur C. Booth et M. Halbwachs choisissent une entrée par les individus, C. Topalov choisit d’étudier les interactions de R.E. Park et E.W. Burgess avec d’autres mondes que le leur pour mieux comprendre leur travail, en particulier leurs relations avec le monde du travail social et celui des réformateurs de l’Université de Chicago. C’est parce que ces événements ont laissé des traces, des archives, qu’il est possible d’en retracer l’histoire.

3C’est là une autre caractéristique de la recherche historique sur les sciences sociales réalisée par C. Topalov. Comme chez d’autres chercheurs depuis la seconde moitié des années 1980, sa recherche s’appuie sur le dépouillement d’archives afin de resituer les oeuvres étudiées dans leur environnement. Des annexes détaillées présentent les archives consultées et des informations complémentaires intéressantes comme l’inventaire des projets de recherche du département de sociologie de Chicago dans le cadre du programme du Local Community Research Committee entre 1923 et 1928. Les archives permettent aussi de rendre compte des pratiques des chercheurs en ne se limitant pas aux activités de recherche mais en examinant aussi les pratiques d’enseignement, la gestion des institutions académiques, les négociations avec les financeurs. La seconde partie de l’ouvrage examine donc les pratiques des chercheurs pour étudier la ville. À l’opposé des pratiques d’aujourd’hui où l’ethnographie est en faveur, C. Booth considérait qu’il fallait se défier de ce que l’on pouvait voir en parcourant une ville et qu’il était préférable de « d’abord, fermer les yeux », cherchant plutôt les régularités statistiques et une forme d’enquête par autorité — c’est-à-dire basée sur « le savoir d’une personne qui a une connaissance pratique directe de l’objet étudié » (p. 403). Une analyse des voyages de M. Halbwachs fait apparaître un sociologue qui éprouve les plus grandes difficultés à entrer en contact avec des populations ouvrières, à s’approcher du peuple. Les étudiants réunis autour de R.E. Park et E.W. Burgess s’attachèrent à réaliser quelques monographies de communautés qui reposaient principalement sur la cartographie et l’usage de « documents personnels » (mélangeant des témoignages des habitants, des descriptions journalistiques ou de professionnels d’institutions de secours), à l’instar de celle de Harvey Zorbaugh analysée par Christian Topalov.

4Enfin, une troisième partie de l’ouvrage s’intéresse aux dispositifs argumentatifs utilisés par les chercheurs pour convaincre le lecteur, et à la manière dont ils exposent leurs résultats, prenant au sérieux le fait que les comptes rendus de sciences sociales sont des textes, c’est-à-dire aussi des objets matériels. Parmi ces procédés argumentatifs, C. Booth utilise la cartographie, sous une forme novatrice, « assignant à chaque portion de l’espace une catégorie de population, établissant ainsi une relation entre les propriétés du cadre bâti et celles des habitants » (p. 312). La cartographie est aussi adoptée sous une forme différente, celle du spot map (un point représente un individu), mais avec le même objectif d’apparaître comme un compte-rendu scientifique bien différent des récits de voyage dans les bas-fond des grands centres urbains si fréquents dans la littérature de l’époque. Il s’agissait ainsi de trouver un moyen de convaincre les réformateurs urbains et/ou les financeurs des recherches en sciences sociales.

5Les auteurs étudiés par C. Topalov ont en commun de considérer que leur science a une utilité en s’intéressant aux problèmes de la cité, mais ils cherchent aussi à en asseoir la scientificité. Enquêter sur des enquêtes, c’est aussi s’interroger, dans la conclusion de l’ouvrage, sur le statut de la preuve. Les sociologues de ce début du xxe siècle considèrent que la sociologie doit établir des lois et leur modèle est celui des sciences de la nature ; à leurs yeux, la sociologie doit être prédictive. Ils accordent donc beaucoup d’importance aux statistiques, comme l’illustre le nombre important de tableaux de chiffres dans le compte-rendu de C. Booth sur Londres. Leur volonté est d’abord d’établir des faits. Telle est, selon ces sociologues, la première tâche des sciences sociales, dans une perspective assez proche de celle de la critique des sources proposée par Charles-Victor Langlois et Charles Seignobos en histoire. En mettant en perspective les principes à partir desquels ces sociologues travaillaient, Christian Topalov nous permet de «  prendre de la distance avec les catégories dans lesquelles nos sciences pensent et agissent » (Topalov, 2013). Son ouvrage, basé sur la méthode comparative, est l’aboutissement réussi de cette distanciation.

Haut de page

Bibliographie

Topalov, C., 2004. Les usages stratégiques de l’histoire des disciplines. Le cas de l’ « école de Chicago » en sociologie. In: Heilbron, J., Lenoir, R., Sapiro, G., Pour une histoire des sciences sociales. Hommage à Pierre Bourdieu. Fayard, Paris, pp. 127-157.

Topalov, C., 2013. Grand entretien. Christian Topalov, chercheur et militant. Savoir/agir 26, 63-75.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Masson, « Histoires d’enquêtes. Londres, Paris, Chicago (1880-1930), C. Topalov », Sociologie du travail, Vol. 58 - n° 4 | 2016, 479-481.

Référence électronique

Philippe Masson, « Histoires d’enquêtes. Londres, Paris, Chicago (1880-1930), C. Topalov », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 58 - n° 4 | Octobre-Décembre 2016, mis en ligne le 01 décembre 2016, consulté le 25 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/793 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.793

Haut de page

Auteur

Philippe Masson

Centre nantais de sociologie (CENS), FRE 3706, Université de Nantes, 23, rue du Recteur Schmitt, BP 81 227, 44312 Nantes Cedex 3, France
philippe.masson[at]univ-nantes.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search