Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 58 - n° 4Comptes rendusRevenir au service public ? G. Je...

Comptes rendus

Revenir au service public ? G. Jeannot, O. Coutard

La Documentation française, Paris (2015). 148 p.
Thomas Blanchet
p. 477-479
Référence(s) :

Gilles Jeannot et Olivier Coutard, Revenir au service public ?, La Documentation française, Paris, 2015, 148 p.

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, Gilles Jeannot et Olivier Coutard, deux spécialistes des services en réseaux, traitent du retour en gestion publique de services préalablement privatisés. L’étude d’un tel objet paraît légitime puisque le phénomène, relativement récent, est resté jusqu’à présent en marge des débats scientifiques. Après les mouvements de privatisation qui ont touché les services publics à la fin des années 1980, on assiste en effet depuis quelques années à un retour en gestion publique de différents secteurs. Certes, l’ampleur de ce mouvement reste relativement modeste. Mais pour les auteurs, les quelques cas observables représentent une opportunité pour effectuer un bilan « des impacts des années de libéralisation » (p. 7) et « se poser la question de la pertinence d’un retour raisonné au service public en France et en Europe » (p. 11).

2Le propos de l’ouvrage est organisé en six chapitres dans lesquels les auteurs brossent un tableau de l’évolution des services publics en réseaux, de leurs origines à nos jours, en se concentrant notamment sur les consommateurs (prix et qualité du service) et, dans une moindre mesure, sur les employés de ces services (conditions de travail). Dans le premier chapitre, les auteurs définissent le service public comme « une offre de service en monopole par une organisation publique » (p. 16) et reviennent sur ses origines, détour nécessaire pour comprendre ses évolutions ultérieures. Dans le deuxième chapitre, ils esquissent trois modalités de remise en cause de ces services : la privatisation, testée en Angleterre, et qui consiste à « transférer au secteur privé les monopoles publics » (p. 47) ; la libéralisation, adoptée par la Commission européenne, impliquant la mise en concurrence d’un service qui était auparavant en situation de monopole ; la délégation, modèle développé en France, consistant à maintenir le service public tout en mettant sa gestion en concurrence pour une durée limitée.

3Dans un second temps (chapitres 3 et 4), les auteurs dressent un bilan des mouvements de libéralisation et de privatisation des services publics et de leur impact sur les consommateurs, car « la remise en cause du service public s’est faite au nom de l’intérêt du consommateur final » (p. 71). D’une manière générale, ce bilan semble être plutôt négatif : stagnation ou augmentation des prix pour le consommateur final ; réduction des coûts de production et des investissements dans la recherche et le développement. Pire encore, des sondages d’opinion effectués auprès de la population à différentes périodes montrent que l’image des entreprises de services publics auprès des ménages tend à se dégrader suite à l’ouverture des marchés. Alors qu’ils en avaient auparavant une image rassurante liée à des emplois stables et à un service de qualité, les ménages ont peu à peu développé une défiance vis-à-vis de ces opérateurs et de leurs nouveaux concurrents, notamment en raison de leurs pratiques commerciales « agressives » (p. 103).

4Les deux derniers chapitres sont consacrés à une réflexion sur le mouvement de retour en gestion publique. Au chapitre 5 les auteurs révèlent, sur la base de quelques cas emblématiques, différentes modalités de retour au public : volontariste pour le secteur de l’eau à Paris, forcé pour la Poste et instrumentalisé par la puissance publique comme un moyen de pression pour renégocier les contrats dans le cas des concessions d’autoroutes en France. Ils montrent également que ce processus est soutenu par un réseau d’acteurs (initiatives citoyennes, associations professionnelles) qui ont en commun de s’opposer aux politiques européennes de libéralisation, mais dont les configurations varient en fonction des secteurs et des pays concernés. Malgré l’aspect multiniveaux de ce processus, le niveau local semble occuper une place prépondérante dans la dynamique de retour au public.

5En conclusion, G. Jeannot et O. Coutard affirment que même si la politique européenne de réforme des services publics a su prendre en compte les spécificités relatives aux secteurs et aux pays, ses artisans ont eu la faiblesse de croire en la supériorité de la concurrence au nom du consommateur final. Au contraire, les mouvements de retour au public amorcés au sein de différents secteurs ne semblent pas être simplement basés sur des principes idéologiques mais également sur une réalité économique et, au-delà, sur la confiance dans la prestation de service et la cohésion sociale, une base des services publics tels qu’ils avaient été conçus à leur origine.

6Cet ouvrage présente une étude très convaincante des limites des politiques de libéralisation des services publics en réseau et une réflexion introductive intéressante sur la problématique du retour en gestion publique. De par sa forme et son contenu, il est accessible à un lectorat relativement large. Les auteurs puisent leurs exemples dans de nombreux secteurs d’activité (eau, énergie, services postaux, télécommunications, autoroutes, transports en commun, etc.), ce qui permet au lecteur d’obtenir une bonne vue d’ensemble des enjeux liés aux changements au sein de ces services. On peut cependant se demander s’il n’aurait pas été préférable de se concentrer sur les mêmes secteurs tout au long de l’ouvrage afin de pouvoir étudier leur évolution depuis leurs origines jusqu’à leur retour en gestion publique. Bien que traitant principalement du cas français, les auteurs ont enrichi leur réflexion en s’appuyant sur les expériences partagées au sein de différents pays européens. Enfin, en adoptant une perspective de long terme, G. Jeannot et O. Coutard montrent qu’il reste difficile de comprendre le retour au public sans avoir au préalable appréhendé l’origine et la remise en cause des services publics. Ils s’attachent aussi à mettre en avant la variété des modes de privatisation et, par conséquent, des modes de retour en gestion publique. L’ampleur d’un tel objet traité en si peu de pages ne permet pas à l’ouvrage d’être d’une grande richesse empirique et peut laisser, à certains moments, le lecteur sur sa faim. Les interrogations qu’il laisse en suspens ouvrent cependant la voie à des recherches plus détaillées sur le processus de retour en gestion publique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Blanchet, « Revenir au service public ? G. Jeannot, O. Coutard », Sociologie du travail, Vol. 58 - n° 4 | 2016, 477-479.

Référence électronique

Thomas Blanchet, « Revenir au service public ? G. Jeannot, O. Coutard », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 58 - n° 4 | Octobre-Décembre 2016, mis en ligne le 01 décembre 2016, consulté le 29 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/799 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.799

Haut de page

Auteur

Thomas Blanchet

Nexus Institut für Kooperationsmanagement und interdisziplinäre Forschung, Otto-Suhr-Allee, 59, 10585 Berlin, Allemagne
blanchet[at]nexusinstitut.de

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search