Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 53 - n° 2Comptes rendusLa montée des incertitudes, trava...

Comptes rendus

La montée des incertitudes, travail, protections, statut de l’individu, R. Castel

Seuil, Paris (2009). 459 pp.
Jérôme Gautié
p. 281-282
Référence(s) :

Robert Castel, La montée des incertitudes, travail, protections, statut de l’individu, Seuil, Paris (2009). 459 pp.

Texte intégral

1L’ouvrage de Robert Castel rassemble autour de trois parties une série de textes publiés entre 1995 et 2008 — à l’exception de l’un d’entre eux —, mais qui ont été remaniés ou entièrement réécrits pour la moitié d’entre eux. Il a pour objectif, comme l’explique l’auteur dans un long avant-propos qui pose en même temps les grandes lignes de sa problématique, de prolonger les analyses développées dans Les métamorphoses de la question sociale, paru en 1995.

2La première partie porte sur le travail et ses (dé-)régulations, et notamment l’institutionnalisation du « précariat ». R. Castel y mène notamment une réflexion critique vis- à-vis des tenants, tels que Yves Barel, André Gorz ou Dominique Méda, des thèses de la fin de la centralité du travail, et souligne aussi les dangers de la position d’Alain Supiot visant à situer la question des protections « au‑delà de l’emploi ». Partant du principe selon lequel « ce n’est pas l’inconditionnalité de la valeur travail qu’il faut défendre, mais l’importance essentielle des conditions grâce auxquelles le travail peut constituer le support positif de l’identité des individus à travers les ressources économiques et les droits sociaux qu’il procure » (p. 118), il réaffirme avec force la nécessité de continuer à « accrocher la citoyenneté au travail » (p. 110), et souligne le risque à retomber « en deçà du salariat » en voulant dépasser l’emploi. La deuxième partie élargit la réflexion sur la « reconfiguration des protections » à la question de l’État social. Fidèle à la méthode déployée dans son ouvrage de 1995, R. Castel revient dans plusieurs textes sur la généalogie et les transformations de ce dernier. Il analyse notamment la « dimension socio- anthropologique de la protection sociale » (chapitre 8), en rappelant comment cette dernière est « la condition sine qua non pour faire société » (p. 248), car en instituant une « propriété sociale », elle donne un fondement à l’individu. La réflexion se prolonge de façon logique par une troisième partie portant plus spécifiquement sur la « désaffiliation », notion que l’auteur veut substituer à celle « d’exclusion », qui a pour défaut majeur d’être trop souvent appréhendée comme un état, alors que l’analyse doit se focaliser sur les processus à l’œuvre. L’ouvrage se clôt sur un chapitre magistral, où l’auteur retrace de façon limpide l’histoire du statut de l’individu, en analysant notamment les deux figures de l’individu hypermoderne — l’individu « par excès », autocentré et se croyant complètement autonome, et l’individu « par défaut », le désaffilié. Il rappelle, contre la pensée libérale, comment il n’y pas d’individus sans supports, et donc sans État, car celui-ci constitue « le support des supports » (p. 416).

3Ce recueil de textes a une grande cohérence, et présente de façon claire les grandes thématiques développées par R. Castel au cours des 15 dernières années. Mais, malgré un long avant-propos introductif, il ne va guère au-delà, et le lecteur qui connaît déjà bien ces dernières, déjà exposées dans plusieurs ouvrages, sera donc peut-être un peu frustré. On peut regretter notamment que, concernant plus particulièrement les réflexions sur l’État social, l’auteur, au-delà de ses références habituelles à Ulrich Beck et Claus Offe, n’ait pas élargi le dialogue à d’autres auteurs importants, dont les analyses ont pourtant beaucoup de résonances avec les siennes, tels qu’Anthony Giddens, Amartya Sen ou Gøsta Esping-Andersen. Les analyses récentes de ce dernier amènent notamment à intégrer les transformations de l’institution familiale comme une dimension essentielle des facteurs de « désaffiliation », dimension absente ou presque de l’analyse de R. Castel, qui se focalise avant tout sur les transformations du marché du travail.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Gautié, « La montée des incertitudes, travail, protections, statut de l’individu, R. Castel », Sociologie du travail, Vol. 53 - n° 2 | 2011, 281-282.

Référence électronique

Jérôme Gautié, « La montée des incertitudes, travail, protections, statut de l’individu, R. Castel », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 53 - n° 2 | Avril-Juin 2011, mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 06 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/8262 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.8262

Haut de page

Auteur

Jérôme Gautié

Université de Paris 1, ISST, 16, boulevard Carnot, 92340 Bourg-la-Reine, France
jgautie[at]univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search