Skip to navigation – Site map

HomeNumérosVol. 53 - n° 2Comptes rendusTravail et société au Burkina Fas...

Comptes rendus

Travail et société au Burkina Faso, technique, innovation, mobilisation, J.-B. Ouédraogo, H. Fofana (Eds.)

L’Harmattan, Paris (2009). 241 pp.
François Vatin
p. 282-284
Bibliographical reference

Jean-Bernard Ouédraogo, Haribou Fofana (Eds.), Travail et société au Burkina Faso, technique, innovation, mobilisation, L’Harmattan, Paris (2009). 241 pp. 

Full text

1La sociologie africaine est rare, la sociologie africaine du travail, encore plus. Il faut donc saluer la parution de cet ouvrage dirigé par Jean-Bernard Ouédraogo, professeur à l’université de Ouagadougou, et son collègue Habibou Fofana. L’idée qui le sous-tend est que l’on peut, et doit, faire de la sociologie en Afrique comme on en fait ailleurs, et que, comme il en est ailleurs, la question du travail est au cœur de la dynamique des sociétés africaines. Qu’autrement dit, il faut, tout à la fois, prendre en considération les singularités des sociétés africaines et de leur rapport au travail, et s’autoriser à utiliser les mêmes outils intellectuels que ceux qui servent à décrire les modes de travail et de relations de travail dans les pays « développés ». Il faut donc élaborer une sociologie africaine du travail (comme il y a une sociologie française du travail), c’est-à-dire une sociologie qui rende compte des configurations singulières observées hic et nunc dans les pays africains (ici au Burkina Faso) et non une sociologie « africaniste » qui fétichiserait les sociétés africaines dans une ontologie propre, radicalement étrangère à celle du reste du monde. Ce projet est inscrit comme dans un clin d’œil dans la double dédicace qui ouvre cet ouvrage : « aux travailleurs du Burkina Faso », d’une part, au sociologue français Michel Verret, auprès de qui Jean-Bernard Ouédraogo a fait ses études à Nantes, d’autre part.

2Dans leur introduction, intitulée « Le travail africain introuvable », J.-B. Ouédraogo et H. Fofana procèdent à un inventaire pertinent des obstacles à la constitution d’une telle sociologie du travail africaine. Ils dénoncent tour à tour, dans un enchaînement logico-historique, la domination de l’approche anthropologique de l’Afrique, produit de l’histoire coloniale, à l’origine de l’ontologie africaniste évoquée plus haut, la mythologie post‑coloniale d’une Afrique qui aurait su conserver les « vraies valeurs » sociales que l’Occident aurait perdues, la définition relativiste du « travail », comme invention sociale de l’Occident, qui conduit en fait à son assimilation au salariat, le faux concept de « travail informel », qui résulte précisément de cette assimilation du travail à la seule forme salariale, ce qui exige de ranger toutes les autres formes de travail dans ce « fourre-tout » informe...

3Il faudrait, selon moi, ajouter à cette liste deux considérations plus générales : d’une part, la faiblesse globale des sciences sociales en Afrique subsaharienne, en raison de leur soumission permanente à la logique normative du développement (pressé par 1’« intense obligation » de sortir l’Afrique de l’ornière du sous‑développement, on se refuse à prendre le temps d’analyser la société comme elle va) ; d’autre part, la domination de la thématique politiste dans les études contemporaines sur les sociétés africaines. Celle‑ci résulte de la convergence entre les démarches des chercheurs africains, souvent tentés par une trop rapide montée en généralité, celles des anthropologues postcoloniaux, fascinés par l’emboîtement complexe et source de conflit entre les états-nations nés de la colonisation et les soubassements politico‑ethniques antérieurs des sociétés africaines, et enfin, celles des développeurs, longtemps critiqués pour leur technicisme, qui prônent maintenant l’idée que le développement ne saurait reposer sur le transfert brut de technique, mais exige l’accompagnement politico-social de celui-ci... Par ailleurs, dans leur revue de littérature, les auteurs auraient pu mentionner l’ouvrage dirigé par Pierre Naville en 1952, Le travail en Afrique noire, dans la collection « Présence africaine » (Seuil, Paris). Il est significatif en effet que les sociologues français se soient si tôt intéressés aux questions du travail en Afrique subsaharienne durant ces années d’après-guerre, où naissent la sociologie du travail, mais aussi celle du développement, dans la perspective d’une décolonisation, bientôt perçue comme inéluctable.

4L’ouvrage dirigé par J.-B. Ouédraogo et H. Fofana a donc le mérite de traiter de façon sereine et documentée du travail dans un pays africain, sans procéder aux dénonciations rituelles de la responsabilité de l’Occident colonial et néocolonial, sans misérabilisme, sans non plus ériger l’Afrique en conservatoire de valeurs oubliées, sans, enfin, soumettre en permanence l’analyse sociologique aux exigences du « développement ». Il est composé, outre l’introduction, de huit chapitres, forcément un peu disparates et de qualité variable. Cinq portent sur le monde urbain : le métier des artisans menuisiers-soudeurs (fabricants de charpentes métalliques) de Ouagadougou (J.‑B. Ouédraogo), le mouvement des « cercles de qualité » au Burkina Faso (H. Fofana), la confection à Koudougou, ville secondaire du Burkina Faso (Salomon Ouédraogo), le syndicalisme étudiant à Ouagadougou (Gabin Korbéogo), la « sécurité sociale » salariale moderne versus les formes traditionnelles de solidarité (Ousseni Domba). Les trois autres portent sur le monde rural : l’introduction des techniques de riziculture moderne en zone irriguée (Alexandre W. Darga), le passage de la culture traditionnelle à la houe à la culture moderne à la charrue dans l’ouest du pays (Ahmed Aboubacar Sanon), la mise en place d’un dispositif d’exhaure « pompage » mécanique à base de traction animale (Zacharia Compaore).

  • 1 Cette question est aussi abordée dans Francois Vatin, « Retour à Dahra. Quelques notes sur le voyag (...)

5Il faut s’arrêter sur ce dernier article, le plus vivant, mais aussi le plus original de l’ouvrage, intitulé non sans malice : « Comment faire marcher les ânes ? ». Les ânes dont il est question ici sont en effet bien ces sympathiques équidés, omniprésents, mais si maltraités dans toute l’Afrique de l’Ouest, mais aussi les paysans africains auxquels les développeurs décernent si volontiers le « bonnet d’âne », symbole du mauvais élève. En l’occurrence, Z. Compaore s’intéresse à la mise en place, dans le cadre d’un « projet de développement » dans la province burkinabé du Zoundwéogo, de pompes mécaniques, qui peuvent être actionnées directement par la force humaine, mais aussi par un manège actionné par un âne. Or les villageois n’utilisent pas les ânes (et mentent effrontément aux promoteurs du projet, pour ne pas les décevoir, en prétendant le contraire). Z. Compaore analyse donc avec finesse pourquoi les villageois préfèrent se fatiguer eux-mêmes que « faire marcher les ânes ». Je ne peux reprendre toute la démonstration, mais elle repose fondamentalement sur la grande difficulté des sociétés villageoises africaines contemporaines à collectiviser des charges1. Pour que le manège animal puisse fonctionner, il faudrait un âne dédié à cette fonction, convenablement dressé, bien alimenté et mis en stabulation permanente à proximité du manège, tout ceci exigeant une collectivisation d’un capital et de son entretien.

6Ce dernier article réalise avec bonheur ce qui me paraît constituer le cœur du projet de J.‑B. Ouédraogo et H. Fofana. L’auteur ne juge pas le comportement des villageois, mais cherche à en comprendre les ressorts. Pour ce faire, il faut entrer dans le détail de l’organisation technique et sociale du travail : comment fonctionne le manège, quelles doivent être les qualités de l’âne qui y est attelé, comment produire ces qualités, à quels usages est destinée l’eau, selon quelle périodicité et par qui est-elle pompée, etc. ? C’est à partir de telles interrogations que l’on peut comprendre les formes concrètes du travail en contexte et que, au final, on voit se déployer les rapports sociaux de travail et leur ancrage sociétal. En Afrique comme ailleurs, la sociologie du travail n’est jamais aussi pertinente que quand elle parvient à tisser ces liens entre le micro et le macro, la technicité et le sociétal.

Top of page

Notes

1 Cette question est aussi abordée dans Francois Vatin, « Retour à Dahra. Quelques notes sur le voyage et le développement », Revue du Mauss 32, 2008/2, p. 289-308.

Top of page

References

Bibliographical reference

François Vatin, « Travail et société au Burkina Faso, technique, innovation, mobilisation, J.-B. Ouédraogo, H. Fofana (Eds.) », Sociologie du travail, Vol. 53 - n° 2 | 2011, 282-284.

Electronic reference

François Vatin, « Travail et société au Burkina Faso, technique, innovation, mobilisation, J.-B. Ouédraogo, H. Fofana (Eds.) », Sociologie du travail [Online], Vol. 53 - n° 2 | Avril-Juin 2011, Online since 01 June 2011, connection on 05 March 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/8277 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.8277

Top of page

About the author

François Vatin

IDHE Nanterre, Université Paris X, Maison Max-Weber, 200, avenue de la République, 92001 Nanterre cedex 01, France
vatin[at]u-paris10.fr

By this author

Top of page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search