Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 53 - n° 2Comptes rendusLa modernisation quotidienne au G...

Comptes rendus

La modernisation quotidienne au Gabon, la création de toutes petites entreprises, B. Yanga Ngary

L’Harmattan, Paris (2008). 245 pp.
Alexandre Mallard
p. 284-286
Référence(s) :

Bertin Yanga Ngary, La modernisation quotidienne au Gabon, la création de toutes petites entreprises, L’Harmattan, Paris (2008). 245 pp. 

Texte intégral

1L’objectif de l’ouvrage de Bertin Yanga Ngary est de montrer l’importance des petites structures productives pour le développement économique dans le cas particulier d’un pays d’Afrique, le Gabon. Le cas choisi n’est pas anodin : l’auteur soulève dès son introduction le paradoxe si souvent noté en ce qui concerne le Gabon, celui d’un pays très riche en ressources naturelles (notamment pétrolières), et dont toute une partie de la population se maintient dans un grand état de pauvreté. Ce pays se distingue bien des clichés que véhiculent les médias à propos des pays d’Afrique sub‑saharienne, clichés que l’auteur rappelle sans prendre de gants : pauvreté, violence politique, violations des droits de l’homme, expansion du sida, misère galopante des populations... Pour autant il n’en pose pas moins la question de la réalité d’un processus de « modernisation » que chacun, au nord comme au sud, appelle de ses vœux. L’hypothèse proposée ici est que la modernisation passe avant tout par la création de « toutes petites entreprises ». C’est en suivant leur genèse et leur développement, bien plus qu’en examinant les politiques macro‑économiques de l’état gabonais, que l’on pourra identifier les dynamiques sociales susceptibles de faire évoluer la condition du plus grand nombre.

2À l’appui de sa démarche, l’auteur mobilise un corpus empirique constitué de matériaux documentaires et d’entretiens réalisés auprès d’une trentaine de petites entreprises et de responsables dans les structures publiques de soutien à l’innovation. Le premier chapitre pose le diagnostic initial de l’échec de la modernisation « par le haut », celle qui est impulsée notamment par les pays occidentaux accordant leur soutien financier à l’état gabonais en échange de la mise en œuvre de programmes de développement. Les indicateurs économiques caractérisant la situation gabonaise pointent vers les dérives bien connues des politiques d’ajustement structurel. Les soutiens internationaux et les élites locales sont pleins de bonne volonté, mais ils semblent ignorer que leurs préconisations échouent à réduire la pauvreté de la majeure partie de la population, voire même qu’elles aboutissent à une confiscation des richesses par quelques privilégiés.

3Se refusant à conclure à l’immobilisme de la société gabonaise, B. Yanga Ngary rend compte du dynamisme d’entrepreneurs qui, partant de situations individuelles souvent très précaires, s’efforcent de mettre en œuvre des activités professionnelles contribuant au développement économique. Il propose d’analyser les modalités de cet autre processus de modernisation, « par le bas », en suivant les trajectoires de ces entrepreneurs. Les chapitres 2 et 3 décrivent les dynamiques d’émergence d’entreprises familiales de proximité puis de création d’entreprise à proprement parler, dans des contextes ruraux autant qu’urbains. Le lecteur suit le parcours d’une série de personnages attachants exerçant des activités très diverses : Jean, 29 ans, développe une activité de scieur dans les environs d’un village ; Thérèse, 30 ans, qui élève seule un enfant, vend des brochettes et du poisson braisé à consommer sur place ou à emporter tout près d’un bistrot en centre ville ; Martin, 48 ans, a une entreprise d’alimentation générale ; Clémence, 35 ans, s’est lancée dans le commerce de couronnes funéraires...

4L’étude de ces trajectoires permet à l’auteur d’analyser les processus sociologiques de constitution de ces entreprises individuelles. Certains doivent au contexte social particulier des pays en voie de développement : le remaniement des règles coutumières qu’impose l’essor d’une activité dans l’espace rural, l’instauration de nouveaux rapports à la temporalité (passer de celle qui rythme la vie traditionnelle au village à celle qui rythme les échanges économiques), le passage d’une démarche de survie dans l’urgence à une démarche d’organisation et de planification. D’autres sont beaucoup plus génériques et à maints égards transposables aux économies modernes. Ici comme ailleurs, les innovateurs se demandent comment s’y prendre pour fixer un prix, s’efforcent de diversifier leur production, cherchent à enrôler les bons médiateurs marchands, font l’apprentissage douloureux de la gestion financière, etc.

5Les paradigmes mobilisés par l’auteur sont ceux de la sociologie du travail et des organisations, ce qui offre l’avantage de saisir à la fois les dimensions organisationnelles et identitaires du processus entrepreneurial. On voit autant se constituer des figures d’entrepreneurs que des projets d’entreprise à proprement parler. Le lecteur pourra regretter la faible inscription de ces analyses dans les préoccupations de la sociologie économique. La référence aux travaux classiques de Mark Granovetter sur le sujet, qui interrogent la dimension ethnique dans le contexte du développement, mais aussi plus généralement à tous les travaux plus récents sur les entrepreneurs, aurait permis d’enrichir les perspectives.

6L’intérêt de l’ouvrage est ailleurs, et tout particulièrement dans la double attention que porte l’auteur pour la dynamique entrepreneuriale et pour les modalités de l’action publique susceptibles de la soutenir — fût-ce pour constater l’inadaptation des structures en place : comme le montrent les chapitres 4 et 5, l’agence publique de soutien à la création d’entreprises gabonaise semble s’éloigner de ces structures productives fragiles et précaires à mesure qu’elle tente de se rapprocher d’elles. On bute ici, de façon classique, sur les difficultés inhérentes à la structuration d’un potentiel économique qui s’enracine fortement dans des pratiques informelles. Ce qui conduit l’auteur à militer pour la mise en œuvre de nouvelles régulations susceptibles de rapprocher la puissance publique de ces tous petits entrepreneurs. Ilya là un volontarisme et un optimisme qui, eux aussi, sont à mettre au crédit de l’ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Mallard, « La modernisation quotidienne au Gabon, la création de toutes petites entreprises, B. Yanga Ngary », Sociologie du travail, Vol. 53 - n° 2 | 2011, 284-286.

Référence électronique

Alexandre Mallard, « La modernisation quotidienne au Gabon, la création de toutes petites entreprises, B. Yanga Ngary », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 53 - n° 2 | Avril-Juin 2011, mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 21 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/8297

Haut de page

Auteur

Alexandre Mallard

Centre de sociologie de l’innovation, Mines ParisTech, 60, boulevard Saint-Michel, 75006 Paris, France
alexandre.mallard[at]mines-paristech.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search