Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 53 - n° 2Comptes rendusLe troc dans le marché, Pour une ...

Comptes rendus

Le troc dans le marché, Pour une sociologie des échanges dans la Russie post‑soviétique, C. Dufy

L’Harmattan, Paris (2008). 249 pp.
Philippe Steiner
p. 286-287
Référence(s) :

Caroline Dufy, Le troc dans le marché, Pour une sociologie des échanges dans la Russie post‑soviétique, L’Harmattan, Paris (2008). 249 pp. 

Texte intégral

1Cet ouvrage étudie la manière dont le troc a pris une place extraordinaire en Russie lors du passage à l’économie de marché. Pendant quelques années, les échanges inter industriels sont marqués par une énorme proportion (entre 35 et 51 % de 1996 à 1998) de transactions réalisées sans que l’achat ne se solde en monnaie. Le troc — ou barter dans la translitération russe de l’anglais — devient alors un sujet de préoccupation majeur.

2Ce sont en fait trois approches qui sont simultanément offertes aux lecteurs, avec une étude de la manière dont les économistes se sont emparés de l’affaire et les manières dont ils ont tâché de mesurer et d’expliquer le phénomène ; une étude du rôle joué par les institutions juridiques et comptables pour normaliser les échanges et les pratiques des entreprises ; enfin une étude, celle-là proprement ethnographique, des pratiques de troc dans les entreprises des deux régions distinctes de Saint‑Pétersbourg et de Sverdlovsk entre 1998 et 2003. Cette étude multiniveaux est fermement conduite en se basant sur les travaux de Viviana Zelizer et sa thèse sur l’imbrication des mondes sociaux, du monde de l’intime au monde marchand, et sur la signification sociale de la monnaie et, par extension, des différents moyens de paiement.

3L’entrée par la manière dont les économistes et les statisticiens s’emparent du sujet permet de placer le sujet sous sa dimension macrosociale (macroéconomique en l’occurrence) et de prendre pied sur les évolutions, complexes, de l’économie et de la politique russe pendant cette période agitée de la « transition vers l’économie de marché ». Bien sûr diverses interprétations s’affrontent, et cela d’autant plus que les structures de la recherche en économie sont profondément bouleversées et qu’elles sont fortement marquées par le besoin des chercheurs de faire face aux transformations politiques : l’interprétation libérale voit dans le troc l’échec des entreprises russes incapables de se hisser et de se maintenir au niveau des transactions marchandes ; l’interprétation productiviste y voit un moyen trouvé par les entrepreneurs russes pour maintenir le système productif ; l’interprétation institutionnaliste lit le troc comme une maladie de jeunesse du capitalisme russe. La victoire des libéraux en 1996, puis la dévaluation du rouble en août 1998, changent la donne et le volume du troc se rétracte aussi rapidement qu’il s’était gonflé pour atteindre 10 à 15 % en 2002 contre 51 % en 1998.

4La deuxième entrée de l’ouvrage fait valoir le rôle des normes comptables et juridiques dans la normalisation, c’est-à-dire dans le retour aux échanges soldés en monnaie. La victoire des libéraux, associée aux pressions du Fond monétaire international met en cause le « compromis productiviste » dans lequel le troc est perçu d’une manière neutre (il maintient le tissu industriel et, par voie de conséquence, le tissu social dans une période économiquement et politiquement très troublée) pour le considérer désormais comme un danger : en mettant en jeu des moyens locaux de paiement il met en jeu l’unité monétaire et donc politique du pays, et il permet d’échapper aux contrôles fiscaux. Sur ce point, la thèse de l’ouvrage est que le droit est une ressource essentielle grâce à laquelle la politique peut agir sur les pratiques des acteurs économiques. Les requalifications juridique et comptable « ramènent le troc dans l’ordre des échanges marchands » (p. 140). L’argument est recevable, mais il ne permet pas d’affirmer que ce sont les structures juridiques et comptables qui forment les représentations de l’échange et non les catégories statistiques et économiques (p. 151). On peut regretter que Caroline Dufy saute l’étape de la construction politique et juridique du droit avant que celui-ci ne construise juridiquement l’activité économique. Le droit et la comptabilité sont des structures de pensée dont la rationalisation laisse place à des conflits d’interprétation et à la construction de fictions qui sont autant de traductions de choix politiques, de même que le sont les interprétations économiques du troc. Ces structures de pensée peuvent être influencées par les catégories de pensée des économistes de même que la normalisation pratique des acteurs de l’économie peut être le fruit conjoint des normes juridiques et comptables et de la plus grande disponibilité de moyens monétaires, donc de la politique suivie par la banque centrale.

5La troisième entrée fait valoir les apports de l’ethnographie économique qui est le cœur de la démarche de C. Dufy. Les enquêtes de terrain permettent de voir ce qui se passe au‑delà de la codification et de saisir les formules rhétoriques dans lesquelles les acteurs définissent leurs transactions. Cette partie met ainsi à l’épreuve les concepts de transactions marchandes, non marchandes et de don que l’on trouve chez Alain Testart et plus encore chez Pierre Bourdieu. Le résultat général de la recherche est d’une part qu’une fois requalifié par le droit et la comptabilité le troc apparaît comme une modalité de l’échange marchand et, d’autre part, que le troc reste une modalité à mi‑chemin entre le don et l’échange en raison de l’intervalle de temps qui existe entre la transaction et le retour en marchandise. Toutefois, comme C. Dufy confronte les pratiques de troc avec l’idéal de l’échange et non avec les pratiques de l’échange, lesquelles sont diverses et offrent une variété susceptible d’intéresser également l’ethnographie économique et la conceptualisation des échanges, cette dernière conclusion reste à préciser. La période actuelle de crise financière montre à l’évidence que les échanges qui sont des transactions à terme peuvent engendrer une incertitude aussi forte que les trocs ou les systèmes d’échanges‑dons. Il y a donc encore un immense continent de pratiques d’échange à explorer pour l’ethnographie économique du monde présent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Steiner, « Le troc dans le marché, Pour une sociologie des échanges dans la Russie post‑soviétique, C. Dufy », Sociologie du travail, Vol. 53 - n° 2 | 2011, 286-287.

Référence électronique

Philippe Steiner, « Le troc dans le marché, Pour une sociologie des échanges dans la Russie post‑soviétique, C. Dufy », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 53 - n° 2 | Avril-Juin 2011, mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 25 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/8314 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.8314

Haut de page

Auteur

Philippe Steiner

Université Paris-Sorbonne Paris IV, 1, rue Victor-Cousin, 75005 Paris, France
Ph.Steiner[at]free.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search