Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 60 - n° 4Comptes rendusJennifer N. Fish, Domestic Worker...

Comptes rendus

Jennifer N. Fish, Domestic Workers of the World Unite! A Global Movement for Dignity and Human Rights

New York University Press, New York, 2017, 320 p.
Dominique Vidal
Référence(s) :

Jennifer N. Fish, Domestic Workers of the World Unite! A Global Movement for Dignity and Human Rights, New York University Press, New York, 2017, 320 p.

Texte intégral

1Longtemps parent pauvre de la sociologie du travail, l’étude du travail domestique rémunéré a connu un large essor au cours des trois dernières décennies. Dans des perspectives disciplinaires diverses, les sciences sociales ont aujourd’hui abondamment documenté ce type d’activités en différents lieux et différentes époques. Jennifer Fish apporte pourtant une contribution originale à ce domaine en proposant une ethnographie de la lutte du mouvement international des travailleuses domestiques (étant donné l’importance des femmes dans ce secteur, le féminin a ici été préféré pour traduire domestic workers). À partir d’une enquête étalée sur six années, elle étudie la lutte qui a conduit, en 2011, l’Organisation internationale du travail (OIT) à adopter la Convention n° 189 concernant le travail décent pour les travailleurs et les travailleuses domestiques. Sans rien ignorer des thèmes classiques de la sociologie de la domesticité (les parcours biographiques, les conditions de travail et les relations entre les femmes qui servent et leurs employeurs), J. Fish en propose une nouvelle approche en se plaçant à un niveau d’analyse jusque-là délaissé.

2Son livre nous conduit en effet de réunions de travailleuses domestiques organisées à l’échelon le plus local qui soit, comme celles tenues dans des garages d’employeurs, aux sessions de l’OIT à Genève. Il part ce faisant d’histoires de vie recueillies dans plusieurs pays pour montrer comment des militantes ont su s’approprier le système formel des Nations Unies pour faire reconnaître leurs droits. Pour cela, J. Fish a notamment suivi Myrtle Witbooi, secrétaire générale du syndicat des travailleuses domestiques sud-africain, et les actions menées sur les cinq continents par la Fédération internationale des travailleuses domestiques (IDWT). Forte de nombreux entretiens, ainsi que de sa participation aux principaux moments d’action, elle restitue, pas à pas et avec moult détails, les étapes qui ont conduit à l’adoption de la Convention n° 189. Il en résulte un ouvrage à distance d’une analyse strictement académique. J. Fish se veut, au contraire, une « ethnographe embarquée » (p. 14) et une « chercheuse-activiste » (p. 15) qui entend « contribuer solidairement au mouvement plus général pour la reconnaissance et les droits des travailleuses domestiques » (p. 15).

3L’intérêt principal de ce livre résidant plus dans la richesse des matériaux présentés que dans son ambition théorique, il est impossible d’en rendre compte exhaustivement dans l’espace d’une recension. On peut néanmoins en faire ressortir quatre apports susceptibles de retenir l’attention. Le premier tient à la capacité de l’IDWT à dépasser les clivages entre les organisations défendant les femmes et celles centrées sur les droits des travailleurs. Son action longue et patiente au sein de différentes enceintes a de la sorte rapproché des acteurs, qui interagissaient peu auparavant, autour de la condition de ces femmes marginalisées dans l’économie globale. Le deuxième apport du livre réside dans les argumentaires utilisés pour emporter la conviction de l’OIT dont la structure tripartite réunit les représentants des gouvernements, des employeurs et des travailleurs. La référence à des valeurs morales, articulées autour de l’idée que les travailleuses domestiques travaillent au quotidien chez chacun pour le bien de tous, a ainsi permis de relier le niveau micro où elles travaillent à l’échelon macro où se prennent les décisions les concernant. Un troisième apport, lié au précédent, a trait à la stratégie d’action des leaders de l’IDWT au sein des instances de l’OIT. J. Fish montre que, comme Judith Rollins l’a mis en évidence à propos des usages de la déférence dans les relations entre domestiques et patronnes aux États-Unis, ces activistes parviennent à dépasser les limites institutionnelles en recourant à la fois au langage de leur catégorie professionnelle et à celui de leurs employeurs. L’analyse de la capacité de ces femmes à se faire des alliés pour défendre leur cause constitue le quatrième apport majeur du livre de J. Fish. Son ethnographie décrit ici comment elles ont progressivement acquis non seulement le soutien d’ONG et de syndicats, mais aussi celui de diplomates et de fonctionnaires internationaux sensibilisés à leurs revendications, en raison notamment d’une identité de genre commune.

4Dans le dernier chapitre, J. Fish revient sur ce qu’a représenté, selon elle, l’adoption de la Convention n° 189. Elle considère que ses trois principaux acquis sont la reconnaissance des droits sociaux fondamentaux des travailleuses domestiques, la légitimation de ces droits en tant que droits humains et la possibilité de nouveaux mouvements sociaux à partir de ce texte juridique. Le processus qui a conduit à sa ratification a du reste construit des ponts entre des acteurs de nature diverse, documenté la réalité des conditions de vie de femmes habituellement invisibles et permis à des militantes issues de leurs rangs de se faire entendre au plus haut niveau. J. Fish n’ignore pas cependant les limites de la Convention n° 189 dont l’effectivité dépend de l’action des États nationaux qui, seuls, peuvent la traduire en lois et la faire respecter dans les faits. La condition des travailleuses domestiques en Afrique du Sud et au Brésil — deux des États qui ont été, souligne-t-elle, les plus actifs lors de ce processus à l’OIT — rappelle qu’il y a loin entre une déclaration internationale et son application. Et telle est bien au fond la question qui reste en suspens à la fin du livre, même si son auteure se veut optimiste et a raison de considérer que cette convention est un résultat de taille qui constitue un cadre de référence pour des luttes futures.

5C’est d’ailleurs l’intérêt majeur du travail de J. Fish que d’avoir montré comment s’élaborent concrètement des normes internationales susceptibles d’avoir un effet à l’échelon national. Loin d’opposer les approches interactionnistes « par le bas » à celles institutionnelles, « depuis le haut », elle a réussi en cela à restituer empiriquement l’imbrication de différents niveaux d’analyse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Vidal, « Jennifer N. Fish, Domestic Workers of the World Unite! A Global Movement for Dignity and Human Rights »Sociologie du travail [En ligne], Vol. 60 - n° 4 | Octobre-Décembre 2018, mis en ligne le 29 novembre 2018, consulté le 19 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/sdt/8477 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.8477

Haut de page

Auteur

Dominique Vidal

Unité de recherche Migrations et Société, université Paris Diderot
5, rue Thomas Mann, 75205 Paris cedex 13, France
dominique.vidal[at]univ-paris-diderot.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search