Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 60 - n° 4Comptes rendusCollectif du 9 août, Quand ils on...

Comptes rendus

Collectif du 9 août, Quand ils ont fermé l’usine. Lutter contre la délocalisation dans une économie globalisée

Agone, Marseille, 2017, 288 p.
Eve Meuret-Campfort
Référence(s) :

Collectif du 9 août, Quand ils ont fermé l’usine. Lutter contre la délocalisation dans une économie globalisée, Agone, Marseille, 2017, 288 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage plonge le lecteur dans la lutte menée par les salariés de l’usine Molex de Villemur-sur-Tarn depuis l’annonce de la fermeture de l’usine en octobre 2008 jusqu’au 9 août 2016, avec le dernier rebond des nombreuses démarches judiciaires engagées. Prenant à bras le corps les enjeux politiques et économiques de cette histoire, le livre propose d’en étudier toutes les ramifications pour comprendre comment le capitalisme financier a pu bouleverser la vie de quelques centaines de salariés d’un petit bourg du Sud-Ouest de la France. L’enquête, menée par un collectif d’une dizaine de chercheurs fonctionnant par « immersion collective périodique » (p. 18), a porté à la fois sur les salariés de l’usine de Villemur, en particulier celles et ceux engagés dans la lutte, et — fait rare — sur les dirigeants de l’entreprise, en France et aux États-Unis. Les matériaux recueillis sont très importants (160 entretiens, 150 observations, les archives du comité d’entreprise et de la cellule de reclassement et les articles de la presse locale et nationale) et soutiennent un récit polyphonique, incarné et précis. La question centrale de l’ouvrage est celle des formes de politisation des classes populaires. Loin d’une approche uniquement centrée sur le syndicalisme, l’enquête insiste « sur la continuité et l’articulation entre les activités, les temps et les espaces du travail, de la mobilisation, de la sphère domestique et des tierces activités » (p. 20). Cette analyse localisée, articulée à une analyse globalisée — mais toujours située — des phénomènes à l’œuvre, permet de penser ensemble le local et le global, le social et l’économique, participant ainsi à une déconstruction bienvenue de ce qu’est l’engagement et le politique.

  • 1 Confédération générale du travail.
  • 2 Force ouvrière ; Confédération française des travailleurs chrétiens ; Confédération française de l’ (...)

2Le premier des six chapitres que compte l’ouvrage raconte l’histoire de l’entreprise et de la mobilisation. Si de nombreuses restructurations caractérisent l’histoire de cette usine de composants électriques, le rachat par le groupe états-unien Molex Inc. en 2004 marque un tournant. Le brevet d’un connecteur incontournable dans l’industrie semble intéresser le groupe plus que l’usine elle-même. La fermeture, quoique redoutée par la CGT1 majoritaire et les autres syndicats présents (FO, CFTC, CFE-CGC2), constitue un choc. Les salariés se mobilisent et deviennent rapidement « les Molex ». Ils interpellent les élus locaux, engagent une bataille juridique — pour entrave au fonctionnement du comité d’entreprise — et s’impliquent dans des actions collectives de plus en plus nombreuses. Un repreneur est accepté après de nombreuses tractations et le Plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) est signé en septembre 2009. La suite de l’histoire est faite de poursuites judiciaires — notamment aux Prud’hommes pour licenciement abusif — et d’actions de solidarité qui ont encore rythmé la vie d’une partie des anciens salariés.

3Les cinq chapitres suivants offrent autant d’éclairages différents sur cette histoire. S’inscrivant dans un renouveau de l’étude de la conflictualité au travail, les auteurs interrogent dans le deuxième chapitre les liens entre politisation et sociabilités au sein d’un groupe qui ne se caractérise pas par une tradition de lutte mais bien plus par un fort ancrage local et des liens interpersonnels nombreux et anciens. Tout en rappelant les divisions usinières, et notamment l’invisibilité des 20 % de femmes dans l’usine, les auteurs mettent au jour la force d’un groupe uni par une « manière d’occuper le territoire » (p. 66). Le troisième chapitre cherche à incarner cette opposition si souvent schématisée entre les « ouvriers » — sous-entendu leurs représentants syndicaux — et « la direction » en explicitant leurs trajectoires mais aussi leur vision du monde. Les cadres internationalisés de la multinationale, ensemble plus divers qu’il n’y paraît, conçoivent la mobilité comme une évidence, les travailleurs comme des capitaux et les résistances « au changement » comme « archaïques », bien qu’ils puissent respecter l’intégrité des représentants syndicaux. En retraçant l’histoire des positions syndicales dans l’usine et la dynamique du conflit conduisant à laisser dans l’ombre les positions minoritaires, ce chapitre montre bien par ailleurs la nature d’une unité syndicale à la fois stratégique et fondée sur la légitimité acquise de longue date par les deux leaders CGT.

4Le chapitre suivant retrace la « bataille contre la fermeture ». Quelles armes les acteurs du conflit choisissent-ils en fonction du type de ressources qu’ils détiennent ? D’une première phase de réappropriation de l’outil et du temps de travail, favorisant les sociabilités dans une usine qui tourne au ralenti, les salariés mobilisés s’engagent dans des actions plus « dures » à mesure notamment de la découverte du caractère programmé de la fermeture. Après la journée « Villemur ville morte », qui marque le soutien de toute la communauté locale, un campement s’organise devant l’usine pendant les congés de Noël et met en valeur des ressources extra-militantes comme celles de cet ouvrier qualifié qui devient l’« organisateur en chef » du fait de compétences acquises dans l’organisation de rallyes automobiles. L’usage de ressources corporelles et l’imposition d’un contact physique à des dirigeants souhaitant désincarner autant que possible les relations — en particulier lors de la « retenue » de deux dirigeants pendant 24 heures en avril 2009 — mettent en scène l’écart abyssal entre les habitus des deux parties. C’est néanmoins plutôt l’image de militants « responsables » qui dominera le conflit, notamment à mesure qu’il se concentre sur le terrain juridique. Malgré la mobilisation d’experts juridiques et comptables et la reconnaissance juridique de la légitimité des plaintes des salariés, la victoire est en demi-teinte car Molex Inc. n’est pas punie. La couverture médiatique, exceptionnelle compte tenu de l’invisibilité de beaucoup de conflits, a reposé sur des mises en scène — au premier rang desquelles celle du village Gaulois résistant à l’Empereur américain. Les « Molex » ont « joué le jeu » et ont incarné, en partie malgré eux, une certaine classe ouvrière rurale masculine et « authentique ». Comme le notent les auteurs, « la désingularisation de la mobilisation pour l’emploi passe paradoxalement par la mise en scène de l’ancrage local » (p. 171).

  • 3 VilleMur Industrie.

5Le dernier chapitre revient sur les formes de collectif qui ont perduré après la fermeture de l’usine. La nouvelle entreprise VMI3, considérée comme « le fruit de la lutte collective » (p. 196), suscite critiques et jalousies, notamment parce qu’elle ne réemploie qu’une partie des anciens salariés, qui plus est parmi les plus qualifiés. Une section CGT y est néanmoins montée et est présentée comme une forme d’« hommage » au travail réalisé par les leaders CGT de Molex. La cellule de reclassement, dispositif d’accompagnement pourtant individualisant, est réappropriée par une partie des « ex-Molex » de manière collective, ce qui est facilité par la forte implication des employées de cette cellule. La lutte se poursuit surtout dans le cadre de l’association Solidarité Molex, créée en août 2009, et de nombreuses actions sont menées pour maintenir le collectif. Petit à petit, le nombre de participants s’amenuise au moment où l’association s’engage dans de nouvelles activités comme la participation à des projections de documentaires ou à des enquêtes sociologiques, occasions qui entraînent des interactions avec des membres des classes supérieures intellectuelles. Les sociabilités entre anciens salariés se maintiennent malgré tout, notamment grâce à des actions « sociales » menées en direction des anciens salariés les plus fragiles et des actions plus « politiques » liées à la lutte toujours en cours, les deux modalités s’alimentant l’une l’autre pour tenir en vie la dignité ouvrière portée par la mobilisation.

6Les qualités de l’enquête se révèlent tout au long du livre et sont portées par un style fluide et vivant. On peut néanmoins regretter quelques répétitions factuelles entre chapitres et surtout que les nombreuses observations ne soient pas plus mises en avant. La volonté manifeste de réaliser un ouvrage accessible au plus grand nombre ne mène pas les auteurs à abandonner la discussion sociologique, et les apports de ce livre sur la question de la politisation des classes populaires, de la mobilisation de ressources extra-politiques, de la place du droit dans les luttes ouvrières et de l’étude du capitalisme financier sont indéniables. La signature de cet ouvrage par le seul nom du collectif ajoute à cet engagement sociologique un engagement institutionnel salvateur — quoique de plus en plus courant — contre les logiques individualisantes du milieu universitaire.

Haut de page

Notes

1 Confédération générale du travail.

2 Force ouvrière ; Confédération française des travailleurs chrétiens ; Confédération française de l’encadrement – Confédération générale des cadres.

3 VilleMur Industrie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eve Meuret-Campfort, « Collectif du 9 août, Quand ils ont fermé l’usine. Lutter contre la délocalisation dans une économie globalisée »Sociologie du travail [En ligne], Vol. 60 - n° 4 | Octobre-Décembre 2018, mis en ligne le 29 novembre 2018, consulté le 02 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/8493 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.8493

Haut de page

Auteur

Eve Meuret-Campfort

Centre nantais de sociologie (CENS), UMR 6025
Bâtiment A, Chemin de la Censive du Tertre
44312 Nantes Cedex 3, France
evemeuretcampfort[at]gmail.com

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search