Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Antonio Casilli et Paola Tubaro, Le phénomène « pro ana ». Troubles alimentaires et réseaux sociaux

Presses des Mines, Paris, 2016, 206 p.
Baptiste Brossard
Référence(s) :

Antonio Casilli et Paola Tubaro, Le phénomène « pro ana ». Troubles alimentaires et réseaux sociaux, Presses des Mines, Paris, 2016, 206 p.

Entrées d’index

Mots-clés :

Internet, Alimentation, Santé
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage présente les résultats d’une recherche collective animée par Antonio Casilli et Paola Tubaro, et qui a impliqué de nombreux autres chercheurs, acteurs de terrain et institutions. Ses six chapitres abordent les problématiques suivantes : comment développer une approche sociale, ou sociologique, des troubles alimentaires ; comment se structure la sociabilité en ligne et hors-ligne des personnes souffrant de tels troubles ; quelles sont les dynamiques de ces communautés en ligne ; quel rôle jouent les réseaux de soutien dans la trajectoire des personnes, et dans leur rapport au corps ; quelle est la place des professionnels de santé dans ce contexte ?

  • 1 Ana et mia sont des surnoms employés respectivement pour désigner anorexie et boulimie.

2D’emblée, deux originalités sont mises en exergue. Tout d’abord, au lieu de se limiter à l’analyse du contenu des sites en question — une facilité souvent employée dans les recherches sur internet —, les auteurs combinent plusieurs méthodes : une cartographie de la « webosphère ana-mia »1 francophone, un questionnaire auprès des participants, des entretiens semi-directifs. Ils analysent ces données à la fois de façon qualitative et à travers des analyses de réseau. De ce point fort de l’ouvrage résulte sa principale conclusion : tandis que les médias produisent un discours alarmiste sur les espaces « pro-ana », catalogués comme des plates-formes de prosélytisme en faveur des troubles alimentaires, le tableau s’avère plus contrasté. Il ne faut pas « prendre à la lettre les propos à l’allure provocatrice » (p. 144) tels qu’ils ressortent d’un premier regard sur ces sites.

3Ensuite, il ne s’agit pas seulement de se « [borner] à lire la réalité sociale, mais [de la construire] avec les acteurs qui la composent » (p. 14). Si les auteurs ont noué des contacts étroits avec divers acteurs du champ des troubles alimentaires, et utilisé leurs résultats en vue d’influencer les politiques à l’égard des sites internet concernés, cette spécificité semble avoir moins nourri la recherche elle-même que son issue (ce qui n’est pas un problème). En fait, la perspective d’une intervention guide les auteurs depuis le commencement de leur travail ; ils écrivent avoir à l’esprit une loi, déposée en 2008, prévoyant des sanctions conséquentes envers toute incitation, en ligne, à l’anorexie. En conclusion, ils prônent le retrait des propositions de loi visant à censurer des sites dits « pro-ana », critiquant la conception simpliste véhiculée par ces politiques — des internautes créeraient des contenus qui inciteraient d’autres internautes à devenir anorexiques — qui véhiculent une « vision surannée des hiérarchies culturelles, peu cohérente avec la culture de cette partie du web, où les frontières entre émetteur et récepteur d’un message se brouillent » (p. 163).

4Les conclusions les plus importantes de ce livre concernent la participation aux sites traitant de troubles alimentaires. Aux yeux des auteurs, elle permet aux internautes de prolonger leur réseau personnel potentiellement aidant, à travers une communication plus ciblée parce que centrée sur un sujet spécifique, mais sans augmenter la densité de ce réseau (ces contacts par internet restent disjoints des relations hors ligne), et sans affaiblir la présence des liens forts préexistants (p. 102) ou encore le contact avec les professionnels médicaux (p. 130). Cette participation se construit en plusieurs étapes, et « le début est toujours une recherche d’information » (p. 91). À un certain stade, les participants « essaient de retrouver une sociabilité que la maladie aurait autrement affaiblie » (p. 153). Alors, « en parler en ligne relève d’avantage d’une quête d’empathie et de soutien émotionnel, que d’une volonté de donner l’exemple » (p. 150) ou « d’imposer une nouvelle norme corporelle » (p. 103). Cette participation transforme en définitive le rapport des internautes à leur trouble à travers l’opportunité de sociabilité qui leur est ainsi ouverte (p. 46).

5Les auteurs suggèrent qu’une telle quête de soutien vient en fait pallier la diminution des ressources attribuées aux services de santé. La volonté exprimée par les internautes d’obtenir plus d’informations médicales professionnelles (p. 125) conforte cette interprétation, ainsi que l’observation selon laquelle les participants n’expriment pas tant un refus du savoir médical et scientifique qu’une demande d’amélioration de la qualité des services (p. 134). Ils manifestent d’ailleurs une forte intériorisation des normes médicales, dont rend notamment compte l’attention qu’ils portent au décalage de leur indice de masse corporelle (IMC) par rapport à l’IMC « normal » (p. 108). En conséquence, les auteurs défendent l’idée selon laquelle, plutôt que de s’inquiéter de la relative liberté d’expression qui règne en ligne, il faudrait y voir une opportunité d’« exploiter les nouvelles technologies numériques pour proposer des nouveaux services en ligne » (p. 158).

6Une ambiguïté de l’ouvrage tient à son positionnement dans plusieurs espaces de débat : la recherche en sciences sociales, le monde de la santé, les médias, les politiques publiques. Elle apparaît d’emblée dans le titre du livre, le phénomène « pro-ana ». En ligne, on tend à désigner un site comme « pro-ana » lorsqu’il promeut l’anorexie. Or, les auteurs désignent par ce label l’ensemble des sites qui traitent de troubles alimentaires. Les auteurs s’en expliquent dans une longue note de bas de page à la fin de l’introduction : « Nous choisissons d’écrire “pro-ana” toujours entre guillemets, car au cours de la lecture l’inadéquation de ce label apparaîtra de plus en plus clairement » (p. 28). Puis, page 151, ils rappellent que l’usage des guillemets visait à « subtilement avertir nos lecteurs de la fausseté inhérente à cette appellation sans pour autant perdre de vue les discours tenus par les médias et les controverses qu’ils ont suscités. Désormais, il serait temps de renoncer définitivement à cette terminologie ». Ils justifient également ne pas utiliser les termes « anorexique » ou « boulimique » sans précaution, puisque ce sont des diagnostics, donc des catégories médicales (mais ailleurs ils n’hésitent pas à en utiliser d’autres, telles que l’IMC). Pourquoi ne pas, dans ce cas, parler de « trouble alimentaire » (« trouble » pouvant être un terme sociologique si l’on suit Robert Emerson et Sheldon Messinger), ou bien de « déviance alimentaire » ?

7Le choix de mettre en avant l’expression « pro-ana » semble en fait découler d’un positionnement de principe vis-à-vis des médias, qui ont tendance à étiqueter tous les sites traitant d’anorexie comme « pro-ana », ou à ne présenter que les sites « pro-ana » au détriment des autres, au point d’induire des représentations négatives reprises par le monde politique. De fait, certaines conclusions du livre visent à corriger les représentations médiatiques, ou du sens commun, lesquelles ne devraient pas surprendre les chercheurs en sciences sociales :

« L’effet semble opérer en direction inverse à ce qui avait été imaginé : ce n’est pas parce que l’on regarde des sites web sur les troubles de l’alimentation que l’on tombe malade, mais parce que l’on est malade que l’on va visiter ces sites » (p. 152).

« Le sens des déclarations “proanorexiques” tant déplorées par les médias se modifie sous nos yeux : elles ne traduisent pas le signe d’une épidémie de maigreur extrême que l’internet propagerait à toute adolescence naïve, mais le cri de secours d’une population mal connue, stigmatisée, et parfois en surpoids » (p. 123).

8Si l’usage central de la catégorie « pro-ana » se comprend au regard de l’engagement des auteurs, ne faudrait-il pas plutôt d’emblée décentrer le regard, notamment en utilisant d’autres termes ? Ou bien, faut-il, lorsque les mots sont excessivement connotés, prendre le soin de distinguer les registres de l’écriture-intervention selon que celle-ci est destinée aux médias ou s’adresse aux chercheurs ? Autrement dit, peut-on critiquer une catégorie dont on se sert ? Doit-on abandonner certains mots aux médias ?

9Le phénomène « pro-ana » est donc un livre à plusieurs niveaux, s’adressant à plusieurs publics. Non seulement il rend compte d’une recherche rigoureuse, l’une des plus sérieuses à ce jour sur les espaces en ligne et les troubles alimentaires, mais en outre, il traduit une volonté d’engagement, qui pose des questions essentielles quant au positionnement des chercheurs dans le monde social.

Haut de page

Notes

1 Ana et mia sont des surnoms employés respectivement pour désigner anorexie et boulimie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Baptiste Brossard, « Antonio Casilli et Paola Tubaro, Le phénomène « pro ana ». Troubles alimentaires et réseaux sociaux », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 60 - n° 4 | Octobre-Décembre 2018, mis en ligne le 29 novembre 2018, consulté le 18 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sdt/8548

Haut de page

Auteur

Baptiste Brossard

The Australian National University
baptiste.brossard[at]anu.edu.au

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals