Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 60 - n° 4Comptes rendusMichel Anteby, L’École des patron...

Comptes rendus

Michel Anteby, L’École des patrons. Silence et morales d’entreprise à la Business School de Harvard

Éditions rue d’Ulm, Paris, 2015, 264 p.
Marianne Blanchard
Référence(s) :

Michel Anteby, L’École des patrons. Silence et morales d’entreprise à la Business School de Harvard, Éditions rue d’Ulm, Paris, 2015, 264 p.

Entrées d’index

Mots-clés :

Patronat, Socialisation
Haut de page

Texte intégral

1Initialement publié aux États-Unis en 2013 sous le titre Manufacturing Morals. The Values of Silence in Business School Education » (University of Chicago Press), cet ouvrage ne s’intéresse pas aux étudiants de la Harvard Business School (HBS) — contrairement à ce que suggère son titre français — mais à la socialisation des enseignants de cette prestigieuse institution états-unienne. Français ayant intégré le corps enseignant de l’école, Michel Anteby entend, à travers cette étude, observer la façon dont une organisation favorise des « orientations morales à travers des routines ». Les « morales » sont ici définies de façon assez large comme « les conceptions communes par lesquelles les rêves et les aspirations suprêmes des hommes peuvent se réaliser [en permettant] de distinguer le vrai du faux, le bien du mal », autrement dit « l’ensemble de ce qu’une communauté juge admissible » (p. 16). Selon l’auteur, « peu d’organisations visent à produire une perspective commune ou un ensemble de morales avec autant de volonté délibérée et de cohérence » que HBS (p. 18). Le terme de « routine » (ou « scripts ») renvoie quant à lui aux tâches « pouvant être effectuées sans prise de décision consciente de la part de ceux qui y participent » (p. 18).

2Afin d’étudier la façon dont « l’École » — c’est ainsi qu’il la désigne — encourage ses nouveaux professeurs à devenir membres de la communauté qu’elle forme, M. Anteby s’appuie sur une « auto-ethnographie ». Par ce terme, il désigne un retour sur son expérience de jeune enseignant à HBS, à partir de notes de terrain prises entre 2005, année de son arrivée dans l’établissement, et 2009.

3Le premier chapitre propose au lecteur une « visite guidée » du campus. Celui-ci est décrit comme « un monde séparé, insulaire, ordonné », où la nature, « modelée et maitrisée », ainsi que la cohérence architecturale, reflèteraient l’intention affichée de l’École de privilégier « un certain “état d’esprit” » (p. 34 et 51). Le chapitre suivant s’intéresse aux critères à travers lesquels les enseignants sont évalués, et notamment à la notion de « pertinence managériale » de la recherche (« managerial relevance »). Ce terme, dont l’auteur souligne le caractère relativement flou, caractérise les applications non théoriques des résultats de recherche, et se mesure dans les faits par les publications dans la presse généraliste et la capacité à expliquer dans ses travaux pourquoi les conclusions peuvent intéresser patrons et managers. Selon M. Anteby, l’intérêt porté à la pertinence dans l’évaluation des enseignants distingue cet établissement des autres écoles de commerce. Or cette affirmation ne manque pas d’étonner, dans la mesure où la pertinence apparaît depuis une dizaine d’années comme un critère d’évaluation affiché par les principales agences d’accréditation des écoles de commerce, aussi bien aux États-Unis, avec l’Association to Advance Collegiate Schools of Business (AACSB), qu’en Europe, via l’accrédiation « European Quality Improvement System » (EQUIS).

4Les chapitres suivants analysent l’activité des enseignants. Le chapitre 3 rend compte de la façon dont l’institution participe à la « routinisation » des cours de MBA, qui consistent essentiellement en des études de cas, afin de garantir leur uniformité. Sont ainsi régulièrement organisées des réunions au cours desquelles les professeurs les plus expérimentés veillent à ce que tous les enseignants qui dispensent le même cours adoptent la même pédagogie. En outre, il n’est pas rare que des enseignants titulaires viennent assister aux cours donnés par les non-titulaires. L’enseignement est donc une activité très encadrée, même si « les conclusions normatives à tirer de la discussion sur le cas [étudié en cours] sont soigneusement passées sous silence » par l’institution (p. 91). Néanmoins, l’étude des « notes pédagogiques » conduite dans le quatrième chapitre montre que, malgré ce silence, « les normes propres à l’École parviennent à être transmises pendant les cours » (p. 92). Ces notes à destination des enseignants donnent des conseils sur la façon de traiter un cas en classe et orientent le déroulement de la séance, sans pour autant préciser les objectifs pédagogiques généraux. À partir de l’étude de 277 de ces cas, M. Anteby montre qu’ils présentent la vie de l’entreprise comme une succession de problèmes exigeant de la part des protagonistes de faire des choix et d’en assumer les conséquences. Autrement dit, l’idée implicite est que l’on peut imputer les résultats d’une organisation aux décisions d’une personne. Inversement, « les contraintes sociales structurelles sont souvent ignorées» (p. 106). Les cas transmettent donc une vision individualiste du monde, propre à la culture managériale américaine. Le chapitre 5 aborde rapidement la question de la division du travail entre les enseignants-chercheurs et les autres personnels de l’école, ainsi que le rôle de représentation de l’institution que les enseignants sont amenés à endosser en dehors de l’école. Enfin, le chapitre 6 évoque le recrutement des enseignants de HBS, en montrant que si historiquement ceux-ci étaient majoritairement issus des rangs de l’école, de nouveaux canaux de recrutement tendent à émerger, ce qui rend d’autant plus crucial le travail de socialisation institutionnelle des enseignants.

5La conclusion revient sur une des thèses principales de l’ouvrage, à savoir que l’école encouragerait une certaine morale à travers le « silence parlant ». Le « silence » désigne une routine impliquant une prise de décision déterminante de la part d’un membre de l’organisation, sans qu’il existe de consigne directe de la part de la hiérarchie. Mais ce silence est, selon l’auteur, « parlant », dans la mesure où l’absence de cadrage explicite des actions serait contrebalancée par un « contexte organisationnel riche en indices normatifs » (p. 151), qui contribuerait à transmettre une certaine morale. Dans la mesure où il donne aux individus un sentiment d’autonomie, le « silence parlant » serait dès lors un mode de contrôle particulièrement efficace.

6Une deuxième thèse de l’auteur est que la morale défendue par l’école est une « idéologie de la non-idéologie », « qui se refuse à prendre ouvertement un parti normatif unique » (p. 6). Or, on peut arguer que l’absence revendiquée d’idéologie cache souvent un parti pris normatif, et l’auteur lui-même insiste à plusieurs reprises sur « la vision normative » de l’École, sa « perspective », ou le « type de moralité » qu’elle privilégie. Pourtant, hormis l’orientation individualiste qui transparaît de l’analyse des études de cas, le livre reste bel et bien silencieux sur les valeurs effectives de l’établissement.

7Plus généralement, on peut s’interroger sur l’approche monolithique de l’École avec un grand E, institution personnifiée (« Qu’est-ce que l’École juge acquis par principe ? », p. 189) et qui semble défendre un projet qui serait non seulement unique et parfaitement cohérent, mais aussi continu, immuable dans le temps (p. 37, 26, 136 et 171). On ne saura rien, en particulier, des personnes qui portent ce « projet » ou des éventuels enjeux de pouvoir autour de sa (ou de ses) définition(s). On peut aussi regretter que l’auteur, qui se revendique de Florence Weber (p. 9) et de Bronisław Malinowski (p. 13 et 176), ne propose pas de retour réflexif sur sa propre trajectoire (diplômé de l’ESSEC, français) et sur son positionnement dans l’institution pour éclairer les résultats proposés, et ce d’autant plus que ceux-ci reposent pour une large part sur son expérience personnelle. L’ouvrage n’en reste pas moins un témoignage vivant sur une institution d’élite, d’autant plus rare que ce type d’écoles constituent généralement des terrains difficiles d’accès.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marianne Blanchard, « Michel Anteby, L’École des patrons. Silence et morales d’entreprise à la Business School de Harvard »Sociologie du travail [En ligne], Vol. 60 - n° 4 | Octobre-Décembre 2018, mis en ligne le 29 novembre 2018, consulté le 02 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/8565 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.8565

Haut de page

Auteur

Marianne Blanchard

Centre d’étude et de recherche travail organisation pouvoir (CERTOP)
UMR 5044 CNRS et Université de Toulouse II Jean Jaurès
5, allées Antonio-Machado, 31058 Toulouse Cedex 9, France
marianne.blanchard[at]univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search