Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 60 - n° 4Comptes rendusStéphane Beaud et Gérard Mauger (...

Comptes rendus

Stéphane Beaud et Gérard Mauger (dir.), Une génération sacrifiée ? Jeunes des classes populaires dans la France désindustrialisée

Éditions Rue d’ULM, Paris, 2017, 270 p.
Camille Trémeau
Référence(s) :

Stéphane Beaud et Gérard Mauger (dir.), Une génération sacrifiée ? Jeunes des classes populaires dans la France désindustrialisée, Éditions Rue d’ULM, Paris, 2017, 270 p.

Entrées d’index

Mots-clés :

Jeunesse, Précarité
Haut de page

Texte intégral

1En partant du constat d’une crise de la reproduction des classes populaires, l’ouvrage dirigé par Stéphane Beaud et Gérard Mauger se propose d’étudier sous divers angles les jeunesses populaires actuelles. Privilégiant une approche ethnographique, les différentes contributions interrogent les conditions d’entrée sur le marché du travail dans un contexte de massification scolaire, de tertiarisation de l’économie et de précarité croissante. Mais il s’agit plus largement de caractériser les styles de vie populaires ainsi que les conditions de possibilité de l’engagement politique et syndical de ces nouvelles générations.

2En comparant différentes générations de classes populaires, la première partie de l’ouvrage rend compte des obstacles freinant aujourd’hui l’entrée durable dans l’emploi et l’accès à l’autonomie. Elle souligne ainsi que si la culture anti-école trouve toujours à se prolonger dans une culture de rue, elle peine désormais à être mobilisée dans le travail. D’une part, les jeunes quittent le système scolaire dans un contexte de raréfaction des emplois ouvriers. Cela a notamment pour effet de déstabiliser la mise en scène des virilités populaires, comme en atteste le portrait dressé par Vincent Bruckel d’un « vieux jeune » (p. 21) situé dans un entre-deux générationnel. D’autre part, il faut compter avec le désajustement entre les dispositions agonistiques portées par la culture de rue et les dispositions attendues dans les emplois de service voire même, nous dit Gérard Mauger, dans « l’usine moderne » (p. 42). De ces transformations découle une stagnation prolongée au sein du monde des bandes ainsi que le développement de stratégies alternatives au salariat, dont le « bizness ». Par ailleurs, Gérard Mauger met en lumière les spécificités de la bohème populaire aujourd’hui, entre culture punk, hip-hop et appropriation de la religion musulmane.

3La seconde partie, centrée sur les jeunes hommes, revient sur la remise en cause de la force ouvrière et des valeurs de virilité qui y sont associées. Trois contributions éclairent les différentes dimensions d’une culture de rue qui s’éternise et se déploie dans un entre-soi (de sexe et de classe) protecteur. L’accent est notamment mis sur la dimension spatiale de cette socialisation juvénile populaire, les « possibles spatiaux » étant étroitement intriqués aux « possibles sociaux » (p. 74). Car s’ils peuvent faire fructifier leurs ressources dans leur quartier ou, comme le montre Akim Oualhaci, dans le cadre étroit d’un club de boxe thaï, les jeunes appartenant aux fractions les plus fragilisées des milieux populaires sont confrontés à de multiples formes de stigmatisation et de disqualification en-dehors de ces frontières bien délimitées. Comme l’illustre avec force le titre de la contribution de Benoît Coquard — « pas de diplôme, pas de taf, pas de meuf ! » (p. 51) —, ils font face à une incertitude qui ne touche pas seulement leur insertion professionnelle mais affecte toutes les dimensions de leur existence sociale, y compris l’installation en couple. Selon Thomas Beaubreuil, cela se traduit également par une vision ethnicisée des rapports sociaux : c’est en se référant à leurs « origines » que les « jeunes de la rue » appréhendent les disqualifications auxquelles ils sont confrontés, en insistant davantage sur leur dimension raciale qu’économique.

4Une troisième partie de l’ouvrage est ensuite consacrée aux jeunes femmes de milieux populaires. À partir d’une exploitation de l’enquête « Génération » du Centre d’études et de recherches sur les qualifications (CEREQ), Ugo Palheta déconstruit l’idée d’une émancipation des femmes de milieux populaires par l’école. Selon l’auteur, elles subissent au contraire un « double handicap » du fait de leur appartenance de classe et de sexe. D’une part, bien que meilleures scolairement que leurs homologues masculins, ces jeunes femmes ne sont pas épargnées par les mécanismes de la reproduction scolaire. D’autre part, elles s’orientent vers des formations peu « rentables » et demeurent par la suite les plus soumises aux emplois précaires et peu rémunérateurs. La contribution suivante invite pourtant à se prémunir contre une vision trop misérabiliste. En l’espèce, Sophie Orange s’intéresse à des jeunes femmes de milieu rural qui détiennent un diplôme de l’enseignement supérieur — le brevet de technicien supérieur (BTS) assistant de gestion — certes dévalué, mais qui, du fait de l’obtention de ce diplôme, jouissent d’une valorisation symbolique non négligeable dans leur commune. Rester « dans le coin » permet ainsi à ces jeunes femmes de tenir ensemble emploi salarié, conjugalité, maternité et loisirs.

5À l’encontre d’analyses concluant trop rapidement à un individualisme négatif des jeunes, les quatre dernières contributions de l’ouvrage proposent une approche nuancée de leur rapport au politique et au militantisme. Charles Berthonneau montre ainsi comment certaines dispositions agonistiques des « jeunes de cité » peuvent être reconverties dans un engagement syndical à la Confédération Générale du Travail (CGT), dans des secteurs d’emploi tertiaire et peu ou pas qualifiés. De la même façon, sans nier la distance que les jeunes salariés de la Régie autonome des transports parisiens (RATP) — « ouvriers malgré eux » — maintiennent vis-à-vis des anciens et de la culture d’atelier, Martin Thibaud signale qu’ils n’en développent pas moins des formes de résistance souterraines, infrapolitiques voire, pour les rares cas de jeunes engagés, un investissement dans un « syndicalisme de terrain » (p. 151). Par ailleurs, du point de vue du rapport au politique, il existe des clivages sociaux importants au sein des jeunesses populaires. Comme l’indiquent Lorenzo Barrault-Stella et Clémentine Berjaud, « les petites différences sociales sont susceptibles de produire de grands écarts politiques » (p. 161). De fait, en s’intéressant d’une part aux pratiques électorales de lycéens professionnels et, d’autre part, à l’engagement de jeunes au sein de mouvements punks ou identitaires, les deux dernières contributions de l’ouvrage rendent compte du poids des socialisations familiales, scolaires et professionnelles dans la constitution d’un rapport au politique. Là encore, l’analyse ne saurait faire l’impasse sur la dimension ethno-raciale, tant le sentiment d’appartenance à un groupe ethnique et, le cas échéant, les expériences de racisme influencent les représentations politiques de ces jeunes.

6Enfin, dans une postface stimulante, Florence Weber met en perspective les apports de l’ouvrage en concentrant son propos sur le phénomène de déclassement et la peur qui l’accompagne. Elle interroge notamment les inégalités territoriales en la matière, dans un contexte de métropolisation. Mais elle s’intéresse également aux conséquences du déclassement, en questionnant la hausse constatée de troubles psychiques chez les jeunes. Enfin, elle conclut à l’existence d’une crise de la régulation sociale, qui provient d’un désajustement entre contrainte scolaire (l’auteure parle à cet égard de « diplômanie ») et contrainte professionnelle.

7Au total, cet ouvrage collectif est riche d’enseignements. Il rappelle avec force l’intérêt de ne pas s’en tenir aux conditions objectives d’accès à l’autonomie mais de mettre également en évidence les mécanismes subjectifs qui se jouent dans le processus de passage à l’âge adulte. On découvre alors les formes multiples du désarroi des jeunes « laissés-pour-compte » (p. 193), qui subissent de plein fouet le désajustement entre l’injonction aux longues études et les contraintes liées à l’état du marché du travail aujourd’hui. Toutefois, les différentes contributions rappellent également, par la multitude des terrains investigués, qu’il n’existe pas une mais des jeunesses populaires, inégalement confrontées à la précarité et au déclassement. La méthode ethnographique, mise en exergue dès le début de l’ouvrage, constitue dès lors un mode d’enquête particulièrement approprié pour caractériser les styles de vie populaire qui sont situés non seulement socialement mais aussi — et c’est tout l’intérêt de l’ouvrage que de le démontrer empiriquement — spatialement. Cela invite à poursuivre l’effort d’investigation et de comparaison, notamment du point de vue de l’ancrage territorial et du genre. Par exemple, si l’ouvrage offre un éclairage très intéressant sur les jeunes femmes de milieu rural détenant une certification scolaire, on apprend par contre peu de choses des styles de vie des jeunes femmes habitant les quartiers urbains relégués. Dans le même ordre d’idées, si la disqualification des virilités populaires masculines est maintes fois soulignée, on aimerait en savoir plus sur les transformations affectant les jeunes femmes de milieux populaires, au-delà du seul constat de repli sur le rôle de mère signalé succinctement en introduction.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Trémeau, « Stéphane Beaud et Gérard Mauger (dir.), Une génération sacrifiée ? Jeunes des classes populaires dans la France désindustrialisée »Sociologie du travail [En ligne], Vol. 60 - n° 4 | Octobre-Décembre 2018, mis en ligne le 29 novembre 2018, consulté le 01 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/8586 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.8586

Haut de page

Auteur

Camille Trémeau

Centre nantais de sociologie (CENS), UMR 6025
Bâtiment A, Chemin de la Censive du Tertre
44312 Nantes Cedex 3, France
camille.tremeau[at]univ-nantes.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search