Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 60 - n° 4Comptes rendusDominique Cardon, À quoi rêvent l...

Comptes rendus

Dominique Cardon, À quoi rêvent les algorithmes ? Nos vies à l’heure des big data

Le Seuil, Paris, 2015, 112 p.
Emmanuel Didier
Référence(s) :

Dominique Cardon, À quoi rêvent les algorithmes ? Nos vies à l’heure des big data, Le Seuil, Paris, 2015, 112 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1En dépit de son titre, ce livre n’est pas une méditation sur le rêve ; il propose de ressaisir les importants effets sociaux causés par l’apparition des algorithmes dans nos sociétés. Cette question mène habituellement à deux travers : d’une part, un enthousiasme naïf qui se laisse bercer par des promesses faramineuses ; de l’autre, une critique acerbe qui ne voit dans le numérique qu’un gigantesque cauchemar totalitaire.

2Dominique Cardon est sociologue ; il a longtemps travaillé à Orange Lab où il s’est très tôt passionné pour les évolutions d’internet et des nouvelles technologies de la communication, et il a récemment accepté le poste de directeur du Média Lab de Sciences Po. Aussi connaît-il trop bien, de l’intérieur, le monde du numérique pour tomber dans ces chausse-trappes. Il nous livre un texte très informé techniquement, qui ouvre la boîte noire des algorithmes et qui s’efforce d’en expliciter les conséquences politiques. « Le propos de ce livre n’est pas mathématique : il est pleinement politique », écrit-il (p. 14). Il s’agit donc de comprendre les évolutions socio-politiques « rêvées » par cette innovation technologique et ainsi de se donner les moyens d’agir consciemment dessus.

3Le livre est bref et clair. Il est composé de quatre chapitres. Dans le premier, l’auteur identifie quatre types de « calculs numériques », habilement synthétisés dans un tableau (p. 18), qui constituent donc selon lui les mécanismes socio-techniques au fondement des évolutions du web. Il s’agit des mesures de la popularité, de l’autorité et de la réputation des sites, et des prévisions des comportements individuels. Chaque type d’algorithme est très agréablement présenté : on découvre d’abord ce qu’il permet de faire, et ensuite les critiques qui sont émises contre lui. Un point commun de tous ces instruments est qu’ils sont associés d’une façon ou d’une autre à la publicité et au marketing, qui semblent centraux au point de participer à les définir. Cet adossement à la publicité et au marketing est rapidement présenté par l’auteur (en particulier dans les pages 35 à 37), mais sans que soit abordée la question cruciale de l’argent (les sommes qui s’échangent sur le marché publicitaire), ce qui est regrettable.

4Le deuxième chapitre présente les trois conséquences les plus importantes du développement de ces nouveaux « calculs ». D’abord, la statistique et la quantification n’apparaissent plus comme le miroir dans lequel la société se représentait par le passé mais deviennent de véritables acteurs, en congruence avec les démonstrations d’Alain Desrosières dans son article sur le Benchmarking, n’ayant plus d’extériorité, et participent donc activement aux transformations — même si, comme le montre D. Cardon, les algorithmes des entreprises comme Amazon ou Google sont cachés aux utilisateurs pour qu’il soit difficile de les instrumentaliser, ce qui crée une nouvelle scénographie de l’intériorité et de l’extériorité statistique. Deuxièmement, les anciennes catégories sociales (en particulier les PCS) grâce auxquelles les individus se regroupaient sont devenues inopérantes et sont remplacées par d’autres catégories, au grain plus fin, construites à partir des seuls comportements « online ». Enfin, ces calculateurs permettent d’identifier des corrélations entre diverses variables, mais se désintéressent des causes qui expliquent ces associations.

5Dans le troisième chapitre, l’auteur revient sur la nature des données sur lesquelles opèrent les algorithmes. De façon perspicace, il n’insiste pas sur la taille (« big », qui est définitivement un leurre), mais distingue les « signaux » qui sont des contenus explicites (un « post » sur Facebook) et les « traces », c’est-à-dire les enregistrements de comportements (clics, vitesse de lecture, etc.). Il dresse alors un panorama de ce que les algorithmes parviennent à faire au moyen de ces ressources. Il défend l’idée séduisante que le web est le lieu d’un « comportementalisme radical », au sens où les individus sont entièrement saisis par leur comportement sur le web, indépendamment de toute information extérieure, en particulier des fameuses catégories sociodémographiques. Autrement dit, il serait inutile de chercher à saisir les dispositions des agents, les actions qu’ils effectuent suffisant à les décrire et souvent à les prévoir.

6Enfin, le quatrième chapitre présente l’idéologie des algorithmes, c’est-à-dire les modèles politiques qui sont impliqués dans les technologies de l’information. L’auteur insiste sur le processus du winner-takes-all — les procédés du web ne repèrent pas la normale, mais l’excellence, de sorte que les gagnants des compétitions cumulent tous les avantages —, ce qui provoque des phénomènes de 1 % contre 99 %. Il insiste aussi sur l’apparition d’une économie de l’attention, qui consiste pour les entreprises à capturer l’attention des utilisateurs et à la marchandiser. Il met en avant le floutage croissant entre le travail et le divertissement qui s’observe en ligne (on clique pour le plaisir bien que ce clic ait une valeur financière), ce qui tend à rendre le travail gratuit. Enfin, il relève les effets addictifs des écrans. Pour finir, le livre offre une bibliographie remarquable, incluant notamment cinquante-et-une références à des ouvrages en français.

7À cette série d’arguments passionnants et importants, deux limites peuvent cependant être opposées. Si l’auteur est très clair sur les effets qu’il veut mettre en avant, il semble plus hésitant sur l’objet exact de son enquête, sur la cause de ces effets. On passe des « algorithmes » aux « big data » dès la couverture du livre (bien que ce ne soit pas la même chose) puis, dans le livre, au web, à Internet, etc. Au fond, il semble que l’objet de ce livre soit les médias sociaux, mais l’auteur ne le pose pas avec évidence. Une définition plus rigoureuse aurait facilité la lecture. En outre, deuxième regret, cette définition aurait permis de mieux expliquer pourquoi cet ouvrage laisse non traitées les infrastructures techniques qui ne s’adressent pas au grand public comme les supports de partage des bases de données, les différents langages informatiques utilisés, les structures de stockage et de partage des algorithmes, qui sont pourtant essentiels au fonctionnement de ces médias.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Didier, « Dominique Cardon, À quoi rêvent les algorithmes ? Nos vies à l’heure des big data »Sociologie du travail [En ligne], Vol. 60 - n° 4 | Octobre-Décembre 2018, mis en ligne le 29 novembre 2018, consulté le 01 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/sdt/8662 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.8662

Haut de page

Auteur

Emmanuel Didier

Centre Maurice Halbwachs – Équipe ETT
CNRS, École normale supérieure et EHESS
48, boulevard Jourdan, 75014 Paris, France
edidier[at]ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search