Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jean-François Giret, Cécile Van de Velde et Élise Verley (dir.), Les vies étudiantes. Tendances et inégalités

La Documentation française, Paris, 2016, 312 p.
Fanny Bugeja-Bloch et Marie-Paule Couto
Référence(s) :

Jean-François Giret, Cécile Van de Velde et Élise Verley (dir.), Les vies étudiantes. Tendances et inégalités, La Documentation française, Paris, 2016, 312 p.

Entrées d’index

Mots-clés :

Étudiants, Inégalités
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage collectif Les vies étudiantes s’inscrit dans la continuité des précédents rapports de l’Observatoire national de la vie étudiante (OVE). Tous sont construits à partir de l’exploitation de l’enquête Conditions de vie des étudiants en France menée périodiquement par l’OVE ; ils visent à dresser un inventaire des modes de vie étudiants et à décrire la morphologie sociale des publics de l’enseignement supérieur.

2L’ouvrage se compose d’une introduction générale et de cinq parties de trois à quatre chapitres rédigés par des chercheurs de disciplines variées (sociologie, sciences de l’éducation, psychologie, urbanisme, démographie) sur des points particuliers.

3La première partie porte sur les ressources des étudiants et analyse la place de la famille, de l’aide sociale et du travail dans la structure des budgets. Elle témoigne de la force des mécanismes de reproduction sociale. Selon Oliver Galland (chapitre 1), Marie-Clémence Le Pape et Élise Tenret (chapitre 2), ni les dispositifs d’aide publique, ni les revenus tirés de l’emploi ne viennent compenser la moindre entraide familiale.

4La seconde partie s’intéresse à la diversité des emplois du temps. Elle interroge la répartition entre temps d’études (en cours ou personnels), temps de travail, de transports et de loisirs, et montre que les filières déterminent fortement l’allocation des temps (chapitres 4 à 7). Le chapitre 5, rédigé par Alain Fernex et Laurent Lima, est à charge contre les filières universitaires des sciences humaines et sociales, des lettres et des langues, décrites comme moins exigeantes en temps d’études et donc moins ambitieuses. Saeed Paivandi (chapitre 7) fait un pas de côté en analysant non plus les temps étudiants, mais le rapport des étudiants à leur environnement d’études. Il s’agit d’analyser les effets des conditions matérielles et de l’organisation pédagogique des différents établissements et filières sur des scores de satisfaction ou le degré d’implication des étudiants à l’intérieur des établissements (mesuré à l’aide de la participation à des soirées festives et par l’adhésion à des associations notamment). Là encore, la filière est décrite comme décisive : les étudiants de Classes préparatoires ont une meilleure appréciation générale de leur filière que ceux de licences de Lettres, sciences humaines et sociales (LSHS). Si la question est abordée, les outils statistiques mobilisés ne permettent pas d’identifier les effets socialisateurs des différentes filières indépendamment de leur recrutement social.

5La troisième partie se concentre sur les représentations des étudiants face à leur avenir. Dominique Epiphane et Elise Verley (chapitre 8) analysent les rapports différenciés aux études et à leurs perspectives professionnelles selon le genre. Elles insistent sur l’ascétisme des filles, dont les pratiques sont plus conformes aux normes académiques. Malgré cet investissement scolaire, elles restent modestes dans leurs orientations et peu confiantes quant à leurs perspectives professionnelles. Odile Ferry et Élise Verley approfondissent au chapitre 9 la question du jugement des étudiants sur leurs chances d’insertion professionnelle selon l’origine sociale et la filière, et montrent que les étudiants ont parfaitement intégré les hiérarchies sociales et scolaires. L’expérience directe des inégalités sociales et scolaires structure les rapports à l’avenir des étudiants. À partir d’une entrée par la mobilité générationnelle, Cécile Van de Velde (chapitre 10) montre que ces étudiants voient, malgré tout, les études comme un tremplin vers un avenir meilleur.

6La quatrième partie traite des « vulnérabilités étudiantes », économiques et psychologiques. Philippe Cordazzo (chapitre 11) dresse une typologie des étudiants selon leurs difficultés économiques. Les plus fragiles économiquement, qui ont quitté le domicile parental sans accompagnement financier, sont contraints d’exercer une activité rémunérée ou de renoncer à des dépenses de soins ou alimentaires. Jean-Claude Driant illustre comment les difficultés de logement sont exacerbées en région parisienne et renforcent ainsi les inégalités entre étudiants (chapitre 12). Le chapitre 13, rédigé par des psychologues, porte, quant à lui, sur les troubles psychiques des étudiants et le difficile recours au soin.

  • 1 Le « Plan étudiants » désigne la réforme mise en œuvre en 2018 par le ministère de l’Enseignement s (...)

7Tout en soulignant les limites de l’enquête pour l’étude de populations marginalement présentes parmi les étudiants, la dernière partie (chapitres 15 à 18 détaillés plus bas) donne à voir la pluralité des formes atypiques d’étudiants (étrangers, parents étudiants, etc.). Croisée avec les précédentes parties, elle offre des matériaux pour discuter la réforme de l’enseignement supérieur présentée en réponse à l’explosion démographique des étudiants et à la diffusion de la norme des études longues dans tous les milieux sociaux. Ci-dessous, nous mobilisons certains chapitres choisis dans la mesure où ils permettent d’éclairer les débats qui ont eu lieu sur le « Plan étudiants »1. Sans que les chapitres soient problématisés comme tels, les chiffres proposés permettent de déconstruire la rhétorique sur laquelle s’appuie la réforme : le fort taux d’échec en première année dont seraient en partie responsables les bacheliers professionnels et technologiques nouvellement arrivés à l’université.

8L’analyse des parcours non traditionnels dans l’enseignement supérieur par Nicolas Charles (chapitre 16) offre l’occasion d’aller au-delà du chiffre de 60 % d’échec en licence, souvent évoqué. Il permet d’en saisir le caractère socialement situé. Derrière ce chiffre se dissimulent des parcours non-linéaires caractéristiques des étudiants dont la famille est la plus éloignée du monde universitaire. Bien que ces étudiants aux parcours non traditionnels (reprise d’études, réorientations, etc.) participent de la démocratisation de l’enseignement supérieur, ils restent un impensé des pouvoirs publics. L’auteur critique ainsi « la conception française très normée de l’organisation des parcours d’études » (p. 263) valorisant les cursus linéaires, en réalité typiques des étudiants dont les parents ont fait des études supérieures.

9Le principe des « attendus » pour accéder à une formation supérieure suppose que l’échec en premier cycle est la conséquence de décisions d’orientations inconsidérées de la part des bacheliers, notamment professionnels et technologiques. Or, ce n’est pas le cas. Feres Belghith (chapitre 15) le montre en comparant la distribution des étudiants selon leur filière de Bac (professionnelles, technologiques et générales). Si la réforme du baccalauréat professionnel a conduit une part croissante de ses lauréats dans le supérieur, celle-ci reste sans commune mesure avec celle des lycéens des séries généralistes. Lorsque les bacheliers professionnels et technologiques s’inscrivent dans l’enseignement supérieur, ils privilégient les filières courtes et professionnalisantes et, par là, « la continuité et la proximité avec leur scolarité au lycée » (p. 253). D’après Odile Ferry et Élise Verley (chapitre 9), les étudiants, y compris ceux issus des filières technologiques, « ont une vision réaliste des hiérarchies et donc de la valeur des diplômes préparés à l’aune du type d’insertion auquel ils peuvent prétendre » (p. 160). Dans la mesure où les aspirations des étudiants en matière de formation dépendent de leur origine sociale, on comprend la difficulté pour les établissements du supérieur à rebattre les cartes du jeu social.

10Pourtant, tous les étudiants, et plus encore ceux des classes populaires, tirent profit de leur passage dans le supérieur. Non seulement le diplôme protège du chômage, mais encore il donne une vision plus positive de l’avenir (chapitre 10). Grâce au diplôme, les étudiants d’origine populaire rêvent d’ascension sociale pour échapper à la condition ouvrière de leurs parents qui n’ont pas connu l’enseignement supérieur ; les étudiants de milieux favorisés rêvent, eux, de reproduction sociale.

11En confortant des résultats de nombreux travaux, cet ouvrage offre un beau rapport des vies étudiantes et répond à l’objectif institutionnel des enquêtes de l’OVE. On peut regretter le manque de dialogue entre les différents chapitres. En l’absence de conclusion générale et compte tenu des perspectives théoriques hétérogènes des contributions, le lecteur aura du mal à dégager la thèse de l’ouvrage qui se veut avant tout descriptif. Il a le mérite d’offrir de nombreux chiffres à la fois précis et répétés dans le temps, ce qui donne l’occasion rare de tracer des évolutions. Il reste donc utile à toute réflexion générale sur notre système d’enseignement supérieur.

Haut de page

Notes

1 Le « Plan étudiants » désigne la réforme mise en œuvre en 2018 par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fanny Bugeja-Bloch et Marie-Paule Couto, « Jean-François Giret, Cécile Van de Velde et Élise Verley (dir.), Les vies étudiantes. Tendances et inégalités », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 60 - n° 4 | Octobre-Décembre 2018, mis en ligne le 29 novembre 2018, consulté le 02 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/8672

Haut de page

Auteurs

Fanny Bugeja-Bloch

Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris,
équipe Genre, travail, mobilités (CRESPPA-GTM)
UMR 7217 CNRS, Université Paris 8 et Université Paris-Ouest Nanterre La Défense,
59-61, rue Pouchet, 75849 Paris Cedex 17, France
fbugeja[at]parisnanterre.fr

Marie-Paule Couto

Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris,
équipe Cultures et sociétés urbaines (CRESPPA-CSU)
UMR 7217 CNRS, Université Paris 8 et Université Paris-Ouest Nanterre La Défense,
59-61, rue Pouchet, 75849 Paris Cedex 17, France
marie-paule.couto[at]cnrs.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals