Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 53 - n° 4Prix du jeune auteurLe métier de pornographe : rhétor...

Prix du jeune auteur

Le métier de pornographe : rhétorique, contrôle et savoirs d’un groupe professionnel discrédité

The pornographer’s trade: A discredited professional group’s rhetoric, control and know-how
Mathieu Trachman
p. 444-459

Résumés

L’article porte sur les mécanismes de professionnalisation de la pornographie hétérosexuelle en France depuis 1975. Si la pornographie est une activité discréditée par l’État, sans formation instituée, les pornographes développent une rhétorique professionnelle par laquelle ils se constituent en entrepreneurs des fantasmes, revendiquent une expertise sexuelle et contrôlent l’exercice d’une profession masculine et hétérosexuelle. Si les pornographes présentent les frontières des identités sexuelles et sexuées comme naturelles, l’article montre que la professionnalisation de la pornographie repose sur une répartition différentielle des savoirs qui institue une division sexuée du travail professionnel. La professionnalisation de la sexualité n’engage pas seulement un travail de légitimation qui permet d’en faire la matière de l’activité pornographique, mais une appropriation masculine des savoirs et des savoir‑faire sexuels. Le métier de pornographe ne se définit pas seulement par la mise en image des fantasmes des consommateurs, mais par la maîtrise masculine de la sexualité féminine.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je remercie Jean Bérard, Agnès Chetaille, Baptiste Coulmont, Nicolas Duvoux, Éric Fassin, Manuela S (...)

1Les études portant sur la commercialisation de la sexualité décrivent pour la plupart des métiers stigmatisés, mettant en œuvre des savoirs spécifiques, dont l’exercice dépend des réglementations politiques et juridiques (Bernstein, 2007 ; Lieber et al., 2010 ; Mathieu, 2007)1. Même si des collectifs de prostitué-e-s revendiquent leur activité comme un travail (Jenness, 1990), et même s’il peut être investi par des classes moyennes qui contribuent à sa normalisation (Bernstein, 2009), le travail sexuel apparaît souvent comme un « petit boulot » éphémère et précaire, une expérience ou une parenthèse dans un parcours professionnel, proche des emplois de service et du travail domestique (Ehrenreich et Hochschild, 2003), en tout cas une activité dans laquelle la constitution d’un collectif est problématique (Mathieu, 1999). Si cette description est pertinente en ce qui concerne les acteurs et surtout les actrices pornographiques (Abbott, 2010), la situation des réalisateurs et des producteurs est différente. Depuis 1975 et la légalisation du commerce pornographique en France, la pornographie est pour certains d’entre eux une activité principale et pérenne dont ils tentent de contrôler l’exercice. Compte tenu de ces différences de conditions et de statuts, le débat autour de la reconnaissance du travail sexuel comme un travail devient secondaire, non seulement au regard d’une sexualité féminine prise de longue date dans des échanges économiques (Tabet, 2004), mais aussi au regard des différentes formes professionnelles que prend la commercialisation de la sexualité. Si celle-ci est souvent interrogée à partir d’une sociologie du travail, l’objectif de cet article est de mobiliser la sociologie des groupes professionnels pour identifier les mécanismes de professionnalisation des pornographes en France depuis 1975.

2Michaël Pollak et André Béjin ont mis en évidence une rationalisation de la sexualité à l’œuvre depuis les années 1960, caractérisée par l’autonomisation de la sexualité, la constitution d’un corps de spécialistes et la détermination de l’orgasme comme norme comptable du rapport sexuel idéal (Béjin et Pollak, 1977). Plus que dans le contexte d’une révolution sexuelle dont la pertinence descriptive est problématique (Bozon, 2002), c’est dans celui d’une telle rationalisation qu’on peut identifier le développement de métiers qui circonscrivent dans l’espace sexuel une zone d’intervention (pratiques ou représentations sexuelles, dysfonctionnements de la sexualité, jouets sexuels...) qu’ils constituent en marché. Les vendeurs de sex-shops (Coulmont, 2007), les propriétaires des lieux de rencontre (saunas, clubs) en sont un exemple. Tous ne sont pas illégitimes : les sexologues revendiquent un savoir ésotérique sur la sexualité qui justifie un travail d’expertise et jouissent d’une autorité, appuyée par un processus de médicalisation de la sexualité (Giami et de Colomby, 2001). Discrédité par l’État, sans formation institutionnalisée et reconnue, le métier de pornographe n’a pas un tel statut.

3La rhétorique professionnelle, les mécanismes de contrôle, la revendication de savoirs spécifiques permettent cependant d’identifier des processus de professionnalisation à l’œuvre dans la pornographie. À distance d’un modèle univoque et homogène de professionnalisation (Demazière et Gadéa, 2009), nous mobilisons certains traits communs aux métiers modestes et aux professions prétentieuses (Hughes, 1996, chap. 7). La rhétorique professionnelle des pornographes, non pas comme discours qui les ferait passer pour ce qu’ils ne sont pas, mais comme constitution d’une image robuste de la profession apte à résister à ses critiques (Paradeise, 1985) montre qu’ils font face au discrédit en affirmant la légitimité et la spécificité de leur métier. L’absence d’institutions de formation et de reconnaissance étatique de la profession rend son contrôle problématique. Cependant, contrairement à ce que supposent certaines analyses (Poulin, 2009), celle-ci ne se définit pas par une transgression sexuelle qui reculerait continûment les limites de la sexualité légitime et légale selon les seuls impératifs du marché, mais au contraire par l’établissement de frontières stables qui délimitent l’exercice de l’activité. C’est une activité faite par des hommes, pour des hommes, dans laquelle la distinction entre hétérosexualité et homosexualité sépare deux mondes étanches. Cette organisation sexuelle et sexuée de l’activité pornographique permet de faire l’hypothèse d’un contrôle interne au groupe professionnel (Freidson, 1984).

4La distinction entre professionnels et amateurs est souvent abordée comme la répartition et l’exercice, variables et historiquement déterminés, d’un savoir et d’un pouvoir, du contrôle opéré par les professionnels ou l’État, processus soumis à la critique des clients ou d’autres professionnels (Becker, 2006 ; Freidson, 1960 ; Sarfatti Larson, 1988). Nous soutiendrons que ces processus n’aboutissent pas à une répartition des savoirs contingente et arbitraire, et que la revendication de ces savoirs n’est pas une simple justification idéologique. Les processus de professionnalisation qui déterminent la substance et les conditions d’exercice du métier de pornographe ne produisent pas seulement une reconnaissance mais une répartition différentielle des savoirs sur la sexualité et de la légitimité de leur exercice qui, pour être construite, n’en produit pas moins des situations de monopole.

  • 2 Ont été réalisés 79 entretiens avec 17 producteurs et distributeurs (dont 2 productrices), 19 réali (...)
  • 3 Les chroniques de Hot Vidéo permettent d’établir une base de données de 1400 films pornographiques (...)

5Cet article s’appuie sur une enquête dans le monde de la pornographie hétérosexuelle en France, reposant sur des entretiens avec les principaux acteurs de ce monde depuis 19752, l’observation de tournages, et un travail d’archives (réglementation de la pornographie, revues spécialisées). En l’absence d’instance officielle d’enregistrement des producteurs ou des produits, saisir les contours de l’activité n’est pas simple. Les entretiens et les données du magazine Hot Vidéo (qui chronique les films pornographiques du marché français depuis 1989) permettent de tracer l’image d’un petit monde, constitué autour d’un noyau solide d’individus qui font de la pornographie leur activité principale3. Faire de la pornographie, c’est ici réaliser et produire des films ou des scènes qui ont pour fonction d’exciter le spectateur. D’autres manières de faire de la pornographie (écrits, dessins) sont aujourd’hui en recul : c’est parfois sur de tels supports que les pornographes les plus âgés parmi ceux que nous avons rencontrés ont débuté leur carrière, avant d’investir le cinéma et la vidéo à la fin des années 1970. Nous appelons pornographes, en reprenant une appellation interne utilisée de manière fréquente sans être systématique, les réalisateurs et les producteurs (souvent une seule et même personne), qui dans la majeure partie des cas prennent en charge une grande partie de l’élaboration du projet (casting, montage, scénario le cas échéant). Le travail de distribution est plus souvent délégué, même si la diffusion sur Internet permet de mettre directement en ligne les images. Après avoir exposé le discrédit politique de l’activité pornographique et ses conséquences sur le statut professionnel des pornographes, nous analyserons les frontières sexuelles et sexuées de l’activité et les savoirs mis en œuvre pour interroger finalement la division sexuée du travail professionnel.

1. Le discrédit politique des pornographes et ses conséquences

6La pornographie est d’abord une catégorie de l’action politique qui vise à protéger les faibles et à défendre une morale sexuelle (Stora‑Lamarre, 1990). La loi de 1975 marque de ce point de vue un tournant dans l’histoire de la pornographie en France, qui voit passer celle-ci du statut de produit clandestin à celui de commerce encadré mais toléré (Bier, 2000). Les individus qui s’approprient la catégorie ainsi créée se présentent comme des entrepreneurs de fantasmes, se distinguant par là des deux figures du corrupteur des mœurs et de l’amateur.

1.1. Une reconnaissance paradoxale

7La loi de finances de 1976, dite loi X, constitue l’acte de naissance d’une activité jusque-là clandestine. Cette loi autorise la production, la distribution et la diffusion de films pornographiques, qualifiés comme tels par les commissions de classification du Centre national de la cinématographie (CNC). La loi substitue donc à l’interdit une régulation marchande qui a trois volets : les œuvres classées comme pornographiques ne peuvent plus bénéficier du fond de soutien pour les œuvres cinématographiques et 20 % sont prélevés sur les bénéfices de ces films. En plus de ce prélèvement, une taxe forfaitaire de 300 000 francs pour les longs métrages et de 150 000 francs pour les courts métrages est perçue et est affectée au Fonds de soutien de l’industrie cinématographique. Les salles désirant diffuser des films pornographiques doivent se spécialiser et ne diffuser que des films pornographiques. En instaurant une catégorie particulière pour ces films, l’État contribue à délimiter au sein des producteurs et des réalisateurs de cinéma un groupe de pornographes.

  • 4 Voir par exemple la « lettre d’un pornographe consterné » de John B. Root (2002).
  • 5 Pierre Soudet, qui dirige alors la commission de contrôle, justifie ainsi les dispositifs législati (...)
  • 6 Le film français, no 1685, 13 juillet 1977, p. 15.

8Les pornographes dénoncent encore aujourd’hui la formation d’un « ghetto » pornographique et le maintien d’une « censure économique » prenant la place d’une censure morale4. Le passage de la clandestinité à un régime de tolérance marque en effet une reconnaissance paradoxale : même si le travail de classification contribue à isoler au sein d’un marché du cinéma une activité spécifique, l’État n’est pas l’instance de légitimation qui garantit le monopole de la profession, mais celle qui permet une activité professionnelle tout en la discréditant. Il est moins cependant un acteur unifié qu’une organisation aux dimensions multiples, aux prises avec un ensemble de contraintes parfois contradictoires (Abbott, 2003). En effet, l’enjeu de cette loi est de conjuguer trois impératifs : pour un pouvoir politique élu sur un programme de défense et de promotion d’un libéralisme économique et moral, mettre fin à une censure cinématographique perçue comme injustifiée ; séparer un monde de la pornographie qui n’a du point de vue de l’État et d’une partie de la profession du cinéma rien d’artistique d’un monde du cinéma qui s’affirme depuis les années 1960 comme une activité artistique à part entière (Mary, 2006) soutenue par une politique culturelle ; enfin, protéger les enfants et les classes populaires de représentations vulgaires et pernicieuses5. Alors que la plupart des producteurs et des distributeurs (Gaumont, Pathé, Parafrance, UGC) ont diffusé des films pornographiques dans leurs salles au cours de l’année 1975, ils signent à la fin de l’année un engagement d’autorégulation de la profession dans lequel celle-ci s’engage à ne pas diffuser de films pornographiques ni à en faire la publicité et contribuent par là à isoler un groupe de pornographes6. Même si la loi n’implique qu’une spécialisation des salles, c’est donc une spécialisation sous contrainte des producteurs et des réalisateurs de films pornographiques qui a lieu à partir de 1976. Progressivement se trace une frontière, encore actuelle, entre les producteurs et les réalisateurs pornographiques et le cinéma que ces derniers appellent « traditionnel ».

1.2. Portrait du pornographe en entrepreneur

  • 7 Francis Mischkind, « Non à la répression, oui à l’incitation », Le film français, no 1601, 21 novem (...)

9La dénonciation de l’arbitraire du classement pornographique n’empêche pas quelques producteurs et réalisateurs de s’approprier cette catégorie d’État. Un monde se constitue où réalisateurs, producteurs et acteurs coopèrent pour réaliser des films ou des scènes, selon des conventions fortement standardisées, définissant par là ce qui est pornographique et ce qui ne l’est pas (Becker, 1988). La mise en place progressive d’une forme pornographique, en particulier la représentation réaliste de la sexualité autour de quelques pratiques récurrentes qui doivent être excitantes pour un spectateur masculin (Williams, 1999), en est le produit. La séparation avec le monde du cinéma est progressive. Dans les années 1970, les réalisateurs et producteurs de films pornographiques sont issus du cinéma et mettent en œuvre des savoirs qu’ils y ont acquis : c’est le cas du producteur Francis Mischkind, des réalisateurs Gérard Kikoïne et Burd Tranbaree. L’arrivée de la vidéo dès la fin des années 1970 permet cependant à des individus qui veulent faire de la pornographie sans maîtriser les techniques du cinéma de réaliser des films, qui sortent directement en VHS. Elle permet également l’entrée de la pornographie dans le cercle familial, rend finalement caduque la loi X, qui ne s’applique qu’aux films réalisés en 35 mm, et entraîne le déclin des salles spécialisées. C’est dans les sex‑shops, dans des cabines privées ou de petites salles équipées de projecteur vidéo, à la télévision et enfin sur Internet que les films pornographiques sont diffusés. Cet abandon des techniques cinématographiques est le signe d’un changement de statut des pornographes : ceux-ci se définissent moins aujourd’hui comme des cinéastes que comme des entrepreneurs, qui jouissent par là d’une liberté de commerce. Dans une tribune publiée par Le film français, Francis Mischkind, invoquant la loi Le Chapelier, revendique ainsi dès 1975 « la liberté [de] toute personne d’exercer toute industrie et tout commerce » comme un droit fondamental7. Cette définition marchande de l’activité pornographique s’accentue au cours des années et prend sens dans un contexte de débats récurrents à propos des films pornographiques, soupçonnés de nuire aux mineurs ou de favoriser les violences faites aux femmes (Ogien, 2004). Elle constitue une rupture avec la fonction politique d’une pornographie critique vis‑à‑vis des puissants, traditionnelle depuis le xviiie siècle (Darnton, 1991) : la rhétorique professionnelle souligne le caractère second de la pornographie vis-à-vis de la demande.

« On n’influe d’aucune façon sur les mœurs : nous n’en sommes que le reflet. Le devoir d’un professionnel c’est de répondre à la demande de son public, et dans le domaine qui est le mien d’avoir une éthique pour déterminer des limites à ne pas dépasser » (Producteur, 65 ans).

10« Notre boulot, et ça n’a pas d’autres prétentions, c’est de mettre en image les fantasmes des gens » souligne un acteur et réalisateur. Ce processus de dépolitisation fait partie d’une lutte pour minimiser l’importance qui peut être donnée à la pornographie, lutte dans laquelle la circonscription des fantasmes comme matériaux spécifiques du métier est déterminante. Dans la rhétorique des pornographes, les fantasmes sont assignés à une sphère idéelle, distincte des pratiques sexuelles des consommateurs et donc sans influence sur ceux‑ci : la représentation pornographique du viol ou de toute pratique pénalement ou moralement répréhensible est alors légitimée en ce qu’elle est « juste un fantasme ». L’intégration des fantasmes sexuels dans la sphère marchande est une innovation de la part des pornographes qui se constituent comme un groupe professionnel dont l’objectif est de repérer les fantasmes dominants. Ils s’intègrent ainsi dans le développement d’un capitalisme qui a pour vocation de marchandiser le désir, y compris sexuel (Boltanski et Chiapello, 1999).

11La pratique marchande de la pornographie est cependant légalement encadrée, par la loi X, mais surtout depuis 1994 par le nouveau Code pénal qui fixe avec la catégorie de pédopornographie la limite des représentations et des diffusions pornographiques. Les mineurs sont au centre de la régulation du marché, qui pénalise les pratiques et les fantasmes pédophiles. Les pornographes reprennent cette frontière juridique et morale et dénoncent souvent la pédopornographie en affirmant a contrario la légitimité et la légalité de leur activité.

1.3. Menace et extension de l’amateurisme

12Pour de nombreux pornographes, la pornographie amateur est un contre-modèle qui vise moins la réponse à une demande qu’une satisfaction personnelle ou l’assouvissement de désirs sexuels : la distance affichée vis-à-vis de leurs produits vise à lever ces soupçons régulièrement portés à l’encontre de leur activité.

« Moi, personnellement, à titre personnel, je serai plus attiré par les filles de 20 ans que par les filles de 70 ans. Mais je produis plus de filles de 70 ans parce que c’est la demande, il y a pas la place à nos goûts personnels. Il y a une demande, tant qu’elle est légale, autorisée par la loi, j’y réponds, quand bien même il s’agit de zoophilie. » (Producteur, 63 ans)

13L’inscription sur un marché est un des critères qui différencie les pratiques amateurs et professionnelles (Freidson, 1994). Ce critère n’est cependant pas assez robuste aux yeux des pornographes. L’abandon progressif des techniques cinématographiques fait de l’amateurisme une menace pour les pornographes installés qui revendiquent un professionnalisme. L’amateur prend alors le visage du jeune réalisateur et producteur qui revendique une part du marché, dans un monde où les coûts d’entrée sont faibles. D’une part, dans un monde où l’amateur qualifie également certains films, présentés comme une production privée et intime et valorisés comme tels, l’amateurisme n’est pas seulement un stigmate, mais une catégorie du marché. D’autre part, les moyens techniques et financiers mis en œuvre pour réaliser un film pornographique n’ont de fait que peu à voir avec ceux du cinéma (Rot, 2007) : les budgets sont souvent inférieurs à 10 000 euros ; les équipes comptent une dizaine de personnes, y compris les acteurs et les actrices ; la réalisation d’un film dure quelques jours, et le travail s’organise moins autour d’un scénario que de scènes sexuelles codifiées. Alors que la division du travail cinématographique est particulièrement forte, il n’est pas rare dans le monde de la pornographie qu’un acteur soit également réalisateur, monteur et producteur de son film. Le processus de production passe par une mobilisation informelle qui repose moins sur une logique de qualification que sur des exigences d’économie et de facilité, et parfois moins sur la qualité du travail qu’une sociabilité professionnelle qui valorise une « bonne ambiance ».

14Cette situation rend difficile l’affirmation d’un professionnalisme par ceux qui font de la pornographie leur activité principale et déstabilise l’image que les pornographes ont d’eux-mêmes. Un réalisateur d’une soixantaine d’années formule ainsi une remarque récurrente chez ses collègues : « aujourd’hui n’importe qui prend son téléphone et sa caméra et tourne ».

« Je suis entré dans le porno pour tenir une caméra. Mais j’ai rien appris du tout parce que c’est tellement nul, poser deux lumières et puis faire tourner une caméra en automatique, il n’y a rien de plus simple, quand je fréquente les plateaux, les vrais plateaux de cinéma, je me rends compte qu’on est des benêts à côté d’eux. » (Réalisateur, 45 ans)

15L’entrée dans le monde de la pornographie est liée à un savoir profane (Arborio, 1996), notamment acquis en tant que spectateur, qui semble suffire à réaliser un film, et l’absence d’organisation collective dans laquelle les pornographes défendraient leurs intérêts ne permet pas de fixer une image robuste du pornographe professionnel. Le caractère problématique de la professionnalisation de la pornographie est de ce point de vue largement tributaire du discrédit qui préside à son apparition.

2. Des hétérosexuels professionnels. Rationalisation et professionnalisation de la sexualité

16La figure de l’entrepreneur est un élément d’une rhétorique professionnelle qui ne saisit que partiellement les logiques de l’activité pornographique : celle-ci ne repose pas seulement sur une logique marchande par laquelle des entrepreneurs de fantasmes élargiraient progressivement les possibilités de profit, mais sur une logique professionnelle visible dans l’autorégulation par les pornographes de leur activité. Si la professionnalisation de la pornographie s’inscrit dans un processus de rationalisation de la sexualité, elle repose également sur un processus de spécialisation visible dans les frontières sexuées et sexuelles au marché de la pornographie.

2.1. Le marché des fantasmes

17La mise en marché de supports masturbatoires est définie comme la tâche propre des pornographes, qui se distinguent ainsi d’une prise en charge médicale de la sexualité et des activités de service où l’interaction sexuelle elle‑même est l’objet de l’échange. La dénonciation d’une production pornographique homogène et vulgaire, peu aboutie d’un point de vue esthétique apparaît alors comme une critique faible d’une activité qui se donne d’abord pour objectif de produire des supports masturbatoires efficaces, activité dont les fantasmes sont la sphère d’intervention spécifique.

18Cette saisie des fantasmes passe par la mise en place de dispositifs qui permettent aux pornographes de savoir ce que les individus veulent voir, dont les chiffres de vente sont le principal indicateur. Le directeur d’une société de vente par correspondance d’une soixantaine d’années, qui produit et distribue des films pornographiques en France et à l’étranger souligne que les lettres des consommateurs sont également des canaux qui permettent à ses clients d’exprimer leurs désirs.

« Lorsque des gens veulent voir un produit nouveau, il y a des demandes qui arrivent simultanément, on ne sait pas pourquoi, de France, des États‑Unis, du Maghreb, d’Indonésie, d’Allemagne... Les gens veulent voir tantôt des petites jeunes tantôt des femmes plus vieilles, tantôt des systèmes pileux rasés, tantôt un système pileux très développé, on sait pas pourquoi, mais simultanément, dans le même mois, on a des demandes de partout. . . C’est dans l’air du temps. » (Producteur, distributeur, 62 ans)

  • 8 Contrairement au travail des psychanalystes, qui met les désirs et les fantasmes des analysants au (...)

19Pour ce producteur, peu importe les causes de la demande : si « l’air du temps » est une explication suffisante, c’est que le travail des producteurs et des distributeurs ne consiste pas en un diagnostic des origines des fantasmes des consommateurs8, mais dans la réponse la plus précise possible aux désirs que ces derniers expriment.

  • 9 La société Concorde, spécialisée dans la vente par correspondance, propose ainsi 44 « thèmes » dans (...)

20À de nombreux égards, la profession pornographique est une profession bâtarde (Hughes, 1996, chap. 9) : les pornographes prennent en charge des désirs souvent considérées comme bas, vulgaires, ils détiennent un savoir coupable sur leurs spectateurs en partageant avec eux des fantasmes qui restent souvent inconnus de leurs proches. Le producteur précédemment cité, pour expliquer les mécanismes de saisie des fantasmes, baisse ainsi la voix pour rendre compte de l’appel téléphonique de « madame Machine qui habite à Pontault‑Combault » et qui lui avoue, sur le ton de la confidence, qu’elle « aimerai[t] bien voir un film sur le piercing ». La pornographie est une profession illégitime qui prend en charge des désirs illégitimes : les rapports « interraciaux », le viol, les différences d’âge des partenaires sexuels sont autant de pratiques sexuelles illégitimes à des degrés divers, voire illégales qui sont prises en charge par les pornographes et converties en catégorie pornographique. La stabilité des conventions n’empêche donc pas le renouvellement thématique de la production, visible à travers un processus de catégorisation de plus en plus fin9. Dans ce processus de mise en scène de pratiques dont une partie a été, dans les taxinomies psychiatriques du début du xxe siècle, définie comme des perversions, la définition de la sexualité légitime et les frontières de la hiérarchie sexuelle sont un enjeu de luttes (Rubin, 2001) dans lesquelles le positionnement sur un marché est une arme qui inverse la figure traditionnelle et pathologique du consommateur de pornographie. Celui-ci n’est pas l’individu pervers dont les fantasmes doivent être ramenés à une origine pathologique, dont la figure apparaît encore dans la constitution de la consommation de pornographie en addiction (Voros, 2009), mais le client qui exprime des fantasmes inoffensifs sur lesquels un jugement n’a pas à être porté.

2.2. L’hétérosexualité masculine comme compétence

21Malgré les revendications de distance professionnelle et ce travail de saisie des fantasmes, le marché des pornographes n’est pas un marché pur qui fonctionnerait selon le libre‑échange des orgasmes, indépendamment des attachements affectifs et des considérations esthétiques et statutaires, décrit par A. Béjin et M. Pollak comme le « telos immanent du processus d’autonomisation du marché sexuel capitaliste » (Béjin et Pollak, 1977, p. 113). Les pornographes déterminent sur le marché des fantasmes ceux qu’ils veulent prendre en charge, selon leur orientation sexuelle et leur genre. L’hétérosexualité masculine apparaît en particulier comme une limite à ne pas franchir pour des pornographes hétérosexuels qui s’estiment incapables de saisir les fantasmes féminins et gais. La logique professionnelle de spécialisation prend ici le pas sur la logique entrepreneuriale d’expansion et circonscrit les frontières d’une profession hétérosexuelle et masculine, dans laquelle l’hétérosexualité masculine n’est pas seulement une identité sexuelle naturelle mais une compétence. La pornographie destinée aux femmes est présentée comme un marché difficile à investir par des hommes : « Nous, on n’est pas compétent », affirme un réalisateur d’une soixantaine d’années. L’homosexualité masculine est, selon le mot d’un producteur, « un matériau sans attrait » contradictoire avec des goûts hétérosexuels. Certains producteurs affichent une distance vis-à-vis de films gais qu’ils peuvent produire mais qu’ils n’auraient pu réaliser, et la majeure partie des réalisateurs estiment ce travail impossible.

« J’ai un produit gai, que j’ai produit mais que j’ai pas réalisé. Je suis pas consommateur, encore moins pratiquant. Donc je sais pas ce qui fait kiffer un homosexuel dans un film : je sais pas quels sont ses fantasmes, quels sont ses délires, quelle type de jaquette il aime, quel est le type d’homme qui plaît à un homosexuel [...]. Je suis 100 % hétéro, je suis pas gay, donc je n’ai pas de connaissance particulière à ce niveau-là. » (Réalisateur, producteur, 31 ans)

« Je connais pas de prods homos. Je suis tombé dessus sur XXL [une chaîne de télévision qui diffuse des films pornographiques], et la première fois que j’en ai vu, c’était... l’horreur, je peux pas [il rit]. Et puis finalement je m’y suis mis, je suis retombé sur XXL, et aujourd’hui je regarde plus avec intérêt en disant “C’est un marché, qu’est‑ce qu’y se fait ?”. Maintenant on est hétéro et ça nous intéresse pas franchement : quand on filme une nana qui fait l’amour avec un mec, on prend pas de plaisir, mais visuellement c’est pas choquant, dans nos petits cerveaux d’hétéros. » (Réalisateur, producteur, 32 ans)

  • 10 C’est l’homosexualité masculine qui fait ici problème, les relations sexuelles entre femmes faisant (...)
  • 11 Les chroniques mensuelles que le magazine gai Têtu accorde à la pornographie en sont un exemple.

22Si le choix de l’hétérosexualité est présenté comme un dégoût de l’homosexualité masculine10, la dernière citation montre que ce choix ne relève pas de l’évidence. L’homosexualité masculine n’est pas seulement une sexualité repoussante, c’est un marché potentiellement lucratif. La place de l’homosexualité masculine dans la pornographie hétérosexuelle est plus ambivalente que ne le laisse supposer l’incompétence et le dégoût affichés, en particulier parce qu’elle est présentée par les rares pornographes hétérosexuels qui l’ont investie comme un « beau marché ». Produit de consommation vulgaire et discrédité dans le cadre hétérosexuel, la pornographie est pour des gays, décrits comme des consommateurs « enthousiastes » et « décomplexés », un produit de consommation courante, intégré à leur répertoire sexuel, qui engage un travail de légitimation moins important11. Un réalisateur hétérosexuel qui a réalisé un film gai présente ainsi le marché de la pornographie gaie comme un « marché extrêmement organisé et extrêmement sympathique » :

« Je regrette vachement de pas avoir une sexualité homo, parce que je serais vachement plus heureux et vachement plus prospère, très beau marché. Si tu envisageais de faire de la pornographie, je te recommanderais vivement de faire de la pornographie homo, parce que là il y a de la place, le marché est pas du tout saturé, et la qualité paie. » (Réalisateur, producteur, 52 ans)

23Si les pratiques sexuelles entre hommes font l’objet d’un rejet, sur le marché de la pornographie l’homosexualité masculine apparaît donc aussi, dans une vision idéalisée, comme une sexualité désirable et pourtant mise à distance par les pornographes. La circonscription d’un terrain d’intervention spécifique est aussi une spécialisation dans certains répertoires fantasmatiques, à rebours d’une logique strictement marchande.

2.3. Savoirs et savoir-faire sexuels

  • 12 Une culture savante qu’incarnent par exemple les traités des architectes (Champy, 2009).

24S’il n’y a pas de formation au métier de pornographe, ceux-ci revendiquent un savoir professionnel spécifique sur la sexualité, qui ne prend pas la forme d’une culture savante et lettrée12, mais qu’il est nécessaire de mobiliser pour réaliser un film. Les techniques de mise en image des fantasmes sont un premier élément de cette culture professionnelle.

« C’est ta curiosité qui fait de toi quelqu’un qui emmagasine des connaissances. C’est de la curiosité d’amateur, au sens aimer du terme. Quand je devais faire une contre-plongée, je faisais pas nécessairement référence à Orson Welles, mais je faisais plus référence à Russ Meyer parce qu’il avait compris que pour filmer des nibards, il fallait se mettre légèrement en dessous. » (Réalisateur, 55 ans)

25La revendication d’un répertoire de connaissances spécifiques se fait dans la mise à distance d’une culture cinématographique légitime dont Orson Welles est l’emblème, par un retournement du stigmate de l’amateurisme et la revendication de techniques spécifiques pour mettre en scène des corps fantasmatiques. De la même manière, la réalisation de gros plans sur les organes génitaux nécessitent qu’il soit fortement éclairés. Un technicien explique ainsi que l’invention d’un système d’éclairage portatif léger appelé « pussy light » et propre à la production pornographique puis diffusé dans le monde du cinéma, permet de surexposer les corps sans faire d’ombre et donc de réaliser ce que les pornographes appellent les « plans gynécologiques ».

26La connaissance des fantasmes dominants est un second aspect de ces savoirs sexuels, qui est moins le fruit d’un travail d’objectivation que d’un parcours sexuel atypique. Les pornographes ont en effet des pratiques sexuelles particulières, caractérisées par une sexualité multipartenariale, la fréquentation de clubs échangistes, une forte dissociation de la sexualité et de la conjugalité. Leur orientation intime fonctionne sur le modèle du réseau sexuel (Bozon, 2001), et comprend un répertoire sexuel élargi. Pour une partie des pornographes ce qui reste de l’ordre du fantasme pour les spectateurs fait partie intégrante de leur répertoire sexuel, et constitue un savoir profane investi dans la réalisation des films. Il serait réducteur de considérer cette orientation intime comme le moteur de l’engagement dans la pornographie : le maintien dans le monde de la pornographie permet et suppose l’acquisition de savoir-faire transmis par les autres pornographes ou d’expériences sexuelles converties en savoirs professionnels. Un réalisateur raconte ainsi comment lui est venue l’idée de mettre en scène des femmes dont les bras ou les jambes sont plâtrées.

« Je me dis, ce truc plâtré, il y a une domination qui peut permettre l’excitation sans choquer, qui peut développer de la fantasmatique... On flirte avec les fantasmes de tout homme, de toute femme, sans être glauque, mais sans être banal non plus. En fait je suis allé au Cap d’Agde avec une copine, et une semaine avant de partir elle s’est cassé la jambe. On était parti pour partouzer au Cap d’Agde, et malgré son plâtre on y est allé quand même. Et avec son plâtre elle a eu une cote incroyable, ça excitait tous les mecs de la voir avec ses béquilles. » (Réalisateur, 40 ans)

27La fréquentation du Cap d’Agde, un des principaux lieux de l’échangisme en France, est partagée par de nombreux pornographes, le lieu pouvant être l’occasion de recruter de nouveaux acteurs et actrices : c’est une expérience personnelle et professionnelle, qui permet l’acquisition de savoirs sur un fantasme efficace et inédit. Cette trajectoire sexuelle permet l’acquisition d’une forme d’expertise sexuelle, revendiquée par les pornographes et visible sur les tournages, qui ne se limite pas à l’accumulation de nouveaux fantasmes, mais à des savoir-faire sexuels qui du point de vue de la revendication de professionnalisme, prennent la place des savoirs cinématographiques : la dilatation anale ou l’éjaculation féminine, mais plus largement les méthodes les plus efficaces pour parvenir à l’orgasme sont ainsi des techniques maîtrisées par les réalisateurs.

28Cette expertise en matière de sexualité définit un statut professionnel et un statut sexuel qui distinguent les pornographes des sujets sexuels ordinaires.

« Quand je parle de cul, pas de films, mais quand je parle de cul, on me croit : on me considère comme un “arbitre international”. C¸ a c’est un avantage : on me prend pas pour un rigolo là-dessus, j’ai rien à prouver. Arbitre international ! [il rit]. » (Réalisateur, 56 ans)

29Ce réalisateur souligne nettement que la position d’arbitrage ici revendiquée ne concerne pas seulement la pornographie mais la sexualité en général : le statut professionnel donne une position d’autorité en matière de sexualité reconnue par ceux qui sont hors du monde de la pornographie. Si les compétences des pornographes en matière de mise en image et de techniques cinématographiques sont fragiles au regard du monde du cinéma, ceux-ci s’affirment comme des hétérosexuels professionnels, qui se distinguent notamment par une compétence sexuelle acquise de manière informelle et constituée en savoir distinctif.

3. Le monopole masculin de l’expertise sexuelle

30Le choix de l’hétérosexualité ne relève pas seulement d’une logique de spécialisation, il est au fondement de la professionnalisation. Dans la pornographie comme dans d’autres activités professionnelles où la dimension sexuée est structurante, ce qui relève du point de vue des pornographes d’une expression de soi est le produit d’une socialisation différentielle que l’organisation de la profession traduit et reproduit. Les frontières du masculin et du féminin sont un enjeu et se définissent dans la division du travail professionnel (Buscatto, 2004 ; Maruani et Nicole, 1989). Ce n’est pas le prestige de la profession qui détermine ici un bastion masculin (Buscatto et Marry, 2009), mais le rapport expert à la sexualité. Comme dans le cas de la police, métier fondé sur le monopole masculin de la violence et de l’usage des armes, que sa féminisation transgresse (Pruvost, 2007), l’expertise sexuelle est revendiquée comme un monopole masculin par les pornographes.

3.1. Résistances à l’expertise sexuelle féminine

  • 13 Dans les chroniques Hot Vidéo, on compte 23 réalisatrices pour 157 réalisateurs.

31Si la profession de pornographe est illégitime au regard de la profession cinématographique, au sein de la pornographie, c’est la réalisation de films hétérosexuels par les femmes qui est illégitime. Les réalisatrices ne sont pas absentes du monde de la pornographie hétérosexuelle : même si elles sont minoritaires, des femmes réalisent dès les années 1980 des films hétérosexuels13. Cependant elles occupent une position subordonnée. Soit elles restent dans les productions amateurs : c’est le cas de Laetitia, dont la carrière est particulièrement longue, mais qui s’est positionnée comme la « reine de l’amateur », sans prétendre aux productions plus prestigieuses. Soit elles sont discréditées en tant que femmes comme incompétentes à saisir les fantasmes masculins : c’est le cas d’Ovidie, dont de nombreux réalisateurs soulignent que ses films, mettant en scène une sexualité trop « douce » ou trop « intellectualisée », ne correspondent pas à la demande masculine.

  • 14 On trouve une telle polyvalence professionnelle chez les comédiens (Menger, 1997).

32Alors que les actrices sont beaucoup plus nombreuses que les acteurs et que le passage des acteurs à la fonction de réalisateur est une reconversion professionnelle et un élargissement des activités acceptés et encouragés, le faible nombre d’actrices devenant réalisatrices est remarquable. Dans un contexte professionnel où les compétences de mise en image et les droits d’entrée sont faibles, le passage à la réalisation des acteurs est présenté comme une diversification naturelle des activités. Employés par les pornographes, ceux qui parviennent à accumuler les contrats s’affirment également comme les collaborateurs de ces derniers, ce qui leur permet finalement de passer derrière la caméra14. Comme les acteurs, les actrices acquièrent les savoirs sexuels dont les pornographes revendiquent le monopole : elles partagent pour une part l’orientation intime en réseau des pornographes, et accumulent un ensemble de savoirs sur la sexualité et de techniques du corps qui leur permettent de réaliser les pratiques exigées par les conventions pornographiques, qui excèdent souvent le répertoire sexuel ordinaire. Elles soulignent que le travail pornographique est l’occasion d’acquérir une meilleure connaissance de leur sexualité, mais aussi de la sexualité et de l’orgasme masculins. Une actrice de 21 ans, note ainsi qu’avec son compagnon, qui ne travaille pas dans la pornographie, elle « teste des trucs, des nouvelles positions » apprises sur les tournages. Une actrice de 24 ans souligne qu’il y a « plein de choses qui [la] propulsent au‑dessus de la moyenne des filles dans les rapports sexuels » : « il y a des choses que je fais mieux, parce que je les ai beaucoup pratiquées, et que j’ai appris à être attentive aux signaux des mecs ».

33Cette expertise sexuelle ne donne pourtant pas aux actrices et aux réalisatrices un statut identique à celui des hommes. Une actrice et réalisatrice d’une trentaine d’années explique à propos de son parcours conjugal et sexuel que « les hommes n’ont pas envie de baiser avec une encyclopédie du sexe » :

« Il y a rien de plus castrateur qu’une femme qui est censée en savoir plus…Sexuellement, je suis incasable. Les réalisateurs, c’est génial : c’est pygmalion ; il y a un côté pygmalion, il y a un certain nombre de réalisateurs qui jouissent de ça. » (Actrice, réalisatrice, 33 ans)

34L’expertise sexuelle discrédite ici cette réalisatrice de manière paradoxale : si dans le monde de la pornographie elle éprouve des difficultés à faire reconnaître ses compétences, dans ses relations privées, celles-ci forment un savoir illégitime qui fonctionne comme un stigmate. Alors que le statut professionnel de pornographe renforce un statut sexuel masculin, le passage des actrices au poste de réalisatrice est une transgression dans une vision de la sexualité féminine marquée par l’affectivité et la conjugalité (Bajos et al., 2008). Être réalisatrice de films pornographiques n’est pas seulement une position difficile à atteindre, mais relève, dans une vision différentialiste des sexualités, d’une contradiction de statut (Hughes, 1996, chap. 12).

3.2. La maîtrise masculine de la sexualité féminine

35La gestion de cette contradiction ne concerne pas seulement les réalisatrices, mais fait partie du travail professionnel. Il s’agit en effet pour les pornographes de maintenir une répartition différentielle des savoirs dans un groupe professionnel où celle-ci est remise en cause : le monde de la pornographie produit et discrédite des jeunes femmes expertes en matière de sexualité. Ce mécanisme de régulation éclaire le métier de pornographe. Celui‑ci ne se limite pas à la mise en scène des fantasmes, même hétérosexuels et masculins : la professionnalisation a également pour enjeu l’établissement et le maintien d’une relation entre les pornographes et les actrices caractérisée par une différence de statuts professionnels (les actrices sont les employées des pornographes) et sexuels (les actrices, en particulier débutantes, sont initiées par des pornographes « pygmalion »). Cette division sexuée du travail professionnel est imbriquée dans un des traits majeurs des rapports sociaux de sexe, établi par Paola Tabet : la « sauvegarde du monopole du savoir » sur la sexualité par les hommes et la meilleure connaissance par ceux-ci de la sexualité, y compris féminine, qui ont pour effet de limiter et de modeler la sexualité féminine (Tabet, 2004, p. 162). Ébranlé dans le monde de la pornographie, ce monopole doit y être institué.

36Le fort turnover des actrices doit alors être compris comme un mécanisme de régulation du groupe professionnel, en l’absence de réglementation étatique et de contrôle formel à l’entrée. Les actrices ont une carrière plus courte, sont donc plus jeunes, et n’accèdent pas aux postes de création : valorisées en tant que jeunes débutantes inédites, elles perdent de leur intérêt et de leur valeur dès lors qu’elles ont été déjà vues. La difficulté, souvent soulignée, pour les actrices qui ont acquis une certaine notoriété d’imposer leurs tarifs en est le signe. Les processus d’innovation dans la représentation des fantasmes passent ici au second plan vis‑à‑vis d’un mode de gestion de la main d’œuvre qui repose sur l’accumulation d’actrices débutantes et le maintien de quelques acteurs qui accumulent les rôles. Un pornographe souligne qu’entre lui et ses collègues, les actrices sont « le nerf de la guerre ». Un acteur qui a travaillé dans les années 1970 et 1980 insiste sur la nécessité de « régénérer le portefeuille ».

« Il fallait vraiment régénérer le portefeuille. Les filles étaient moins longues dans le temps. Et les mecs on s’appuyait sur ceux qui étaient du solide : on était toujours six ou sept à tourner. » (Acteur, 65 ans)

37L’instauration d’un petit groupe d’acteurs « solides » et de carrières courtes pour des actrices rapidement dévalorisées ne repose pas seulement sur la mobilisation d’un fantasme efficace, mais constitue un mécanisme de contrôle qui permet le maintien du monopole masculin des savoirs sexuels dans un monde qui contribue à produire des actrices expertes. La solidité des acteurs renvoie à leur capacité à être en érection au moment voulu, mais aussi à leur position stable dans le monde de la pornographie.

38Si cette division sexuée du travail professionnel entre des réalisateurs experts et des actrices « débutantes », à l’image et du point de vue des savoirs sexuels, est nécessaire, c’est que les actrices ne sont pas seulement les objets de la représentation pornographique, mais le matériau travaillé par les pornographes. Un réalisateur affirme que pour lui, la pornographie est « l’art de filmer des filles », en particulier les débutantes.

« J’aime bien travailler avec des filles amatrices, des filles dont c’est pas le métier, parce que je suis beaucoup plus facilement surpris qu’avec des pros [...]. Ce que je filme dans le porno ce n’est pas les garçons c’est les filles. Donc le hardeur il a un boulot assez ingrat et très difficile, et si on donne un garçon qui n’est pas sûr de lui à une fille, on va avoir une scène qui sera pas belle, parce que si on met quelqu’un d’insécure avec quelqu’un d’insécure, ça marchera pas. Donc quand je prends une débutante je la mets avec un pro, elle a pas d’expérience, mais les garçons l’ont à sa place, ils se démerdent pour qu’elle soit à la fois tranquille, sereine, et belle. Ils s’oublient, ils font leur boulot derrière, et elle, elle peut se concentrer sur son plaisir et son attitude. » (Réalisateur, 53 ans)

  • 15 Sur la norme d’authenticité dans la commercialisation de la sexualité, voir (Bernstein, 2007).
  • 16 Ce fonctionnement sexué et sexuel du marché du travail et de la profession n’est pas propre à la po (...)

39Ce qui est d’abord posé comme une préférence nous semble être constitutif des règles de la représentation et des rapports de travail dans le monde de la pornographie, dans lesquels des hommes manipulent et mettent en scène des actrices plus jeunes, et définissent par là leur professionnalisme. Les professionnels, ce sont ici les réalisateurs et les acteurs, qui définissent leur métier comme la représentation d’une sexualité féminine à la fois inexpérimentée et authentique15. Les actrices « pros » sont à l’inverse discréditées, souvent accusées de faire leur travail de manière « mécanique », mais surtout parce qu’elles brisent ce différentiel de savoir. L’exercice de la profession trouve ici son sens dans l’instauration d’une relation de séduction et de subordination entre des pornographes et des actrices, qui explique le peu d’intérêt des pornographes pour la mise en scène des fantasmes gais malgré un marché potentiellement lucratif16. Les actrices sont mises en scène pour les spectateurs et élèves à initier par un groupe professionnel qui définit dans cette relation les conditions et la substance de son activité.

4. Conclusion

40En prenant pour objet le métier de pornographe, nous n’avons pas tenté, selon l’expression de Everett C. Hughes, d’« anoblir ce qui aurait pu être considéré comme moins que noble » (Hughes, 1996, p. 126) mais d’identifier le travail de légitimation et les enjeux propres à l’exercice du métier. Penser la professionnalisation du point de vue des pornographes et prendre au sérieux l’image qu’ils imposent de leur métier permet de dépasser les approches misérabilistes (Grignon et Passeron, 1989) qui décrivent la pornographie du point de vue du cinéma comme une production homogène qui ne requiert aucune technique spécifique, ou du point de vue d’une sexualité légitime comme une représentation basse et vulgaire de la sexualité. Elle amène également à aborder le processus de professionnalisation non comme la réalisation linéaire d’un programme, mais comme un processus robuste par certains aspects, fragile par d’autres. Non reconnus, sans formation spécifique, les pornographes détiennent pourtant des savoirs et des privilèges sans lesquels la constitution d’un monopole n’aurait pas de sens. La circonscription des fantasmes masculins et hétérosexuels comme domaine spécifique d’intervention, la mise en œuvre de savoirs et de savoir-faire sexuels sont déterminants dans l’exercice du métier et dans les gratifications qui lui sont associées, mais aussi dans la constitution masculine de la profession. La division sexuée du travail professionnel apparaît alors comme une question centrale. La question de la professionnalisation de la pornographie se déplace : elle n’est plus celle du travail de légitimation d’une activité illégitime, mais de l’appropriation masculine d’une expertise sur la sexualité dont les femmes doivent être exclues. Le caractère professionnel de l’activité pornographique ne relève pas seulement de la mise en œuvre de savoirs et de techniques spécifiques de mise en image des fantasmes, mais d’une appropriation masculine de ces savoirs et des prises qu’ils donnent sur la sexualité féminine.

Haut de page

Bibliographie

Abbott, A., 2003. Écologies liées. À propos du système des professions. In : Menger, P.-M. (Ed.), Les professions et leurs sociologies. Modèles théoriques, catégorisations, évolutions. Éditions de la Maison des sciences de l’homme, Paris, pp. 29–50.

Abbott, S.A., 2010. Motivations for Pursuing a Career in Pornography. In: Weitzer, R. (Ed.), Sex for Sale. Prostitution, Pornography and the Sex Industry. Routlegde, New York, London, pp. 47–66.

Arborio, A.-M., 1996. Savoir profane et expertise sociale. Les aides-soignantes dans l’institution hospitalière. Genèses 22 (1), 87–106.

Bajos, N., Ferrand, M., Andro, A., 2008. La sexualité à l’épreuve de l’égalité. In: Bajos, N., Bozon, M. (Eds.), Enquête sur la sexualité en France. Pratiques, genre et santé. La Découverte, Paris.

Becker, H., 1988. Les mondes de l’art. Flammarion, Paris.

Becker, H., 2006. The Lay Referral System: The Problem of Professional Powers. Knowledge Work and Society 4, 65–76.

Béjin, A., Pollak, M., 1977. La rationalisation de la sexualité. Cahiers internationaux de sociologie 62, 105–125.

Bernstein, E., 2007. Temporarily Yours. Intimacy, Authenticity and the Commerce of Sex. The University of Chicago Press, Chicago, London.

Bernstein, E., 2009. Travail sexuel pour classes moyennes. Genre, sexualité et société, 2. URL :http://gss.revues.org/index1058.html.

Bier, C., 2000. Censure-Moi. Histoire du Classement X en France. L’esprit Frappeur, Paris.

Boltanski, L., Chiapello, E., 1999. Le nouvel esprit du capitalisme. Gallimard, Paris.

Bozon, M., 2001. Orientations intimes et constructions de soi. Pluralité et divergences dans les constructions de la sexualité. Sociétés contemporaines 41–42, 11–40.

Bozon, M., 2002. Révolution sexuelle ou individualisation de la sexualité ? Mouvements 20, 15–22.

Buscatto, M., 2004. Les savoirs relationnels : expression de « soi » ou qualification sociale ? Sociologia del lavoro 95, 54–66.

Buscatto, M., Marry, C., 2009. « Le plafond de verre dans tous ses éclats ». La féminisation des professions supérieures au xxe siècle. Sociologie du travail 51 (2), 170–182.

Champy, F., 2009. La culture professionnelle des architectes. In : Demazière, D., Gadéa, C. (Eds.), Sociologie des groupes professionnels. Acquis récents et nouveaux défis. La Découverte, Paris, pp. 152–162.

Coulmont, B., 2007. Sex-shops. Une histoire française. Dilecta, Paris.

Darnton, R., 1991. Édition et sédition. L’univers de la littérature clandestine au xviiie siècle. Gallimard, Paris.

Demazière, D., Gadéa, C., 2009. Conclusion. In: Demazière, D., Gadéa, C. (Eds.), Sociologie des groupes professionnels. Acquis récents et nouveaux défis. La Découverte, Paris, pp. 435–451.

Ehrenreich, B., Hochschild, A.R. (Eds.), 2003. Global Woman. Nannies, Maids and Sex Workers in the New Economy. Granta Books, Londres.

Freidson, E., 1960. Client Control and Medical Practice. American Journal of Sociology 65, 374–382.

Freidson, E., 1984. The Changing Nature of Professional Control. Annual Review of Sociology 10, 1–20.

Freidson, E., 1994. Professionalism Reborn. Theory, Prophecy and Policy. Polity Press, Oxford.

Giami, A., de Colomby, P., 2001. Profession sexologue ? Sociétés contemporaines 41–42, 41–63.

Grignon, C., Passeron, J.-C., 1989. Le savant et le populaire. Misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature. Gallimard-Le Seuil, Paris.

Hughes, E.C., 1996. Le regard sociologique. Essais choisis. Édition de l’EHESS, Paris.

Jenness, V., 1990. From Sex as Sin to Sex as Work: COYOTE and the Reorganisation of Prostitution as a Social Problem. Social Problem 37 (3), 403–420.

Laplanche, J., Pontalis, J.-B., 1985. Fantasme originaire, fantasme des origines, origines du fantasme. Hachette, Paris.

Lezé, S., 2010. L’autorité des psychanalystes. Puf, Paris.

Lieber, M., Dahinden, J., Hertz, E., 2010. Cachez ce travail que je ne saurais voir. Ethnographies du travail du sexe. Antipodes, Lausanne.

Maruani, M., Nicole, C., 1989. Au labeur des dames. Métiers masculins, emplois féminins. Syros, Paris.

Mary, P., 2006. La Nouvelle Vague et le cinéma d’auteur. Socioanalyse d’une révolution artistique. Seuil, Paris.

Mathieu, L., 1999. Une mobilisation improbable : l’occupation de l’église de Saint-Nizier par les prostituées lyonnaises. Revue française de sociologie 40 (3), 475–499.

Mathieu, L., 2007. La condition prostituée. Textuel, Paris.

Menger, P.-M., 1997. L’activité du comédien. Liens, interdépendance et micro-organisations. Réseaux 86 (15), 59–75.

Ogien, R., 2004. Penser la pornographie. Puf, Paris.

Paradeise, C., 1985. Rhétorique professionnelle et expertise. Sociologie du travail 27 (1), 17–31.

Poulin, R., 2009. Sexualisation précoce et pornographie. La dispute, Paris.

Pruvost, G., 2007. La dynamique des professions à l’épreuve de sa féminisation : l’ascension atypique des femmes commissaires. Sociologie du travail 49 (1), 84–99.

Root, J.B., 2002. Lettre d’un pornographe consterné. Libération, 29 juillet 2002.

Rot, G., 2007. Le travail dans le cinéma. Note de recherche. Raison présente 162, 7–17.

Rubin, G.S., 2001. Penser le sexe. Pour une théorie radicale de la politique de la sexualité. In: Butler, J., Rubin, G.S. (Eds.), Marché au sexe. EPEL, Paris.

Sarfatti Larson, M.S., 1988. À propos des professionnels et des experts ou comme il est peu utile d’essayer de tout dire. Sociologies et sociétés 20 (2), 23–40.

Sorignet, P.-E., 2010. Danser. Enquête dans les coulisses d’une vocation. La Découverte, Paris.

Stora-Lamarre, A., 1990. L’enfer de la Troisième République, censeurs et pornographes. Imago, Paris.

Tabet, P., 2004. La grande arnaque. Sexualité des femmes et échange économico-sexuel. L’Harmattan, Paris.

Voros, F., 2009. L’invention de l’addiction à la pornographie. Sexologies 18 (4), 270–276.

Williams, L., 1999. Hard Core. Power, Pleasure and the “Frenzy of the Visible”. University of California Press, Berkeley, Los Angeles, London.

Haut de page

Notes

1 Je remercie Jean Bérard, Agnès Chetaille, Baptiste Coulmont, Nicolas Duvoux, Éric Fassin, Manuela Salcedo pour leurs remarques sur des versions antérieures de ce texte.

2 Ont été réalisés 79 entretiens avec 17 producteurs et distributeurs (dont 2 productrices), 19 réalisateurs (dont 2 réalisatrices), 7 techniciens et assistants de production, 13 acteurs, 19 actrices, 4 journalistes spécialisés.

3 Les chroniques de Hot Vidéo permettent d’établir une base de données de 1400 films pornographiques français et de dénombrer 180 réalisateurs et 131 producteurs français, présents sur le marché en 1989 et 2001. Plus de 60 % de ces derniers ne réalisent et produisent qu’un ou deux films. Parmi les enquêtés, la pornographie est l’activité principale de 12 producteurs et distributeurs, et de 18 réalisateurs.

4 Voir par exemple la « lettre d’un pornographe consterné » de John B. Root (2002).

5 Pierre Soudet, qui dirige alors la commission de contrôle, justifie ainsi les dispositifs législatifs de la loi des finances : « Par rapport à des gens qui sont des adultes certes sur le plan de l’arithmétique, mais des adultes en désarroi, certains breuvages trop forts actuellement ne peuvent, et je le regrette, que leur faire tourner la tête » (Le film français, no 1607, 9 janvier 1976, p. 19–20).

6 Le film français, no 1685, 13 juillet 1977, p. 15.

7 Francis Mischkind, « Non à la répression, oui à l’incitation », Le film français, no 1601, 21 novembre 1975, p. 19.

8 Contrairement au travail des psychanalystes, qui met les désirs et les fantasmes des analysants au centre de la profession (Laplanche et Pontalis, 1985 ; Lezé, 2010).

9 La société Concorde, spécialisée dans la vente par correspondance, propose ainsi 44 « thèmes » dans son catalogue.

10 C’est l’homosexualité masculine qui fait ici problème, les relations sexuelles entre femmes faisant au contraire partie des conventions de la pornographie hétérosexuelle.

11 Les chroniques mensuelles que le magazine gai Têtu accorde à la pornographie en sont un exemple.

12 Une culture savante qu’incarnent par exemple les traités des architectes (Champy, 2009).

13 Dans les chroniques Hot Vidéo, on compte 23 réalisatrices pour 157 réalisateurs.

14 On trouve une telle polyvalence professionnelle chez les comédiens (Menger, 1997).

15 Sur la norme d’authenticité dans la commercialisation de la sexualité, voir (Bernstein, 2007).

16 Ce fonctionnement sexué et sexuel du marché du travail et de la profession n’est pas propre à la pornographie. Les relations entre le chorégraphe et les danseuses contemporaines en sont un autre exemple (Sorignet, 2010).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathieu Trachman, « Le métier de pornographe : rhétorique, contrôle et savoirs d’un groupe professionnel discrédité », Sociologie du travail, Vol. 53 - n° 4 | 2011, 444-459.

Référence électronique

Mathieu Trachman, « Le métier de pornographe : rhétorique, contrôle et savoirs d’un groupe professionnel discrédité », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 53 - n° 4 | Octobre-Décembre 2011, mis en ligne le 27 novembre 2011, consulté le 23 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/9084 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.9084

Haut de page

Auteur

Mathieu Trachman

IRIS, EHESS, 190-198, avenue de France, 75013 Paris, France
mathieutrachman[at]yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search