Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Sociologie des élites délinquantes. De la criminalité en col blanc à la corruption politique, P. Lascoumes, C. Nagels

Armand Colin, Paris (2014). 304 p.
Sylvain Laurens
p. 323-325
Référence(s) :

Pierre Lascoumes et Carla Nagels, Sociologie des élites délinquantes. De la criminalité en col blanc à la corruption politique, Armand Colin, Paris, 2014, 304 p.

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, Pierre Lascoumes et Carla Nagels proposent une des rares synthèses disponibles en langue française sur la question des « déviances et délinquances commises par les élites dans le cadre de leur profession ou de leurs responsabilités publiques ». Fruit de plusieurs années de travaux portant sur les questions du financement de la vie publique et sur la perception différenciée des illégalismes, ce livre se présente volontairement comme un plaidoyer pour que de jeunes sociologues s’emparent de ces objets réputés difficiles. Très pédagogique, il s’ouvre sur un premier chapitre fondamental visant à clarifier les définitions du White Collar Crime (WCC). Repartant de l’ouvrage fondateur d’Edwin Sutherland (1983 [1949]) et des travaux de David Nelken (1997) sur le sujet, les auteurs soulignent l’ambiguïté de la démarche initiale d’E. Sutherland.

2En forgeant cette notion, E. Sutherland vise surtout à prendre ses distances avec le lien que certains criminologues établissent depuis le xixe siècle entre pauvreté et criminalité. « Une dissociation a été instaurée entre, d’un côté, une criminalité économique définie par des textes très peu mis en œuvre et, d’un autre côté, des atteintes aux biens et aux personnes qui retiennent l’attention des organes répressifs » (p. 34). Contestant ce que Michel Foucault nommera plus tard une « gestion différenciée des illégalismes », E. Sutherland cherche à montrer « que les élites ne sont pas plus respectueuses des normes sociales que n’importe quelle autre catégorie sociale » (p. 29). Mais ses analyses portent pour l’essentiel sur le caractère transgressif de certaines entreprises ou de certains professionnels. S’agit-il alors pour ses suivants de considérer en priorité les auteurs des actes considérés en estimant que les groupes dominants développent leur propre rapport distant aux normes (offender based approach), ou bien d’analyser en premier lieu la spécificité des actes commis (offense based approach) ?

3La notion de WCC étant elle-même composite, la plupart des travaux sur le sujet sont pris dans cette dichotomie. Comme le soulignent P. Lascoumes et C. Nagels, les travaux les plus intéressants sont ceux qui parviennent à dépasser cette polarité pour montrer comment l’ethos et les valeurs propres à certaines professions rendent possibles ces transgressions. De nombreux travaux recensés dans l’ouvrage mettent ainsi l’accent sur le « contexte extrêmement compétitif » de certaines entreprises qui produisent un cadre justifiant la transgression (voire la récompensant par des systèmes indirects d’incitation financière comme dans le cas des traders) et alimentent en retour une impunité sociale. Par un astucieux système d’encadrés, l’ouvrage aborde un grand nombre d’auteurs et des notions essentielles pour traiter le sujet, mais aussi un grand nombre d’affaires qui témoignent des conditions sociales de production du WCC et de sa résonnance médiatique.

4Car c’est là un des points forts de l’ouvrage : les auteurs s’intéressent au traitement judiciaire mais aussi assez largement au traitement public du WCC. Dès le chapitre 2 (intitulé « les ambiguïtés de la réaction sociale »), les auteurs mettent à distance le contexte d’émergence de la notion de WCC marquée par la criminologie pour donner une large place à une analyse sociologique des réceptions par les différents corps de professionnels de ces pratiques : l’administration fiscale, les magistrats financiers, les journalistes... L’ouvrage s’intéresse aux réactions ordinaires ou spécialisées face aux pratiques analysées mais aborde aussi, élément rare et peu traité jusqu’ici par la littérature en langue française sur le sujet, la question des victimes du WCC (le chapitre 6 y est entièrement consacré). Enfin, il est à noter qu’une dernière partie est consacrée à la question particulière de la délinquance des élites politiques et y développe une comparaison internationale assez stimulante. Tous ces éléments font de ce livre un outil de travail incontournable pour tout chercheur souhaitant traiter de ces enjeux.

Haut de page

Bibliographie

Sutherland, E., 1983 [1949]. White Collar Crime: The Uncut Version. Yale University Press, New Haven & London.

Nelken, D., 1997. White-Collar Crime. In: Maguire, M., Morgan, R., Reiner, R. (Eds), The Oxford Handbook of Criminology. Oxford University Press, Oxford, pp. 844-877.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Laurens, « Sociologie des élites délinquantes. De la criminalité en col blanc à la corruption politique, P. Lascoumes, C. Nagels », Sociologie du travail, Vol. 58 - n° 3 | 2016, 323-325.

Référence électronique

Sylvain Laurens, « Sociologie des élites délinquantes. De la criminalité en col blanc à la corruption politique, P. Lascoumes, C. Nagels », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 58 - n° 3 | Juillet-Septembre 2016, mis en ligne le 01 juin 2016, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/970

Haut de page

Auteur

Sylvain Laurens

Centre européen de sociologie et de science politique de la Sorbonne (CESSP)
UMR 8209 Université Paris-Panthéon-Sorbonne, CNRS et EHESS
190-198, avenue de France, 75013 Paris, France
laurens[at]ehess.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals