Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Vox populi. Une histoire du vote avant le suffrage universel, O. Christin

Le Seuil, Paris (2014). 288 p.
Michel Offerlé
p. 325-327
Référence(s) :

Olivier Christin, Vox populi. Une histoire du vote avant le suffrage universel, Le Seuil, Paris, 2014, 288 p.

Texte intégral

1Qu’est-ce qu’une « élection d’Ancien Régime » ? C’est à cet oxymore sous forme de question simple que s’attaque Olivier Christin dans son ouvrage Vox Populi, une histoire du vote avant le suffrage universel, qui vient prolonger le dossier « Votes » qu’il avait consacré à cette question dans les Actes de la recherche en sciences sociales en 2001. Il s’agit du déploiement d’une thèse et d’une ouverture sur les usages possibles d’une « généalogie / téléologie » de la catégorie « vote », de la démocratie antique aux démocraties modernes.

2L’ouvrage se présente sous une forme claire et épurée, en quatre chapitres qui traitent chacun d’un type de cas dans lequel la signification des formes de vote et les technologies afférentes sont étudiées : les communes et les Républiques, puis les corps (confréries, universités) et les usages ecclésiastiques de l’élection. Ces cas sont aux fondements des ponts que l’on a pu établir entre « leurs » élections et « nos » élections. L’ultime chapitre traite des caractéristiques des formes spatiales de la représentation et des formes de mise en scène de la hiérarchie sociale que donnent à voir la disposition des lieux et la répartition des places dans des réunions comme celles des assemblées de l’Église de France. Pour chacun de ces cas, des moments clés sont étudiés grâce à une documentation très large qui court sur plusieurs siècles et sur plusieurs pays de l’Europe moderne, principalement la France, la Suisse, l’Allemagne, l’Italie et, plus secondairement, l’Espagne et l’Angleterre. Cette érudition impressionnante est à la fois une fin en soi et le prétexte d’une mise au point historiographique et sociologique.

3Olivier Christin pense d’abord contre. Contre les « généalogies savantes », les « clichés », contre « l’historiographie prompte à épouser le discours des sources » aussi (p. 154), pour mettre à l’épreuve l’ethnocentrisme (p. 9) qui serait le lot commun des histoires longues d’une démocratie née à Athènes. Il s’agit donc de privilégier les pratiques les plus ordinaires, les plus « triviales », plutôt que de revenir sur les textes les plus connus de la philosophie de l’époque moderne. Ceux-là ne sont pourtant pas totalement absents. L’auteur pense aussi avec et contre ses sources (archives ou auteurs). Il montre ainsi comment Jean Bodin définit le citoyen, ou comment un citoyen anonyme lyonnais du xviiie siècle rompt, dans un opuscule, avec les façons ordinaires de penser la représentation. Olivier Christin pense également avec et parfois contre quelques auteurs de référence tels Otto von Gierke ou Léo Moulin ; il commente Jon Elster, fait des révérences peu soutenues à James Surowiecki, à Pierre Rosanvallon ou à Bernard Manin, et s’appuie sur un vocabulaire bourdieusien (habitus, capital social) toujours utilisé sans pesanteur.

4Son pari est de documenter de façon comparative les modalités pratiques et les transformations des formes électives ainsi que leurs significations, du xiie siècle — moment de réinvention de « l’élection » après un silence millénaire — jusqu’au milieu du xviiie siècle, lorsque modalités et sens de « l’élection » viennent à basculer. Il traque les significations plurielles du QUOT : « Quod omnes tangit, ab omnibus approbari debet » ; que ce qui touche tout le monde soit approuvé par tout le monde. Il s’agit d’une vieille formule de droit romain détournée de son périmètre initial d’application pour fournir à la « règle majoritaire » à la fois une extension et une restriction. Comment se passer de l’assentiment de tous (unanimité) pour exprimer la volonté spécifique d’une personne collective ? Autrement dit, comment la persona ficta prend-elle la place d’une autre ou d’autres (dans les institutions médiévales telles que l’Université ou les confréries) ? Le fondement du consentement et de l’obéissance des gouvernés est corollaire d’une formule qui permet de penser l’unité des corps et la pluralité de ses membres. Il s’agit de fabriquer du consensus « dans la perpétuation de la différence des statuts », dans « l’unité de décision des membres » dont on scelle « la diversité ».

5En montrant que la règle majoritaire se retrouve dans tous les régimes, O. Christin entend rompre avec l’évolutionnisme dont sont imprégnées les histoires qui ont été écrites de la question élective, aboutissant au triomphe du départage majoritaire « moderne » opposé à la recherche archaïque de l’unanimité.

6Plusieurs gênes peuvent saisir le lecteur. Tout d’abord, la justification des terrains n’est pas réellement explicitée : pourquoi les assemblées parlementaires britanniques, les assemblées villageoises en France voire aux États-Unis sont-elles absentes ? La juxtaposition de terrains non cumulatifs, dont on comprend mal les éventuelles porosités quant à l’échange éventuel de technologies et les formes de totalisation et de justification, en est une autre.

7On comprend mal aussi ce qui fait alors l’importance de l’élection. L’auteur laisse le lecteur sans véritable clé d’interprétation pour comprendre par exemple le vote à Ulm en 1530-1531. Certes, on peut aller glaner dans les autres chapitres des renseignements et pistes complémentaires, par exemple sur la volonté libre dans l’acte de vote, sur l’inspiration divine et l’expression du devoir religieux, sur les techniques majoritaires et la pratique du secret. On ne dispose toutefois pas — pour un non-spécialiste de l’histoire moderne — d’une sorte de « manuel électoral » qui permette de comprendre les conditions de validité (d’évidence et de normalité) de telle ou telle pratique, son effectivité et ses justifications. Les univers évoqués, nombreux et étirés dans le temps, sont-ils insularisés, ou certains traits récurrents permettent-ils de passer de l’un à l’autre ?

8Bref il nous manque souvent, pour comprendre ces moments électoraux, de connaître (autant que les archives le permettent) les significations différentielles du vote parmi les populations étudiées et donc les évidences et les énigmes du vote, tant pour elles que pour nous. On se demande ainsi pourquoi l’auteur, qui entend ne pas être seulement un illustrateur érudit de cette Vox populi saisie avec une grande maîtrise, s’arrête en chemin dans son outillage comparatiste.

9On aurait aimé en savoir plus, au-delà des attaques récurrentes contre une historiographie jugée anachronique et complaisante, sur la nature exacte de ses différends avec les auteurs dont il se démarque. On aurait aimé aussi le voir prendre appui sur la littérature désormais largement développée et stabilisée, qui a redéfini à nouveaux frais les « conquêtes » des suffrages restreints et universels à l’époque contemporaine, dans ses diverses versions. Des comparaisons heuristiques auraient pu être mises en œuvre concernant les histoires matérielles du suffrage (comment on exprime son suffrage), accompagnant une réflexion sur les formes de justification et sur les impensés de ces pratiques (pourquoi on vote, et pourquoi on vote ainsi). Une telle étude aurait permis également à l’auteur de confronter ses questionnements à ceux de chercheurs travaillant sur un matériau différent marqué pourtant par des dénominations à la fois semblables et incommensurables : certains mots ont disparu (ballote) ou n’existaient pas (isoloir). On pourrait, contre Olivier Christin mais en s’appuyant sur son travail, chercher à comprendre en quoi les élections de l’Ancien Régime ont pu constituer un réservoir pour le suffrage représentatif, quand lui-même tend à faire de cet ancien régime de l’élection un cul de sac. Car il y a toujours des mots, des objets, des institutions avec lesquels on compose et contre lesquels on se situe. C’est peut-être ce qui manque à ce beau livre pour assumer pleinement son pari : refuser l’évolutionnisme et l’anachronisme tout en restant constamment à l’affût d’un comparatisme heuristique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Offerlé, « Vox populi. Une histoire du vote avant le suffrage universel, O. Christin », Sociologie du travail, Vol. 58 - n° 3 | 2016, 325-327.

Référence électronique

Michel Offerlé, « Vox populi. Une histoire du vote avant le suffrage universel, O. Christin », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 58 - n° 3 | Juillet-Septembre 2016, mis en ligne le 10 août 2016, consulté le 15 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/974

Haut de page

Auteur

Michel Offerlé

Centre Maurice Halbwachs (CMH), UMR 8097 CNRS, EHESS et ENS
48, boulevard Jourdan, 75014 Paris, France
michel.offerle[at]ens.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals