Navigation – Plan du site

La colère chez les éducateurs de la PJJ : une émotion inutile mais légitime face à la transgression d’un jeune

Juvenile justice educators’ anger : a useless but legitimate emotion in the face of transgression
La ira en los educadores de la PJJ : una emoción inútil pero legítima ante la transgresión de un joven
Elsa de Grenier de Latour, Mael Virat et Nathalie Przygodzki-Lionet

Résumés

Le travail éducatif auprès d’adolescents en conflit avec la loi peut être source de frustration et de colère. L’interprétation par les éducateurs du sens des comportements d’opposition est possiblement liée à leur réaction émotionnelle. Cette étude vise à explorer l’attitude des éducateurs de la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) envers la colère. En présentant à des éducateurs stagiaires (N = 85) un scénario fictif qui relate une situation de transgression où un éducateur ressent de la colère, cette étude s’intéresse à l’évaluation de l’utilité et de la légitimité de la colère du professionnel ainsi qu’à la manière d’interpréter le comportement de l’adolescent (attributions causales contrôlables versus incontrôlables et internes versus externes).
Les résultats indiquent qu’une large majorité des éducateurs jugent que la colère est inutile et qu’une légère majorité d’entre eux jugent qu’elle est pourtant légitime. Par ailleurs, les éducateurs tendent plutôt à percevoir les causes du comportement de l’adolescent comme étant internes mais incontrôlables, ce qui fournit une explication indulgente à la transgression, qui semble pouvoir être liée à l’attitude envers la colère. À la lumière de ces résultats et dans le contexte du travail émotionnel à accomplir par les éducateurs, ces attributions causales indulgentes peuvent être interprétées comme des stratégies cognitives de régulation de la colère. Enfin, la légitimité accordée à la colère pourrait traduire une revendication d’autonomie émotionnelle par les éducateurs ou une attitude favorable à la colère malgré des connaissances sur son inutilité.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

Normes émotionnelles et travail émotionnel

1Longtemps considérées comme indésirables et inappropriées au travail, les émotions y occupent désormais une place reconnue et sont ainsi au centre de nombreuses recherches en psychologie des organisations (Barsade, Brief, & Spataro, 2003 ; Barsade & Gibson, 2007 ; Putnam & Mumby, 1993 ; Tran, 2014). D’abord présentées comme privées et, à ce titre, suspectes car échappant au contrôle social, elles apparaissent aujourd’hui, dans une perspective socio-constructiviste (Averill, 1983 ; Hochschild, 1979), tributaires de normes sociales qui, lorsqu’elles concernent les émotions qu’il convient de ressentir ou d’exprimer, peuvent être nommées normes émotionnelles.

2Ces normes émotionnelles, souvent implicites, définissent aussi bien les émotions qui doivent être exprimées (Ashforth & Humphrey, 1993 ; Ekman & Friesen, 1969 ; Rafaeli & Sutton, 1987) que les émotions qui doivent être ressenties (Hochschild, 1979). Les termes de « règles d’affichage » ou de « règles de sentiments » tiennent compte de cette distinction. Le respect des normes émotionnelles au travail implique ce qui est aujourd’hui nommé, depuis Hochschild et bien au-delà de la perspective critique qui était la sienne (Hochschild, 1983), un « travail émotionnel ». Il s’agit, a minima, d’une forme de régulation émotionnelle adaptée à « ce qu’il est convenable de ressentir » dans un contexte de travail donné (Hochschild, 1979). Le travail émotionnel peut être réalisé en surface ou en profondeur. La comparaison avec le jeu de l’acteur est éclairante : soit il mime son personnage et en feint les émotions, par affichage d’expressions propres à créer l’illusion, soit il l’incarne en éprouvant réellement ce que le personnage est supposé ressentir.

3Lorsque les émotions que l’individu ressent en profondeur ne sont pas conformes aux normes émotionnelles, il se trouve en situation de dissonance émotionnelle (Morris & Feldman, 1996 ; Zapf et al., 1999). Hochschild (1983) évoque ainsi la situation des stewards et hôtesses de l’air tenus de sourire chaleureusement à plusieurs centaines de passagers et qui ne parviennent pas, face à la succession de ces nombreux clients, à ressentir en profondeur et à la fréquence nécessaire la sympathie requise. Cette dissonance place l’individu face à une alternative. Dans une situation comme celle-ci, soit l’employé effectue un travail de surface par lequel il feint l’émotion attendue et supprime l’expression de ses émotions réelles, soit il refuse de feindre la joie et se trouve en situation de « déviance émotionnelle » (Rafaeli & Sutton, 1987), ce qui risque d’avoir un coût social important. Dans d’autres situations, les émotions attendues correspondent à celles que ressent l’employé. Il se trouve alors dans une situation que Rafaeli et Sutton (1987) qualifient d’harmonie émotionnelle. Pour atteindre cette harmonie, l’employé accomplit parfois, lorsqu’il lui faut tout de même réguler ses émotions spontanées, un travail en profondeur.

4La mise en conformité de ses émotions au travail représente une charge de travail, c’est-à-dire qu’elle nécessite des efforts ou la mobilisation de compétences physiques et psychologiques (Bakker & Demerouti, 2007). Le travail en surface et le travail en profondeur, qui permettent d’assumer cette charge émotionnelle, s’appuient sur des stratégies de régulation émotionnelle différentes, respectivement focalisées sur la réponse émotionnelle ou sur ses antécédents (Grandey, 2000 ; Gross, 1998b). Bien que ces deux formes de régulation représentent une charge mentale pour l’individu (Gross, 1998a), la régulation focalisée sur la réponse modifie l’expression émotionnelle mais ne modifie pas véritablement les émotions ressenties dans leurs composantes cognitives, physiologiques et subjectives (Gross, 1998a ; Gross & Levenson, 1993). Ses conséquences ne sont donc pas aussi favorables.

La charge émotionnelle dans les métiers relationnels

5De nombreux résultats ont pointé les conséquences négatives du travail de surface pour les professionnels du service qui ont des contacts importants (en termes de diversité, fréquence, durée et intensité) avec les clients. Ce sont souvent les conséquences sur l’épuisement professionnel, conçu comme un risque accru dans les emplois relationnels, qui sont évaluées (Johnson et al., 2005 ; Zapf & Holz, 2006). Reprenons l’exemple de l’hôtesse d’accueil. Il lui est vraisemblablement moins coûteux de faire son travail quand elle est bien disposée que lorsqu’elle est triste ou en colère. La dissonance entre le fond et la forme, l’émotion ressentie et l’émotion affichée, mobilise une énergie considérable qui fera défaut ailleurs (Totterdell & Holman, 2003). La méta-analyse de Hülsheger et Schewe (2011), fondée sur une centaine d’études quantitatives, indique précisément que le travail de surface est un facteur d’épuisement professionnel. Ce travail de surface aurait aussi un impact négatif sur l’état de santé de l’individu, ainsi que sur son attitude et ses comportements au travail.

6Les conséquences du travail en profondeur ne semblent pas si négatives pour l’employé, qui peut même en tirer un sentiment d’efficacité et d’accomplissement (Brotheridge & Grandey, 2002 ; Zapf & Holz, 2006) s’il perçoit qu’il dispose de ressources suffisantes pour réaliser ce travail (Brotheridge & Lee, 2002 ; Hobfoll, 1989 ; Hülsheger & Schewe, 2011 ; Schaufeli, Bakker, & Van Rhenen, 2009). Ces ressources dépendent tout autant des caractéristiques de l’emploi, telles que l’autonomie et les opportunités d’apprentissage laissées à l’employé, que des caractéristiques de l’employé lui-même, telles que le sentiment d’efficacité ou le contrôle de soi (Bermejo, Hernández-Franco, & Prieto-Ursúa, 2013 ; Xanthopoulou, Bakker, Demerouti, & Schaufeli, 2007). Elles dépendent également des relations avec les collègues (soutien social reçu de la part des collègues et des supérieurs hiérarchiques, feedback sur la qualité du travail accompli) et avec les clients/usagers (Bakker & Demerouti, 2007 ; Skaalvik & Skaalvik, 2011, 2018).

7En outre, réaliser un travail émotionnel en profondeur n’est pas toujours possible. En effet, cela suppose que l’individu adhère pleinement aux normes professionnelles, qui cohabitent avec des normes culturelles et des normes personnelles possiblement divergentes (Frijda & Mesquita, 1994). Par exemple, il a été montré que le travail en service de néonatalogie exigeait de concilier deux impératifs en tension : le premier implique de masquer ses émotions pour se montrer conforme aux normes professionnelles, le second, plus intime, implique de montrer ses émotions, qui peuvent être conçues comme une forme de soutien, voire de don personnel, aux patientes ou à leur famille (Lewis, 2005). Généralement, lorsque l’employé est en accord avec les objectifs et valeurs de l’organisation, lorsqu’il s’identifie à son rôle professionnel et se sent engagé à suivre les normes émotionnelles, le travail émotionnel, réalisé en profondeur (Gosserand & Diefendorff, 2005), est source de satisfaction et d’accomplissement (Ashforth & Humphrey, 1993 ; Brotheridge & Grandey, 2002 ; Humphrey, Ashforth, & Diefendorff, 2015). Pour comprendre la charge émotionnelle des professionnels, il est donc important d’analyser aussi bien les normes émotionnelles que leur attitude envers ces normes.

8Dans le champ de l’éducation, et plus encore dans celui de l’éducation spécialisée, les interactions avec les usagers sont très fréquentes et nécessitent une attention importante, ce qui rend plus probable la charge émotionnelle (Glomb, Kammeyer-Mueller, & Rotundo, 2004 ; Humphrey, Pollack, & Hawver, 2008 ; Soares, 2003). L’état affectif des professionnels a des effets sur celui des usagers, particulièrement lorsqu’ils sont accueillis en institution. Par conséquent, les usagers ont eux-mêmes des attentes émotionnelles particulières, qui peuvent différer de celles des organisations et mettre les professionnels en tension (Lloyd, King, & Chenoweth, 2002).

9La probabilité de se trouver en situation conflictuelle augmente lorsqu’il s’agit d’accompagner des enfants ou adolescents en résistance ou en opposition, ce qui peut alourdir encore la charge émotionnelle (Ashforth & Humphrey, 1993 ; Glomb et al., 2004). En s’opposant, ils portent atteinte à la réalisation par les professionnels de leurs objectifs et contraignent leur action éducative, puisque l’éducation est généralement définie comme une influence exercée au nom d’un but à atteindre (Lenoir & Vanhulle, 2008). Dans une dynamique de projet orienté vers un but activement poursuivi, cette contrainte génère de la frustration et de la colère, source d’agressivité, surtout quand la résistance semble opposée intentionnellement (Averill, 1983 ; Frijda & Mesquita, 1994). Dans l’accompagnement des jeunes les plus à même de s’opposer, la colère et sa régulation pourraient donc constituer un enjeu important du travail éducatif et être l’objet de normes professionnelles. Cela est d’autant plus vrai dans le contexte de rationalisation du travail social (Ravon, 2009) qui impose plus d’objectifs et à plus court terme, donc autant d’occasions de frustration de ne pas les atteindre.

10Il paraît dès lors pertinent de s’intéresser à l’attitude des éducateurs envers la colère. Cela l’est d’autant plus que le travail émotionnel relatif à la suppression des émotions négatives comme la colère semble conduire davantage à un travail en surface (Brotheridge & Grandey, 2002 ; Diefendorff, Croyle, & Gosserand, 2005) dont le coût a déjà été évoqué et qui pourrait contribuer à expliquer que le champ socio-éducatif soit un secteur où la charge émotionnelle et le risque d’épuisement professionnel sont parmi les plus importants (Glomb et al., 2004 ; Johnson et al., 2005 ; Lloyd et al., 2002).

Les émotions des professionnels de l’éducation sous contrainte

11En France, la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) est une administration qui réalise un accompagnement auprès d’enfants suivis par la justice au titre de la protection de l’enfance (mineurs délinquants au pénal ou enfance en danger et protection des jeunes majeurs au civil). Les éducateurs, qui représentent environ la moitié des personnels de la PJJ, conduisent des actions d’éducation et d’insertion au sein de différents types de services (investigation, milieu ouvert, insertion, placement et détention). Une majorité des enfants qu’ils accompagnent sont des adolescents suivis dans un cadre pénal. Selon Youf (2009), deux modèles cardinaux fondent la justice pénale des mineurs en France :

  • un modèle thérapeutique ou compréhensif, centré sur la personne, qui vise à soigner plutôt qu’à punir ;

  • un modèle répressif, rationaliste ou rétributif, centré sur l’acte, qui vise à punir plutôt qu’à soigner.

12Entre ces deux modèles historiques, un troisième modèle, pédagogique et restauratif (Youf, 2009), ferait aujourd’hui figure de juste milieu. S’appuyant sur la notion d’éducation sous contrainte, il impose aux éducateurs de la PJJ de trouver des manières de faire propres à réaliser la conciliation des deux modèles historiques.

13Différents travaux sur l’aide contrainte ont montré combien la conciliation entre soutien et contrôle rendait plus difficile la construction de relations éducatives (Ayotte, Lanctôt, & Tourigny, 2017 ; Cahill, Holt, & Kirwan, 2016 ; Orsi, Lafortune, & Brochu, 2010). Les normes professionnelles qui guident le comportement des éducateurs sont, à cet endroit, contradictoires. Plus spécifiquement, les normes émotionnelles sont elles aussi contradictoires. Par exemple, les normes relatives à l’établissement d’un lien affectif semblent au cœur d’un paradoxe professionnel né de la difficile imbrication des modèles de justice (Lenzi, 2018 ; Virat & Lenzi, 2018) : d’un côté, il convient de créer un lien affectif pour pouvoir soutenir les adolescents et, de l’autre, il faut garder une distance professionnelle pour rester neutre et accompagner objectivement les décisions judiciaires, notamment en exerçant le contrôle requis.

14La construction d’un lien affectif n’est pas le seul enjeu émotionnel du travail éducatif et les normes émotionnelles relatives à la colère pourraient elles aussi être au cœur, si ce n’est d’un paradoxe, tout au moins de tensions. En effet, l’exigence de répression et de contrôle est associée à des relations éducatives tendues, voire conflictuelles, qui sont autant d’occasions de ressentir de la colère. Cette colère, si elle est exprimée, peut d’ailleurs constituer un moyen d’influence, un outil éducatif visant à la normalisation des comportements des adolescents. L’intérêt professionnel de la colère a justement été relevé dans d’autres contextes. Par exemple, elle semble être un outil pour les enseignants (Sutton, 2005), les policiers (Bonnet, 2018) ou encore les agents de recouvrement (Sutton, 1991). Par conséquent, dans ces métiers relationnels, les chercheurs repèrent aussi des normes émotionnelles relatives à la colère : dans certaines situations, face à certains usagers, être professionnel implique de montrer sa colère. Curieusement, ce ne sont pas toujours les situations où la colère est spontanée qui sont celles où la colère est attendue. Par exemple, lorsque le débiteur se montre agressif, l’agent de recouvrement se sent irrité ou en colère mais l’émotion requise est davantage le calme. Lorsque le débiteur se montre amical, c’est précisément l’inverse.

15D’un autre côté, l’exigence de soutien s’exprime à travers la construction d’un lien affectif fort : des travaux récents montrent que la relation éducative réelle n’est pas une relation distanciée où l’affectif occuperait une place périphérique et maîtrisée (Lenzi, 2018 ; Virat & Lenzi, 2018). Ce lien affectif peut contribuer à rendre encore plus décevants et frustrants les échecs d’accompagnement, ce qui susciterait des réactions de découragement (Lanctôt & Turcotte, 2018) ou de colère chez les intervenants. En effet, la colère est plus fréquente au sein des relations intimes et affectives, qu’elle permet parfois de consolider (Averill, 1983). Il demeure qu’un effort reste à faire pour se détourner de la contagion émotionnelle et se libérer du « piège coercitif transactionnel », cercle vicieux agression-représailles, pourtant courant avec les adolescents judiciarisés (de Valk et al., 2015).

16De plus, l’engagement affectif des professionnels devrait également soutenir un regard empathique ou compassionnel sur les adolescents qui soit de nature à diminuer les réactions émotionnelles négatives comme la colère (Virat, 2018). Au-delà des réactions émotionnelles spontanées, l’exigence de soutien impose donc de réguler sa colère, tant cette dernière, définie comme une émotion différenciatrice (Frijda & Mesquita, 1994 ; Soares, 2003), risque de détériorer la relation établie. Enfin, dans la perspective d’un accompagnement éducatif, les réactions émotionnelles des professionnels jouent un rôle essentiel d’exemple, pour affaiblir ou renforcer les modèles intériorisés par les adolescents (Bandura, 1977). Il revient alors aux professionnels de désamorcer les situations conflictuelles en ne cédant pas à la colère. En somme, eu égard à la difficile conciliation des fonctions d’éducation sous contrainte, les normes émotionnelles, en particulier celles relatives à la colère, n’ont rien d’une évidence professionnelle.

Attribution causale et colère des éducateurs

17La colère est une émotion fréquente qui advient essentiellement dans le contexte des relations interpersonnelles. Bien que le terme de colère ait un contour flou dans le langage ordinaire (Russell & Fehr, 1994), des définitions ont été proposées. Si le Larousse définit la colère comme « un état affectif violent et passager, résultant du sentiment d’une agression, d’un désagrément, traduisant un vif mécontentement et accompagné de réactions brutales », des auteurs ont formulé des définitions plus techniques sur lesquelles adosser un travail scientifique. Pour Smedslund (1993) par exemple, la colère est le sentiment associé à la croyance qu’une personne dont on a le souci (éventuellement soi-même) a été traitée sans respect, intentionnellement ou par négligence, et à la volonté que ce respect soit rétabli. Émotion particulièrement puissante et mobilisatrice d’énergie, la colère est fondée sur le souci vital de se préserver des menaces extérieures. La tendance à l’action en est une composante manifeste et elle s’appuie sur la croyance en un possible aboutissement de l’action qu’elle engage. Alternative à la colère, la résignation suppose le renoncement. C’est pourquoi on voit dans la colère un signe d’espoir, une attente à l’égard du réel (Heider, 1958).

18Comme c’est le cas pour la définition de la colère de Smedslund (1993), pour toute émotion, il est aujourd’hui consensuel de considérer l’évaluation cognitive, c’est-à-dire l’interprétation de la situation qui déclenche éventuellement l’émotion, comme une composante centrale de l’émotion (Frijda, 2007 ; Rimé, 2016 ; Scherer, 2005). L’émotion est davantage suscitée par une évaluation de la situation – est-elle nouvelle, plaisante, pertinente, contrôlable et compatible avec les valeurs de l’individu ? – que par la situation elle-même. Dès lors que la composante cognitive prend une telle place dans les processus émotionnels, les attributions causales (Heider, 1958), c’est-à-dire les manières d’expliquer les événements et en particulier d’expliquer les comportements des personnes avec lesquelles l’individu se trouve être en interaction, jouent un rôle central. Les attributions causales, qui mettent en jeu l’imputation d’intention à autrui, qu’elles soient justifiées ou non, alimentent des affects susceptibles de motiver à leur tour des actions.

19L’interprétation des causes du comportement d’une personne-cible comporte différentes dimensions (Weiner, 1979) : le lieu (la cause est-elle interne ou externe à la cible ?), la stabilité (la cause est-elle temporaire ou durable ?) et la contrôlabilité (la volonté de l’individu a-t-elle une influence sur le comportement ?). Des travaux (Weiner, Graham, & Chandler, 1982) ont montré que les comportements d’autrui déclenchaient des réactions émotionnelles différentes selon l’interprétation de leurs causes, c’est-à-dire selon les attributions causales qui en sont faites. Une réaction émotionnelle de colère a bien davantage de probabilité d’apparaître lorsque les agissements d’autrui sont perçus comme contrôlables. L’attribution de causes internes et stables tend à renforcer la réaction émotionnelle de colère mais ne la détermine pas à elle seule. D’autres travaux expérimentaux réalisés avec des enfants (Weiner & Handel, 1985) illustrent à quel point la colère envers une cible dépend de la contrôlabilité de son comportement, lorsqu’il est préjudiciable, bien plus que de l’internalité.

20La colère ne trouve donc pas simplement son origine dans un événement frustrant, ce qui souligne la limite de la théorie frustration-agression (Dollard et al., 1939). Le défoulement d’une simple frustration peut en revanche être déplacé sur une cible innocente (Weiner, Amirkhan, Folkes, & Verette, 1987 ; Yirmiya & Weiner, 1986). La colère provient des raisons attribuées à autrui plus que du résultat de son action. Il ne suffit pas d’une interruption de l’action en cours pour faire émerger la colère, voire l’agressivité. Encore faut-il que cette interruption soit interprétée comme intentionnelle et contingente. En effet, c’est le contrôle perçu à l’origine d’un événement préjudiciable qui alimente la réaction de colère, au point qu’Averill (1983) en fait l’antécédent d’une colère véritable, marquée par le désir de vengeance. La colère est une émotion interpersonnelle fondée sur une accusation, elle est dirigée contre quelqu’un. Cela peut motiver des stratégies relationnelles visant à désamorcer la colère par la production d’excuses ad hoc qui délocalisent la source du dommage sur des causes incontrôlables ; par exemple, présenter la violation d’un engagement comme l’effet d’une circonstance subie, telle une maladie, plutôt que de la revendiquer (Weiner et al., 1987).

21Des travaux expérimentaux ont indiqué que la réaction des enseignants à l’échec de leurs élèves dépend des attributions causales associées à cet échec (Reyna & Weiner, 2001). Ainsi, l’attribution de causes contrôlables, a fortiori quand ces causes sont stables, provoque la colère des enseignants et les incite à adopter des comportements pour des motifs rétributifs, donc des comportements conçus comme une manière de punir l’élève de son échec. À l’inverse, si l’échec est interprété comme étant incontrôlable, les enseignants ressentent moins de colère et davantage de sympathie. Ils adoptent des comportements dont les motifs ne sont pas rétributifs. Leurs comportements ont alors des buts plus utilitaires et sont conçus comme des moyens de modifier les comportements et la réussite future de l’élève. Pourtant, les comportements adoptés dans ces deux cas ne sont pas nécessairement distincts : ce sont donc bien les émotions et les motifs des enseignants qui changent avant tout. Dans l’étude de Reyna et Weiner (2001), les attributions causales sont provoquées par l’usage de scénarios explicites. Cependant, dans les situations éducatives réelles, les attributions causales dépendent tout autant des informations disponibles que des croyances de l’adulte, qu’elles concernent l’enfant ou les pratiques éducatives (Dix, Ruble, & Zambarano, 1989).

22Des auteurs ont montré comment les attributions causales pouvaient être également déterminantes dans les pratiques judiciaires (Weiner, 1979). En général, les délits ou crimes d’un individu sont jugés plus défavorablement lorsque les causes paraissent plutôt internes, durables et contrôlables que lorsqu’elles paraissent plutôt externes, temporaires et incontrôlables. Ces attributions dépendent là aussi des croyances, voire des théories explicatives, activées par les individus. De la même manière, les éducateurs de la PJJ pourraient avoir des réactions éducatives différentes, en particulier à l’occasion de transgressions, selon les attributions causales qu’ils font.

Objectifs

23Considérant les enjeux du travail émotionnel, c’est-à-dire la charge de travail relative à la mise en conformité des émotions des professionnels avec les normes émotionnelles, en particulier dans le champ socio-éducatif, la présente étude s’intéresse, de manière exploratoire, à l’attitude des éducateurs de la PJJ envers la colère en réaction à la transgression d’un jeune. De plus, considérant le rôle des attributions causales dans les réactions émotionnelles, cette étude s’intéresse également à la manière dont les éducateurs de la PJJ interprètent le comportement d’opposition des jeunes.

24Nous formulons l’hypothèse selon laquelle l’attitude des éducateurs envers la colère (légitime vs illégitime et utile vs inutile) est liée aux attributions causales (contrôlables vs incontrôlables et internes vs externes) relatives aux comportements des jeunes.

Méthode

Matériel et procédure

25Les données ont été recueillies en mars 2017 grâce à un questionnaire papier. Ce questionnaire, après présentation de la recherche et recueil du consentement des participants, expose un scénario fictif qui relate une situation de tension entre un éducateur de la PJJ et un jeune en hébergement collectif transgressant une règle :

« Un jeune placé en hébergement à la PJJ veut sortir faire un tour. L’éducateur de service lui signale qu’il ne peut pas quitter la structure en dehors des temps prévus. Il rappelle au jeune les termes de son contrôle judiciaire, ainsi que le règlement intérieur. Le jeune insiste, s’agite, monte le ton, profère des grossièretés et bouscule une chaise. »

26La description de ce scénario s’achève sur la mention de la colère éprouvée par l’éducateur :

« Au cours de l’épisode, l’éducateur éprouve surtout de la colère. »

27Il est ensuite demandé aux participants d’évaluer cette réaction émotionnelle à une situation éducative critique, à l’aide de deux questions dichotomiques (oui vs non) qui permettent d’indiquer s’ils jugent la colère du professionnel « légitime », puis s’ils la jugent « utile ». Chacune de ces deux questions était suivie de la question ouverte « pourquoi » visant à recueillir les justifications des participants.

Question 1 : « La colère de l’éducateur vous semble-t-elle, ou non, légitime ? Pourquoi ? »

Question 2 : « La colère de l’éducateur vous semble-t-elle, ou non, utile ? Pourquoi ? »

28Enfin, une dernière question était destinée à recueillir les attributions causales suscitées par le comportement du jeune sans induire de réponse liée aux différentes dimensions des attributions causales.

Question 3 : « Comment interprétez-vous le comportement du jeune ? »

29Une phase de pré-test a permis d’ajuster la crédibilité du scénario, le confort de la procédure, la clarté des consignes et l’estimation du temps nécessaire à la passation (15 minutes). Pour cela, une version provisoire du questionnaire a été soumise à trois éducateurs de la PJJ exerçant en unité éducative d’hébergement collectif (UEHC) depuis plusieurs années (trois hommes, âge moyen = 35,3 ans). Il ressort du débriefing que ces professionnels, conscients d’être sommés de répondre à des exigences paradoxales, développent un éventail de stratégies émotionnelles inspirées de leurs croyances personnelles sur le libre arbitre, la responsabilité, l’autorité, la place de l’adulte, l’adolescence, la délinquance, la finalité et les modalités de l’éducation, la société… Le scénario a été jugé réaliste et suffisamment clair. Les questions dichotomiques ont été modulées, sur suggestion des participants, afin de contrer le biais lié à la tendance à l’acquiescement. La mention « ou non » a ainsi été ajoutée dans la formulation des questions 1 et 2. Par ailleurs, les questions portant sur des données biographiques ont été supprimées : le débriefing associé au pré-test a mis en évidence leur portée dissuasive potentielle et l’importance perçue d’une pleine garantie de l’anonymat en milieu professionnel.

Participants

30La passation collective du test a concerné une promotion d’éducateurs en fin de la première des deux années de formation à l’École nationale de protection judiciaire de la jeunesse (ENPJJ). Elle s’est déroulée à l’issue d’un cours de psychologie dans l’amphithéâtre de l’ENPJJ. Après la présentation de l’étude et la remise des questionnaires individuels, la majorité des éducateurs stagiaires présents (89/94) ont donné leur consentement et restitué le questionnaire. Parmi les 89 questionnaires récupérés, 4 n’ont pas été traités dans la mesure où ils étaient vierges. Sur un total de 85 questionnaires exploitables, 79 ont permis de traiter les réponses aux questions 1 et 2, et 85 ont permis de traiter la question 3. En effet, six participants n’avaient répondu qu’à une seule question dichotomique sur les deux qui étaient posées.

Méthode de traitement des données

Principes de l’analyse quantitative

31Les deux questions dichotomiques (légitimité et utilité de la colère) ont fait l’objet d’un simple calcul de fréquences : les positionnements positifs, qui font apparaître la colère ressentie par l’éducateur soit comme légitime, soit comme utile, ont été séparés des positionnements négatifs. Suite à une analyse qualitative (cf. infra), la troisième question a donné lieu à la distinction entre trois types de réponses : causalité incontrôlable ; causalité contrôlable ; causalité mixte. Des analyses multivariées (Chi-deux) ont ensuite été mobilisées pour tester le lien entre les réponses à la question 3 (causalité incontrôlable ; contrôlable ; mixte) et les réponses aux deux premières questions (légitimité et utilité de la colère).

Principes de l’analyse qualitative

32Pour l’analyse qualitative des justifications (pourquoi ?) aux positionnements (oui versus non) sur la légitimité et l’utilité de la colère ainsi que des réponses à la question 3 (interprétation du comportement), nous avons opté pour une analyse discursive « logico-sémantique » (Mucchielli, 1994). Une telle analyse porte sur le contenu manifeste des propos recueillis dans l’objectif d’en comprendre le sens. La méthode se décompose en trois temps (Bardin, 2001) :

  • Découper les discours en unités d’enregistrement (segment de contenu ayant une signification : un mot, une phrase…) ;

  • Comptabiliser ces unités significatives selon la règle de fréquence (mesure la plus souvent utilisée et qui correspond au postulat suivant : l’importance d’une unité de sens croît avec sa fréquence d’apparition) ;

  • Répartir ces unités de signification en catégories (rubriques qui rassemblent un groupe d’éléments sous un titre générique, rassemblement effectué en raison du caractère commun de ces éléments).

33La catégorisation a été réalisée selon la procédure par « tas », c’est-à-dire que le système de catégories résulte de la classification analogique et progressive des unités de sens, le titre de chaque catégorie n’étant défini qu’en fin d’opération.

Résultats

Évaluation de la colère du professionnel

34Parmi les 85 questionnaires valides, 79 affichent des positions dichotomiques claires sur les deux premières questions. Les réponses à la première question indiquent que la colère de l’éducateur est jugée légitime par un peu plus de la moitié des participants (54 %). En revanche, les réponses à la deuxième question indiquent qu’une large majorité des participants (85 %) jugent que la colère n’est pas utile.

35La répartition des positionnements place en premier lieu le diptyque légitime-inutile : la colère est jugée légitime mais inutile par 44,3 % des participants. La configuration illégitime-inutile, choisie par 40,5 % des participants, marque l’illégitimité et l’inutilité perçues de la colère. Les deux autres configurations sont marginales puisque 10,1 % des participants choisissent la configuration légitime-utile et 5,1 % la configuration illégitime-utile.

36Pour justifier leur attitude envers la colère en réaction à la transgression du jeune, les participants ont produit un nombre variable d’unités de sens selon leurs réponses (370 au total). Parfois, les justifications visent juste à apporter des nuances et ne fournissent pas d’explication au choix de la réponse (42 unités de sens concernées) dont 36 pour justifier les réponses « utile » et « légitime ». Ces nuances n’apparaissent pas dans le tableau 1.

37Les 43 éducateurs stagiaires qui jugent la colère légitime ont produit 68 unités de sens (1,6 unité par participant en moyenne) et les 36 éducateurs stagiaires qui jugent la colère illégitime ont produit également 82 unités de sens (2,3 unités par participant en moyenne). Les 18 éducateurs stagiaires qui jugent la colère utile ont produit 32 unités de sens (1,8 unité par participant en moyenne) et les 67 éducateurs stagiaires qui jugent la colère inutile ont produit également 146 unités de sens (2,2 unités par participant en moyenne). Les catégories de justification mobilisées apparaissent au tableau 1.

Tableau 1. Justifications de l’attitude envers la colère (unités de sens produites)

 

Effectif

Fréquence ( %)

Colère légitime

1. Humanité de l’éducateur et droit aux émotions

23

33,8

2. Événement difficile et menaçant

18

26,5

3. Injustice à l’égard de l’éducateur

14

20,6

4. Exigence liée au rôle professionnel

13

19,1

Total des unités de sens

68

100,0

Colère illégitime

1. Nécessité de maîtrise de soi de l’éducateur

35

42,7

2. Ne pas prendre les choses personnellement

16

19,5

3. Absence de motif de colère

13

15,8

4. Nécessité d’empathie et de compréhension

10

12,2

5. Colère contreproductive pour apaiser le jeune

8

9,8

Total des unités de sens

82

100

Colère utile

1. La colère comme outil professionnel (fixe des limites, affirme l’autorité de l’éducateur…)

15

46,9

2. Stimule l’empathie du jeune

10

31,2

3. Bénéfice pour l’éducateur (expression de ses émotions…)

7

21,9

Total des unités de sens

32

100

Colère inutile

1. Aggravation de la situation

59

40,4

2. Envoi un message éducatif inconvenant

39

26,7

3. Ne permet pas d’apaiser et aider le jeune

37

25,4

5. Colère nuisible à l’éducateur

11

7,5

Total des unités de sens

146

100

Interprétation du comportement du jeune

38Pour interpréter le comportement du jeune, les éducateurs ont produit 297 unités de sens (3,5 unités par participant en moyenne). Les catégories apparaissent au tableau 2. Ces interprétations mobilisent des causes internes dans la très grande majorité des cas (98,3 %) et des causes incontrôlables dans une grande majorité des cas (74,4 %). En corollaire, les causes externes (1,7 %) et les causes contrôlables (25,6 %) sont beaucoup moins présentes.

Tableau 2. Interprétations du comportement du jeune

Catégorisation des unités de sens

La cause est-elle :

Nom

Contenu

Exemples

Interne ?

Contrôlable ?

Effectif

Fréquence (%)

1. Émotion brute

Le comportement émanerait d’une émotion qui serait subie.

« Le jeune semble débordé par ses émotions »
« Le jeune évacue peut-être son angoisse »

oui

non

69

23,2

2. Incapacité

L’accent est porté sur les carences, les failles, l’inachèvement de la construction du sujet.

« Il semble avoir du mal à mettre des mots sur ce qu’il ressent »
« Manque de compréhension de la décision de l’éducateur »

oui

non

63

21,2

3. Frustration

La frustration est liée à un manque, à l’insatisfaction d'un besoin ou d'un désir.

« Le jeune répond à sa frustration »
« Il est frustré face au refus »

oui

non

54

18,2

4. Expression d’une volonté

Le comportement est intentionnel et cherche à communiquer quelque chose.

« Il veut montrer que, malgré son contrôle judiciaire, il peut faire ce qu’il veut »
« Il veut montrer son mécontentement par rapport au refus de l’éducateur »

oui

oui

34

11,4

5. Mise à l’épreuve

L’incident délibérément provoqué a la valeur expérimentale d’un test, il a une visée stratégique.

« Le jeune teste le cadre, les limites »
« Il vient vérifier si le cadre est sécurisant pour lui »

oui

oui

28

9,4

6. Crise d'adolescence

La période de l'adolescence et le malaise qui y est associé impliquerait inévitablement des débordements.

« Le comportement du jeune est compréhensible au vu de son âge, de ce qu’il traverse à l’adolescence »
« Il est dans une phase de transgression et de toute puissance liées à son adolescence »

oui

non

23

7,7

7. Agression

Le jeune cherche à dérouter et mettre à mal l’éducateur.

« C’est de l'intimidation »
« Il provoque l’éducateur »

oui

oui

14

4,7

8. Conflit intime

Le comportement résulterait d'une tension entre des injonctions divergentes (obéir ou refuser, rester ou partir).

« Il me semble que si le jeune s’énerve et reste c’est qu’il est hésitant »
« Se sent piégé entre son aspiration à sortir et l’obligation de se soustraire à la règle et à la loi »

oui

non

7

2,4

9. Violence institutionnelle

La source de l’incident est recherchée dans un système éducatif qui négligerait les besoins de l’individu.

« Réaction à la violence institutionnelle »
« Enfermement, privation de liberté, solitude »

non

non

5

1,7

Total

 

 

292 causes internes (98,3 %)

76 causes contrôlables (25,6 %)

297

100

Lien entre interprétation du comportement du jeune et évaluation de la colère de l’éducateur

39Tout d’abord, une majorité des participants attribue le comportement problématique à un faisceau de causes, plus rarement à une cause isolée. Une majorité des participants (55,3 %) attribuent exclusivement des causes incontrôlables au comportement. Les participants sont bien moins nombreux à mobiliser exclusivement des causes contrôlables (12,9 %). Enfin, 31,8 % des participants mobilisent des explications causales contrôlables et des explications causales incontrôlables. Ces explications sont présentées comme complémentaires par certains et comme concurrentes par d’autres qui se refusent à trancher, faute d’informations précises sur la situation. Le jeune serait en partie responsable de son comportement, même si l’impact de déterminations qui échappent à son contrôle est reconnu.

40Une analyse croisée suggère un lien entre l’évaluation de l’utilité de la colère de l’éducateur et l’interprétation des comportements du jeune. Toutefois, le faible effectif (N < 5) de plusieurs sous-groupes (croisement entre causalité contrôlable, incontrôlable ou mixte et utilité perçue de la colère) ne permet pas de réaliser le test du Chi-deux. Les résultats donnent donc simplement des tendances : la colère est davantage jugée utile par les participants qui attribuent le comportement du jeune à des causes contrôlables (27,3 % jugent la colère utile) que par les participants qui l’attribuent à des causes mixtes (20 % jugent la colère utile) ou incontrôlables (9,3 % jugent la colère utile).

41Ce lien n’est pas retrouvé lorsqu’il s’agit d’évaluer la légitimité de la colère de l’éducateur (Chi-deux = 1,73 ; ddl = 2 ; N = 79 ; p = .42). Ainsi, la colère n’est pas significativement jugée plus légitime par les participants qui attribuent le comportement du jeune à des causes contrôlables (54,5 % jugent la colère légitime) que par les participants qui l’attribuent à des causes mixtes (44 % jugent la colère légitime) ou incontrôlables (60,5 % jugent la colère légitime).

Discussion

Inutilité de la colère

42Les résultats mettent en exergue une évaluation défavorable de la colère par les éducateurs de la PJJ en formation. La colère est en effet perçue comme inutile en situation éducative critique par 85 % des participants de l’étude et ceux qui jugent la colère utile apportent un grand nombre de nuances quand ils se justifient. Dans la mesure où l’évaluation de l’utilité induit un raisonnement instrumental ou utilitariste plus qu’une prise de position idéologique et dans la mesure où une réaction de colère de l’éducateur risquerait d’amplifier l’opposition de l’adolescent, le rejet massif de l’utilité de la colère pourrait être la conséquence d’une connaissance théorique, en particulier pour des éducateurs en formation. Il est en effet admis que la colère réactionnelle de l’éducateur risque d’alimenter la colère initiale du jeune et d’aggraver la crise au lieu de la dénouer (de Valk et al., 2015 ; Granic & Patterson, 2006), ce qui transparaît à travers les 146 unités de sens mobilisées pour justifier l’inutilité perçue de la colère.

43L’objectif visé est l’atténuation et non l’explosion du conflit, ce qui appelle entre autres moyens la répression de la colère, du moins de son expression par l’éducateur. Au nom de l’exigence d’apaisement de la crise, la dimension fonctionnelle de la réprobation de la colère ouvre la voie à une régulation de l’activation émotionnelle spontanée. De plus, dans une perspective éducative, les participants estiment que l’expression de sa colère par l’éducateur pourrait laisser croire au jeune qu’il s’agit là d’un moyen convenable pour obtenir ce que l’on désire. L’expression de la colère doit dès lors être réprimée, ce qui nécessite a minima un travail émotionnel de surface basé sur la suppression expressive (Grandey, 2000 ; Gross, 1998b).

Le consensus sur l’incontrôlabilité

44La majorité des interprétations données au comportement présenté dans le scénario sont des attributions de causes incontrôlables, c’est-à-dire qu’elles mobilisent un ou plusieurs facteurs échappant au contrôle de l’agent. Les autres réponses font appel à une causalité mixte et, plus rarement, à des attributions causales strictement contrôlables. Tout d’abord, le recours majoritaire à des explications multiples est tout à fait cohérent avec les connaissances sur le multidéterminisme des comportements en général et des comportements déviants en particulier (Dodge & Pettit, 2003). Surtout, la prédominance des attributions de causes incontrôlables suggère l’existence d’une possible norme d’incontrôlabilité dans l’explication des comportements oppositionnels des jeunes, dont il resterait encore à déterminer si elle est propre au milieu éducatif professionnel. Cette étude, en marquant le primat des attributions causales incontrôlables chez les éducateurs en formation, suggère plutôt qu’ils ont tendance à considérer que les jeunes ne sont pas responsables de leurs comportements déviants. Ce résultat est intéressant, tout d’abord parce qu’il rend caduque l’idée selon laquelle les éducateurs en formation seraient imprégnés par un modèle de justice répressif ou rétributif.

45Cela peut également être mis en contraste avec les idées relativement anciennes développées par Le Poultier (1986). Selon lui, les travailleurs sociaux souscrivent à une norme d’internalité qui concerne le lieu de contrôle, lorsqu’il s’agit d’expliquer ce qui arrive à l’individu, mais qui concerne également l’attribution causale, lorsqu’il s’agit d’expliquer le comportement de l’individu. Selon cette norme d’internalité, les travailleurs sociaux préfèrent notamment expliquer les comportements des personnes en difficulté par des causes internes qui pointent davantage les déterminants psychologiques que les déterminants sociaux des difficultés sociales. Ils commettent ainsi l’erreur fondamentale d’attribution (Ross, 1977), erreur générale et systématique qui consiste à attribuer les causes d’un comportement essentiellement à des facteurs personnologiques au détriment des facteurs contextuels. Pour Le Poultier, les attributions internes correspondent aussi à une interprétation des comportements des personnes accompagnées comme étant des comportements intentionnels. Or les résultats de la présente étude, bien qu’ils fassent également apparaître, à l’instar de résultats antérieurs (Roux, 2015), l’importance première des causes internes que sont les déterminants psychologiques dans la compréhension des comportements des jeunes, soulignent également leur incontrôlabilité et, par conséquent, leur non-intentionnalité. Le mécanisme de psychologisation décrit par Le Poultier, qui consiste à attribuer des causes naturelles, personnelles et stables aux difficultés sociales pourrait donc être ici à l’œuvre dans les attributions des éducateurs mais cette psychologisation des comportements n’implique nullement la responsabilisation voire la culpabilisation de leur auteur. C’est la distinction entre internalité et contrôlabilité qui permet d’apporter cette nuance. La norme d’internalité ne semble pas empêcher l’indulgence, exprimée ici à travers le consensus sur l’incontrôlabilité, qui traduit peut-être l’existence d’une norme.

46En outre, des résultats de Desrumaux-Zagrodnicki (1998) suggèrent que les éducateurs, lorsqu’ils ne se trouvent pas dans un contexte d’évaluation sociale, ne privilégient pas si massivement les explications internes et mobilisent au contraire des explications externes. Leur formation viserait même à développer ce type d’explications, plus favorables à leur intervention. Finalement, les attributions incontrôlables auraient une fonction : provoquer un sentiment positif et stimuler le soutien (Weiner, 1980). Le fait d’avoir recours à des attributions majoritairement internes peut aussi se comprendre comme une stratégie qui viserait non pas à porter un regard indulgent sur les jeunes mais à préserver l’éducateur et son institution d’une remise en question et à justifier son travail d’accompagnement individuel (Le Poultier, 1986). En effet, des attributions externes pour expliquer la transgression du jeune, surtout si elles mettaient en cause les pratiques éducatives, contraindraient l’éducateur à une remise en question de son comportement et du sens même de son intervention. Le recours à des attributions internes et incontrôlables préserve finalement les deux parties et conduit à l’indulgence aussi bien pour le jeune que pour l’éducateur et son institution.

Appliquer une norme et expliquer un comportement sont deux choses différentes

47Certains travaux ont suggéré que le travail éducatif des éducateurs de la PJJ visait le développement d’un sentiment de responsabilité ou de culpabilité chez les adolescents (Roux, 2012 ; Sallée, 2014). Dans le modèle de justice pédagogique restauratif décrit par Youf (2009), l’intervention éducative auprès des mineurs s’appuie en effet sur quatre principes : priorité à la responsabilisation, force contraignante du cadre, impératif de socialisation et valorisation de l’action partagée (Falchun, Robène, & Terret, 2016). Le concept de responsabilisation est donc au cœur du modèle éducatif qui vise à surmonter la contradiction entre le modèle répressif, perçu comme excessivement sévère, et le modèle thérapeutique, perçu comme excessivement indulgent. Or cette étude, en marquant le primat des attributions causales incontrôlables chez les éducateurs en formation, indique qu’ils auraient majoritairement tendance à considérer que le jeune n’est pas totalement responsable de son comportement déviant. Par conséquent, il faut admettre qu’une pratique de responsabilisation des jeunes (qui vise à leur faire produire des explications internes à leurs propres comportements) doit être possible alors même que les jeunes ne sont pas vraiment vus comme responsables par leurs éducateurs. En effet, étant donnée la valeur sociale des attributions causales internes qu’un individu attribue à ses propres comportements (Dubois & Beauvois, 2008), qui est également visible dans le champ judiciaire (Weiner, 1979) et dans le contexte socio-éducatif (Desrumeaux-Zagrodnicki, 1998), il paraît logique qu’une intervention éducative intègre dans ses objectifs l’acquisition de la norme d’internalité (Le Poultier, 1986).

48La pratique de responsabilisation peut également avoir une autre origine. En effet, une enquête menée à la PJJ indique que les éducateurs attendent des adolescents qu’ils développent un sentiment de responsabilité et de culpabilité relatif aux actes commis (Roux, 2012). Selon Le Poultier (1986), c’est tout le travail social qui est organisé autour de l’acquisition de la norme d’internalité par les usagers, afin qu’ils attribuent des causes internes à leurs propres comportements et à ce qui leur arrive. En effet, en expliquant leurs difficultés sociales par des facteurs personnels, les usagers sont susceptibles d’engager un changement individuel, tout en permettant que les structures sociales telles qu’elles existent ne soient pas davantage remises en question. Ceci peut être rapproché des travaux de Gangloff qui ont montré que la norme d’internalité était finalement sous-tendue par une norme d’allégeance, c’est-à-dire la valorisation des comportements préservant l’ordre social de toute remise en question (Gangloff, 2002). Les éducateurs pourraient attendre des jeunes qu’ils expliquent leur propre comportement avec des causes internes, ou plus exactement « allégeantes », de manière à réduire leur rébellion contre le fonctionnement social établi. Il s’agirait finalement de trouver un consensus sur les causes internes, qu’il s’agisse des auto-attributions des jeunes ou des hétéro-attributions des éducateurs, afin de préserver le système en place et le sens de l’intervention éducative.

49Quels que soient les motifs des pratiques de responsabilisation, décrire ces pratiques ne revient pourtant pas à dire que les professionnels mobilisent eux-mêmes des attributions contrôlables lorsqu’il s’agit d’expliquer le comportement ou la situation des usagers (Desrumeaux-Zagrodnicki, 1998). Les éducateurs peuvent donc viser la responsabilisation des jeunes en les incitant à produire des auto-attributions internes (ou allégeantes) et contrôlables tout en privilégiant, lorsqu’il s’agit de comprendre les comportements de ces mêmes jeunes, des hétéro-attributions incontrôlables. Il s’agirait, en somme, de ne pas considérer les jeunes comme responsables tout en les incitant à se sentir responsables.

Attributions causales et attitude envers la colère

50Les résultats obtenus suggèrent l’existence d’un lien entre les attributions causales à la colère du jeune et l’évaluation de l’utilité de la colère chez l’éducateur. La tendance à attribuer le comportement du jeune à des causes contrôlables est trois fois plus élevée chez ceux qui estiment la colère utile, comparés à ceux qui l’estiment inutile. Ces attributions causales pourraient constituer la composante cognitive de l’émotion et l’évaluation de l’utilité traduirait une attitude plus positive envers la colère, signe d’une émotion plus susceptible d’être présente chez les répondants. Selon cette interprétation, ce sont les croyances des éducateurs sur les comportements des jeunes qui influencent leurs réactions émotionnelles. Ainsi, il serait possible de distinguer les éducateurs en fonction des théories explicatives du comportement auxquelles ils souscrivent, les uns se trouvant finalement plus susceptibles de ressentir de la colère que les autres.

51Le lien entre les attributions causales et l’évaluation de l’utilité de la colère peut toutefois s’interpréter autrement. En effet, quelles que soient leurs représentations des comportements déviants et de la prise en charge éducative, les éducateurs pourraient, par tempérament, être plus ou moins sujets à la colère. Ensuite, les plus colériques pourraient préférer les attributions causales contrôlables, plus à même de rationaliser les émotions qu’ils ressentent spontanément, et se référer à des conceptions idoines de la prise en charge. Un modèle sévère ou répressif justifie les attributions de causes contrôlables et favorise la validation de la colère ressentie, alors qu’un modèle indulgent ou thérapeutique soutient les attributions de causes incontrôlables et va de pair avec une tendance au rejet de la colère.

52En outre, au vu du consensus sur l’inutilité de la colère, une autre hypothèse interprétative retient l’attention. En effet, si la colère est inutile, il convient de la réguler à la baisse si elle apparaît spontanément lorsque la réalisation des objectifs des éducateurs est entravée. Au-delà d’une suppression en surface de son expression, il paraît bien plus efficace de réguler la colère en modifiant son objet ou antécédent, comme l’ont montré les travaux de Gross (1998a, 1998b). Pour cela, la réinterprétation de la situation apparaît comme l’une des meilleures stratégies (Gross & John, 2003). Les interprétations des comportements des jeunes appuyées sur des théories du développement humain, de l’adolescence et du processus délinquant qui mobilisent des causes incontrôlables permettraient finalement de moduler l’émotion ressentie spontanément. Voir les comportements transgressifs comme incontrôlables permettrait aux éducateurs en formation d’atténuer leurs réactions de colère. Dans ce sens, les interprétations proposées par les éducateurs ne reflètent peut-être pas tant leurs croyances qu’une stratégie cognitive leur permettant d’effectuer leur travail émotionnel en profondeur, c’est-à-dire, dans le cas présent, atténuer ou supprimer sa propre colère. En approfondissant le jeu des émotions, en ajustant celles-ci aux exigences professionnelles supposées ou prescrites, les éducateurs de la PJJ s’épargneraient les effets pervers de la dissonance entre émotion éprouvée et émotion affichée. L’interprétation proposée au comportement perturbateur du jeune peut donc apparaître comme une stratégie cognitive : elle faciliterait l’application de la consigne de suppression d’une colère inutile, voire toxique.

53En outre, quelle que soit la meilleure manière d’interpréter le lien entre attributions causales et évaluation de l’utilité de la colère, il reste que les attributions causales incontrôlables, si elles peuvent être mobilisées, constituent une ressource pour les éducateurs en formation. Comment parviennent-ils à concilier ces attributions et le travail de responsabilisation reste en revanche une question en suspens. Toutefois, il se pourrait que considérer les jeunes comme irresponsables, notamment dans la mesure où cela aide à dépasser les conflits, soit un préalable au travail de responsabilisation. Sans explication sur le rôle des attributions et des émotions, cela ressemblerait à un paradoxe éducatif : considérer comme irresponsable pour mieux rendre responsable.

Alors pourquoi la colère serait-elle légitime ?

54Les résultats obtenus indiquent qu’une légère majorité des participants évalue la colère de l’éducateur comme étant légitime. L’écart est flagrant avec les données recueillies autour de l’utilité perçue de la colère. Les deux aspects ont été nettement distingués par les participants, d’autant plus qu’aucune association saillante entre les attributions causales et l’évaluation de la légitimité de la colère n’est apparue. Autrement dit, l’inclination à juger la colère légitime n’est pas plus marquée chez les participants interprétant sévèrement le comportement du jeune (causalité contrôlable) que chez ceux l’interprétant avec indulgence (causalité incontrôlable). Il semble ici que la légitimation ou la délégitimation de la colère soit indépendante des attributions de contrôlabilité.

55Comment comprendre cette légitimité accordée à la colère ? L’interprétation des attributions de causes incontrôlables comme une stratégie de régulation émotionnelle fournit une première piste. En effet, le consensus sur l’inutilité impose l’atténuation voire la suppression en profondeur de leur colère par les éducateurs en formation. Pourtant, il n’est pas certain qu’il soit toujours possible, même armé de connaissances éducatives et psychologiques sur l’inutilité de la colère dans les situations critiques comme celle du scénario, de ne pas ressentir spontanément de colère ou de parvenir à l’atténuer rapidement. Le risque de la colère demeure présent, surtout quand les situations de ce type se répètent. Dès lors, revendiquer la légitimité de la colère présente l’intérêt de se prémunir, en cas de colère, contre le sentiment d’échec individuel. Il permet aussi de transformer symboliquement une situation dans laquelle l’éducateur pourrait se trouver en situation de déviance émotionnelle (Rafaeli & Sutton, 1987). Si la colère est légitime, alors celui qui y succombe ne peut pas en payer le prix fort, qui consisterait à se trouver discrédité aux yeux des autres professionnels et de l’institution. Cela permet d’expliquer la forte prévalence des unités de sens relatives à la catégorie « humanité de l’éducateur et droit aux émotions » pour justifier le choix de la légitimité de la colère.

56L’impératif de réforme des émotions spontanées au nom de la tâche à accomplir est exigeant : il peut même être perçu comme une menace sur l’intime, rien de soi n’échappant à une professionnalité corrosive. Une telle menace serait l’envers de l’idée selon laquelle l’éducateur travaille avec ce qu’il est, plus qu’avec ce qu’il sait. À modeler ses émotions sur les attentes liées à sa mission, l’individu courrait le risque de se professionnaliser non seulement en surface, mais aussi en profondeur. La reconnaissance de la légitimité de la colère, dans le cadre de notre étude, témoignerait du souci de préserver le noyau invulnérable d’une personnalité largement imprégnée par la culture idéologique (croyances/modèles théoriques) et émotionnelle (normes/règles de sentiment) de métier.

Une revendication de légitimité ?

57Nous proposons de voir à cet endroit la revendication d’un principe d’autonomie émotionnelle, cette dernière pouvant être définie comme la liberté et l’indépendance dont dispose l’individu quant au ressenti et à l’expression de ses émotions au travail (Virat & Lenzi, 2018), ou comme la revendication d’une humanité inaliénable et non négociable du professionnel dont la mission requiert des qualités humaines et pas seulement un assemblage de procédures techniques. La contrepartie symbolique d’un engagement authentique dans le travail éducatif serait en quelque sorte la reconnaissance d’un droit à la spontanéité et à l’autonomie émotionnelle, quand bien même les émotions ressenties et affichées ne correspondent pas à celles attendues, comme cela peut être le cas de la colère, jugée inefficace.

58Certains travaux montrent que cette revendication n’est pas aberrante. En effet, le contrôle des émotions par les organisations peut s’avérer contre-productif. Par exemple, certains auteurs (Grandey, Foo, Groth, & Goodwin, 2012) insistent sur l’importance du climat d’authenticité, qu’ils définissent comme « la perception d’acceptation et de respect de la part de leurs collègues lorsque des professionnels expriment les émotions qu’ils ressentent » (traduction personnelle). Les résultats quantitatifs obtenus auprès de personnels soignants, qui ont à faire face à la frustration et la colère de nombreux patients tout en retenant l’expression de leurs propres émotions négatives, indiquent que le travail émotionnel de surface (masquer sa propre colère) ne conduit pas à l’épuisement les employés lorsqu’ils se trouvent dans une équipe où prévaut un climat d’authenticité. À condition d’accepter et respecter les émotions de ses membres, le collectif de travail peut donc fournir une ressource importante. Autrement dit, pour que l’ajustement aux normes émotionnelles ne soit pas épuisant, il est préférable que certaines normes émotionnelles puissent être transgressées sans trop de risque, en tout cas entre collègues.

59Soutenant une idée relativement similaire, Lopez (2006) a proposé le concept d’organized emotional care dans le domaine du soin. Ce concept vise à prendre une distance avec les travaux d’Hochschild, en soutenant que les organisations peuvent faire autre chose que fixer des normes émotionnelles et contrôler le travail émotionnel des employés : elles peuvent également influencer la régulation émotionnelle en se préoccupant surtout de fournir les conditions qui permettent le développement de relations de qualité entre les professionnels et les usagers. En ce sens, elles influencent bien le travail émotionnel des employés, mais leur rôle n’est pas tant un rôle de prescription et de contrôle qu’un rôle de soutien. C’est peut-être l’attente d’un soutien de ce type qui inspire la revendication d’autonomie émotionnelle par les professionnels et qui s’exprime à travers l’évaluation de leur colère, inutile mais légitime.

La valeur de la colère ?

60La légitimité accordée à la colère soulève également une deuxième interprétation. Si l’évaluation de l’utilité renvoie les répondants à leurs savoirs théoriques et à la composante rationnelle de leur attitude envers la colère, l’évaluation de la légitimité est autre chose. Peut-être se réfère-t-elle à une dimension plus intuitive de leur attitude, qu’il s’agisse d’émotions ou de cognitions relevant de l’automatisme. Il se pourrait alors que, pour une moitié des participants, l’attitude envers la colère, bien qu’injustifiable rationnellement, ait implicitement une valence positive. Selon cette interprétation, la colère n’est alors plus une émotion qu’il convient de neutraliser chez les professionnels : elle devient, comme c’est le cas dans certaines situations professionnelles pour les huissiers (Sutton, 1991), les guichetiers (Jeantet, 2003), les policiers (Bonnet, 2018) ou encore les enseignants (Sutton, 2005), un signe de compétence professionnelle.

61Plusieurs études ont observé, dans différents domaines, que l’expression de la colère influençait positivement les observateurs et permettait de se voir reconnaître un statut social et un pouvoir supérieur (Tiedens, 2001). Exprimer sa colère a même été qualifié de stratégie d’intimidation permettant d’affirmer sa domination (Clark, Pataki, & Carver, 1996). Il n’est ainsi pas surprenant que les parents ou éducateurs aient recours à l’expression de leur colère pour faire valoir leur autorité. Face à des adolescents capables de réactions agressives, exprimer sa colère, à condition que cette expression ne soit pas suivie d’un conflit qui mettrait l’éducateur en difficulté, pourrait même être un moyen privilégié de montrer son statut et son autorité aussi bien aux adolescents qu’aux autres professionnels. C’est ce que suggèrent les justifications des participants qui jugent la colère utile : cela permet d’affirmer son autorité. Les justifications des participants qui jugent la colère légitime complètent cette conception lorsqu’elles s’appuient sur la reconnaissance d’une injustice envers l’éducateur que la colère pourrait réparer symboliquement ou lorsqu’elles s’appuient sur l’idée que se mettre en colère relève de l’exigence professionnelle dans la mesure où cela permet de rappeler le statut de l’éducateur.

62Dans cette perspective, l’éducateur se chargerait alors d’évaluer la situation (personnalité du jeune, comportement du jeune, relation établie, ressources dont il dispose…) pour déterminer le contrôle qu’il peut avoir sur elle et choisir la stratégie à adopter (Folkman & Lazarus, 1980). Dans le cas où il estime pouvoir prendre le contrôle, il exprimerait sa colère et pourrait même la réguler à la hausse. Dans le cas où il estime que la situation risque de lui échapper, il devrait alors masquer sa colère et tenter de la réguler à la baisse.

63L’attitude relativement favorable exprimée à travers la légitimité de la colère reflète peut-être plus profondément l’adhésion à des normes favorables à la démonstration de son agressivité et de sa force. Il a été montré que l’agressivité pouvait favoriser la popularité chez les adolescents (Rodkin, Farmer, Pearl, & Van Acker, 2000). Se pose alors la question de savoir si l’adhésion des adultes est commune ou spécifique à la population d’éducateurs qui accompagnent les adolescents suivis par la justice.

Conclusion

64Cette étude nous a permis d’observer l’attitude des éducateurs stagiaires de la PJJ envers la colère en réaction à la transgression d’un jeune : la colère est jugée inutile par la quasi-totalité des participants mais est jugée légitime par la moitié d’entre eux. Nous avons expliqué cela en mettant en parallèle les connaissances des éducateurs stagiaires, défavorables à la réaction de colère, avec leur attitude plus intuitive qui fait de la colère une réaction spontanée et acceptable pour une partie d’entre eux ou, peut-être, une réaction valorisante parce qu’elle permet d’affirmer son autorité.

65Lorsqu’il s’agit d’attribuer des causes à la transgression d’un jeune, les éducateurs stagiaires mobilisent très majoritairement des causes internes et incontrôlables. Leur regard est donc indulgent, ce que n’aurait pas mis en évidence une analyse basée uniquement sur l’internalité/externalité des causes. Dans la mesure où l’hypothèse d’un lien entre les attributions causales et l’attitude envers la colère n’a pas été rejetée, nous avons proposé d’analyser ces attributions comme le reflet des croyances des éducateurs ou comme une stratégie de régulation émotionnelle permettant de diminuer la réaction négative suite à la transgression et d’éviter la détérioration du lien, c’est-à-dire une forme de travail émotionnel en profondeur. C’est une hypothèse qui mériterait d’être testée spécifiquement.

66Un certain nombre de limites à ce travail doivent être soulevées. Tout d’abord, les données déclaratives, évaluation de la colère d’un éducateur et interprétation du comportement d’un jeune, ne présagent pas avec assurance des réponses affectives et cognitives en situation réelle. Les résultats obtenus sont encore moins prédictifs d’éventuelles réponses comportementales.

67Par ailleurs, il est envisageable que le biais de désirabilité sociale s’exprime ici en conformité avec les contenus d’apprentissage délivrés à l’ENPJJ. Des résultats obtenus sur le terrain auprès d’équipes expérimentées pourraient se montrer différents. La diversité des contextes d’exercice à la PJJ pourrait même favoriser des attitudes et des attributions variables, le socle commun de formation se diluant dans une culture d’équipe, de service ou d’établissement. Une autre limite tient au regroupement catégoriel des unités de sens, ainsi que leur étiquetage, qui reste une procédure spéculative. De même, la catégorisation des attributions est, dans certains cas, sujette à discussion.

68De plus, comme cela a été évoqué, bien que des études expérimentales marquent la dépendance de la réaction colérique à la contrôlabilité perçue de l’offense, rien n’atteste qu’une inclination à la colère n’entraîne pas des jugements ad hoc pour se légitimer, c’est-à-dire une rationalisation par des attributions contrôlables pour valider la colère ressentie. Une réticence à la colère donnerait en revanche lieu à des attributions incontrôlables, moins sévères. La faiblesse, déjà évoquée, liée aux conditions impropres à l’usage d’un test d’inférence statistique, est accrue puisqu’aucune variable de tempérament, prédisposant l’individu à éprouver certaines émotions plutôt que d’autres dans une situation définie, n’a été considérée dans l’étude. Ces résultats gagneraient alors à être complétés.

69Enfin, des travaux complémentaires sur les normes auxquelles souscrivent les éducateurs en formation permettraient d’en savoir plus, ce qui revêt un enjeu important dans la mesure où ils peuvent être amenés à jouer le rôle de modèle pour les jeunes qu’ils accompagnent.

Haut de page

Bibliographie

Ashforth (Blake E.) et Humphrey (Ronald H.), « Emotional labor in service roles: The influence of identity », The Academy of Management Review, vol. 18, n° 1, 1993, p. 88-115.

Averill (James R.), « Studies on anger and aggression : Implications for theories of emotion », American Psychologist, n° 38, 1983, p. 1145-1160.

Ayotte (Marie-Hélène), Lanctôt (Nadine) et Tourigny (Marc), « The association between the working alliance with adolescent girls in residential care and their trauma-related symptoms in emerging adulthood », Child & Youth Care Forum, vol. 46, n° 4, 2017, p. 601-620.

Bakker (Arnold B.) et Demerouti (Evangelia), « The job demands-resources model : State of the art », Journal of Managerial Psychology, vol. 22, n° 3, 2007, p. 309-328.

Bandura (Albert), Social learning theory, Englewood Cliffs (NJ) Prentice Hall, 1977, 247 p.

Bardin (Laurence), L’analyse de contenu, Paris, PUF, 2001, 291 p.

Barsade (Sigal G.), Brief (Arthur P.) et Spataro (Sandra E.), « The affective revolution in organizational behavior : The Emergence of a Paradigm », dans Greenberg (Jerald) [coord.], Organizational behavior : The state of the science, Mahwah (NJ), Lawrence Erlbaum Associates, 2003, p. 3-51.

Barsade (Sigal G) et Gibson (Donald E.), « Why does affect matter in organizations ? », Academy of Management Perspectives, vol. 21, n° 1, 2007, p. 36-59.

Bermejo (Laura), Hernández-Franco (Vicente) et Prieto-Ursúa (María), « Teacher well-being : Personal and job resources and demands », Procedia - Social and Behavioral Sciences, vol. 84, n° 9, 2013, p. 1321-1325.

Bonnet (Thomas), « Des émotions professionnelles dans la relation socio-éducative à l’hôpital et dans la police. Une construction collective et individuelle de l’intelligence émotionnelle », Sociétés et jeunesses en difficulté, n° 20, 2018. En ligne : https://journals.openedition.org/sejed/8552

Brotheridge (Céleste M.) et Grandey (Alicia A.), « Emotional labor and burnout : Comparing two perspectives of “People Work” », Journal of Vocational Behavior, vol. 60, n° 1, 2002, p. 17-39.

Brotheridge (Céleste M.) et Lee (Raymond T.), « Testing a conservation of resources model of the dynamics of emotional labor », Journal of Occupational Health Psychology, vol. 7, n° 1, 2002, p. 57-67.

Cahill (Orla), Holt (Stephanie) et Kirwan (Gloria), « Keyworking in residential child care : Lessons from research », Children and Youth Services Review, n° 65, 2016, p. 216-223.

Clark (Margaret S.), Pataki (Sherri P.) et Carver (Valerie H.), « Some thoughts and findings on self-presentation of emotions in relationships », dans Fletcher (Garth J.O.) et Fitness (Julie) [coord.], Knowledge structures in close relationships : A social psychological approach, Mahwah (NJ), Lawrence Erlbaum Associates, 1996, p. 247-274.

Desrumaux-Zagrodnicki (Pascale), « Norme d’internalité et travail social. Appliquer une norme dans sa pratique professionnelle ne signifie pas que l’on y adhère personnellement », Spirale : Revue de recherches en éducation, vol. 22, n° 1, 1998, p. 35-48.

Diefendorff (James M.), Croyle (Meredith H.) et Gosserand (Robin H.), « The dimensionality and antecedents of emotional labor strategies », Journal of Vocational Behavior, vol. 66, n° 2, 2005, p. 339-357.

Dix (Theodore), Ruble (Diane N.) et Zambarano (Robert J.), « Mothers’ implicit theories of discipline : Child effects, parent effects, and the attribution process », Child Development, n° 60, 1989, p. 1373-1391.

Dodge (Kenneth A.) et Pettit (Gregory S.), « A biopsychosocial model of the development of chronic conduct problems in adolescence », Developmental Psychology, vol. 39, n° 2, 2003, p. 349-371.

Dollard (John), Doob (Leonard W.), Miller (Neal E.), Mower (Orval H.) et Sears (Robert R.), Frustration and Aggression, New Haven (CT), Yale University Press, 1939, 209 p.

Dubois (Nicole) et Beauvois (Jean-Léon), « The social value of internal explanations and the norm of internality », Social and Personality Psychology Compass, vol. 2, n° 4, 2008, p. 1737-1752.

Ekman (Paul) et Friesen (Wallace V.), « The repertoire of nonverbal behavior : Categories, origins, usage, and coding », Semiotica, vol. 1, n° 1, 1969, p. 49-98.

Falchun (Thomas), Robène (Luc) et Terret (Thierry), « L’habitus professionnel spécifique aux éducateurs de la Protection judiciaire de la jeunesse », Déviance et Société, vol. 40, n° 1, 2016, p. 101-129.

Folkman (Susan) et Lazarus (Richard S.), « An analysis of coping in a middle-aged community sample », Journal of Health and Social Behavior, vol. 21, n° 3, 1980, p. 219-239.

Frijda (Nico H.), « What might emotions be ? Comments on the comments », Social Science Information, vol. 46, n° 3, 2007, p. 433-443.

Frijda (Nico H.) et Mesquita (Batja), « The social roles and functions of emotion », dans Kitayama (Shinobu) et Marcus (Hazel R.) [coord.], Emotion and culture : Empirical studies of mutual influenced, Washington (DC), American Psychological Association, 1994, p. 51-87.

Gangloff (Bernard), « L’internalité et l’allégeance, considérées comme des normes sociales  : une revue », Les Cahiers de Psychologie politique, n° 2, 2002. En ligne : http://lodel.irevues.inist.fr/cahierspsychologiepolitique/index.php?id=1630

Glomb (Theresa M.), Kammeyer-Mueller (John D.) et Rotundo (Maria), « Emotional labor demands and compensating wage differentials », Journal of Applied Psychology, vol. 89, n° 4, 2004, p. 700-714.

Gosserand (Robin H.) et Diefendorff (James M.), « Emotional display rules and emotional labor : The moderating role of commitment », Journal of Applied Psychology, vol. 90, n° 6, 2005, p. 1256-1264.

Grandey (Alicia A.), « Emotional regulation in the workplace : A new way to conceptualize emotional labor », Journal of Occupational Health Psychology, vol. 5, n° 1, 2000, p. 95-110.

Grandey (Alicia A.), Foo (Su Chuen), Groth (Markus) et Goodwin (Robyn E.), « Free to be you and me : A climate of authenticity alleviates burnout from emotional labor », Journal of Occupational Health Psychology, vol. 17, n° 1, 2012, p. 1-14.

Granic (Isabela) et Patterson (Gerald R.), « Toward a comprehensive model of antisocial development : A dynamic systems approach », Psychological Review, vol. 113, n° 1, 2006, p. 101-131.

Gross (James J.), « Antecedent- and response-focused emotion regulation : Divergent consequences for experience, expression, and physiology », Journal of Personality and Social Psychology, vol. 74, n° 1, 1998 (a), p. 224-237.

Gross (James J.), « The emerging field of emotion regulation : An integrative review », Review of General Psychology, vol. 2, n° 3, 1998 (b), p. 271-299.

Gross (James J.) et John (Oliver P.), « Individual differences in two emotion regulation processes : Implications for affect, relationships, and well-being », Journal of Personality and Social Psychology, vol. 85, n° 2, 2003, p. 348-362.

Gross (James J.) et Levenson (Robert W.), « Emotional suppression : physiology, self-report, and expressive behavior », Journal of Personality and Social Psychology, vol. 64, n° 6, 1993, p. 970-986.

Heider (Fritz), The Psychology and Interpersonal Relations, New York (NY),, Wiley, 1958, 322 p.

Hobfoll (Stevan E.), « Conservation of resources : A new attempt at conceptualizing stress », American Psychologist, vol. 44, n° 3, 1989, p. 513-524.

Hochschild (Arlie R.), « Emotion work, feeling rules, and social structure », American Journal of Sociology, vol. 85, n° 3, 1979, p. 551-575.

Hochschild (Arlie R.), The Managed Heart, Berkeley (CA), University of California Press, 1983, 340 p.

Hülsheger (Ute R.) et Schewe (Anna F.), « On the costs and benefits of emotional labor : A meta-analysis of three decades of research », Journal of Occupational Health Psychology, vol. 16, n° 3, 2011, p. 361-389.

Humphrey (Ronald H.), Ashforth (Blake E.) et Diefendorff (James M.), « The bright side of emotional labor », Journal of Organizational Behavior, vol. 36, n° 6, 2015, p. 749-769.

Humphrey (Ronald H.), Pollack (Jeffrey M.) et Hawver (Thomas), « Leading with emotional labor », Journal of Managerial Psychology, vol. 23, n° 2, 2008, p. 151-168.

Jeantet (Aurélie), « L’émotion prescrite au travail », Travailler, vol. 1, n° 9, 2003, p. 99-112.

Johnson (Sheena), Coope (Cary), Cartwright (Sue), Donald (Ian), Taylor, (Paul) et Millet (Clare) (2005), « The experience of work-related stress across occupations », Journal of Managerial Psychology, vol. 20, n° 2, 2005, p. 178‑187.

Lanctôt (Nadine) et Turcotte (Mathilde), « De l’appréhension à la distanciation  : Les expériences d’éducatrices qui interviennent auprès d’adolescentes placées en centre résidentiel », Sociétés et jeunesses en difficulté, vol. 20, 2018. En ligne : https://journals.openedition.org/sejed/8699#tocto2n12

Le Poultier (François), Travail social, inadaptation sociale et processus cognitifs, Centre technique national d’études et de recherches sur les handicaps et les inadaptations, 1986, 114 p.

Lenoir (Yves) et Vanhulle (Sabine), « Les finalités en éducation  : des discours socio-idéologiques aux positionnements épistémologiques et axiologiques », dans Favre (Daniel), Hasni (Abdelkrim) et Reynaud (Christian) [coord.], Les valeurs explicites et implicites en formation. Entre «  toujours plus  » et «  mieux vivre ensemble  », Bruxelles, De Boeck, 2008, p. 55-72.

Lenzi (Catherine), « De la construction sociale des émotions dans l’accompagnement des mineurs sous main de justice : entre ressorts d’action et invisibilité », Sociétés et jeunesses en difficulté, n° 20, 2018. En ligne : https://journals.openedition.org/sejed/8983

Lewis (Patricia), « Suppression or expression- an exploration of emotion management in a special care baby unit », Work Employment & Society, vol. 19, n° 3, 2005, p. 565-581.

Lloyd (Chris), King (Robert) et Chenoweth (Lesley), « Social work, stress and burnout : A review », Journal of Mental Health, vol. 11, n° 3, 2002, p. 255-265.

Lopez (Steven H.), « Emotional labor and organized emotional care : conceptualizing nursing home care work », Work and Occupations, vol. 33, n° 2, 2006, p. 133-160.

Morris (J. Andrew) et Feldman (Daniel C.), « The dimensions, antecedents, and consequences of emotional labor », The Academy of Management Review, vol. 21, n° 4, 1996, p. 986-1010.

Mucchielli (Alex), Les Méthodes qualitatives, Paris, PUF, 1994, 128 p.

Orsi (Mylène Magrinelli), Lafortune (Denis) et Brochu (Serge), « Care and control : Working alliance among adolescents in authoritarian settings », Residential Treatment for Children & Youth, vol. 27, n° 4, 2010, p. 277-303.

Putnam (Linda L.) et Mumby (Dennis K.), « Organizations, emotion and the myth of rationality », Emotion in organizations, London, Sage publications, 1993, p. 36-57.

Rafaeli (Anat) et Sutton (Robert I.), « Expression of emotion as part of the work role », The Academy of Management Review, vol. 12, n° 1, 1987, p. 23-37.

Ravon (Bertrand), « Repenser l’usure professionnelle des travailleurs sociaux », Informations sociales, vol. 152, n° 2, 2009, p. 60-68.

Reyna (Christine) et Weiner (Bernard), « Justice and utility in the classroom : An attributional analysis of the goals of teachers’ punishment and intervention strategies », Journal of Educational Psychology, vol. 93, n° 2, 2001, p. 309-319.

Rimé (Bernard), « L’émergence des émotions dans les sciences psychologiques », L’Atelier du CRH, n° 16, 2016. En ligne : https://journals.openedition.org/acrh/7293

Rodkin (Philip C.), Farmer (Thomas W.), Pearl (Ruth) et Van Acker (Richard), « Heterogeneity of popular boys: Antisocial and prosocial configurations », Developmental Psychology, vol. 36, n° 1, 2000, p. 14-24.

Ross (Lee), « The intuitive psychologist and his shortcomings: Distortions in the attribution process », dans Berkowitz (Leonard) [coord.], Advances in Experimental Social Psychology, vol. 10, New York (NY), Academic Press, 1977, p. 173-220.

Roux (Sébastien), « La discipline des sentiments. Responsabilisation et culpabilisation dans la justice des mineurs », Revue française de sociologie, vol. 53, n° 4, 2012, p. 719-742.

Roux (Sébastien), « La matrice pénale. Devenir adulte sous protection judiciaire », Politix, vol. 108, n° 4, 2015, p. 11-30.

Russell (James A.) et Fehr (Beverley), « Fuzzy concepts in a fuzzy hierarchy: Varieties of anger », Journal of Personality and Social Psychology, vol. 67, n° 2, 1994, p. 186-205.

Sallée (Nicolas), « Les mineurs délinquants sous éducation contrainte. Responsabilisation, discipline et retour de l’utopie républicaine dans la justice française des mineurs », Déviance et Société, vol. 38, n° 1, 2014, p. 77-101.

Schaufeli (Wilmar B.), Bakker (Arnold B.) et Van Rhenen (Willem), « How changes in job demands and resources predict burnout, work engagement, and sickness absenteeism », Journal of Organizational Behavior, vol. 30, n° 7, 2009, p. 893-917.

Scherer (Klaus R.), « What are emotions? And how can they be measured? », Social Science Information, vol. 44, n° 4, 2005, p. 695-729.

Skaalvik (Einar M.) et Skaalvik. (Sidsel), « Teacher job satisfaction and motivation to leave the teaching profession: Relations with school context, feeling of belonging, and emotional exhaustion », Teaching and Teacher Education, vol. 27, n° 6, 2011, p. 1029-1038.

Skaalvik (Einar M.) et Skaalvik (Sidsel), « Job demands and job resources as predictors of teacher motivation and well-being », Social Psychology of Education, vol. 21, n° 5, 2018, p. 1251-1275.

Smedslund (Jan), « How shall the concept of anger be defined? », Theory & Psychology, vol. 3, n° 1, 1993, p. 5-33.

Soares (Angelo), « Les émotions dans le travail », Travailler, vol. 9, n° 1, 2003, p. 9-18.

Sutton (Robert I.), « Maintaining norms about expressed emotions: The case of bill collectors », Administrative Science Quarterly, vol. 36, n° 2, 1991, p. 245-268.

Sutton (Rosemary E.), « Teachers’ emotions and classroom effectiveness: Implications from recent research », The Clearing House, vol. 78, n° 5, 2005, p. 229-234.

Tiedens (Larissa Z.), « Anger and advancement versus sadness and subjugation: The effect of negative emotion expressions on social Status conferral », Journal of Personality and Social Psychology, vol. 80, n° 1, 2001, p. 86-94.

Totterdell (Peter) et Holman (David), « Emotion regulation in customer service roles : Testing a model of emotional labor », Journal of Occupational Health Psychology, vol. 8, 2003, p. 55-73.

Tran (Véronique), « Les émotions dans le monde de l’entreprise et du travail », dans Sander (David) et Scherer (Klaus R.) [coord.], Traité de psychologie des émotions, Paris, Dunod, 2014, p. 334-357.

de Valk (Sophie), van der Helm (Gjalt Herman Peerke), Beld (Marjorie), Schaftenaar (Petra), Kuiper (Chris) et Stams (Geert J.), « Does punishment in secure residential youth care work ? An overview of the evidence », Journal of Children’s Services, vol. 10, n° 1, 2015, p. 3-16.

Virat (Mael), « Amour, relation éducative et délinquance. L’amour compassionnel des éducateurs accompagnant les adolescents suivis par la Protection judiciaire de la jeunesse », Sociétés et jeunesses en difficulté, vol. 20, 2018. En ligne : https://journals.openedition.org/sejed/8840

Virat (Mael) et Lenzi (Catherine), « La place des émotions dans le travail socio-éducatif », Sociétés et jeunesses en difficulté, vol. 20, 2018. En ligne : https://journals.openedition.org/sejed/8925

Weiner (Bernard), « A theory of motivation for some classroom experiences », Journal of Educational Psychology, vol. 71, n° 1, 1979, p. 3-25.

Weiner (Bernard), « A cognitive (attribution)-emotion-action model of motivated behavior : An analysis of judgments of help-giving », Journal of Personality and Social Psychology, vol. 39, n° 2, 1980, p. 186-200.

Weiner (Bernard), Amirkhan (James), Folkes (Valerie S.) et Verette (Julie A.), « An attributional analysis of excuse giving : Studies of a naive theory of emotion », Journal of Personality and Social Psychology, vol. 52, n° 2, 1987, p. 316-324.

Weiner (Bernard), Graham (Sandra) et Chandler (Carla), « Pity, anger, and guilt : An attributional analysis », Personality and Social Psychology Bulletin, vol. 8, n° 2, 1982, p. 226-232.

Weiner (Bernard) et Handel (Stephen J.), « A cognition-emotion-action sequence : Anticipated emotional consequences of causal attributions and reported communication strategy », Developmental Psychology, vol. 21, n° 1, 1985, p. 102-107.

Xanthopoulou (Despoina), Bakker (Arnold B.), Demerouti (Evangelia) et Schaufeli (Wilmar B.), « The role of personal resources in the job demands-resources model », International Journal of Stress Management, vol. 14, n° 2, 2007, p. 121-141.

Yirmiya (Nurit) et Weiner (Bernard), « Perceptions of controllability and anticipated anger », Cognitive Development, vol. 1, n° 3, 1986, p. 273-280.

Youf (Dominique), Juger et éduquer les mineurs délinquants, Paris, Dunod, 2009, 232 p.

Zapf (Dieter) et Holz (Melanie), « On the positive and negative effects of emotion work in organizations », European Journal of Work and Organizational Psychology, vol. 15, n° 1, 2006, p. 1-28.

Zapf (Dieter), Vogt (Christoph), Seifert (Claudia), Mertini (Heidrun) et Isic (Amela), « Emotion work as a source of stress: The concept and development of an instrument », European Journal of Work and Organizational Psychology, vol. 8, n° 3, 1999, p. 371-400.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elsa de Grenier de Latour, Mael Virat et Nathalie Przygodzki-Lionet, « La colère chez les éducateurs de la PJJ : une émotion inutile mais légitime face à la transgression d’un jeune », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], 23 | Automne 2019, mis en ligne le 17 janvier 2020, consulté le 06 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/sejed/10134

Haut de page

Auteurs

Elsa de Grenier de Latour

Elsa de Grenier de Latour est psychologue de la Protection judiciaire de la jeunesse, elle exerce auprès d’adolescents placés en centre éducatif fermé (CEF de Cambrai) sur décision pénale. Agrégée de philosophie, elle a enseigné pendant quinze ans en lycée à Roubaix. Les travaux présentés ici sont issus d’un travail réalisé pour l’obtention du master « Psychologie et justice » à l’université de Lille et encadré par Mael Virat et Nathalie Przygodzki-Lionet.
Adresse électronique : elsa.de-grenier-de-latour@justice.fr

Mael Virat

Mael Virat est chercheur en psychologie à l’École nationale de protection judiciaire de la jeunesse (ENPJJ) et associé au laboratoire PSITEC (EA 4072), université de Lille, et au LIRDEF (EA 3749), université de Montpellier. Ses travaux portent sur la relation éducative dans différents contextes. Il est l’auteur de Quand les profs aiment les élèves. Psychologie de la relation éducative (Odile Jacob, 2019).
Adresse électronique : mael.virat@justice.fr

Articles du même auteur

Nathalie Przygodzki-Lionet

Nathalie Przygodzki-Lionet est professeure de psychologie et responsable du master « Psychologie et justice » à l’université de Lille. Directrice adjointe du laboratoire PSITEC (EA 4072), elle est responsable de l’équipe de recherche « Justice et travail ». Ses travaux s’inscrivent dans le champ de la psychologie légale et portent, entre autres, sur les processus de jugement (éthique, judiciaire et moral), les perceptions de justice/injustice et la souffrance au travail chez les praticiens du droit. Elle est l’auteure de Psychologie et Justice. De l’enquête au jugement (Dunod, 2012) et a co-écrit Psychologie du jugement moral. Textes fondamentaux et concepts (Dunod, 2013). Elle est également membre du conseil scientifique de la revue Les Cahiers de la Justice, co-éditée par l’École nationale de la magistrature et les éditions Dalloz.
Adresse électronique : nathalie.lionet-przygodzki@univ-lille.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sociétés et jeunesses en difficulté est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals