Navigation – Plan du site

AccueilNuméros25Mise en œuvre de politiques munic...

Mise en œuvre de politiques municipales jeunesse et sports : quand les « jeunes-vieux » dans les quartiers deviennent une catégorie d’action publique officieuse et émergente

Implementation of municipal youth and sports policies: when “young old” in neighbourhoods become an informal and emerging category of public action
Puesta en marcha de políticas municipales de juventud y deporte: cuando los “jóvenes mayores” de los barrios se convierten en una categoría informal y emergente de la acción pública
Coralie Lessard

Résumés

Dans un contexte sociétal fait de politiques publiques gouvernementales vigilantes face au risque de radicalisation, cet article s’interroge sur la nature et les modalités de l’action publique municipale auprès des « jeunes » et des « moins jeunes » dans les quartiers comme groupes cibles particuliers. Sont abordés l’émergence et le traitement de la catégorie informelle des « jeunes-vieux » dans le cadre spécifique de services municipaux jeunesse et sports alors même que les missions traditionnelles de ces services n’ont pas forcément vocation à les prendre en charge. La problématique s’étend à la fois sur la redéfinition des frontières de l’action de ces services et sur les modalités d’encadrement de jeunesses perçues comme indésirables, tout en permettant de discuter de la pertinence des mesures entreprises. Des formes de contrôle social des « jeunes-vieux » qui dérangent et qui font peur dans les quartiers sont rendues possibles, car la démarche n’est pas incompatible avec les attentes immédiates de ce public en matière de loisirs. Dans ce cadre, l’effectivité des politiques sociosportives étudiées est questionnée.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 À ce propos, voir Galland (2011) qui retrace historiquement le passage progressif des formes d’enca (...)

1La catégorie « jeunes des quartiers » (employée en politique de la ville), perçue comme entité homogène, contribue à distinguer l’existence sociale des « publics » ainsi considérés. À travers un encadrement voulu laïque1, ces jeunes « ont droit à une offre sportive conçue pour eux, curative, sociosportive, nécessaire pour développer leur citoyenneté » (Monin et Bouhaouala, 2005, p. 161) qui leur ferait défaut. Selon les tendances politiques, cette jeunesse est qualifiée de délinquante, en danger (Mucchielli et Touil, 2015), de jeunesse-ressource ou de jeunesse-menace (Vulbeau, 2002), et devient progressivement « le groupe cible de l’action publique » (Gasparini, 2008, p. 13). De surcroît, l’élasticité de la notion de jeunesse conjuguée aux divers types de jeunesse présents au sein d’un même territoire rend floue la catégorie « jeunes des quartiers ». Ceux-ci sont qualifiés « de vulnérables, d’exclus, de difficiles, de population à risque [...] [et même si] tous ces jeunes ne rencontrent pas de difficultés [...] le groupe social est envisagé comme déviant ou marginalisé » (Pantaléon, 2003, p. 51). Ainsi, depuis les premières émeutes urbaines dans les quartiers français dans les années 1980, des dispositifs publics sociosportifs dits d’éducation, de prévention de la délinquance, de socialisation, d’intégration, d’inclusion ou encore d’insertion sont mis en œuvre en direction de ce groupe ciblé par les services de l’État, avec l’ambition d’endiguer le sentiment d’insécurité (Lessard, 2017).

  • 2 En juillet 2015, le Service central du renseignement territorial a ainsi rédigé une note confidenti (...)
  • 3 Intervention de William Gasparini, « Le sport : un terrain pour saisir la fabrique sociale du proce (...)

2À ce propos, Augustin et Ion (Augustin et Ion, 2017, p. 135) rappellent que les jeunes vivant dans les quartiers sont considérés « comme un facteur de dangerosité » et que « les politiques privilégient une approche essentiellement en matière de réparation, de traitement des manques et de prévention des risques » (p. 135). Il est à noter que le sport amateur, jusqu’alors utilisé dans les quartiers par les pouvoirs publics comme outil de prévention et d’intégration, s’est vu récemment suspecté d’espace potentiel de radicalisation2 ; pourtant, la pratique licenciée des sports populaires comme lieu de socialisation dans les quartiers représenterait surtout un rempart face à ce phénomène plutôt qu’un secteur à risque3. L’empreinte du religieux dans les équipements dédiés aux associations n’en demeure pas moins prégnante et le rapport des services municipaux jeunesse et sports à cette question mérite d’être abordé. Dans le contexte sociétal particulier de sensibilisation, de suspicion et de vigilance vis-à-vis des risques de radicalisation des jeunes dans les quartiers, le déroulement d’activités non laïques dans les salles représente-t-il un problème pour les municipalités ?

  • 4 Dans leur ouvrage, Fassin et Memmi (2004) approfondissent cette perspective qui sous-tend aujourd’h (...)
  • 5 Voir l’article D132-7 du Code de la sécurité intérieure, version en vigueur le 8 mai 2016.

3En s’inspirant de l’acception foucaldienne de « gouvernement des corps4 » qui contrôle, régule et surveille, la présente proposition s’interroge sur ce qui est mis en place par les institutions municipales en matière d’encadrement des jeunes vivant dans les quartiers, dans un contexte où depuis la loi du 5 mars 2007, les maires se sont vu attribuer le rôle pilote de la politique locale de prévention de la délinquance qui peut s’étendre, de façon officielle depuis 2016, aux actions de prévention de la radicalisation définies conjointement avec le représentant de l’État5. Les services municipaux jeunesse et sports se trouvent confrontés à des problématiques sociales qui les encouragent à dépasser leurs missions traditionnelles, dans le cadre où l’autonomie résidentielle et économique complète est retardée. Ceci peut se traduire par une émancipation dite temporaire et/ou précaire (Bendit, Hein et Biggart, 2009) lors de laquelle les besoins en matière de prise en charge peuvent rester importants tant sur des questions de santé, d’insertion professionnelle, de logement, que de loisirs et de lieux de sociabilité. Ici, deux enjeux apparaissent : prendre en charge de jeunes adultes non captifs susceptibles de troubler l’ordre public en utilisant l’outil sociosportif d’une part, tout en essayant, d’autre part, de faire face à un phénomène non anticipé de fidélisation du public ayant intégré, plus jeune, les espaces de loisirs municipaux. Les années passant (25-30-40 ans), ce public parfois qualifié de « captif » fréquente toujours ces lieux de sociabilité proposés par les services jeunesse et/ou des sports alors que ceux-ci n’ont plus vocation à s’en occuper. La question des frontières de l’âge et de la continuité des dispositifs apparaît également dans certaines études sur les « enfants » et « aînés des rues » (Champy, 2014) montrant que la fréquentation de structures pour l’enfance et la jeunesse se poursuit à l’âge adulte. Sur les terrains étudiés, ce point représentait jusque-là un impensé de la continuité de la vie du public devenu « habitué » par sa fréquentation de l’espace jeunesse, lieu familier constitué comme un repère en matière de socialisation, auquel il semble attaché. Cet impensé peut aussi s’expliquer par l’allongement de la jeunesse et par une fidélisation du public perçue comme un gage d’attractivité des dispositifs municipaux proposés.

  • 6 Seuls les acteurs municipaux utilisent verbalement cette appellation de façon spontanée « entre eux (...)

4Par ailleurs, il s’agira de comprendre comment les acteurs municipaux appréhendent la catégorie « jeunes des quartiers » en utilisant l’outil sport-loisir (ou plus simplement l’équipement sportif) au service de visées politiques spécifiques. La volonté d’occuper les jeunes présents dans l’espace public pose question : que visent réellement les municipalités lorsqu’elles programment des activités sociosportives ainsi que des ouvertures nocturnes d’équipements sportifs ou de loisirs ? Cet article entend éclaircir les propriétés d’une nouvelle catégorie cible et émergente de l’action publique sur l’ensemble des terrains d’enquête : les « jeunes-vieux » qui amènent les services municipaux à reconsidérer leurs missions ainsi que leur périmètre d’intervention auprès d’un public dont l’âge considéré comme avancé dépasse en général les tranches d’âge traditionnelles prises en charge. Les « jeunes-vieux » ont été identifiés par l’analyse comme étant des hommes, majeurs, vivant dans les quartiers, dont les situations sociales divergent, allant du « jeune-vieux » multipliant les difficultés sociales à celui dont la situation semble stable, mais plus ou moins touchée par la précarité sociale. Ils sont toujours en demande et/ou consommateurs potentiels de loisirs sportifs et/ou d’espaces de sociabilité auprès des équipements de proximité à visée socioculturelle et/ou sportive. L’essai effectué dans cet article de caractérisation des propriétés de cette catégorie officieuse6 d’action publique, émergente et subordonnée à la définition d’une nouvelle cible dans le travail social municipal, procède d’un bricolage heuristique, mi-administratif, mi-cognitif. Ceci résulte d’une triple volonté : de rendre compte de la manière dont est représentée une partie de la jeunesse dans ces territoires, de montrer comment se traduit son encadrement par le sport-loisir (notamment à l’aide du foot en salle – version non fédérale et peu codifiée du futsal fédéral comportant des règles formalisées) et, enfin, de contribuer à préciser une catégorie opératoire, pragmatique, en phase avec le terrain, pouvant participer « à l’allocation des moyens, à l’organisation du travail ou encore à la régulation des pratiques et des institutions » (Chauvière, 2009, p. 230). Cette proposition contribue à la discussion actuelle en sociologie des âges dans le monde contemporain en ce qu’elle met en lumière l’allongement des durées de prise en charge municipale dans les lieux dédiés à la jeunesse et vient corroborer les résultats de Bordiec (2018), pour qui les sociabilités des jeunes dans les quartiers populaires sont, contrairement aux idées reçues, particulièrement contrôlées par les institutions.

5L’article aborde l’émergence et le traitement de la catégorie informelle de « jeunes-vieux » dans le cadre spécifique de services municipaux jeunesse et sports dans les quartiers prioritaires. La problématique s’étend à la fois sur la façon dont les acteurs des politiques publiques (re)dessinent les frontières de l’action de ces services d’une part, et caractérisent d’autre part les modalités de prise en compte de ce public ; et cela, en se concentrant en particulier sur l’ouverture nocturne des équipements de loisirs. Les pratiques observées sont analysées à travers le prisme de l’encadrement de jeunesses perçues comme indésirables ; la pertinence des mesures pourra alors être discutée.

6Dans un premier temps, cet article met l’accent sur les « jeunes-vieux » comme catégorie d’intervention sociale posant problème. La distinction à l’intérieur même de cette catégorie sera précisée afin de mettre en exergue le rapport ambivalent du pouvoir municipal à leur égard – entre d’une part, le public d’habitués, fidélisés du service jeunesse, dont la présence ne semble plus légitime et désirée, et d’autre part, le public « non captif » qu’il s’agit de faire venir dans une optique socialisante et sécuritaire. Aussi, la question de la non-application stricte du principe de laïcité dans les lieux d’accueil jeunesse et sports sera également soulevée. L’article présente dans un second temps l’ineffectivité de l’action publique en matière de politique sociosportive. À cet effet, seront considérées les modalités d’encadrement des « jeunes-vieux ».

Encadré méthodologique

  • 7 Le propos de cet article n’est pas de discuter analytiquement cette catégorie qui peut relever des (...)
  • 8 Enquête réalisée lors de déplacements dans les conférences politiques et auprès de l’Agence pour l’ (...)

La notion de « quartiers », très discutée en sociologie7 (voir les travaux de Jean-Yves Authier, Marie-Hélène Bacqué, Milena Doytcheva, Yves Grafmeyer, Michel Kokoreff, Didier Lapeyronnie, Eric Maurin, Yves Sintomer, Sylvie Tissot, Loïc Wacquant, etc.), est appréhendée comme une catégorie d’action publique dont les délimitations géographiques émanent des découpages administratifs successifs – zone urbaine sensible (ZUS) puis quartier prioritaire de la ville (QPV). Ce choix est dépendant des besoins de l’étude initiale dont l’ambition plus générale était d’établir une focale sur les territoires situés en politique de la ville afin d’y étudier des dispositifs de cofinancement d’actions sociosportives et d’infrastructures sportives qui y sont spécifiquement déployés. Des méthodologies variées ont été employées dont les suivantes ont servi au présent article : des entretiens officiels ont été réalisés entre 2014 et 2015 sur la base d’une sélection de six villes comprenant des quartiers prioritaires en Île-de-France, rendues anonymes dans le cadre de cet article. Le choix s’est porté sur les municipalités déclarant mener des actions sociosportives lors d’une enquête exploratoire réalisée en 20138. La méthodologie de l’entretien compréhensif (Kaufmann, 2008) a été adoptée, de la conception des outils à l’analyse des 59 entretiens réalisés dans les six villes (durée moyenne de 1 h 30). Dans chaque ville ont été interrogés les élus à la jeunesse et aux sports, les directeurs et responsables de service ainsi que des intervenants de terrain. L’accès au terrain a été aisé après les élections municipales et les acteurs, plutôt collaboratifs. Si enquêter auprès des jeunes en tant que bénéficiaires de l’action publique aurait permis de mieux comprendre une part de leur réalité vécue et de saisir la diversité de leurs expériences (Amsellem-Mainguy et Vuattoux, 2018), l’absence de voix donnée s’explique par un choix initial de circonscrire l’enquête par entretiens auprès des acteurs institutionnels.

La problématique des services jeunesse et sports face au public des « jeunes-vieux » : quelle prise en charge ?

Catégorisation variée et mouvante de la jeunesse au sein des politiques municipales

  • 9 Le postulat de l’âge adulte est de 25 ans dans le domaine des politiques sociales et de 18 ans pour (...)
  • 10 Sur cette question, voir le rapport suivant : INJEP-CREDOC (L. Brice-Mansencal et al.), Baromètre D (...)

7À quoi fait référence la « jeunesse » ? Selon Galland (1993), elle est envisagée comme un état transitoire avant le passage de seuils qui déterminent l’entrée dans l’âge adulte, comme l’emploi stable, l’indépendance résidentielle et la mise en couple. Van de Velde (2015) considère que cette définition tend à perdre de sa pertinence au regard des évolutions sociétales : il devient difficile de définir ce qu’est la jeunesse par rapport à l’âge adulte9 quand celui-ci tend à échapper à ses caractéristiques (report, voire déconnexion de ses indicateurs10). La jeunesse comme catégorie administrative est identifiée selon des tranches d’âge variables eu égard à la politique considérée et au champ investi. Dans ce cadre, « si l’identification d’un groupe d’âge n’est pas sans critique, elle a le mérite d’être pratique et opératoire » (Tourette, 2006, p. 63). Ainsi, les tranches d’âge retenues pour le fonctionnement des espaces jeunes ou l’accès aux dispositifs sociosportifs sont variables en fonction des volontés municipales locales. Les acteurs administratifs ainsi que les élus ont soulevé, au sein des communes étudiées, la problématique d’une jeunesse qui s’étend de plus en plus et qui demande une prise en charge spécifique dans les espaces jeunes. Ces questionnements se traduisent concrètement par : la mise en place d’activités pour le public en présence, la séparation des temps ou des lieux d’accueil pour « éviter de faire grandir trop vite les plus jeunes », le travail de relais vers d’autres institutions relatives à l’insertion professionnelle, le logement, la santé, etc. Les tranches d’âge ordinairement encadrées (allant, récemment, jusqu’à environ 17-18 ans) tendent, aujourd’hui, à se prolonger officiellement pour accueillir les jeunes de 25 ans – soit une limite d’âge constituant plus ou moins un plafond artificiel et déjà dépassé dans les faits puisque l’enquête de terrain dévoile qu’il n’est pas rare que les espaces jeunes accueillent aussi des trentenaires.

Responsable adjoint du service jeunesse (ville 3) : « Le service jeunesse est en direction des jeunes entre 15 et 25 ans. »

Responsable du service jeunesse : « Voire 30 ans ! On est en train de remettre au clair le site internet : ce n’est plus 11-17 ans. »

Maire-adjoint chargé de la jeunesse et des sports (ville 2) : « Nous en ville, il y a une confusion sur ce qu’est la jeunesse. Ça a été de gros débats internes ! Quand on dit : les jeunes d’un quartier foutent le bordel… c’est vrai, mais la plupart ont plus de 30 ans. Sauf que ça se faisait dans les espaces jeunes. Donc c’était bien des jeunes, mais des jeunes par rapport à ceux qui les observent… On est chez les jeunes-adultes ou jeunes-vieux ; je ne sais pas comment il faut les nommer. Ils ne foutent rien. »

8Le maire-adjoint chargé de la jeunesse de la ville 1 explique qu’« on ne sait plus situer exactement la limite de la jeunesse », mais que cette dernière « se situe aux alentours de 25 et 30 ans », c’est-à-dire lorsque les jeunes parviennent à s’insérer professionnellement et bénéficient de revenus financiers suffisants permettant de se loger et/ou d’assurer le rôle conféré par la parentalité. Officieusement, il arrive parfois que les animateurs socioculturels ou les éducateurs sportifs en charge de la jeunesse soient amenés à travailler avec un public dont l’âge se situe autour de 40 ans.

Responsable du service jeunesse (ville 2) : « La jeunesse s’étend de plus en plus. Nous, on n’a pas vocation non plus à s’adresser à des jeunes de 40 ans… si on peut dire que c’est encore des jeunes ! Il faut aussi savoir dire que là, s’arrête notre rôle et que c’est le rôle de quelqu’un d’autre… mais de qui ? Donc il faut réussir à relever ce défi de la jeunesse tellement floue. »

  • 11 La stigmatisation négative de ces jeunes issus de milieux modestes n’est pas sans rappeler celles d (...)

9Le principal constat relevé est l’allongement d’une « jeunesse » en quête de loisirs de proximité dans les quartiers, dont l’avancement en âge ne correspond plus à l’offre classique municipale. La question se pose pour les acteurs politiques : les services municipaux opérateurs d’activités jeunesse de loisir (sport et culture) doivent-ils, ou non, étendre de façon officielle leurs missions au regard d’un nouveau public potentiel (les « jeunes-vieux » gênants et visibles dans l’espace public11 qu’il s’agit de « capter »), ou de la montée en âge d’un public déjà présent dans les espaces jeunes (les « jeunes-vieux » fidélisés à l’offre municipale de loisirs) ?

Quand les « jeunes-vieux » deviennent des « indésirables »

10Les espaces jeunes étudiés se trouvent, aujourd’hui, face à une problématique d’accueil d’un public qui avance en âge et remet en question leur caractère d’espace dédié à « la jeunesse » – notion ici entendue selon les représentations des politiques locales. Ceci n’est pas sans rappeler l’historique de certains centres sociaux tels que ceux de la ville 2 où les adolescents âgés de 15 ans et plus étaient alors considérés comme des éléments « perturbateurs » « non désirés » et où la réponse politique fut d’ouvrir des « espaces jeunes » dédiés à leur tranche d’âge.

Le maire (ville 2) : « Passé 15 ans, les activités proposées dans les centres sociaux ne les intéressaient pas et ils pouvaient même devenir, lorsqu’ils venaient, des éléments perturbateurs. Donc l’idée est venue de trouver des structures où les familles ne vont pas, et où on réserve un espace à des adolescents et de très jeunes adultes. Un des écueils que l’on rencontre c’est que certains, qui ne sont plus vraiment de jeunes adultes, ont tendance à revenir vers ces structures et perturbent les plus jeunes. Quand vous avez des gens qui approchent la trentaine, à mon avis, ils n’ont plus leur place dans le service jeunesse. Il y en a qui travaillent, qui sont mariés, pères de famille. Et ça, c’est une difficulté. »

  • 12 Un parallèle peut être établi avec l’étude de Pérez López (2009) à Mexico qui révèle que les jeunes (...)

11Ceci ne va pas sans rappeler l’analyse de Bourdieu (1978), qui considère les classifications par âge comme des construits sociaux qui impliquent l’imposition de limites, la production d’un ordre et de places à tenir. L’article de Bessin et Vuattoux (2016) modélise la relation entre les individus et les institutions en montrant que la prise en charge d’un jeune n’est pas identique selon les caractéristiques perçues. Sur le terrain étudié, si la fidélisation du public d’habitués des espaces jeunes (semblant plus ou moins intégrés socialement) n’est pas désirée lorsque celui-ci monte en âge, il existe des cas inverses où il s’agit, pour le pouvoir municipal, de capter un autre public de « jeunes-vieux » qui semble, quant à lui, en déficit d’insertion, notamment lorsque le souci sécuritaire émerge comme une composante de la politique municipale. Les regroupements de « jeunes-vieux » dans l’espace public tendent à poser problème quand le sentiment d’insécurité de certains habitants est relayé jusqu’aux acteurs politiques locaux. À titre illustratif a été sélectionné le cas d’un groupe de « jeunes-vieux » dont les âges vont approximativement de 25 à 40 ans. Ces derniers se rencontrent à proximité directe d’un café-musique situé dans un quartier prioritaire de la ville 3 et leur présence est source de nuisances telles que la méfiance des passants, des clients ou du personnel du café12.

Responsable du service des sports (ville 3) : « Ils squattent le café-musique installé au quartier Z. Depuis quelques années, ils sont derrière ou à l’entrée et certains sont chiants. Beaucoup ont une histoire chaotique : pas d’appartement, chez les parents, ils sont sortis de prison pour certains, divorcés, et puis d’autres, le shit les a un peu fait déconnecter de la vie. Là-bas les “jeunes-vieux”, c’est comme ça qu’on les a appelés, il y en a une vingtaine entre 25 et 40 ans et il doit y en avoir 3-4 de 40 ans. »

12Le service des sports fut chargé de proposer à ces « jeunes-vieux » des activités sociosportives encadrées par un éducateur sportif afin qu’ils se déplacent ailleurs physiquement, jusqu’aux lieux dédiés au sport – et cela, tout en demandant à l’éducateur sportif de tenter d’établir avec eux un contact socialisant (discussion sur leurs projets et leurs difficultés sociales).

Responsable du service des sports (ville 3) : « On me demande, dans la mesure où j’en connais de près ou de loin, de quelle manière on peut mettre en place des choses avec ces jeunes-là. Donc, je sélectionne quel éducateur sportif je peux envoyer pour leur faire des propositions les mercredis, l’après-midi, sur un plateau d’évolution proche du café pour faire du basket-ball et du foot. L’éducateur sportif va les voir et essaie de les intégrer socialement. Ils ont honte de ce qu’ils sont vis-à-vis des jeunes qu’ils connaissent. Ils se planquent de leurs voisins ou de leur famille pour aller fumer leur joint et boire leur bière. »

13L’action entreprise par le service en charge des sports n’a pas été suffisante pour calmer les tensions ; des séries d’incivilités ont été relevées, jusqu’à impliquer parfois de suspendre momentanément l’ouverture du café-musique.

  • 13 Voir, entre autres, les travaux de Dubet (1987), Kokoreff (1994), Lepoutre (1997).

14Considérés comme « indésirables » aux yeux de certains habitants, les « jeunes-vieux » présents dans l’espace public font souvent l’objet d’une attention particulière au sein des municipalités étudiées. Cette question n’est pas nouvelle : elle émerge dans les écrits sociologiques faisant suite aux premières émeutes généralisées sur l’ensemble du territoire depuis 2005 – témoignant par là même d’un intérêt renouvelé des chercheurs en sciences sociales pour les jeunes dans les quartiers depuis les écrits des années 1980-1990 faisant écho aux émeutes à caractère localisé et à une jeunesse dont les limites se situaient en général aux alentours de 16-25 ans13. À partir de la moitié des années 2000, l’extension en âge se fait sentir dans la littérature : Fize (Fize, 2008, p. 239) nomme « adulescents » les « jeunes adultes encore dépendants de leur famille d’origine », parmi lesquels « il n’est pas rare de rencontrer des plus de 25 ans » (Fize, 2008, p. 58). Ceux-ci constituent le terreau de groupes informels, identifiés par Mauger (Mauger, 2006, p. 59) comme étant composés de jeunes désœuvrés (en rupture de scolarité, au chômage, en manque d’argent et de loisirs), qui stationnaient « en quasi-permanence dans la zone de résidence ». Sauvadet (Sauvadet, 2006, p. 141) signale d’ailleurs, dans l’espace public des cités, des regroupements selon des logiques de classe d’âge dont fait partie celle du « jeune âge adulte » de 20 à 35 ans (dont les membres sont identifiés comme « les grands »). Et enfin, la présente étude relève des « jeunes-vieux » jusqu’à environ 40 ans. Des tentatives de contrôle des rassemblements de ces « jeunes-vieux », qui dérangent ou qui font peur, sont entreprises afin de les encadrer au sein d’espaces plus ou moins surveillés et/ou fermés, à l’abri (ou éloignés) des regards des passants. Dans ce contexte, la visée politique première n’est pas d’agir sur la question de leurs problématiques sociales comme celle de l’insertion professionnelle, mais de pourvoir en lieux de rassemblement et de loisirs.

15Les lieux institutionnels municipaux tels que les espaces jeunes ou encore les équipements sportifs couverts sont-ils toujours véritablement sous contrôle et sous surveillance ? Les municipalités étudiées sont-elles confrontées à des difficultés lors des temps d’accueil dans ces espaces ? Les ouvertures en soirée des structures municipales de loisirs sont-elles en proie à des ingérences ? Quel rapport les municipalités entretiennent-elles avec le fait religieux au sein de ces structures d’accueil de loisirs dans un contexte de méfiance face aux problématiques de radicalisation ?

Modalités d’accueil municipal des « jeunes-vieux » dans les structures de loisirs et rapport ambivalent face au principe de laïcité

16Lorsque les locaux des espaces jeunes appartiennent à la municipalité, les services jeunesse peuvent choisir l’option de les ouvrir en soirée pour accueillir le public des « jeunes-vieux » à la recherche d’un lieu de sociabilité.

Directeur du service jeunesse et sports (ville 2) : « C’est ouvert à tout-va ! Vous avez celui qui pose problème dans le quartier, celui qui va passer sa journée à dealer… Le problème c’est cette frange de 25-40 ans : notre direction n’a normalement pas vocation à s’en occuper. Néanmoins ce public est là ! Qu’est-ce qu’on en fait ? C’est un compromis : on a ouvert le soir les structures. »

17L’affectation du personnel encadrant de la ville sur des horaires tardifs ou étendus est difficilement envisageable, notamment durant la période scolaire. Pour cette raison, certaines municipalités comme la ville 2 préfèrent établir des conventions avec des associations qui se portent garantes de la gestion des lieux en cas d’incidents, d’accidents, de dégradations ou de destructions. Les associations sélectionnées organisent, le plus souvent, des projections de matchs de football ainsi que des soirées-débat en accès libre ; mais les rassemblements sont jugés par la municipalité trop importants par rapport à l’espace réduit (ce qui questionne les effectifs admis dans ces locaux au regard de la réglementation relative à la sécurité des personnes dans les établissements recevant du public).

Directeur du service jeunesse et sports (ville 2) : « On a pris Canal+ et BeIN Sports pour organiser des soirées de match. Ça fait tampon tout ça ! Mais c’est des soirées où ils sont 50, voire 60 dans la structure ! […] Avant, j’avais des animateurs qui ouvraient une ou deux fois par semaine ; maintenant c’est des associations. »

Responsable du service jeunesse (ville 2) : « On avait un animateur qui gérait les ouvertures […], mais on ne peut pas grand-chose quand ça part en vrille. Aujourd’hui, une association assume ce qui se passe en soirée. S’il y a des dégradations, il y a une couverture juridique pour la ville. »

  • 14 Bianco (2018) rappelle que la laïcité repose notamment sur le principe de la « séparation des insti (...)

18Pour les municipalités, il n’est pas toujours aisé d’établir des conventions avec des associations sans craindre des formes de détournement des structures voulues laïques14.

Le maire (ville 2) : « On ne veut pas que ça se transforme en salle de prière… Il y a une association qui va nous rendre les clés, car elle s’est fait déborder par une autre association avec laquelle elle travaillait. Et là, ce n’est pas une association sportive… Ce qu’il se passe dans les locaux du service jeunesse n’est pas toujours sous contrôle. »

Maire adjoint chargé de la jeunesse et des sports (ville 2) : « Le quartier V reste très compliqué parce que c’est un quartier très conflictuel. Je n’ai pas de réseaux d’associations dignes de ce nom, solides… J’en ai quelques-unes très communautaristes qui ne seraient absolument pas dans le fil d’un développement de proximité laïque. Sur la structure jeunesse, il y aurait un détournement direct ; qui existe déjà d’ailleurs… »

  • 15 Si le rapport des services jeunesse et sports au fait religieux a été explicité, il pourrait néanmo (...)

19La problématique de la non-application stricte du principe de laïcité dans les locaux des services jeunesse est également palpable au sein des infrastructures sportives municipales. À titre illustratif, alors que les élus de la commune 2 récusent les pratiques religieuses dans les espaces jeunes, le directeur du service jeunesse et sports ne voit pas d’inconvénients à ce que les membres d’une association de futsal investissent religieusement le gymnase durant le temps sportif. Ceci témoigne d’un positionnement ambivalent au sein d’une même municipalité15.

Directeur du service jeunesse et sports (ville 2) : « J’ai déjà entendu qu’ils faisaient la prière avant les matchs. Mais franchement, qu’est-ce que vous voulez que j’intervienne là-dessus ? Moi ça ne me gêne pas ! Si ça les fait gagner… »

  • 16 Cet auteur évoque des demandes de créneaux de la part de clubs sportifs distinguant les sexes en in (...)

20À l’image de situations répertoriées par l’étude de Philippe (Philippe, 2011, p. 307) où certaines associations sportives composées d’« islamistes radicaux » exerçaient des pressions diverses auprès de la direction municipale en charge des sports (en espérant obtenir des aménagements visant la séparation des sexes dans un équipement sportif à des horaires définis16), l’enquête de terrain a dévoilé le même type de cas avec deux associations locales dont la posture offensive a permis l’obtention de créneaux dans les équipements de la ville.

Directeur du service des sports (ville 4) : « Les associations X et Y seraient bien communautaires bien qu’ils disent que non. Les objets ne sont pas très clairs. Ils développent aussi une frange sport. C’est des cercles assez fermés : les jeunes du quartier X, et pas de femmes. Et si tu as quelqu’un qui vient du centre-ville ou du quartier Y, ils ne peuvent pas y aller. C’était des menaces envers les élus et les administratifs, des lettres publiques… Pour calmer le jeu, on m’a demandé de leur lâcher un créneau. »

  • 17 Le sociologue Gasparini (2020) observe au même titre, dans les quartiers, des marques de « confusio (...)

21Par ailleurs, de façon assumée, le maire de la ville 4 permet l’occupation d’un gymnase pour servir de mosquée temporaire durant toute la durée du ramadan17 ; à cette occasion, les activités sportives quotidiennes sont suspendues au profit du culte. Ces exemples de détournement d’usage de la destination première des équipements culturels et sportifs par le religieux peuvent témoigner d’une posture de repli (et/ou peut-être de surveillance) se traduisant par le laisser-faire dans les infrastructures communales lors de la présence de groupements informels, ou d’associations et clubs sportifs communautaires religieux dans le contexte particulier marqué par le terrorisme et une radicalisation violente au moment de l’étude. Ceci prend le contrepied de ce que Philippe (Philippe, 2011, p. 430) évoquait, quelques années plus tôt, concernant certains élus locaux qui cherchaient à proscrire ce type d’associations afin d’éviter « les fractures ou les replis identitaires » tout en souhaitant faire des clubs un lieu d’hétérogénéité sociale, de mixité, d’équité et de cohésion sociale.

22En outre, tout comme les locaux municipaux des espaces jeunes, il arrive que les équipements sportifs soient ouverts en nocturne pour maîtriser les regroupements jugés indésirables d’individus masculins habituellement visibles dans les espaces publics (la rue) ou privés (les halls d’immeubles) : il s’agira de voir que l’ouverture d’équipements sportifs municipaux répond au même objectif que celle des espaces jeunes et pose la question de l’effectivité des politiques sociosportives.

L’ineffectivité de l’action publique en matière de politique sociosportive ou la clé de la paix sociale par l’encadrement des « jeunes-vieux »

Occupation nocturne et auto-organisée des équipements sportifs, un compromis officieux aux impacts sociaux limités

23Les rassemblements dans les équipements sportifs sont plus ou moins organisés institutionnellement, de manière officielle, ou simplement tolérés par la municipalité avec des modalités tendant vers l’auto-organisation ; notamment lorsque le public ne souhaite pas forcément être encadré par du personnel dans les espaces municipaux. Plusieurs types de configurations ont été relevées, dont les impacts sont différenciés.

24Dans la ville 4, ont été mises en place des ouvertures nocturnes en accès libre.

Le maire (ville 4) : « On se retrouve avec les jeunes dans les halls d’escalier… C’est chiant, surtout quand tu bosses le matin. J’en ai parlé à mes élus : “oui, ça serait bien d’ouvrir une structure avec un médiateur”. Refus des élus ! Qu’est-ce que j’ai fait ? J’ai ouvert sans en parler… Ça fait des années que c’est ouvert ! »

Directeur du service des sports (ville 4) : « On a mis en place de 22 h 30 à 2 h, non pas des éducateurs sportifs, mais des agents d’accueil qui sont au service de la médiation qui connaissaient un peu tous les… [jeunes-vieux], qui ouvrent, qui restent présents, qui régulent un petit peu les flux. […] Ceux qui viennent se défoulent, et du coup ça nous a vraiment calmé le… mais très clairement on est hors des clous juridiquement. On n’a pas une association en face. Avant [quand le maire a passé les clés], ça se faisait, mais de façon sauvage ; du coup, ils nous cassaient tout. Le gymnase X, quand je suis arrivé, il était fracassé ! Pendant un an et demi ça a été saccagé non-stop. C’était l’horreur. Tous les soirs je retrouvais des quads dans les gymnases. La chicha il y en avait partout […]. Le matin il y avait tous les jeunes qui dormaient dedans et autres. Les mecs ils faisaient des circuits de moto dans le gymnase, ça fumait du shit, ça jouait au poker. »

25Il s’agit, pour cette municipalité, de réduire les risques de dégradation et d’occupation détournée des gymnases en instaurant des créneaux nocturnes de foot en salle auto-organisés (dans un cadre non associatif), en accès libre, qui sont censés se terminer à 2 heures du matin. Nonobstant, les agents du pôle tranquillité publique chargés de venir ouvrir puis de refermer les gymnases ont confié les clés au public en présence. Les jeunes ont alors profité de l’opportunité pour établir des doubles et désactiver les alarmes.

Maire adjoint chargé des sports (ville 4) : « On fait tout pour que ça ne brûle pas en ouvrant les gymnases à des heures qui sont un peu indues. Tout le monde a les clés ! C’est extraordinaire ! Les gardiens négocient les clés ! “Je te passe la clé et je rentre chez moi” ; c’est très compliqué. Ils ne font pas sortir les jeunes, car ils n’en ont pas le pouvoir ! »

  • 18 Des dérives au niveau des horaires d’occupation sont également observées dans les locaux des servic (...)
  • 19 Information confirmée par un groupe d’informateurs de « jeunes-vieux » vivant dans la ville 1 qui s (...)

26La problématique de la possession des clés des gymnases par des jeunes existe dans d’autres communes étudiées. Dans la ville 1, les acteurs politiques et administratifs ont connaissance de dérives induites par des fautes professionnelles d’agents qui ont transmis les clés18 ; néanmoins, la poursuite occasionnelle de cette pratique ne semble pas connue des élus19.

Animateur 1 (ville 1) : « Ça existait qu’ils rentrent dans des gymnases le dimanche. Après c’est pas pour autant qu’ils faisaient n’importe quoi. Il y a du mauvais temps dehors, il faut bien trouver un endroit de repli. Même si c’est hors la loi, ça a existé. »

Maire adjoint chargé de la jeunesse (ville 1) : « Il y a eu un animateur qui a laissé les clés. Deux fois il s’est retrouvé coincé. Il a fini par me le dire parce qu’il n’arrivait plus à les récupérer. »

27Dans la ville 1, la quasi-absence d’effraction et de dégradation des gymnases ne justifie pas une remise officieuse des clés par le pouvoir politique. À l’inverse, le maire de la ville 4 a estimé qu’il serait plus rentable de rendre les gymnases accessibles de nuit en essayant de responsabiliser les « jeunes-vieux » plutôt que de supporter les coûts engendrés par les réparations des entrées par effraction et le remplacement du matériel saccagé. La visée politique de ce dispositif est de canaliser les comportements considérés comme indisciplinés, voire délinquants, sans pour autant surveiller et punir, ni effectuer un travail de fond dit « sociosportif » portant sur la résolution de potentielles problématiques sociales. À l’instar de ce qu’explique Bordes (2007), l’important pour les élus est de ne pas avoir d’incendies ou d’incivilités, afin de montrer qu’ils maîtrisent leur territoire et leur jeunesse, tout en rassurant les administrés.

Maire adjoint chargé des sports (ville 4) : « L’avantage d’avoir laissé rentrer des jeunes d’un peu hors-norme, c’est qu’ils font eux-mêmes leur police. Je leur dis : vous voulez le cramer le gymnase ? Cramez-le ! Sauf que demain vous serez où ? Je vous l’ouvre, donc ne faites pas les cons. Il y a des mecs qui sont rejetés de partout ! Donc ils se retrouvent entre copains, là ! Plutôt que de zoner dans la rue, ils zonent là. »

Gardien de gymnase (ville 4) : « Ceux qui viennent la nuit, de 22 h 30 à “officiellement” 2 h du matin, c’est des chômeurs, des glandeurs… Paix sociale ! Ça, c’est pas une association. »

28L’ouverture nocturne des gymnases aux « jeunes-vieux » permet au pouvoir municipal de les extraire des espaces communs où transitent les autres habitants de la ville, en les rendant invisibles. Il s’agit plus ou moins de tolérer (et non d’accepter) au sein des équipements municipaux certains interdits, dans une logique de régulation des groupements qui ne peut être qualifiée de sociosportive.

Gardien de gymnase (ville 4) : « Pourquoi ils ne vont pas à l’extérieur ? Il y a des terrains ! Le synthétique, ça coûte 10 millions ! Ça ne les intéresse pas, ils veulent être au chaud. Et je vous dis, c’est pour fumer dedans, c’est pour faire des conneries, on boit à l’intérieur, machin. Tous les interdits, ils les font à l’intérieur au lieu d’être devant. »

Le maire (ville 4) : « C’est un moyen de régulation ! […] C’est un moment pour leur dire : attendez, vous êtes des relous là ! Tous les relous, mettez-vous en tas ; et est-ce que vous êtes capables de tenir un lieu ? Et du coup, ça les responsabilise et ton gymnase, il ne crame plus parce que sinon, les mecs ils ne jouent plus [au foot en salle] ! »

29Ce mode d’encadrement des « jeunes-vieux » est rendu possible car, en retour, il satisfait les attentes de ce public en quête d’un lieu de réunion abrité, éclairé, chauffé en hiver et ayant de grandes capacités d’accueil ; mais c’est au détriment d’autres types de prise en charge aux visées sociales telles que la prévention santé (certains boivent et fument à l’intérieur de l’enceinte), la mixité sexuelle et sociale (il s’agit quasi exclusivement d’hommes vivant dans les quartiers), ou encore l’insertion professionnelle (les horaires tardifs d’occupation de l’équipement ne sont pas favorables à la recherche active d’un emploi en matinée ou au maintien dans l’emploi). Ici, la politique voulue « sociosportive », d’« éducation par le sport », reste à l’état d’ineffectivité. On observe « un défaut dans la mise en œuvre : les actions d’application concrète n’interviennent pas ou restent partielles » (Lascoumes et Le Galès, 2007, p. 29). Hormis le principe de « clôture » dans son acception souple, qui est insuffisant et inconstant, toutes les techniques essentielles décrites par Foucault (1975) lorsqu’il étudie les procédés disciplinaires ne sont pas recouvertes par ce mode d’encadrement (place des individus identifiables et sanctionnables, des emplacements fonctionnels pour des usages déterminés avec des places déterminées, éléments interchangeables dans un système hiérarchique, etc.). Ainsi, le « gouvernement des corps » ne semble pas optimal, car les corps ne sont pas dociles. Par ailleurs, il semblerait que la régulation recherchée soit justement plus efficace lorsque la responsabilité de la gérance des lieux incombe à un opérateur présent et identifiable institutionnellement.

Auto-organisation « faiblement encadrée » révélatrice d’une gestion municipale « hors des clous » ou gestion par un club fédéral de futsal comme solution palliative de contrôle

30La pratique du foot en salle est apparue comme un outil au service des municipalités qui ont pour ambition de renforcer l’encadrement des créneaux libres. Dans la ville 5, une reconfiguration des usages d’un gymnase est mise en œuvre : profitant d’un climat apaisé, suite à la mise à l’écart d’une partie des jeunes difficiles après l’intervention de nouveaux gardiens de gymnase influents dans le quartier, le service jeunesse et sports a pu opérationnaliser son projet, renommé ici « week-end foot en salle », qui consistait alors à rassembler les jeunes présents autour de cette pratique.

Directeur du service jeunesse et sports (ville 5) : « Deux ans avant que j’arrive, ils ont mis des gardiens qui avaient une certaine notoriété dans le quartier, qui ont mis un coup de balai à tout ça. Les clubs pouvaient venir faire leurs activités ; parce qu’à une époque, personne ne pouvait venir. Souvent, les jeunes vandalisaient l’équipement pour aller jouer au foot. Alors le fait de mettre un gardien et des animateurs coûte moins cher que de réparer tout le temps des portes ou des carreaux cassés. Donc, on a mis en place le “week-end foot en salleˮ : il s’agissait de leur faire confiance, de discuter avec eux. »

31Dans cette commune, le principe de légalité n’est plus respecté : alors que les jeunes ne sont pas constitués en association, il a été décidé de ne plus affecter d’animateurs sociosportifs dans ce gymnase pour encadrer la pratique sportive. La sécurité au sein de cet équipement demeure fragile, et cela, même si ce service affirme être en mesure d’intervenir. En effet, lorsque la police est réquisitionnée, elle ne parvient pas toujours à maîtriser la situation.

Directeur du service jeunesse et sports (ville 5) : « Maintenant, c’est un fonctionnement complètement autonome, on a pu nommer des jeunes référents. Dès qu’il y a un souci, c’est avec eux qu’on discute. On n’a que les gardiens. Même quand on avait deux animateurs, on a ramassé quelques litres de sang. Les jeunes interquartiers se croisent, il n’y a plus trop de soucis. C’est des créneaux par quartier à 14 h, 16 h et 19 h. Il y en a qui diront que c’est bien et d’autres qui diront que non, parce qu’on créait un peu des ghettos. On est passé d’une pratique à l’époque marginale qui est maintenant structurée et organisée. La seule institution derrière, c’est le service des sports qui ouvre la porte, qui est là en cas de problèmes, mais sinon les jeunes s’autogèrent. Une fois on n’a pas ouvert, mais les jeunes sont entrés quand même. La police est arrivée et les jeunes ont complètement bloqué le gymnase ! Il y avait 40 flics autour du gymnase, mais les jeunes ne laissaient pas rentrer. Et eux ils jouaient au foot tranquillement… »

32Il est remarquable d’observer que dans ce dispositif, une forme souple de discipline pacificatrice est acceptée ; elle répond à certains principes décrits par Foucault (1975), tels que la place d’individus identifiables (les référents), des emplacements fonctionnels pour des usages/places déterminés (le gymnase, pour jouer au foot en salle, sur des créneaux déterminés faisant se succéder les groupes de jeunes venant de quartiers différents pour ne pas les mélanger et donc réduire les conflits).

33D’autres communes ont, par le passé, ouvert leurs gymnases aux jeunes vivant dans les quartiers, qui y pratiquaient le foot en salle de façon autonome ; mais ces municipalités se sont rendu compte que ce mode de management des gymnases n’était pas adapté face aux exigences de sécurité et de protection civile. Ainsi, certaines de ces municipalités ont privilégié le recours à des associations déclarées de futsal.

Directeur du service des sports (ville 3) : « Quand on ouvrait en libre les équipements pour le foot en salle, bah ça ne se passait pas bien du tout ! Il y avait des concurrences, des problèmes d’autonomie. Et on a constaté que ce n’était pas structurant. Donc l’idée de créer une association répondait à cette question. »

34Néanmoins, malgré les avantages conférés par le statut d’association, toutes les communes étudiées ne souhaitent pas que des clubs de futsal se développent en leur sein. En effet, certaines considèrent que la structuration de cette pratique risque d’alourdir le budget municipal des sports tout en étant chronophage en matière de créneaux dans des équipements souvent saturés – au détriment d’autres clubs sportifs intégrés dans la vie politique locale, mais qui comportent nettement moins d’adhérents.

Directeur du service des sports (ville 4) : « Là, ils jouent en district, après, ils vont jouer en ligue, il va y avoir des déplacements, ça va demander de plus en plus d’argent. Après ils vont avoir besoin de plus en plus de créneaux parce qu’ils auront de plus en plus de monde. Là, les élus disent “Attention ! On freine tout parce qu’on ne pourra jamais suivre.ˮ Alors, ce n’est pas faux ! Mais en même temps, on ne peut pas faire comme s’ils n’existaient pas. Et les laisser le soir tard… ça convient à des adultes, ou des mecs qui sont un peu borderline. Mais pour ceux qui ont envie d’en faire une activité comme une autre, ce n’est pas satisfaisant. »

  • 20 Le maire (ville 6) : « Si c’est pour mettre des animateurs dans un équipement sportif pour ouvrir l (...)

35Sur les six communes de l’étude, la tendance générale est de freiner le développement du futsal fédéral. Néanmoins, la municipalité 6 a permis son essor en octroyant de multiples plages horaires dans différents équipements et en valorisant, chaque année, les subventions. Grâce à divers soutiens financiers, dont celui de la municipalité, les acteurs associatifs de l’association renommée ici « Multisports de rue » proposant du futsal ont pu structurer leur club et mettre en œuvre leur projet d’insertion et de réinsertion par le sport. Une des raisons du soutien municipal tient au fait que cette association de six salariés est venue proposer aux adolescents et aux jeunes adultes ce que le service jeunesse de cette commune tentait jadis d’apporter avant sa suppression en 2012 par le pouvoir politique local, qui estimait que la commune n’était pas compétente en matière de jeunesse20. Dans le cadre de l’externalisation du service jeunesse, certains des anciens animateurs municipaux en vacation, qui souhaitaient poursuivre leurs actions auprès des 15-25 ans, se sont investis dans le développement de l’association « Multisports de rue ». Face à la suppression du service jeunesse, l’utilité de cette association en matière d’occupation et de socialisation peut expliquer l’exceptionnalité du soutien municipal au développement et à la structuration de la pratique du futsal en son sein.

36In fine, la programmation du foot en salle (non fédéral) à des heures tardives représente un outil au service des municipalités qui cherchent à maîtriser ce qui advient dans leurs équipements sportifs. Ensuite, plus la pratique du foot en salle se structure (jusqu’à devenir du futsal, pratique licenciée), plus les équipements sportifs semblent sous contrôle. Néanmoins, certains élus ne souhaitent pas donner d’importance à cette pratique sportive : de la formation de clubs sportifs compétitifs naissent des demandes de moyens financiers et organisationnels (créneaux) supplémentaires que certaines communes ne peuvent, ou ne souhaitent pas fournir. Aussi, à la suite de Gaubert (2012) qui mettait en évidence le succès du football indoor issu d’une hybridation des cultures sportives « de rue » et « fédérale », se pose la question de l’intérêt (ou du non-intérêt) des « jeunes-vieux » pour les créneaux proposant la pratique fédérale (futsal).

Vers une surveillance optimisée des équipements sportifs par la mise en place de dispositifs sociosportifs municipaux plus encadrés ou la décision de ne pas ouvrir

37Les dispositifs sociosportifs de la ville 1 s’inscrivent dans une démarche qui consiste, sous couvert d’une politique de prévention de la délinquance, à éviter les écueils de potentielles nuisances générées par des rassemblements dans les quartiers ; et ce, à l’aide de deux dispositifs encadrés sur des temps déterminés et respectés.

Ancien maire adjoint à la jeunesse (ville 1) : « Comme la densité de jeunes était beaucoup plus forte dans les quartiers, j’ai mis en place la salle Y qui est ouverte entre 17 h et 23 h ; on y fait de la boxe et de la musculation. Parce que les seuls endroits où les jeunes se réunissaient le soir, c’étaient les halls d’immeuble. Il fallait qu’il y ait des réceptacles, parce que c’est bien beau de leur dire de ne pas rester dans les halls [délit], mais encore faut-il qu’en face, il y ait quelque chose pour pouvoir les recevoir ! C’est une façon de canaliser les jeunes en déshérence le soir et c’est devenu un vrai rendez-vous, qui tourne avec environ 100 jeunes tous les soirs. »

Animateur 2 (ville 1) : « Le dispositif X, c’est ouvert à tous les jeunes des quartiers. À leur âge, ils sont assez autonomes pour s’animer eux-mêmes. On fait juste en sorte qu’il n’y ait pas de débordements. Cette activité a été mise en place pour la prévention de la délinquance. Pour éviter les attroupements de jeunes au pied des bâtiments. On préfère qu’ils se regroupent au sein d’un gymnase, encadrés par des animateurs. »

38Dans le cadre du dispositif X, les animateurs se contentent de gérer les flux de jeunes qui s’investissent dans le déroulement de leur pratique sportive (football ou basket-ball). À l’instar de l’étude de Bodin, Robène et Philippe (2008), il apparaît que la prévention de la délinquance par le sport se traduit encore, une dizaine d’années plus tard, par une simple visée occupationnelle permettant de rassembler dans un même lieu les jeunes des quartiers pour mieux les contrôler ; et cela, sans travail psychologique ou social de fond au long cours. Les jeunes demeurent tout de même surveillés par des animateurs socioculturels, contrairement aux autres communes de l’enquête au climat social difficile, où l’auto-organisation « sans » ou « à faible » surveillance fut permise et source de débordements.

  • 21 Interrogés : 69 services jeunesse et/ou sports. Répondants à la question : 57. Pourcentages calculé (...)
  • 22 Le maire (ville 6) : « C’est hors de question qu’un équipement sportif fonctionne la nuit. Les jeun (...)

39D’une façon générale, l’enquête par questionnaires auprès des municipalités d’Île-de-France (comprenant un ou plusieurs quartiers prioritaires) a permis de connaître la part des ouvertures en accès libre et/ou nocturnes au sein des équipements sportifs couverts : 61,4 % ont recours au « libre accès » pour des pratiques physiques et/ou sportives hors activités organisées en clubs21 (dans ce cadre, l’enquête par entretiens dévoile que les utilisateurs ne sont pas toujours accompagnés par du personnel encadrant tel que des éducateurs sportifs, des animateurs socioculturels ou encore des gardiens) et 42,1 % des services des sports déclarent pratiquer des ouvertures nocturnes ; ce qui montre que près de la moitié des municipalités ouvrent leurs gymnases tard le soir (ou la nuit) aux jeunes vivant dans les quartiers. Pour l’autre partie, l’une des raisons de ne pas proposer de créneaux libres en soirée peut émaner de la crainte de certaines communes (dont les équipements sportifs ne sont actuellement pas « squattés ») de ne plus pouvoir, a posteriori, récupérer ou réaffecter différemment ces créneaux. D’autres logiques de non-ouverture peuvent exister : le maire de la ville 6 explique les raisons de son refus d’ouvrir ses équipements sportifs en accès libre après la programmation des clubs (approximativement à partir de 22-23 h) pour des raisons de coûts de fonctionnement, d’indisponibilité des gardiens la nuit, ou encore de décalage des rythmes de vie des jeunes22.

  • 23 Des initiatives en la matière sont parfois mises en œuvre dans les communes, comme la collaboration (...)

40Les contextes locaux particuliers des villes situées en grande couronne parisienne, où la dimension sécuritaire est présente, sont favorables à la mise en place de dispositifs plus contrôlés d’ouverture des équipements sportifs, qui bénéficient d’une surveillance (présence du personnel municipal du service jeunesse et sports). Ceci contribue à un contrôle plus prégnant des équipements sportifs et du public en présence, qui est en partie rendu possible par un climat social plus apaisé que dans certains quartiers prioritaires situés en petite couronne. La généralisation de dispositifs réfléchis autour de thématiques telles que l’insertion professionnelle par le sport23, la remobilisation personnelle par l’activité physique ou encore le sport prévention (santé et/ou délinquance) permettrait de repenser l’animation sociosportive municipale pour les « jeunes-vieux ». En effet, celle-ci semble encore à ses balbutiements. L’évolution possible et parfois déjà constatée réside dans la prise en charge des attentes qui paraissent plus fortes en matière de demande de loisirs auprès du service jeunesse pour la tranche d’âge approximative des 25-40 ans dans les quartiers. Ceci explique un repositionnement récent de certaines communes qui réfléchissent à la potentialité d’une nouvelle offre qui couvrirait presque tous les âges de la vie, allant du service enfance au service jeunesse, incluant progressivement les « jeunes-vieux » qui constituaient jusqu’alors un public absent de la prise en charge de loisirs, pour finir avec le service municipal animation séniors de plus de 60 ans ou le centre communal d’action sociale (CCAS), qui propose dans certaines villes des activités de loisir ciblant les personnes âgées.

Conclusion

41Pour conclure, il convient de rappeler que l’apport principal de cette recherche a été de mettre en exergue la problématique de la gestion municipale des « jeunes-vieux » : alors que les missions traditionnelles des services jeunesse et/ou des sports n’ont pas forcément vocation à les prendre en charge en raison de leur avancée en âge, les acteurs municipaux se demandent où doit s’arrêter leur action et s’ils doivent la faire évoluer afin de prendre en compte le contexte sociétal dans lequel la période de la jeunesse semble « s’allonger ». Sur les six terrains d’enquête, les pratiques d’encadrement des « jeunes-vieux » se situent quasi exclusivement en marge des autres politiques publiques menées par les municipalités. Ceci témoigne de la permanence des conclusions de l’analyse de Bordes (Bordes, 2010, p. 6) selon laquelle « certaines villes tentent de réfléchir à une politique jeunesse transversale et se heurtent à l’organisation même des services municipaux qui ne sont pas prêts à intégrer la jeunesse dans leur fonctionnement ». Lorsque les services jeunesse et/ou des sports décident de prendre en compte ce public dans leurs actions, les visées politiques dépassent la simple ambition humaniste à son égard : il s’agit de tenter de maîtriser les rassemblements de jeunes hommes qui dérangent ou qui font peur, en les réunissant le soir au sein d’espaces fermés comme les gymnases ou les espaces jeunes. L’intention politique de rendre invisibles un maximum de « jeunes-vieux » le soir dans les quartiers rencontre les aspirations d’une partie de ce public cible qui souhaite justement se réunir au sein d’infrastructures municipales fermées, chauffées, éclairées et à l’abri des regards et des intempéries. L’opérationnalisation de ce type de contrôle social est rendue possible parce que la démarche n’est pas incompatible avec les attentes immédiates en matière de loisirs (souvent organisés autour de la pratique du foot en salle). Les résultats d’enquête viennent corroborer l’analyse de Philippe (Philippe, 2011, p. 296) portant sur la ville de Trappes. Cet auteur observe que les politiques municipales sont particulièrement sensibles aux requêtes des jeunes dans des contextes singuliers où ils « deviennent gênants, car visibles » et où « une situation de conflit […] entraîne une modification de la politique locale ».

42Les acteurs municipaux rencontrés lors de cette étude parlent tantôt de « canaliser les jeunes en déshérence le soir », de créer ou d’ouvrir des « réceptacles » pour « éviter les attroupements de jeunes au pied des bâtiments », ou encore, de « réguler » le climat social en mettant « en tas » « tous les relous » (les jeunes perturbateurs). Dans certains cas, en essayant de responsabiliser ces jeunes dans l’équipement ouvert, il s’agit de réduire les coûts à la fois économiques (réparation des portes de gymnases forcées, des vitres cassées, matériel saccagé) et sociaux (nuisances diverses générées par des groupes de « jeunes-vieux » dans d’autres espaces privés ou publics de la ville). Alors qu’il a été rapporté qu’une partie de ces jeunes occupe l’espace pour des activités récréatives non subversives (sport, activités artistiques, discussions entre amis, jeux divers), une autre partie en profite pour mener des activités qui leur sont interdites. Plusieurs types d’encadrement ont été expérimentés dans les communes étudiées (animateurs socioculturels et/ou éducateurs sportifs, agents de médiation sociale, association, club sportif, gardiens seuls dans le cas de regroupements auto-organisés de « jeunes-vieux » sans existence associative). Les municipalités ont tendance à rencontrer des difficultés, car l’occupation des équipements n’est jamais véritablement sous contrôle. Afin de contourner les problèmes, certaines municipalités ont décidé d’établir des conventions avec des associations ou des clubs pour se décharger d’une part de responsabilité par rapport à ce qui peut se passer dans les équipements jeunesse et/ou sports sur ces créneaux particuliers ; mais des dérives ont vu le jour. D’une façon générale, l’ouverture nocturne des équipements municipaux telle qu’elle a été observée ne semble pas constituer une plus-value dans le traitement des besoins sociaux des jeunes en situation de vulnérabilité.

  • 24 Exemples d’actions de prévention situationnelle : caméras vidéo, aménagements urbains limitant les (...)
  • 25 Damien Philippe, Analyse socio-historique d’une politique de prévention par le sport : entre inflex (...)
  • 26 Ibid, p. .411

43Finalement, au regard de l’investissement très relatif des communes dans un projet social structurant pour les « jeunes-vieux » fréquentant les espaces culturels ou sportifs en nocturne, il est intéressant de se demander quel(s) type(s) de réponse(s) politique(s) les élus locaux ont tendance à promouvoir. La « galère » d’une partie des jeunes vivant dans les quartiers identifiée au milieu des années 1980 par Dubet était alors analysée au prisme du délitement de la société industrielle et des banlieues rouges (Dubet, 1987) ; or, il y a maintenant plus de dix ans, cet auteur expliquait dans la préface actualisée de son ouvrage (Dubet, 2008, p. 14) qu’il était acquis que « la question sociale est moins directement identifiable à la question ouvrière qu’elle ne l’est à la question urbaine, à un mélange de problèmes économiques, de problèmes culturels et de problèmes proprement politiques ». Philippe (Philippe, 2011, p. 410) convient également que les municipalités contemporaines s’appuient sur l’urbanisme pour réguler les problèmes sociaux sur leurs territoires. La reconfiguration sociospatiale de la ville (rénovation, démolitions d’immeubles et résidentialisation) permet alors la survenue du phénomène de gentrification qui, associée à des mesures de prévention dite « situationnelle24 », place l’urbanisme comme « premier outil de prévention locale25 ». Les politiques locales visant à pacifier leurs territoires misent donc moins sur le développement des liens sociaux, mais davantage sur les mesures sécuritaires ; ainsi, le sport comme outil d’éducation et de prévention ressort comme « le grand perdant » (Philippe, 2011, sp. 411) de cette nouvelle orientation26.

44La présente étude montre que les services municipaux en charge de la jeunesse et/ou des sports ne semblent pas détenir (ou flécher) des moyens suffisants pour traiter la question sociale étudiée dans un contexte de baisse des finances publiques ; et cela, dans une perspective nouvelle pour les services jeunesse de prendre en compte tous les âges de la vie, du « jeune » au plus « vieux ». Néanmoins, les perspectives dans ce domaine demeurent ; car comme le rappelle Vieille Marchiset (Vieille Marchiset, 2015, p. 29), « dans certains cas, certes peu nombreux, les loisirs sportifs peuvent être intégrés à une véritable démarche socio-éducative ». Ceci nécessiterait une revalorisation des métiers d’animateur socioculturel, qui selon Loncle (2013) font face à des situations de précarité professionnelle (temps partiel, financements non pérennes de dispositifs) ne permettant pas toujours un suivi longitudinal des jeunes. Aussi, la notion de parcours, lorsqu’elle est valorisée dans les référentiels des politiques publiques, tente de répondre à un autre problème soulevé par les professionnels : celui d’« une segmentation de l’accompagnement proposé par les institutions et les professionnels au détriment d’une approche plus globale de la personne. » Cette segmentation s’expliquerait entre autres par « des logiques de territoires, des luttes pour la protection d’identités professionnelles, des représentations diverses de la mission [et] des temporalités différentes dans l’accompagnement » (Chéronnet, 2016, p. 22-23).

  • 27 Voir entre autres les travaux de Paul Bernard et Susan McDaniel.
    Selon Van de Velde (2015), l’approc (...)
  • 28 Voir entre autres les travaux de Claude Dubar.
  • 29 Voir entre autres les travaux de Everett Hughes.

45Par ailleurs, afin d’approfondir le sujet, il serait intéressant de recueillir des récits de vie auprès des « jeunes-vieux » à travers différents prismes d’étude en sciences sociales tels que les « parcours27 », les « trajectoires28 » ou encore les « carrières29 ». Dans quelle mesure plusieurs espaces de socialisation s’entrecoupent-ils et peuvent concurrencer celui de la rue auprès de la population des jeunes-vieux « non captifs » de l’institution municipale ? À l’instar de l’étude de Cavagnoud (2018) sur les jeunes en Bolivie, il s’agirait de remettre en question la catégorie jeune « des rues » émanant des perceptions présentes au sein des institutions.

  • 30 Voir les expériences auto-organisées d’encadrement non formel de breakdance dans les structures jeu (...)

46Enfin, des pistes de recherche restent à creuser au sujet de la valorisation des expériences de loisirs auto-organisés, surveillés ou non institutionnellement, quand celles-ci représentent un lieu d’apprentissage non formel, clé de l’autonomisation des jeunes (Loncle et Martin, 2016), lorsqu’ils en accompagnent d’autres à travers des pratiques artistiques et/ou sportives30.

47L’approche par l’encadrement des « jeunes-vieux », et en filigrane par le prisme du « gouvernement des corps » ciblant de façon exclusive l’action publique municipale jeunesse et sports, a permis de souligner les problématiques rencontrées en matière de régulation ainsi que les visées opératoires pouvant alimenter une réflexion sur le sens des actions mises en place. En revanche, elle ne permet pas une lecture en matière de légitimité du politique, dont l’action publique est indissociable de la question de sa responsabilité et de sa capacité à agir ; ni même de rendre compte d’une analyse plus fine sur les interactions et la gouvernance partagée d’une question sociale qui serait portée à la fois par différents groupes (ou individus) contribuant à redéfinir des moyens d’agir (en lien avec des intérêts généraux) et par des institutions multiples qui interviendraient plus ou moins simultanément, de façon coordonnée ou non, sur les mêmes publics ou situations perçues comme problématiques. Cette contribution ouvre ainsi des pistes d’étude complémentaires qui participeraient à enrichir la réflexion.

Haut de page

Bibliographie

Amsellem-Mainguy (Yaëlle) et Vuattoux (Arthur), Enquêter sur la jeunesse. Outils, pratiques d’enquête, analyses, Paris, Armand Colin, 2018, 224 p.

Augustin (Jean-Pierre) et Ion (Jacques) [dir.], Loisirs des jeunes. 120 ans d’activités éducatives et sportives, Paris, La Documentation française, coll. « Fonjep », 2017, 175 p.

Becquet (Valérie), Loncle (Patricia) et Van de Velde (Cécile), Politiques de jeunesse : le grand malentendu, Paris, Champ social, coll. « Questions de société », 2012, 244 p.

Bendit (René), Hein (Kerstin) et Biggart (Andy), « Autonomie retardée et négociée : l’émancipation résidentielle des jeunes Européens », Politiques sociales et familiales, n° 97, septembre 2009, p. 5-12.

Bessin (Marc) et Vuattoux (Arthur), « Les rapports d’âge dans les pratiques judiciaires : l’expérience institutionnelle des jeunes filles confrontées à la justice », Agora débats/jeunesses, vol. 74, n° 3, 2016, p. 101-112.

Bianco (Jean-Louis), « Préface », dans Guélamine (Faïza) et Verba (Danie) [dir.], Faits religieux et laïcité dans le secteur socio-éducatif, Malakoff (France), Dunod, coll. « Santé Social », 2018, 224 p.

Bodin (Dominique), Robène (Luc) et Philippe (Damien), « Sport et cités : analyse critique d’un couplage idéologique. Une illusion à bon marché », Les Annales de la recherche urbaine. L’expertise au miroir de la recherche, n° 104, juin 2008, p. 120-128.

Bordes (Véronique), Prendre place dans la cité. Jeunes et politiques municipales, Paris, L’Harmattan, coll. « Débats jeunesses », 2007, 253 p.

Bordes (Véronique), « Quelles évolutions pour les politiques jeunesse ? », Forum 21, 2010, 6 p. En ligne : https://blogs.univ-tlse2.fr/bordesveronique/files/2017/05/» Politique-Jeunesse-_-V-Bordes.pdf

Bordiec (Sylvain), La Fabrique sociale des jeunes. Socialisations et institutions, De Boeck Supérieur, coll. » Ouvertures sociologiques », Louvain-la-Neuve, 2018, 176 p.

Bourdieu (Pierre), « La “jeunesse” n’est qu’un mot. Entretien avec Anne-Marie Métailié », Les jeunes et le premier emploi, Paris, Association des Âges, 1978, p. 520-530.

Cavagnoud (Robin), « Fragmentation des parcours de vie et des droits de l’enfance face aux ruptures familiales en Bolivie », Problèmes d’Amérique latine, vol. 108, n° 1, 2018, p. 73-90.

Champy (Muriel), « “La rue ne peut pas avoir d’enfants !ˮ Retour sur les projets de réinsertion des enfants vivant dans la rue (Burkina Faso) », Autrepart, vol. 72, n° 4, 2014, p. 129-144.

Chauvière (Michel), « Catégories et arguments dans le champ de l’intervention sociale (note de recherche) », La nouvelle revue de l’adaptation et de la scolarisation, vol. 47, n° 3, 2009, p. 227-236.

Chéronnet (Hélène), « Parcours : catégorie de l’action publique et/ou outil pour le travail éducatif ? », Les Cahiers dynamiques, vol. 67, n° 1, 2016, p. 21-32.

Dubet (François), La Galère : jeunes en survie, Paris, Fayard, 1987, 503 p., et Paris, Points, 2008, 648 p.

Fassin (Didier) et Memmi (Dominique) [dir.], Le Gouvernement des corps, Paris, Éd. de l’EHESS, 2004, 269 p.

Fize (Michel), Les Bandes. De l’« entre soi adolescent » à l’« autre-ennemi », Paris, Desclée de Brouwer, 2008 (2e éd.), 350 p.

Foucault (Michel), Surveiller et Punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975, 479 p.

Galland (Olivier), « La jeunesse en France, un nouvel âge de la vie », dans Cavalli (Alessandro) et Galland (Olivier), L’Allongement de la jeunesse, Arles, Actes Sud, 1993, p. 19-41.

Galland (Olivier), Sociologie de la jeunesse, Paris, Armand Colin, coll. » U. Sociologie », 2011 (5e éd.), 256 p.

Gasparini (William), « L’intégration par le sport. Genèse politique d’une croyance collective », Sociétés contemporaines, vol. 69, n° 1, mars 2008, p. 7-23.

Gasparini (William), « Pourquoi le sport est devenu une cible pour les islamistes », The Conversation, 27 octobre 2020. En ligne : https://theconversation.com/pourquoi-le-sport-est-devenu-une-cible-pour-les-islamistes-148817

Gaubert (Vincent), « Vers une ludisation des pratiques sportives… », Géographie et cultures, n° 84, 2012, p. 43-61.

Kaufmann (Jean-Claude), L’enquête et ses méthodes : l’entretien compréhensif, Paris, Armand Colin, 2008 (2e édition refondue), coll. » 128 », 128 p.

Khosrokhavar (Farhad), « L’imaginaire fanatisé du djihadisme européen », Raison présente, vol. 212, n° 4, 2019, p. 43-53.

Kokoreff (Michel), « La dimension spatiale des modes de vie des jeunes : le cas d’une cité de la banlieue parisienne », Sociétés contemporaines, n° 17, mars 1994, p. 29-49.

Lascoumes (Pierre) et Le Galès (Patrick), Sociologie de l’action publique, Paris, Armand Colin, coll. » 128 », 2007, 126 p.

Lepoutre (David), Cœur de banlieue. Codes, rites et langages, Paris, Odile Jacob, 1997, 362 p.

Lessard (Coralie), « Sport et prévention de la délinquance. Représentations et implications des acteurs municipaux de six communes d’Île-de-France », Paris, Sciences Sociales et Sport, cahier thématique Sports et politiques publiques, n° 10, 2017, p. 51-78.

Lessard (Coralie), Les politiques municipales de la jeunesse et des sports dans les quartiers : espoirs et illusions de la mixité sociale et de la discrimination positive, thèse de doctorat (non publiée), Marne-la-Vallée, université Paris-Est, 2018.

Lessard (Coralie), « L’inégal accès des filles au sport dans les quartiers », Revue EP&S, dossier Vers l’égalité, 2019, n° 384, p. 42-44.

Loncle (Patricia), « Jeunes et politiques publiques : des décalages croissants », Agora débats/jeunesses, vol. 64, n° 2, Presses de Sciences Po, 2013, p. 7-18.

Loncle (Patricia) et Martin (Céline), « Focus – Quand des jeunes en accompagnent d’autres. L’exemple du Laboratoire artistique populaire à Rennes », Informations sociales, vol. 195, n° 4, 2016, p. 127-130.

Mauger (Gérard), Les Bandes, le Milieu et la Bohème populaire. Études de sociologie de la déviance des jeunes des classes populaires (1975-2005), Paris, Belin, 2006, 252 p.

Monin (Noëlle) et Bouhaouala (Malek), « Les conditions d’émergence d’un nouveau métier du sport : l’animateur socio-sportif », dans Falcoz (Marc) et Koebel (Michel) [dir.], Intégration par le sport : représentations et réalités, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 153-169.

Mucchielli (Laurent) et Touil (Ahmed Nordine), « Jeunesse délinquante et jeunesse en danger : des territoires convergents. Entretien avec Laurent Mucchielli », Le Sociographe, hors-série 8, n° 5, Champ social, 2015, p. 71-82.

Pantaléon (Nathalie), « Socialisation par les activités sportives et jeunes en difficultés sociales », Empan. Sport et intégration, n° 51, octobre 2003, p. 51-53.

Pérez López (Ruth), Vivre et survivre à Mexico. Enfants et jeunes de la rue, Paris, Éd. Karthala, 2009, 350 p.

Philippe (Damien), Analyse socio-historique d’une politique de prévention par le sport : entre inflexions politiques et contexte local, l’exemple de la ville de Trappes, thèse de doctorat, université Rennes 2, 2011.

Sarcinelli (Alice Sophie), « Ordres et désordres des âges dans les familles transnationales roms », Ethnologie française, vol. 45, n° 4, 2015, p. 705-714.

Sauvadet (Thomas), Le Capital guerrier. Concurrence et solidarité entre jeunes de cité, Paris, Armand Colin, 2006, 304 p.

Tourette (Florence), « Jeunesse et politique de la ville : quels jeunes pour quelles politiques ? », Siècles, n° 24, 2006, p. 59-74.

Van de Velde (Cécile), Sociologie des âges de la vie, Paris, Armand Colin, coll. » 128 », 2015, 128 p.

Vieille Marchiset (Gilles), « Loisirs sportifs et innovations sociales dans les quartiers populaires », Informations sociales, vol. 187, n° 1, 2015, p. 25-32.

Vulbeau (Alain), Les Inscriptions de la jeunesse, Paris, coll. » Débats jeunesses », L’Harmattan, 2002, 192 p.

Haut de page

Notes

1 À ce propos, voir Galland (2011) qui retrace historiquement le passage progressif des formes d’encadrement religieux et idéologique de la jeunesse (à l’initiative du privé) à des formes d’encadrement politiques (à l’initiative du secteur public prônant la laïcité).

2 En juillet 2015, le Service central du renseignement territorial a ainsi rédigé une note confidentielle intitulée « Le sport amateur vecteur de communautarisme et de radicalité ».

3 Intervention de William Gasparini, « Le sport : un terrain pour saisir la fabrique sociale du processus de radicalisation islamiste ? », colloque international « Prévention des radicalisations : résilience collective et polarisation sociale », université de Strasbourg/Eurométropole de Strasbourg, septembre 2019. Voir le programme et le résumé de cette intervention en ligne : https://sciences-sociales.unistra.fr/uploads/media/PROGRAMME_-_Colloque_International_Radicalisation_-5_et_6_sept_2019.pdf ; https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02417018

4 Dans leur ouvrage, Fassin et Memmi (2004) approfondissent cette perspective qui sous-tend aujourd’hui un État davantage metteur en scène que producteur du théâtre des bio-politiques. Ils précisent que le « gouvernement des corps » désigne la mise en œuvre de « multiples modalités de la relation à soi et aux autres dans un cadre défini par des codes et des règlements, des normes et des valeurs, des rapports d’autorité et de légitimité, des interactions avec l’État et avec la loi ».

5 Voir l’article D132-7 du Code de la sécurité intérieure, version en vigueur le 8 mai 2016.

6 Seuls les acteurs municipaux utilisent verbalement cette appellation de façon spontanée « entre eux » (officieusement) ou en situation d’entretien (« jeune » et « vieux » comme éléments caractéristiques).

7 Le propos de cet article n’est pas de discuter analytiquement cette catégorie qui peut relever des disparités locales, et dont la variété des caractérisations – « populaires », « défavorisés », « de relégation », « sensibles », « chauds », « de non-droit », « ghetto », etc. – sous-tend des connotations sur lesquelles il ne s’agissait pas de se positionner, allant de la droite de l’échiquier politique plaçant le curseur sur les déviances et l’insécurité, à la gauche dont l’orientation est davantage portée sur le côté culturel et les inégalités.

8 Enquête réalisée lors de déplacements dans les conférences politiques et auprès de l’Agence pour l’éducation par le sport (APELS), et par des questionnaires jeunesse et/ou sports (69) envoyés aux municipalités d’Île-de-France comprenant des ZUS.

9 Le postulat de l’âge adulte est de 25 ans dans le domaine des politiques sociales et de 18 ans pour celui des politiques de citoyenneté (Becquet, Loncle et Van de Velde, 2012).

10 Sur cette question, voir le rapport suivant : INJEP-CREDOC (L. Brice-Mansencal et al.), Baromètre DJEPVA sur la jeunesse, 2018. Champ : jeunes âgés de 18 à 30 ans résidant principalement chez leurs parents.
Ce rapport précise que l’on observe « un lien fort entre les étapes habituellement considérées comme constitutives du passage à l’âge adulte (accès au premier emploi, emploi stable, mise en couple) et la décohabitation : tant que ces étapes ne sont pas franchies, les jeunes restent majoritairement dans le foyer parental ». À ce propos, « en 2018, plus de quatre jeunes sur dix (41 %) résident – du moins à titre principal – chez leurs parents ».

11 La stigmatisation négative de ces jeunes issus de milieux modestes n’est pas sans rappeler celles des blousons noirs (1960) puis des loubards (1970) (Mauger, 2006, p. 14) ; elle est accentuée à la fois par le traitement politique et médiatique des émeutes dans les quartiers qui se réitèrent de façon sporadique depuis les années 1980, et par le caractère stigmatisant de vivre dans les « quartiers d’exclusion », analysé par Khosrokhavar (2019) comme « la première étape » (facteur) vers la radicalisation djihadiste (p. 49). À partir du gouvernement de F. Hollande, le terrorisme islamiste sur le territoire français entérina le tournant sécuritaire précédent (Lessard, 2018) ciblant les jeunes sur ces territoires sans prendre en compte le non-savoir-faire et le manque de moyens des opérateurs locaux en matière de prévention de la radicalisation (Lessard, 2017).

12 Un parallèle peut être établi avec l’étude de Pérez López (2009) à Mexico qui révèle que les jeunes de la rue peuvent représenter un préjudice pour les ventes des commerçants. Leur présence serait dévalorisante pour l’espace environnant et induirait un sentiment d’insécurité chez les clients, dont certains seraient victimes d’intimidation voire d’agression.

13 Voir, entre autres, les travaux de Dubet (1987), Kokoreff (1994), Lepoutre (1997).

14 Bianco (2018) rappelle que la laïcité repose notamment sur le principe de la « séparation des institutions publiques et des organisations religieuses » (p. 13).

15 Si le rapport des services jeunesse et sports au fait religieux a été explicité, il pourrait néanmoins faire l’objet d’une investigation plus approfondie afin de rendre compte, en lien avec le contexte local spécifique, de la complexité des positionnements d’acteurs sur cette thématique, de leur pouvoir et limite d’action ainsi que des enjeux à la fois professionnels, législatifs et politiques sur la question.

16 Cet auteur évoque des demandes de créneaux de la part de clubs sportifs distinguant les sexes en installant au milieu du gymnase un rideau séparant les hommes et les femmes. Aussi, durant les années 1990, les responsables du secteur « Prévention par le sport » et du service en charge de la jeunesse sont entrés dans une lutte politique avec le milieu intégriste de Trappes qui souhaitait récupérer le public jeune afin de « donner la culture qu’ils voulaient. Par la force. Ils nous le faisaient sentir » (directeur des Sports de 1991 à 1994, dans Philippe, 2011, p. 303-304).

17 Le sociologue Gasparini (2020) observe au même titre, dans les quartiers, des marques de « confusion entre l’espace sportif et l’espace cultuel ». Sont relevées « de nouvelles revendications d’ordre religieux (par exemple, port du bermuda sous la douche, prière dans les vestiaires, demande de repas hallal…) ».

18 Des dérives au niveau des horaires d’occupation sont également observées dans les locaux des services jeunesse. Selon le responsable du service jeunesse (ville 2) : « La structure restait ouverte jusqu’à 4 h, 5 h du matin. L’agent d’entretien arrivait et il y avait encore des jeunes qui jouaient aux cartes ! Maintenant, il y a des horaires sur la convention et au moment de la fermeture, à 1 h du matin, l’alarme s’enclenche. Ça prévient la société de sécurité et la police municipale se déplace. »

19 Information confirmée par un groupe d’informateurs de « jeunes-vieux » vivant dans la ville 1 qui se rendent toujours dans certains gymnases.

20 Le maire (ville 6) : « Si c’est pour mettre des animateurs dans un équipement sportif pour ouvrir la porte et la refermer, c’est pas la peine d’être mairie. Donc la mairie reste la partenaire financière d’associations en termes d’organisation d’événements ou de projets. »

21 Interrogés : 69 services jeunesse et/ou sports. Répondants à la question : 57. Pourcentages calculés sur la base des répondants.

22 Le maire (ville 6) : « C’est hors de question qu’un équipement sportif fonctionne la nuit. Les jeunes doivent dormir et laisser dormir les autres. Ce n’est pas bon que les jeunes se lèvent à deux heures de l’après-midi. Il y a du gardiennage, des frais… »

23 Des initiatives en la matière sont parfois mises en œuvre dans les communes, comme la collaboration de l’APELS avec la municipalité de Roubaix et son centre communal d’action sociale concernant le programme Déclic sportif visant l’insertion des jeunes (18-30 ans).

24 Exemples d’actions de prévention situationnelle : caméras vidéo, aménagements urbains limitant les espaces pouvant servir de cachettes, patrouilles des forces de l’ordre, etc.

25 Damien Philippe, Analyse socio-historique d’une politique de prévention par le sport : entre inflexions politiques et contexte local, l’exemple de la ville de Trappes, thèse de doctorat, université Rennes 2, 2011.

26 Ibid, p. .411

27 Voir entre autres les travaux de Paul Bernard et Susan McDaniel.
Selon Van de Velde (2015), l’approche par les parcours se veut signifiante en matière d’analyse des normes interférant dans l’identité à construire plutôt que d’étapes à suivre ; l’approche par les âges permet quant à elle d’analyser les temporalités au cours de la vie, tout en rompant avec la vision de la catégorisation en classes d’âge monolithiques, rigides et homogènes ; et enfin, l’approche par les générations, qui inscrit les caractéristiques individuelles dans le collectif par des effets de cohorte, permet une mise en exergue des solidarités et inégalités entre les générations. À cet effet, Sarcinelli (2015) rappelle que les rapports sociaux d’âge sont significatifs de frontières sociales constituées et reconstituées.

28 Voir entre autres les travaux de Claude Dubar.

29 Voir entre autres les travaux de Everett Hughes.

30 Voir les expériences auto-organisées d’encadrement non formel de breakdance dans les structures jeunesse (Lessard, 2019).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Coralie Lessard, « Mise en œuvre de politiques municipales jeunesse et sports : quand les « jeunes-vieux » dans les quartiers deviennent une catégorie d’action publique officieuse et émergente »Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], 25 | Printemps 2021, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/sejed/10746

Haut de page

Auteur

Coralie Lessard

Enseignante-chercheuse à l’Institut de formation en éducation physique et en sport d’Angers (IFEPSA) relevant de l’Université catholique de l’Ouest (UCO). Docteure en STAPS et qualifiée aux sections CNU 19 (sociologie) et 74 (STAPS), elle est chercheuse associée au laboratoire VIPS2 (Violences, innovations, politiques, socialisations et sports) à l’université Rennes II. Ses intérêts de recherche portent principalement sur le sport dans les quartiers, l’action publique en matière d’activité physique et sportive et de santé, ainsi que l’évolution des pratiques auto-organisées, sportives et/ou artistiques dans la ville (institutionnalisation et sportivisation).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sociétés et jeunesses en difficulté est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search