Navigation – Plan du site

Jeunes autochtones et protection de la jeunesse : leur point de vue sur leur prise en charge

The perspective of Aboriginal youth on child welfare intervention
Jóvenes autóctonos y protección de la juventud: su punto de vista sobre la asistencia recibida
Marie-Hélène Gagnon Dion, Jacinthe Rivard et Céline Bellot

Résumés

La surreprésentation des jeunes autochtones dans les systèmes de protection de l’enfance au Canada est une réalité préoccupante. Cet article vise à partager le point de vue de jeunes autochtones quant à leur prise en charge par le système québécois de protection de la jeunesse. L’article s’appuie sur les données d’une recherche sur la judiciarisation de la pauvreté dont l’un des volets s’est tenu à Val-d’Or, au Québec, auprès de jeunes autochtones vivant en milieu urbain. L’étude s’inspire de la perspective de l’interactionnisme symbolique et aborde sous un nouvel angle la surreprésentation des jeunes autochtones dans le système de protection de l’enfance, en questionnant la signification qu’ils donnent à l’intervention de la protection de la jeunesse dans leur vie. Les jeunes autochtones rencontrés voient leur prise en charge comme une mesure de protection qui leur a permis de se soustraire à des conditions de vie difficiles. Ces résultats mettent en évidence qu’une action au niveau des conditions de vie des familles autochtones devrait être privilégiée pour éviter la surreprésentation des enfants autochtones dans les services de protection de l’enfance.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Comité sénatorial permanent des Droits de la personne, Les enfants: des citoyens sans voix : Mise e (...)

1Les jeunes autochtones représentent l’une des catégories de jeunes les plus vulnérables et marginalisés au Canada1. La surreprésentation de ces jeunes dans les systèmes de protection de l’enfance illustre bien ce fait et représente une réalité préoccupante. Actuellement au Canada, les enfants autochtones sont quatre fois plus susceptibles que les enfants non autochtones de faire l’objet d’une enquête par les systèmes de protection de la jeunesse pour mauvais traitements. Cette surreprésentation fait aussi écho à un passé où, pendant des décennies, les enfants autochtones ont été systématiquement retirés de leur famille dans le cadre de politiques assimilatrices du gouvernement canadien. Dans un tel contexte, il est impératif de relever la perspective des principaux acteurs concernés. Inspirée des grands principes de l’interactionnisme symbolique, la présente étude est novatrice en ce sens qu’elle questionne directement le point de vue des jeunes autochtones sur la signification qu’ils donnent à l’intervention des services de protection de la jeunesse dans leur vie : cette intervention remplit-elle le rôle de protection qu’elle proclame ? Contribue-t-elle réellement à améliorer leur bien-être ?

2Cet article s’appuie sur les données d’une recherche sur la Judiciarisation et la défense des droits des personnes en situation de pauvreté, dont un volet s’est tenu à Val-d’Or, au Québec, auprès de jeunes autochtones résidant en milieu urbain qui ont vécu une prise en charge par la protection de la jeunesse. Nous abordons dans cet article la façon dont ces jeunes ont vécu la situation entourant leur prise en charge et comment ils la comprennent, afin de dégager le sens qu’ils donnent à l’intervention des services de protection de la jeunesse dans leur vie.

3En donnant la voix à ces jeunes, nous désirons partager leur point de vue afin d’intégrer leurs discours dans les discussions entourant la surreprésentation des Autochtones dans le système de protection de l’enfance. Nous voulons de ce fait éclairer davantage les raisons de cette surreprésentation ainsi que contribuer à l’amélioration des interventions à l’égard des jeunes autochtones et de leurs familles. Il sera donc question dans cet article d’exposer la mission du système de protection de l’enfance québécois et de faire un survol des éléments dans la littérature qui expliquent la surreprésentation des jeunes autochtones dans ce système. Nous verrons que les différentes explications à la surreprésentation n’ont pas tenu compte du point de vue des jeunes autochtones et qu’à cet égard, la voix de ces jeunes est susceptible d’amener un éclairage nouveau. Nous partagerons ensuite les témoignages des jeunes autochtones, récoltés dans le cadre de notre recherche, quant à leur propre situation de prise en charge et discuterons des enjeux soulevés par ces témoignages.

Le système de protection de l’enfance au Québec

  • 2 Loi sur la protection de la jeunesse, L.R.Q., c. P-34.1

4Au Québec, l’instrument législatif déterminant les devoirs de l’État envers les jeunes en difficulté est la Loi sur la protection de la jeunesse (LPJ)2, en vigueur depuis 1979. La mission de protection qui consiste à apporter une réponse minimale aux besoins fondamentaux d’un enfant, dans son meilleur intérêt et dans le respect de ses droits, se trouve au cœur de cette loi. Depuis les années 1990, ce sont les directeurs de la protection de la jeunesse (DPJ) qui, à travers leurs équipes d’intervenants, ont la responsabilité d’appliquer la LPJ par l’entremise des 19 centres jeunesse, répartis dans 18 régions.

  • 3 Ibid., art. 2.4, par. 5, c.
  • 4 Ibid., art. 37.5
  • 5 Luc Demers, « Le système de protection au Québec : l’organisation des services en soutien aux enfan (...)
  • 6 Christiane Guay et Sébastien Grammond, « À l’écoute des peuples autochtones ? Le processus d’adopti (...)

5Les populations autochtones du Canada sont couvertes par les lois provinciales de la protection de l’enfance. La LPJ contient toutefois certaines spécificités concernant les communautés autochtones : la loi dispose que toute intervention en contexte autochtone doit tenir compte des caractéristiques de ces communautés3 et que le gouvernement québécois peut conclure avec une nation autochtone une entente établissant un régime particulier de protection4. Une telle entente doit cependant être conforme aux principes généraux et aux droits de l’enfant garantis par la loi5. Actuellement, seulement deux nations autochtones sur les onze nations au Québec se sont prévalues de cette possibilité et ont mis sur pied leur propre système de protection de la jeunesse pour application de la LPJ6. Il faut noter que le territoire visé par la présente étude n’en fait pas partie. Par ailleurs, si la loi énonce que l’on doit tenir compte des caractéristiques des communautés autochtones, rien ne précise en quoi cela consiste, ce qui laisse un certain flou quant aux interventions à adopter en contexte autochtone.

6La Loi sur la protection de la jeunesse québécoise définit différentes situations de mauvais traitements à l’endroit des enfants où une intervention de l’État devient nécessaire. L’abandon, la négligence, les mauvais traitements psychologiques, l’abus sexuel, l’abus physique et les troubles de comportements sérieux représentent les situations où l’on considère que la sécurité ou le développement de l’enfant sont compromis. L’intervention des DPJ consiste alors à mettre fin à ces situations, soit en travaillant de manière volontaire avec les familles, soit en leur imposant des mesures par le biais du Tribunal de la Jeunesse. Les mesures de protection peuvent aller d’un suivi dans le milieu familial à un placement dans un milieu substitut, principalement dans des familles d’accueil, des centres de réadaptation ou des foyers de groupe. Cette loi d’exception, qui vient limiter l’autorité parentale, vise à travailler principalement de manière volontaire avec les familles et à maintenir l’enfant dans son milieu d’origine. La voie judiciaire et le placement sont donc définis comme des mesures de dernier recours.

  • 7 Patrick Johnston, Native Children and the Child Welfare System, Toronto, Conseil canadien de dévelo (...)
  • 8 Commission royale sur les peuples autochtones, Rapport de la Commission royale sur les peuples auto (...)
  • 9 Vandna Sinha, Nico Trocmé, Barbara Fallon, Bruce MacLaurin, Elizabeth Fast, Shelley Thomas Prokop, (...)
  • 10 Ibid., p.xii, xii, xv, xvi.
  • 11 Ibid., p. 4 à 6.

7Comme ailleurs au Canada, les jeunes autochtones sont surreprésentés dans le système de protection de la jeunesse québécois depuis sa création. En 1980-1981, 2,6% des enfants pris en charge par la province étaient autochtones, même si ceux-ci représentaient 0,7% de la population7. La Commission royale sur les peuples autochtones mentionnait en 1996 qu’environ 50% des enfants des collectivités autochtones du sud du Québec étaient placés dans des foyers non autochtones8. La dernière étude canadienne sur l’incidence des signalements de cas de violence et de négligence envers les enfants démontre que les enfants autochtones ont quatre fois plus de chances que les enfants non autochtones d’être sujets d’une enquête par la protection de la jeunesse pour mauvais traitements9. Cette étude montre aussi que l’écart entre le taux de placement des enfants autochtones et celui des enfants non autochtones s’avère encore plus grand10. Actuellement, les enfants autochtones représentent 2% de la population infantile québécoise, mais 10% des enfants placés à l’extérieur de leur foyer par la protection de la jeunesse11.

La surreprésentation des jeunes autochtones en protection de la jeunesse.

  • 12 Voir par exemple : Commission Royale sur les peuples autochtones, op. cit. ; Fondation autochtone d (...)
  • 13 Commission Royale sur les peuples autochtones, op. cit.
  • 14 Les travaux suivants, entre autres, partagent cette thèse : parmi ce camp d’auteurs, on compte, ent (...)

8De nombreux auteurs et chercheurs tentent d’expliquer les causes de la surreprésentation des enfants autochtones dans le système de protection de la jeunesse. D’abord, certains affirment que les effets des politiques assimilatrices qui ont eu cours pendant des décennies à l’égard des peuples autochtones, et plus spécifiquement l’expérience des pensionnats indiens, ont eu des conséquences intergénérationnelles qui conduiraient souvent à des actes nécessitant une intervention de la part des organismes de protection de la jeunesse12. Le programme des pensionnats autochtones, aussi appelés « écoles résidentielles », qui a eu cours de la fin du 19e siècle jusqu’au milieu du 20e, visait à soustraire les enfants autochtones des influences parentales et à les resocialiser par des méthodes qui impliquaient bien souvent la violence physique, psychologique et sexuelle13. Par cette politique, l’État canadien, en partenariat avec les églises catholiques, a retiré à leurs parents la responsabilité des enfants autochtones afin de leur inculquer les valeurs, croyances et habitudes de la société coloniale, faisant en sorte que des générations d’enfants autochtones ont été séparées de leur famille. Ainsi, certains auteurs soutiennent que les survivants de ces pensionnats, privés de modèles parentaux adéquats, reproduiraient des comportements inadéquats à l’égard de leurs propres enfants, tels que la négligence et divers types de violence, conduisant souvent à une intervention des services de protection de la jeunesse14.

  • 15 Les travaux suivants, entre autres, s’inscrivent dans cette perspective : Thomas L. Crofoot et Mari (...)
  • 16 Voir Patrick Johnston, Native Children and the child welfare system, op. cit.
  • 17 À ce sujet, voir par exemple : Cindy Blackstock, Nico Trocmé et Marlyn Bennett, « Child maltreatmen (...)
  • 18 Christiane Guay et Sébastien Grammond , op. cit, p. 105, 107, 109, 110.

9D’autres clament plutôt l’existence de biais culturels présents au sein des régimes de protection de la jeunesse, que ce soit au Canada ou aux États-Unis15. Ces critiques relatives aux systèmes provinciaux de protection de la jeunesse trouvent des appuis au Canada dans la période historique appelée « sixties’ scoop », ou « rafle des années 1960 »16. En effet, à partir des années 1950, le régime des pensionnats autochtones a progressivement été abandonné par le gouvernement fédéral qui a délégué aux autorités provinciales la responsabilité de la protection des enfants autochtones, occasionnant un retrait massif d’enfants autochtones de leurs familles. Les travailleurs sociaux, principaux acteurs de la protection de l’enfance, ont été blâmés pour avoir effectué, pendant près de vingt ans, des placements permanents et des adoptions de milliers d’enfants dans des familles non autochtones, avec le seul motif que le milieu autochtone n’était pas le meilleur pour ces enfants17. Cette période de l’histoire a laissé des traces et des auteurs expliquent la surreprésentation actuelle des jeunes autochtones en protection de la jeunesse par une certaine continuité de ces pratiques. Plus précisément, ces biais s’expliqueraient aujourd’hui par la tendance des travailleurs sociaux à juger plus sévèrement les parents autochtones, à inférer la négligence à la pauvreté apparente du ménage ou à juger les codes culturels autochtones quant à la manière de prendre soin de ses enfants18.

  • 19 Voir par exemple : Vandna Sinha, Nico Trocmé, Barbara Fallon, Bruce MacLaurin, Elizabeth Fast, Shel (...)
  • 20 Cindy Blackstock, Nico Trocmé et Marlyn Bennett, op. cit.
  • 21 Marc Tourigny, Pascale Domond, Nico Trocmé, Bruno Sioui et Karine Baril, op. cit.
  • 22 À ce sujet voir par exemple : Danielle A. Black, Richard E. Heyman et Amy M. Smith Slep, « Risk fac (...)
  • 23 Par exemple, les travaux suivants vont dans cette direction : Marlyn Bennett et Cindy Blackstock, o (...)

10Actuellement, la plupart des chercheurs canadiens s’entendent toutefois pour dire que les conditions de vie et la pauvreté auxquelles font face les communautés autochtones sont les raisons principales pour lesquelles de nombreux enfants autochtones sont retirés de leurs familles19. Une étude canadienne sur l’incidence des signalements de cas de violence et de négligence envers les enfants fait ressortir que la pauvreté, les mauvaises conditions des logements et les problèmes de toxicomanie sont des causes de la surreprésentation des jeunes autochtones en protection de la jeunesse20. Une étude réalisée au Québec démontre aussi que l’occupation d’un logement subventionné, l’abus de substances chez les parents et un nombre plus élevé d’enfants par famille font partie des facteurs qui différencient la situation des jeunes autochtones pris en charge par les organismes de protection de la jeunesse21. Comme il est généralement reconnu que les mauvais traitements envers les enfants sont fortement associés au contexte socioéconomique de leur famille22, plusieurs chercheurs affirment que les enfants autochtones seraient plus susceptibles d’être victimes de mauvais traitements puisque les politiques de colonisation et d’assimilation auraient détérioré les conditions de vie et entrainé l’émergence de nombreux facteurs de risque chez les populations autochtones23.

Le point de vue des jeunes

  • 24 Comité sénatorial permanent des Droits de la personne, op. cit., p. 210 à 212.
  • 25 À ce sujet voir par exemple : Marlyn Bennett et Cindy Blackstock, A literature review and annotated (...)

11Dans le contexte de la protection de la jeunesse, la recherche du mieux-être de l’enfant est complexe et doit tenir compte à la fois des droits et de l’intérêt de l’enfant. Le Comité sénatorial permanent des Droits de la personne, qui a tenu des audiences concernant les droits et libertés des enfants dans tout le Canada, fait remarquer que, trop souvent, les droits des enfants sont brimés lorsqu’ils sont pris en charge par l’État et qu’on ne prend pas assez en considération leur opinion dans les procédures et les décisions concernant leur bien-être24. Le point de vue des jeunes concernant leur expérience de prise en charge est essentiel si on veut arrimer leurs « droits » et leur « meilleur intérêt ». Cela est d’autant plus important pour les jeunes autochtones puisque ces derniers font l’objet d’une surreprésentation dans le système de protection et qu’ils ont été, pendant des décennies, systématiquement retirés de leurs familles. En effet, les pensionnats indiens et la « rafle des années 1960 » ont fait en sorte que pendant plus d’un demi-siècle, les enfants autochtones ont été retirés de leur famille pour des motifs qui relevaient plus des valeurs de la société dominante que d’un besoin de protection. Qu’en est-il aujourd’hui ? Est-ce que le système québécois de protection de la jeunesse remplit son mandat de protection ? Nous sommes d’avis que ces jeunes autochtones qui ont été pris en charge par la protection de la jeunesse sont les mieux placés pour répondre à ces questions. D’une part, leur discours mérite d’être entendu quand il est question de leurs droits et de leur bien-être. D’autre part, aucune recherche recensée, portant sur la surreprésentation des jeunes autochtones en protection de la jeunesse, n’aborde les causes de cette surreprésentation à partir de leur point de vue. Les pratiques du passé en protection de la jeunesse ont eu des impacts considérables sur les jeunes et leur famille25. À cet égard, il s’avère indispensable de s’assurer que les erreurs commises dans le passé au nom de la protection des enfants ne soient pas reproduites dans les systèmes de protection actuels. Questionner les jeunes autochtones eux-mêmes sur leur prise en charge permettra d’offrir un éclairage nouveau sur les causes de leur surreprésentation dans le système québécois de protection de la jeunesse et sur les interventions qui permettraient, éventuellement, de freiner cette surreprésentation et de répondre à leur bien-être.

  • 26 Voir  David Le Breton, L'interactionnisme symbolique, Paris, Presses universitaires de France, 2004
  • 27 Jean-Michel Bonvin, Figures de sociologues. Introduction à l’épistémologie sociologique (Erving Gof (...)
  • 28 David LeBreton, op. cit.
  • 29 Jean-Michel Bonvin, op. cit.

12En donnant la parole aux jeunes autochtones quant à leur expérience entourant leur prise en charge, cette étude s’inscrit dans une approche relevant de l’interactionnisme symbolique26. Issu de la sociologie compréhensive des années 1950 aux États-Unis, l’interactionnisme symbolique est avant tout une méthodologie de recherche née des débats sociologiques relatifs à la primauté de l’acteur ou du système, à l’importance accordée à la signification individuelle ou plutôt aux déterminants structurels, au primat de la subjectivité sur l’objectivité ou l’inverse. Un nouveau courant sociologique a ainsi émergé, au sein duquel l’intérêt est porté à la réflexivité, aux compétences et aux logiques qui sous-tendent les actions vécues par les acteurs. L’interactionnisme symbolique nous amène à aborder la réalité d’une situation sociale comme étant construite et définie par les acteurs eux-mêmes, cette construction apparaissant comme une composante essentielle de la situation, qui entraîne des conséquences bien réelles27. Comme les interactionnistes, nous reconnaissons l’existence du déterminisme, mais nous nous intéressons au point de vue de l’acteur et à sa marge de manœuvre. En effet, le comportement individuel n’est pas tout à fait déterminé, ni tout à fait libre, il s’inscrit dans un débat permanent qui autorise l’innovation28. Ainsi, le sens d’une situation est attribué subjectivement par les individus pour comprendre une réalité telle qu’elle est vécue de l’intérieur, d’où l’importance d’adopter une démarche compréhensive dans l’analyse du discours des jeunes autochtones29. L’interactionnisme symbolique nous permet d’analyser les interactions de ces jeunes dans leur situation familiale, à partir de leur perspective, et d’en faire ressortir leur vécu par rapport à leur prise en charge. Ce cadre théorique nous permet également d’éclaircir l’interaction entre les jeunes autochtones et le système de protection de la jeunesse. Finalement, l’interactionnisme symbolique offre la possibilité d’éclairer le phénomène de la surreprésentation des Autochtones dans le système de protection de la jeunesse, à partir du point de vue des jeunes autochtones eux-mêmes, sur le sens qu’ils donnent à l’intervention de la protection de la jeunesse. Cette posture permet d’offrir une perspective nouvelle concernant les enjeux de la protection de l’enfance autochtone et les interventions à privilégier.

La méthodologie

  • 30 La recherche partenariale s’intitule « Judiciarisation et défense des droits des personnes en situa (...)
  • 31 Pour en savoir plus au sujet du récit de vie, voir  Daniel Bertaux, L’enquête et ses méthodes : Le (...)
  • 32 Par motifs de compromission on entend ici les raisons qui mènent au signalement, les raisons qui co (...)

13Les données et témoignages utilisés dans cet article proviennent d’une étude plus vaste portant sur la judiciarisation des personnes en situation de pauvreté30, dont l’un des volets s’est tenu à Val-d’Or auprès de jeunes autochtones. Des entrevues non-directives, de type récit de vie31, ont été réalisées auprès de quatre jeunes femmes et quatre jeunes hommes autochtones, âgés entre 18 et 24 ans, résidant en milieu urbain et ayant vécu une prise en charge par la protection de la jeunesse. Notre objectif était de rencontrer de jeunes adultes ayant terminé leur parcours de prise en charge et bénéficiant d’un certain recul sur leur expérience. Le recrutement s’est fait par l’entremise d’organismes de Val-d’Or intervenant auprès d’Autochtones et par le Centre jeunesse de l’Abitibi-Témiscamingue. C’est lors d’une consultation avec ces organismes qu’a été prise la décision de recueillir les récits de jeunes résidant en milieu urbain puisque, d’une part, les jeunes des communautés autochtones de la région de l’Abitibi sont très sollicités par les chercheurs, et d’autre part, on en sait très peu sur les jeunes autochtones qui font le choix d’habiter en ville ou qui en sont natifs. Les participants de cette étude, nés soit dans une communauté autochtone, soit en milieu urbain, ont en commun d’avoir choisi de s’établir en ville, à l’extérieur des communautés autochtones, lorsqu’ils ont atteint leur majorité. Dans la mesure où notre recherche vise à mettre en lumière la subjectivité des jeunes, ceux-ci ont été recrutés simplement à partir du fait qu’ils avaient bénéficié d’un suivi en protection de la jeunesse. Nous n’avons ni demandé, ni consulté des données provenant de la Direction de la protection de la jeunesse. Les éléments liés à la décision de prise en charge et aux motifs de compromission32 de la Direction de la protection de la jeunesse demeurent donc inconnus.

  • 33 La volubilité des jeunes rencontrés étant limitée, nous avons fait appel à des techniques de reform (...)

14Cette recherche a été approuvée par le Comité d’éthique de la recherche de la Faculté des arts et des sciences de l’Université de Montréal (CERFAS). La participation aux entrevues s’est réalisée sur une base volontaire et les jeunes ont donné leur consentement libre et éclairé. Les entrevues visaient à faire émerger le discours des participants autour de dimensions liées à la prise en charge telles que les conditions de vie entourant la prise en charge, les acteurs présents ou absents durant l’enfance, la nature de la prise en charge, la compréhension et la perception de cette prise en charge et les conditions de vie actuelles. Le déroulement de l’entrevue visait à soutenir le discours des participants autour des thèmes explorés, sans en imposer le cours33. Les entretiens ont été enregistrés et transcrits verbatim sur support informatique. Une analyse thématique a permis de faire ressortir la compréhension et le vécu des jeunes relatifs à la situation ayant entouré leur prise en charge.

Les résultats

  • 34 Pour des enjeux liés à la confidentialité, le terrain de recherche étant un petit milieu où tout le (...)

15Nous tenons d’abord à souligner la générosité des jeunes rencontrés dans le cadre de cette étude. Ces derniers ont bien voulu partager le récit de cette période difficile de leur vie qu’est la situation entourant leur prise en charge. Parler à une étrangère et livrer de telles confidences demandent beaucoup de courage et nous voulons insister sur la force et la résilience de ces jeunes. Cette section vise à transmettre leurs témoignages avec fidélité34 et à faire ressortir leur compréhension de la situation de prise en charge pour mettre en lumière le sens qu’ils donnent à l’intervention des services de protection de la jeunesse dans leur vie.

16L’analyse des récits des jeunes fait ressortir qu’ils positionnent l’intervention de la protection de la jeunesse dans une logique de protection leur ayant permis de se soustraire à un contexte de vie difficile. Ces jeunes décrivent leurs conditions de vie précédant leur prise en charge comme étant précaires, marquées par la consommation d’alcool et de drogues de leurs parents, par la violence et la négligence. La consommation des parents représente, pour tous les jeunes rencontrés, la cause directe des problèmes qui a mené à leur prise en charge, puisqu’elle a entrainé des comportements parentaux inadéquats. Ces jeunes expliquent cette consommation par des évènements familiaux ponctuels et par les conséquences d’évènements historiques. Les témoignages des jeunes démontrent qu’ils ont vécu difficilement la situation entourant leur prise en charge et qu’ils ont souvent cherché eux-mêmes à quitter leur milieu familial. Des conditions de vie difficiles, généralisées à leur famille élargie et à leur communauté, ont fait en sorte que l’intervention de la protection de la jeunesse a représenté, pour tous les jeunes rencontrés, une forme de protection.

Perception du contexte familial

« Le loyer ne se payait plus un moment donné. On avait des problèmes pour ça et avec la bouffe. On était quand même une grosse famille! » 3 frères, 4 sœurs «  Oui, dans une maison.»

17Lorsqu’ils abordent le contexte entourant la prise en charge, les jeunes rencontrés mentionnent des conditions de vie précaires, marquées notamment par la pauvreté, la vulnérabilité émotionnelle et psychologique des parents, ainsi que l’instabilité résidentielle. Quand ils parlent de leur passé familial, les jeunes autochtones présentent une situation familiale instable, aux prises avec divers défis et difficultés :

« J’habitais avec ma mère et avec mon père aussi, mais j’ai aucun souvenir. À l’âge de 3 ans, ils se sont séparés parce qu’ils avaient des problèmes d’argent, de machines [à sous], d’alcool. Mon père buvait tout le temps, donc ma mère allait tout le temps aux machines. [Ce] qui se passe quand les deux investissent trop dans une affaire, c’est que l’argent baisse donc il n’y en avait plus assez pour nous faire vivre, donc ils se sont séparés. Ma mère s’est [débrouillée], on est allés chez ma grand-mère un an de temps, puis après ça, ma mère elle n’avait pas encore un autre appart, donc un moment donné on est retourné [dans une auberge] (…) Ma mère, en échange qu’elle restait là, il fallait qu’elle fasse tout le ménage, parce qu’ils savaient qu’elle n’avait que 500$ par mois. Ça l’air gros 500$, mais ce n’est pas gros. »

  • 35 L’usage du masculin est utilisé en ce qui a trait aux témoignages des jeunes pour des raisons de co (...)

18C’est en effet un portrait d’une grande pauvreté que les jeunes dressent lorsqu’ils décrivent le contexte de vie familiale caractérisant leur enfance. À l’exception d’un jeune35, les participants de l’étude ont relevé que leurs parents étaient bénéficiaires de l’aide sociale et avaient souvent de la difficulté à boucler les fins de mois. La grande majorité des jeunes se trouvaient aussi dans une famille monoparentale où la mère avait la garde de plusieurs enfants, ou alors, dans une famille reconstituée où s’ajoutaient plusieurs demi-frères et demi-sœurs. Dans tous les cas, ces situations impliquaient un manque de ressources financières et un manque d’espace en termes de logement. Dans leurs discours, les jeunes associent fréquemment ces manques au contexte ayant mené à la prise en charge. Par exemple, un jeune rapporte qu’il dormait par terre dans la chambre de sa mère et de son nouveau conjoint parce qu’il « manquait de place », ce qui l’exposait à la violence conjugale.

19La présence de violence conjugale à la maison a été mentionnée par la plupart des participants. Lorsque ce type de violence avait lieu entre le père et la mère, s’en est suivi la séparation des parents, laissant la mère nouvellement monoparentale avec la charge de plus de quatre enfants, les familles des jeunes interrogés étant en majorité très nombreuses. Ce contexte de vie a provoqué davantage de précarité, dont une plus grande pauvreté économique, ainsi qu’une instabilité résidentielle pour les familles où les mères, voulant fuir le contexte de violence conjugale, ont décidé de déménager en ville :

« Mon père n’était jamais là. Il était là de temps en temps, mais ils se battaient tout le temps ma mère et mon père. C’est pour ça que ma mère est déménagée à [nom de la ville]. (...) [Ma mère était capable de payer le loyer], mais des fois elle était en retard. On se faisait presque mettre dehors. »

20Les impacts de cette violence dont les mères sont victimes ainsi que l’instabilité relationnelle de celles-ci sont d’autres aspects mentionnés par les jeunes pour illustrer des facteurs de la vulnérabilité familiale dans laquelle ils évoluaient. Par exemple, un jeune s’est dit perturbé par le fait que sa mère, suite à la séparation d’avec son père, changeait constamment de domicile et de conjoint. L’instabilité résidentielle s’est, en outre, avérée une condition de vie récurrente dans le passé familial des jeunes interrogés et elle est, dans leur discours, souvent associée à de l’isolement. Il faut préciser que les jeunes ayant participé à cette étude ont mis beaucoup d’emphase sur l’appartenance à leur milieu d’origine et sur le lien fort qui les unit à leur famille immédiate et élargie. L’éloignement de la famille élargie, suite à des changements résidentiels, apparait donc très significatif pour ces jeunes :

« Mon père, il n’avait pas de famille avant qui restait à [nom d’une communauté], ni à [nom d’une communauté], parce que notre famille vient de loin. On vient du Nord. Et ma mère vient de (…) [nom d’une communauté], (…) Notre famille était donc toujours séparée quand on était jeune. On avait de la misère à voir nos tantes, nos oncles, nos cousins. »

21Certains participants ont aussi abordé la pauvreté structurelle présente dans leur communauté d’origine, laquelle se traduit par l’obligation pour les enfants de fréquenter un foyer scolaire en ville durant la semaine, étant donné l’absence d’école dans la communauté, et par une absence d’eau et d’électricité dans la communauté. Les jeunes rencontrés mettent directement en lien cette pauvreté structurelle avec le système de protection de la jeunesse. Par exemple, un jeune raconte que son premier placement par une instance de protection de la jeunesse s’expliquerait, selon sa mère, par le fait que la présence d’un poêle à bois dans la maison, nécessaire pour pallier l’absence d’électricité dans la communauté, le rendait malade. Un autre jeune aborde l’absence d’école dans sa communauté et l’obligation d’aller en ville pour son éducation en dressant un parallèle entre les familles d’accueil et les foyers scolaires :

« (…) il n’y avait pas [d’école] quand j’étais jeune. Il y avait un autobus qui voyageait les jeunes. Le dimanche soir jusqu’au vendredi soir, on retournait en autobus. (…) Les foyers scolaires, c’est des familles qui ont accepté de prendre, de nous prendre, du lundi jusqu’au vendredi pour l’école. Mais il fallait qu’on respecte le règlement. (…) C’est comme une famille d’accueil, mais c’est un foyer scolaire. Ils te gardent juste pour la semaine, pour que tu ailles à l’école. Les fins de semaine, ils te renvoient chez tes parents. C’est toujours les parents qui ont la garde. »

Perception de la cause de la prise en charge  

« C’est sa consommation qui a dit qu’il fallait qu’on parte. Parce que sa consommation touchait la famille, pour le loyer et la nourriture. »

22Pour tous les jeunes rencontrés, la consommation de drogues et d’alcool des parents est au centre des raisons ayant mené à leur prise en charge. Dans leur discours, on comprend que la toxicomanie des parents entraine des problèmes qui se traduisent par une incapacité à répondre aux besoins des enfants et par des comportements inappropriés tels la violence physique, psychologique et sexuelle :

« Il y avait moins d’affaires à manger à cause des problèmes de drogues. Moi quand j’ai vu ça, je me demandais c’était quoi, je pensais que c’était des médicaments. (…) [Quand elle consommait], elle me battait. Puis un petit peu de liberté limitée. Ça veut dire que je ne pouvais plus voir mes amis, elle pensait qu’ils allaient me tuer. »

23Dans tous les cas, la dépendance à l’alcool et aux drogues des parents a provoqué des carences en matière d’alimentation, de vêtements, de soins et de surveillance des enfants, comme en témoigne ce jeune : « C’est [quand mon beau-père a arrêté de travailler] que ma mère a eu sa chute aussi. D’alcool et de drogues, vraiment sa chute. Le loyer ne se payait plus un moment donné. On avait des problèmes pour ça et avec la bouffe. » Les jeunes expriment aussi que lorsque des comportements violents de la part des parents se produisaient, cela était toujours en lien avec les drogues ou l’alcool, soit parce qu’ils étaient sous l’effet de ces substances, soit parce qu’un arrêt de consommation les rendait agressifs. En somme, pour les jeunes, les comportements ayant mené à leur prise en charge ne sont pas intrinsèques à leurs parents mais s’expliquent plutôt par les effets de la dépendance à l’alcool et aux drogues, laquelle résulte d’évènements extérieurs. Ces évènements, relevés par les jeunes, sont de nature ponctuelle et historique.

Évènements familiaux et historiques : les sources de la consommation

24La plupart des jeunes expliquent la consommation de leurs parents par des changements survenus dans leur famille. Ces changements et les effets qu’ils ont entrainés démontrent, une fois de plus, la précarité du contexte familial duquel ces jeunes proviennent. Des éléments initiateurs, tels que la perte ou l’arrêt de travail d’un parent, le déménagement en ville ou l’arrivée d’un conjoint de la mère, lui-même consommateur, ont provoqué une augmentation de la consommation du ou des parents responsables des jeunes. Par exemple, un jeune partage que sa mère a déménagé en ville pour fuir la violence conjugale dont elle était victime. Il ajoute : « Depuis ce temps-là que ma mère sortait tout le temps, allait dans les bars et c’est tout le temps moi qui gardais. (…) Ma mère sortait tout le temps au bar et elle consommait de la drogue. » Un autre jeune explique que c’est la perte du travail du conjoint de sa mère qui se trouve à l’origine d’une hausse de leur consommation d’alcool, laquelle allait ensuite causer des difficultés grandissantes pour payer le loyer et des carences en matière d’alimentation.

25Des évènements historiques, en particulier l’expérience des pensionnats indiens et son influence sur les générations subséquentes, sont aussi mentionnés par les participants comme faisant partie des facteurs expliquant la consommation des parents et donc, de la prise en charge des jeunes par les instances de protection : « C’était rare qu’elle était tout le temps-là, à jeun. Ma mère aussi a vécu plein d’affaires, mon père aussi, ils ont été au pensionnat. On dirait que j’ai vécu la même affaire qu’eux-autres, mais je n’étais pas en pensionnat. » Ces jeunes expliquent que l’expérience dans les pensionnats indiens a provoqué chez leurs parents des blessures, ce qui les ont menés à abuser des drogues ou de l’alcool et à reproduire avec leurs enfants des comportements, tels la négligence et la violence physique et sexuelle, qu’ils avaient eux-mêmes vécu dans les pensionnats. Pour ces jeunes, ce « cercle » de blessures et de comportements se perpétue d’une génération à l’autre :

« Rendus à [nom de la communauté autochtone], on a déménagé souvent. Moi, mon fils et ma blonde. Chez sa tante, chez sa cousine, chez ma mère, chez sa mère. Je commençais à faire des conneries, à boire. C’est là que je me suis rendu compte que j’étais en train de faire les mêmes affaires que ma mère m’a faites. Je ne voulais pas que mon fils vive la même affaire que moi. Je l’ai sorti du cercle. »

Perception des motifs de prise en charge

« Pas longtemps après, on m’a re-signalé. Je suis arrivé en famille d’accueil avec mes souliers trop petits et j’avais mal aux pieds. »

26Tous les participants ont abordé le fait que leurs besoins de subsistance, par exemple ceux d’être nourris et vêtus convenablement, n’étaient pas comblés par les parents au moment de la prise en charge. D’autres se sentaient par ailleurs brimés au niveau de leur développement, leurs responsabilités familiales dépassant largement leurs capacités ou leur volonté. Dans ces circonstances, les jeunes étaient conscients de la gravité de la situation et celle-ci leur pesait énormément : « On avait vraiment de la misère à vivre là-dedans. On a commencé à manquer l’école. Ça n’a pas de bon sens de manquer tant de temps d’école à 10 ans! On manquait l’école parce qu’on ne mangeait pas. On avait toujours faim. » Pour plusieurs, la violence physique, psychologique ou sexuelle a fait également partie de leur réalité avant qu’ils soient pris en charge par les services de protection de la jeunesse. Pour trois jeunes, cette violence a été perpétrée par un de leurs parents, tandis que deux autres associent cette violence au conjoint de leur mère. Dans tous les cas, cette situation leur a fait vivre des traumatismes, beaucoup de peur et d’incompréhension :

« J’avais 5 ans et [mon père] m’avait battu pour la première fois. C’est pour ça que je hais la violence. Il m’avait battu, rentré dans la porte. BOOM: il avait défoncé la porte avec moi. Il m’avait pitché par terre. Il m’avait donné des coups de pied, coups de poing. Ma mère ne me croyait pas. Tu t’es fait faire ça par quelqu’un d’autre, elle m’avait dit. (…) Personne ne me croyait. J’ai essayé de parler avec la police. La police ne me croyait pas. Je pleurais quand ils me disaient ça. Ils pensaient que j’étais fou. Tu es fou, ils me disaient. »

Le père et l’impossibilité d’un refuge

27À une exception près, les jeunes vivaient avec leur mère au moment de la prise en charge et c’est donc dans un contexte où la mère avait la garde que les signalements à la protection de la jeunesse ont été faits. En plus du passé marqué par la violence conjugale entre les parents, la toxicomanie ainsi que la violence physique et sexuelle déjà perpétrés à leur égard sont des éléments qui ont fait en sorte que les jeunes n’ont pas pu ou voulu trouver refuge chez leur père lors de l’intervention des instances de protection de la jeunesse. Dans certains cas, ce sont les intervenants qui n’ont pas permis au père d’avoir la garde de son enfant, à cause d’actes de violence déjà commis sur lui. Toutefois, dans la plupart des cas, face au contexte de vie de leur père, qui s’apparentait à celui dans lequel ils se trouvaient lors de la prise en charge, les jeunes eux-mêmes ont refusé d’aller habiter avec lui :

« Un an après, ils m’ont donné un choix. J’étais en cour, mon père était là, ma famille d’accueil était là, donc ils m’ont donné le choix d’aller chez mon père ou de rester chez ma famille d’accueil. J’ai dit que je voulais rester dans ma famille d’accueil parce que j’avais peur de mon père. Parce qu’il est alcoolique. »

Perception de l’intervention de la protection de la jeunesse

« Si on m’offrait la chance de retourner en arrière, je ne la prendrais pas. »

28Deux portraits non exclusifs se dessinent quant à la situation des jeunes entourant la prise en charge : soit ils perçoivent que leur milieu de vie ne répondait pas à leurs besoins essentiels, soit ils s’y sentaient en danger. Ces deux portraits ont mené la majorité des jeunes à vouloir quitter leur milieu familial. Après avoir cherché de l’aide de différentes manières sans succès, trois des huit jeunes rencontrés ont eux-mêmes entrepris de faire appel à la protection de la jeunesse :

« Ma mère sortait tout le temps, allait dans les bars et c’est tout le temps moi qui gardais et un moment donné j’étais tanné, j’ai appelé les services sociaux. Les services sociaux ils sont venus nous chercher, toutes mes petites sœurs et mes frères. (…) [Ma mère] dormait tout le temps toute la journée et elle me disait tout le temps de laver ma petite sœur ou de faire le ménage. Elle, elle ne faisait rien, c’est moi qui faisais tout. Moi j’étais tanné. »

29D’autres ont d’abord cherché refuge dans leur famille élargie avant l’intervention des services de protection de la jeunesse. On remarque d’ailleurs que, pour la majorité des jeunes rencontrés, la famille élargie a représenté une source de protection importante, quoique temporaire, pour faire face aux conditions de vie difficiles qu’ils vivaient au sein de leur famille immédiate. Ne se sentant pas en sécurité à la maison, ils évoquent que certains membres de leur famille élargie, tels des tantes, des oncles ou des grands-parents, leur offraient du répit ou comblaient des besoins que les parents immédiats ne savaient plus satisfaire. Par exemple, un jeune raconte qu’il allait vivre chez ses tantes pendant quelques mois lorsque la situation à la maison était intenable. Un autre exprime qu’il aimait avoir la visite d’une tante qui habitait loin parce que cela se traduisait par une trêve des épisodes de violence que sa mère lui faisait subir :

« Quand j’étais chez ma mère, j’avais hâte que ma tante vienne, j’étais tanné de ça. Ce qui était l’fun quand ma tante venait, ma mère était tranquille parce que ça ne lui tentait pas que ma tante fasse des plaintes. C’est pour ça que j’avais tout le temps hâte que ma tante vienne parce que ma mère me battait tout le temps et quand ma tante venait, ma mère ne me battait pas. Donc c’était l’fun ça. » 

Les limites de la famille élargie 

30La protection offerte aux jeunes par les membres de la famille élargie s’est cependant avérée ponctuelle puisque ceux-ci étaient souvent eux-mêmes aux prises avec les mêmes conditions de vie que la famille immédiate. Le manque de ressources financières a été évoqué par plusieurs comme étant la raison qui explique pourquoi la famille élargie, n’étant plus en mesure d’offrir cette aide aux jeunes, a dû y mettre un terme, menant éventuellement à un placement à l’extérieur de la famille d’origine par les services de protection de la jeunesse: « [Mes tantes] avaient déjà des enfants et elles avaient déjà de la [difficulté] à subvenir à leurs besoins avec leurs enfants. Elles ne voulaient pas en avoir un autre de plus. Elles voulaient que leur sœur prenne sa responsabilité, mais elle est partie. C’est pour ça que j’ai été placé. »

31La consommation d’alcool et de drogues est aussi ressortie comme une condition de vie récurrente dans la famille élargie des jeunes et plusieurs ont mentionné qu’elle est la raison pourquoi celle-ci n’a pu les prendre sous sa responsabilité. Tout comme avec leur père, c’est l’évaluation des intervenants de la protection de la jeunesse qui en arrivait à cette conclusion ou alors, ce sont les jeunes qui ont refusé d’aller vivre dans leur famille élargie pour ne pas se retrouver dans des conditions de vie identiques à celles prévalant dans leur famille immédiate. Si la famille élargie occupait une grande place dans la vie de ces jeunes, elle ne pouvait toutefois représenter une figure de protection à long terme, puisqu’elle évoquait le même contexte de vie que leur famille immédiate. Dans le cas qui suit, les intervenants ont donné au jeune le choix mais il a préféré aller en famille d’accueil : « [Ça ne me tentait pas d’aller dans ma famille élargie], parce qu’il y avait déjà d’autres consommations dans ma famille. » 

Le « choix » d’habiter à l’extérieur des communautés

32Pour les participants qui résidaient dans une communauté autochtone dans leur enfance, le désir de protection a aussi été vécu à l’échelle de la communauté : « Je ne voulais pas rester là-bas moi. C’était l’enfer pour moi. » Ces jeunes décrivent leurs communautés comme un lieu où règnent des conditions de vie difficiles et où sévissent de façon généralisée la violence et la consommation de drogues ou d’alcool :

« J’aimais ça rester à [nom d’une ville]. À [nom de la communauté autochtone], quand j’étais jeune, ça consommait. Tout le temps. Chaque semaine. Tu vois toujours quelqu’un dehors avec de la bière. Une 36, une 24, une douze pack (…). Moi je n’aimais pas ça. Quand je sortais des fois le soir pour aller me promener et relaxer pour finir mon entrainement, je me faisais chercher. Des personnes voulaient me battre. » 

33Au-delà des dangers qu’ils racontent, ces jeunes expriment aussi qu’ils auraient aimé avoir de l’aide plus tôt relativement à ce qu’ils vivaient dans leur famille. Lorsque l’occasion de demander protection s’est présentée, les personnes ressources de leur communauté, la police ou les intervenants sociaux, par exemple, n’ont pas su répondre à leur appel à l’aide. Cela a fait en sorte que la situation dans laquelle ils se trouvaient a perduré jusqu’à ce qu’un signalement soit effectué :

« À [nom de la communauté], ils voyaient que je me promenais et que je pleurais tout le temps. (…). Ça aurait l’air que je regardais un travailleur social et que je disais : « Amenez-moi, amenez-moi avec toi, je suis mal ici. » Je leur disais ça. Mais le travailleur social il ne pouvait rien faire. (…) Il ne pouvait pas me croire. Ma mère disait tout le temps : « Elle dit ça à n’importe qui. »

34C’est suite à l’insécurité causée par cet environnement que ces jeunes ont décidé de s’établir en ville lorsqu’ils ont atteint l’âge de majorité. En outre, de leur point de vue, la ville représente un milieu de vie offrant plus d’opportunités et de ressources, notamment en matière de ressources sociales et d’emploi, ce qui leur permet d’envisager un meilleur avenir :

« Le projet dans lequel je suis [nom du projet], c’est pour des jeunes de 16 à 35 ans. C’est pour aider les personnes qui veulent retourner sur le marché du travail. C’est juste pour les personnes qui restent en milieu urbain. Ce n’est pas pour rien que je suis partie de [nom de la communauté]. C’est pour trouver un travail, avoir un meilleur avenir et offrir un meilleur avenir pour mon fiston aussi. »

Discussion

35Considérant le nombre limité de participants à l’étude, il est possible que les témoignages ne représentent pas l’éventail complet des points de vue des jeunes autochtones par rapport à leur prise en charge. Cette étude ne se veut pas exhaustive quant à toutes les perspectives possibles. Elle cherche plutôt à examiner en profondeur divers témoignages pour éclairer les enjeux de la surreprésentation des jeunes autochtones dans le système de protection de la jeunesse. Rappelons également que l’échantillon est formé exclusivement de jeunes autochtones qui ont choisi de s’établir en milieu urbain après leur prise en charge. Leur point de vue ne pourrait être généralisé aux jeunes ayant choisi de continuer ou de retourner vivre en communauté, puisque la perception qu’ont les jeunes de leur vécu familial et de leur situation de prise en charge peut être intimement liée au choix de s’établir en ville ou en communauté. Il est par ailleurs possible que la violence présentée dans les témoignages ne soit pas totalement représentative de ce que subit l’ensemble des jeunes autochtones vivant une prise en charge, car il se peut que les jeunes ayant été victimes de violences plus intenses soient davantage enclins à vouloir quitter le milieu dans lequel ils y ont été exposés. Toutefois, comme nous l’avons mentionné, cette étude a le mérite de donner la parole à de jeunes autochtones résidant en milieu urbain, trop souvent ignorée.

36En analysant les interactions à l’intérieur de la situation familiale à partir de la perspective des jeunes autochtones, il en ressort que leur milieu de vie avant leur prise en charge ne répondait pas à leurs besoins essentiels ou encore ils s’y sentaient en danger. Face aux difficultés vécues dans leur famille, les jeunes ont fait appel à diverses stratégies pour améliorer leur situation, souvent en cherchant refuge dans leur famille élargie et parfois en sollicitant eux-mêmes la protection de la jeunesse. C’est la plupart du temps dans ce contexte qu’a pris place l’intervention de la protection de la jeunesse, c’est-à-dire après que les jeunes aient mobilisé les ressources autour d’eux. D’ailleurs, les récits démontrent que si les appels à l’aide de ces jeunes avaient été entendus plus tôt, leur situation ne se serait peut-être pas autant détériorée. Cela souligne le fait que davantage d’efforts devraient être déployés en matière de services sociaux offerts aux familles autochtones, puisque le manque d’interventions de première ligne se répercute sur le bien-être des jeunes et nécessite finalement l’intervention du système de protection de la jeunesse.

37Les récits des huit jeunes rencontrés confirment que l’intervention de la protection de la jeunesse répond au mandat de protection qui est le sien. Pour ces jeunes, la sécurité ou leur développement étaient compromis dans leur milieu familial et dans ce contexte, l’intervention de la protection de la jeunesse a représenté une mesure de protection, cette intervention ayant même apparue parfois tardive à leurs yeux. Pour les jeunes ayant participé à l’étude, ce sont les difficultés auxquelles sont soumises leurs familles et leurs communautés qui ont fait en sorte que la prise en charge est devenue une solution facilitant leur bien-être. Les résultats de cette étude corroborent ainsi les recherches qui expliquent la surreprésentation des jeunes autochtones en protection de la jeunesse par les conditions de vie qui affligent les populations autochtones. Au regard des témoignages des jeunes, cette étude démontre qu’une pauvreté multidimensionnelle et généralisée fait actuellement pression sur les familles et sur les communautés autochtones, faisant en sorte que le placement des jeunes autochtones, qui devrait constituer un dernier recours, est devenu un incontournable pour assurer leur bien-être. Les témoignages mettent en évidence que les conditions de vie menant à la prise en charge s’expliquent par la forte présence chez les autochtones de problèmes sociaux, tels que la toxicomanie et la pauvreté économique, par des problèmes structurels, comme le manque d’infrastructures et de logements adéquats, ainsi que par les conséquences intergénérationnelles des pensionnats indiens. Les jeunes nous disent, par leurs discours, que c’est la présence de ces pressions sociales et structurelles ainsi que l’héritage historique auxquels font face les familles et communautés autochtones qui seraient à la source de la surreprésentation des jeunes autochtones dans le système québécois de protection de l’enfance.

  • 36 Voir à ce sujet : Commission de la santé et des services sociaux des Premières Nations du Québec et (...)
  • 37 Parmi les travaux ayant contribué à étayer ce constat, retenons, entre autres : John D. Fluke, Mart (...)
  • 38 Commission de vérité et réconciliation du Canada, Honorer la vérité, réconcilier pour l’avenir : so (...)

38Dans ce contexte, des interventions relatives aux besoins réels des familles autochtones - développées en partenariat avec les milieux autochtones et dans le respect de leurs philosophies36 - concernant entre autres la toxicomanie, pourraient freiner cette judiciarisation et par le fait même, la surreprésentation des jeunes autochtones dans le système de protection de l’enfance. Cela corrobore plusieurs éléments présents dans la littérature, notamment ceux ayant trait au financement des services sociaux offerts aux autochtones, qui serait, selon nombre d’analystes, inférieur à celui des autres canadiens bénéficiant de services municipaux et provinciaux37. D’autre part, cette étude vient aussi confirmer la thèse, énoncée plus haut, selon laquelle les populations autochtones vivent continument les répercussions d’un passé marqué par des politiques assimilatrices, causant des besoins plus importants en matière de services à l’enfance et à la famille dans ces communautés. Certains jeunes ont, en effet, expliqué leur prise en charge par un cycle de blessures intergénérationnelles qui prend source dans l’histoire des pensionnats indiens. Ainsi, peu importe le type d’interventions dédiées aux familles autochtones, celui-ci doit prendre en considération le passé collectif spécifique aux autochtones. Ces conclusions font écho aux appels à l’action de la Commission de vérité et de réconciliation du Canada qui demandent aux divers paliers de gouvernements de tenir compte des répercussions des pensionnats autochtones dans les services de protection de l’enfance et d’affecter les ressources suffisantes pour faire diminuer la surreprésentation des enfants autochtones en protection de la jeunesse38.

39Par ailleurs, une fois la prise en charge effectuée, le discours des jeunes fait également ressortir leur marge de manœuvre dans leur interaction avec le système de protection de la jeunesse, notamment en ce qui concerne le lieu de placement. Les jeunes rencontrés mentionnent avoir pu parfois influencer les décisions visant à leur trouver un milieu de vie sécuritaire. Les récits des jeunes démontrent qu’ils avaient une vision claire de leur situation familiale et des solutions à privilégier pour changer des choses et cela, aux différentes étapes liées à la prise en charge. Les résultats de notre étude font ressortir l’importance de mobiliser le plus possible le point de vue des jeunes autochtones dans les décisions qui visent à répondre à leur mieux-être, que ce soit avant l’intervention de la protection de la jeunesse, pendant et après. Cela permettrait d’agir davantage en concordance avec les objectifs de la LPJ, c’est-à-dire assurer le mieux-être des jeunes autochtones dans le respect de leurs droits et de leur intérêt.

Conclusion

40Cet article éclaire davantage le phénomène de la surreprésentation des autochtones dans le système de protection de l’enfance québécois, en mettant en avant-plan le point de vue des jeunes autochtones résidant en milieu urbain, sur la façon dont ils perçoivent et vivent leur expérience de prise en charge. Toute la démarche, inspirée de l’interactionnisme symbolique, a permis de nous ancrer dans la subjectivité de ces jeunes pour comprendre leur réalité de prise en charge, à partir de l’analyse des liens qu’ils entretiennent avec leur milieu familial, leur environnement et le système de protection de la jeunesse. Ce cadre théorique a permis d’éclairer le phénomène de la surreprésentation des jeunes autochtones en protection de la jeunesse à partir de la perspective de ces jeunes. Il a été ainsi possible de réfléchir à l’amélioration des interventions liées à la protection de la jeunesse afin qu’elles répondent mieux à leurs besoins réels. Notre étude met en lumière que le manque d’interventions, en amont de la prise en charge, place ces jeunes autochtones dans des situations difficiles, voire souffrantes, qui réduisent les opportunités de grandir auprès de leurs parents et de leur famille élargie. Les jeunes autochtones tentent de mobiliser les ressources autour d’eux pour améliorer leur situation, mais ils ne sont que des enfants et les options sont limitées. C’est dans ce contexte que la prise en charge par les services de protection apparait comme la seule solution. Notre étude permet d’ajouter la voix des jeunes autochtones aux recherches portant sur les explications à leur surreprésentation dans les services de protection de l’enfance. Au regard de nos résultats, il semble que les communautés autochtones au Québec font actuellement face à une judiciarisation de la pauvreté par l’entremise du système de protection de l’enfance. Ces résultats mettent en évidence qu’une action au niveau des conditions de vie des familles autochtones devrait être privilégiée pour le bien-être des jeunes autochtones. Enfin, soulignons-le à nouveau, le point de vue des jeunes autochtones aurait tout avantage à être pris en compte dans les procédures et les décisions liées à leur prise en charge, afin d’assurer un arrimage entre leurs droits à leur meilleur intérêt.

Haut de page

Bibliographie

Armitage (Andrew), Comparing the policy of Aboriginal assimilation: Australia, Canada and New Zealand, Vancouver, University of British Columbia Press, 1995, 304 p.

Bennett (Marlyn) et Blackstock (Cindy), A literature review and annotated bibliography focusing on aspects of Aboriginal child welfare in Canada, Ottawa, First Nations of Child and Family Caring Society of Canada, 2002, 234 p.

Bennett (Marlyn), Wekerle (Christine) et Zangeneh (Masood), « Aboriginal Health. The Overlap Among Child Maltreatment, Mental Health, and Addictive Behaviours. The Way Forward », International Journal of Mental Health Addiction, volume 8, no 2, avril 2010, p. 127-134.

Bertaux (Daniel), L’enquête et ses méthodes : Le récit de vie, Paris, Armand Colin, 2010, 128 p.

Black (Danielle A.), Heyman (Richard E.) et Smith Slep (Amy M.), « Risk factors for child physical abuse », Aggression and Violent Behavior, volume 6, no 2-3, mars-juin 2001, p. 203-229.

Blackstock (Cindy), Trocmé (Nico) et Bennett (Marlyn), « Child maltreatment investigations among Aboriginal and non-Aboriginal Families in Canada: A comparative analysis », Violence Against Women, volume 10, no 8, 2004, p. 901-916.

Brant Castellano (Marlene), Archibald (Linda), et DeGagné (Mike), De la vérité à la réconciliation. Transformer l'héritage des pensionnats, Ottawa, Fondation autochtone de guérison, 2008, 505 p.

Carasco (Emily F.), « Canadian native children: have child welfare laws broken the circle ? », Canadian Journal Of Family Law, volume 5, no 1 1986, p. 111-138.

Carter (Vernon B.), « Comparison of American Indian/Alaskan Natives to Non-Indians in Out-of-Home Care », Families In Society, volume 90, no 3, 2009, p. 301-308.

Claes (Rhonda) et Clifton (Deborah), Sévices contre les enfants placés en établissement. Besoins et attentes en matière de réparation pour les sévices commis contre les enfants placés dans les pensionnats pour enfants autochtones (Rapport final soumis à la Commission du droit du Canada), Ottawa, Commission du droit du Canada, 1998, 145 p.

Commission de la santé et des services sociaux des Premières Nations du Québec et du Labrador, Gouvernance en santé et en services sociaux : une réflexion pour le mieux-être des Premières Nations. Repéré à http://www.cssspnql.com/champs-intervention/gouvernance/synthèse-du-projet

Commission de vérité et réconciliation du Canada, Honorer la vérité, réconcilier pour l’avenir : sommaire du rapport final de la Commission de vérité et réconciliation du Canada, Bibliothèque et Archives Canada, 2015.

Commission royale sur les peuples autochtones, Rapport de la Commission royale sur les peuples autochtones (Rapport final), Ottawa, Gouvernement du Canada, 1996. Repéré à https://www.bac-lac.gc.ca/fra/decouvrez/patrimoine-autochtone/commission-royale-peuples-autochtones/Pages/rapport.aspx

Comité sénatorial permanent des Droits de la personne, Les enfants: des citoyens sans voix : Mise en œuvre efficace des obligations internationales du Canada relatives aux droits des enfants (Rapport final), Ottawa, Direction des comités du Sénat, 2007, 322 p.

Crofoot (Thomas L.) et Harris (Marian S.), « An Indian Child Welfare perspective on disproportionality in child welfare», Children and Youth Services Review, volume 34, no 9, Septembre 2012, p. 1667-1674.

Daunais (Jean-Paul), « L’entretien non directif », dans Gauthier (Benoît) [dir.], Recherche sociale : De la problématique à la collecte des données, Sainte-Foy, Presses de l’Université du Québec, 1995, p. 273-293.

Demers (Luc), « Le système de protection au Québec : l’organisation des services en soutien aux enfants en difficulté et à leur famille », Santé, société et solidarité, n° 1, 2009, p. 81-89.

Dion-Stout (Madeleine) et Kipling (Gregory), Peuples autochtones, résilience et séquelles du régime des pensionnats, Ottawa, Fondation autochtone de guérison, 2003, 64 p.

Fluke (John D.), Chabot (Martin), Fallon (Barbara), MacLaurin (Bruce) et Blackstock (Cindy), « Placement decisions and disparities among aboriginal groups: An application of the decision making ecology through multi-level analysis », Child Abuse & Neglect, volume 34, no 1, janvier 2010, p. 57-69.

Fondation autochtone de guérison, Guide du programme de la Fondation autochtone de guérison (2e édition), Ottawa, Fondation autochtone de guérison, 1999.

Fournier (Suzanne) et Crey (Ernie), Stolen from our Embrace: The Abduction of First Nations Children and the Restoration of Aboriginal Communities, Vancouver, Douglas and McIntyre, 1997, 256 p.

Guay (Christiane) et Grammond (Sébastien), « À l’écoute des peuples autochtones ? Le processus d’adoption de la loi 125 », Nouvelles pratiques sociales, vol. 23, n° 1, automne 2010, p. 99-113.

Johnston (Patrick), Native Children and the Child Welfare System, Toronto, Conseil canadien de développement social, 1983, 154 p.

Kline (Marlee), « Child Welfare Law, "Best Interests of the Child" Ideology, and First Nations », Osgoode Hall Law Journal, volume 30, no 2, été 1992, p. 375-425.

Le Breton (David), L'interactionnisme symbolique, Paris, Presses universitaires de France, 2004, 249 p.

Loxley (John) et Deriviere (Linda), « Promouvoir le mieux-être des communautés et des familles : Les mesures les moins perturbatrices et la prévention », dans Wen:de, Nous voyons poindre la lumière du jour, Ottawa, Société de soutien à l’enfance et à la famille des Premières Nations du Canada, 2005, p. 123-157.

Nadjiwan (Samantha) et Blackstock (Cindy), Caring across the boundaries: Promoting access to voluntary sector resources for First Nations children and families, Ottawa, First Nations Child and Family Caring Society of Canada, 2003, 88 p.

O’keefe (Maura), « Predictors of child abuse in maritally violent families », Journal of Interpersonal Violence, volume 10, no 1, mars 1995, p. 3-25.

Schumacher (Julie A.), Smith Slep (Amy M.) et Heyman (Richard E.), « Risk factors for child neglect », Aggression and Violent Behavior, volume, no 2-3, mars-juin 2001, p. 231-254.

Sedlak (Andrea J.), « Risk factors for the occurrence of child abuse and neglect », Journal of Aggression, Maltreatment, and Trauma, volume 1, no 1, p. 149-187.

Sinha (Vandna), Trocmé (Nico), Fallon (Barbara), MacLaurin (Bruce), Fast (Elizabeth), Thomas Prokop (Shelley), Kiskisik Awasisak: Remember the Children. Understanding the Overrepresentation of First Nations Children in the Child Welfare System, Ottawa, Assembly of First Nations, 2011, 175 p.

Tourigny (Marc), Domond (Pascale), Trocmé (Nico), Sioui (Bruno) et Baril (Karine), « Les mauvais traitements envers les enfants autochtones signalés à la Protection de la jeunesse du Québec : comparaison interculturelle », First Peoples Child & Family Review, volume 3, no 3, 2007, p. 84-102.

Trocmé (Nico), Knoke (Della) et Blackstock (Cindy), « Pathways to the overrepresentation of aboriginal children », in Canada’s Child Welfare System. Social Service Review, volume 78, no 4, Décembre 2004, p. 577-600.

Haut de page

Notes

1 Comité sénatorial permanent des Droits de la personne, Les enfants: des citoyens sans voix : Mise en œuvre efficace des obligations internationales du Canada relatives aux droits des enfants (Rapport final), Ottawa, Direction des comités du Sénat, 2007.

2 Loi sur la protection de la jeunesse, L.R.Q., c. P-34.1

3 Ibid., art. 2.4, par. 5, c.

4 Ibid., art. 37.5

5 Luc Demers, « Le système de protection au Québec : l’organisation des services en soutien aux enfants en difficulté et à leur famille », Santé, société et solidarité, n°1, 2009, p. 88.

6 Christiane Guay et Sébastien Grammond, « À l’écoute des peuples autochtones ? Le processus d’adoption de la loi 125 », Nouvelles pratiques sociales, vol. 23, n°1, automne 2010, p. 106.

7 Patrick Johnston, Native Children and the Child Welfare System, Toronto, Conseil canadien de développement social, 1983, p. 24-54.

8 Commission royale sur les peuples autochtones, Rapport de la Commission royale sur les peuples autochtones (Rapport final), Ottawa, Gouvernement du Canada, 1996, volume 3, chapitre 2.2. Repéré à https://www.bac-lac.gc.ca/fra/decouvrez/patrimoine-autochtone/commission-royale-peuples-autochtones/Pages/rapport.aspx

9 Vandna Sinha, Nico Trocmé, Barbara Fallon, Bruce MacLaurin, Elizabeth Fast, Shelley Thomas Prokop, Kiskisik Awasisak: Remember the Children. Understanding the Overrepresentation of First Nations Children in the Child Welfare System, Ottawa, Assembly of First Nations, 2011, p. xi, 111, 112.

10 Ibid., p.xii, xii, xv, xvi.

11 Ibid., p. 4 à 6.

12 Voir par exemple : Commission Royale sur les peuples autochtones, op. cit. ; Fondation autochtone de guérison, Guide du programme de la Fondation autochtone de guérison (2e édition), Ottawa, Fondation autochtone de guérison, 1999.

13 Commission Royale sur les peuples autochtones, op. cit.

14 Les travaux suivants, entre autres, partagent cette thèse : parmi ce camp d’auteurs, on compte, entre autres : Marlene Brant Castellano, Linda Archibald, et Mike DeGagné, De la vérité à la réconciliation. Transformer l'héritage des pensionnats, Ottawa, Fondation autochtone de guérison, 2008 ; Madeleine Dion-Stout et Gregory Kipling, Peuples autochtones, résilience et séquelles du régime des pensionnats, Ottawa, Fondation autochtone de guérison, 2003; Commission Royale sur les peuples autochtones, op. cit. ; Rhonda Claes et Deborah Clifton, Sévices contre les enfants placés en établissement. Besoins et attentes en matière de réparation pour les sévices commis contre les enfants placés dans les pensionnats pour enfants autochtones (Rapport final soumis à la Commission du droit du Canada), Ottawa, Commission du droit du Canada, 1998 ; Fondation autochtone de guérison, op. cit.

15 Les travaux suivants, entre autres, s’inscrivent dans cette perspective : Thomas L. Crofoot et Marian S. Harris, «  An Indian Child Welfare perspective on disproportionality in child welfare », Children and Youth Services Review, volume 34, no 9, Septembre 2012, p. 1667-1674 ; Vernon B. Carter, « Comparison of American Indian/Alaskan Natives to Non-Indians in Out- of-Home Care », Families In Society, volume 90, no 3, 2009, p. 301-308 ; Emily F. Carasco, « Canadian native children: have child welfare laws broken the circle ? », Canadian Journal Of Family Law, volume 5, no 1 1986, p. 111-138 ; Marlee Kline, « Child Welfare Law, "Best Interests of the Child" Ideology, and First Nations », Osgoode Hall Law Journal, volume 30, no 2, été 1992, p. 375-425.

16 Voir Patrick Johnston, Native Children and the child welfare system, op. cit.

17 À ce sujet, voir par exemple : Cindy Blackstock, Nico Trocmé et Marlyn Bennett, « Child maltreatment investigations among Aboriginal and non-Aboriginal Families in Canada: A comparative analysis », Violence Against Women, volume 10, n° 8, 2004, p. 901-916 ; Marlyn Bennett et Cindy Blackstock, A literature review and annotated bibliography focusing on aspects of Aboriginal child welfare in Canada, Ottawa, First Nations of Child and Family Caring Society of Canada, 2002 ; Andrew Armitage, Comparing the policy of Aboriginal assimilation: Australia, Canada and New Zealand, Vancouver, University of British Columbia Press, 1995.

18 Christiane Guay et Sébastien Grammond , op. cit, p. 105, 107, 109, 110.

19 Voir par exemple : Vandna Sinha, Nico Trocmé, Barbara Fallon, Bruce MacLaurin, Elizabeth Fast, Shelley Thomas Prokop, op. cit. ; Marc Tourigny, Pascale Domond, Nico Trocmé, Bruno Sioui et Karine Baril, « Les mauvais traitements envers les enfants autochtones signalés à la Protection de la jeunesse du Québec: comparaison interculturelle », First Peoples Child & Family Review, volume 3, no 3, 2007, p. 84-102 ; Nico Trocmé, Della Knoke et Cindy Blackstock, « Pathways to the overrepresentation of aboriginal children in Canada’s Child Welfare System. Social Service Review, volume 78, no 4, Décembre 2004, p. 577-600 ; Cindy Blackstock, Nico Trocmé et Marlyn Bennett, op. cit.

20 Cindy Blackstock, Nico Trocmé et Marlyn Bennett, op. cit.

21 Marc Tourigny, Pascale Domond, Nico Trocmé, Bruno Sioui et Karine Baril, op. cit.

22 À ce sujet voir par exemple : Danielle A. Black, Richard E. Heyman et Amy M. Smith Slep, « Risk factors for child physical abuse », Aggression and Violent Behavior, volume, no 2-3, mars-juin 2001, p. 203-229 ; Julie A. Schumacher, Amy M. Smith Slep et Richard E. Heyman, « Risk factors for child neglect », Aggression and Violent Behavior, volume, no 2-3, mars-juin 2001, p. 231-254 ; Andrea J. Sedlak, « Risk factors for the occurrence of child abuse and neglect », Journal of Aggression, Maltreatment, and Trauma, volume 1, no 1, p. 149-187; Maura O’keefe, « Predictors of child abuse in maritally violent families », Journal of Interpersonal Violence, volume 10, n° 1, mars 1995, p. 3-25.

23 Par exemple, les travaux suivants vont dans cette direction : Marlyn Bennett et Cindy Blackstock, op. cit. ; Nico Trocmé, Della Knoke et Cindy Blackstock, op. cit. ; Suzanne Fournier et Ernie Crey, Stolen from our Embrace: The Abduction of First Nations Children and the Restoration of Aboriginal Communities, Vancouver, Douglas and McIntyre, 1997.

24 Comité sénatorial permanent des Droits de la personne, op. cit., p. 210 à 212.

25 À ce sujet voir par exemple : Marlyn Bennett et Cindy Blackstock, A literature review and annotated bibliography focusing on aspects of Aboriginal child welfare in Canada, Ottawa, First Nations of Child and Family Caring Society of Canada, 2002.

26 Voir  David Le Breton, L'interactionnisme symbolique, Paris, Presses universitaires de France, 2004.

27 Jean-Michel Bonvin, Figures de sociologues. Introduction à l’épistémologie sociologique (Erving Goffman 1922-1982 et l’interactionnisme symbolique), Fribourg, Éditions Universitaires Fribourg, p. 143 à 161.

28 David LeBreton, op. cit.

29 Jean-Michel Bonvin, op. cit.

30 La recherche partenariale s’intitule « Judiciarisation et défense des droits des personnes en situation de pauvreté », financée par le FQRSC et conduite par Céline Bellot.

31 Pour en savoir plus au sujet du récit de vie, voir  Daniel Bertaux, L’enquête et ses méthodes : Le récit de vie, Paris, Armand Colin, 2010.

32 Par motifs de compromission on entend ici les raisons qui mènent au signalement, les raisons qui compromettent la sécurité et le développement de l’enfant.

33 La volubilité des jeunes rencontrés étant limitée, nous avons fait appel à des techniques de reformulation et de reflet visant à faciliter le discours. À ce sujet, voir : Jean-Paul Daunais, « L’entretien non directif » dans Recherche sociale : De la problématique à la collecte des données, Sainte-Foy, Presses de l’Université du Québec, 1995, p.  273-293.

34 Pour des enjeux liés à la confidentialité, le terrain de recherche étant un petit milieu où tout le monde se connait, nous gardons sous silence le nom, le sexe et l’âge des jeunes en lien avec les témoignages et avons accordé beaucoup d’attention afin qu’aucun parcours ne puisse être reconnu.

35 L’usage du masculin est utilisé en ce qui a trait aux témoignages des jeunes pour des raisons de confidentialité.

36 Voir à ce sujet : Commission de la santé et des services sociaux des Premières Nations du Québec et du Labrador, Gouvernance en santé et en services sociaux : une réflexion pour le mieux-être des Premières Nations. Repéré à http://www.cssspnql.com/champs-intervention/gouvernance/synthèse-du-projet

37 Parmi les travaux ayant contribué à étayer ce constat, retenons, entre autres : John D. Fluke, Martin Chabot, Barbara Fallon, Bruce MacLaurin et Cindy Blackstock, « Placement decisions and disparities among aboriginal groups: An application of the decision making ecology through multi-level analysis », Child Abuse & Neglect, volume 34, no 1, janvier 2010, p. 57-69 ; Marlyn Bennett, Christine Wekerle et Masood Zangeneh, « Aboriginal Health. The Overlap Among Child Maltreatment, Mental Health, and Addictive Behaviours. The Way Forward », International Journal of Mental Health Addiction, volume 8, no 2, avril 2010, p. 127-134 ; Comité sénatorial permanent des Droits de la personne, op. cit. ; Samantha Nadjiwan et Cindy Blackstock, Caring across the boundaries: Promoting access to voluntary sector resources for First Nations children and families, Ottawa, First Nations Child and Family Caring Society of Canada, 2003.

38 Commission de vérité et réconciliation du Canada, Honorer la vérité, réconcilier pour l’avenir : sommaire du rapport final de la Commission de vérité et réconciliation du Canada, Bibliothèque et Archives Canada, 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Hélène Gagnon Dion, Jacinthe Rivard et Céline Bellot, « Jeunes autochtones et protection de la jeunesse : leur point de vue sur leur prise en charge », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], 19 | Automne 2017, mis en ligne le 15 janvier 2018, consulté le 20 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/sejed/8507

Haut de page

Auteurs

Marie-Hélène Gagnon Dion

Marie-Hélène Gagnon Dion, candidate au doctorat en travail social à l’Université de Montréal, s’est spécialisée au niveau de l’intervention en contexte autochtone. Ses expériences en recherche et en intervention avec différentes communautés autochtones au Québec ont permis d’approfondir, autant par la théorie que par la pratique, les particularités de l’intervention en contexte autochtone. Elle travaille actuellement comme consultante et chargée de projets pour le centre de santé et services sociaux de Uashat mak Mani-Utenam, une communauté innue au Québec. Son engagement vise à intégrer les approches ancrées dans la culture à l’intérieur des services sociaux autochtones.
marie-helene.gagnon-dion@umontreal.ca

Jacinthe Rivard

Jacinthe Rivard, professeure associée à l’université de Montréal est coordonnatrice de l’Observatoire des profilages racial, social et politique et chercheure associée au CREVAJ. Elle a conjugué, depuis 1979, études, recherches et expériences d’intervention au Nord aussi bien qu’au Sud. Ses intérêts de recherche et d’enseignement  portent sur les populations dites «vulnérables», sur les phénomènes qui leur sont associés – itinérance, consommation de drogues, pauvreté, judiciarisation, profilage, santé et sur les pratiques, modèles et modes de connaissance alternatifs émergents. Elle privilégie les approches méthodologiques de recherche «avec» (recherches-action participatives) : conception; implantation; analyse et évaluation d’interventions novatrices.
jacinthe.rivard@umontreal.ca

Céline Bellot

Céline Bellot, professeure titulaire à l’université de Montréal, est directrice de l’Observatoire sur les profilages racial, social et politique. Ses recherches concernent le traitement et la judiciarisation des populations itinérantes au Canada et des populations en situation de pauvreté et marginalisées : personnes consommatrices de drogues; populations autochtones; jeunes et femmes. Elle réalise aussi des évaluations d'interventions novatrices auprès de populations marginalisées, en regard de leur participation sociale ou de leur insertion sociale et professionnelle.  Ses projets sont le plus souvent développés en partenariat ou de manière participative.
celine.bellot@umontreal.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sociétés et jeunesses en difficulté est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals