Navigation – Plan du site

Entrer par les coulisses dans les parcours en protection de l’enfance : une approche par les pairs

Go behind the scenes in child protection careers: a peer approach
Análisis entre bastidores de las trayectorias bajo la protección de la infancia: un enfoque por los pares
Pierrine Robin

Résumés

À l’intersection d’une sociologie du parcours de vie et d’une sociologie de l’enfance, cet article invite à s’intéresser à la socialisation horizontale, aux rapports entre enfants, dans les parcours en protection de l’enfance. À partir d’une approche d’enquête par les pairs, cette recherche vise à mieux saisir les ruptures, les tournants, et les bifurcations dans les parcours des enfants confiés. À trois temps du parcours (la sortie du milieu familial, l’installation et le déplacement dans l’accueil, et la sortie des dispositifs), nous cherchons à analyser le rôle crucial que peuvent jouer les enfants dans la construction des continuités et des discontinuités au cours du parcours.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’expression de « parcours de vie » (life course) réfère ici à l’étude du déroulement de la vie hum (...)
  • 2 Maria Eugenia Longo, « Les parcours de vie des jeunes comme des processus », Dossier Parcours de je (...)
  • 3 Robert Castel, Les métamorphoses de la question sociale, Paris, Fayard, 1995, 494 p.
  • 4 Bénédicte Zimmermann, Ce que travailler veut dire. Une sociologie des capacités et des parcours pro (...)

1« Les parcours de vie1 sont loin d’être des fleuves tranquilles au débit constant », ils » subissent des changements ou des réorientations, parfois leur rythme de construction ralentit en raison des hésitations ou des moments de réflexions alors que, d’autres fois, des événements viennent précipiter les choix ou ancrer le cheminement dans une nouvelle continuité »2. Dans un contexte de reconfiguration des principales structures de socialisation, d’accroissement et d’apparition de nouvelles inégalités, ils se font plus fluctuants et hésitants. Mais, alors même que les supports sociaux sont ébranlés3, les individus sont sommés par différentes institutions du champ social de construire des parcours linéaires4. Dans ce contexte, la responsabilité des individus s’alourdit dans la conduite de leurs transitions, la construction du sens de leur trajectoire et de leur identité. Cette réflexivité accrue peut engendrer à la fois un sentiment de choix et d’autonomie plus important ou au contraire de doutes et de plus grande désaffiliation.

  • 5 Daniel Bertaux, Histoires de vies - ou récits de pratiques ? Méthodologie de l’approche biographiqu (...)
  • 6 Marc Bessin, « Parcours de vie et temporalités biographiques : quelques éléments de problématique » (...)
  • 7 Claude Dubar, Sandrine Nicourd, Les biographies en sociologie, Paris, La découverte, 2017, p. 4.
  • 8 Bénédicte Zimmermann, op. cit., p. 85.
  • 9 Selon Arlette Farge, l’évènement est caractérisé par « un avant et un après » (p. 69). Il est défin (...)
  • 10 Michel Grossetti définit la bifurcation « comme un processus dans lequel une séquence d’action comp (...)
  • 11 Bénédicte Zimmermann, op. cit.
  • 12 Ibid., p. 86.
  • 13 Ibid, p. 64.

2C’est précisément à la subjectivité et la réflexivité des individus, exprimées à travers des récits de vie5, que permet d’être attentives les approches sociologiques du parcours de vie. Elles visent à « mieux comprendre et analyser le déroulement des existences au fil du temps », dans un souci de « temporalisation »6 en s’intéressent aux normes et contraintes qui orientent l’avancée dans l’âge et à leur perception subjective. Elles cherchent à montrer « comment des parcours individuels, ou des lignées familiales, s’éclairent en étant reliés à des processus sociohistoriques et comment inversement, ces processus peuvent se comprendre à partir de l’analyse de leurs traductions individuelles »7. Différentes approches ont été développées pour comprendre le déroulement des existences au fil du temps (avec le concept de carrière, de trajectoire, d’itinéraire, de cours d’action) laissant une part plus ou moins grandes aux déterminants sociaux, familiaux, psychiques ou à la liberté individuelle dans la construction de ce cheminement. Parmi ces perspectives, le concept de parcours, souligne Bénédicte Zimmermann8, permet de rendre compte la continuité d’un cheminement vers un but, sans préjuger d’une linéarité, puisque les individus sont soumis aux aléas de leurs supports. Il permet d’appréhender les évènements9, les transitions, les bifurcations10, mais aussi les temps de régularité et de stabilité entre ces évènements. Il met en intrigue des choix personnels, mais aussi des non choix ou encore des choix contraints, en lien avec les inégalités de supports dont disposent les individus, pour construire leurs chemins dans leurs différentes sphères de vie, selon leurs contextes de vie11. Outre sa dimension de contextualisation, rendant compte du poids des contraintes normatives, des conditions matérielles, mais aussi des politiques d’encadrement et de protection sociale qui orientent le déroulement des existences, sa portée sociologique réside également dans « l’activité de mise en cohérence et de justification qui scelle l’appropriation personnelle d’un parcours et sa justification pour autrui12 ». En ce sens, le parcours présente « une double dimension interactive et réflexive »13 et peut être producteur de continuité par la mise en récit.

  • 14 Florence Weber, Le sang, le nom, le quotidien : une sociologie de la parenté pratique, Paris, La Co (...)
  • 15 Bernard Lahire, Tableaux de familles, Hautes Études, Paris, Seuil, 1995, 302 p.
  • 16 Catherine Delcroix, Ombres et lumières de la famille Nour. Comment certains résistent face à la pré (...)
  • 17 Nicole Sotteau-Léomant, Christian Léomant, « Itinéraires de vie d’usagers de la justice des mineurs (...)
  • 18 Elisabeth Callu et Isabelle Frechon, « De la prise en charge à l’autonomie… », Sociétés et jeunesse (...)
  • 19 Emilie Potin, « Vivre un parcours de placement. Un champ des possibles pour l’enfant, les parents e (...)

3L’approche par les récits et les parcours de vie a été mobilisée à de nombreuses reprises auprès des enfants et de leurs familles avec différentes perspectives : pour comprendre les dissociations des formes de parenté (du sang, du nom, du quotidien) dans des récits de filiation14, les réussites paradoxales dans les parcours scolaires15, les dynamiques de transmission entre générations dans des parcours migratoires16. Dans le champ de l’enfance en conflit avec la loi17 ou de l’enfance protégée18, où des enfants « dits en danger », sont retirés provisoirement ou durablement de leur famille, suite à une intervention de la puissance publique, et confiés à des éducateurs ou des assistants familiaux rémunérés, les chercheurs se sont attachés à saisir les effets de l’événement du placement sur la recomposition des différents espaces sociaux traversés par l’enfant. En effet, comme l’a montré Emilie Potin19, le parcours de l’enfant n’existe pas en soi mais en interaction avec d’autres acteurs physiques et symboliques. Il est lié à l’histoire familiale, à l’évolution des structures familiales, à l’évolution des situations des parents, à celui du lieu d’accueil, à la manière de travailler de la famille d’accueil, à son projet, aux règles de vie dans le foyer et au projet d’établissement, aux pratiques professionnelles, aux reformes nationales et départementales.

  • 20 Isabelle Frechon et Nicolas Robette, « Les trajectoires de prise en charge par l’Aide Sociale à l’E (...)
  • 21 Emilie Potin, op. cit. Pour les enfants « placés » (36 %), ayant connu un accueil long, stable, et (...)
  • 22 Annick-Camille Dumaret, Pascale Donati et Monique Crost, « Entrée dans la vie adulte d’anciens plac (...)

4Ces dernières années, les réformes nationales ont porté une attention croissante à la « sécurisation » des parcours des enfants confiés, comme en témoignent les loi du 14 mars 2016 et du 5 mars 2007. Elles font suite à des travaux de recherche, quantitatifs ou qualitatifs, ayant mis en lumière les continuités et discontinuités, dans les parcours des enfants confiés. Les travaux quantitatifs d’Isabelle Frechon et de Nicolas Robette20 sur une cohorte de 800 enfants confiés en Ile-de-France et en Province permettent de saisir les risques de ruptures, plus ou moins présents, selon l’âge d’entrée dans le dispositif et les modalités de prise en charge. Mais dans ces travaux, les ruptures sont appréhendées uniquement sous l’angle des changements de lieux d’accueil, ce qui masque d’autres types de rupture tout aussi importantes comme les déplacements de l’enfant à l’intérieur d’une même structure d’accueil, les départs et arrivées d’autres enfants sur le lieu d’accueil. Les travaux qualitatifs d’Emilie Potin21, réalisés dans le Finistère, à partir de l’étude de 350 dossiers et de récits croisés (enfants-parents-professionnels) sur 18 trajectoires, s’intéressent aux effets des continuités et des ruptures sur la construction des liens de parenté avec les figures des « enfants placés, déplacés et replacés ». Dans ces travaux, les affiliations et ruptures sont appréhendées principalement à l’aune des relations nouées entre l’enfant et les adultes qui l’accompagnent, a contrario les relations entre pairs sont peu prises en compte. Les travaux d’Annick Dumaret, de Pascale Donati et de Monique Crost22 sur le devenir des enfants confiés insistent, quant à eux, sur la question de la place de l’enfant dans la fratrie qui influe sur les conditions de sortie. Ainsi, sans doute du fait du prisme d’une lecture adulto-centrée, peu de travaux se sont intéressés, au delà de l’étude du rang dans la fratrie, aux relations qui se nouent entre enfants dans le parcours de vie des enfants confiés.

  • 23 Régine Sirota, « L’enfant acteur ou sujet dans la sociologie de l’enfance. Évolution des positions (...)
  • 24 Régine Sirota, « Enfance et socialisation au quotidien », La Revue internationale de l’éducation fa (...)
  • 25 Régine Sirota, 2005, op. cit. p. 37
  • 26 Régine Sirota, « Les civilités de l’enfance contemporaine. L’anniversaire ou le déchiffrage d’une c (...)
  • 27 Nathalie Rouscous et Antoine Dauphragne, « La chambre d’enfant, Une construction partagée entre par (...)
  • 28 Aude Poittevin, « Terrains de ‘je’ recomposés », Les Sciences de l’éducation - Pour l’Ère nouvelle (...)
  • 29 Aude Poittevin, « La spécificité du fraternel en Villages d’enfants SOS, La cohabitation comme main (...)

5Or, les travaux en sociologie de l’enfance, après avoir questionné la « socialisation verticale » où l’enfant apparait comme « un objet du travail social », puis la « socialisation interprétative » où l’enfant est considéré comme un acteur et partenaire dans le processus de socialisation, engagent à s’intéresser à la « socialisation horizontale », à « l’activité sociale de l’enfant »23. La sociologie de l’enfance va s’intéresser aux formes de sociabilité propre aux sociétés enfantines et reconnaître les enfants comme des acteurs collectifs avec leurs propres formes culturelles qui vont réinterpréter les formes institutionnelles de transmission24. Le groupe de pairs et l’entre-enfants vont devenir la focale du sociologue : « Celui-ci ne va plus simplement explorer la scène principale, comme le disait Goffman, mais aussi les coulisses. En d’autres termes, on passe de la salle de classe à la cour de récréation »25. Considérer l’enfant comme un acteur de sa socialisation n’implique cependant pas d’omettre qu’il est aussi l’objet de politiques sociales et de nier les pesanteurs des normativités, des conditions sociales, et les rapports de génération mais aussi de classe ou de genre qui encadrent sa socialisation. Dans la lignée de ces approches, les travaux de Régine Sirota26 s’intéressent à la socialisation entre pairs dans les goûters d’anniversaire, ceux de Nathalie Rouscous et Antoine Dauphragne27 à la chambre de l’enfant, et ceux d’Aude Poittevin28 aux relations de fratrie dans les familles recomposées et chez les enfants accueillis dans les villages d’enfants. Si les travaux d’Aude Poittevin29 rejoignent l’objet de nos préoccupations, en interrogeant la relation de fratrie chez les enfants confiés, ils s’intéressent à ces relations uniquement dans une perspective synchronique et non dans une perspective diachronique, ce que permet l’approche par le parcours de vie.

6C’est pourquoi à l’intersection d’une sociologie du parcours de vie et d’une sociologie de l’enfance, nous souhaitons nous intéresser à ce qui se joue entre pairs, à hauteur d’enfants, dans les parcours en protection de l’enfance. Comment, par exemple, des rivalités entre frères et sœurs, où se rejouent des conflits larvés entre adultes, peuvent entrainer l’exit d’un ou de plusieurs membres de la fratrie ? Comment l’arrivée d’un nouvel enfant dans une famille d’accueil peut influer sur les relations entre le premier accueilli et cette dernière jusqu’à entrainer sa sortie ? Comment la trace laissée par l’épreuve de l’entrée dans l’âge adulte d’une sœur influe sur l’appréhension par son frère de ce même passage ? Nous pensons, en effet, que tenir compte de la socialisation horizontale, permet de mieux saisir les ruptures, les tournants, et les bifurcations dans les parcours des enfants confiés.

7Notre méthodologie d’enquête, associant à toutes les étapes de la recherche, un groupe de treize jeunes adultes, de 18 à 29 ans, en Ile-de-France et dans le Nord, ayant eux-mêmes une expérience en protection de l’enfance, à une équipe trois chercheures universitaires, permet d’attirer l’attention sur le poids de la socialisation horizontale dans le parcours de vie. Avant d’aborder les résultats empiriques de cette recherche, nous proposons de présenter plus en détail notre approche d’enquête « par les pairs » et ses apports sur la subjectivation des parcours.

Les effets d’une démarche d’enquête « par les pairs » sur la subjectivation des parcours

  • 30 Nicolas Oppenchaim, « Pourquoi et comment favoriser la participation d’adolescents de ZUS à une rec (...)
  • 31 Luc Boltanski, De la critique, Paris, Gallimard, 2009, 294 p.

8Inspirée par la sociologie de l’enfance et la jeunesse, dont les frontières tendent à s’estomper, et la recherche avec les personnes concernées par notre démarche, nous avons choisi une démarche d’enquête par les pairs, associant des jeunes sortant des dispositifs à toutes les étapes de la recherche, pour des raisons éthiques, épistémologiques et politiques. D’un point de vue éthique, la démarche d’enquête par les pairs favorise une plus grande appropriation du processus de recherche par les enquêtés comme par les enquêteurs30, même si le processus n’est pas exempt de rapports de force. Epistémologiquement, le processus de recueil et d’analyse entre pairs facilite l’émergence, dans la proximité, de nouvelles connaissances, tout en invisibilisant comme toutes autres méthodes d’autres aspects. Enfin, d’un point de vue politique, la recherche par les pais peut contribuer à démocratiser le processus de recherche mais aussi la société dans son ensemble, même si elle n’échappe pas à un processus de reconfiguration des asymétries au sein des démocraties techniques31.

  • 32 À l’initiative de ce projet réalisé entre 2012 et 2014 se trouve une collaboration entre une cherch (...)

9Au cours de ce projet de recherche32, conduit entre 2012 et 2014, un groupe de treize jeunes sortant du dispositif de la protection de l’enfance, de 18 à 29 ans, appelés chercheurs pairs, ont été associés avec une équipe universitaire à l’élaboration des questionnements de la recherche. Après quatre jours de formation, trois méthodes d’enquête ont été retenues par les chercheurs pairs pour un premier temps d’échange interindividuel avec leurs enquêtés, suivi 6 mois plus tard d’un temps d’échanges collectifs : une trame de « discussion » sur le parcours de vie, un support photo et un questionnaire. Les chercheurs pairs se sont donc orientés vers des méthodes qui favorisent la réflexivité et l’échange avec leurs enquêtés, en choisissant d’appeler par exemple l’entretien de parcours « discussion » pour en souligner la dimension d’interaction, d’échanges et parfois de conseils ou en ayant recours à un photo-discussion pour faciliter la parole par la médiation d’un support. Après avoir été formés à leur passation, les chercheurs pairs ont été amenés à réaliser trente-six entretiens avec des jeunes sortant du dispositif de protection de l’enfance. Puis, ils ont participé à l’analyse des données recueillies sur des temps collectifs organisés par les chercheurs universitaires.

10Nous sommes entrées en relation avec les chercheurs pairs par l’intermédiaire des institutions partenaires de la recherche et par le réseau d’interconnaissance des pairs. Ce groupe se compose de 6 femmes et 7 hommes, 11 issus des minorités visibles. Ils ont connu une expérience longue en protection de l’enfance dans différentes institutions. Au moment de l’enquête, 4 étaient en apprentissage, 4 en étude, 3 en recherche d’emploi et 2 en emploi. Le groupe d’enquêtés, en Ile-de-France et dans le Nord, rencontré majoritairement par l’intermédiaire des partenaires et pour 8 d’entre eux par le réseau de pairs, se compose de 15 femmes et 21 hommes, 20 issus des minorités visibles, autant de 18 à 21 ans que de 22 et 26 ans, ainsi que 5 enfants de moins de 18 ans. 9 sont entrés à l’aide sociale à l’enfance entre 0 et 6 ans (en accueil précoce), 9 entre 6 et 13 ans (accueil intermédiaire) et 16 tardivement à partir de 14 ans (accueil tardif). L’âge d’entrée induit des durées d’accueil variables, de moins d’un an à plus de dix-sept ans, la moyenne se situant à 7 ans et la médiane à 4,5 ans et des expositions variables aux déplacements. Les enquêtés ayant connu, pendant leur minorité, qu’un ou deux lieux d’accueil (18), principalement en accueil précoce, sont pratiquement aussi nombreux que ceux en ayant connu au minimum trois (16), principalement en accueil intermédiaire.

  • 33 Pierre Bourdieu, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 62-63, (...)

11Nous avions l’intuition que la recherche ne serait pas la même en étant menée par des pairs. En effet, à analyser les récits de parcours menés, on découvre toute l’originalité et la richesse de cette approche. Les relations entre enquêteurs et enquêtés sont faites de proximité, de compréhension, de confiance et d’empathie33. Les enquêtés soulignent ainsi souvent en fin d’entretien que parler à quelqu’un qui a vécu la même chose et qui sait de quoi il parle, facilite la possibilité de se raconter et a été même parfois la condition sine qua non qui les a conduit à participer à l’enquête :

« Ah plus facile ! Ouais, forcément. Bah déjà quand tu me l’as dit la semaine dernière quand je t’ai, enfin quand tu m’as appelé, quand toi-même tu m’as dit que tu sortais toi-même de l’ASE, j’étais là : ‘ah bah ça va !’, du coup ça facilite et ça met moins de frontières entre...Bah ouais. Parce-que au départ, enfin, au départ de quand on m’a dit : ‘ouais, je vous appelle parce que y’a une enquête qui est en train d’être faite pour le suivi des jeunes qui sont sortis du contrat jeune majeur, on a pensé à vous, na na, là je me suis dit : ‘ouais, bah vas-y moi j’ai pas le temps, j’suis en formation, le soir j’ai des baby-sitting, en plus j’suis en train de déménager et tout ça’, j’me suis dit : ‘ ça va être compliqué ! » (Chercheur pair 8 et Lisa, 23 ans, accueil long).

  • 34 Isabelle Astier et Nicolas Duvoux, La société biographique : une injonction à vivre dignement, Pari (...)

12Cette double condition d’appartenir à la même classe d’âge et d’avoir vécu la même situation, participe à éviter que les enquêtés, ayant eu à subir durant leur prise en charge une injonction à se raconter34, « servent » un discours mille fois répété ou édulcoré pour les « psy » ou les « éducs » :

« - Nous on est tous d’accord sur une chose, c’est que nous quand on était placé, parler à un éducateur, au directeur, à la psychologue ou quoi, c’est pas facile.

- T’as même pas envie en fait.

- Ouais, bah oui et que du coup, t’avais un truc tout fait et tout prêt, tu vois, que tu réchauffais à chaque fois.

- Voilà on est tous d’accord là-dessus.

- C’est vrai que c’est plus facile de parler quand quelqu’un peut te comprendre, plus facilement. » (Chercheure pair 4 et Alan, 17 ans, accueil long).

13Dans le temps d’un échange en face à face entre enquêteur et enquêté, où l’enquêteur s’engage personnellement dans l’entretien, les identifications sont nombreuses, comme en témoigne la formule « nous » employée à de nombreuses reprises. Le discours se construit avec des chevauchements qui traduisent une écoute mutuelle comme redoublée par la proximité de l’expérience. Les entretiens sont scandés par des exclamations traduisant une forte identification, avec la surprise de se reconnaître mutuellement des points communs : « Tu peux sortir de ma tête, ou tu veux y rester dedans ? Parce que là c’est un truc de ouf, tu prends les mots que j’ai, wouah ! ! (rires) » (Chercheuse pair 7 et Anna, 25 ans, accueil tardif). La parité ne se joue pas seulement à l’aune de l’expérience en protection de l’enfance. Dans ce travail d’identification, la relation de parité est une variable combinée avec d’autres critères (âge, sexe, orientation sexuelle, origine sociale et culturelle,…). Il y a des effets de convergence et de renforcement avec d’autres critères, annoncés ou non, qui conduisent les enquêteurs et enquêtés à se reconnaitre comme proches, dans un processus d’identification marqué à l’adolescence. Or la construction de ce sentiment de proximité peut, comme l’équipe en faisait l’hypothèse, porter le discours.

  • 35 Claire J. Lushey et Emily Munro, « Peer research methodology: an effective method for obtaining you (...)

14Dans les entretiens détaillés et fouillés, le parcours n’est pas décrit linéairement ni seulement à l’aune des rapports à l’institution. Dans l’interaction entre enquêtés et enquêteurs mais aussi dans les discussions au sein du collectif de recherche, des dimensions plus complexes et souvent invisibles des parcours en protection de l’enfance se dévoilent : l’amitié, les relations fraternelles, la sexualité, les rapports de genre, les discriminations... Ceci confirme l’hypothèse avancée par de nombreux chercheurs ayant eu recours à des méthodologies par les pairs, selon laquelle dans les entretiens entre jeunes, les enquêtés auront tendance à évoquer des questions qu’ils n’auraient pas évoquées devant des chercheurs universitaires et notamment les relations entre pairs35.

15De plus, la comparaison in situ des histoires individuelles durant l’entretien permet de faire ressortir les ressorts sociaux des situations et d’amorcer le travail de monter en généralité :

« - Est-ce que tu penses que le fait d’avoir, dans ta réussite, le fait d’avoir été dans la même famille d’accueil avec tes sœurs, est-ce que ça, ça a compté justement dans ta réussite ? Le fait déjà d’être en famille d’accueil et pas en foyer, c’est une question un peu orientée, mais t’as le droit de pas être du tout d’accord. Moi j’ai le même parcours que toi, et souvent je me dis, que le fait d’être resté dans la même famille d’accueil, contrairement à mon frère et ma sœur qui sont pas restés a fait que j’ai pu faire des études après mais, est-ce que t’as ce sentiment là aussi ?

- Ouais, j’ai exactement ce sentiment là aussi, j’y ai réfléchi ». (Chercheur pair 8 et Hervé 26 ans, accueil précoce et long).

16Ici, l’échange entre l’enquêteur et l’enquêté porte sur les facteurs favorisant la réussite scolaire dans les parcours en protection de l’enfance. Sont notamment évoqués la stabilité du placement dans la même famille d’accueil mais aussi l’appui sur les frères et sœurs.

17Ainsi, cette approche d’enquête, conduite par des pairs, attire tout particulièrement l’attention sur les relations entre enfants durant l’accueil et leurs effets sur les continuités et discontinuités au cours du parcours. C’est donc au prisme de la sociabilité enfantine et juvénile que nous voudrions ici relire les parcours des enfants confiés.

Les coulisses de parcours, en transit, en contexte de disqualification

  • 36 Pierrine Robin et al., « Une recherche par les pairs en protection de l’enfance pour renouveller le (...)
  • 37 Pierrine Robin et al., « La transition à l’âge adule au prisme d’une recherche par les pairs », Vie (...)
  • 38 Pierre Bourdieu, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 62/63, (...)
  • 39 Ibid, p. 72
  • 40 Voir la lecture critique du concept de carrière par Marielle Poussou-Plesse, « Le turning point sou (...)
  • 41 Marc Bessin, Claire Bidart et Michel Grossetti, « Les bifurcations un état de la question en sociol (...)
  • 42 Florence Weber, op. cit
  • 43 Marc Bessin, Claire Bidart et Michel Grossetti, « Les bifurcations un état de la question en sociol (...)
  • 44 Arlette Farge, op. cit.

18Les données recueillies sont plurielles. Nous choisissons d’en exposer ici qu’une partie. Nous avons eu l’occasion dans d’autres articles de présenter plus précisément la méthodologie de l’enquête36 ou une typologie des parcours, avec les figures « des liens noués, détachés et suspendus », permettant de rendre compte de la diversité des épreuves que les jeunes rencontrent selon leurs supports37. Au-delà de la diversité des supports, nous souhaiterions dans cet article revenir sur une épreuve commune traversée par les jeunes en protection de l’enfance, celle d’une socialisation sous alternation. En effet, les jeunes interrogés ont eu à faire face au cours de leur socialisation primaire puis secondaire à plusieurs formes de changements qui se sont succédés ou cumulés dans le temps, avec l’épreuve du passage d’un espace géographique à un autre, d’une famille à l’autre, d’une classe sociale à l’autre, en somme des changements de mondes perçus comme totaux. Si ce constat n’est pas nouveau, nous souhaiterions attirer le regard sur l’importance de la sociabilité enfantine et juvénile, des rapports entre enfants et jeunes, dans l’avènement des tournants, des ruptures et des bifurcations au cours du parcours. C’est ce que nous allons donner à voir ici en nous intéressant à trois segments du parcours : le temps de la socialisation familiale initiale et des reconfigurations dans les espaces intrafamiliaux, le temps de l’accueil, des placements et déplacements, le temps de la sortie et de ses nouvelles turbulences. Nous partageons, en effet, avec Pierre Bourdieu, l’idée que les évènements biographiques se définissant « comme autant de placements et de déplacements dans l’espace social, (…) en lien avec la distribution des différentes espèces de capital qui sont en jeu dans le champ considéré »38, ce qui implique de reconstruire les états successifs du champ dans lequel elle s’est déroulée »39. Mais plus que présenter ce processus comme une succession d’états déterminés, comme le laisserait penser le concept de carrière40, nous voudrions insister, avec le concept de parcours, sur « la part importante d’imprévisibilité »41 qui peuvent influencer les « régularités ». Pour employer d’autres termes, nous proposons dans la description de ce processus d’insister autant sur les moments « routiniers » que sur les moments de « crise » où se recomposent les collectifs et sur l’influence des relations entre pairs sur la recomposition des maisonnées42. Cette approche implique de considérer que « les causes de l’établissement d’une configuration ne sont pas nécessairement celles de son maintien »43, ce que permet d’illustrer le terme « d’équilibres multiples ». En somme, il s’agit d’être attentif à la façon dont s’articulent « l’apparente banalité des sentiments avec la manière dont se constituent les tragédies »44 dans la recomposition des collectifs.

Quête de place dans des espaces familiaux en reconfiguration et brimades entre enfants

« Je suis arrivée à 13 ans en France, quand je suis arrivée c’était pour voir mon père. (…) On a été élevée par ma grand-mère dans son village, elle parle pas français, donc il faut parler son dialecte, donc moi je revenais souvent en ville juste pour visiter ma mère et tout, mais je savais que j’étais pas l’enfant vraiment, je l’ai toujours ressenti jusqu’à ce que je sois en âge mieux de comprendre les choses. (…) Voilà ! Plus même que mes frères et sœurs, de toutes les façons ils me le faisaient ressentir, ‘ vous êtes pas chez vous, retournez chez vous’. Ouais, donc des choses comme ça, qui faisait bien que tu sentais que...

-T’as pas ta place. » (Chercheure pair 7 et Anna, 24 ans, accueil tardif).

  • 45 Voir sur ce sujet l’article de Monique Kamga et Bernadette Tillard, « Le fosterage à l’épreuve de l (...)
  • 46 Catherine Sellenet, La santé des enfants accueillis en établissements de protection de l’enfance, L (...)
  • 47 Johanes Münder, Kindeswohl zwischen Jugendhilfe und Justiz- Ergebnisse eines Forschungsprojektes, S (...)

19Au cours de leur socialisation primaire, les enquêtés ont souvent été confrontés à des espaces familiaux en reconfiguration. Ils ont pu faire l’expérience de séparations parentales, de parenté dissociée, de confiage45. Ces éléments viennent confirmer les résultats d’autres études qui montrent la surreprésentation dans les familles concernées par la protection de l’enfance, de divorces et de séparations, de dissociation des parentés sociales et biologiques, de décès d’un ou des parents. Par exemple, l’étude quantitative de Catherine Sellenet46 sur 420 cas en Loire-Atlantique, souligne la précarité sociale, affective et relationnelle des situations familiales avec notamment 73 % de couples séparés, 7 % de père décédé, et 4 % de mère décédée, auxquels s’ajoutent des problèmes de violence d’addiction et de santé mentale (avec 26 % des pères avec des problèmes de violence et de comportements addictifs et 30 % des mères avec des problèmes de dépression) et des problèmes sociaux (avec 70 % des pères et 80 % des mères sans emploi). Tandis que les études qualitatives soulignent le sentiment partagé par les enfants protégés de ne pas avoir de place pour eux dans leur famille47. Mais ces études mentionnent peu le rôle des autres enfants de la fratrie dans la construction de ce sentiment de ne pas être à sa place.

20Dans notre étude, le parcours d’Anna (24 ans, accueil tardif) est presque archétypal de ces reconfigurations familiales multiples et du rôle des frères et sœurs dans la reconfiguration des maisonnées. Elle est née au Cameroun. Elle a été élevée par sa grand mère avec sa sœur jumelle en raison lui a-t-on dit de ses problèmes de santé qui rendent leur garde impossible par leur mère, empêchée également par des problèmes d’addiction à l’alcool, sans que des questions spécifiques par rapport à leur gémellité soit soulevée par Anna. Elles retournent voir fréquemment leur mère, ainsi celui qu’elles apprendront plus tard être leur beau-père et non leur père, ce qui conduit à de nombreuses fictions avec leur frères et sœurs qui leur rappellent qu’elles ne sont pas à leur place. Lorsqu’elles ont 13 ans, leur père biologique, militaire en France, leur propose de le rejoindre. Elles partent alors en France, avec le nouvel espoir de trouver un « chez soi ». Mais très vite, il est amené à accepter une mission aux Etats-Unis. Il décide alors de les confier à une personne rémunérée. Elles se sentent à nouveau à la charge d’une personne auprès de laquelle elles estiment ne pas être à leur place, elles sont mises à l’écart dans cette maisonnée où elles ne partagent pas les repas avec la famille et sont contraintes de se ramener de la nourriture de la cantine pour le repas du soir. Elles auront à subir auprès de cette personne des négligences et des maltraitances, qui les conduiront, à 15 ans, aux portes de l’aide sociale à l’enfance, suite à une tentative avortée d’emménagement chez le compagnon d’une des jumelles et à leur fuite de son domicile, les conduisant à appeler le 115, puis à aller au commissariat de police le plus proche. Même si le moment de leur arrivée dans le dispositif de protection de l’enfance est décrit comme un temps d’accalmie, Anna aura à nouveau à de nombreuses reprises le sentiment de ne pas être à sa place, notamment lorsqu’elle est accueillie dans une famille d’accueil, aussi bienveillante soit-elle. 

21C’est le récit particulièrement douloureux d’une quête de place impossible qui se donne à lire dans ce récit. Anna et sa sœur jumelle ont connu de nombreuses ruptures de liens et dissociation dans la parenté, ayant attaqué leur possibilité de s’attacher, en dépit d’une relation forte à leur grand-mère. Mais ce qui se donne à lire aussi en creux, au-delà de l’impossible prise en charge par la mère et l’attraction que représente la nouvelle vie avec le père biologique, c’est le rôle joué par les autres enfants de la fratrie, dans le tournant que représente pour Anna et sa sœur le départ en France et dans la pensée d’un impossible retour. Pourtant, le mari de leur mère, désigné de différentes manières, dans le récit à la fois comme « père », puis comme « beau-père », puis à nouveau comme « père » a continué à jouer un rôle important pour elles en finançant leur école privée en France, mais aussi la personne auprès de qui elles ont été confiées, et en venant évaluer leurs conditions de vie au moment de leur fugue. Néanmoins pour Anna, être réassignée à cette famille au moment de l’évaluation de sa situation par les services de l’aide sociale à l’enfance, puis au moment de sa demande de papiers est insupportable, car elle estime ne pas avoir sa place dans cette famille, en particulier du fait de ses relations avec ses frères et sœurs. Dans les brimades entres enfants se rejouent l’impossibilité de trouver sa place :

« Et je me voyais pas rentrer, pour être dans la même famille, pour être avec mes frères et sœurs, qu’ils étaient là et que je me disais qu’il y aura toujours une différence, je vais toujours me sentir comme si je suis pas chez moi. Donc je vais toujours subir les petites piques qu’on te lance et tout. (…) Mais y’a ce que les gens peuvent pas comprendre, peut-être t’as un endroit où tu sais que t’es pas à ta place. T’es avec des enfants, des grands frères, des grandes sœurs, certes avec le temps ils grandissent donc ils changent et tout, ils nous voient différemment, on est la petite sœur, voilà, mais à cet âge-là, c’était des enfants aussi. Ils résonnent comme des enfants, donc forcément, ils ne savent pas qu’ils font du mal. Tu vois ? (…) Mon beau-père, il a bien pris le rôle à cette période-là. Il a essayé de faire les choses, de montrer même qu’il était présent, qu’il y avait quand même une famille derrière, qu’on était pas abandonnées à nous même, parce que quand même quand tu arrives dans le système on te parle d’abandon, on te parle de psy...

- Les mots sont lourds.

- Ouais, les mots sont lourds (…) Dans l’un de leurs rapports, ils disaient, eux ils ont des attaches familiales, ils ont des attaches familiales solides en Afrique, donc faut qu’ils rentrent.

- Donc ça justifiait votre retour. Alors que toi, quand tu connais ton histoire, quand tu connais ton passé, de pouvoir lire ça, ça doit être une horreur. » (Chercheure pair 7 et Anna, 24 ans, accueil tardif).

  • 48 Chantal Jaquet, Les transclassses ou la non-reproduction, Paris, PUF, 2014, p. 79.

22Ainsi, les enquêtés rencontrés ont souvent été en quête de place dans leur famille de naissance, avec le sentiment qu’il n’y a pas d’espace pour eux dans des espaces familiaux en reconfiguration, ce qui peut les amener à des déménagements, voire à des changements de pays dans les parcours migratoires. Cette quête de place peut conduire à la construction d’un sentiment de différence par rapport à leur famille de naissance, et au recours à l’aide sociale à l’enfance pour sortir de ce milieu. La philosophe Chantal Jaquet48 dans un essai sur les transclasses montre que des malaises dans la classe, la race, le sexe, le genre, la famille, peuvent empêcher l’assimilation au milieu et imposer à l’individu de nouvelles orientations lorsqu’il ne peut prendre place dans l’ordre social et familial : « Quiconque n’est pas à sa place est condamné à être déplacé, au sens propre comme au sens figuré. Ne pas avoir lieu d’être expose forcément à un devenir migrant. » Se développe alors chez l’individu « un sentiment d’altérité, né d’une conscience plus ou moins confuse d’être à part, en trop, différent ou déviant ». L’individu va alors chercher à se différencier à l’aide d’un modèle alternatif. En somme, l’individu opère un travail de « différence sur la différence ». Mais pour Chantal Jaquet, « on choisit moins de partir qu’on est choisi pour partir ». En ce sens, « l’individu qui s’éloigne de son milieu ou le milieu qui s’éloigne de l’individu sont les deux faces d’un même problème ». C’est pourquoi, Chantal Jaquet invite à analyser la place et le rôle du milieu familial dans les parcours d’exit. Nous pourrions ajouter l’importance d’analyser le rôle spécifique exercé par les autres enfants de la fratrie.

Lutte des places entre enfants dans les parcours en protection de l’enfance

« Je pense d’ailleurs que si j’étais resté chez mes parents, je ne serais pas comme ça actuellement. On est tous d’accord, même pour dire la même chose, parce que j’ai discuté avec beaucoup de jeunes qui sont à l’aide sociale à l’enfance (…) Nous, ma petite sœur et moi, on avait compris dès le début, qu’on était tellement différents, qu’on avait de la chance d’être ici, qu’on voulait y rester, qu’on voulait pas retourner chez nos parents et ils ont tout fait en fait, ils ont fait en sorte qu’on aille chez nos parents, sauf qu’on voulait pas, parce que en fait on était tellement bien dans ce système là qu’on voulait y rester. Bah, finalement, on est resté jusqu’au bout ! » (Chercheur pair 1 et Angy, 25 ans, accueil intermédiaire).

  • 49 Peter Berger et Thomas Luckmann, La construction sociale de la réalité, Paris, Armand Colin, 2012, (...)
  • 50 Ibid., p 250.
  • 51 Ibid., p 253.
  • 52 Ibid., p 254.

23L’impossibilité de trouver sa place, face à un trop grand sentiment de différence avec leur famille de naissance, est la raison évoquée par les enquêtés pour justifier leur recours à l’aide quand ils ont été les acteurs de l’entrée dans le dispositif de protection de l’enfance ou pour justifier a posteriori sa nécessité quand ils ont été l’objet d’une protection extérieure. Les enquêtés justifient souvent leur parcours en le comparant avec celui de leurs frères et sœurs restés à la maison ou la mobilisation onirique de l’image de ce qu’ils seraient devenus s’ils étaient restés dans leur famille de naissance. Si la prise en charge est présentée comme une nécessité, néanmoins le diagnostic posé au moment de l’admission peut être discuté, partiellement contesté et réapproprié, comme dans le discours d’Anna, ou d’abord contesté en bloc avant d’être réapproprié dans le discours d’autres jeunes. Cette appréhension de la prise en charge comme une nécessité peut être lue tout autant comme une estimation négative des ressources du milieu et une évaluation globale positive de l’aide reçue, que comme un effet de conversion49. En effet, la prise en charge en protection de l’enfance s’apparente à un processus de « re-socialisation » qui imite la socialisation primaire par le degré d’idendentification et la charge émotionnelle qu’elle engage. Elle diffère néanmoins de cette dernière dans la mesure où elle ne débute pas ex-nihilo et qu’elle doit faire face à un problème de démantèlement de la structure nomique antérieure. Elle réunit les conditions qui rendent possible une conversion ou une alternation, à savoir la présence « d’une structure de plausibilité » servant de « laboratoire de transformation »50, médiatisée par des autruis significatifs avec lesquels l’individu se trouve dans une situation de dépendance émotionnelle. Elle suppose un processus de ségrégation de l’individu par rapport à son ancien monde particulièrement important au cours des premières phases de l’alternation. Ces conditions sociales s’accompagnent de la disponibilité d’un appareil conceptuel légitimant la séquence de transformation51. C’est sans doute ce qui explique que dans le discours des enquêtés l’événement du placement est présenté comme une rupture sous la forme d’un avant et d’un après, du passage des ténèbres à la lumière avec une réinterprétation de la biographie dans sa totalité : « tout ce qui précède l’alternation est maintenant perçu comme menant à elle (comme un ancien testament), et tout ce qui la suit comme découlant de sa nouvelle réalité. »52

  • 53 Chantal Jaquet, op. cit., p. 125.

24Si l’entrée dans le dispositif de protection de l’enfance est réinterprétée a posteriori par l’ensemble des enquêtés comme une nécessité, elle est présentée néanmoins comme un événement nécessitant une nouvelle adaptation. Elle suppose « de quitter son endroit », de « changer ses habitudes ». Elle implique d’entrer dans un monde inconnu dont il va falloir très vite apprendre les nouveaux codes. Elle nécessite de changer son langage, « son vocabulaire », en somme « tout son état d’être » (Chercheur pair 1 et Angy, 20 ans, accueil intermédiaire). Ainsi comme l’analyse Chantal Jaquet53 à propos des parcours en transit, l’adaptation implique « une forme de dépôt, voire de déposition, pour pouvoir se positionner », « un dépouillement de soi et une mue difficile à opérer de façon instantanée ».

25Malgré ce premier temps d’adaptation, l’accueil est souvent qualifié de temps d’accalmie, où l’enfant va enfin pouvoir dormir dans une belle chambre avec des draps propres, dans un endroit pour lui, sécurisé :

« Tu arrives là, et t’as une très belle chambre, voilà pour moi c’était une belle chambre, voilà et tout, tu es au chaud tranquille. Et là tu dis « enfin mon Dieu », tu te …

- Ouais, t’avais un endroit à toi ?

- Voilà. Tu souffles, tu souffles, tiens les draps propres, voilà. » (Chercheure pair 7 et Anna, 24 ans, accueil tardif).

26Mais l’accalmie est de courte durée, car la prise en charge expose les enfants confiés à un espace temporel et de signification indéfini, dans le sens où ils n’ont pas connaissance de la durée de leur placement, ni du moment de leur sortie, comme l’exprime ici, Christopher, qui a vu sa situation d’accueil d’urgence d’une semaine se transformer en accueil long de 10 ans :

« Et après le truc qui m’a déplu, c’est quand j’suis arrivé dans mon premier foyer quand on m’a dit ‘tu restes une semaine’, ça fait quand même 10 ans ! Ils sont trop forts ! (…) ouais, bah comme la moitié des jeunes en fait les trois quart. Surtout quand c’est la police qui amène et qu’ils disent : ‘non, tu restes là une semaine, t’inquiètes pas, tes parents vont venir te chercher’.

- D’accord. Et comment tu l’a vécu ça ?


- Bah, mal ! Parce que j’ai compté les jours quand même ! Je savais qu’une semaine, ça faisait 7 jours. Donc après le dimanche... bah, ça a duré quoi. Mais après comme j’étais sur un groupe petit, j’ai vite oublié, ma vie, elle a continué quoi. 

(…) Bah, comme ça je pense que c’est bien, mais... faut en parler... plus à l’avance, par exemple en 3ème dès le début de l’année, on nous dit qu’on passe le brevet, alors que là, on sait qu’on va partir, on nous dit pas qu’on va partir. On voit tout le monde partir au foyer mais nous on sait pas quand on va partir, c’est comme une semaine du début, quoi » (Chercheur pair 1 et Christopher, 16 ans, accueil intermédiaire).

27Dans cet extrait, Christopher établit une analogie entre le temps de l’arrivée et le temps de la sortie tout aussi peu verbalisée dans ses souvenirs. Il compare l’annonce très formelle des examens à l’école à l’absence de ritualisation de l’entrée comme de la sortie au foyer. Face à ce qui est perçu comme une insuffisance de préparation et de verbalisation de la durée du placement comme du temps de la sortie, l’apprentissage de cette temporalité passe alors par l’observation des allées et venues des autres jeunes dans l’accueil et des départs des plus grands.

28Si pour certains, comme Christopher, le temps de l’accueil va être caractérisé par une période de placement long, pour d’autres, il va être constitué de multiples déplacements. En effet, selon le temps de leur arrivée (en accueil précoce, intermédiaire ou tardif), les enfants vont être exposés inégalement au risque de ruptures. Le nombre de déplacements est le plus grand chez les enfants en accueil intermédiaire. Mais il ne s’agit pas de la seule variable, là encore les rapports entre enfants vont jouer un rôle important dans la construction du parcours d’accueil et des bifurcations au cours de ce parcours.

29Ainsi le récit d’Hervé, qui a connu un accueil long et précoce d’un an à dix-huit ans dans la même famille, montre à quel point son inscription au sein de cette maisonnée a été rendue possible par la place que lui a laissée « sa sœur » d’accueil, dernière fille de sa famille d’accueil :

« Moi je suis arrivé à 14 mois dans cette famille d’accueil et... j’étais l’attraction parce que c’était un petit village et puis j’ai une phrase en tête qui est très forte c’est de leur fille qui me disait régulièrement ‘voilà je te prête les genoux de ma maman, maintenant c’est ta maman’, et entre guillemets, ‘fais en bon usage’ et en fait c’était, j’avais des liens très forts avec cette fille qui était pour moi ma sœur, on avait un lien très fort nous quatre, parce que on se suivait tous au niveau des âges. » (Chercheur pair 8 et Hervé, 26 ans, accueil précoce et long).

  • 54 Aude Poittevin, 2008, op. cit.
  • 55 Ibid.

30Dans le récit d’Hervé, la famille d’accueil apparaît, dans les moments routiniers, comme un lieu de socialisation important, au niveau des liens verticaux avec les adultes, mais aussi et surtout des liens horizontaux entre enfants qui participent à la définition des premiers (et inversement). Au sein des familles d’accueil, les places dans la fratrie sont complexes puisqu’elles ne dépendent pas seulement de l’âge de l’enfant, mais aussi de sa date d’arrivée dans le lieu d’accueil, et de la présence d’autres enfants accueillis ou non. Dans son récit, Hervé recompose un ordre de naissance qui lui est propre et qui mêle la co-sanguinité et l’expérience de la co-résidence dans une forme de bricolage affinitaire et fraternel54. Hervé décrit sa place particulière, en tant que premier enfant accueilli, rejoint à sa demande, par la suite, par ses sœurs, ce qui en fait au début, du fait de sa singularité, l’objet de toutes les attentions, voire de toutes les attractions. Il décrit les relations complexes qui se nouent avec les enfants de la famille d’accueil et notamment avec la plus jeune lui autorisant l’accès à sa maman, tout en signifiant qu’il s’agit d’un prêt. Ce dernier marque une différence avec la filiation biologique. Ainsi, on peut percevoir le même effet dans l’accueil familial que celui analysé par Aude Poittevin55 dans les familles recomposées, à savoir la suprématie de l’enfant résidant ou ici de l’enfant de la famille d’accueil. Celui-ci exerce son contrôle sur le territoire familial, autorise ou non l’accès à l’espace mais aussi à l’affection et l’attention de ses parents. On peut penser dans ce cas que l’investissement par Hervé de sa famille d’accueil a été rendu possible par l’autorisation qui lui a été faite par la plus jeune enfant de la famille d’accueil d’occuper une place auprès de sa maman dont elle prête les genoux, même si la dimension de prêt implique déjà en germe la réversibilité de la situation une fois la prise en charge terminée :

« Pour pouvoir partir et... en fait au début y’avait un contrat donc à mes 18 ans j’ai eu mon baccalauréat, je décide d’aller à Nice, donc au début y’avait un contrat entre les trois parties, c’est-à-dire eux, le service, plus moi avec une obligation de rentrer les week-end, et puis donc, je suis rentré les week-ends, et y’avait tellement de pression que je me suis dit non je peux pas, je peux pas voilà. Ma chambre que j’avais là-bas, n’était plus ma chambre, je prenais une chambre autre, voilà, donc j’étais quelqu’un de passage au final et puis, on m’adressait pas la parole, heu, enfin voilà, donc leur vie se faisait la semaine, moi je revenais j’avais pas participé à ce qu’ils avaient fait, de toutes manières ils m’en voulaient donc, à partir de ce moment-là j’ai dit...

- Ils t’en voulaient pourquoi ?

- C’est un sujet un peu, enfin moi je, j’peux le dire, pour moi il y a pas de problème mais effectivement j’ai découvert mon homosexualité très jeune. » (Chercheur pair 8 et Hervé, 26 ans, accueil précoce et long).

  • 56 Marc-Henry Soulet, « Changer de vie, devenir autre, essai de formalisation des processus engagés », (...)

31En effet, un décrochage se produit, au moment de sa décohabitation pour ses études, où il est amené à s’éloigner géographiquement et affectivement. Lors de ses retours le week-end, Hervé a le sentiment d’être de passage, de ne plus partager de temps commun, de ne plus compter, de ne plus avoir sa chambre et donc symboliquement d’avoir perdu sa place. Le contrat explicite (un contrat jeune majeur avec un retour en week-end dans la famille d’accueil) ne semble plus suffisant pour faire tenir le contrat implicite de la pérennité des liens. Cet effet de décrochage est d’autant plus violent qu’il se produit sous la forme d’un conflit de reconnaissance sur l’identité homosexuelle du jeune homme. La violence du conflit est à la mesure de la durée et la force du lien, mais il renvoie Hervé à un choix impossible, entre renoncer à l’être aimé ou à sa famille d’accueil. Il part alors « contraint », tout en ayant des difficultés, dans l’interaction avec l’enquêteur, à qualifier cette sortie : s’agit-il d’un choix, d’un choix contraint, d’un non choix, d’un choix impossible ? Cette situation témoigne de la fragilité des liens du quotidien noués dans une maisonnée, par définition provisoire, quand ils se construisent autour de la prise en charge d’un enfant dépendant, qui passe du statut de « bout de choux », objet de toutes les attentions, à celui d’un jeune adulte qui affirme ses préférences et ses choix. Que reste-t-il alors de ces liens quotidiens, dissociés de l’inscription pérenne dans une lignée de transmission, mis à mal par le conflit, quand la cause commune, celle de l’éducation de l’enfant jusqu’à sa majorité, disparaît ? Ce temps de transition à l’âge adulte, appréhendé par Hervé comme « un couperet », « une guillotine », peut être lu comme une bifurcation au sens ou l’entend Marc-Henry Soulet56, c’est-à-dire « un contexte dans lequel les règles du jeu ne sont plus claires et les normes plus cohérentes ». En effet, Hervé découvre à l’âge adulte que les liens construits avec son assistante familiale ne sont pas pérennes et prend conscience de la double dimension affective et financière de cette relation. Ce n’est pas le cas dans la situation d’Hervé mais dans d’autres situations étudiées, l’enfant de la famille d’accueil peut continuer de jouer un rôle important auprès de l’ancien enfant accueilli malgré le « clash » avec l’assistante familiale.

32Le rôle des pairs dans les situations de déplacements est également très important. Ces situations de déplacements, d’un lieu d’accueil à un autre, concernent les 2/3 de nos enquêtés principalement en situation d’accueil intermédiaire ou tardif. Elles sont souvent expliquées par les enquêtés par l’arrivée d’un nouvel enfant accueilli à l’aide sociale à l’enfance avec un autre statut (adoptable) ou une particularité (en situation de handicap) qui vient bouleverser les places et entrainer une reconfiguration de la maisonnée :

« - Est-ce que, toi t’as l’impression d’avoir vécu beaucoup de ruptures ? Est-ce que t’as vécu des choses comme des ruptures ?

Oui ! Parce que j’étais en première famille d’accueil, et puis après ça a cassé d’un coup comme ça donc... ça fait mal quoi. Et en fait, ça a été net, genre du jour au lendemain : ‘tu t’en vas...’ ça a été comme ça, parce qu’en fait, y’avait, dans la première famille d’accueil, y’avait une fille qui a été adoptée, et donc moi, j’étais jaloux et tout ! Mais parce qu’ils leur apportaient plus de, en fait ils...la cocoonaient elle, mais tandis qu’en famille d’accueil, ils peuvent pas nous cocooner à nous, parce qu’il faut qu’ils agissent, c’est spécial, il faut qu’ils agissent pas en tant que parents quoi. On peut pas leur dire... on peut pas dire : ‘ouais maman’. On ne peut pas. (…) Tandis que, son enfant qu’elle a adopté, bah, elle le coucounait quoi, parce que... c’était son enfant. Voilà ! Et il pouvait lui dire ‘maman’. Voilà, et moi j’étais jaloux, parce que bon...elle le laissait faire tout et moi on m’engueulait. Donc ça faisait... mais pour elle c’était chaud à gérer (...) Ouais c’est pour ça. Qu’elle m’a fait changer de famille d’accueil. » (Chercheur pair 4 et Gabriel, 26 ans, accueil intermédiaire).

  • 57 Vincent de Gaulejac et Taboada Léonetti, La lutte des places, Paris, Desclée de Brouwer, 1994, 286  (...)

33Dans le récit de Gabriel, un point tournant est décrit avec l’arrivée dans sa première famille d’accueil d’un enfant adopté. La différence entre une parenté d’accueil qui n’autorise pas le « cocooning » ni l’appellation de « maman » et d’une parenté adoptive lui est trop difficile à supporter et le conduit à sa sortie précipitée de cette première famille d’accueil. Le récit réalisé par Angy est assez proche. La venue d’un troisième enfant, en situation de handicap, dans sa première famille d’accueil, qui fait l’objet de beaucoup d’attentions, conduit à son départ et son accueil dans une seconde famille, où il est amené à jouer très vite le rôle de grand frère dans une nouvelle fratrie. Ainsi l’arrivée d’un nouvel enfant avec une particularité induit un regain d’attention de la part de l’assistant familial, à une lutte des places57 entre enfants et au départ de celui qui le supporte le moins et qui a le statut le plus précaire. Comme le souligne Angy, ces transitions rapides impliquent de changer très vite « tout son état d’être » car elles engagent la définition intime de soi dans des espaces familiaux en mutation et en reconfigurations fréquentes. Ces changements viennent redoubler la quête de place à laquelle les enfants ont été confrontés dans leurs espaces familiaux de naissance.

34Mais ces changements de lieux d’accueil ne sont pas toujours subis, ils peuvent aussi être négociés ou parfois souhaités par l’enfant comme dans le cas d’Anna :

« Avant le foyer, on est allé en famille d’accueil, c’est moi qui a demandé qu’on quitte cette famille. Ma sœur, se sentais très bien en famille d’accueil. (…) Et ma sœur, elle était très bien dans cette famille, avec les enfants ça se passait très bien, mais moi je suis pas chez moi. Et ça me ramène encore dans ce truc... !

- Être dans une famille qui est pas la tienne, ça te renvoyait ton parcours à toi.


- J’hésitais à partir, j’ai dit à ma sœur, ‘je peux pas, je peux pas, parce que c’est pas ma famille, c’est pas ma mère, c’est pas...’, et je sentais, elle essayait cette femme de, de faire du mieux qu’elle pouvait pour, parce qu’elle avait jamais rencontré des jeunes chez elle qui sont aussi calmes ! (…) Et ma sœur elle se sentait très bien dedans, elle avait retrouvé une mère, elle avait retrouvé, elle était sécurisée là-dedans. Ouais, mais moi.

- Ça allait pas ?

- Ah mais pas du tout, du tout. Au contraire, pour moi ça me rappelait tout ce que je voulais pas. Parce que ça me rappelle tout ce que j’ai vécu, que je suis pas toujours à ma place, que j’ai pas de parents, que … ah non, c’était insupportable pour moi, parce que elle faisait, je peux dire, elle essayait de remplacer celle que voilà j’ai pas eue. Alors pour celle qui était là, alors que c’était pas mauvais, elle voulait faire juste (…)
 Moi je le vivais tellement mal, que j’ai dit à l’assistante sociale (…) Au contraire, franchement, elle nous proposait d’aller en vacances avec elle, de trucs, voilà quoi !

- Mais justement, c’est alors je sais pas si c’est ce que t’as ressenti toi, mais moi, plus j’avais le sentiment que eux, ils m’incluaient dans leur famille en tant que, limite leur enfant, plus j’étais mal à l’aise et moins je me sentais bien en fait. Parce que je me disais ‘non, ok, ça se passe bien mais non ! T’es pas ma mère, c’est pas mes frères !’.

- Voilà, moi vraiment je me sentais pas bien. (…) Et je pense qu’elle a prise très mal quand c’est moi, parce que c’est moi qui ai demandé de partir, c’est pas ma sœur. Parce que ma sœur, elle se sentait bien, elle disait ’toi Amandine, tu te sens bien, tu vois bien ça se passe bien ici, pourquoi vous voulez partir ?’. Et c’est là que j’ai trouvé bien P. B. qui était l’assistante sociale de l’époque, éducatrice de l’ASE, elle a osé essayer de me défendre et essayer de me protéger, parce que pour elle c’était comme si il y a avait un problème et elle me faisait culpabiliser du truc, et c’est là où elle a su mettre bien les choses au clair, que ‘ non, c’est le choix d’Anna et il faut que tu respectes ça, tu n’as pas à la faire culpabiliser, pour son choix et tout. » Chercheure pair 7 et Anna, 24 ans, accueil tardif ).

  • 58 Valentine Hélardot, « Vouloir ce qui arrive ? Les bifurcations biographiques entre logiques structu (...)

35Dans cet extrait, on peut percevoir le cheminement d’Anna et des services sociaux pour trouver la place qui lui correspond le mieux. Elle a préféré quitter une famille d’accueil très incluante, mais où le faux-semblant d’une place familiale lui était insupportable, pour une place en foyer, moins chargée d’affect. Ce déplacement souhaité par Anna influe en retour sur sa sœur contrainte de quitter ce refuge pour suivre sa sœur. Ainsi, comme le souligne Valentine Hélardot58, le déclencheur de la bifurcation peut être extérieur à l’individu ou résulter d’une initiative personnelle. Dans les bifurcations actives, comme celle d’Anna, les individus revendiquent un haut degré de contrôle sur leur propre existence, c’est celle qui se prête le mieux à la construction du mythe de l’individu héroïque. Mais un même changement peut être appréhendé différemment par deux individus, comme c’est le cas ici entre Anna et sa sœur jumelle. Pour Anna, le changement de lieu d’accueil recherché et souhaité s’inscrit dans une forme de continuité alors que pour sa sœur qui résiste à ce changement, il constitue une rupture.

La trace laissée par la fratrie dans la sortie des dispositifs

36L’importance de la socialisation entre pairs est également prégnante au moment de la transition à l’âge adulte. La trace laissée par l’épreuve du passage à l’âge adulte d’un frère ou d’une sœur, fondatrice ou destructrice, va venir colorer l’appréhension de ce temps de la sortie par l’autre membre de la fratrie, même s’il se trouve dans une toute autre situation :

« Elle est arrivée à 21 ans, oui. À 21 ans, le 1er mai 1986, ma date de naissance, c’est ‘bon anniversaire’ ça dépend comment on le voit mais là c’était pas vraiment un bon anniversaire surtout que ma sœur avant a mal vécu ce…, cette transition là, parce que… elle vraiment, elle a fait une tentative de suicide, parce qu’elle est sortie quand même sans diplôme, sans rien, donc elle s’est retrouvée à la, vraiment sans rien du tout pour rebondir, plus de confiance en elle et du coup ça l’a amenée à mettre fin à ses jours. (…) La fin du contrat jeune majeur, bah j’dirai aussi couperet. C’est, c’est oui, c’est quand même une guillotine quoi, c’est, ça s’arrête net. » (Chercheur pair 8 et Hervé, 26 ans, accueil précoce et long).

  • 59 Cécile Van de Velde, Devenir adulte. Sociologie comparée de la jeunesse en Europe, Paris, PUF, coll (...)

37Ainsi, dans le discours d’Hervé, le caractère brutal de la sortie du dispositif avec une fin d’aide à 21 ans est d’autant plus vif qu’il a vu auparavant sa sœur faire une tentative de suicide au moment de sa sortie du dispositif sans diplôme. Si la figure repoussoir dans les récits d’entrée dans l’âge adule des jeunes français interviewés par Cécile Van de Velde59 est celle du grand frère n’ayant jamais trouvé de travail, elle prend ici une forme plus brutale d’un possible anéantissement. Pour Hervé, ce sentiment d’abandon par les services de l’aide sociale à l’enfance à ces 21 ans se double d’un sentiment d’abandon de la part de sa famille d’accueil où il a été rejeté du fait de son homosexualité.

  • 60 Chantal Jaquet, op. cit.

38Dans le même temps, dans ces situations, le cumul des stigmates, liés à la situation de placement, à l’origine ethnique, ou encore à l’orientation sexuelle, peut être aussi des facteurs favorisants, sans les déterminer, des parcours en transit entre plusieurs classes sociales60 : le milieu d’origine et le milieu d’éducation et le milieu d’arrivée. Par exemple, chez Hervé, la découverte par sa famille d’accueil de son homosexualité et le conflit que cela a engendré, a été la raison de son départ et de la poursuite de son investissement dans la musique. Cet investissement dans la musique avait déjà été porté par une volonté de se différencier durant l’enfance pour retourner le stigmate lié au placement. La combinaison d’être d’une origine culturelle différente, d’être un enfant placé, d’être homosexuel dans un milieu homogène et fermé d’un petit village français, est ce qui a été facteur d’exit.

Conclusion

  • 61 Emilie Potin, op. cit.

39Nos travaux de recherches rejoignent les travaux antérieurs sur les parcours des enfants confiés et notamment ceux d’Emilie Potin61 qui ont cherché à montrer leur complexité à l’intersection de l’histoire familiale, de la manière de travailler de la famille d’accueil, des règles de vie dans le foyer, des pratiques professionnelles, des réformes nationales et départementales. Sans effacer ces autres dimensions, notre méthodologie d’enquête par les pairs attire le regard sur une dimension minorée de ces parcours, à savoir la socialisation horizontale, les rapports entre enfants. À trois temps du parcours : la sortie du milieu familial, l’installation et le déplacement dans l’accueil et la sortie des dispositifs, nous avons cherché à montrer le rôle crucial que peuvent jouer les enfants dans la construction des continuités et des discontinuités au cours du parcours. Dans notre corpus, les relations entre pairs apparaissent dans les moments routiniers comme dans les moments de crise, à la fois comme des ressources, des supports de la stabilité et comme des menaces, des formes de déstabilisation des collectifs. Par exemple, la construction d’un discours cohérent avec une sœur ou un frère peut être un facteur facilitant le recours à l’aide, le modèle représenté par un frère peut être facteur de réussite scolaire, l’autorisation d’accès à sa mère peut faciliter l’intégration d’un enfant dans sa famille d’accueil, un frère peut chercher à rapatrier sa fratrie dans sa famille d’accueil pour leur faire bénéficier d’un meilleur accueil. Mais, à de nombreuses autres reprises, les relations entre pairs apparaissent aussi comme un facteur de déstabilisation des collectifs et des maisonnées : des rivalités dans la fratrie peuvent entrainer des parcours d’exil, l’arrivée d’un nouvel enfant accueilli avec un autre statut peut entrainer la sortie d’un enfant de sa famille d’accueil, la volonté d’une sœur de trouver l’aide la plus adaptée pour elle peut conduire sa sœur à quitter une famille d’accueil dans laquelle elle commençait à trouver ses repères. Nous pensons en ce sens que tenir compte de ce qui se joue à hauteur d’enfants dans les parcours, permet de mieux saisir la scène principale et les bifurcations qui s’y produisent. En effet, les liens de socialisation horizontaux entre enfants participent à la définition des liens de socialisation verticaux avec les adultes (et inversement) et influent sur les reconfigurations des maisonnées.

  • 62 Florian Esser, « Agency und generationale Differenz. Einige Implikationen der Kindheitsforschung fü (...)
  • 63 Sophie Denave, « Les ruptures professionnelles : analyser les événements au croisement des disposit (...)
  • 64 Florian Esser, « Neither ‘thick’ nor ‘thin’, Reconceptualising agency and childhood relationally », (...)
  • 65 Marc-Henry Soulet, op. cit., p. 285

40Cette recherche attire également l’attention sur la quête de place à laquelle les enfants confiés sont confrontés au cours de leur socialisation primaire puis secondaire. Cette quête de place peut se transformer en une lutte des places entre enfants, ce qui nous invite à dénaturaliser une vision romantique de l’enfance, parfois présente dans les Childhood Studies62. Mais cette lutte des places renseigne moins sur la sociabilité enfantine que sur l’absence de clarté des règles du dispositif de protection de l’enfance, qui conduit à cette lutte, avec notamment les différences ténues entre les parentés adoptives et d’accueil ou encore les discontinuités entre le temps de la minorité où l’enfant est conçu comme un être à protéger et à relier et le temps de la majorité comme un adulte à insérer et à délier. En ce sens, les bifurcations rencontrées par les enfants confiés sont tout autant situées à l’écart des routines et des socialisations instituées que socialement balisées et organisées. Ces moments critiques sont le produit croisé d’une décision subjective et de l’objectivité d’une contrainte de cheminement (pré-établi par l’institution). Ils sont associés à « un bouleversement des configurations dans lesquelles les acteurs évoluent »63, bouleversement durant lequel les règles du jeu ne sont plus claires et les normes plus cohérentes. Ces situations de reconfiguration des collectifs et des maisonnées, placent les enfants et les jeunes face à une rupture d’intelligibilité, nécessitent une forte mobilisation affective. Dans ces situations, les conditions de l’agir ordinaire sont rompues et l’enfant ou le jeune est placé aux limites de son agentivité. Mais plus que de conclure à une agentivité « fine » ou « épaisse » des enfants et des jeunes64, cette étude confirme l’importance de l’appui de l’individu sur l’environnement social « à la fois comme ressource et réserve d’expériences de symbolisation et comme instance de la recevabilité de l’action posée ainsi que du sens élaboré65. »

Haut de page

Bibliographie

Astier (Isabelle) et Duvoux (Nicolas), La société biographique : une injonction à vivre dignement, Paris, L’Harmattan, coll. Logiques sociales, 2006, 212 p.

Astier (Isabelle), Les nouvelles règles du social, Paris, PUF, 2007, 190 p.

Berger (Peter) et Luckmann (Thomas), La construction sociale de la réalité, Paris, Armand Colin, 2012, 340 p.

Bertaux (Daniel), Histoires de vies ou récits de pratiques ? Méthodologie de l’approche biographique en sociologie, CORDES, 1976, 232 p.

Bessin (Marc), « Parcours de vie et temporalités biographiques : quelques éléments de problématique », Informations sociales, 6/ 2009 (n° 156), p. 12-21.

Bessin (Marc), Bidart (Claire) et Grossetti (Michel), « Les bifurcations un état de la question en sociologie », dans Bessin (Marc), Bidart (Claire), et Grossetti (Michel) [coord.], Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, La Découverte, 2009, p. 25-35.

Boltanski (Luc), De la critique, Paris, Gallimard, 2009, 294 p.

Bourdieu (Pierre), « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 62-63, p. 69-72, 1986.

Callu (Elisabeth) et Frechon (Isabelle), « De la prise en charge à l’autonomie… », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], n° 8 | Automne 2009, mis en ligne le 07 janvier 2010, consulté le 07 mai 2016., http://sejed.revues.org/6447

Castel (Robert), Les métamorphoses de la question sociale, Paris, Fayard, 1995, 494 p.

Delcroix (Catherine), Ombres et lumières de la famille Nour. Comment certains résistent face à la précarité, Paris, Petite bibliothèque Payot, 2005, 258 p.

Denave (Sophie), « Les ruptures professionnelles : analyser les événements au croisement des dispositions individuelles et des contextes », dans Bessin (Marc), Bidart (Claire), et Grossetti (Michel) [coord.], Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, La Découverte, 2009, p. 168-175.

Dubar (Claude) et Nicourd (Sandrine), Les biographies en sociologie, Paris, La découverte, 2017, 128 p.

Dumaret (Annick-Camille), Donati (Pascale) et Crost (Monique), « Entrée dans la vie adulte d’anciens placés en village d’enfants : Fin des prises en charge et parcours d’accès à l’autonomie », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], n° 8 | Automne 2009, mis en ligne le 08 janvier 2010, consulté le 07 mai 2016, http://sejed.revues.org/6432.

Elder (Glen), « The life course and human development contextes », dans Lerner (Richard) [coord.], Handbook of child psychology : Theoretical models of human developpement, vol. 1, New York, Wiley, 1997, p. 939-991.

Esser (Florian), « Agency und generationale Differenz. Einige Implikationen der Kindheitsforschung für die Sozialpädagogik », dans Homfeldt (Hans Günther), Schroer (Wolfgang), Schweppe (Cornelia) [coord.], Vom Adressaten zum Akteur : Soziale Arbeit und Agency, Opladen, Budrich, 2008, p. 133-153.

Esser (Florian), « Neither ‘thick’ nor ‘thin’, Reconceptualising agency and childhood relationally », dans Esser (Florian), Baader (Meike S.), Betz (Tanja), Hungerland (Beatrice) [coord.], Reconceptualising Agency and Childhood, New Perspective in Childhood Studies, London and New York, Routledge, p. 48-60.

Farge (Arlette), « Penser et définir l’événement en histoire. Approche des situations et des acteurs sociaux », Terrain, n° 38, 2002, p. 69-78.

Frechon (Isabelle) et Robette (Nicolas), « Les trajectoires de prise en charge par l’Aide sociale à l’enfance de jeunes ayant vécu un placement », Revue française des affaires sociales, n° 1-2, 2013, p. 123-143.

Gaulejac (Vincent de) et Léonetti (Taboada), La lutte des places, Paris, Desclée de Brouwer, 1994, 286 p. 

Grossetti (Michel), « Imprévisibilités et irréversibilités : les composantes des bifurcations », dans (Marc), Bidart (Claire) et Grossetti (Michel) [coord.], Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, La Découverte, 2009, p. 147-159.

Hélardot (Valentine), « Vouloir ce qui arrive ? Les bifurcations biographiques entre logiques structurelles et choix individuels », dans Bessin (Marc), Bidart (Claire) et Grossetti (Michel) [coord.], Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, La Découverte, 2009, p. 160-167.

Jaquet (Chantal), Les transclassses ou la non-reproduction, Paris, PUF, 2014, 237 p.

Kamga (Monique), Tillard (Bernadette), « Le fosterage à l’épreuve de la migration. Jeunes Bamilékés du Cameroun accueillis en France », Ethnologie française, Presses Universitaires de France, 2013, XLIII (2), p. 325-334.

Lahire (Bernard), Tableaux de familles, Paris, Hautes Études, Seuil, 1995, 302 p.

Longo (Maria Eugenia), « Les parcours de vie des jeunes comme des processus », Dossier Parcours de jeunes et institutions, Les Cahiers dynamiques, n° 67, Érès, 2016 p. 48-57.

Lushey (Claire J.) et Munro (Emily), « Peer research methodology : an effective method for obtaining young people’s perspectives on transitions from care to adulthood ? » Qualitative Social Work, 14(4), 2014, p. 522-537.

Münder (Johanes), Kindeswohl zwischen Jugendhilfe und Justiz- Ergebnisse eines Forschungsprojektes, Sozialpädagogisches Institut im SOS-Kinderdorf, 2001, 141 p.

Oppenchaim (Nicolas), « Pourquoi et comment favoriser la participation d’adolescents de ZUS à une recherche sur leurs mobilités urbaines ? », Carnets de géographes, n° 3, décembre 2011, Rubrique Carnets de terrain, p. 1-16, http://www.carnetsdegeographes.org/carnets_terrain/terrain_03_03_Oppenchaim.php.

Poittevin (Aude), « La spécificité du fraternel en Villages d’enfants SOS, La cohabitation comme maintien du lien et sources de liens », Dialogue, 2008/1, n° 179, p. 9-19.

Poittevin (Aude), « Terrains de ‘je’ recomposés », Les Sciences de l’éducation - Pour l’Ère nouvelle, 2006/2, vol. 39, p. 33-51.

Potin (Emilie), « Vivre un parcours de placement. Un champ des possibles pour l’enfant, les parents et la famille d’accueil », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], n° 8 | Automne 2009, mis en ligne le 07 janvier 2010, consulté le 21 février 2017,http://sejed.revues.org/6428.

Potin (Emilie), Enfants placés, déplacés, replacés : parcours en protection de l’enfance, Toulouse, Érès, 2012, 218 p.

Poussou-Plesse (Marielle), « Le turning point sous le regard du point final. Retour sur un usage canonique de la notion de carrière en sociologie », dans Bessin (Marc), Bidart (Claire), et Grossetti (Michel) [coord.], Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, La Découverte, 2009, p. 254-270.

Robin (Pierrine) et al., « La transition à l’âge adule au prisme d’une recherche par les pairs », Vie sociale, n° 12, érès, 2015 p. 71-88.

Robin (Pierrine) et al., « Une recherche par les pairs en protection de l’enfance pour renouveller les formes de connaissance en contexte de disqualification », dans Les chercheurs ignorants [coord.], Les recherches actions collaboratives, une révolution de la connaissance, Rennes, Presses de l’EHSP, 2015, p. 138-146.

Rouscous (Nathalie) et Dauphragne (Antoine), « La chambre d’enfant, Une construction partagée entre parents et enfants », La Revue internationale de l’éducation familiale, 2015/1, p. 87-113.

Sellenet (Catherine), La santé des enfants accueillis en établissements de protection de l’enfance, L’exemple de la Loire-Atlantique, Rapport de recherche réalisée pour et financé par l’ONED, 2013, 111 p.

Sirota (Régine), « Enfance et socialisation au quotidien », La Revue internationale de l’éducation familiale, 2015/1, n° 37, p. 9-16.

Sirota (Régine), « L’enfant acteur ou sujet dans la sociologie de l’enfance. Évolution des positions théoriques au travers du prisme de la socialisation, dans Bergonnier-Dupuy (Geneviève) [coord.], L’enfant, acteur et/ou sujet au sein de la famille, Paris, Éres, 2005, p. 33-41.

Sirota (Régine), « Les civilités de l’enfance contemporaine. L’anniversaire ou le déchiffrage d’une configuration », Éducation et Sociétés, 1999, n° 3, p. 31-54.

Sotteau-Léomant (Nicole), Léomant (Christian), « Itinéraires de vie d’usagers de la justice des mineurs. Précarisation sociale et citoyenneté », Recherches familiales 2013/1, n° 10,
p. 115 - 125.

Soulet (Marc-Henry), « Changer de vie, devenir autre, essai de formalisation des processus engagés », dans Bessin (Marc), Bidart (Claire), et Grossetti (Michel) [coord.], Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, La Découverte, 2009, p. 254-270.

Van de Velde (Cécile), Devenir adulte. Sociologie comparée de la jeunesse en Europe, Paris, PUF, coll. « Le Lien social », 2004, 278 p.

Weber (Florence), Le sang, le nom, le quotidien : une sociologie de la parenté pratique, Paris, La Courneuve, Éditions Aux lieux d’être, 2005, 264 p.

Zimmermann (Bénédicte), Ce que travailler veut dire. Une sociologie des capacités et des parcours professionnels, Paris, Économica, coll. Études sociologiques, 2013, 250 p.

Haut de page

Notes

1 L’expression de « parcours de vie » (life course) réfère ici à l’étude du déroulement de la vie humaine dans son extension temporelle et dans son cadrage socio-historique. Glen Elder décompose le parcours de vie en trajectoires et transitions : « les trajectoires sont des séquences inter-reliées et interdépendantes, d’évènements dans les différentes sphères de la vie. Les transitions sont tantôt des étapes à l’intérieur des trajectoires régulières, tantôt des changements radicaux. »

Glen Elder, « The life course and human development contextes », dans Handbook of child psychology : Theoretical models of human developpement, New York, Wiley, 1997, vol. 1, p. 939-991, p. 191.

2 Maria Eugenia Longo, « Les parcours de vie des jeunes comme des processus », Dossier Parcours de jeunes et institutions, les Cahiers dynamiques, n° 67, érès, 2016, p. 48-57, p. 48.

3 Robert Castel, Les métamorphoses de la question sociale, Paris, Fayard, 1995, 494 p.

4 Bénédicte Zimmermann, Ce que travailler veut dire. Une sociologie des capacités et des parcours professionnels, Paris, Économica, coll. « Études sociologiques », 2013, 250 p.

5 Daniel Bertaux, Histoires de vies - ou récits de pratiques ? Méthodologie de l’approche biographique en sociologie, CORDES, 1976, 232 p.

6 Marc Bessin, « Parcours de vie et temporalités biographiques : quelques éléments de problématique », Informations sociales 6/ 2009, n° 156, p. 12-21, p. 12.

7 Claude Dubar, Sandrine Nicourd, Les biographies en sociologie, Paris, La découverte, 2017, p. 4.

8 Bénédicte Zimmermann, op. cit., p. 85.

9 Selon Arlette Farge, l’évènement est caractérisé par « un avant et un après » (p. 69). Il est défini par une jonction d’altérités, en plus d’un morceau de temps, il est appelé à prendre son devenir et sons sens dans sa réception et dans les représentations qu’on a de lui. » p. 78. Arlette Farge, « Penser et définir l’événement en histoire, Approche des situations et des acteurs sociaux », Terrain, n° 38, 2002, p. 69-78, mis en ligne le 6 mars 2007, consulté le 20 février 2017, http://terrain.revues.org/1929.

10 Michel Grossetti définit la bifurcation « comme un processus dans lequel une séquence d’action comportant une part d’imprévisibilité produit des irréversibilités qui concernent des séquences ultérieures. » Michel Grossetti, « Imprévisibilités et irréversibilités : les composantes des bifurcations », dans Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, La Découverte, 2009, p. 147-159, p. 147.

11 Bénédicte Zimmermann, op. cit.

12 Ibid., p. 86.

13 Ibid, p. 64.

14 Florence Weber, Le sang, le nom, le quotidien : une sociologie de la parenté pratique, Paris, La Courneuve, Éditions Aux lieux d’être, 2005, 264 p.

15 Bernard Lahire, Tableaux de familles, Hautes Études, Paris, Seuil, 1995, 302 p.

16 Catherine Delcroix, Ombres et lumières de la famille Nour. Comment certains résistent face à la précarité, Paris, Petite bibliothèque Payot, 2005, 258 p.

17 Nicole Sotteau-Léomant, Christian Léomant, « Itinéraires de vie d’usagers de la justice des mineurs. Précarisation sociale et citoyenneté », Recherches familiales 2013/1, (n° 10), p. 115-125.

18 Elisabeth Callu et Isabelle Frechon, « De la prise en charge à l’autonomie… », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], n° 8 | Automne 2009, mis en ligne le 07 janvier 2010, consulté le 07 mai 2016, http://sejed.revues.org/6447.

19 Emilie Potin, « Vivre un parcours de placement. Un champ des possibles pour l’enfant, les parents et la famille d’accueil », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], n° 8 | Automne 2009, mis en ligne le 07 janvier 2010, consulté le 21 février 2017. URL : http://sejed.revues.org/6428.

Emilie Potin, Enfants placés, déplacés, replacés : parcours en protection de l’enfance, Toulouse, Érès, 2012, 218 p.

20 Isabelle Frechon et Nicolas Robette, « Les trajectoires de prise en charge par l’Aide Sociale à l’Enfance de jeunes ayant vécu un placement », Revue française des affaires sociales, n° 1-2, 2013, p. 123-143. Les parcours longs en famille d’accueil (19 %) ou long en collectif (13 %) sont ceux qui exposent le plus à des risques de changements de lieux d’accueil (avec quatre à cinq placements différents) tandis que les parcours mixtes (50 %) qui associent période de milieu ouvert et période d’accueil et les placements tardifs (20 %) sont a contrario composés de peu de déplacements.

21 Emilie Potin, op. cit. Pour les enfants « placés » (36 %), ayant connu un accueil long, stable, et précoce dans une même famille d’accueil, la parenté quotidienne prend le pas sur la parenté de sang. A contrario les enfants « replacés » (19 %), ayant connu des allers retours entre leur famille d’origine et les différents accueils, se définissent avant tout comme l’enfant de leur famille de sang et de nom. Enfin, les enfants « déplacés » (29 %) qui ont connu une succession de lieux d’accueils sans retour en famille sont face à une absence de supports disponibles pour se définir.

22 Annick-Camille Dumaret, Pascale Donati et Monique Crost, « Entrée dans la vie adulte d’anciens placés en village d’enfants : Fin des prises en charge et parcours d’accès à l’autonomie », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], n° 8 | Automne 2009, mis en ligne le 08 janvier 2010, consulté le 07 mai 2016, http://sejed.revues.org/6447.

23 Régine Sirota, « L’enfant acteur ou sujet dans la sociologie de l’enfance. Évolution des positions théoriques au travers du prisme de la socialisation, dans L’enfant, acteur et/ou sujet au sein de la famille, Paris, Érès, 2005, p. 33-41.

24 Régine Sirota, « Enfance et socialisation au quotidien », La Revue internationale de l’éducation familiale, 2015/1, n° 37, p. 9-16.

25 Régine Sirota, 2005, op. cit. p. 37

26 Régine Sirota, « Les civilités de l’enfance contemporaine. L’anniversaire ou le déchiffrage d’une configuration », Éducation et Sociétés, 1999, n° 3, p. 31-54.

27 Nathalie Rouscous et Antoine Dauphragne, « La chambre d’enfant, Une construction partagée entre parents et enfants », La Revue internationale de l’éducation familiale, 2015/1, p. 87-113.

28 Aude Poittevin, « Terrains de ‘je’ recomposés », Les Sciences de l’éducation - Pour l’Ère nouvelle 2006/2 (Vol. 39), p. 33-51.

29 Aude Poittevin, « La spécificité du fraternel en Villages d’enfants SOS, La cohabitation comme maintien du lien et sources de liens », Dialogue, 2008/1, n° 179, p. 9-19.

30 Nicolas Oppenchaim, « Pourquoi et comment favoriser la participation d’adolescents de ZUS à une recherche sur leurs mobilités urbaines ? », Carnets de géographes, n° 3, décembre 2011, Rubrique Carnets de terrain, p. 1-16.

http://www.carnetsdegeographes.org/carnets_terrain/terrain_03_03_Oppenchaim.php.

31 Luc Boltanski, De la critique, Paris, Gallimard, 2009, 294 p.

32 À l’initiative de ce projet réalisé entre 2012 et 2014 se trouve une collaboration entre une chercheure de l’université Paris Est Créteil et une conseillère technique de SOS Villages d’Enfant, à laquelle a été associée deux chercheures de l’UPEC et deux étudiantes de master II. Elles ont obtenu un soutien de l’Observatoire National de l’Enfance en Danger, de SOS Villages d’Enfants, des Apprentis d’Auteuil et des conseils généraux des Hauts-de-Seine et du Val-de-Marne.

33 Pierre Bourdieu, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 62-63, 1986, p. 69-72. Ainsi comme l’avait rappelé Pierre Bourdieu, il importe de tenir compte des mécanismes sociaux qui favorisent la présentation d’une vie comme unité, de questionner la distance sociale entre enquêteur-enquêté dans la production du récit. Selon la distance entre l’enquêteur et l’enquêté, le récit peut aller de la douce confidence à l’interrogatoire.

34 Isabelle Astier et Nicolas Duvoux, La société biographique : une injonction à vivre dignement, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2006, 212 p.

Isabelle Astier, Les nouvelles règles du social, Paris, PUF, 2007, 190 p. 

35 Claire J. Lushey et Emily Munro, « Peer research methodology: an effective method for obtaining young people’s perspectives on transitions from care to adulthood? », Qualitative Social Work, 14(4), 2014, p. 522-537.

36 Pierrine Robin et al., « Une recherche par les pairs en protection de l’enfance pour renouveller les formes de connaissance en contexte de disqualification », dans Les recherches actions collaboratives, une révolution de la connaissance, Presses de l’EHSP, 2015, p. 138-146.

37 Pierrine Robin et al., « La transition à l’âge adule au prisme d’une recherche par les pairs », Vie sociale, n° 12, Érès, p. 71-88.

38 Pierre Bourdieu, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 62/63, 1986, p. 69-72. p. 71.

39 Ibid, p. 72

40 Voir la lecture critique du concept de carrière par Marielle Poussou-Plesse, « Le turning point sous le regard du point final. Retour sur un usage canonique de la notion de carrière en sociologie », dans Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, La Découverte, 2009, p. 254-270.

41 Marc Bessin, Claire Bidart et Michel Grossetti, « Les bifurcations un état de la question en sociologie » dans Marc Bessin, Claire Bidart et Michel Grossetti [coord.], Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, La Découverte, 2009, p. 25-35, p. 27

42 Florence Weber, op. cit

43 Marc Bessin, Claire Bidart et Michel Grossetti, « Les bifurcations un état de la question en sociologie », Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, La Découverte, 2009, p. 28

44 Arlette Farge, op. cit.

45 Voir sur ce sujet l’article de Monique Kamga et Bernadette Tillard, « Le fosterage à l’épreuve de la migration. Jeunes Bamilékés du Cameroun accueillis en France », Ethnologie française, Presses Universitaires de France, 2013, XLIII (2), p. 325-334.

46 Catherine Sellenet, La santé des enfants accueillis en établissements de protection de l’enfance, L’exemple de la Loire-Atlantique, Rapport de recherche réalisé pour et financé par l’ONED, 2013, 111 p.

47 Johanes Münder, Kindeswohl zwischen Jugendhilfe und Justiz- Ergebnisse eines Forschungsprojektes, Sozialpädagogisches Institut im SOS-Kinderdorf, 2001, 141 p.

48 Chantal Jaquet, Les transclassses ou la non-reproduction, Paris, PUF, 2014, p. 79.

49 Peter Berger et Thomas Luckmann, La construction sociale de la réalité, Paris, Armand Colin, 2012, p. 214.

50 Ibid., p 250.

51 Ibid., p 253.

52 Ibid., p 254.

53 Chantal Jaquet, op. cit., p. 125.

54 Aude Poittevin, 2008, op. cit.

55 Ibid.

56 Marc-Henry Soulet, « Changer de vie, devenir autre, essai de formalisation des processus engagés », dans Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, La Découverte, 2009, p. 281. 

57 Vincent de Gaulejac et Taboada Léonetti, La lutte des places, Paris, Desclée de Brouwer, 1994, 286 p. 

58 Valentine Hélardot, « Vouloir ce qui arrive ? Les bifurcations biographiques entre logiques structurelles et choix individuels », dans Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, La Découverte, 2009, p. 160-167.

59 Cécile Van de Velde, Devenir adulte. Sociologie comparée de la jeunesse en Europe, Paris, PUF, coll. « Le Lien social », 2004, 278 p.

60 Chantal Jaquet, op. cit.

61 Emilie Potin, op. cit.

62 Florian Esser, « Agency und generationale Differenz. Einige Implikationen der Kindheitsforschung für die Sozialpädagogik », dans Vom Adressaten zum Akteur : Soziale Arbeit und Agency, Opladen, Budrich, 2008, p. 133-153.

63 Sophie Denave, « Les ruptures professionnelles : analyser les événements au croisement des dispositions individuelles et des contextes », dans Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, La Découverte, 2009, p. 168-175, p. 173.

64 Florian Esser, « Neither ‘thick’ nor ‘thin’, Reconceptualising agency and childhood relationally », dans Reconceptualising Agency and Childhood, New Perspective in Childhood Studies, London et New York, Routledge, p. 48-60.

65 Marc-Henry Soulet, op. cit., p. 285

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierrine Robin, « Entrer par les coulisses dans les parcours en protection de l’enfance : une approche par les pairs », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], 19 | Automne 2017, mis en ligne le 15 janvier 2018, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sejed/8517

Haut de page

Auteur

Pierrine Robin

Pierrine Robin est maître de conférences en sciences de l’éducation à l’université Paris Est Créteil. Elle est responsable d’un diplôme universitaire sur la protection de l’enfance et d’un parcours en interventions sociales au sein d’un master 2 de sciences de l’éducation.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sociétés et jeunesses en difficulté est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals