Navigation – Plan du site
Dossier

Les assistantes familiales, travailleuses du care : le sensible comme éthique de la relation en actes

Foster families as care workers: acting an ethic of relations
Las asistentes familiares, trabajadoras del care: lo sensible como ética de la relación en actos
Nadège Séverac

Résumés

Cette contribution s’inscrit dans la lignée des travaux consacrés aux « incasables », ces jeunes placés par mesure de protection de l’enfance qui cassent et qui tapent dans leur lieu de prise en charge, jusqu’à en être exclus ou fuguer. Seules certaines assistantes familiales, volontaires pour être familles d’accueil pour ces jeunes dont plus personne ne veut, parviennent à les apaiser, soulevant l’énigme de leurs savoir-faire. Or elles parlent davantage de sensibilité à la vulnérabilité de l’autre et de leur intention de « bien » que de compétences, révélant une éthique du care, où ce qui compte sont les personnes et les liens entre elles. Tandis que les éducatrices se disent attachées à la distance professionnelle et au respect du « contrat éducatif », renvoyant à une éthique de justice, où ce qui importe sont les principes. Bien que les éducatrices soient en phase avec la doxa professionnelle, il s’agira donc de montrer pourquoi elles échouent à stabiliser les « incasables » et de décrire comment, bien qu’elles dérogent à cette même doxa, les assistantes familiales réussissent à les « apprivoiser ». Cet article s’attachera enfin à éclairer le fait que, malgré cette réussite, leur pratique reste invisible et leur voix demeure peu entendue. Le prix de cette indifférence étant la production de l’« incasabilité ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour un historique de la construction de la catégorie, voir Gillonne Desquesnes et Nadine Proia-Lel (...)
  • 2 Au 31 décembre 2014, 75190 familles d’accueil hébergent plus de la moitié (75 000) des enfants conf (...)

1On propose dans cette contribution de s’intéresser à deux catégories d’acteurs particulièrement concernés par la place des émotions dans la relation éducative. D’une part, l’analyse porte sur des jeunes réputés pour mettre à mal les lieux de prise en charge et ayant beaucoup fait parler d’eux ces dernières années sous le qualificatif évocateur d’« incasables1 ». D’autre part, elle porte sur les assistantes familiales qui exercent comme familles d’accueil, rémunérées pour recevoir chez elles au quotidien les enfants retirés à leur famille, dans la majorité des cas par le juge des enfants, au titre de la protection de l’enfance2.

2Les « incasables » doivent leur étiquette au fait qu’ils refusent en bloc le principe de leur accueil, les règles de fonctionnement du lieu qui les héberge, voire tout cadre éducatif. Et ce qui pose problème est principalement une question d’émotions. Du côté des jeunes, ils sont réputés pour leurs colères explosives, au cours desquelles ils peuvent s’en prendre autant aux biens qu’aux personnes, « tout casser et taper dur », ce qui se solde fréquemment par la fugue et/ou l’exclusion. Et du côté des professionnels de l’éducatif, ces derniers sont à leur tour emportés par la colère et la peur au point d’en venir à les maltraiter ou à les fuir. L’« incasable » est synonyme d’une surcharge de travail considérable, consistant à devoir gérer une succession de déplacements, générant des sentiments d’incompréhension, d’échec et d’usure. Au point qu’au fil du temps, le « projet éducatif » se limite à « tenir jusqu’aux 18 ans du jeune », âge de fin de minorité où l’Aide sociale à l’enfance (ASE) n’a plus d’obligation légale de prise en charge.

3Quant aux assistantes familiales, elles ont pour point commun avec les « incasables » d’être associées à l’émotionnel, quoi que dans un registre opposé : celui du maternel, des soins du corps et de la relation affective. Or si on les imagine sans peine enveloppant un enfant victime de maltraitance, les envisager face à des adolescents réputés pour leurs « passages à l’acte » évoque plutôt l’assemblage de la carpe et du lapin. Dans les représentations, les « incasables » relèvent d’ailleurs d’une prise en charge « spécialisée », car ils mettent bien trop en péril de simples familles d’accueil.

La « casabilité » ou l’énigme de savoir-faire permettant d’« apprivoiser » les incasables

  • 3 Pierre Moisset, « Des questionnements aux propositions : Monographie du processus de mise en place (...)

4Si la catégorie d’« incasable » tend à situer le problème dans l’individualité des jeunes, se pencher sur ce qu’ils révèlent des pratiques éducatives sous l’angle des émotions peut réserver quelques surprises. Ainsi par exemple, on retient celle qui a émergé de la recherche menée par Pierre Moisset à la demande d’un conseil départemental3, en vue d’identifier des leviers permettant de soulager les tensions générées dans le système par ces prises en charge aux limites de l’impossible.

5Cette recherche avait consisté à reconstituer, à partir de leur dossier, la trajectoire de cinq jeunes « incasables » : 2 filles et 3 garçons, placés entre leur 2e et leur 10e anniversaire pour maltraitance et ayant entre 14 et 19 ans au moment de l’enquête. Puis, trente entretiens semi-directifs avaient été menés, incluant les cinq jeunes et leurs parents ainsi que l’ensemble des professionnels qui les avaient accompagnés : assistantes familiales, éducatrices spécialisées exerçant en internat ou comme référentes ASE, psychologues, inspectrices ASE, juges des enfants et pédo-psychiatres. À chacun, il était demandé de reconstituer la trajectoire du jeune à partir de ce qu’il savait des motifs du placement, du rôle joué par lui-même et par le réseau professionnel, de même que d’éclairer les raisons des principales inflexions de chaque parcours.

6De la reconstitution du parcours de ces « incasables » était ressorti un résultat qui n’avait pu être approfondi alors. Ces jeunes avaient tous connu au moins deux dizaines de déplacements, alternant des prises en charge en internat - lieu d’exercice des éducatrices spécialisées (ES) - et en famille d’accueil, lieu d’exercice des assistantes familiales (AF). Or, les séjours les plus longs avaient toujours eu lieu chez les assistantes familiales et plus précisément chez certaines d’entre elles, réputées « volontaires » pour les accueillir. Chez ces assistantes familiales-là, qui étaient aussi les seules à dire « savoir s’y prendre », les « incasables » cessaient pendant un temps de « tout casser » et de « taper », bref devenaient « casables ».

  • 4 On a choisi le terme d’« apprivoisement », défini comme « le procédé par lequel l’humain habitue un (...)

7On propose donc de repartir de cette énigme, en procédant à une exploitation secondaire de la recherche initiale et en inversant la question, non plus celle de la production de l’« incasabilité », mais de la « casabilité » et donc des savoir-faire ayant pour vertu d’« apprivoiser4 » les « incasables », fut-ce temporairement. Pour ce faire, on reprendra une partie du matériau, centralement les entretiens réalisés avec les assistantes familiales volontaires, les entretiens réalisés avec les jeunes et les acteurs impliqués dans leur quotidien (ES et AF) ou la gestion de leur trajectoire (éducatrice référente et psychologue) étant mobilisés de manière « périphérique » autour d’enjeux précisés en leur temps.

Du clivage professionnel au clivage éthique

  • 5 Emilie Potin, Enfants placés, déplacés, replacés : parcours en protection de l’enfance, Paris, Érès (...)

8S’il y a énigme, c’est que les savoir-faire des assistantes familiales volontaires ne suivent pas les clivages habituels, dont notamment celui des compétences spécifiques aux différents métiers du social. D’un côté, le saccage et la fuite des « incasables » semblent démentir la plus-value présumée de l’éducation spécialisée et de ses professionnels solidement formés et expérimentés, œuvrant collectivement au sein d’institutions équipées en ressources variées. De l’autre, le fait que seules certaines assistantes familiales soient épargnées de casse et de coups empêche de conclure que les logiques d’affiliation propres à l’accueil familial5 seraient la clé de l’apaisement de ces jeunes rebelles. Ces savoir-faire décisifs semblent renvoyer à une autre ligne de clivage qui ressort peu des discours des unes et des autres : les ES et les AF qui se sont retrouvés en échec peinent à dire pourquoi. Par ailleurs, les volontaires, interrogées sur leurs savoir-faire, livrent un récit de quotidien partagé avec les jeunes dont il semble peu évident de déduire des compétences. À la recherche de ce qui pourrait éclairer leur réussite, c’est plutôt leur motivation qui les distingue.

9Face à l’étonnement du chercheur quant à leur volontariat, ces assistantes familiales, d’un genre particulier, ont tenu un discours où il était question de « pauvres gosses », « malheureux », « d’enfants seuls, qui n’ont personne », au point que « quand même, on ne peut pas les laisser », « moi, je les prends ». Quant à leurs savoir-faire, elles l’ont résumé à travers une intention, celle de « faire en sorte qu’ils se sentent bien ici ». Il s’agit d’un discours très différent de celui des ES et AF non volontaires chez qui les jeunes n’avaient fait qu’un passage éclair et qui ont tenu un discours éducatif où il était question que « ces jeunes puissent se poser », de « leur redonner des repères » en reposant des bases : « l’apprentissage des règles » et « le respect du cadre ». Puis de « rappel à la loi » dès lors que ces jeunes s’étaient distingués par leur « refus du cadre » et leur violence. Les volontaires, à la différence des autres, parlent émotions et sentiments, et même bons sentiments. Au point que d’une oreille professionnelle, leur propos pourrait être entendu comme de la pitié assortie d’une illusion de réparation, renvoyant à une posture peu distanciée, qui pourrait être suspectée d’un certain manque de professionnalisme.

Éthique du care/éthique de justice

  • 6 Carol Gilligan, In a different voice, Harvard University Press, 1982, 216 p.

10Seule une connaissance théorique permet d’entendre dans leurs mots le langage du care6. Or ce que les assistantes familiales volontaires voient dans ces jeunes qui cassent tout, ce sont des êtres vulnérables, que leurs besoins rendent dépendants de l’adulte, non pas d’abord pour être « réglés » mais pour « être bien ». À leurs yeux, la violence des « incasables » exprime non pas la force mais la souffrance de ceux qui ont toujours été seuls, privés de ce qui constitue l’humain comme tel : des liens avec des semblables. Si contrairement aux autres acteurs éducatifs, elles peuvent percevoir malgré les apparences ce qui est en jeu pour ces jeunes, c’est parce qu’elles engagent leur intelligence sensible. Les émotions, point d’appui de la pratique professionnelle, permettent une compréhension et donnent sens à l’action : touchées par la détresse de ces jeunes, elles se sentent responsables de faire en sorte qu’ils se sentent mieux.

  • 7 Berenice Fisher et Joan Tronto, « Towards a Feminist Theory of Caring », dans Circles of Care, Alba (...)

11Joan Tronto et Berenice Fischer définissent le care comme une activité de tissage « de nos corps, nos individualités (selves) et notre environnement dans un maillage complexe qui soutient la vie7 ». Travail d’humanisation, le care est difficile à traduire et à définir parce qu’il mêle raison et corps, intention et action, sollicitude dans le prendre soin. C’est un travail intégratif qui inclut l’autre en le reconnaissant comme semblable, même lorsque les apparences le rendent étrange et étranger. Le care a son langage et ses pratiques, mais c’est plus fondamentalement une éthique, une vision du monde où il est inconcevable que la souffrance des uns se vive dans l’indifférence des autres, car chacun compte.

12Le discours éducatif de l’apprentissage du cadre et de la distance professionnelle aux émotions évoque aussi un rapport au monde et une éthique. Il s’agit de l’éthique de justice où les individus sont censés se dégager des sentiments pour juger en vertu de leur raison, c’est-à-dire en référence à des principes abstraits, à commencer par celui du respect de la règle. Dans ce monde, l’« incasable » est vu comme celui qui refuse et qui transgresse, quoi qu’il ait pu vivre qui l’ait mené là et quoi qu’il ressente, il est un fauteur de trouble qui doit être rappelé à l’ordre, voire à la loi.

Interroger la doxa professionnelle au prisme du care

13Voir le monde sous l’angle de la justice ou sous l’angle des sentiments implique des manières différentes d’évaluer ce qui compte, renvoyant à des mondes différents. Selon qu’il arrive dans l’un ou l’autre, l’« incasable » n’est ni vu, ni traité de la même manière. Dans cette contribution, on propose de se servir du processus de « casabilité » des jeunes – soit l’arrivée (point 2), « l’apprivoisement » (point 3) et l’installation éphémère (point 4) – comme analyseur permettant de révéler les logiques engagées dans chacun de ces deux mondes, afin de mieux comprendre leurs effets sur les jeunes, mais aussi sur les pratiques professionnelles.

14S’il peut sembler évident d’associer l’accueil familial au care, c’est parce que familial et féminin sont toujours naturellement confondus avec le souci et le soin pour autrui. Souligner que toutes les assistantes familiales ne font pas du care oblige à reconnaître un travail et une éthique. Et il se pourrait que ce soit plus subversif qu’il y paraît. Car curieusement, dans un dispositif sous tension du fait du manque de places et que l’instabilité des « incasables » amène à ses limites, le volontariat de certaines semble être considéré comme une heureuse mais fortuite capacité de composition familiale. Qu’elles réussissent là où les autres échouent ne suscite pas même de curiosité pour ce qui pourrait apparaître comme une ressource rare. Autrement dit, le langage du care n’est pas entendu et ce que les volontaires font de différent n’est pas vu.

15Les raisons pour lesquelles Carol Giligan a théorisé le care il y a plus de trente ans semblent donc toujours d’actualité. Il s’agit de faire reconnaître cette manière - féminine - de penser les problèmes moraux de manière sensible, c’est-à-dire sans les dissocier des relations et de leur résonance émotionnelle. Et de la faire reconnaître comme aussi valable que l’éthique – masculine – de justice, consistant à extraire un problème de son contexte pour le juger « impartialement », en référence à des principes. Non qu’hommes et femmes auraient par nature des divergences de morale, mais dans la mesure où la division genrée du travail assigne aux femmes de prendre soin des autres, permettant que les hommes en soient dispensés, le care se situe plutôt du côté des femmes. À ce titre, il fait l’objet d’une dévalorisation : souci et soin des autres sont des tâches communes, ne nécessitant d’autre qualification que la sensibilité aux détails de la vie ce qui, depuis la hauteur des principes, semble bien trop pris dans le concret. L’intention de Giligan, en érigeant le care au rang d’éthique, est de faire entendre cette voix différente que le rapport de domination rend négligeable, inaudible.

16Contribuer à une sociologie du care s’opère donc nécessairement à un double niveau. Primo, en montrant en quoi il consiste comme travail et comme travail éthique, ce qui renvoie ici à la manière dont les « volontaires », face à la violence de l’« incasable », modulent leurs propres émotions, de sorte qu’il modère les siennes. Cela renvoie aussi à leur capacité de construire un univers de significations et d’actions qui répondent à ses besoins, afin qu’il se sente moins vulnérable et plus semblable aux autres, au point de s’attacher à eux.

  • 8 Pascale Molinier interroge, à partir d’un texte d’Anette Baier, ce que chaque sexe attend d’une thé (...)

17Secundo, révéler le care comme travail spécifique réalisé au nom d’une éthique différente ne peut s’envisager que dans un rapport dialectique avec l’autre, l’éthique de justice et ses principes (ici ceux de la distance professionnelle aux émotions et de l’attachement à la règle et aux obligations qu’elle suppose8). Ces principes, mis en œuvre au titre de la doxa professionnelle, empêchent d’entendre et de voir ce qui s’en écarte. Et le fait que ces différences ne se jouent qu’entre femmes n’empêche pas la domination de celles qui sont capables de prendre de la distance, sur celles qui sont limitées au niveau « terre à terre » du quotidien. Montrer que l’ordre du genre s’appuie davantage sur une doxa professionnelle que sur les sexes, c’est souligner qu’au-delà des dispositions individuelles, les choix éthiques sont socialement contraints et la marge de manœuvre faible, mais réelle. La perspective adoptée ici est celle d’une sociologie critique des professions, ou plutôt de la professionnalité en travail social, de ses fondements éthiques et de ses rapports polémiques avec l’éthique du care.

L’arrivée de l’« incasable » : défi des émotions, test des liens

L’incasabilité : un produit « maison »

18Ce qui impressionne chez l’« incasable », c’est sa force de frappe : Ken (18 ans au moment de la recherche) raconte des « chahuts » à plus de 50 enfants et jeunes qui se terminent par un lancer de couteau contre les éducateurs dans les cuisines du foyer. Karima (15 ans au moment de la recherche), lorsqu’elle est arrivée, s’est mise tellement en colère pour une histoire de partage de console de jeux que l’assistante familiale a emmené les petits faire un tour pour qu’ils ne soient pas effrayés ; en revenant, il a fallu appeler la police pour tenter de parlementer avec Karima.

  • 9 Philippe Jeammet, Quand nos émotions nous rendent fous, Paris, Odile Jacob, 2017.

19Les émotions sont tellement intenses qu’elles anéantissent tout raisonnement chez les « incassables », chez leurs spectateurs aussi d’ailleurs, qui voient en eux des figures inintelligibles, aux portes de la folie. Philippe Jeammet qui lie étroitement la maladie mentale aux perturbations émotionnelles (lesquelles ne sont jamais aussi importantes que dans les histoires de maltraitance), parle de « la destructivité de ceux qui n’ont rien à perdre9 ». La démesure des émotions et des actes des « incasables » dit la mesure de ce qu’on leur a infligé, une prime socialisation violente et chaotique.

20À l’âge de la vulnérabilité totale, où tout enfant devrait pouvoir compter sur un adulte qui lui prête ses capacités pour pouvoir s’exprimer, comprendre, penser, ces enfants-là ont été chroniquement exposés à l’irruption terrorisante de parents très perturbés, violents psychiquement, physiquement, plus rarement sexuellement, consommateurs de toxiques, parfois affectés par des troubles psychiques, et ce sans personne qui ait pu rendre cela moins insupportable, ou répondre à leurs besoins fondamentaux10. La littérature anglo-saxonne souligne, par le concept de « stress toxique », le fait que l’enfant maltraité subit des altérations neurobiologiques liées à la sécrétion répétée d’hormones du stress (adrénaline et cortisol) qui modifient la réponse immunitaire et entraîne des troubles de l’attention, de la cognition et de la régulation des émotions11.

  • 12 Pierrine Robin et Nadège Séverac, « Parcours de vie des enfants et des jeunes relevant du dispositi (...)
  • 13 Jean-Yves Barreyre et Patricia Fiacre, Une souffrance maltraitée, Parcours de vie des jeunes dits i (...)

21Alors qu’on aurait pu attendre du système de protection de l’enfance qu’il apaise cette tension intérieure, plusieurs recherches montrent que la violence des jeunes vient aussi répondre à la maltraitance générée par le système : absence de protection des mouvements répétés de captation/rejet de leurs parents ; pression liée à des injonctions vécues comme irréalisables (injonction à avoir un projet, à aller se faire voir par un « psy », à être autonomes alors qu’ils n’ont aucune marge de manœuvre12) ; brutalités et dénigrement ; promesses non tenues et mépris des attaches construites dans leur placement13

Parole d’« incasable » : le test comme un jeu d’« action/vérité »

22L’éducation se définit comme le fait de conduire le jeune hors de sa condition première d’immaturité, afin qu’il devienne capable de trouver sa place en société. Idéalement, l’éducateur définit une rencontre permettant que le jeune actualise son potentiel. En pratique, les univers de l’éducation, spécialisée ou non, sont des univers d’obligations où chacun doit tenir son rôle, l’adulte étant en position d’apprendre au jeune et pour cela d’obtenir qu’il intègre le cadre et se plie aux règles. Les AF qui ne sont pas volontaires pour accueillir les « incasables » partagent avec les ES cette vision assez statutaire où, si le jeune résiste ou refuse, c’est qu’il faut resserrer, lui rappeler qui détient l’autorité, l’encadrer pour lui montrer le droit chemin, le recadrer pour le remettre à sa place.

23Or lorsque les enfants en colère grandissent, qu’ils peuvent se déplacer seuls et ne dépendent plus physiquement d’autrui, ils peuvent enfin laisser exploser cette colère et se mettre à jouer avec les autres plutôt qu’être leur jouet. Cela se remarque dès l’arrivé dans un nouveau lieu d’accueil, qu’ils n’ont en général pas choisi [c’est Ken qui parle] : « Moi quand j’arrive, je teste, je fais chier pour savoir jusqu’où ils vont […] pour voir s’ils finissent par péter un câble. »

24Avec l’intensité qui est la leur, ils initient donc le jeu qu’ils ont toujours connu et qui consiste à placer la rencontre d’emblée sous le signe de la force, pour voir ce que « l’autre a dans le ventre », là où il n’est pas possible de ménager les apparences. Partant de là, les bases réelles de la relation se dévoilent très vite : soit l’autre se laisse prendre par le mouvement émotionnel de l’incasable et « pète un câble », entrant à son tour dans la violence et le rejet. Soit il « tient », ce qui implique qu’il parvienne à conserver une stabilité intérieure, et ne se laisse pas emporter par les émotions de peur ou de colère.

Le piège des obligations

  • 14 On ne soutient aucunement que les ES constitueraient une catégorie homogène hors care, mais plutôt (...)

25Les « incasables » sont une population révélatrice, en ce sens qu’ils réagissent aux rapports de pouvoir. Et le « contrat éducatif » par lequel des jeunes sont supposés s’obliger vis-à-vis du monde adulte qu’ils ont expérimenté comme peu fiable leur apparaît comme un rapport de pouvoir, auquel ils s’opposent à la mesure de ce qu’ils ont subi. Or l’éducation spécialisée ne propose rien de réellement différent pour leur rendre l’équation plus supportable. Le « nez dans le guidon » de la gestion du quotidien, pressées par les injonctions multiples de l’organisation du travail, les ES disent qu’elles peuvent en venir « à oublier d’où viennent les jeunes », c’est-à-dire ce qu’ils ont enduré chez eux, puis au cours de leur parcours de prise en charge14.

26Les ES jouent donc la « distance professionnelle », celle des émotions compatibles avec le respect du cadre et des règles, là où les » incasables », « à fleur de peau », en fait « à fleur de règles », ne trouvent dans ce monde de rôles aucune légitimité qui les motiverait à s’obliger. Fins connaisseurs du système et spécialistes des jeux de pouvoir, l’attendu qui pèse sur eux est ce qui leur donne prise pour retourner le jeu contre ceux qui prétendent « avoir le dessus » : c’est toute la vie du foyer qui prend l’allure d’un test permanent.

27L’attachement au respect de la règle comme point de passage obligé, pour anecdotique qu’il paraisse, fait toute la différence entre ceux qui affirment un positionnement éducatif et les volontaires. Du fait de leur sentiment de responsabilité face à un jeune perçu comme vulnérable, elles considèrent que c’est à elles de faire le premier pas. L’observation montre qu’elles ne s’abstiennent pas de donner des règles, mais que le respect de celles-ci n’est pas le point de jonction dans la relation avec le jeune. Contre toute attente, leur seule intention de prodiguer du « bien » constitue un atout, précisément en raison de l’absence d’attendu et donc de pression à laquelle « l’incasable » puisse s’opposer.

Le technicien de la relation ou la gestion de soi pour gérer les « usagers »

  • 15 Jean-Frédéric Dumont, « Émotions et relation éducative », Empan, n° 80, avril 2010, p. 150-156.

28Comment se fait-il que les savoirs et savoir-faire acquis au cours de trois ans de formation et constitutifs de l’ethos d’éducateur spécialisé ne leur permettent pas de trouver les ressources adaptées aux enjeux connus de la prise en charge de ces jeunes ? Tout se passe comme si cet ethos était associé à un décalage entre les dispositions du public accueilli et celles de ces professionnelles de l’éducation. Peut-être faut-il y voir un effet de la propension à la technicisation du travail social, associée selon Jean-Frédéric Dumont à un « professionnalisme désaffectivé » : « l’éducateur devient alors ce technicien de la relation, capable de mettre de côté ses affects […] pour devenir le réceptacle neutre, non jugeant des problématiques des personnes qu’il accompagne15. »

  • 16 Laurent Cambon, L’éducateur spécialisé à travers ses discours : une question d’identité, Thèse de D (...)

29À l’écoute des ES, la dimension technique de leur ethos s’exprime effectivement par un rapport distant au monde, intellectualisé, verbalisant, bureaucratique16. Interrogées sur la finalité de leur travail, les ES parlent « projet », « sécurisation », « responsabilisation », « formation », « insertion », « avenir », « autonomie ». Et tout comme elles jouent leur rôle et se conforment aux plannings, procédures, protocoles, objectifs, référentiels, contrats et projets, les ES s’attendent à ce que les jeunes jouent l’« usager », en matière de projection de vie et de gestion des émotions. Face à la violence des « incasables », mais aussi leurs souvenirs envahissants et leur détresse, bref cette émotionnalité telle qu’ils sont, de tous les jeunes, les moins en capacité de se projeter, les ES affirment avec désarroi, « mais je ne suis pas psy ! ». Par rapport à leur champ de compétences et la priorité de faire intégrer le cadre éducatif, les émotions apparaissent comme un « à-côté » peu intelligible et perturbateur, que les jeunes seraient censés gérer en les réservant au spécialiste de leur « problème ».

  • 17 Ce qui rejoint ce qu’Hélène Joint-Lambert a montré, à savoir que l’attitude que les éducateurs atte (...)

30Les ES semblent donc attendre des jeunes une forme de maîtrise de soi qui est celle à laquelle elles-mêmes se plient17. Pour paradoxal que cela puisse paraître, face à des publics démunis et souffrants précisément d’une incapacité de maîtrise, c’est ce à quoi les amène logiquement leur ethos de technicien de la relation. Basée non pas sur un savoir jouer avec les émotions, mais sur l’idée qu’il serait possible de les « mettre de côté », cette forme de professionnalité implique de se dissocier d’une partie de soi, celle du corps et de la sensibilité, au profit du raisonnement et de la capacité à garder la « tête froide ». Là où la rhétorique de la distance prétend à une fonction protectrice d’une implication excessive auprès de l’autre, il apparaît qu’elle relève plutôt d’un aménagement défensif, contre les autres et contre soi-même, avec les limites que cela suppose en capacité de souplesse. S’il peut être possible de s’efforcer à la « neutralité » face à un enfant triste ou en recherche d’affection, c’est autre chose que de conserver une stabilité face à des jeunes qui ciblent directement au corps, là où les modes habituels de maîtrise de soi – par la tête, la réflexion et la parole - cèdent.

De l’art d’apprivoiser l’« incasable »

31Interrogées sur la finalité de leur travail et leurs savoir-faire, les assistantes familiales en disent bien moins que les éducatrices spécialisées et s’expriment dans un langage de mots simples, celui de femmes faiblement formées et diplômées. L’ethos professionnel que les ES acquièrent en trois ans n’est pas l’enjeu des 300 heures de formation des AF, avant tout dédiées à une présence quotidienne auprès d’enfants qu’elles élèvent chez elles. Les AF ne discourent pas sur ce qu’elles font, pas seulement parce qu’exerçant à domicile, elles échappent à la procédurisation du quotidien qu’impose l’organisation du travail en établissement, mais aussi parce qu’elles n’agissent pas à partir d’une représentation modélisée et abstraite de la relation éducative.

  • 18 Caroline Arnal, « Professionnaliser ses émotions : une injonction qui divise », La nouvelle revue d (...)

32Leur langage peu conceptuel ne permet pas de distinguer d’emblée celles qui pratiquent le care des autres et qui tient à leurs sentiments, associés à une assurance de savoir-faire avec les jeunes. En réponse à la question du sociologue, les volontaires enchaînent sur ce qu’elles font, donnant l’impression à leur interlocuteur de les suivre dans leur corps en action. C’est d’ailleurs parce que le travail de care consiste moins en savoirs qu’en savoir ressentir et faire, incorporé à l’action et peu dicible, que sa restitution constitue un défi méthodologique. L’étude du care, comme celle des émotions, souffre d’une « insaisissabilité empirique18 » qui oblige à une certaine reconstruction précise mais hypothétique de ce que le récit du quotidien donne à entendre.

L’accueil en actes : création d’une relation en forme d’espace

33Lorsque les volontaires décrivent l’arrivée de l’« incasable », le sentiment est qu’elles sont « à leur affaire » : elles savent ce qui les attend et elles sont prêtes à jouer leur rôle. Comment font-elles pour faire en sorte que ce jeune se sente bien ? C’est ici l’assistante familiale de Karima qui répond : « Moi comme je travaille tout le temps avec des ados, je sais comment m’y prendre… au départ, quand ils arrivent ici, je regarde comment il est, discrètement, je surveille… et après je commence mon travail avec les jeunes […]. »

34La première action mentionnée par l’assistante familiale de Karima est une action peu perceptible qu’elle situe d’ailleurs hors travail : il s’agit d’observation. La « surveillance » qu’elle évoque n’est pas à entendre dans une logique de contrôle, mais plutôt d’une veille qui va au-delà des yeux, en mobilisant le corps. « Faire en sorte que le jeune soit bien » commence par ne rien faire, en apparence. En réalité, l’assistante familiale fait entrer le jeune dans son champ perceptif, sans dire grand-chose. Que dire quand on ne se connaît pas, si ce n’est un minimum ? Et surtout, difficile d’observer et d’interagir en même temps. La mise en veille de sa propre expressivité constitue une sorte de fond calme sur laquelle peut émerger celle de l’adolescent, qui est davantage qu’observé, déchiffré dans ses différents mouvements : Comment apparaît-il ? Que fait-il ? Que dit-il ? Quels sont ses goûts ? Ses habitudes ? Qu’est-ce qui le fait réagir et comment ? Bref, ce jeune inconnu, qui est-il ?

  • 19 Daniel N. Stern, Le monde interpersonnel du nourrisson, Paris, PUF, 1989.

35Ce premier temps de l’engagement discret est capital puisque c’est ce par quoi l’assistante familiale crée la relation comme espace. Dans cet espace, il y a de la distance, au sens où chacun peut évoluer avec une liberté de mouvements, de gestes, de paroles, de ressentis, sans se sentir serré aux entournures. Mais cet espace n’est pas séparatif, il est ce qui fait lien, par la mise en résonance des corps. Si les volontaires disent « savoir s’y prendre », elles en disent peu, parce que ces savoir-faire ne sont pas mentalisés, ils sont des savoirs de l’action : il s’agit de suivre le jeune dans ses mouvements et dans ses émotions, pour savoir à chaque instant où se mettre par rapport à lui. Ce qui se joue semble de l’ordre de l’accordage19, au sens où il n’y pas d’un côté des besoins et de l’autre des réponses, mais l’engagement d’une présence attentive et sensible dans les interactions qui permet à la fois le partage des états du jeune et des ajustements permanents.

36Contrairement à l’idée de distance protectrice, c’est son engagement au plus près du jeune qui protège l’assistante familiale : sa stabilité émotionnelle vient du fait qu’elle sent venir les variations d’humeur du jeune et peut moduler en temps réel ses réactions et/ou l’organisation de la vie de la maison. Quoi qu’il fasse, elle ne s’identifie ni comme cause, ni comme destinataire des émotions du jeune, son rôle étant de leur trouver une résolution. C’est ainsi qu’elle peut percevoir que le « test » est un jeu de défi par lequel « l’incasable » défend et se défend de sa propre vulnérabilité, et aller se mettre non pas où il l’attend pour jouer au plus fort, mais là où son émotion indique qu’il est en réalité : dans le besoin fondamental de pouvoir dépendre d’un autre sans être son objet. C’est donc ce qu’elle lui donne, son intention étant de « faire en sorte qu’il se sente bien ».

Parler de tout et de rien, mais d’abord, être là

  • 20 Jean-Claude Kaufmann, Le cœur à l’ouvrage, Paris, Nathan, 1997.

37Le premier temps de veille est un temps de familiarisation avec et de l’adolescent. La familiarisation consiste à construire l’environnement comme soi-même, à son image, avec le même élan que celui par lequel nous affirmons notre identité20. C’est avec cet élan quotidien que l’assistante familiale initie « l’incasable » à une autre manière d’être en relation, où ce qui compte, c’est d’être soi et c’est aussi d’être ensemble. Lorsqu’elle connaît suffisamment la manière dont le jeune évolue dans l’espace de la maison, elle fait le premier pas et « entre en scène » : « Moi je parle beaucoup avec les ados, je suis très copine. Ça se passe bien, les ados, avec mon mari on leur parle beaucoup. Et puis aussi c’est quand eux ils ont envie de parler, parce des fois c’est la nuit ! Alors comme Karima a vu que j’étais très copine avec elle, que je ne l’agressais pas en lui parlant, que je la faisais participer à plein de choses, faire les courses avec moi, plein d’autres choses, elle a pris confiance, donc ça allait. » (assistante familiale de Karima, 15 ans).

  • 21 Le fait que l’AF mentionne la nuit n’est pas anecdotique : les rares recherches sur la santé des je (...)

38Quoi de plus banal de dire que l’on parle à un jeune que l’on accueille chez soi ? Surtout qu’il ne s’agit pas d’une parole éducative, professionnelle, mais bien de parler de tout et de rien. Pourtant, parler au jeune, c’est être présent pour lui, manifester un élan, un plaisir d’être là. C’est le considérer unique et digne d’intérêt, mais aussi comme un jeune parmi d’autres plutôt qu’un jeune de l’ASE qui a une histoire douloureuse, des problèmes et doit être « pris en charge ». Parler beaucoup, c’est refaire tous les jours le premier pas et faire sentir à ces jeunes qu’ils ont cette valeur-là. Parler, c’est aussi écouter, ce qui implique de faire preuve d’une capacité à être là, y compris la nuit, c’est-à-dire au moment où le jeune est à nouveau à la merci de ceux dont il ne peut pas se défendre et où il a besoin de ne plus être seul21.

39Dire qu’on parle comme une « copine », c’est évoquer la figure forte de la vie adolescente, celle avec qui on construit le monde. Le registre pourrait d’ailleurs paraître déplacé pour un professionnel en responsabilité éducative. C’est peut-être cependant la seule possibilité, face à des jeunes qui ont entendu « beaucoup de belles paroles » sur le mode de l’explication, de la responsabilisation, de l’injonction, du recadrage, sur le mode du pouvoir, pour qu’ils retournent dans le rang. S’identifier à une « copine », c’est renoncer à faire valoir le pouvoir de l’écart, d’âge et de statut, c’est se proposer comme une figure proche et fiable qui peut être choisie sur la base d’une relation de compréhension et de réciprocité, bref tout ce que le monde des adultes n’a pas été pour ces jeunes.

La gestion de crise ou l’art du désamorçage

40L’espace relationnel créé par l’assistante familiale rend possible un accueil qui relève de l’apprivoisement. Cet espace s’avère a fortiori essentiel en cas de crise, puisque c’est ce qui permet de désamorcer le rapport de force que le jeune joue toujours tôt ou tard, pour lui proposer une autre issue. C’est ce que décrit l’assistante familiale de July (12 ans au moment de la recherche) : « J’ai pu observer que la frustration, elle ne supporte pas. Ça c’est quelque chose de terrible. Elle prenait des crises, mais alors… Par exemple un jour, j’ai trois sœurs, on fait souvent des repas ensemble, et donc un jour à table, July était invitée puisqu’elle participe toujours, et tout d’un coup, elle est sortie de table, elle a jeté son assiette, sans raison apparente. Donc là, moi j’ai laissé parce que je sais qu’avec July, il faut temporiser, il ne faut pas dire tout de suite : « Mais qu’est-ce qui t’arrive ? », sinon elle continue, donc je l’ai laissée. Elle est montée dans sa chambre, elle a appelé Anna qui est une autre jeune accueillie, donc Anna est montée, July pleurait et Anna a réussi à la calmer. Puis July est redescendue au bout de 10 minutes et elle a reparlé avec tout le monde, elle a même débarrassé la table, elle a vu qu’on s’intéressait à elle également, qu’elle n’était pas laissée de côté et que tout allait bien. »

41Les volontaires le disent toutes, le mieux à faire en cas de crise, c’est de « laisser passer ». Partant de là, deux interprétations peuvent être tentantes. La première serait qu’elles seraient trop indulgentes, trop « copines » pour tenir une posture éducative. La seconde serait qu’elles subissent la crise faute de pouvoir faire autrement ; elles seraient des victimes. Or la résolution de la situation montre qu’elles engagent bien un savoir-faire.

42Si elles n’adoptent pas de position d’autorité, en demandant des comptes au jeune, c’est parce qu’elles savent pertinemment que les « incasables » sont des êtres de défi, « qui en rajoutent » parce que ne pas avoir le dessus signifie être à la merci de l’autre, ce dont ils sont prêts à se défendre « à corps perdu ».

43En cas d’éclat, elles n’oublient pas que même si elles n’ont pas perçu l’origine de la tension, le jeune réagit parce qu’il s’est senti attaqué. Elles peuvent donc voir son geste d’agressivité pour ce qu’il est : une tentative de défendre sa propre vulnérabilité. Le rôle de l’AF à ce moment, ce dont elle se sent responsable, c’est de se mettre là où le jeune a besoin d’être soutenu, ce qui consiste en l’occurrence à « temporiser ». Ni désengagement, ni passivité, on retrouve la position de veille évoquée plus haut, ce fond calme qui permet de suivre l’évolution de la situation en étant attentive au moment et la manière propices pour aider July à reprendre sa place.

44La suspension des interactions permet non seulement de déployer toute son attention, mais aussi d’éviter de fixer le jeune là où il a perdu pied, et aussi la face, pour « laisser passer » : c’est en le laissant libre de ses mouvements, que ses émotions pourront suivre leur cours et lui permettre d’expérimenter une résolution autre que la lutte. Après le premier geste qui permet à July d’exprimer une tension intérieure liée à la colère et de s’affirmer avec force, pouvoir quitter cette interaction hostile et pleurer lui permet de relâcher la pression. Or se laisser aller à éprouver sa propre fragilité est une vraie victoire pour « l’incasable » qui a tendance à ne s’autoriser que la force et les actes, envers l’autre mais aussi envers lui-même. En acceptant cette vulnérabilité, July peut aussi se mettre à compter sur quelqu’un, avec la confiance qu’il ne profitera pas de sa faiblesse ; ici Anna, une autre jeune, qui rejoint July lorsqu’elle l’appelle, l’écoute et la réconforte.

  • 22 Le fait que le jeune prenne sa place confirme la qualité du travail de care, qui repose sur quatre (...)

45Lorsqu’elle redescend, les choses reprennent leur cours : l’incident est passé, July est attendue, on s’intéresse toujours à elle, elle a toujours sa place, tout va bien. Elle fait d’ailleurs un geste pour signifier qu’elle fait partie de l’ensemble et qu’elle y prend sa part, en débarrassant la table. En gestion de crise aussi, l’assistante familiale joue en équipe, une équipe qui fait partie du même monde éthique, où tous s’accordent sur le fait qu’il n’y a pas de drame et qu’on peut passer à autre chose. Dans cet univers la violence tombe : il n’y a rien qui accroche, qui réponde, qui résiste, qui désigne, qui fixe. La certitude est que « ça passe ». L’« incasable » peut ainsi se désidentifier de la violence, en faisant l’expérience qu’elle est sans objet, pour s’identifier à un jeune respectable, capable, aimable. Petit à petit, il peut lâcher sa réputation et prendre une place qui devient la sienne, non pas comme un « usager » mais juste comme un jeune qui aurait droit à une vie à lui dans cette famille-là22

Le travail de care, au péril de l’ignorance

46Ces accueils, même s’ils durent plus longtemps, finissent pourtant par « craquer », comme les autres. Pourquoi cet art de vivre ne se prolonge-t-il pas dans la durée, épargnant la peine de l’ensemble des parties ? C’est qu’il ne faudrait pas oublier que les AF sont des professionnelles. La légèreté de leur formation et la liberté de l’exercice à domicile permet, à celles qui en ont les dispositions, de déployer une éthique du care. Ce qui est possible dans une clandestinité relative, s’inscrit néanmoins dans un univers de travail régi par un certain nombre de principes, un univers très hiérarchisé dans lequel les AF occupent une position dominée.

  • 23 DGCS, Évaluation de la mise en œuvre de la loi du 27 juin 2005 relative aux assistants maternels et (...)

47Cette domination ne tient pas seulement au rapport classique entre employeur et employé, mais aux rapports avec leurs collègues, a minima les éducateurs référents du projet du jeune et coordinateurs de leur trajectoire. Si la loi du 27 juin 2005 dispose que l’activité d’assistante familiale est un métier et qu’elles doivent être intégrées comme professionnelles de plein droit dans l’équipe pluridisciplinaire de l’ASE, l’évaluation de la mise en œuvre de la loi montre que l’équipe peut éprouver à leur encontre un « sentiment de dépossession hiérarchique23 ».

48Outre les habitudes à l’égard de celles qui furent longtemps appelées « gardiennes » ou « nourrices », l’ethos dont la formation dote les travailleurs sociaux mais aussi les psychologues, est loin du langage simple et apparemment pauvre des AF. Dire ce qui se passe au quotidien passe mal : trop « pris » dans le concret, considéré comme « terre à terre », voire « au ras des pâquerettes », manquant de hauteur, de distance. Ce langage n’est pas entendu pour ce qu’il dit, mais comme absence de ce qui est attendu : une capacité à intellectualiser le monde et à en rendre compte par des mots pertinents. Parce qu’elles semblent dire ce qui ne compte pas et ne pas dire ce qui compte, les AF sont vues comme souffrant d’une « infériorité discursive » signe de leurs « limitations ». Les membres de l’équipe pluridisciplinaire (ici une éducatrice référente et une psychologue) se trouvent donc justifiés à exercer une tutelle d’allure bienveillante sur leurs « collègues » parce que « franchement, elles n’ont pas le niveau ! »

49Et de fait, presque tous les points de contact entre l’équipe et l’assistante familiale sont des points d’impact, la logique des principes et des obligations s’imposant à la logique sensible de l’accordage, qui n’y résiste pas. Concrètement, cela se traduit par deux mouvements parallèles consistant d’une part à surcharger l’AF, d’autre part à la priver des conditions nécessaires à la professionnalisation de son travail, en ne lui apportant aucun soutien réel.

L’ignorance des équilibres : facteur d’usure et de risque

50Par surcharge de travail, on désigne ce qu’implique comme épreuve physique et émotionnelle le fait d’assurer (pour certaines, en sus de leurs propres enfants ou petits-enfants) des soins et de l’attention, de l’intendance et de la logistique pour deux ou trois jeunes, de 0 à 18 ans, jour et nuit. À la fatigue liée à l’ampleur de la tâche, s’ajoute une usure liée à l’état de tension permanente des jeunes : d’une capacité de concentration limitée (qui nécessite souvent une scolarité adaptée et allégée, synonyme d’une présence au domicile), ils « bougent tout le temps », « réagissent au quart de tour » et « dorment mal » ou pas, vivant souvent selon des rythmes décalés.

  • 24 Le système compte donc sur des forces qui ne sont ni rémunérées, ni forcément considérées. Emmanuel (...)

51Les AF n’ont pas vraiment de quoi souffler et, si elles sont les seules agréées et rémunérées, on comprend bien pourquoi elles citent toute leur famille quand elles parlent de leur travail24. Qui plus est, celles qui acceptent de prendre des « incasables » peuvent, compte tenu de la pénurie, être toujours plus sollicitées : « Y’avait Ken et puis une fille est arrivée, ils l’avaient mise chez moi parce qu’elle traînait, elle faisait les 400 coups. Ça allait très très bien. Et au bout de trois mois, comme ils ont vu que ça allait très bien, ils m’en ont remis une autre, qui était gentille aussi. Ça a été bien trois ou quatre mois, et puis après, elles se sont mises à faire ce qu’elles voulaient ; je pouvais plus… Donc, j’ai arrêté, et c’est comme ça que Ken est parti. Tout le monde est parti. » Trouver de la place dans un système saturé est probablement ce qui amène à prendre des risques tels qu’introduire presque simultanément des jeunes proches en âge avec le même parcours institutionnel mouvementé, qui retrouvent rapidement leurs habitudes de collectif prêt à imposer son indépendance par la force. Ken, qui s’était installé chez celle qu’il appelait « Mamie », en a fait les frais.

52La surcharge de travail pourrait peut-être être supportée si les professionnels prenaient en compte les familles d’accueil comme des lieux d’agencements relationnels sensibles. Mais ils semblent ne pas imaginer qu’envoyer des jeunes sans concertation avec la volontaire puisse mettre en péril de fragiles équilibres.

53Or, l’analyse montre que ce qui met fin à l’accueil de l’« incasable » ne tient pas à la relation entre lui et son assistante familiale mais à une configuration particulière qui est celle du « tiers exclu ». Même lorsqu’une relation de confiance se tisse et que le jeune peut désarmer et se montrer sous son meilleur jour, l’insécurité qui l’habite le rend fréquemment « possessif », c’est-à-dire exclusif. C’est un facteur de crise, mais aussi de coalition. L’accueil de Karima a pris fin parce qu’une autre jeune accueillie a prétendu (et il s’est révélé par la suite qu’elle était coutumière du fait) que l’assistante familiale « racontait des trucs dans son dos », ce qui a ruiné leur relation de confiance. Celui de July parce qu’elle harcelait le petit-fils de 7 ans de l’AF, peut-être parce qu’elle craignait que ce « petit dernier » ne menace sa propre place.

54Le savoir-faire d’accordage de l’assistante familiale lui permet d’emmener dans son mouvement chaque jeune avec qui elle fait alliance ; mais ce n’est possible que pour autant que son univers conserve certaines constantes. Au-delà d’un seuil critique de jeunes, les rapports défensifs qu’ils réinstallent entre eux deviennent facteurs de déséquilibre et c’est elle qui finit par être entrainée dans leur mouvement. Dans les cas de Karima et de Ken, elle est déstabilisée par une coalition de jeunes contre elle (bien que Ken y soit resté extérieur) ; dans celui de July, parce que July retourne la complicité avec elle contre son petit-fils.

55Là où l’espace relationnel de l’assistante familiale était un lieu de liens multiples, la force de la coalition l’oblige à choisir : elle doit protéger l’un contre l’autre et renoncer à l’accordage pour vivre la division, avec les autres et avec elle-même. L’AF se retrouve alors piégée par l’identification que les jeunes lui renvoient : celle du traître qui sacrifie les uns au profit des autres. Déstabilisée par cette accusation, elle se sent coupable, en perte de confiance et se met à éprouver des émotions en conséquence : elle a peur.

Les secrets sur les jeunes : facteurs d’indicibilité et d’isolement

56En sus de la surcharge de travail, l’absence de soutien pèse également sur les capacités d’accordage en créant des vides angoissants. Par vide, on entend, d’une part, la rétention d’information sur le jeune ; d’autre part, une absence de sollicitude pour l’assistante familiale. Le caractère très filtré de l’information transmise à l’assistante familiale répond, du point de vue de l’équipe, au principe de confidentialité dû au jeune et à sa famille. Concrètement, cela se traduit par exemple par l’éducatrice référente de Ken qui dit à l’AF : « Vous avez une petite fille, il faudra que vous fassiez attention », ce qui lui donne à penser que Ken aurait « fait des attouchements ». Ken est en effet issu d’une famille incestueuse, il a été déplacé plusieurs fois pour attouchements et l’AF apprendra par hasard qu’il a été condamné pour un viol en foyer. Au principe de la confidentialité, c’est donc un risque qui est introduit dans la famille d’accueil, et sur le mode de la suggestion qui jette le doute sur ce que le jeune peut commettre. Les coalitions qu’affrontent l’AF ne sont pas de petites rivalités enfantines, ce sont des jeux de destruction, d’autant plus menaçants qu’elle peut tout imaginer.

  • 25 Jean-Claude Cébula, « Assistants familiaux : des théoriciens du quotidien », Empan, n° 80, avril 20 (...)

57L’autre principe invoqué par l’équipe pour « ne pas trop lui en dire », est de « protéger » l’AF des « choses terribles vécues par les jeunes ». À rebours du discours habituel sur la fonction de l’équipe pluridisciplinaire où sont censés se « croiser les regards », permettant que le quotidien soit « pensé, élaboré collectivement, afin de proposer un contenant psychique25 », les autres professionnels semblent penser que l’AF serait plus « protégée » par la confrontation en actes à l’intériorité des jeunes, que par une anticipation partagée des enjeux de l’accueil.

58Celles qui se retrouvent face à « l’incasable » nuit et jour sont donc celles qui en savent le moins. Ce qui n’empêche pas que les forces de destruction et de terreur soient là, habitant les jeunes en permanence sous tension et susceptibles de s’attaquer entre eux, resurgissant la nuit ou quand ils se mettent, de manière inattendue, à parler. L’impression est plutôt celle du secret, toujours délicat à manier, d’autant qu’il peut faire écho au secret que pratiquent les familles maltraitantes, ou à l’ignorance dans laquelle peuvent être tenus les jeunes s’agissant des motifs de leur placement. Si les volontaires finissent par avoir peur, ce peut être aussi parce que ce sont elles qui sont les plus proches de l’intériorité du jeune, une intériorité peuplée de prédateurs et de proies, et qu’elles y sont laissées aussi seules que lui. Car elles ne sont pas sans contact avec l’équipe, mais ces contacts ne sont pas l’occasion de construire un sens partagé à ce qui se passe et à ce qu’elles font.

  • 26 Jean-Claude Cébula, op. cit. p. 57.
  • 27 Séverine Euillet, « Vers une professionnalisation personnelle des assistants familiaux », VST - Vie (...)

59Le sociologue demande : « Et quand vous avez commencé à découvrir des choses, vous en avez reparlé à l’éducatrice, ou à la psychologue ? Elles vous ont aidée par exemple pour la décrypter, savoir comment réagir ? - Non, elles venaient, elles me posaient des questions pour savoir comment ça se passait à la maison, donc je leur disais et donc ils reprenaient July derrière, et… moi, qu’est-ce qu’on me disait ?… d’être patiente… ». Ce qu’on entend, c’est que malgré les rencontres, aucun espace n’est ouvert, où les émotions et « les trous de la pensée26 » pourraient être mis en circulation, partagés, pensés, discutés et portés ensemble. Et cela ne se fait pas parce que les conceptions du travail divergent. Les assistantes familiales l’envisagent dans une relation d’interdépendance27, tandis que les autres membres de l’équipe l’envisagent en « niveaux » hiérarchisés. Là où les assistantes familiales attendent de leurs collègues un échange professionnel où chacun apporterait des faits et des éclairages pour en discuter et élaborer un positionnement d’équipe. Éducatrice référente et psychologue viennent voir « si ça tient », c’est-à-dire se rassurer, et cherchent à prolonger l’accueil, en prodiguant des conseils encourageants pour l’assistante familiale - « patience ! » - et du recadrage pour la jeune. Là où l’AF attendrait un relais sensible, l’équipe prend une position d’autorité bienveillante.

L’interdit des liens : facteur d’insécurité et de souffrance

60La position de l’AF dans l’organisation du travail est telle qu’elle en subit toutes les charges, sans bénéficier des conditions d’accès à l’information et de participation à un collectif de travail auxquelles cette professionnalisation donne logiquement droit. Arrive un moment où les coalitions qui auraient pu être évitées ou désamorcées par la mobilisation du collectif de travail acquièrent une force de menace intenable. L’univers de l’AF est subverti par des croyances défensives qui jettent le doute sur les liens et le fait que vouloir le bien de l’autre soit l’intention fondamentale de l’accueil. La confiance est détruite, l’« incasable » ne désarme plus, l’assistante familiale se sent sans ressource, son monde en danger ; elle appelle donc à l’aide. Et la décision tombe ; il est temps pour « l’incasable » de reprendre la route : « Le départ ? Non, ça n’a pas été travaillé du tout, son éduc est venue, elle l’a prise, elle est partie. Ben, ça m’a fait quelque chose, je vous le dis franchement, ça m’a fait quelque chose, parce que Karima est partie comme ça, elle me regardait, je ne pouvais rien dire ni rien faire… ça m’a fait quelque chose » (assistante familiale de Karima).

61Le départ non plus n’est pas l’occasion de l’ouverture d’un espace partagé, de mots, de ressentis et surtout de sollicitude, ni avant, ni pendant, ni après. Il peut produire l’effet d’ancrer chez l’assistante familiale l’identification très négative à la figure du traître, envoyée par les jeunes. Non seulement elle n’est pas aidée à s’en détacher pendant l’accueil, mais la manière dont se passe le départ, en forme d’arrachement qu’elle subit avec autant d’impuissance que le jeune, donne corps à cette figure. Toutes disent d’ailleurs qu’elles ont caché le fait que c’était elles qui avaient fini par demander le départ, en invoquant des raisons de santé, de retraite ou de réorientation professionnelle, tout en garantissant au jeune que « la porte sera toujours ouverte ».

62Jusqu’au bout, quoi qu’il se soit passé, le lien continue à compter plus que tout. Et ce malgré l’interdit posé par les collègues qui relaient la doxa de la « bonne distance », majorée dans le système de protection de l’enfance par la crainte que ceux qui s’occupent au quotidien de l’enfant ne portent atteinte au droit de leurs parents à être leur unique port d’attache. Seule la clandestinité permet une marge de manœuvre mise à profit avec la conscience de faire un écart à la norme, comme le dit l’assistante familiale de Ken : « Peut-être que dans d’autres familles ils n’acceptent pas, moi je ne les rejette pas, même si les éducateurs me disent que je n’ai pas le droit, je m’en fous. Ils viennent, je les prends. » L’assistante familiale de Karima raconte ainsi comment elle a été un peu surprise de se retrouver à câliner cette jeune d’1 mètre 80 : « Elle venait aussi me rejoindre dans mon lit, là-haut, et puis elle me parlait, de ses difficultés, de ses placements, qu’elle était très jeune, qu’elle en avait marre de faire famille d’accueil/foyer/famille d’accueil, et tout. […] Elle m’appelait sa maman blanche, ça me faisait rire […]. Elle avait sa maman noire, et moi j’étais sa maman blanche. »

  • 28 Pierrine Robin et Nadège Séverac, op. cit.

63L’âge et les caractéristiques des « incasables » sont tels que les AF n’encourent plus le risque d’un déplacement du jeune pour « excès de maternage »28. Le rappel à l’ordre se fait ailleurs, lorsqu’elles demandent à l’éducatrice des nouvelles du jeune : « Je ne sais pas du tout ce qu’il devient, et puis des fois ils ne nous disent rien, ils nous disent : « il n’est plus chez vous, ça ne vous regarde plus » » (assistante familiale de Ken). À la fin de la recherche, Karima, après quelques semaines chez sa mère, devait être à nouveau placée. July l’était toujours, mais interdite de circonscription pour avoir cassé et insulté. Jérôme était incarcéré, Marc interné en psychiatrie et Ken se trouvait à la rue.

Conclusion : le choix de ce qui compte

64L’objet de cette contribution était de montrer que les assistantes familiales, volontaires pour prendre chez elles « les pauvres gosses » dont plus personne ne veut, ne sont pas des femmes dévouées et un peu naïves, mais des personnes qui ont l’assurance de leurs savoir-faire et qui s’engagent en vertu d’une éthique, l’éthique du care.

65Il s’agit de savoir-faire sensibles, qui associent corps et esprit, émotions, significations et actions pour rendre possible l’apprivoisement des « incasables ». Il s’agit aussi de savoir-faire éthiques, au sens où ils s’adossent constamment à des choix, celui de voir un vulnérable plutôt qu’un jeune délinquant dans la toute-puissance, de s’engager malgré son agressivité et sa violence, de croire qu’il puisse se saisir de ce qui lui offert.

66C’est tout ce qui fait cette « commune humanité » qui semble ciblé par la doxa contemporaine du travail social qui propose aux enfants qui ont le plus souffert d’un déni d’humanité de grandir dans des univers « spécialisés », élevés par des professionnels vigilants à « rester dans leur rôle ». Avec un coût pour les professionnels, qui peuvent vivre leur faillibilité à se maitriser et à maîtriser les « usagers » comme un échec mettant en cause leur identité professionnelle et une souffrance personnelle. Mais qui trouvent des contreparties dans cette identité professionnelle, ne serait-ce que dans la capacité à se distinguer du commun et à « prendre de la hauteur », y compris sur les « mineurs », enfants ou assistantes familiales, supposés trop « pris » au niveau du quotidien.

67Fait symptomatique, la loi de protection de l’enfance a été réformée en 2016 autour d’une intention de recentration sur l’enfant. Dans le texte de loi et ses 11 décrets d’application, ont été introduits un ensemble de précisions visant à aller au-delà du langage administratif du « mineur susceptible de relever d’une prise en charge », pour donner corps à l’enfant vivant, sujet de besoins, vulnérable. L’intention - réintroduire le sensible - est louable ; mais sa mise en œuvre a quelque chose de paradoxal puisqu’il s’agit, par de nouveaux formats, traduits en autant d’injonctions, de réintroduire ce que la professionnalisation, par ses formats et ses injonctions, tend à faire disparaître. Le doute est en bonne logique qu’il soit possible de changer les choses en faisant « plus de la même chose ».

  • 29 Pascale Molinier, op. cit., p. 43.

68Changer les choses supposerait d’entendre les voix différentes et d’en tenir compte, c’est-à-dire de délibérer avec tous ceux qui sont concernés par un choix. « Une société du care serait une société décente […] où l’on prendrait soin de ceux ou celles qui prennent soin des autres. Cela signifierait que les [travailleuses du care] seraient toujours traitées comme des fins en soi, c’est-à-dire comme des personnes - ayant leur mot à dire et le disant et non comme des instruments au service des autres […]29 ». Or prendre en compte toutes les voix parce que chacun compte ne peut se faire qu’en renonçant à la hauteur. Alors il devient possible de voir que ceux qui sont en jeu sont des enfants plutôt que des « mineurs » ; des collègues qui s’engagent avec leur famille « corps et âme » plutôt que des « gardiennes » ; que les « usagers » sont des semblables, éprouvés par une souffrance qui se dit par les émotions, parfois la violence et qu’il est possible de l’endurer ; simplement en conservant l’intention de « faire en sorte qu’ils soient bien », en « laissant passer » et surtout, en étant là pour eux. Parce que compléter l’incomplétude de l’autre est ce par quoi chacun se sent plus humain, et pas seulement le vulnérable.

Haut de page

Bibliographie

Amar (Élise), Borderies (Françoise) et Leroux (Isabelle), « Les bénéficiaires de l’aide sociale départementale en 2014 », Document de travail, Série Statistiques, n° 200, DREES, août 2016, 46 p.

Arnal (Caroline), « Professionnaliser ses émotions : une injonction qui divise », La nouvelle revue du travail, juin 2015, https://journals.openedition.org/nrt/2074

Barreyre (Jean-Yves) et Fiacre (Patricia), « Une souffrance maltraitée, Parcours de vie des jeunes dits incasables », Rapport de recherche pour l’ONED, 2008, 117 p.

Cambon (Laurent), L’éducateur spécialisé à travers ses discours : une question d’identité, Thèse de Doctorat de Linguistique, Université de Rennes 2, 2006, 340 p.

Cébula (Jean-Claude), « Assistants familiaux : des théoriciens du quotidien », Empan, n° 80, avril 2010, p. 54-57.

Corbet (Éliane), Robin (Pierrine), Isabelle Bourgeaux (Isabelle) et al.La santé des enfants accueillis au titre de la protection de l’enfance, Rapport de recherche pour l’ONED, CREAI Rhône-Alpes, ORS Rhône-Alpes, IREPS Rhône-Alpes et Département de Haute-Savoie, 2012, 135 p.

Desquesnes (Gillonne) et Proia-Lelouey (Nadine), « Le sujet « incasable », entre psychopathologie et limite institutionnelle », Sociétés et jeunesses en difficulté, n° 12, Automne 2011. https://journals.openedition.org/sejed/7319

Direction générale de la cohésion sociale, Évaluation de la mise en œuvre de la loi du 27 juin 2005 relative aux assistants maternels et aux assistants familiaux, 2012, 220 p.

Dumont (Jean-Frédéric), « Émotions et relation éducative », Empan, n° 80, avril 2010, p. 150-156.

Euillet (Séverine), « Vers une professionnalisation personnelle des assistants familiaux », Vie sociale et traitements, n° 116, avril 2012, p. 59-65.

Fisher (Berenice) et Tronto (Joan), « Towards a Feminist Theory of Caring », dans Abel (Emily) et Nelson (Margaret) [dir.], Circles of Care, Albany, Suny Press, 1990, p. 36-54.

Gilligan (Carol), In a different voice, Harvard University Press, 1982, 184 p.

Jeammet (Philippe), Quand nos émotions nous rendent fous, Paris, Odile Jacob, 2017, 213 p.

Joint-Lambert (Hélène), L’autonomie et les éducateurs de foyer : pratiques professionnelles et évolutions du métier en France, en Russie et en Allemagne, Thèse de Doctorat de sociologie, Université de Paris 8, 2004, 372 p.

Kaufmann (Jean-Claude), Le cœur à l’ouvrage, Paris, Nathan, 1997, 240 p.

Laugier (Sandra), Molinier (Pascale) et Paperman (Patricia) [éds], Qu’est-ce que le care ? Souci des autres, sensibilité, responsabilité, Paris, Payot, 2009, 298 p.

Martins (Emmanuelle), « La participation des conjoints d’assistante familiale au suivi institutionnel des jeunes accueillis », La revue internationale de l’éducation familiale, vol. 2, n° 26, 2009, p. 35-53.

Molinier (Pascale), Le travail du care, Paris, La Dispute, 2013, 222 p.

Moisset (Pierre), « Des questionnements aux propositions : Monographie du processus de mise en place d’un protocole de collaboration multi partenariale en protection de l’enfance autour des situations de jeunes en grandes difficultés », Rapport de recherche pour l’ONED, 2010, 127 p.

Moisset (Pierre), « Les violences des incasables : signes de parcours de socialisation sous tension », Sociétés et jeunesses en difficulté, n° 10, Automne 2010, document 5, mis en ligne le 01 septembre 2010, consulté le 30 septembre 2016, https://journals.openedition.org/sejed/6910

Potin (Emilie), Enfants placés, déplacés, replacés : parcours en protection de l’enfance, Paris, Érès, 2012, 218 p.

Robin (Pierrine) et Séverac (Nadège), « Parcours de vie des enfants et des jeunes relevant du dispositif de protection de l’enfance : les paradoxes d’une biographie sous injonction », Recherches familiales, n° 10, janvier 2013, p. 91-102.

Stern (Daniel N.), Le monde interpersonnel du nourrisson, Paris, PUF, 1989, 381 p.

Haut de page

Notes

1 Pour un historique de la construction de la catégorie, voir Gillonne Desquesnes et Nadine Proia-Lelouey, « Le sujet « incasable », entre psychopathologie et limite institutionnelle », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], n° 12, Automne 2011, mis en ligne le 20 décembre 2012, consulté le 30 septembre 2016, https://journals.openedition.org/sejed/7319

2 Au 31 décembre 2014, 75190 familles d’accueil hébergent plus de la moitié (75 000) des enfants confiés à l’ASE ; 39 % des enfants (55 000) sont accueillis en internat. Élise Amar, Françoise Borderies et Isabelle Leroux, « Les bénéficiaires de l’aide sociale départementale en 2014 », Document de travail, Série Statistiques, n° 200, DREES, août 2016.

3 Pierre Moisset, « Des questionnements aux propositions : Monographie du processus de mise en place d’un protocole de collaboration multi partenariale en protection de l’enfance autour des situations de jeunes en grandes difficultés », Rapport de recherche pour l’ONED, 2011.

4 On a choisi le terme d’« apprivoisement », défini comme « le procédé par lequel l’humain habitue un animal sauvage à son contact », dans la mesure où, d’une part, la description par l’ensemble des professionnels de la violence et de l’inintelligibilité des « incasables » n’est pas sans évoquer la figure de la créature sauvage. D’autre part, les étapes décrites par les assistantes familiales volontaires pour rendre compte de leurs savoir-faire suivent celles de l’apprivoisement, à savoir : observation, approche, interaction, contact proche. Et éventuellement, réversibilité de l’apprivoisement et retour à l’état sauvage.

5 Emilie Potin, Enfants placés, déplacés, replacés : parcours en protection de l’enfance, Paris, Érès, 2012, 218 p.

6 Carol Gilligan, In a different voice, Harvard University Press, 1982, 216 p.

7 Berenice Fisher et Joan Tronto, « Towards a Feminist Theory of Caring », dans Circles of Care, Albany, Suny Press, 1990, p. 40.

8 Pascale Molinier interroge, à partir d’un texte d’Anette Baier, ce que chaque sexe attend d’une théorie morale, et souligne que les théories des hommes sont « pour la plupart des morales de l’obligation » ; on propose donc d’évoquer une éthique des obligations, ce qui semble plus adéquat à un contexte d’enjeux éducatifs, cf. Pascale Molinier, Le travail du care, Paris, La Dispute, 2013, p. 148.

9 Philippe Jeammet, Quand nos émotions nous rendent fous, Paris, Odile Jacob, 2017.

10 Pierre Moisset, « Les violences des incasables : signes de parcours de socialisation sous tension », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], n° 10, Automne 2010, document 5, mis en ligne le 01 septembre 2010, consulté le 30 septembre 2016. https://journals.openedition.org/sejed/6910

11 https://developingchild.harvard.edu/science/key-concepts/toxic-stress/

12 Pierrine Robin et Nadège Séverac, « Parcours de vie des enfants et des jeunes relevant du dispositif de protection de l’enfance : les paradoxes d’une biographie sous injonction », Recherches familiales, n° 10, janvier 2013, p. 91-102.

13 Jean-Yves Barreyre et Patricia Fiacre, Une souffrance maltraitée, Parcours de vie des jeunes dits incasables, Rapport de recherche pour l’ONED, 2008.

14 On ne soutient aucunement que les ES constitueraient une catégorie homogène hors care, mais plutôt que le fait d’exercer dans un contexte institutionnel fortement marqué par la doxa limite la possibilité de pratiquer le care. Raison pour laquelle certains peuvent choisir d’exercer hors de ce contexte, au prix d’une précarité professionnelle, cf. Charlène Charles, « Rhétorique émotionnelle et précarité dans le travail social », La nouvelle revue du travail [En ligne], juin 2015, mis en ligne le 01 mai 2015, consulté le 26 avril 2018. https://journals.openedition.org/nrt/2093

15 Jean-Frédéric Dumont, « Émotions et relation éducative », Empan, n° 80, avril 2010, p. 150-156.

16 Laurent Cambon, L’éducateur spécialisé à travers ses discours : une question d’identité, Thèse de Doctorat de linguistique, Université de Rennes 2, 2006.

17 Ce qui rejoint ce qu’Hélène Joint-Lambert a montré, à savoir que l’attitude que les éducateurs attendent des jeunes reflète leur propre inscription dans les rapports de pouvoirs, cf. Hélène Joint-Lambert, « L’autonomie et les éducateurs de foyer : pratiques professionnelles et évolutions du métier en France, en Russie et en Allemagne », Thèse de Doctorat de Sociologie, Université de Paris 8, 2004.

18 Caroline Arnal, « Professionnaliser ses émotions : une injonction qui divise », La nouvelle revue du travail [En ligne], juin 2015, mis en ligne le 01 novembre 2015, consulté le 26 avril 2018, https://journals.openedition.org/nrt/2074

19 Daniel N. Stern, Le monde interpersonnel du nourrisson, Paris, PUF, 1989.

20 Jean-Claude Kaufmann, Le cœur à l’ouvrage, Paris, Nathan, 1997.

21 Le fait que l’AF mentionne la nuit n’est pas anecdotique : les rares recherches sur la santé des jeunes placés montrent qu’en raison de leurs traumatismes, ils sont très fréquemment sujets de troubles du sommeil.

Eliane Corbet, Pierrine Robin, Isabelle Bourgeaux, et al.La santé des enfants accueillis au titre de la protection de l’enfance », Rapport de recherche pour l’ONED, CREAI Rhône-Alpes, ORS Rhône-Alpes, IREPS Rhône-Alpes, Département de Haute-Savoie, 2012.

22 Le fait que le jeune prenne sa place confirme la qualité du travail de care, qui repose sur quatre « piliers » : attention, responsabilisation, savoir-faire et réceptivité du vulnérable. Voir Layla Raïd, « Care et politique chez Joan Tronto », dans Qu’est-ce que le care ? Souci des autres, sensibilité, responsabilité, Paris, Payot, 2009, p. 58-87.

23 DGCS, Évaluation de la mise en œuvre de la loi du 27 juin 2005 relative aux assistants maternels et aux assistants familiaux, 2012, p. 17-18. Le rapport relaie les griefs d’assistants familiaux, identiques à ceux développés ici - dont principalement l’insuffisance d’information et l’isolement - tout en soulignant que ce ressenti distingue les assistantes familiales de l’appréciation qu’en ont les professionnels de l’ASE.

24 Le système compte donc sur des forces qui ne sont ni rémunérées, ni forcément considérées. Emmanuelle Martins, « La participation des conjoints d’assistante familiale au suivi institutionnel des jeunes accueillis », La revue internationale de l’éducation familiale, vol. 2, n° 26, 2009, p. 35-53.

25 Jean-Claude Cébula, « Assistants familiaux : des théoriciens du quotidien », Empan, n° 80, avril 2010, p. 57.

26 Jean-Claude Cébula, op. cit. p. 57.

27 Séverine Euillet, « Vers une professionnalisation personnelle des assistants familiaux », VST - Vie sociale et traitements, n° 116, avril 2012, p. 59-65.

28 Pierrine Robin et Nadège Séverac, op. cit.

29 Pascale Molinier, op. cit., p. 43.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nadège Séverac, « Les assistantes familiales, travailleuses du care : le sensible comme éthique de la relation en actes », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], 20 | Printemps 2018, mis en ligne le 30 septembre 2018, consulté le 22 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sejed/9053

Haut de page

Auteur

Nadège Séverac

Nadège Séverac est sociologue. Elle se consacre à la maltraitance intrafamiliale depuis sa thèse de doctorat, qui portait sur la violence conjugale étudiée sous l’angle des normes. Après avoir été chargée du suivi de la recherche à l’Observatoire national de la protection de l’enfance (ONPE), elle a participé à plusieurs rapports nationaux traitant de la protection des enfants (France Stratégie, Direction générale de la cohésion sociale).
Chercheure associée au CERLIS (Paris Descartes), elle exerce depuis une quinzaine d’années comme consultante, avec des activités de recherche (ONPE, Défenseur des Droits), de formation (CNFPT, fondations et associations) et d’accompagnement (analyse de la pratique, montage de projet). Ses thèmes de recherche sont la maltraitance envers les enfants, la violence envers les femmes dans la famille et les pratiques professionnelles dans le cadre de la prévention, de l’évaluation et de la prise en charge.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sociétés et jeunesses en difficulté est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals