Navigation – Plan du site
Notes de lecture

De Man C., Jaspart A., Jonckheere A., Rossi C., Strimelle V. et F. Vanhamme , Eds. (2017). « Justice ! » Chercheurs en zones troubles

Érudit, Livres et Actes : https://retro.erudit.org/livre/justice/2017/index.htm Montréal,2017
Marie Peretti-Ndiaye

Texte intégral

1« Justice ! » Chercheurs en eaux troubles s’attache à rendre compte et à analyser les travaux réalisés par des chercheurs en criminologie dans le cadre d’un séminaire biannuel consacré « aux situations de frictions ou de conflits » (p. 7) vécues lors de leurs recherches et à leurs modalités de régulation informelles. Cette praxis a fait l’objet d’une analyse collective lors du séminaire « Malte III » qui a réuni à Lisbonne, du 5 au 10 juillet 2014, douze criminologues. Généralement définie en France comme l’approche pluridisciplinaire d’un même objet : le « crime », cette unité et cette cohérence étant toutefois, comme le souligne Laurent Mucchielli, matière à débat, la criminologie n’est pas institutionnalisée dans l’Hexagone. Toutes titulaires d’un doctorat en criminologie, les directrices de l’ouvrage ; Caroline de Man, Alice Jaspart, Alexia Jonckheere, Catherine Rossi, Véronique Strimelle et Françoise Vanhamme, exercent à Bruxelles, Montréal ou Ottawa. Si elles partagent une même approche critique de la discipline, leurs objets de recherches sont diversifiés. Citons, à titre d’exemple, les interactions entre jeunes et institution, la justice pénale des mineurs, le management de la pénalité, les modes alternatifs de gestion des conflits, la justice restaurative ou encore la mise en liberté provisoire.

2L’usage de la Méthode de l’analyse en groupe (MAG) est au cœur de cet ouvrage paru en 2017. Se caractérisant par l’implication directe « des acteurs concernés par le problème étudié au processus même de recherche, du début jusqu’à son terme », la MAG avait déjà été expérimentée par certains participants dans le cadre de leurs propres recherches. La méthode, qui vise à coproduire des connaissances sur un phénomène social, se particularise par « un dispositif méthodologique précis et rigoureux » que Luc Van Campenhoudt résume de la manière suivante :

« Au cours de tours de table, chaque participant propose son interprétation de l’expérience analysée. Les convergences et les divergences entre les interprétations des participants sont systématiquement reprises dans un schéma de synthèse. À partir de ce schéma, participants et chercheurs peuvent confronter leurs hypothèses et tentatives de problématisation. Celles-ci pourront être explorées et approfondies au fil de l’analyse collective des expériences et situations successivement étudiées. »

3Cette méthode a été réaménagée de différentes manières à Lisbonne : l’absence d’extériorité des animateurs, la suppression de l’étape de formulation des hypothèses et l’introduction de temps de parole libres constituent les principales adaptations apportées. La MAG n’en a pas moins permis aux criminologues de soumettre à la réflexion collective des situations généralement vécues dans la solitude par les chercheurs.

4Composé d’une introduction, de six chapitres et d’une postface méthodologique, « Justice ! » Chercheurs en eaux troubles s’intéresse plus spécifiquement aux divergences d’interprétation qui ont émergé lors des échanges collectifs et aux tensions qu’elles révèlent. Lors de la rédaction de l’ouvrage, ces situations ont toutefois été volontairement occultées et les vides ainsi créés comblés par des détours théoriques. Les auteurs soulignent que ce choix est sous-tendu par la volonté de préserver les différents acteurs de la recherche, chercheurs compris.

5Le premier chapitre, écrit par Caroline De Man, Alice Jaspart et Alexia Jonckheere, présente les différentes « épreuves » qui ont façonné le séminaire. Les grandes étapes de la démarche adoptée sont décrites : présentation, lors d’un premier tour de table, de courts récits par les participants, choix de deux récits perçus comme significatifs en matière d’ « incident critique » , tours de table d’interprétation puis formalisation d’une analyse collective structurée autour des convergences et des divergences interprétatives et, enfin, élaboration de perspectives pratiques et évaluation. Si les aménagements apportés à la démarche ont été envisagés en amont du séminaire et ont fait l’objet d’un consensus préalable, d’autres ont, quant à eux, chose à voir avec les tensions qui s’y sont manifestées. Expérimenter la démarche s’est en effet révélé une véritable épreuve pour les participants, ce qui a, en définitive, fait émerger des questionnements relatifs au poids des rapports de pouvoir entre chercheurs, comme aux difficultés d’anonymisation en contexte d’interconnaissance ou à l’inconfort de soumettre au regard du collectif les ficelles d’une analyse élaborée individuellement.

6Dans la continuité de ces questionnements, le deuxième chapitre s’intéresse aux tensions qui ont ponctué le séminaire, et notamment aux « temps d’arrêt qui ont rythmé la production collective » (p. 37), pour appréhender les apports de cette méthode en matière de recherche. Il met, ce faisant, en évidence l’ordinaire solitude de l’exercice professionnel de la recherche. Après une approche des notions de « groupes » et de « collectif de travail », Caroline De Man, Alice Jaspart et Alexia Jonckheere soulignent que les dissensions apparues au cours de l’usage de la MAG peuvent révéler l’émergence d’un collectif de travail, d’une ouverture à l’altérité dans la démarche, ordinairement solitaire, de l’analyse et concluent en prônant des formes d’intervision « susceptibles de soutenir [les] pratiques professionnelles et l’épaisseur [des] analyses » (p. 52).

7La place du chercheur sur le terrain est questionnée dans le troisième chapitre. Valentine Mahieu et David Sheer distinguent, à ce propos, places passive et active, id est implications « ‘sur’ et ‘dans’ le terrain » (p. 55). En dehors du rôle actif qu’il occupe auprès de la police, dans les tribunaux ou encore en prison, la place du criminologue sur le terrain est aussi tributaire de ses interactions avec les acteurs présents dans ces espaces comme des représentations qu’ils développent à son égard. Ces dimensions sont appréhendées lors de trois étapes-clés : la préparation, la rencontre et la cohabitation. Les parallèles avec les relations de couple y sont explorés : des idéaux virginaux aux frottements et aux négociations réels jusqu’à la rupture. Au-delà des représentations que les différents acteurs rencontrés nourrissent à l’égard du criminologue, la subjectivité du chercheur, ses angoisses et ses engagements jouent un rôle souvent déterminant lors de ces différentes phases. Valentine Mahieu et David Sheer soulignent, à ces différentes étapes, l’importance des moyens (en matière de temps de préparation, de temps passé sur le terrain…) dont dispose le chercheur ainsi que l’incidence de ses caractéristiques « objectives » (âge, genre…) et des négociations qu’il mène. Il existe, en outre, une équivocité inhérente à la présentation de la recherche aux acteurs concernés, la démarche scientifique restant en effet inintelligible à beaucoup d’acteurs, indépendamment de la volonté de transparence du chercheur. Les écarts entre les attentes des acteurs, du chercheur ou encore des commanditaires de la recherche sont susceptibles de générer pour le criminologue des situations troublantes. Dans un tel contexte, apporter aux questionnements des uns et des autres des réponses circonstanciées, prendre en considération les risques afférents au sentiment de familiarité ou encore les différents types d’engagement et de loyauté est fondamental. Seule une réflexivité permanente paraît, plus largement, à même de garantir « un travail scientifique de qualité... » (p. 70).

8La question des ressources, ordinaires ou particulières, stratégiques ou idéales, dont disposent les chercheurs est abordée dans le quatrième chapitre. Plusieurs catégories sont distinguées, pour les besoins de l’analyse, par Valentine Mahieu, David Scheer et Sybille Smeets : les ressources personnelles, celles qui sont liées au métier ou encore celles qui sont propres au terrain. Leur interaction est soulignée. Ce qui constitue la valeur de ces ressources est, en effet, la manière dont elles sont susceptibles, en situation de trouble, d’être combinées et de favoriser, ainsi, un équilibre. Il s’agit, plus spécifiquement, pour les auteurs de comprendre comment elles permettent de transcender les conflits ou les ambiguïtés inhérent(e)s à la recherche en criminologie et, in fine, participent de la production des connaissances. Valentine Mahieu, David Scheer et Sybille Smeets soulignent le caractère plus ou moins pérenne de ces ressources, « l’exemple le plus frappant » étant peut-être « celui de l’expérience qui s’acquiert avec le temps et la pratique, mais prive dans le même temps le chercheur de sa virginité ou de « l’esprit du débutant » (p. 96). Ils concluent en mettant en évidence les avantages d’une définition large et floue, voire de l’indéfinition, de la notion de « ressource », pour « désigner des outils disparates, des potentialités, tout en permettant d’en débattre malgré tout sans réduire la complexité de ces débats » (p. 97).

9Le cinquième chapitre revient sur l’orientation épistémologique des participants au séminaire : la criminologie critique. « Dénominateur commun » au groupe, cette orientation néomarxiste porte un intérêt spécifique aux relations de pouvoir et à la réflexivité ; elle est susceptible d’influer sur les choix d’objets de recherche comme sur les interprétations, voire sur les stratégies de communication autour des résultats de la recherche des chercheurs. En matière d’objets de recherche, les auteurs évoquent « deux voies principales » pour les chercheurs : « les agences pénales » (police, tribunal ou prison, notamment), d’une part, et « l’espace social » (groupes marginalisés, associations de défense de voies alternatives, etc.) (p. 108), de l’autre. La question de l’engagement est également longuement évoquée par Caroline De Man, Anne Lemonne, Carla Nagels, Véronique Strimelle et Françoise Vanhamme : comment faire en sorte que les savoirs issus de la recherche soient mis au service de « nouvelles formes de justice sociale » (p. 116) ? Lors du séminaire de Lisbonne, trois démarches ont été explorées : l’interpellation (directe des acteurs et des institutions), la représentation (et la légitimité que peuvent avoir, ou non, les chercheurs à se positionner en porte-parole des « sans voix ») et, de manière plus marginale, l’action (et son coût élevé en matière de carrière).

10Le sixième chapitre est centré sur l’éthique microlocalisée dans les pratiques professionnelles. Il s’intéresse, à ce titre, aux compétences éthiques que les chercheurs mettent en œuvre et, plus spécifiquement à la manière dont ils composent au quotidien avec les idéaux de transparence, de confiance et de neutralité mais aussi avec les entraves au consentement éclairé, avec les impératifs en matière de publication ou encore avec le « vacarme déstabilisateur des émotions » (p. 138).

11Accessible en ligne, « Justice ! » Chercheurs en eaux troubles apporte de réels éclairages sur la recherche en sciences sociales sur des objets sensibles tout en n’évoquant directement que peu les questions en lien avec le crime ou la justice. Si le livre permet d’appréhender finement ces situations qui « mettent à l’épreuve » les chercheurs et prennent naissance là où « la saisie de la réalité se fait rarement en ligne droite, en fonction de modèles ou de schèmes analytiques préalables mais prend forme au contraire au travers des tâtonnements et de démentis », son titre paraît toutefois susceptible d’induire des attentes en décalage avec son contenu. L’ouvrage collectif s’avère, dans un même temps, précieux pour réfléchir aux implications de la MAG. Le choix méthodologique réalisé par les chercheurs oblige, en effet, à penser à la fois l’analyse collective et le « contrat moral » (p. 144) qui lie chercheurs et participants. La singularité de « Justice ! » Chercheurs en eaux troubles apparaît, d’ailleurs, liée au fait que cette méthode a mis les chercheurs face à de nombreux dilemmes, décortiqués tout au long de l’ouvrage, notamment en ce qui concerne les questions de la confidentialité, de l’anonymisation et de l’éthique. Dans le premier chapitre, les choix réalisés à ce propos sont très clairement énoncés :

« Primo, ne pas évoquer les récits et articuler les publications autour des résultats de l’analyse collective. Secundo, éviter (autant que faire se peut...) toute référence genrée de même que toute référence aux champs de recherche particuliers ».

12Le recours à la théorie s’impose, au fil des différents chapitres, pour combler les vides liés à ces aspects. On peut distinguer, à ce titre, deux conséquences entremêlées : d’un côté, l’ouvrage traite explicitement de ces questions ; de l’autre, sa forme en porte l’empreinte (les « pleins » théoriques venant souvent combler des « vides » empiriques). La richesse du livre ne réside donc pas tant dans les apports en matière de criminologie à proprement parler mais bien plutôt dans les questionnements plus généraux dont il est porteur sur la recherche. Dans la postface méthodologique de l’ouvrage, Luc Van Campenhoudt évoque les limites d’une telle démarche. La dimension concrète des questionnements est souvent gommée par des impératifs liés à l’anonymisation. Il en est de même en ce qui concerne le travail réalisé autour des divergences d’interprétation. Comme le souligne le sociologue, « pas plus que les récits on ne voit ici ce travail : les échafaudages ont été retirés et seule reste la maison finie » (p. 145).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Peretti-Ndiaye, « De Man C., Jaspart A., Jonckheere A., Rossi C., Strimelle V. et F. Vanhamme , Eds. (2017). « Justice ! » Chercheurs en zones troubles », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], 20 | Printemps 2018, mis en ligne le 30 septembre 2018, consulté le 14 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sejed/9194

Haut de page

Auteur

Marie Peretti-Ndiaye

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sociétés et jeunesses en difficulté est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals