Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Yaëlle Amsellem-Mainguy et Arthur Vuattoux, Enquêter sur la jeunesse. Outils, pratiques d’enquête, analyse

Paris, Armand Colin, 2018
Séverine Depoilly

Texte intégral

1L’ouvrage Enquêter sur la jeunesse. Outils, pratiques d’enquête, analyse, co-écrit par Yaëlle Amsellem-Mainguy et Arthur Vuattoux et publié aux éditions Armand Colin en 2018, peut d’abord être présenté comme un ouvrage de méthodologie de l’enquête sociologique. Mais il est d’une certaine manière plus que cela : en proposant des ficelles pour l’enquête, l’ouvrage présente tout un ensemble de points de repères théoriques sur ce groupe social aux contours flous, difficile à saisir tant du point de vue théorique qu’empirique, et au sujet duquel, par conséquent, les enjeux définitionnels sont importants. L’ouvrage est organisé en trois parties, chacune des parties permettant de penser les différentes phases de l’enquête de terrain : sa préparation (partie 1), son analyse (partie 2) puis sa restitution (partie 3).

2La partie 1 « Préparer l’enquête » comporte deux chapitres. Le premier chapitre, intitulé « Portrait social de la jeunesse », tente de circonscrire l’objet de l’étude. Les auteur-e-s dressent ainsi un portrait sociodémographique de la jeunesse et offre des points de repère sur ce qui fait la jeunesse aujourd’hui : la grande variabilité des parcours d’entrée dans la vie adulte, des parcours qui ne peuvent plus être envisagés par le passage d’étapes successives aux frontières fixes permettant l’autonomisation progressive par l’accès à l’emploi ou l’entrée dans la vie conjugale. Le tableau récapitulatif (p. 27-29) des grandes enquêtes statistiques produites sur la jeunesse depuis 1980 et leur classement selon les thématiques abordées (sexualité, travail, culture, éducation…) constitue un premier outil de référence pour travailler à une désignation plus précise de la population enquêtée. Le chapitre 2 intitulé « Entrer sur le terrain. Où sont les jeunes ? » propose "d’attraper" les jeunes et la jeunesse par les activités et les institutions qu’ils fréquentent et qui les socialisent telles que l’école, les centres de loisirs, les foyers …. Mais aussi par les familles ou les groupes de pairs. Les auteur-e-s formulent ainsi des conseils relatifs au type de terrains enquêtés, à ses conditions d’accès et aux positions de l’enquêteur, positions dont il s’agit toujours de pouvoir déconstruire les éventuels effets sur l’enquête elle-même. Qu’il s’agisse de se saisir des jeunes et des jeunesses par leurs familles, les groupes de pairs, en questionnant leurs rapports à la culture ou aux politiques publiques, le lecteur-apprenti-chercheur est sans cesse invité à la précaution méthodologique, au questionnement éthique et réflexif.

3La partie 2 de l’ouvrage, intitulée « Faire l’enquête », vise à interroger les protocoles d’enquête les plus pertinents à mettre en œuvre en fonction de l’objet de l’enquête lui-même. Prenant appui sur une grande variété d’enquêtes produites avec et sur les jeunes, les quatre chapitres qui composent cette partie permettent de discuter des apports et des limites contenus dans les grandes méthodes de l’enquête en sciences sociales : l’entretien, l’observation et le questionnaire. Le chapitre 3 est consacré à l’entretien. Il offre un certain nombre de pistes de réflexion quant aux effets, atouts et limites de l’usage de l’entretien, de même qu’un certain nombre d’outils et conseils de mise en pratique concrète de ces entretiens auprès des jeunes. La relation d’enquête par entretiens fait l’objet de développements intéressants sur le rapport au consentement des enquêtés, sur les formes d’acceptation et de négociation de la situation d’enquête. L’entretien comme « situation d’exception », comme la nomment les auteur-e-s, suppose d’interroger la situation d’enquête pour elle-même en ce qu’elle vient conditionner un certain type d’enquête et circonscrire l’objet de la recherche. Le chapitre 4 est consacré à la méthode de l’observation. Yaëlle Amsellem-Mainguy et Arthur Vuattoux exposent les difficultés et les enjeux propres à ce type d’investissement du terrain. Ainsi, si l’observation, qu’elle soit participante ou non, peut apparaître comme relativement intuitive, elle n’en suggère pas moins de la part de l’enquêteur de s’interroger sur les effets et les limites de cette posture d’enquête. En l’occurrence, l’invitation faite à interroger ses propriétés sociales (classe, sexe, âge) sur le rapport aux enquêtés, ses éventuels effets sur la situation d’enquête, qu’ils se traduisent par des résistances des enquêtés, ou même des refus de terrain, permet de se saisir des formes et des enjeux de l’enquête en train de se faire. Le chapitre 5 est consacré à l’enquête par questionnaire. Les auteurs invitent à la prudence pour éviter toute vision naïve de l’enquête par questionnaire qui ne vise et ne permet pas toujours nécessairement une plus grande représentativité de l’enquête. Tout dépend, comme le rappellent à juste titre les auteur-e-s, de la bonne circonscription de son objet d’études. Pour y aider, Yaëlle Amsellem-Mainguy et Arthur Vuattoux insistent sur la pertinence de la pré-enquête qualitative. Pour de même, aider à l’introduction auprès des enquêtés du questionnaire, les auteur-e-s proposent page 110 un exemple de questionnaire sur la base duquel le lecteur peut juger sur pièce de la forme à privilégier pour faciliter l’acceptation de l’outil et la passation du questionnaire. Et l’invitation faite à interroger les effets des formes du questionnaire et de ses conditions de passation (en face à face, auto-administré, par internet, par téléphone, au domicile ou dans le cadre scolaire) présente l’ensemble des précautions qu’elles supposent que le chercheur puisse mettre en œuvre. Comme pour les autres méthodologies d’enquête précédemment envisagées, les auteur·e·s mettent en lumière un ensemble de clés pour construire un questionnaire susceptible de mieux permettre le travail de dévoilement des pratiques sociales des individus qu’il est censé engager. Les chapitres 6 et 7 proposent des développements originaux sur des formes d’enquête « sans les jeunes » à partir de matériaux « froids » (dossiers administratifs divers, scolaires, des archives) et « avec les jeunes » supposant que ces derniers occupent une position d’acteurs dans le dispositif de recherche. Ce dernier point est particulièrement intéressant tant cette modalité d’enquête est encore relativement peu exploitée dans le champ de la recherche en sciences sociales. Elle ouvre pourtant, à en croire les auteur-e-s et comme ils le défendent très bien, des possibilités d’analyse particulièrement riches si tant est que le chercheur s’engage dans un véritable travail de réflexion sur les enjeux éthiques et politiques d’un tel positionnement d’enquête. Notons qu’on aurait apprécié ici un questionnement plus serré des apports d’une telle approche d’enquête sur les jeunes, avec les jeunes. En effet, comme pour d’autres modalités d’enquête, ne conviendrait-il pas ici d’interroger plus finement que ne le font les auteur-e-s, les effets d’une peut-être trop grande naïveté du chercheur à l’endroit d’une enquête faite avec les jeunes et qui permettrait d’accéder à la réalité des pratiques sociales et des représentations des jeunes. Ce chapitre 7 est probablement celui qui pose le moins précisément les enjeux propres à la nécessaire réflexivité à mettre en œuvre dans ce type d’enquêtes. Le chapitre 8 « Choisir un terrain, comparer des terrains » apparaît un peu décalé dans la logique d’organisation d’ensemble de cette partie 2, puisqu’il ne se centre pas sur un matériau ou une méthode, mais invite plus simplement à expliciter les enjeux du choix d’un terrain dont il convient de toujours préciser les caractéristiques sociodémographiques, économiques et politiques, et qu’il propose des outils d’exploitation de mise en comparaison de différents terrains.

4La partie 3 de l’ouvrage intitulée « Penser l’enquête et la restituer » est composée de trois chapitres. Les chapitres 9 et 10 invitent à s’interroger sur les effets des rapports de domination de sexe, de classe, d’âge, de race sur l’enquête et sa restitution. Ces rapports de domination s’insinuent dans le quotidien de l’enquête et le chercheur doit pouvoir en faire la rigoureuse analyse. Le chapitre 11 pose la question de la restitution des résultats de l’enquête en sciences sociales. Si les auteur-e-s exposent certaines conditions de la restitution des analyses et des produits de la recherche aux enquêtés en fonction des terrains et des contextes d’enquêtes, ils n’exposent pas plus précisément certains des arbitrages et des raisons éthiques et/ou politiques qui peuvent influer sur une décision de restituer ou pas les résultats d’une enquête. La question de la restitution n’est pas posée en ces termes par les auteur·e·s. C’est très certainement là l’effet du parti pris original de ces derniers qui finalement nous invitent, à différents endroits de l’ouvrage, à aborder le travail d’enquête sociologique sur les jeunes comme un travail avec les jeunes supposant échanges, rencontres, partages et, donc, retour sur les effets de la rencontre sur la production scientifique elle-même. Cette dynamique d’échanges, de rencontres s’opposerait à un travail de recherche qui pourrait s’apparenter à un « pillage de données » (p. 178) auprès des enquêtés. Le trait de l’opposition peut apparaître un peu forcé et pas forcément justifié, notamment dans des contextes d’enquête, comme les milieux scolaires où les échanges sur le matériau peuvent ne pas apparaître souhaitable par l’enquêteur comme par les enquêtés. Ne pas tout livrer de son travail d’enquête aux enquêtés peut, en l’occurrence, être un moyen plus ou moins avoué, choisi par les deux parties, pour rendre acceptable la présence d’un enquêteur sur le long cours, présence qui parfois parvient à se rendre invisible et à produire de l’analyse du fait même de cette invisibilité.

5À n’en pas douter, cet ouvrage de méthodologie de l’enquête est foisonnant et il est un outil précieux pour tout apprenti chercheur qui s’interroge sur l’enquête auprès des jeunes et avec les jeunes. Il peut très probablement l’aider à faire son choix d’enquête en toute conscience et c’est l’un de ses grands atouts.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Séverine Depoilly, « Yaëlle Amsellem-Mainguy et Arthur Vuattoux, Enquêter sur la jeunesse. Outils, pratiques d’enquête, analyse », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], 21 | Automne 2018, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sejed/9539

Haut de page

Auteur

Séverine Depoilly

Maîtresse de conférences en sociologie
Université de Poitiers – Laboratoire Gresco

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sociétés et jeunesses en difficulté est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals