Navigation – Plan du site

APPEL A CONTRIBUTION POUR SEMEN 45

Deuil en ligne. Les discours funéraires à l’ère du numérique
COORDINATEURS : Adeline Wrona et Marie-Laure Florea

Appel à contribution

Deuil en ligne

Les discours funéraires à l’ère du numérique

Semen n° 45 - Parution printemps 2018

Coord. : Adeline Wrona (Université de Paris-Sorbonne, CELSA, GRIPIC)

et Marie-Laure Florea (Université Lumière Lyon 2)

La mort a toujours donné lieu à des discours, destinés à rendre hommage au défunt, à honorer sa mémoire, à entamer le travail du deuil et à rassembler les vivants. Éloges funèbres, oraisons, nécrologies, épitaphes… : que ce soit dans le cercle privé de la famille et des proches ou dans la sphère publique pour les défunts illustres, la parole est corollaire du trépas.

L’émergence des nouveaux médias a fait naître de nouvelles formes discursives autour de la mort. Des mémoriaux sur les réseaux sociaux aux nécrologies en ligne de la presse écrite, des cimetières virtuels aux QR codes apposés sur les tombes, renvoyant le visiteur venu se recueillir à un espace en ligne où il peut partager son deuil : les discours sur la mort n’échappent pas à l’invasion du numérique. Ce numéro de Semen se donne pour objectif d’investiguer les formes de ces discours digitalisés sur la mort et les morts, leurs fonctions, leur place dans l’espace discursif du deuil, ainsi que leur éventuelle influence sur les discours de deuil traditionnels.

On cherchera à se donner les moyens d’observer les invariants et les évolutions des discours de deuil : à l’heure où internet a envahi la sphère publique et privée, la mort est-elle toujours accueillie et dite de la même façon ? Depuis le développement du genre multimillénaire qu’est l’éloge funèbre, d’autres transformations majeures ont bien sûr eu lieu, notamment suite à la naissance de l’imprimerie puis lors de l’essor de la presse : toutefois, le genre n’avait pas été affecté de façon radicale. Le développement d’internet et des nouveaux médias constitue une nouvelle évolution susceptible d’infléchir les pratiques discursives (Bourdeloie 2015) : quelle influence cet essor a-t-il exercée sur les discours de deuil? Peut-on observer certaines tendances ? Des mutations profondes ? Ces transformations sont-elles analogues à celles que le numérique a engendrées dans d’autres domaines, qu’ils soient discursifs (à l’instar de l’influence du blogging sur la littérature, cf. Candel 2008, Gefen 2010) ou non (on peut citer par exemple l’influence des réseaux sociaux sur les formes de sociabilité, cf. Casili 2010, Petiau 2011). En un mot, ces nouveaux discours altèrent-ils la façon de faire société autour du mort ?

Plusieurs pistes de recherche pourront être explorées (qui ne sont naturellement pas exclusives d’autres perspectives) :

1. Avec le développement du numérique, la mort devient une « machine à produire des discours ». La mort a toujours été propice au surgissement de la parole, mais l’émergence du numérique semble produire une intensification de ce phénomène, pour deux raisons. D’une part, la production de discours est rendue plus aisée par le medium numérique lui-même, dans la mesure où il permet l’échange même à distance, où il facilite la production discursive (un clic suffit), où il permet aux anonymes de s’exprimer. D’autre part, l’essor du numérique s’accompagne d’une forme d’incitation à l’écriture : qu’il s’agisse d’hommages, de témoignages, de marques de soutien, l’internaute qui apprend la nouvelle d’un décès est systématiquement invité à réagir. Cette incitation se manifeste de diverses manières : présence d’un cadre pour une éventuelle réponse, calculs et palmarès des nombres de commentaires et publications…

Les contributions qui s’inscriront dans le cadre de ce premier axe veilleront à ne pas proposer exclusivement une description des dispositifs techniques, mais s’efforceront de mener une analyse des pratiques discursives. Il s’agira notamment de s’interroger sur le rôle de la parole dans ces nouveaux discours de deuil, et sur l’évolution des fonctions anthropologiques traditionnelles (Ariès 1977, Baudrillard 1976, Baudry 1999, Thomas 1985, Van Gennep 1909) de ces discours qui accompagnerait éventuellement ces mutations discursives. Pour ce faire, on pourra comparer avec profit le corpus retenu avec des études de cas analysant le discours de deuil dans des médias traditionnels (par exemple Antoine 1993, Delporte 2006, Florea 2011, Freyssinet-Dominjon 2001, Herman 2001, Panier 2008).

2. L’émergence de ces nouvelles formes discursives bouscule le dispositif énonciatif traditionnel du discours de deuil. En premier lieu, alors que la mort médiatique est souvent ce que Jankelevitch nomme une mort en « troisième personne », c’est-à-dire une mort abstraite, impersonnelle, les nouveaux médias ouvrent la voie à une mort en deuxième personne (Jankelevitch 1966 : 29), voire en première personne (Jankelevitch 1966 : 26) : il s’agit de la mort de l’autre, du proche, voire de sa propre mort, que les nouveaux formats du web permettent plus facilement d’évoquer ou même de mettre en scène. Incontestablement, il y a là un essor du discours sur la mort privée, qui laisse plus de place à une publicisation de l’émotion intime, dont on cherchera à saisir les formes et les enjeux.

En second lieu, les nouveaux discours sur la mort invitent à une circulation du discours et à une interaction très forte, qui modifie les places : les rites autour de la mort et du mort étaient jusqu’alors essentiellement réservés au cercle intime des proches du disparu. Désormais, les cimetières virtuels permettent à tout un chacun de se recueillir sur la tombe de François Mitterrand ou de Bob Marley, d’y mettre une fleur ou d’allumer une bougie à leur mémoire, le tout en quelques instants. Il semblerait donc qu’il n’y ait pas tant un changement fondamental des pratiques qu’une intensification de la circulation de la parole, et notamment de la parole partagée, grâce à la systématisation de l’interaction, dont on s’efforcera de caractériser précisément les modalités et les effets.

3. Encadrée par des dispositifs d’écriture informatisés, mise en série sur des plateformes de publications, l’écriture sur la mort se transforme en gestes automatisés et normalisés. Il s’agit d’abord des formes mêmes du texte, qui combine selon de nouveaux équilibres l’hommage « personnalisé » rendu à un être « unique », avec une offre proliférante de modèles pré-écrits. La logique de « gabarits » propre aux médias informatisés se décline ici en modèles de « cartes de deuil », « textes de remerciement de décès » et autres « thèmes de mémoriaux en ligne » : autant de « patrons » pour l’écriture qui inscrivent le texte dans un architexte fortement consolidé.

Doit-on constater une accentuation de la nature nécessairement rituelle et conventionnelle propre à l’écriture du deuil ? Ou bien faut-il reconnaître la diversification de ces pratiques écrites, qui s’enrichissent par la conversion en « ensembles syntaxiques minimaux », ou « petites formes » scripturales (Candel et al. : 2012) des gestes ordinairement non écrits associés à la pratique du deuil – allumer une bougie, déposer une fleur , feuilleter un album souvenir ? Au plan énonciatif, quelle est la part de responsabilité énonciative qui incombe respectivement au concepteur de ces patrons discursifs et à celui ou celle qui les complète ?

Échéancier

- Appel à contribution : 10 juillet 2017

- Envoi des propositions aux coordinatrices : 15 septembre 2017

- Significations aux auteur-e-s : 30 septembre 2017

- Remise des textes pour expertise : 15 décembre 2017

- Navette relectures / modifications : 15 décembre 2017 – 30 janvier 2018

- Remise des textes définitifs : 15 mars 2018

- Parution du numéro 45 : avril 2018

Propositions d’articles

  • 1 Le programme eneid – Éternités numériques (eneid.univ-paris3.fr) rassemble des chercheurs et cherch (...)

Les auteur-e-s devront veiller à se situer dans la ligne de cet appel à contribution. À cet égard, il s’agit bien d’analyser le discours de ceux qui restent après le décès : l’analyse de la gestion des traces numériques du ou de la disparu-e, quoique tout à fait digne d’intérêt et à laquelle des recherches sont déjà consacrées, notamment dans le cadre du programme eneid1, ne fait pas partie du questionnement de ce numéro. Tous les corpus sont acceptés, dès lors qu’il est question de nouvelles formes discursives autour de la mort, liées à l’essor du numérique, qu’il s’agisse de formes désormais bien codifiées ou de formes émergentes, moins stabilisées. De même, toutes les approches théoriques sont bienvenues : c’est précisément leur diversité qui permettra de circonscrire le phénomène que l’on se propose d’analyser, en croisant en particulier les sciences du langage et les sciences de l’information et de la communication. Les auteur-e-s veilleront à indiquer avec précision la discipline dans laquelle ils ou elles s’inscrivent.

Les propositions d’articles (d’une page environ, références bibliographiques comprises) peuvent être soumises jusqu’au 15 septembre 2017 et seront à envoyer exclusivement aux deux adresses suivantes :

adeline.wrona@celsa.paris-sorbonne.fr

mlflorea@free.fr

Éléments de bibliographie

candel étienne, Jeanne-perrier Valérie, Souchier, Emmanuël, 2012, « Petites formes, grands desseins : d’une grammaire des énoncés éditoriaux à la standardisation de l’écriture », dans Jean Davallon (ed.), L’Économie des écritures sur le web, Hermès-Lavoisier, p. 165-201.

Casilli antonio a. 2010, Les liaisons numériques. Vers une nouvelle sociabilité ?, Paris, Seuil.

Clavandier Gaëlle, 2009, Sociologie de la mort. Vivre et mourir dans la société contemporaine, Paris, Armand Colin.

Urbain, Jean-Didier, 1989, L’Archipel des morts, Paris, Plon.

Bibliographie

Antoine Frédéric, 1993, « Mourir au JT. Les cadavres exquis de l’information télévisée » dans Marc Lits (ed.), La peur, la mort et les médias, Bruxelles, Éditions Vie Ouvrière, p. 45‑64.

Ariès Philippe, 1977, L’homme devant la mort, Paris, Seuil.

Ariès Philippe, 1967, « La mort inversée. Le changement des attitudes devant la mort dans les sociétés occidentales », Archives Européennes de Sociologie, vol. 8, no 2, p. 169‑195.

Arrivé Michel, 2010, « Entrée “Langage” » dans Philippe Di Folco (dir.), Dictionnaire de la Mort, s.l., Larousse, p.610‑614.

Bacqué Marie-Frédérique, 2008, « Au-delà des mots de la mort... », Études sur la mort, vol. 134, no 2, p.5‑6.

Baudrillard Jean, 1976, L’échange symbolique et la mort, Paris, Gallimard.

Baudry Patrick, 1999, La place des morts: enjeux et rites, Paris, Armand Colin.

Bourdeloie Hélène, 2015, « Usages des dispositifs socionumériques et communication avec les morts : d’une reconfiguration des rites funéraires », Questions de communication, no  28, p. 101-125.

Candel étienne, 2008, « L’œuvre saisie par le réseau », Communication & langages, no 155, p. 99-114.

Courtois Martine, 1991, Les mots de la mort, Paris, Belin.

Danblon Emmanuelle, 2001, « La rationalité du discours épidictique » dans Marc Dominicy et Madeleine Frédéric (eds.), La mise en scène des valeurs. La rhétorique de l’éloge et du blâme, Paris, Delachaux et Niestlé, p. 19‑47.

Dayan Daniel et Katz Elihu, 1996, La télévision cérémonielle: anthropologie et histoire en direct, Paris, Presses universitaires de France.

Delporte Christian, 2006, « Mise en scène médiatique de la mort de Chaban-Delmas (novembre 2000) », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, no 90, p.141‑153.

Deuzeune Charles Emmanuel, 2003, La Mort et ses rites, Copenhague, Le Plein des sens.

Dominicy Marc et Frédéric Madeleine (eds.), 2001, La mise en scène des valeurs: la rhétorique de l’éloge et du blâme, Lausanne, Delachaux et Niestlé.

Florea Marie-Laure, 2011, « Dire la mort, écrire la vie », Questions de communication, no 19, p. 29‑52.

Freyssinet-Dominjon Jacqueline, 2001, « Une mort aux quotidiens. Le portrait de François Mitterrand à la une des journaux nationaux du 9 janvier 1996 », Sociétés & Représentations, no 12, p.89‑106.

Gefen Alexandre, 2010, « Ce que les réseaux font à la littérature », Itinéraires. Littérature, textes, cultures, no 20102, p. 155166.

Hanusch Folker, 2010, Representing death in the news. Journalism, media and mortality, New York, Palgrave Macmillan.

Herman Thierry, 2001, « “Le Président est mort. Vive le Président”. Images de soi dans l’éloge funèbre de François Mitterrand par Jacques Chirac » dans Marc Dominicy et Madeleine Frédéric (dir.), La mise en scène des valeurs. La rhétorique de l’éloge et du blâme, Paris, Delachaux et Niestlé, p.167‑202.

Jankélévitch Vladimir, 1966, La mort, Paris, Flammarion.

Lafon Benoît, 2011, « Les funérailles télévisées », Questions de communication, no 19, p. 113‑141.

Lits Marc (ed.), 1993, Le roi est mort... émotion et médias, Bruxelles, Vie ouvrière.

Makarova Arina, 2006, « La fonction sociale de la rubrique nécrologique », Hypothèses, vol. 10, p. 113‑121.

Marks Alan et Piggee Tommy, 1998, « Obituary analysis and describing a life lived: the impact of race, gender, age, and economic status », Omega. Journal of death and dying, no 38, p. 3757.

Panier Louis, 2008, « L’émotion à la “Une”. La mort de Yasser Arafat. » dans Émotions et discours. L’usage des passions dans la langue, Rennes, PUR, p.351‑371.

Paveau Marie-Anne, 2015, « Ce qui s’écrit dans les univers numériques », Itinéraires LTC, 2015, no 2014‑1 2015, https://itineraires.revues.org/2313.

Paveau Marie-Anne, 2013, « Genre de discours et technologie discursive. Tweet, twittécriture et twittérature », Pratiques, no 157‑158, p. 7‑30.

Pène Sophie, 2011, « Facebook mort ou vif : Deuils intimes et causes communes », Questions de communication, no 19, p. 91‑112.

Petiau Anne, 2011, « Internet et les nouvelles formes de socialité », Vie sociale, no 2, p. 117‑127.

Ringlet Gabriel, 1992, Ces chers disparus: essai sur les annonces nécrologiques dans la presse francophone, Paris, Albin Michel.

Spillner Bernd, 2006, « Analyse contrastive des textes multimédias : le cas de la nécrologie », Les Carnets du Cediscor, no 9, p. 74‑92.

Thomas Louis-Vincent, 1975, Anthropologie de la mort, Paris, Payot.

Thomas Louis-Vincent, 1985, Rites de mort: pour la paix des vivants, Paris, Fayard.

Van Gennep Arnold, 1909, Les rites de passage, Paris, Emile Nourry.

Vovelle Michel, 1993, L’heure du grand passage: chronique de la mort, Paris, Gallimard.

Vovelle Michel, 1983, La mort et l’Occident de 1300 à nos jours, Paris, Gallimard.

Wrona Adeline, 2011, « La vie des morts : jesuismort.com, entre biographie et nécrologie », Questions de communication, no 19, p. 73‑90.

Haut de page

Notes

1 Le programme eneid – Éternités numériques (eneid.univ-paris3.fr) rassemble des chercheurs et chercheuses (Paris 3 & UTC) travaillant sur « les identités numériques post-mortem et les usages mémoriaux innovants du web au prisme du genre ».

Haut de page