Navigation – Plan du site
I. Dossier thématique

Naissance d’un rituel républicain : les discours des « pères fondateurs » devant des publics populaires (1870-1889)

Aude Dontenwille-Gerbaud

Résumés

L’événement discursif qui se déroule entre 1870 et 1889 fonde la Troisième République. Les leaders républicains prononcent devant divers publics des discours qui sont ensuite retranscrits et commentés dans la presse. L’importance du pathos, l’ethos de l’orateur, les réactions des publics soulignées par les sténographes, permettent d’évoquer un rituel au service de la construction républicaine.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Entre septembre 1870 (date de la proclamation de la République après la chute de Napoléon III) et janvier 1889 (date à laquelle la Troisième République est définitivement « installée ») les grands leaders comme Paul Bert, Louis Blanc, Jules Ferry, Charles Floquet, Léon Gambetta, Victor Hugo, Eugène Spuller, se déplacent en France pour prononcer des discours devant des publics variés, souvent populaires. Cette démarche est tout à fait nouvelle. Peut-on évoquer une forme de « rituel » en cours de construction ? Claude Rivière considère qu’un terrain favorable à la nais­sance d’un rituel est celui d’une société en déséquilibre, de manifestations de frustrations, la présence d’un leader charismatique porteur d’un futur idéalisé (Rivière, 2005 : 27). La dizaine d’années qui suit la chute du Second Empire et de la défaite de Sedan, la proclamation de la République, les Communes, l’arrivée sur la scène politique d’une nouvelle génération de tribuns s’inscrit parfai­te­ment dans cette définition. Nous rechercherons donc les marques discursives, interactives, contextuelles qui permettent de « montrer » l’inscription de ces discours dans un rituel. Pour autant, et plus que d’évoquer un futur idéalisé, nous préférons le concept d’horizon d’attente forgé par Reinhard Koselleck (traduit en 1990) celui du lien indéfectible qui unit représentations du passé et représentations de l’avenir. Il n’est pas d’attente sans expérience et pas d’ex­périence qui ne donne lieu à une attente, les deux polarités se conditionnant mutuellement.

2En ce sens, le nouveau rituel qui se met en place à l’aube de la Troi­sième République s’inscrit dans l’héritage des fêtes révolutionnaires décrites par Mona Ozouf (1987) et l’on y trouve ces pratiques collectives for­tement organisées, théâtralisées, se référant à un mythe fondateur, celui de l’Homme nouveau (Maisonneuve, 1999 : 10). La thèse de Paula Cossart, sur la nais­sance des meetings politiques, analyse longuement comment la réunion répu­blicaine est en elle-même considérée comme un lieu de transformation de l’individu en citoyen, lieu d’exercice et de diffusion de la raison, et note la contradiction entre un projet de formation d’un citoyen éclairé, capable de débattre, de réfléchir par lui-même, plein de « retenue démocratique » et les effets d’une rhétorique des passions (Paula Cossart, 2010 : 191).

3Travailler dans une perspective d’Analyse du discours permet de montrer cette tension dans la matérialité même de la langue. En référence aux travaux de Jacques Guilhaumou (2006), il est possible d’analyser les interac­tions entre orateurs et publics comme partie intégrante de l’événement dis­cursif fondateur de la République, grands rassemblements orchestrés ensuite par la presse républicaine. Notre corpus est constitué de 160 discours extra-parlementaires, retranscrits intégralement, faisant apparaître les réactions des publics (interprétées par le sténographe), publiés dans la presse républicaine. Dans cet univers de réflexivité du discours, les publics quels qu’ils soient, font partie des sujets d’énonciation, que ce soit pour l’orateur lui-même au sein de l’interaction qui se joue durant le rassemblement ou pour celui qui en prend connaissance par la presse et pour qui les réactions des publics notées par les sténographes se veulent révélatrices des capacités interprétatives propres à ces publics. Nous nous demanderons dans un premier temps dans quelle mesure il est possible de qualifier de « rituels » ces grands rassem­ble­ments républicains. Dans un deuxième temps, nous chercherons à quelle logique obéit la dénomination des publics par les orateurs : « Messieurs, chers concitoyens, chers compatriotes… » ou encore la clôture des discours. Enfin, nous prendrons quelques exemples d’analyse argumentative pour montrer en quoi il semble bien y avoir un effet de ritualisation inhérent au discours officiel républicain.

1. Les grands rassemblements républicains : la naissance d’un rituel

Mes chers concitoyens, avant d’entrer dans les explications que je me propose de dérouler devant vous sur la politique intérieure de notre pays, je vous dois un mot de remerciement pour l’accueil que vous m’avez fait à l’entrée dans votre ville, mais aussi un mot d’excuse pour la longueur de l’attente qui vous a été imposée. J’ai été très touché, et en même temps, très contrarié d’apprendre que vous m’attendiez dans cette salle, alors que je ne pouvais pas me rendre immédiatement à vos désirs ; mais comme on vous le disait tout à l’heure, les forces humaines ont une limite, et cette limite, je l’avais touchée. J’avais donc besoin de quelques instants de repos. J’espère qu’à force d’efforts des deux côtés, vous par votre attention et moi par la volonté énergique que j’ai de vous donner, à vous comme ceux qui liront mes paroles, des explications absolument franches et complètes, il ne restera, sur ce que j’appelle la seconde phase du parti républicain, ni un doute, ni une équivoque, ni une ambiguïté. (Gambetta, 1881 : VIII,226)

4Le discours a lieu à Romans, le 18 septembre 1878, dans un « cirque en planches » selon l’expression de l’époque, construit exprès pour la réunion. Il peut contenir plus de 6000 personnes. Un nombre à peu près égal de per­sonnes reste dehors. Le caractère phénoménal de ce type de rassemblement fait partie de la naissance du rituel. Pour l’orateur, il s’agit d’abord d’une réelle performance physique. Elle compte dans l’interaction qui se déroule à Romans entre l’orateur et son public par la mise en scène d’une forme de proximité avec l’homme politique d’envergure nationale. Cet ethos de fragilité de la part d’un fougueux tribun, connu et attendu pour ses longs discours enflammés, ritualise le lien charnel avec le public. La République n’est pas seulement un projet, une idée, elle est l’histoire des luttes et des hommes qui se battent pour elle. Jean Maisonneuve décrit le rite, même pro­fane, comme un univers de foi, de sacré, incarné par un corps. Celui de Gambetta, tout particulièrement, participe à l’importance du rituel de rassemblement.

Souvent, en applaudissant cet âpre méridional, qui nous gueulait les harangues volcaniques de l’aîné des Riquetti à l’Assemblée Nationale, et surtout celle de Danton à la Convention avec un assaisonnement inouï de foutre, de bougre et de nom de Dieu, nous sentîmes passer en nos reins le grand frisson des fièvres civiques d’un autre âge, et nous tous, jeunes gens, écoeurés par la platitude générale, nous nous dîmes que l’Hercule de la République et le Tombeur de l’Empire avait enfin surgi… (Gheusi, 1909 : 123-124).

5Le rituel suppose également un lieu pour fixer des signes, des marques, pour être source d’énergie et d’influence (Maisonneuve, 1999 : 12). Ces grands meetings peuvent rassembler des centaines de personnes qui viennent parfois de très loin, en carriole ou à pied, au prix d’une ou deux journées de travail chômées.

La pluie cependant n’avait découragé personne. À midi, à l’heure précise qui avait été indiquée, chacun avait pris place. Beaucoup de convives venaient de loin, non-seulement de tout le canton de la Ferté, dont presque tous les maires étaient présents, des cantons voisins et de tout le département de Seine-et-Marne, mais des départements voisins, notamment de la Marne, encore occupée par les Prussiens, de l’Oise, de l’Aisne, de Château-Thierry, des Ardennes, de Reims etc. Le plus grand nombre, nous tenons à le redire, se composait d’habitants de la campagne, de petits propriétaires, de fermiers, de simples cultivateurs. (Gambetta, 1881, IV : 366)

6C’est donc un investissement personnel fort, dans un contexte longtemps hostile puisqu’entre 1872 et 1876, l’Ordre Moral fait tout pour interdire ces rassemblements. Sur place, il est peu probable que l’ensemble du public soit en mesure d’entendre réellement l’orateur, quelle que soit sa performance vocale. Plus que « d’entendre », on y « était », on a participé… et c’est le lendemain que l’on pourra prendre connaissance du discours dans la presse, relais incontournable de l’événement. Comme l’analyse Guillaume Rozenberg « si les participants ne savent pas vraiment le pourquoi de ce qu’ils font, ils savent au moins pourquoi ils le font » (Rozenberg, 2011 : 284).

7Le rituel se définit également par sa régularité. Ce type de rencontre entre le tribun et des publics non parlementaires devient peu à peu un incon­tournable de la vie politique. La régularité propre au rituel provient de l’importance des retranscriptions de ces discours par la presse, notamment par la République Française, journal gambettiste qui les reproduit in extenso. La presse écrite n’est pas un simple écho de ces moments de rassemblement mais participe elle-même de ce nouveau rituel au moment même où l’on entre dans l’ère moderne des médias selon Gilles Feyel (2007). De ce point de vue, nous pouvons considérer que les retranscriptions par les sténo­gra­phes, y compris celles des réactions prêtées aux publics, font partie de l’évé­nement discursif et participe du rituel.

8La régularité, c’est aussi celle de Charles Floquet, élu en avril 1872 comme conseiller municipal de Paris dans le 11e arrondissement, puis élu député de la Seine en février 1876. En se présentant aux élections légis­la­tives, Charles Floquet prend l’engagement de venir rendre compte de l’exercice de son mandat devant ses électeurs à la fin de chaque session parlementaire.

Mes chers concitoyens, Il n’y a pas encore dix mois, conformément aux usages qui doivent régler les rapports entre les mandataires et leurs mandants, je venais, vous rendre compte de ce que j’avais fait pendant la première session de l’Assemblée élue le 20 février 1876. Je vous ai démontré, je crois, à cette époque, – et les applaudissements avec lesquels vous avez bien voulu accueillir mon compte rendu l’ont prouvé –, que j’avais scru­pu­leusement rempli les clauses du contrat en vertu duquel j’avais été envoyé à la Chambre des députés (Oui ! Oui !) (Floquet, 1885 : I, 83)

9Le terme « d’usage » est employé, ce qui minore celui de « contrat » employé dans la phrase suivante. Dans la tension entre les deux termes se joue la nature du mandat, qui ne saurait être un mandat de type impératif où l’élu représente ses mandants au nom d’une souveraineté populaire et non l’ensemble de la nation. Ici, le contrat concerne la seule parole parlementaire, fondatrice d’une souveraineté nationale. Venir devant les électeurs est de l’ordre du simple usage qui consiste simplement « à rendre compte ». Néanmoins le verbe « devoir » lui donne la dimension d’une obligation. En quoi est-ce là une forme de rituel ? Nous pouvons considérer ici l’analyse proposée par Albert Piette qui évoque un double système rituel en rapport dialectique incessant (Piette, 2005 : 40). L’acte d’énonciation implique la réalisation d’une action : Floquet « rend compte », il ne vient pas seulement exprimer des idées, des choix, un programme. L’ordre rituel est réalisé par ce discours devant les mandants, lequel se réalisera à la fin de chaque session parlementaire. Pour autant, l’acte d’énonciation reste « un jeu » : rien n’oblige Floquet à venir rendre compte, rien ne l’obligerait à démissionner si le contrat n’était pas rempli. Le mandat impératif n’est pas constitutif du projet républicain et le député Floquet représentera toujours la nation, restera toujours libre de son propos dans l’arène parlementaire. Le rite idéal dans lequel, sans le nommer, s’inscrit Charles Floquet, est celui des premières as­semblées révolutionnaires. Le rite secondaire s’en écarte : la rhétorique dé­ployée cherche la justification, l’approbation du public. En revanche, nous ne suivrons pas Albert Piette dans son développement sur le cadre rituel comme « miroir de la réalité ». La perspective d’Analyse du discours dans laquelle nous nous inscrivons considère le discours comme la réalité en elle-même. Le discours est à la fois l’instrument et le lieu de la division et du ras­semblement (Krieg-Planque, 2012 : 41).

2. Le rituel des formules d’adresse et de clôture des discours

10Si l’on part du principe que la réflexivité est indissociable de l’acte de nommer comme activité sociale, la façon dont l’orateur nomme son public dès la première phrase est-elle « rituelle » ou simplement induite par le genre littéraire dans lequel s’inscrit le discours politique en suivant les usages sociaux et les normes langagières propres à son contexte socio-historique ? Les termes employés le plus régulièrement pour nommer le public sont les suivants : « messieurs », « messieurs et chers concitoyens », puis à partir de 1876, « mesdames, messieurs » ou encore « mesdames et chers conci­toyens ». Le genre féminin est d’emblée mis à part dans la mesure où il n’est pas nommé durant les premières années (alors même que la presse atteste la présence de femmes dans les publics), puis discriminé puisque le statut de « concitoyen » ne lui est pas accordé. Il est possible d’analyser ici une « ins­titution de parole » (le meeting politique) articulant une identité énonciative (un leader) avec un lieu social (le discours devant des publics non parle­mentaires dans les années 1870-1889). Les routines langagières rendent compte d’un monde politique masculin et d’une République qui n’a pas su donner le suffrage universel aux femmes. L’emploi de « Messieurs » induit, quant à lui, un choix politique fort : celui de ne plus s’inscrire dans le rite révolutionnaire. Le Dictionnaire historique de la langue française indique, en effet, comment en 1789, les termes de « citoyen et citoyenne » remplacent ceux de « Monsieur et Madame ».

En français, le mot a conservé de l’usage révolutionnaire, en partie à cause d’emplois célèbres et cités (aux armes citoyens !) un contenu affectif fort, lié à l’idée de patrie et de patriote et souvent retourné par ironie. (Robert, 2010 : 461)

11L’emploi de « Messieurs » peut se lire comme la volonté de clore ces temps héroïques, comme le répète Léon Gambetta à l’envi. Toutefois, « Messieurs » est régulièrement associé à « concitoyens » : la notion de citoyenneté n’a donc pas disparu et l’interpellation du public fait appel, de façon presque systématique, à ce « vous et moi » de la cité – souligné souvent par le « chers » –, mais un « vous et moi » assagi et non plus de fougue révolutionnaire. En ce sens, il est possible d’évoquer un rituel intro­ductif à tout grand rassemblement républicain. A contrario, il est donc intéressant de se demander quand et pourquoi le rituel introductif n’est pas respecté. Est-ce une question de génération ou de marqueur politique ? Louis Blanc, pour sa part, utilise parfois « chères concitoyennes, chers conci­toyens ». L’emploi du féminin renoue alors avec l’héritage de 1789. Louis Blanc, le quarante-huitard, s’inscrit plus à gauche sur l’échiquier politique républicain, que Léon Gambetta ou Jules Ferry. Charles Floquet, pour sa part, emploie une fois le terme de « citoyens » pour introduire son discours devant ses électeurs du 11e arrondissement, lors de leur toute première rencontre après son élection. Nous retrouvons là cette forme de rituel initié entre un mandataire et ses mandants, quelle que soit l’ambivalence de cette relation. Ensuite, Charles Floquet se contente du terme de « concitoyens » comme tous les autres leaders. Faut-il y voir une ritualisation devenue collec­tive ? Léon Gambetta, quelque peu atypique, utilise différentes dénomina­tions. Certes, « Messieurs et chers concitoyens » domine. Il s’inscrit donc également dans cette ritualisation qu’il a peut-être lui-même contribué à fixer puisqu’il est le seul à prendre la parole dans de vastes assemblées durant les années 1871-1873. Les autres leaders ne s’y lancent pour leur part que vers 1874. Léon Gambetta commence parfois ses discours par « mes amis », mes « compagnons », « mes compatriotes ». Le tribun s’efface alors pour chercher la connivence, la proximité des années de lutte. L’ethos préalable d’une posture nationale est retravaillée en discours, dès le premier mot, par cet appel à la proximité. Il en est ainsi à Auxerre, le 1er juin 1874, lors des fêtes du concours régional. Monsieur Lepère, député et président du Conseil général de l’Yonne improvise un « toast » en l’honneur de Léon Gambetta :

Tous ici, nous attendons votre parole, et, quand nous l’aurons enten­due, elle s’en ira, reportée par les voix amies de tous ceux qui vous entourent, sur tous les points de notre département […]. Messieurs, je bois à Gambetta, c’est-à-dire : je bois à la France, à la République ! (Applaudissements prolongés. Cris répétés : Vive la République !)

Monsieur Gambetta, se levant pour répondre, a prononcé le discours suivant :

Mes chers concitoyens, mes amis, mes compagnons … Ce n’est pas sans une profonde et intime émotion que l’on entend une voix aussi chère… (Gambetta, 1881 : IV, 133)

12Le Grand Dictionnaire Universel du XIXe siècle définit la paix par analogie avec l’amitié : « Concorde, c’est-à-dire rapports amicaux ou exempts de trouble entre des personnes associées ou ayant entre elles des relations : rétablir la Paix entre citoyens. » (Larousse, 1873 : 12, 40-43). Pour Pierre Larousse, l’individu et la société ne font qu’un. Un bon citoyen est d’abord un ami. De nombreux « catéchismes républicains » de l’époque se présentent sous la forme d’un dialogue avec l’Ami. Or, ce rituel républicain des meetings a vocation à insister sur l’ordre, le calme afin de répondre aux accusations de l’opposition qui ne manque pas une occasion d’accuser les républicains d’être des fauteurs de trouble, et tout particulièrement Léon Gambetta et son éloquence ensorceleuse, sa démagogie manipulatrice. Cette ritualisation, propre à Léon Gambetta, s’explique par l’importance parti­cu­liè­re du tribun dans le paysage politique de l’époque. Léon Gambetta cherche, par tous les moyens, à faire applaudir la République et non sa personne… Il y insiste par exemple très fermement, à La Ferté-sous-Jouarre, le 14 juillet 1872 :

Que vos champs, que vos veillées, que vos réunions, vos marchés, vos foires deviennent pour vous des occasions d’entretien et d’ins­truction. Quant à moi, je serai largement récompensé quand vous me direz de revenir parmi vous. (Bravos et applaudissements prolongés. – Cris : Vive la République ! - Vive Gambetta !)

M. Gambetta. Vive la République ! (Cris répétés de : Vive la République !) (Gambetta, 1881 : II, 392)

13Les fins des discours participent-elles au rituel ? Celle de la Ferté-sous-Jouarre montre la tension inhérente au rituel : créer du lien, vibrer ensemble à la belle éloquence fougueuse mais d’abord se montrer digne de la retenue démocratique, manifester d’abord l’exercice de la raison. Ce n’est que très rarement que Léon Gambetta conclut lui-même son discours par un « Vive la République ! ». À la fin de ce discours tenu à la Ferté-sous-Jouarre, devant un public essentiellement rural, l’homme politique termine par une note toute personnelle. Le sténographe note toutefois une réaction du public plus politique, celle d’un « Vive la République », qui précède celle de « Vive Gambetta ». Est-ce une volonté de la part du sténographe de donner à voir un public qui se comporte selon les mœurs attendues, dans la retranscription qu’il va adresser à la presse républicaine ? La reprise de Léon Gambetta doit-elle se lire comme un recadrage du public ? Ainsi que l’analyse Yves Deloye, Léon Gambetta établirait une véritable « grammaire de la déférence », appelant son auditoire à la modération et à la maîtrise des formes de reconnaissance publique de l’estime et du mérite, dans une homologie très forte entre la forme des réunions politiques qu’il préside et le fond des valeurs que le parti républicain et, par extension, la République incarnent. (Deloye, 2000). Le rituel comporte donc une évidente dimension épidictique au service de l’horizon d’attente d’une République sage : se montrer homme régénéré donc libre, digne du suffrage universel. Les « temps héroïques » révolutionnaires sont clos. Ce rituel s’oppose donc, en creux, à l’autre horizon d’attente, celui d’une République sociale, d’une République « rouge » revendiquée par une Commune qui ne sera jamais nommée. De façon générale, les discours se terminent rarement par une invitation à l’ovation de la République par l’orateur. La République reste un horizon, un projet. Ce sont les publics qui l’acclament. Tout le rituel semble avoir cet objectif.

14Ainsi termine Victor Hugo le 25 mars 1877 dans le XXe arrondissement de Paris :

Liberté, cela s’adresse au peuple ; Égalité, cela s’adresse aux hommes ; Fraternité, cela s’adresse aux âmes. Navigateurs en détresse, abordez à ce grand rivage, la République. Le port est là. (Longue acclamation. Cri de : Vive la République ! Vive l’amnistie ! Vive Victor Hugo !) (Hugo, 1968 : IV, 24)

15Le 23 février 1879, Charles Floquet conclut en ces termes :

C’est vous, c’est la nation, c’est la France, qui a créé, soutenu, fait triompher cette majorité républicaine, cette majorité qui serait bien impuissante, si elle ne faisait pas beaucoup de bien, et bien criminelle, si elle pouvait faire quelque mal. (Applaudissements et acclamations. – Bravos prolongés. – Cri répété de : Vive la République !) (Floquet, 1885 : 217)

16La chute de nombre de discours fonctionne comme une énumération de mots-clefs (liberté, égalité, fraternité, nation, France, patrie) qui semble avoir vocation à déclencher l’ovation du public à l’égard de la République. Le rituel est ici le marqueur d’un acte de fondation : le discours n’a pas seulement vocation à développer un argumentaire politique. Il fonde la République par l’acclamation finale du public. Parfois, la fin du discours fonctionne en deux temps, ainsi de celle de Léon Gambetta salle du Château d’Eau à Paris, le 9 octobre 1877 :

Le cléricalisme, voilà l’ennemi, voilà le vaincu ! (Vive la République ! vive Gambetta !) Citoyens, la réunion que vous avez tenue ce soir avait été redoutée par quelques-uns ; elle a été aussi, pour quelques autres, un présage de trouble et de désordre. Votre tenue, votre conduite, ont fait, comme d’habitude, justice de sembla­bles calomnies. Je vous invite donc à persévérer dans cette attitude, et je prie chacun de vous, en ce qui le concerne, d’être un agent d’ordre, en donnant, comme il convient à des républicains l’exemple du respect de la loi. Vive la République ! (Gambetta, 1881 : VII, 303)

17L’orateur ne salue pas la République. Mais son discours de combat contre le cléricalisme amène rituellement le public à l’ovation. Ce n’est que dans un deuxième temps, une fois actée la bonne tenue de la réunion, que l’orateur peut s’autoriser un « vive la République ». Et pourtant, cette acclamation s’inscrit dans l’histoire, parfois rappelée par les orateurs, notamment Louis Blanc, le 24 février 1877 :

(Le gouvernement provisoire de 1848)… lui, du moins, ne tomba point : il se retira librement, volontairement, après avoir remis le pouvoir aux mains des élus du suffrage universel, et pendant que, de toutes les bouches sortait ce grand cri : Vive la République ! (Vive sensation. – Tonnerre d’applaudissements). (Blanc, 1882 : 251)

18Nous retrouvons ce terme de « cri » chez Charles Floquet, le 4 octobre 1877 dans le 11e arrondissement de Paris : « Nous reprendrons le vieux cri de nos pères : vive la nation, la loi, la République ! (Applaudissements et accla­mations. – Cris répétés de : Vive la République !) » (Floquet, 1885 : I, 104). Paul Bert emploie également le terme, le 21 septembre 1879 à Perpignan : « Et nous allons, comme tu y invitais les citoyens de Paris à la fête mémorable du 27 février 48, répéter avec toi le cri populaire : Vive la République ! » (Bert, 1881 : IV, 359). Le terme de « cri », récurrent dans l’évocation de l’héritage révolutionnaire, semble dans ces trois exemples, donner au rituel une dimension de combat. Voilà qui perturbe quelque peu l’objectif affiché de ces rassemblements : faire naître l’homme nouveau, sage, doué de raison et plein de retenue. Conclure un discours ne devrait plus pouvoir se faire par un cri. D’après le sténographe, le public de Louis Blanc semble bien le comprendre puisqu’il se contente d’applaudir. Nous avons donc là un rituel en construction, lequel, par ses hésitations s’inscrit dans cette dizaine d’années de fondation de la Troisième République.

3. Un rituel républicain plein d’émotion

19Au sein de ces rassemblements qui forment rituel, l’effet émotionnel prend une part importante. Il ne s’agit en rien d’analyser un quelconque affect de l’orateur, un trouble au sein d’une argumentation raisonnée, mais bien une construction discursive du pathos à visée persuasive. Victor Hugo par exemple, s’exprime le 16 avril 1876, salle du Château d’Eau à Paris, à propos de l’exposition de Philadelphie, première Exposition universelle or­ga­nisée aux États-Unis, date du centenaire de l’Indépendance signée le 4 juillet 1776. Il est précisé dans la retranscription qu’il s’agit du jour de Pâques.

Vous êtes la vaillante jeunesse de l’humanité nouvelle. La vieillesse a le droit de saluer la jeunesse. Laissez-moi vous saluer. Laissez celui qui s’en va souhaiter la bienvenue à vous qui arrivez (Mouvement). Non, je ne me lasserai pas de vous rendre témoignage. J’ai été dix-neuf ans absent ; j’ai passé ces dix-neuf ans dans l’isolement de la mer, en contemplation devant les héroïques et sublimes spectacles de la nature, et, quand il m’a été donné enfin de revenir dans mon pays, quand je suis sorti de la tempête des flots pour rentrer dans la tempête des hommes, j’ai pu comparer à la grandeur de l’océan devant l’ouragan et le tonnerre la grandeur de Paris devant l’ennemi. (Longs applaudissements). De là mon orgueil quand je suis parmi vous. Hommes de Paris, femmes de Paris, enfants de Paris, soyez glorifiés et remerciés par le solitaire en cheveux blancs. Il a partagé vos épreuves, et dans ses angoisses vos âmes ont secouru son âme ; il vous sert depuis quarante ans, et il est heureux d’user des dernières forces à vous servir encore ; il rend grâce à la destinée qui lui a accordé un moment suprême pour vous seconder et vous défendre, et qui lui a permis de faire pour cela une halte entre l’exil et la tombe. (Profonde sensation. Vive Victor Hugo !) (Hugo, 1968 : 32, 395)

20De Philadelphie, il n’est guère question. Le discours est un hymne à la paix, à la communion entre nations. La Pâque populaire remplace les Pâques chrétiennes. Le pathos se déploie tout d’abord dans la terminologie em­ployée : humanité, civilisation, paix, héroïsme, tempête, épreuves, destinée, pardon… L’ethos discursif de l’orateur, « le solitaire en cheveux blancs » qui fait halte « entre l’exil et la tombe » a vocation à susciter cette émotion pour faire naître la communion entre la « jeunesse » et la « vieillesse », entre un monde ancien qui a contribué à fonder la République et un monde nouveau qui va la faire vivre. L’émotion du public est soulignée par le sténographe.

21D’une autre génération, Eugène Spuller, fait également appel à l’émo­tion. À Seurre par exemple, ville dont il est originaire, il appelle le 23 octobre 1875 à saluer la République à peine fondée, il rappelle que sa génération est entrée en politique dans un contexte de désastres (échec de la Seconde République, coup d’État de Napoléon 3, défaite contre la Prusse en 1870, Gouvernement de Défense Nationale), et que certains n’ont pourtant pas désespéré du suffrage universel : « Où allions-nous, avec ce drapeau du gouvernement du pays par le pays, en appelant ainsi la France à se réveiller et à se ressaisir ? À la République… (Sensation) » (Spuller, 1879 : 7). Puis il explique comment il a connu Léon Gambetta, « un ami bien cher, en qui, depuis longtemps déjà, j’avais mis toutes mes espérances » (Vive sensation. – Applaudissement) (Ibid. : 9). Il rappelle enfin, tous les combats du tribun, ses sacrifices, sa hauteur d’âme, son abnégation et compare la voix de Léon Gambetta à la voix de la France. L’émotion du public est vive aux dires du sténographe. L’orateur la perçoit et s’en empare :

Messieurs, je partage votre émotion. Voulez-vous savoir ce qui nous a soutenus dans ces heures douloureuses. ? Monsieur Gambetta l’a déjà dit et je le redirai après lui : en sortant de Paris de la manière que vous savez (Vive approbation), Monsieur Gambetta avait emporté au plus profond de lui-même l’esprit républicain de cette grande ville de Paris, toujours si patriote, si dévouée à la France… (Ibid. : 15)

22L’argumentation d’Eugène Spuller consiste à insister sur la méthode politique nouvelle créée par Léon Gambetta, dans son interaction avec les différents publics. Cette méthode se fonde sur le rôle des réunions, de la République Française, qui se veut représenter le parti républicain tout entier, dans toutes ces nuances. Les termes employés à la fin du discours sont tous du même registre : conciliation, union, concorde, patience, sagesse. Et c’est sans doute là, que le discours ne va pas de soi. Eugène Spuller avance à pas mesurés. La France devient certes républicaine, mais pas pour autant systé­matiquement « opportuniste ». Une fois la République créée par ses lois constitutionnelles, les divergences ne manquent pas de s’exprimer, à com­mencer par celles qui refusent la constitution bâtarde. Le registre de l’émo­tion ne cherche pas tant ici la connivence, que l’obligation du respect. Même d’éventuels opposants, des républicains plus socialisants, doivent reconnaître le dévouement de Léon Gambetta et d’Eugène Spuller. Et pour sceller cette obligation de respect, le discours se termine sur le registre de l’émotion :

C’est là le mot de la politique à laquelle j’ai dévoué mes efforts ; c’est là mon parti, et ce parti, j’ose le dire, c’est la France, ma patrie, à qui j’ai offert et consacré tout ce que je me sens de force, d’intel­ligence et de vie. (Profond mouvement). (Spuller, 1879 : 29)

23La figure du fidèle « second » de Léon Gambetta, son double, son ombre, celui qui a sacrifié sa vie personnelle, amène l’émotion et entraîne l’adhésion. La place, tout à la fin du discours, de ce rappel insistant de sa totale abnégation est importante : l’ethos discursif d’Eugène Spuller génère cette émotion, ce « savoir de croyance » comme l’analyse Patrick Charaudeau, ce « savoir polarisé autour de valeurs socialement constituées » (Charaudeau, 2000 : 130). Le rituel fonctionne par l’orchestration des émotions du public, la dramaturgie a pour vocation de créer l’identité collective par les émotions partagées (Balazard, 2012 : 132). L’ethos de ces grands leaders s’efface dans une forme d’interaction orateur/public qui s’apparente à une grand’messe républicaine.

24Parfois l’énonciateur se dissocie du locuteur, forme discursive soulignée par le métadiscours, comme par exemple : « le suffrage universel va parler ». On n’est pas loin de la parole divine, de l’alpha et l’oméga du Verbe. Comme nous avons pu le montrer à propos des discours d’autorité, l’effacement de l’énonciateur se marque sur le plan discursif par la personnification du suf­frage universel (la voix auguste de la France) à laquelle participent con­join­tement l’orateur et son public qui approuve et applaudit. Nous sommes là, d’évidence, dans une forme d’interaction qui s’apparente à une véritable communion (Dontenwille-Gerbaud, 2015). Ces rassemblements rituels assu­rent, par leur médiation, l’apprentissage politique. La presse d’opposition ac­cuse par exemple Léon Gambetta de n’être pas en mesure de contenir son émotion, ce qui condamne ainsi la possibilité de le voir en homme d’État res­ponsable. Les Républicains y répondent qu’il existerait une « bonne émo­tion », inspirée et dirigée par une adhésion aux valeurs et institutions de la République (Cossart, 2015 : 188). Elle constituerait même une forme de maïeutique, pour révéler aux auditeurs ce dont ils n’avaient pas encore conscience (Ibid. : 193).

Que sa parole soit éclatante ou modérée, qu’elle commande ou qu’elle prie, qu’elle s’indigne ou qu’elle persifle, elle reste toujours sympathique, et la foule, muette, mais galvanisée, sent passer dans ses veines ce courant magnétique qui transporte et exalte. (Courrier de Saumur, 1872 :1)

25Comment interpréter la retranscription du discours tenu par Léon Gambetta le 28 septembre 1873 à Périgueux ?

C’est ainsi qu’ils ont essayé de troubler l’esprit du peuple, de per­vertir la clairvoyance du paysan, cette création immortelle de la Révolution française. (Applaudissements unanimes) et celle de l’ouvrier, cette autre création de la science moderne appliquée à la conquête de la nature. (Nouveaux applaudissements). Ils sont par­ve­nus seulement à troubler l’esprit bourgeois, qui devait être l’initiateur, le conducteur et le guide de la famille française, en lui faisant renier ses traditions et sa gloire, son génie et ses intérêts, pour le faire se précipiter, tremblant, aux pieds d’un maître !

Ils ne réussiront pas, Messieurs… Mais je ne suis pas ici pour parler de notre politique intérieure, et, une autre fois… (Très bien ! Très bien ! Applaudissements répétés). À ce moment, l’orateur, en proie à une vive et profonde émotion, s’arrête, s’assied un instant, se relève et continue :

Je vous demande pardon, Messieurs. Au milieu de l’émotion qui me gagnait, j’ai oublié ce qu’on ne doit jamais oublier dans des fêtes analogues, c’est Paris et le souvenir de tout ce qu’il a fait pour la France. (Gambetta, 1881 : IV, 77)

26Cette marque d’émotion est-elle voulue, préparée ? Lors de ce ras­sem­blement, la première partie du discours consiste, après une brève introduction sur la nécessité d’une République impersonnelle, à déplorer la suspension du maire de Périgueux par le gouvernement de l’Ordre Moral. Ce passage, qui aurait pu donner lieu à des mouvements de sensation, à un appel à la sensibilité, est au contraire strictement développé sur un registre imper­sonnel. Dans une deuxième partie, Léon Gambetta parle de l’honneur de la France, de la République qui a sauvé cet honneur, de la patrie. Puis il évoque les ennemis de la République, cette meute acharnée. Et là, manifestement, l’émotion l’empêche de continuer. Il se reprend ensuite et termine son discours sur Paris, l’union des départements, et la fraternité. Cette fin de discours, qui permet à Léon Gambetta de se ressaisir, semble préparée avec soin. L’orateur n’hésite pas. Lorsque Léon Gambetta évoque la République, il se trouve sur le registre des principes. Il faut donc rester ferme, face aux malheurs des individus, y compris celui du maire de Périgueux. En revanche, l’amour de la patrie est d’abord un sentiment intime, que chacun doit vivre pleinement. L’émotion peut et doit s’exprimer. La « bonne émotion » fait partie du rituel républicain de formation du citoyen.

27Si nous comptabilisons, pour l’ensemble de notre corpus, les indications des sténographes reproduites par le quotidien La République française : « vive sensation ; sensation prolongée ou profonde ; émotion (profonde, pro­longée, unanime) ; marque d’émotion ou de la plus vive émotion ; émotion profonde et générale », il se dégage quelques grands thèmes qui suscitent systématiquement l’émotion : la mort, le martyre individuel, le patriotisme, l’Alsace-Lorraine, la France meurtrie, trahie, la calomnie et le dénigrement à l’égard du parti républicain, l’agonie de la Révolution française sur le versant négatif, l’union, la paix sur le versant positif.

N’a-t-on pas vu apparaître, sur toute la surface du pays, – et je tiens infiniment à mettre en relief cette génération nouvelle de la démo­cra­tie –, un nouveau personnel politique électoral, un nouveau personnel du suffrage universel ? N’a-t-on pas vu les travailleurs des villes et des campagnes, ce monde du travail à qui appartient l’avenir, faire son entrée dans les affaires politiques ? N’est-ce pas l’avertissement caractéristique que le pays, – après avoir essayé bien des formes de gouvernement –, veut enfin s’adresser à une autre couche sociale pour expérimenter la forme républicaine ? (Oui ! oui ! sensation prolon­gée.) Oui ! je pressens, je sens, j’annonce la venue et la présence, dans la politique, d’une couche sociale nouvelle (Nouveau mouvement) qui est aux affaires depuis tantôt 18 mois, et qui est loin, à coup sûr, d’être inférieure à ses devancières. (Bravos !). (Gambetta, 1881 : III, 101)

28Le registre de l’émotion et le ton prophétique servent ici à plein l’annonce majeure faite par Léon Gambetta à Grenoble, ce 26 septembre 1872, celle d’un changement de personnel politique. L’expression « couche sociale nouvelle » fera date et sera reprise aussitôt dans toute la presse. Le public semble réceptif ou du moins la retranscription sténographiée cherche à le montrer comme tel : le public acquiesce spontanément, il est remué, profondément, les « sensations prolongées » se multiplient. « je pressens, je sens, j’annonce la venue… ». Le ton dramatique s’il en est, apporte subi­tement un poids sensible très lourd à une idée pourtant développée depuis plusieurs mois. Si la presse réactionnaire s’alarme subitement des propos de Léon Gambetta, ce n’est sans doute pas en raison d’une idée déjà ancienne, mais bien par crainte des effets de cette dramaturgie. L’expression de Léon Gambetta fut considérée comme un appel à l’agitation des catégories popu­laires. Le débat s’installe à l’Assemblée. Les propos de Léon Gambetta ne sont d’ailleurs pas du goût de tous les républicains. Jules Ferry par exemple, se plaindra en privé des « intempérances » de son ami (Ferry, 1914 : 174). Nous pouvons l’analyser comme une forme d’entrée dans ce qui deviendra peu à peu un rituel politique, celui des « petites phrases » :

il s’agit de cerner les propriétés formelles, stylistiques, rhétoriques, énonciatives et pragmatiques des segments constitués en « petites phrases ». Ces propositions sont aussi un motif à réfléchir à ce qui produit la remarquabilité d’un énoncé politique dans le contexte des discours médiatiques contemporains. Selon nous, deux ensembles de propriétés peuvent être distinguées : les propriétés sémantiques et formelles d’une part, et les propriétés pragmatiques et argumentatives d’autre part. Chacun d’entre eux concourt à favoriser la transfor­mation d’un énoncé en « petite phrase », identifiée comme telle par les acteurs sociaux (Krieg-Planque, 2011 : 35)

Conclusion

29De façon générale, nous pouvons cependant constater que le nombre de discours qui suscitent des sensations ou des émotions d’après les sténo­gra­phes, baisse au fil des années, de 1875 à 1881. S’agit-il de moindres réactions de la part des publics ou d’une volonté des sténographes et des leaders de ne plus la mentionner dans les transcriptions ? L’historien ne saurait trancher. Une corrélation peut être établie avec ce que l’on s’accorde à nommer habituellement « République installée » mais elle n’est pas si simple à ana­lyser. Un souffle épique semble s’éteindre, de fait. Une nouvelle géné­ra­tion s’est emparée du pouvoir. C’est elle qui, par sa « méthode politique nouvelle », fait naître un autre rapport au discours. Les générations passées réclamaient la Liberté, l’Égalité, la Fraternité. On argumente dès lors à propos du scrutin de liste, de l’élection des sénateurs, des taxes fiscales. Y a-t-il lieu de rechercher une évolution plus large de la sensibilité d’une époque ? C’est ce que laissent entendre des auteurs comme Paul Bénichou, Gérard Genette ou encore Antoine Compagnon.

30Le rituel que nous venons de décrire serait en ce sens exclusivement celui des années fondatrices de la République, entre 1870 et 1889. Peut-on, dès lors, conserver le terme de « rituel » ?

On pourrait donc dire que les rites constituent un système codifié spécifique permettant à des personnes et des groupes d’établir une relation avec une puissance occulte ou un être divin, ou avec leurs substituts surnaturels ou séculiers (idéaux). Mais alors que le code, comme toute convention, peut être plus ou moins aisément modifié, le rite présente un caractère quasiment immuable, à travers de très longues périodes de temps ; et toute atteinte à l’ordre comme au contenu de ses séquences, à son programme minutieux, en dénature le sens et la portée. On retrouve ici ce qui le distinguait d’une simple coutume, la référence à des forces latentes ou à des valeurs insignes ; bref, à un certain « sacré » – notion et domaine complexes qu’il faudra à leur tour définir. (Maisonneuve, 1999 : 11)

31Nous avons bien, dans l’événement discursif qui se déploie entre 1870 et 1899, la volonté d’établir une relation avec une puissance, celle de la nation Une et indivisible, héritière de la grande Révolution et porteuse d’un horizon d’attente. Nous ne pouvons pas, à proprement parler, évoquer un ordre dans les séquences de ces discours, mais la dénomination des publics, la fin des discours, l’utilisation du pathos, les ovations des publics se veulent au service d’un certain « sacré » et ne peuvent s’analyser en simple terme de code ou de coutume. Sans doute faut-il nuancer l’analyse de Jean Maisonneuve sur ce qu’il nomme « la très longue durée » proposée dans un cadre plus ethnologique ou psycho-sociologique qu’historien. Le politique a besoin de rituels, mais le temps du politique s’inscrit dans de courtes durées.

Haut de page

Bibliographie

BERT, P., (1881), Leçons, discours et conférences. Paris : Charpentier.

BLANC, L., (1882), Discours politiques, 1847 – 1881. Paris : Germer-Baillière. Discours et opinions de Jules Ferry, (1893). Paris : Armand Colin (7 volumes).

Discours et plaidoyers politiques de Gambetta. (1881). rassemblés par Joseph Reinach. Paris : Charpentier.

FLOQUET, Ch., (1885), Discours et opinions. rassemblés par Albert Faivre. Paris : Derveaux, (2 volumes).

HUGO, V., (1968), Actes et Paroles, Œuvre complète de Victor Hugo présentée par Jean-Louis Cornuz. Paris : Éditions Rencontre. Volumes 31 et 32.

LAROUSSE, P., (1873), Grand Dictionnaire Universel du XIXe siècle. Paris : Administration du Grand Dictionnaire Universel.

Lettres de Jules Ferry, (1914). Paris : Calmann-Lévy.

SPULLER, E., (1879), Conférences populaires. volume 1. Paris : Dreyfous Éditeur.

SPULLER, E., (1882), Conférences populaires. volume 2. Paris : Charpentier.

BALAZARD, H., (2012/3), « Mobiliser et mettre en scène des “leaders”. Les coulisses des assemblées démocratiques des London Citizens », Participations, 4, 129-153.

CHARAUDEAU, P., (2000), « Une problématisation discursive de l’émotion. À propos des effets de pathémisation à la télévision ». In PLANTIN, C. et alii, Les émotions dans les interactions, Presses Universitaires de Lyon.

COSSART, P., (2010), Le meeting politique. De la délibération à la manifestation (1868-1939). Rennes : PUR.

DELOYE, Y., (2000), « Le charisme contrôlé », Communications, 69, 157-172.

DONTENWILLE-GERBAUD A., (2015), « Typologie des réactions des publics populaires républicains lors des grands meetings politiques, 1871 – 1882 », À la recherche des publics populaires. Nancy : Éditions universitaires de Lorraine.

FEYEL, G., (2007), La presse en France des origines à 1944. Histoire politique et matérielle. Paris : Ellipses, Infocom.

GUILHAUMOU, J., (2006), Discours et événement. L’histoire langagière des concepts. Besançon : Presses Universitaires de Franche-Comté.

KOSELLECK, R., (1979), Le Futur passé : contribution à la sémantique des temps historiques, traduit par Jochen et Marie-Claire Hoock, (1990). Paris : EHESS.

KRIEG-PLANQUE, A., (2011), « Les “petites phrases” : un objet pour l’analyse des discours politiques et médiatiques », Communication et Langages, 168, 23-41.

MAISONNEUVE, J., (1999), Les conduites rituelles, 3e éd. Paris : Presses Universitaires de France, « Que sais-je ? ».

OZOUF, M., (1987), La fête révolutionnaire, 1789 – 1799. Paris, NRF, Gallimard.

PIETTE, A., (2005/3), « Fêtes, spectacles, cérémonies : des jeux de cadres », Hermès, la Revue, 43, 39-46.

RIVIERE, C., (2005/3), « Célébrations et cérémonial de la République », Hermès, la Revue, 43, 23-39.

ROBERT, (2010), Dictionnaire historique de la langue française, Alain Rey (dir.).

ROZENBERG, G., (2001/2), « Magie du rituel, démon de la réflexivité », L’Homme, 198-199, 277-299.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aude Dontenwille-Gerbaud, « Naissance d’un rituel républicain : les discours des « pères fondateurs » devant des publics populaires (1870-1889) », Semen [En ligne], 43 | 2018, mis en ligne le 18 mai 2018, consulté le 17 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/semen/10656

Haut de page

Auteur

Aude Dontenwille-Gerbaud

Université Paris Est Créteil
CEDITEC

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page