Navigation – Plan du site
I. Dossier thématique

Être candidat : la performance du « je » en politique

Beatriz Sanchez

Résumés

Cette proposition se propose de répondre à l’axe « l’émergence du rituel politique, de l’énonciation à son observation » à partir du questionnement suivant : Dans quelle mesure la phrase « je suis candidat-e à l’élection présidentielle » peut-elle être entendue comme un acte performatif et le début d’un rituel républicain ? Cet article souhaite ainsi se concentrer sur la ritualisation du « je » déclarant, sur l’acteur de la déclaration. En effet, connue et attendue, la déclaration de candidature semble aujourd’hui représenter au même titre que les cinq cents signatures, une condition formelle d’éligibilité. Sans elle, sans ce passage public obligé, il ne peut y avoir de candidat. Il faut donc impérativement se dire en République. Il s’agit donc d’analyser le rituel électoral de la déclaration de candidature sous l’angle de la per­formativité et d’observer les dispositifs médiatiques, les rituels politiques, les codes qui confèrent à une figure publique une légitimité et un pouvoir grâce à sa parole.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1« Je suis candidat(e) à l’élection présidentielle ». À peine prononcée, cette phrase déclenche un véritable étourdissement. Devenue un genre de l’expression politique contemporaine, la déclaration de candidature est un événement médiatique pour celui qui l’énonce, pour ceux qui la reçoivent et pour le bon fonctionnement de la vie démocratique. Acte volontaire, la dé­claration est un moment de mise en relation qui autorise le jeu sur la scène médiatique. La déclaration de candidature est également et surtout un rituel électoral, et c’est précisément ce que nous souhaitons présenter ici. On constate, en effet, qu’une déclaration politique est réussie dès lors qu’elle s’ancre dans un rituel républicain et médiatique. Afin d’être efficace au sens du philosophe John Austin (1991), la déclaration de candidature doit donc suivre certaines « règles ».

2Une déclaration politique, ne peut être isolée mais doit s’entendre selon le contexte qui l’entoure. Elle dépend de pratiques langagières dans lesquelles elle s’inscrit, de références culturelles et discursives, des médias qui l’hébergent et qui lui permettent une visibilité importante.

3Une interrogation principale se pose alors : dans quelle mesure la phrase « je suis candidat(e) à l’élection présidentielle » peut-elle être enten­due comme un acte performatif et le début d’un récit démocratique ? Dans quelle mesure cette phrase fait-elle partie du rituel républicain ?

4En nous référant au principe de performativité développé par J. Austin et en observant une ritualisation du « je » déclarant, nous souhaitons questionner la parole politique, les dispositifs médiatiques, les rituels et les codes qui confèrent une légitimité à une figure publique.

1. Récit et temporalité de la déclaration de candidature

1.1. Corpus et méthode

5Nous proposons ici d’interroger la déclaration dans son sens politique, son existence et sa portée sociale, et plus particulièrement la valeur perfor­mative d’une déclaration. On ne s’intéressera pas aux conséquences de la déclaration de candidature (du point de vue de sa réception) mais à son ancrage dans un rituel politique et médiatique. Le rituel politique est perçu comme une monstration, une exhibition de signes qui produisent du sens pour une communauté. Nous le considérons comme un système de com­mu­ni­cation entre les individus. En effet, grâce au rituel nous formons des communautés qui partagent les mêmes codes. Nous tâcherons ici de voir l’acte de parole comme une action prise dans un dispositif ritualisé de com­munication. L’acte de parole ne doit alors pas nécessairement engendrer une action mais il est action sur le moment et dans un contexte particulier. Nous entendons donc la déclaration de candidature comme un rituel perfor­matif. C’est en énonçant la phrase dans des lieux consacrés et médiatisés que s’accomplit le rituel politique de la campagne présidentielle.

6Le concept de performativité, déjà abordé dans de nombreux travaux (des actes performatifs d’Austin, 1991, de Searle, 2009, à la construction du genre de Butler, 2008), est à comprendre ici selon deux critères. Il désigne premièrement un acte. Parler ne se réduit pas à représenter ou à définir mais à agir. Par le langage, nous pouvons agir sur autrui et modifier un état des choses. La performativité désigne ensuite ce par quoi la performance est possible (d’un point de vue matériel et/ou symbolique). Elle est l’accom­plissement d’un acte dans un contexte précis. Faite d’actions qui se montrent, la performativité privilégie l’extériorité. Ainsi « performer », c’est montrer le « faire ». « Performer », c’est montrer le jeu de scène, c’est « faire » le rituel. La performativité du rituel réside donc ici dans l’exé­cu­tion d’une mise en scène, et dans la mise en spectacle codifiée de la parole politique.

  • 1 Le corpus est composé des déclarations de candidature de Charles de Gaulle en 1965, Valéry Giscard (...)

7Nous nous appuyons pour cette analyse sur un corpus de cinq déclara­tions de candidature1 qui ont été sélectionnées selon deux critères : celui de la chronologie de la Vème République et celui de l’exemplarité. Chacune représente une façon de se déclarer candidat en France et chacune permet d’observer une performance. C’est pourquoi nous considérons qu’une certaine exemplarité nous autorise à dessiner certaines tendances et manières de construire le rituel politique de la déclaration de candidature.

8Ainsi, les objets présentés ici ne prétendent pas à une exhaustivité mais proposent une écriture médiatique récurrente du rituel de la déclaration de candidature. Les déclarations choisies sont également celles de candidats présents au second tour de l’élection présidentielle et qui sont devenus présidents.

9Nous verrons comment les médias, au cœur du dispositif énonciatif, rendent légitime la parole du candidat en tant que lieux qui autorisent la déclaration de candidature. En effet, le dispositif électoral ne peut s’enten­dre aujourd’hui sans les médias, car ce sont eux qui recueillent les discours, les configurent et les rendent visibles. Ils sont des plateformes de relais et d’annonce officielle. Ils nourrissent les imaginaires et construisent des symboles.

1.2. La mise en récit performative du rituel de la déclaration

  • 2 Officielle dans le sens ici de mise en visibilité publique et non administrative.

10Rapidement relayée par différents médias, la déclaration de candi­da­ture marque une rupture dans l’ordre des choses. Il s’agit là d’un moment important et unique de la vie politique et sociale, qu’il convient de réussir. C’est une entrée en scène qui suppose, pour le candidat, à la manière d’un acteur de théâtre, d’endosser le rôle de futur chef d’État. Il convient alors de se présenter aux autres comme un personnage d’un récit en train de se vivre. Il faut se dire en public et il faut ancrer sa parole dans un rituel médiatique. La déclaration de candidature constitue aujourd’hui la première étape officielle2 de l’entrée en campagne électorale. Passage obligé dans l’officia­lisation, la déclaration de candidature semble être le début d’un récit. Cette conception de la déclaration comme amorce d’un récit pourrait être toutefois contredite. En effet, on pourrait considérer qu’il existe d’autres débuts à ce grand récit comme l’obtention des cinq cents signatures, ou encore la publication des professions de foi. En dépit de ces débuts possi­bles, la déclaration de candidature est de plus en plus considérée par les médias et les acteurs politiques comme l’entrée officielle en campagne. On constate ainsi que la performativité et la performance d’une déclaration politique permettent sa ritualisation. C’est en mettant en scène l’acte de la déclaration de candidature, en répétant certains mots et en faisant usage de certains symboles que l’on accomplit un rituel. C’est parce qu’elle s’énonce en respectant certaines étapes et certaines formes que la déclaration peut être observée en tant que construction rituelle républicaine.

  • 3 Cette notion fait ici référence aux « conditions de félicité » du performatif évoquées par J. Austi (...)

11Lors d’une campagne présidentielle, le moment de l’annonce devient essentiel car il marque, nous l’avons évoqué, une rupture. En effet, tout le dispositif encadrant la déclaration fait écho à cette interruption, à cet épisode particulier. La scénographie, les références convoquées, le ton et les mots employés signifient un temps fort dans la chronologie républicaine et plus précisément dans le calendrier électoral. En accomplissant le rituel de la déclaration, les acteurs politiques et médiatiques instaurent une nouvelle réalité sociale. Car c’est en prononçant – dans un contexte particulier3 – les paroles consacrées « je suis candidat(e) à l’élection présidentielle » que l’énonciateur se transforme en prétendant au poste de chef de l’État. Celui qui parle subit ainsi au moment de l’énonciation une métamorphose : d’individu, il devient candidat. La déclaration nous apparaît alors comme un rite de passage qui permet de mettre en évidence les changements de la société ; les protagonistes modifient leur statut social et définissent une temporalité : il y a un avant et un après la déclaration de candidature. La phrase une fois énoncée, modifie notre regard sur l’énonciateur et sur son discours. Cette notion de rupture nous permet de voir dans la déclaration de candidature le début d’une mise en récit. Nous empruntons le concept de mise en récit aux travaux de Paul Ricœur.

12Grâce à la triple mimésis (qui hérite elle-même de la Poétique d’Aristote), le philosophe P. Ricœur nous dit la nécessité pour l’Homme de configurer et de reconfigurer sans cesse le réel à travers la narration (1983). L’auteur nous invite à penser la mise en récit comme indissociable de l’activité humaine. P. Ricœur estime ainsi que pour se saisir de ce qui nous entoure, de notre réalité et donc pour communiquer, nous avons besoin de raconter et d’ordonner le réel. Il écrit à ce propos : « le temps devient humain dans la mesure seulement où il est articulé de manière narrative. » (1983 : 85). Afin d’appréhender notre monde, nous devons tisser un schéma narratif composé d’un début, d’un milieu et d’une fin. Nous avons donc besoin de repères (spatiaux et temporels) pour saisir notre réel et le com­prendre. Sans cet ajustement au monde, il nous est difficile de communi­quer. Toutefois, les repères ne sont pas suffisants à l’articulation d’une histoire. Le repère temporel, par exemple, doit être complété par des acteurs d’un récit et une « mise en intrigue » (Ibid.) selon l’expression de P. Ricœur. Cette mise en intrigue est celle qui permet au récit de s’achemi­ner vers sa fin grâce à un principe de causalité. Une action mène à une autre et ainsi de suite jusqu’à achever l’histoire. Nos narrations seraient ainsi guidées et orientées en vue de leurs fins.

13Dans le cas d’une déclaration de candidature, nous pouvons observer que l’écriture médiatique participe au rituel. En effet, les médias afin de raconter les événements de notre société, d’être des traducteurs du monde, s’appuient sur le schéma narratif du récit tel que décrit par P. Ricœur. Ainsi, la phrase « Je suis candidat à l’élection présidentielle » peut être perçue comme le début d’un récit car c’est elle qui amorce médiatiquement la narration de la campagne électorale. La phrase est donc un marqueur temporel qui procède d’une co-construction entre les médias et le public. En effet, cette phrase est une habitude sociale ritualisée. Cela signifie que lors­que nous l’entendons ou la voyons, nous reconnaissons en elle les signes d’une mise en récit. Nous acceptons ce code de communication. Cette phrase est donc doublement performative : elle est une action sur le moment, car elle modifie le statut social de celui qui parle au moment même où il l’énonce, et elle montre une performance du rituel. Les paroles prononcées lors de l’accomplissement du rituel contribuent ainsi à l’instau­ration d’une nouvelle réalité sociale. Le récit de la déclaration de candida­ture met en scène le pouvoir républicain. La mise en récit de la déclaration en accomplissant publiquement les étapes du rituel fait vivre le rituel et les signes qui l’accompagnent. Il y a donc dans la mise en récit une véritable performativité du langage et du rituel politique car l’action par la parole et les mises en scènes semblent faire partie d’un même processus. Nous proposons d’observer pour la suite de cette réflexion sur la mise en récit, la déclaration de Nicolas Sarkozy en 2012, afin d’illustrer plus précisément l’aspect narratif de la déclaration de candidature.

1.3. « Oui, je suis candidat à l’élection présidentielle »4 : l’entrée en campagne de Nicolas Sarkozy

  • 4 Phrase prononcée par Nicolas Sarkozy le 15 février 2012 sur le plateau du 20h de TF1.

14Suite à l’intervention de N. Sarkozy sur TF1, de nombreux tweets ont été publiés par des acteurs de la vie politique, tous affirmant, sans détour, le commencement de la campagne. Xavier Bertrand écrivait sur Twitter : « Bonsoir à tous ! @nicolassarkozy est candidat. La campagne commence ! La dynamique est maintenant lancée, en route pour la victoire ! ». Cette déclaration sur une déclaration paraît performative. En effet, c’est à partir de l’annonce de N. Sarkozy que la campagne débute et qu’elle prend vie dans ce tweet. Cet extrait témoigne qu’une déclaration a le pouvoir d’être non seulement un début de récit mais aussi une action. À partir d’elle et des mots qui la font naître, on fait une campagne électorale. Nous employons le verbe « faire » car elle n’est plus une simple description de la réalité ou une constatation. Ainsi, lorsque le candidat prend la parole, le récit s’enclenche en vue d’une élection et se déroule afin d’aboutir à une fin déjà connue : la désignation d’un nouveau président. Cette grande histoire est également répétitive, ce qui participe à la ritualisation. Nous connaissons les étapes, les codes et les mots à dire et, malgré la connaissance que nous avons du dé­roulement du récit, nous suivons cette histoire comme une série à suspense. Il faut donc que la campagne électorale devienne un récit rituel afin d’intéresser et d’être intelligible par les individus. Outre le fait qu’elle est un moment de monstration de soi et de présentation d’un projet politique, elle est avant tout un repère narratif. De plus en plus travaillée afin de marquer de façon forte l’entrée en campagne, la déclaration est au moment même où elle s’énonce, une configuration du réel.

15Dans le cas de l’intervention de N. Sarkozy, nous pouvons également noter une autre forme de construction du récit. En effet, on peut observer que le dispositif du journal télévisé lui-même opère une configuration du discours de manière quasi simultanée.

16TF1 réorganise, agence et propose très rapidement une mise en récit ritualisée au moment même où N. Sarkozy se déclare. Ainsi, pendant que le président – désormais candidat – parle, la rédaction projette sur les écrans et entre guillemets les éléments du discours à retenir. Les mots qui viennent à peine d’être énoncés en direct s’affichent en grand sous nos yeux. Occupant une assez grande partie de l’écran, les phrases se muent en photographies, comme des images médiatiques à retenir. Ainsi, la phrase : « oui, je suis candidat à l’élection présidentielle » se trouve élevée au statut de texte historique. TF1, véritable logographe, fabrique ainsi devant nous la con­fi­guration d’un récit, d’une reprise des mots du candidat. L’histoire s’écrit pratiquement en même temps qu’elle s’énonce. Soucieuse de sa mise en ordre du réel, la chaîne projette les citations entre guillemets et le nom de N. Sarkozy au bas signifiant ainsi que ces énoncés ne sont pas de la responsabilité de TF1. Cette manière d’écrire la déclaration transforme la parole en image et fait du candidat déclaré un personnage actif d’une histoire. TF1 organise un récit de campagne et « distribue » l’autorité de la parole à partir de la déclaration de candidature.

17La configuration narrative proposée par la chaîne s’observe grâce au dispositif scénographique et énonciatif. Le président-candidat fait face à sa déclaration et à la responsabilité de ses propos. Il y a donc ici un méta-discours fabriqué par TF1 qui s’agence autour de, et grâce, à la déclaration. Il y a également un double récit : celui de N. Sarkozy, de sa candidature et de sa vision de la France mais également celui de la chaîne, qui elle, propose un début de récit de campagne électorale. De même, on peut observer dans ce dispositif une mise en abyme du regard. Les phrases projetées à l’écran sont elles-mêmes insérées dans un autre écran : celui de notre poste de télévision. Il s’agit donc là d’une configuration du réel, d’une mise en ordre de l’événement. On remarque ainsi que l’écran n’est plus uniquement occupé par le candidat mais qu’il est avec la journaliste, comme il est avec nous. Le regard de la caméra semble placer le téléspectateur au même niveau que les deux personnages à l’écran. Le dispositif filmique nous immerge alors dans l’action et dans la co-présence. La citation projetée à l’arrière de la journaliste « J’irai à la rencontre des Français » vient également construire le récit et renforcer le propos. Mise en exergue par TF1, la phrase dont le verbe est au futur, participe à ce récit en train de se faire. Il y aura donc un autre épisode à cette déclaration. N. Sarkozy aujourd’hui se déclare, demain, il sera avec nous. Par sa déclaration, par sa présence et par l’histoire énoncée dans une quasi-simultanéité par la chaîne, le candidat nous semble déjà en communion avec les Français. La décla­ra­tion de candidature agit donc ici à la fois comme un acte de parole et une introduction narrative à la campagne présidentielle. Après avoir prononcé certains mots, N. Sarkozy a changé son statut, son rôle et son image. Une nouvelle histoire peut commencer, avec lui dans le rôle de prétendant au plus haut poste de la République.

18Toutefois, la déclaration n’est pas qu’une construction narrative qui se performe uniquement sur le plateau d’un journal télévisé. Elle est un objet qui s’exhibe sur différentes scènes médiatiques. Le rituel du récit de la déclaration ne suppose alors pas un seul lieu ni une seule manière de s’énon­cer. Le candidat, « je » déclarant, se dit également dans d’autres espaces consacrés.

2. Les lieux de la déclaration de candidature

19À la fois début de récit, moment de monstration et acte de parole, la déclaration de candidature apparaît comme un objet riche de symboles et de références. Protéiforme, elle hérite des déclarations du passé, s’adapte aux nouveaux supports médiatiques et circule dans le pays avec facilité et rapi­dité. Au cours des années, on peut remarquer des « tendances » dans la manière de se déclarer candidat publiquement. En effet, la déclaration de candidature, malgré ses libertés et ses contenus chaque fois plus hétéro­gènes, respecte certaines règles. La déclaration performe ainsi un rituel po­li­tique car, comme nous l’avons dit précédemment, c’est en se mettant en scène et en se déclarant que les candidats accomplissent une action rituelle.

20De fait, on observe que les acteurs de la déclaration acceptent de s’ins­taller au sein d’un dispositif médiatique afin de performer leur parole. Face aux médias, aux nombreuses caméras et aux journalistes, ils entrent dans le jeu du rituel où chaque mot et symbole fait sens. La participation des pré­tendants à la présidence est donc essentielle. Sans eux, la déclaration de candidature et le rituel politique se trouveraient privés de leurs person­nages principaux. La déclaration de candidature, outre sa dimension tempo­relle, s’observe également dans sa spatialité. Non dépourvue de lieux institu­tionnels et médiatiques, l’annonce des candidats se performe dans certains lieux.

21Les corpus qui vont suivre nous permettent d’apercevoir les territoires de la déclaration de candidature. Chacun témoigne de l’importance du con­texte spatial lors d’un discours politique. Les lieux déclaratifs que nous allons aborder se présentent tous comme des scènes médiatiques, comme des espaces en interaction avec des publics. Toutefois, ils ne sont pas tous institutionnels (au sens ici d’étatique). Certains appartiennent à des univers exclusivement médiatiques. Malgré les transformations et évolutions du média télévisuel au fur et à mesure des années (de l’ORTF à la télévision numérique), c’est encore à travers la télévision que l’on assiste aux grandes mises en scène et à la dramatisation de la parole. La télévision favorise également le rituel de l’échange. En effet, à travers la caméra, le candidat nous regarde et nous l’observons. Ce jeu de miroir symbolique relève de la représentation politique. Sans être avec moi physiquement, le candidat s’adresse néanmoins à moi en me regardant droit dans les yeux. Il nous voit. Nous le voyons. Nous sommes alors en co-présence. Ce dispositif de jeu de regards rend possible « l’ancrage du discours dans le réel » selon l’expres­sion d’Eliseo Veron (1986). À travers mon poste de télévision, je suis en contact avec celui qui me parle. L’énonciateur/candidat « regarde l’œil vide de la caméra, ce qui fait que moi, téléspectateur, je me sens regardé : il est là, je le vois, il me parle » (Ibid. : 78). C’est par ce dispositif d’énonciation que peut se mettre en place une stratégie de captation du téléspectateur par celui qui parle. Le média télévisuel est donc essentiel car il met en relief le rituel de la déclaration de candidature de manière beaucoup plus évidente qu’un média écrit. C’est grâce à la télévision que l’on observe les étapes et mots qui constituent le rituel de la déclaration. C’est également le média qui révèle l’utilisation de certains territoires qui accueillent la parole décla­rative. Les lieux de notre corpus sont ainsi reconnaissables et présentent tous des signes d’une mise en spectacle médiatique de la figure du candidat.

2.1. « L’expression directe »

22En 1965, Charles de Gaulle nous regarde « les yeux dans les yeux ». Face à la caméra dans un espace clos, le président performe une déclaration de candidature très solennelle sur l’unique chaîne de télévision, l’ORTF. Sans journalistes visibles, ni public, sans applaudissements, le président-candidat semble seul face à nous. Grâce à cette écriture de la déclaration de candidature, Ch. de Gaulle se situe en dehors du spectaculaire pour laisser place à une parole magistrale, légitime et solennelle. L’écriteau noir précé­dant son intervention renforce le sentiment d’un moment important. « Le Général de Gaulle, président de la République, vous parle », peut-on lire sur les écrans. Il va bientôt apparaître, pour nous dire quelque chose. Lui, le Général et le Président. Celui qui a déjà le pouvoir d’une parole institu­tion­nelle. L’instant est unique. Cet écriteau, choisi par l’ORTF, est donc une annonce quasi austinienne qui viendrait nous affirmer que la parole de Ch. de Gaulle est un moment fort de la République. Il y a dans ce « vous parle », une forme de discours qui nous dirait « nous allons partager un moment qui va changer notre histoire commune ». Ch. de Gaulle apparaît enfin et s’exprime depuis son bureau du palais de l’Élysée. Inscrit dans sa fonction présidentielle, le président va se dévoiler aux Français avec gravité. La diction est lente et précise. L’homme qui se déclare ne semble pas suggérer aux citoyens une quelconque distinction entre le président et le candidat. Il est ici souverain dans son rôle et dans son discours. Ainsi, tout le dispositif qui encadre Ch. de Gaulle fait écho à la proposition de conti­nuité faite par le candidat. Installé dans son siège, le Général de Gaulle performe une déclaration qui ressemble plus à un avertissement qu’à un jeu de séduction. Avec ses poings fermés, le candidat martèle les phrases de ses mains et c’est toute sa gestuelle qui semble accompagner la performance du verbe. Cette façon de se déclarer semble aujourd’hui avoir vieilli. Trop classique, trop souveraine, elle renvoie une image d’un candidat peu accessible, peu proche des citoyens. Enfermé dans son bureau, Ch. de Gaulle se présente davantage en tant que président que candidat. Le choix du lieu est néanmoins fondamental. Il renforce l’aspect solennel du discours et ancre la parole du candidat dans une rhétorique politique forte. Entouré de signes républicains et institutionnels, Ch. de Gaulle fait sa déclaration dans un espace qui semble dédié aux annonces officielles étatiques. Le bureau présidentiel s’offre à nous comme l’un des lieux consacrés au rituel politique. Un lieu « habitué » à la performance de certains mots et rites politiques. Ce moment de déclaration fait écho à un cérémonial chargé de symboles et d’histoire qui vise à légitimer le président-candidat. Ch. de Gaulle se met alors en scène et instaure un ordre et une hiérarchie en définis­sant son rapport à autrui. Le président, par le rituel, vient s’affirmer en tant que père légitime de la nation. Il ne se contente pas de réciter un discours d’apparition ou de représentation. Il construit son image et il réalise un véritable acte performatif et politique.

2.2. L’intervention lors d’un journal télévisé

23La stratégie d’annonce lors d’un journal télévisé est simple et efficace, elle vise à toucher une part importante de la population grâce aux audiences réalisées par le programme. Espace d’expression politique, le journal télé­visé permet notamment au candidat d’éviter le dispositif pressant d’une déclaration seul face à une caméra. Annoncée en une, la déclaration de can­didature se présente comme un événement que l’on attend. Ici, pas de monologue austère mais un double rendez-vous. Celui d’un candidat avec le journaliste et celui d’un candidat avec les téléspectateurs. Ce type de décla­ration se présente alors comme une rencontre proposée hors des cadres institutionnels du pouvoir.

24Face au candidat, le journaliste semble se métamorphoser, le temps de l’intervention, en un véritable porte-parole des Français. C’est lui qui interroge, qui coupe la parole et qui demande des explications à l’homme politique. Ainsi, cette forme de déclaration se construit autour d’un jeu de questions-réponses dynamique. Cela permet au candidat de dévoiler les points essentiels de son programme et cela permet également de performer une simulation de conversation ou de confrontation. Le candidat sur le plateau nous paraît disposé à répondre à nos questions.

25N. Sarkozy, nous l’avons vu, avait justement choisi en 2012 de se déclarer sur le plateau de TF1 à 20 heures face à la journaliste Laurence Ferrari. Toutefois, cette manière de se dire et de se présenter aux Français n’est pas une exception dans l’histoire des déclarations de candidature. Quelques années auparavant, François Mitterrand avait lui aussi eu recours à ce dispositif. Le rôle de président-candidat de N. Sarkozy, sa réponse à la question de la journaliste font parfaitement écho à la déclaration de candidature proposée par le candidat socialiste en 1988. Les deux annonces semblent répéter un même schéma narratif, elles performent un même rituel.

26C’est sur le plateau du 20 heures d’Antenne 2 le 22 mars 1988 que F. Mitterrand décide de se déclarer candidat. Lui aussi performe sa décla­ra­tion de façon tardive. Si le dispositif du journal télévisé est commun à N. Sarkozy et à F. Mitterrand, la manière de dire est quant à elle, différente. Interrogé de façon directe sur ses intentions futures par le journaliste Henri Sannier, F. Mitterrand confirme qu’il est à nouveau candidat en répondant par un simple « oui », tout en faisant un mouvement de tête qui ressemble à un « non ». Cette situation d’interaction est très particulière car elle met en scène un président-candidat qui refuse d’entrer dans le détail des questions, qui répond rapidement et qui marque de longs moments de silence dans son discours. La déclaration de F. Mitterrand semble presque « spontanée ». Ses réponses courtes mais affirmées donnent le sentiment d’avoir été formulées « sur l’instant » et suggèrent l’évidence de la candidature. Le style proposé par F. Mitterrand est efficace. Là, face aux deux journalistes Henri Sannier et Paul Amar, face à de nombreux téléspectateurs et entouré d’un dispositif médiatique, il devient candidat tout en réaffirmant son statut de président de la République. La performance de F. Mitterrand en 1988 propose une énonciation de la parole politique encore très actuelle.

2.3. La conférence de presse

27Avec la conférence de presse, le dispositif de la déclaration de candi­dature change encore pour se rapprocher un peu plus d’un public citoyen. Loin des murs de l’Élysée ou du format séquentiel du journal télévisé, la conférence de presse permet de se déclarer face à plusieurs journalistes et caméras. Face à un public physiquement présent elle semble donc offrir une plus grande dynamique à la parole déclarative. Deux candidats aux élec­tions présidentielles, devenus par la suite présidents de la République, ont choisi ce cadre comme lieu d’expression. Valéry Giscard d’Estaing, en 1974 se déclare ainsi depuis la mairie de Chamalières lors d’une conférence de presse. Sa parole n’est pas rattachée à la seule ville de Paris. Elle circule dans le pays et elle renforce la volonté émise par le candidat de « regarder la France au fond des yeux ». Ainsi, le candidat V. Giscard d’Estaing marque une réelle rupture avec la tradition de la déclaration dans un lieu de la capitale. Paris n’est plus la seule scène du pouvoir. Les lieux consacrés évoluent et s’adaptent à de nouveaux espaces. Bien qu’éloignées de Paris, ces scènes déclaratives conservent toute leur dimension rituelle. Jacques Chirac en 2002 a lui aussi déclaré sa candidature lors d’une conférence de presse. Le président est en Avignon où il doit inaugurer une gare. Toutefois, il semble profiter de ce déplacement pour performer une déclaration « surprise », lâchée face aux personnes présentes par « inadvertance ». La stratégie adoptée par J. Chirac est donc celle de la spontanéité et du naturel. Ici, la déclaration paraît à peine préparée et fait suite à une question posée par la maire de la ville. J. Chirac apparaît alors comme un homme proche du peuple, détaché des lourdeurs protocolaires et surtout sincère. Sa main levée, geste amical et son large sourire, attestent d’une ouverture au peuple. Toutefois, la mise en scène est évidente et la construction du « naturel » est une réponse à une cote de popularité qui s’effrite depuis quelque temps. J. Chirac se présente alors à la foule et au peuple comme un homme qui répond systématiquement aux questions posées, sans détours et sans se cacher.

28Ces différents exemples témoignent de l’existence de lieux rituels de la parole politique ainsi que d’une dramatisation de la déclaration de candi­dature. En effet, prise dans le dispositif médiatique, la télévision devient le lieu privilégié de la théâtralisation de la démocratie et de la parole répu­bli­caine. Constituée de symboles et d’artifices, la déclaration de candidature s’apparente à un récit à suspens codifié qu’il convient de performer au sein de certains espaces publics.

29Il est cependant important de noter que les territoires de la déclaration abordés précédemment ne sont pas les seuls à servir de cadre à la décla­ra­tion de candidature. Il existe d’autres lieux et manières de se déclarer candi­dat. Le recours à un fax, à un porte-parole, la publication d’un livre ou la presse écrite sont autant de façons de se dire candidat à l’élection prési­den­tielle. Bien que légitimes, ces formes d’annonces non télévisées nous semblent moins intéressantes du point de vue du rituel et de la perfor­mativité. En effet, dénuées d’images en mouvement, de gestes et de sym­bo­les visibles, ces modalités déclaratives ne proposent pas autant que la télévision, d’incarnation du rituel républicain. Les lieux médiatiques évo­qués plus haut reflètent une performance du rituel et une performativité de la déclaration. La télévision devient donc un média nécessaire à la cam­pagne électorale car elle offre des dispositifs qui permettent la performance des individus, elle devient le lieu qui fabrique et montre la cérémonie rituelle de la déclaration de candidature. Ainsi, la parole politique doit être prise dans le jeu de la mise en scène et de la représentation afin de se dire avec succès. Le discours doit être inséré dans des cadres sociaux et culturels pour être partagé, entendu et compris. Il ne peut se dévoiler sans l’aide d’un dispositif médiatique et d’un rituel.

3. Rhétorique du rituel politique médiatique

3.1. Répétitions et différences du rituel de la déclaration de candidature

30Le rituel politique de la déclaration, nous l’avons vu, repose en partie sur le principe de répétition. Afin de « faire », afin d’être performatif, le rituel doit donc suivre certaines étapes dans un ordre narratif précis. Pour (s’) accomplir, le rituel doit répéter certains actes, mots et phrases. La répétition nous permet de reconnaître le rituel et de prendre des repères. Toutefois, quelque chose pourrait sembler paradoxal dans l’exploration du rituel de la déclaration de candidature. En effet, le rituel performatif politique est ici évoqué dans une pluralité des modalités d’expression, de lieux, de médias, de manières de se dire. Il apparaît bien, à la lecture du corpus, qu’il existe pour ce moment déclaratif de nombreux contextes d’énonciation : sur un plateau de journal télévisé, depuis une mairie de province ou depuis l’élysée, les candidats choisissent plusieurs espaces afin d’accomplir des actes discursifs médiatiques. L’accumulation des lieux dédiés à la déclaration de candidature pourrait sembler contraire à la défi­ni­tion du rituel qui repose sur la répétition et sur la performance d’un schéma narratif. Toutefois, tous ces espaces sont connus du public et sont encore aujourd’hui utilisés afin de recevoir et de performer la parole politique ritualisée.

31Outre les lieux, on peut également observer que le statut du locuteur n’est pas toujours le même. Lui aussi varie en fonction des campagnes élec­to­rales et évolue. En effet, le « je » déclarant n’est pas toujours investi du même ethos. Ainsi, les candidats à l’élection présidentielle ne se déclarent pas avec la même légitimité et n’utilisent pas la même rhétorique. Certains, comme Ch. de Gaulle ou N. Sarkozy sont, lors de leur prise de parole, présidents de la République et se déclarent pour poursuivre une politique menée depuis plusieurs années. L’argument mis en avant est celui de l’expérience. D’autres candidats en revanche se déclarent sans jamais avoir fait partie d’un gouvernement. Leurs stratégies discursives et/ou énoncia­tives sont alors sensiblement différentes. Ne pouvant s’appuyer sur un statut de chef de l’état, ils développent des ethos de crédibilité et font valoir leur sincérité lors de la déclaration de candidature. Les candidats qui ne briguent pas de second mandat font ainsi appel à la rupture, au changement et au renouveau. Les manières de construire, à l’aide du discours, une image de soi capable de convaincre l’auditoire sont donc elles aussi plurielles. Chaque locuteur met en avant des qualités et des arguments divers afin de se déclarer apte à la fonction présidentielle. La diversité des territoires de la déclaration et des configurations énonciatives pourrait alors être perçue comme un frein à l’analyse du rituel politique.

32Cependant, cette pluralité est en réalité l’un de ses éléments cons­ti­tutifs essentiels. En effet, la répétition propre au processus rituel suppose également la différence. Le rituel de la déclaration est un rituel car il reproduit une mise en scène. Toutefois, la scénarisation n’empêche pas une évolution. Le rituel n’est jamais reproduit à l’identique et ne suppose pas une immutabilité : ses symboles, signes et codes évoluent au fur et à mesure des années. Ainsi, le rituel déclaratif hérite d’une généalogie de déclarations de candidature et ce que nous reconnaissons réside dans une symbolisation culturelle, dans une communication sociale et dans ce que nous nommons ici, des invariants. Nous pouvons en effet remarquer que le rituel de la dé­claration se compose de certaines caractéristiques indispensables. Il y a toujours lors de la performance déclarative, une prise de parole publique, une présentation de soi (la monstration d’un éthos énonciatif), des pro­mes­ses républicaines, une volonté d’agir pour la France et la présence des médias. Les candidats à l’élection présidentielle témoignent également d’une argumentation similaire : tous sont passionnés, déterminés et prêts à se sacrifier symboliquement pour le pays.

33Ces critères, malgré quelques évolutions, sont permanents et font vivre le rituel de la parole politique. C’est en les répétant que l’on construit un socle identifiable par un public. Ces éléments sont donc des invariants, ils doivent être présents afin d’autoriser une performance du rituel de la déclaration. Les candidats partagent également une même intentionnalité, à savoir, être chef de l’état.

34Lors de l’intervention du média télévisuel, la déclaration de candi­da­ture joue également sur la répétition grâce à une écriture filmique ritualisée. La façade de l’Élysée filmée, les candidats en plan rapproché, les formules d’adresse (« mes chers compatriotes »), les applaudissements, les cris « Président ! », le micro, les journalistes, les lieux connotés de la République, sont autant de marqueurs d’une énonciation ritualisée. La performance rituelle de la déclaration s’opère ainsi par le biais du lexique, de l’énon­ciation, du discours mais également grâce à une énonciation filmique et à une monstration des corps. On observe une manière codifiée de se tenir, de s’habiller et de s’exprimer face aux caméras car nous com­mu­niquons par le langage mais aussi par le corps.

35Si l’écriture filmique est très précise, elle révèle elle aussi quelques dissemblances. Le rituel ne repose ainsi pas uniquement sur la répétition. Les différences que nous pouvons observer sont dues à des évolutions culturelles, sociales et historiques. En effet, la manière de faire le récit de la déclaration de candidature ne peut être en 2012 identique à celle de 1965 car le contexte change ainsi que la manière de « faire sens » auprès d’une communauté. Il faut donc une contemporanéité des codes afin de faire perdurer le rituel et de le rendre performatif. Le rituel politique de la décla­ration de candidature oscille donc entre permanences et évolutions. Cet aperçu nous permet toutefois d’affirmer que pour exister le rituel a besoin de trois composants essentiels : les candidats, le public et les médias. Sans ces instances, riches et variées, le rituel politique de la déclaration de candi­dature ne peut se performer.

Conclusion

36Se dire candidat n’est pas chose aisée. Nous l’avons vu, la parole poli­ti­que doit être prise dans le jeu de la mise en scène et de la représentation afin de se dire avec succès. Le discours ne peut se dévoiler sans l’aide d’un dispositif médiatique qui participe au rituel. Ainsi, il y a une forme « d’hospitalité » des médias sans qui les déclarations sont sans récits, sans images ni réactivation. Ce sont eux qui accueillent les discours, qui les hébergent et les font circuler afin de construire le rituel politique de la déclaration. Se dire candidat au plus haut poste d’une nation, revient donc avant tout à accomplir un acte ritualisé.

Haut de page

Bibliographie

AUSTIN, J.L., (1991), Quand dire, c’est faire. Paris : Seuil, coll. Points essais.

BALANDIER, G, (2006), Pouvoir sur scènes. Paris : Fayard.

BARTHES, R., (1964), « Rhétorique de l'image », Communications, 4, Recherches sémiologiques, 40-51.

—, (1957), Mythologies. Paris : Seuil.

BUTLER, J., (2008), Le pouvoir des mots : discours de haine et politique du performatif. Paris : Amsterdam.

COMOLLI, J. L., (2004), Voir et Pouvoir : l’innocence perdue : cinéma, télévision, fiction, documentaire, Paris : Verdier, coll. Sciences humaines.

COULOMB-GULLY, M., (2001), La démocratie mise en scènes. Télévision et élections. Paris : CNRS éditions.

DAYAN, D. et KATZ, E., (1996), La télévision cérémonielle. Paris : PUF.

MARION, P., (1997), « Narratologie médiatique et médiagénie des récits », Le Récit médiatique, Recherches en communication, 7, Université de Louvain, 60-87.

RICOEUR, P., (1983), Temps et récit. Paris : Seuil.

SEARLE, J. R., (1972), Les actes de langage : essai de philosophie du langage. Paris : éd. Hermann, coll. Savoir.

VéRON, E., (1983), « II est là, je le vois, il me parle », Communications, 38, énonciation et cinéma, 98-120.

WULF, C., ZIRFAS, J., (2004), « La pratique sociale comme rituel : perspectives du performatif », in WULF C. et al. Penser les pratiques sociales comme rituels. Paris : L'Harmattan.

Haut de page

Notes

1 Le corpus est composé des déclarations de candidature de Charles de Gaulle en 1965, Valéry Giscard d’Estaing en 1974, François Mitterrand en 1988, Jacques Chirac en 2002 et Nicolas Sarkozy en 2012.

2 Officielle dans le sens ici de mise en visibilité publique et non administrative.

3 Cette notion fait ici référence aux « conditions de félicité » du performatif évoquées par J. Austin.

4 Phrase prononcée par Nicolas Sarkozy le 15 février 2012 sur le plateau du 20h de TF1.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Beatriz Sanchez, « Être candidat : la performance du « je » en politique », Semen [En ligne], 43 | 2018, mis en ligne le 18 mai 2018, consulté le 22 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/semen/10661

Haut de page

Auteur

Beatriz Sanchez

Université de Technologie de Compiègne
(UTC - Sorbonne Universités)
COSTECH

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page