Navigation – Plan du site
I. Dossier thématique

Formules d’adresse et antonomases du nom commun : deux opératrices du rituel dans les discours de meeting pour l’élection présidentielle française

Raphaël Haddad

Résumés

À partir d’un rappel anthropologique sur le rituel, cet article étudie deux opératrices particulières du rituel au sein d’un corpus constitué de discours de meeting tenus par des candidats et candidates aux élections présidentielles françaises de 2002, 2007 et 2012 : les « formules d’adresse » et les antonomases du nom commun, formellement repérées par une exploration lexicométrique. L’examen des formules d’adresse témoigne d’une représentation située du social. Elles sont de ce fait remar¬qua¬ble¬ment stables pour un locuteur ou une locutrice donné-e. De la même manière, l’analyse de sept antonomases du nom commun révèle les préférences de chaque locuteur ou locutrice en termes de transcendance politique mobilisée en discours. Ces constats permettent de mettre en évidence que si le rituel se matérialise en discours par la présence d’un certain nombre de traits pragmatiques et énonciatifs formels, il y a en réalité autant de manières de réaliser le rituel qu’il y a d’« ordon¬nateurs ou ordonnatrices » politiques. Ce faisant, le rituel en discours de meeting électoral se présente avant tout comme une matérialisation discursive plastique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Peut-on observer le rituel politique en discours ? Se repère-t-il par des régularités discursives ? Produit-il des actes de langages spécifiques et at­tendus ? De prime abord, cette tentative de canonisation discursive du rituel semble être vouée à l’échec. Manifestation, commémoration, panthéonisa­tion, cérémonie de vœux, meeting électoral : il existe de très nombreux rituels politiques, qui divergent largement dans leurs vocations, leurs modes d’ancrages ou leurs scénographies. En conséquence, on peut inférer que chaque rituel va produire ses propres réalisations discursives.

2Pourtant, différents travaux menés en anthropologie politique font état de nombreux procédés communs à l’ensemble des rituels. On se réfère notamment au morcellement et à la répétition (Lévi-Strauss, 1971 : 597) ; au rôle du rite d’institution appréhendé comme dispositif servant à « ali­menter la ferveur des profanes, tout en les mettant à distance » (Bourdieu, 1982 : 58-63) ; aux références à la transcendance (Abélès, 1989 : 127-141), inscrites par le jeu de symboles manipulés durant un rituel politique, comme les drapeaux et les oriflammes. On pense enfin aux modalités d’ancrages spatio-temporelles, qui fondent et légitiment la tenue d’une cérémonie poli­tique (Balandier, 1992 : 16).

  • 1 On a ainsi repéré 1125 mots consécutifs, identiques pour deux discours de meeting tenus par Robert (...)

3Or, ces phénomènes qui caractérisent le rituel politique d’un point de vue anthropologique peuvent également s’observer en discours. En ce sens, il est possible de repérer un certain nombre de traits énonciatifs et pragma­tiques formels, caractéristiques du rituel politique. Par exemple, dans une perspective énonciative, les ancrages se signalent notamment par les embrayeurs (Benveniste, 1966 : 253) : pronom personnel de première et deuxième personnes, locutions adverbiales locatives ou temporelles. La répétition s’illustre par des figures rhétoriques comme l’anaphore, la sym­ploque et plus largement par l’usage de syntagmes répétés, syntagmes répétés qui peuvent, dans les discours d’Arlette Laguiller, de Robert Hue ou de Nicolas Sarkozy, être étonnamment longs1. Les appels à la transcendance politique s’observent notamment par le recours à des lieux discursifs (Krieg-Planque, 2006 : 19-47), comme « Vive la République, vive la France » qui vient clore nombre d’allocutions politiques.

  • 2 Dans le cadre de notre travail, Lexico 3 a été utilisé à titre exploratoire : pour vérifier l’étend (...)
  • 3 « La campagne en vue de l'élection du Président de la République est ouverte le deuxième lundi préc (...)
  • 4 Nous recourons à trois conventions d’écriture inclusive et notamment le point milieu, qui font l’ob (...)

4Dans le prolongement des travaux de Jean-Marc Leblancqui propose une « classe du rituel » articulée autour de trois pôles énonciatifs « Je, Nous, Vous et leurs principaux cooccurrents » (2005 : 272), l’enjeu de cet article, et au-delà, l’un des aspects fondamentaux de notre recherche doctorale, est d’identifier et d’examiner quelques opérateurs discursifs du rituel politique, en nous basant notamment sur l’exploration lexicométrique2 (réduite dans le cadre du présent article à la fonction très élémentaire de dénombrement d’occurrences) d’un corpus de quatre-vingt-seize discours de meeting électoral, tenus lors de périodes de campagne dites « officielles3 », par les candidates et les candidats4 aux élections présidentielles de 2002, 2007, 2012 en France. Le nombre de discours étudiés par période est analogue : entre trente-et-un et trente-trois par période, pour un total de 576 241 mots.

5Nous avons également fait le choix de recueillir les discours de meetings produits par tout∙es les candidat∙e∙s pour ces périodes, sans nous en tenir aux seul∙e∙s « présidentiables », c'est-à-dire aux candidat∙e∙s les plus susceptibles d’être élu∙e∙s. Ce choix est lié à une double considération. D’une part, la prise en compte de la dimension intrinsèquement dialogique du discours : chaque discours est traversé par d’autres discours et un corpus doit offrir un cadre d’analyse propice à la mise en évidence de ces interac­tions. D’autre part, la notion de « présidentiable » nous semble devoir être maniée avec précaution. Elle nous apparaît en effet, trop endogène, trop conditionnée par certaines parties prenantes du champ que nous voulons étudier – instituts de sondages ou médias –, pour servir à délimiter notre corpus.

6Ces discours n’ont pas été recueillis au moment de leur énonciation ni, à quelques rares exceptions, transcrits par nos soins. Il s’agit des textes restés disponibles sur Internet et le plus souvent originellement mis en ligne sur les sites de campagne des candidates et des candidates. L’exigence réfle­xive indispensable lorsqu’on se livre à ce type d’analyse nous amène donc à observer un glissement quant à leur finalité. Ces textes semblent avoir été mis en ligne pour être « diffusés », répondant ainsi à des impératifs tactiques de campagne, mais ils ont également été « transmis » à l’analyste, par la fonction d’archivage d’Internet.

  • 5 Pour la campagne de 2002 on dispose d'un discours pour A. Madelin (Marseille, 17/04/2002), de cinq (...)

7Ce corpus d’archives5 ainsi constitué semble offrir une profonde cohérence entre les productions discursives étudiées en termes de situation de communication (Charaudeau et Maingueneau, 2002 : 535) et de statut de locuteurs et de locutrices : il s’agit de discours de candidat∙e∙s, tenus lors d’événements similaires (les meetings électoraux) et dans des séquences relativement brèves (quelques semaines à chaque fois) motivées par un même scrutin (l’élection présidentielle).

8Deux aspects caractéristiques du rituel retiendront ici notre attention. D’une part, ce que nous appelons la « formule d’adresse » par laquelle démarrent toutes les allocutions de candidates et candidats en lice pour une élection présidentielle, et qui sera appréhendée comme une opératrice parti­cu­lièrement probante de déictiques particuliers, les références aux coénon­ciateurs et coénonciatrices. D’autre part, nous analyserons une réalisation particulière de la transcendance politique, formellement repérable par une recherche de noms orthographiés avec une majuscule de déférence (Grevisse et Goose, 2007 : 101) au sein de notre corpus, dans le dictionnaire de formes proposé par le logiciel de données textuelles, Lexico 3. Nous nous concentrerons plus précisément sur l’étude de sept antonomases du nom commun (Fontanier, 2009 : 95) parmi l’ensemble de ces réalisations lexicales : « Nation », « République », « État », « Gauche », « Droite », « Travailleur », « Patrie ».

  • 6 Haddad R. (2017) Rituels d'affrontement, médiatisations, communication politique. Le discours de me (...)

9Si le cadre d’un article oblige inévitablement à circonscrire les aspects étudiés, notons toutefois que d’autres matérialisations discursives relèvent également du rituel. On pense notamment à la mobilisation de figures tu­té­laires (citations d’écrivains et d’écrivaines mentionné∙e∙s préférentiellement en fonction de l’audience face à laquelle le discours de meeting se tient), à la répétition de pans entiers d’un même discours d’un meeting à l’autre, à la prévalence d’une structure narrative analogue dans nombre de discours (relevant d’un même mythe d’héroïsation, au sens proposé par Philippe Braud). Celles-ci ont fait l’objet d’une étude plus approfondie dans le cadre de notre recherche doctorale6.

1. Le meeting électoral, un rituel d’affrontement

10Reprenant la définition proposée par Paula Cossart (2010 : 25), nous appelons meeting, la réunion d’une « assemblée immobile en un lieu donné, qui soit d’abord organisée, et précédée donc d’un appel à se réunir ». Ce n’est donc ni le nombre de participant∙e∙s, ni le thème de la réunion qui signalent le meeting, mais bien le caractère ritualisé de ce type de manifes­tation politique.

11Selon Claude Lévi-Strauss, deux procédés caractérisent le rituel : mor­cellement et répétition. Ces deux procédés se retrouvent immanquablement dans les meetings électoraux. Ceux-ci sont d’une part, morcelés. Les séquences prévisibles s’enchaînent : entrée du·de la candidat∙e, parcours balisé dans la salle (accompagné le cas échéant de quelques poignées de mains), discours à la tribune, hymnes nationaux et partisans, sortie du ou de la candidat∙e. Ils sont d’autre part, répétés : pour un∙e candidat∙e en cam­pagne, c’est le même cérémonial qui va se reproduire aux quatre coins de la France dans les semaines qui précéderont l’élection, offrant ainsi la répé­tition de ce qui constitue une véritable liturgie républicaine.

12Yves Pourcher relève lui aussi dans ses observations sur les meetings en Languedoc ce morcellement, qu’il qualifie même de procédé de mani­pu­lation :

pour marquer la rupture, la transition, peut-être aussi pour affirmer la maîtrise d'une foule et pour révéler son unité, certains ont recours à des procédés de manipulation. Ainsi en est-il de cette répétition de l'hommage à la mémoire d'un individu récemment disparu ou de groupes de personnes tuées. (Pourcher 1990 : 83)

13Il note aussi que c’est bien la répétition qui fonde le rituel : « par ses formes, sa répétition, le meeting célèbre l'harmonie, rejette la différence, et c'est en ce sens qu'on peut parler de rituel. » (ibid.)

14Marc Abélès insiste également sur la dimension rituelle qui caractérise les meetings électoraux. Plus précisément, il les aborde comme des rites d’affrontement (au même titre que les manifestations par exemple) par opposition aux rites consensuels (commémorations, panthéonisation, etc.) :

les meetings sont des rites dans toute l’acception du terme […] Ils exigent de la part des protagonistes une présence physique, sont eux aussi localisés, se décomposent en une multiplicité de séquences, combinent des paroles et des symboles non verbaux : comportements gestuels, manipulations d'objets à valeur symbolique, le tout dans une mise en scène qui intègre conventionnellement l'ensemble action/discours. Autre analogie : la dimension religieuse de ces cérémonies qui renvoient les unes et les autres à une transcendance (la Nation, le Peuple, la classe ouvrière) : transcendance évoquée dans le discours des officiants ou par le jeu des symboles utilisés. (Abélès 1989 : 133)

15Peut-être aurait-il pu ici parler de « rituel » plutôt que de « rite », selon la distinction établie par Claude Rivière :

Le rituel désigne la mise en œuvre des rites d’une religion, un ensemble de règles, d’habitudes immuables. Le rite est un ensemble de règles qui fixent le déroulement d’une cérémonie ou d’un culte religieux, ou dans une acception plus large désigne un ensemble de faits s’accomplissant selon une coutume immuable. (1988 : 16) 

2. La formule d’adresse, une expression du rituel

16Le public est mobilisé d’emblée dans les discours de meetings, par une caractéristique particulière du discours solennel, la formule d’adresse. C’est l’une des formes probantes de l’ancrage énonciatif et par là, de la réalisation du rituel (Balandier, 1992 : 16). Celle-ci se retrouve par exemple dans les énon­cés suivants : mes chers amis, chers amis, mesdames, messieurs, Travailleuses, travailleurs, camarades et amis . La formule d’adresse peut être considérée comme une réalisation particulière de ce que Catherine Kerbrat-Orecchioni dénomme plus largement les « formes d’adresse » défi­nies comme un « ensemble constitué de pronoms et de syntagmes nominaux employés pour interpeller l’allocutaire » (Kerbrat-Orecchioni, 1992 : 15). La dimension argumentative (Amossy, 2010 : 32-34) des formes d’adresse en discours solennels a été étudiée, notamment par Farenkia (2011) ou Teletin (2011). Comme l’évoque Farenkia :

Le poids argumentatif des formes d’adresse vient généralement des connotations qu’elles charrient dans la société en général et dans certaines situations de communication en particulier (2011 : 243).

17Nous allons ici nous intéresser plus largement à la visée pragmatique d’une forme d’adresse particulière : la formule d’adresse.

2.1. Des formules qui reprennent les topoï pragmatiques préférentiels de chaque formation politique

18Pour autant qu’il existe de nombreuses formules d’adresse, remar­quons tout d’abord la permanence du pluriel. Si le meeting s’adresse à un ensemble d’individus, le discours va les amalgamer, pour ne mettre en scène finalement qu’un∙e seul∙e coénonciateur·rice aux côtés du·de la candidat∙e. C’est ainsi qu’Arlette Laguiller, mais aussi plus tard Nathalie Arthaud, ne reconnaissent que des Travailleuses, travailleurs, camarades et amis, quand Jean-Marie Le Pen ne voit que des chers compatriotes, et que Nicolas Sarkozy, mais aussi François Hollande, privilégient un mes chers amis. Ces choix stabilisés ne sont pas le fait du hasard ; ils reprennent les topoï pragmatiques (Anscombre et Ducrot, 1983) préférentiels de chacune des idéologies en présence : les camarades travailleurs pour l’extrême gauche, l’exacerbation du sentiment patriotique pour le Front national, la désidéolo­gisation apparente (Reboul, 1980 : 45) au profit d’une forme naturalisée du lien social, en l’occurrence l’amitié, pour la gauche et la droite de gouver­nement. Elles ont également des visées éthiques différentes. Par exemple, la formule mes chers compatriotes peut être observée comme une manière de mimer le discours présentiel et par là, de montrer son aptitude à investir la fonction présidentielle.

19Nous pouvons émettre une autre caractéristique dans les discours de candidat∙e∙s issu∙e∙s de partis de gouvernement : le recours aux formules d’adresse nominatives. Jacques Chirac en offre un bel exemple dans son discours de meeting à Rouen, le 10 avril 2002 :

Monsieur le président du Sénat, cher Christian, monsieur le Maire de Rouen, Cher Pierre Albertini, monsieur le Président du conseil général, cher Charles Revet, Mesdames et messieurs les élus, chers amis 

20Jacques Chirac n’est pas le seul locuteur à user de tels procédés : tout∙es les candidat∙e∙s sont tenté∙e∙s de saluer nominativement telle ou telle personnalité locale influente, renouvelant par là le lien de confiance entre un∙e aspirant∙e à la présidence de la République et l’élu∙e territorial∙e ou le∙la cadre local∙e du parti. Celles-ci témoignent du fait que la formule d’adresse est aussi une opératrice de l’ancrage territorial et que le meeting agit comme un dispositif de rétribution symbolique des militant∙e∙s (Moalic-Minnaert, 2013). Nous observons enfin une forme combinatoire de la dési­déologisation et de la rétribution contenue dans cette formule : mon cher Guy, mon cher Serge, chers amis de Lionel Jospin. Ce dernier efface les fonctions pour donner à voir de la proximité, tout en nommant certains hôtes (en l’occurrence Guy Delcourt, Maire de Lens et Serge Janquin, député de la circonscription du Pas-de-Calais où se déroule ce meeting le 13 avril 2002). Leur nomination, par le prénom seulement, renforce le témoi­gnage de proximité.

21Ces « saluts aux hôtes ou hôtesses » peuvent apparaître dans les adresses, mais également plus loin dans le discours et prendre la forme de remerciements.

2.2. Des formulations uniques et presque toujours stabilisées

22Ainsi, les formules d’adresse constituent l’une des opératrices discur­sives du rituel et d’une représentation située du social. À ce titre, elles se caractérisent par leur très haut degré de stabilité pour un∙e candidat∙e donné∙e, parfois même sur plusieurs campagnes. Nous pouvons l’illustrer par plusieurs exemples. Nicolas Sarkozy privilégie presque toujours la for­mulation mes chers amis lors de ses meetings de 2007 et de 2012 ; Robert Hue, a stabilisé une forme d’adresse combinée : Mesdames, Messieurs, chers amis, chers camarades par laquelle il démarre tous ses meetings de 2002. Il arrive même que l’adresse perdure pour un parti politique donné, sur plusieurs élections et pour des locuteur·rice·s différent∙e∙s ; ainsi, la formulation Travailleuses, travailleurs, camarades et amis qui fut longtemps l’une des marques les plus caractéristiques du discours d’Arlette Laguiller lors des campagnes pour l’élection prési­den­tielle de 2002 et 2007 a été reprise à la virgule près par Nathalie Arthaud, candidate de Lutte Ouvrière à l’élection présidentielle de 2012.

23C’est à l’aune de cette remarquable stabilisation des adresses qu’il faut relever les multiples changements de formulations d’adresse dans les discours prononcés par Ségolène Royal lors de sa campagne électorale en 2007. Cette dernière use tour à tour d’un sobre et étonnant bonsoir à Metz le 11 avril 2007, agrémenté trois jours plus tard devant des représentants de l’outremer : chers amis, bonsoir. Le 16 avril à Nantes, elle recourt à un surprenant bonjour la France Présidente transformant ponctuellement son slogan de campagne en adresse de meeting, formulation qu’elle aban­don­ne­ra au meeting suivant le 19 avril au profit d’un non moins étonnant bonjour Toulouse traditionnellement caractéristique de l’ouverture des concerts. Dans l’entre-deux tours, elle optera pour un bonsoir amis de Lyon et de toute la région, bonsoir à tous, mais privilégiera une harangue rappelant étrangement les inflexions des meetings de Nicolas Sarkozy Je vous salue ! Je vous salue peuple de France ! Peuple libre, peuple fier ! Peuple insoumis et qui veut la victoire !, à l’occasion de son dernier meeting au stade Charlety, à Paris, le 1er mai 2007.

24Sortie du rituel ou tentative de le renouveler ? Quoi qu’il en soit, cette instabilité dans les adresses des discours de Ségolène Royal contraste avec les usages relevés pour tout∙es les autres candidat∙e∙s dont les discours com­posent notre corpus. Au-delà, elle est sans doute le symptôme des hésita­tions de la candidate entre postures de proximité et de surplomb (Christian Le Bart 2009). Christian Le Bart retrace les postures successi­vement adop­tées par la candidate au fil de la campagne de 2007 et affirme que

l’on peut faire l’hypothèse qu’elle a d’abord tenté de jouer la carte de la proximité, autrement dit d’imposer une définition du rôle de présidentiable, sinon même de président, en léger décalage avec les définitions héritées. Mais on ne joue pas impunément avec les rôles sociaux. Le rappel à l’ordre par les journalistes, les électeurs, le champ politique d’une façon générale a abouti à une position plus nuancée. La logique est alors ascendante, Ségolène Royal s’efforçant de démontrer qu’elle est "à la hauteur” du rôle. D’où un retour vers ce que l’on pourrait appeler les fondamentaux du rôle (2009 : 42).

25Remarquons enfin que la structure en apparence très stable de la formule d’adresse peut être occasionnellement réinvestie. On retiendra en particulier quelques locuteurs et locutrices : d’abord, Jean-Pierre Chevènement qui supprime tout simplement les adresses introductives de ses discours de meeting et qui, les rares fois où il use d’une formule d’adresse, privilégie alors une forme sloganisée comme Honneur au peuple français lors de son meeting le 18 avril 2002 à Paris. Ce procédé peut être également utilisé par d’autres locuteurs et locutrices. C’est ainsi que Jean-Luc Mélenchon a démarré le discours de son meeting réalisé sur la voie publique à Paris le 19 avril 2012 par un tonitruant : Baissez les drapeaux que je vous voie. On a bien travaillé. Autre illustration avec le discours de François Bayrou, qui en meeting à Nantes le 17 avril 2012 démarre par un original : Vous êtes très beaux ! Vous êtes très beaux, vous êtes très cha­leu­reux et vous avez bien raison d’être là., ou qui en meeting à Lyon cinq ans plus tôt privilégie une formule d’adresse prenant la forme d’une question rhétorique : Comment douter, en vous voyant, de la réalité, de la profondeur et de la force de la vague du changement qui s'est formée en France qui va trouver, le 22 avril, son premier acte et, le 6 mai, son aboutissement ?

26Ces formules d’adresses ex abrupto, participent de la manifestation de marques de proximité entre un∙e candidat∙e et le public présent lors de ses meetings. Nous pouvons remarquer que, chez François Bayrou, elle constitue plus largement une volonté récurrente lors de ses campagnes de dénoncer l’usage du terme « meeting » pour qualifier ses rassemblements de « rencontres » en jouant là encore du registre de la proximité et de la natu­ra­lisation du lien social. Ainsi, nous pouvons relever dans l’une de ses allocu­tions un énoncé aussi symptomatique que celui-ci :

Ce n'est pas un meeting, c'est une rencontre amicale dans une ville que j'aime avec des gens que j'aime et avec des souvenirs que j'aime. Vous êtes ceux-là, amis de Rouen de la Normandie, qui donnez à cette rencontre tout son prix.

27Hésitations entre proximité et surplomb chez Ségolène Royal, formules d’adresse ex abrupto chez François Bayrou ou Jean-Pierre Chevènement, multiplication des « saluts aux hôtes et hôtesses », remer­cie­ments nominatifs chez tous les candidat∙e∙s ou presque : la formule d’adresse témoigne non seulement de la représentation située du social pour un locuteur donné ou une locutrice donnée, mais permet aussi de jouer du registre de la proximité et de s’attirer la bienveillance de son auditoire. Contrainte en apparence par sa forme très codifiée, elle se trouve en réalité systématiquement réinvestie en fonction de la situation de communication et de la visée pragmatique du locuteur ou de la locutrice.

3. Les antonomases du nom commun comme marques formelles du rituel en discours

28Les références à la transcendance politique peuvent également être étudiées, car celles-ci participent à la réalisation du rituel en discours comme le souligne Marc Abélès :

la dimension religieuse de ces cérémonies qui renvoient les une et les autres à une transcendance (la Nation, le Peuple, la classe ouvrière) : transcendance évoquée dans le discours des officiants ou par le jeu des symboles utilisés (1989 : 133).

3.1. Observer les marques du rituel par l’exploration lexicométrique

29Le travail que nous proposons de réaliser ici est d’observer les marques de la transcendance dans le discours de meeting électoral à partir de la mise en évidence d’un certain nombre de topoï du discours de meeting. Pour ce faire, nous avons procédé à une recension d’antonomases du nom commun, c'est-à-dire de noms communs orthographiés comme des noms propres avec une majuscule en début de mot, dans le dictionnaire de formes proposé par Lexico 3.

30Sur un total de 25 623 formes graphiques différentes relevées au total dans notre corpus, on relève les occurrences suivantes :

Figure 1 : nombre d’occurrences des principales antonomases du nom commun au sein du corpus

Forme

Occurrences

 

Forme

Occurrences

République

777

Résistance

33

État

323

Dieu

28

Gauche

210

Peuple

22

Europe

160

Révolution

16

Nation

139

Travailleuses

12

Droite

103

Travailleurs

12

Éducation

37

Système

10

31S’agissant ici d’un sous-corpus composé exclusivement de relevés de textes originaux (et non de retranscriptions réalisées pour les besoins de cette étude), la forme dans laquelle ces termes ont été écrits a été préservée.

32Bien sûr, tous les noms orthographiés avec une majuscule ne sont pas présentés dans ce tableau. L’usage de majuscules a bien souvent, selon la formule consacrée « pleine valeur orthographique » et peut être motivé en raison de la place du mot (par exemple lorsqu’on met une majuscule à la première lettre du mot qui succède à un point) ou de sa nature (noms propres, gentilés, etc.). Ainsi, les termes « France », « Français », « Françaises », sont-ils naturellement exclus de ce tableau. De la même manière, nous n’ignorons pas que certains des termes étudiés ici constituent des topiques (Amossy, 2010 : 94) du discours politique, et peuvent être orthographiés avec ou sans majuscule, sans que cela n’influe sur leur voca­tion argumentative : par exemple, le lieu discursif usuel des « tra­vail­leurs » est présent cinq-cent-quatre-vingt-cinq fois dans notre corpus, mais il est seulement douze fois introduit par une majuscule.

  • 7 Nous amalgamons ici consciemment le·la garant·e du discours (c'est-à-dire le·la candidat·e) et son· (...)

33C’est pourtant bien sur les formes orthographiées avec une majuscule que nous proposons de concentrer notre regard. En effet, que la convention orthographique ait été ou non respectée dans les textes faisant ici l’objet de notre étude n’est en fait pas déterminant. L’usage d’une majuscule pour un nom commun témoignant dans tous les cas de la volonté du·de la respon­sable de cette production textuelle7 d’indiquer le sens particulier d’un mot, de marquer sa déférence et d’y faire référence à ce titre.

34Pour résumer, nous pouvons dire que tous les termes témoignant du rituel dans les discours étudiés ne figurent pas dans ce tableau, mais que tous les noms communs orthographiés avec une majuscule de déférence, sont bien destinés à agir telles des figures de la transcendance politique, autrement dit des « totems » pour filer la métaphore ethnologique, et peuvent être observés à cet égard comme des opérateurs discursifs du rituel.

35Il faut néanmoins rester clair sur un point. Les antonomases inverses, pour autant qu’elles soient présentes en nombre dans le discours de meeting électoral, ne sont pour autant pas singulières de ce type de discours. Bien sûr, d’autres formes de discours sont susceptibles de faire largement appa­raître cette figure rhétorique. Cette remarque nous donne l’occasion d’une précision : il nous apparaît important de distinguer la visée rituelle du discours, de la dimension rituelle de certains énoncés en particulier. On peut même aller plus loin et postuler que si tous les discours ne sont, bien en­tendu, pas « rituels », le rituel se réalise en revanche dans tous les discours, par le recours à certaines formes privilégiées. C’est sur l’une des ses formes, l’antonomase du nom commun (aussi appelée antonomase inverse), que nous proposons de nous arrêter.

3.2. « Nation », « État » et « République » : totems de la droite de gou­vernement

36Dans le trio de tête des antonomases du nom commun les plus abon­dantes de notre corpus, figure celle de République, avec sept-cent-soixante-dix-sept occurrences relevées.

37Si le terme France fut caractéristique des meetings de Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy en 2007, c’est bien celui de République qui a émergé en 2012 aussi bien dans les discours de meetings de François Hollande que dans ceux de Nicolas Sarkozy. S’agissant d’une thématique historiquement mobilisée par le Parti Socialiste (Bonnafous, 1980), nous pouvons nous demander si sa prévalence en 2012 n’indiquait pas une forme de cadrage de la compétition électorale, dans des modalités a priori plus favorables, car mieux ancrés historiquement, au candidat socialiste.

38Quant au terme État, dont nous relevons deux-cent-quarante-quatre occurrences dans notre corpus, un locuteur semble y avoir recours dans des proportions sans rapport avec l’ensemble des autres locuteurs et locutrices : Jacques Chirac. Ce dernier a produit cent-sept réalisations au total sur notre corpus. J. Chirac étant le candidat sortant en 2002, nous aurions pu penser que l’invocation de « l’État » comme institution idéale typique de l’action politique, soit plutôt liée à l’expérience du pouvoir, autant qu’une manière d’octroyer à sa propre candidature un supplément de légitimité. Il n’en est rien : avec trois occurrences, seulement sur l’ensemble de ses discours de meetings, Nicolas Sarkozy, candidat sortant en 2012, semble autant éviter ce terme, que son prédécesseur à l’Élysée le chérissait lors de la campagne électorale qui s’est déroulée dix ans auparavant.

39Le retour au corpus par l’examen des réalisations vient renforcer le contraste dans le rapport à l’État entre ces deux candidats. Ce terme est employé dans des contextes positifs pour Jacques Chirac lors de deux meetings : à Poitiers, le 9 avril 2002, puis en meeting à Paris trois jours plus tard :

Je veux un État fort, décidé à assumer pleinement ses missions. 

Il revient enfin à l’État d’encourager les expériences innovantes. 

40Il est plutôt exprimé dans un contexte critique, en étant associé au dé­ficit et à l’endettement national, et par une modalisation autonymique, pro­cédé permettant la distanciation par rapport à son propre énoncé, dans l’une des rares fois où il est évoqué en meeting par Nicolas Sarkozy, le 11 avril 2012, à Paris :

Lorsqu’on parle des déficits et de l’endettement de la France, il faut parler “Sécurité sociale”, il faut parler “État” et il faut parler “collectivités territoriales”.

41Ainsi, il semble clair que « l’État » comme institution idéalisée de l’action politique, constitue bien une caractéristique propre au discours de meeting électoral développé par Jacques Chirac en 2002. Rappelons-le, si nécessaire : « l’autorité restaurée de l’État » est un corollaire à la campagne sur la sécurité menée par Jacques Chirac lors de la campagne présidentielle de 2002.

42De la même manière, la Nation est un terme caractéristique de la can­didature de Jacques Chirac. Ce dernier voit la Nation comme l’instance supérieure qui vient légitimer l’action de l’État, comme il l’exprime à deux reprises lors de son allocution de réunion publique à Lille à trois jours du premier tour :

La Nation et l’État doivent reprendre toute leur place, fixer le cap, donner plus de sens et d'unité à l'action.

L’État est le bras de la Nation.

43Nation et État pour Jacques Chirac, France et République pour Nicolas Sarkozy. La rupture qu’a voulu incarner Nicolas Sarkozy en 2007 semble aussi s’observer dans la différence entre les « transcendances politi­ques » convoquées préférentiellement par ces deux locuteurs à l’occasion de leurs candidatures à l’élection présidentielle. Elle témoigne de l’importance con­férée à l’ordonnateur ou ordonnatrice de ce rituel électoral, qui conserve une certaine liberté de choix dans les transcendances qu’elle ou il souhaite mo­biliser. Un examen – sortant du présent cadre de notre étude –, de ces discours avec d’autres discours produits par ces mêmes locuteurs et locu­trices en d’autres périodes, aurait sans doute été probant. Jean-Marc Leblanc a montré que chez Jacques Chirac par exemple, l'utilisation importante des formes « État » et « Nation » se relève également dans ses allocutions de vœux présidentiels (Leblanc, 2005 : 284).

3.3. « Gauche » contre « Droite » : une mise en récit caractéristique de François Hollande

44Intéressons-nous maintenant à d’autres lieux discursifs caractéristiques du discours électoral, avec les termes Gauche et Droite orthographiés avec une majuscule, selon le même principe que celui préalablement énoncé.

  • 8 Bien entendu, il existe quelques références correspondantes à « droite » pour évoquer la rectitude (...)

45Observons tout d’abord l’important écart d’emplois. Nous pouvons relever deux-cent-dix occurrences de Gauche, pour moitié moins d’occur­rences de Droite (cent-trois seulement). L’ajout des formes plurielles et de celles où la majuscule a été remplacée par une minuscule confirme cet écart d’emplois : sept-cent-soixante-seize emplois de gauche ou gauches, quatre-cent-soixante-dix emplois de droite ou droites8.

46L’examen des formes par locuteur·rice témoigne d’un usage nettement plus important de la forme avec majuscule chez François Hollande lors de la campagne pour l’élection présidentielle de 2012. Pour comprendre le net suremploi de ces formes par François Hollande, il apparaît nécessaire de revenir au corpus et de repérer quelques réalisations, à Cernon, le 19 avril 2012, à Charleville, le 20 avril 2012, puis dans l’entre-deux tours, à Nevers le 1er mai 2012, puis à Toulouse le 3 mai 2012 :

La Droite pendant des décennies a pu cumuler toutes les respon­sa­bilités, mais la Gauche non. 

Toujours dans l’histoire c’est la Gauche qui a été capable de sortir le pays de l’épreuve dans laquelle la Droite l’avait hélas placé.

Mais je n’accepterai pas que la Droite ou le candidat sortant, ce qui revient au même.

Le risque principal, c’est que la Droite puisse rester 5 ans de plus au pouvoir.

47L’examen des réalisations en corpus, dont nous avons reproduit ici quelques illustrations, témoigne peut être de la volonté de François Hollande de polariser la compétition électorale sous la forme d’un affron­tement « Gauche »/» Droite », qui tirerait ses sources dans une profondeur historico-politique dépassant largement le cadre de l’élection présidentielle de 2012. Par cette référence, il réactive le rituel d’affrontement en des termes qui lui permettent de mobiliser largement au-delà de son parti, comme nous pouvons l'observer dans la réalisation ci-après, à Charleville le 20 avril 2012 :

Mais la différence entre les autres candidats de Gauche que je respecte et ce que je porte comme candidat de rassemblement dès le premier tour, c’est que je suis le seul capable d’être au second tour, de battre la Droite et de porter une espérance de changement !

48Il peut ainsi réactiver la dimension polémique, sans avoir à citer nom­mément son adversaire. Ce recadrage des enjeux de la compétition électo­rale est d’ailleurs observable dans d’autres procédés : François Hollande a par exemple usé de la périphrase le candidat sortant pour désigner Nicolas Sarkozy tout au long de la campagne présidentielle de 2012.

49La « dénaturalisation » des termes du débat est ici étonnante, car nombre de travaux précédents ont mis en évidence que les formes natu­ra­li­sées avaient la préférence des formations idéologiquement dominantes (Guilbert, 2011 : 77). Cette forme de représentation de l’affrontement élec­toral est d’autant plus saillante chez François Hollande, que Nicolas Sarkozy préfère justement une description naturalisée et mythifiée de la compétition électorale, et qui se retrouve bien attestée par cette réalisation, prononcée en meeting le 15 avril 2012 à Paris : Je veux parler au peuple de France, pas à la Gauche, pas à la Droite. 

50Cette dénaturalisation de l’enjeu politique par François Hollande témoigne sans doute de sa volonté de se présenter comme un outsider face au candidat sortant et par là, de réaliser le rituel d’affrontement propre aux meetings électoraux.

3.4. « Patrie » et « Travailleurs » : totems de Jean-Marie Le Pen et d’Arlette Laguillier

51Présents dans notre corpus dans des proportions similaires (onze occurrences de Patrie, douze de Travailleurs et autant de Travailleuses), ces termes sont clairement associés à certain∙e∙s locuteur·rice·s spécifiques.

52Le terme de Patrie orthographié avec une majuscule est particu­liè­re­ment le fait de Jean-Marie Le Pen lors des campagnes pour l’élection prési­dentielle de 2002 et de 2007, dans des contextes qui montrent bien qu’il y fait référence en tant que figure de la transcendance de son discours poli­tique, à l’image de ces deux énoncés tirés du même discours prononcé en meeting à Paris le 15 avril 2007 :

L'amour de la Patrie, et c'est vrai aussi bien pour Philippe que pour Nicolas, ça ne se proclame pas, ça se prouve. 

L'amour de la Patrie, c'est le cœur de la fonction présidentielle. 

53De la même manière, le vocable Travailleurs est clairement surem­ployé par Arlette Laguiller, à la fois dans sa formule d’adresse Travailleurs, Travailleuses, mais aussi à un certain nombre de reprises dans ses discours et notamment à trois reprises dans cet extrait d’allocution de meeting le 14 avril 2002, à Paris :

Voilà qui sont les Travailleuses et les Travailleurs. Tous, nous formons le monde du travail et nous sommes majoritaires dans la population du pays. La société repose tout entière sur nous, les Travailleurs ; c'est nous qui produisons tout et qui faisons vivre et fonctionner toute la société, mais ce n'est pas nous qui profitons de ce que nous faisons. 

54Patrie, Travailleurs ou encore Travailleuses : aucun∙e autre candidat∙e ne semble user de ces termes (orthographiés ainsi), dans les mêmes pro­por­tions au sein des discours qui constituent notre corpus. Ces « totems » du discours de meeting agissent en quelque sorte comme des signatures du discours de meeting électoral de Jean-Marie Le Pen d’une part et des deux candidates Lutte Ouvrière d’autre part. Ceci témoigne là encore de la grande liberté qu’offre le rituel à son ordonnateur ou ordonnatrice, loin de l’impression de carcan énonciatif que l’on pourrait spontanément en avoir.

Conclusion : le rituel, un matériau discursif plastique

55Au travers de cette étude, nous avons d’abord vu que les formules d’adresse sont propres à chaque locuteur ou locutrice, à la situation de communication et à la visée stratégiste poursuivie. Puis, nous avons vu que le processus d’antonomases du nom commun était de la même manière une réalisation rituelle typique, néanmoins investie singulièrement par chaque candidat, au point où la mobilisation de certaines antonomases relevait d’une signature discursive de l’allocution de meeting pour l’élection prési­dentielle : Nation et État pour Jacques Chirac, mise en récit d’un affronte­ment Gauche/Droite pour François Hollande, Travailleurs pour Lutte Ouvrière, Patrie pour Jean-Marie Le Pen.

56Ces deux phénomènes convergent pour faire éclater une vision trop étroite, trop réifiée de la réalisation du rituel en discours. Loin des figements passés dans la culture politique populaire à l’instar de « Vive la République, vive la France », ou « Françaises, Français », formules d’adresse et antono­mases du nom commun apparaissent en réalité énonciativement revitalisées par les usages singuliers des locuteur·rice·s qui les mobilisent. Tous les rituels politiques se réalisent en discours par les mêmes procédés, mais chacune de ces réalisations est propre au contexte et à son locuteur ou sa locutrice. En ce sens, le rituel constitue avant tout un matériau discursif plastique. C’est sans doute ce qui explique sa longévité, en dépit des trans­formations profondes des déterminismes macrosociaux (Le Bart, 1998 : 11) du discours.

Haut de page

Bibliographie

ABÉLÈS, M., (1989), « Rituels et communication politique moderne », Hermès, 4, 127-141.

AMOSSY, R., (2010), L’argumentation dans le discours. 3e édition, Paris : Armand Colin.

ANSCOMBRE, J.-C. et Ducrot, O., (1983), L'argumentation dans la langue. Collection « Philosophie et langage », Ixelles : Mardaga.

AUTHIER-REVUZ, J., (1995), Ces mots qui ne vont pas de soi. Boucles réflexives et non-coïncidences du dire. Paris : Larousse.

BALANDIER, G., (1992), Le pouvoir sur scènes. Paris : Balland.

BENVENISTE, É., (1966), Problèmes de linguistique générale I. Paris : Gallimard.

BONNAFOUS, S., (1980), Les motions du congrès de Metz (1979) du Parti socialiste : processus discursifs et structures lexicales. Thèse de 3e cycle, Paris X.

BOURDIEU, P., (1982), « Les rites comme actes d'institution », Actes de la recherche en sciences sociales, 43, 58-63.

BRAUD, P., (1980), « Élire un président... ou honorer les dieux ? », Pouvoirs, 9(14), 15-28.

CHARAUDEAU P., et Maingueneau D., (2002), Dictionnaire d’analyse du discours. Paris : Seuil.

COSSART, P., (2010), Le meeting politique : de la délibération à la manifestation, 1868-1939. Rennes : Presses universitaires de Rennes.

FARENKIA, B.-M., (2011), « Formes d'adresse et argumentation : Analyse d'un corpus camerounais », Le Français en Afrique, 26, 243-262.

FONTANIER, P., (2009), Les figures du discours. Paris : Flammarion Champs Classiques.

GREVISSE, M. et GOOSE, A., (2007), Le Bon Usage. Paris – Louvain-la-Neuve : De Boeck, Duculot.

GUILBERT, T., (2011), L’« évidence » du discours néolibéral, Analyse dans la presse écrite. Broissieux : éditions du Croquant.

HADDAD,R., (2016), Manuel d'écriture inclusive. Paris : Mots-Clés, disponible au téléchargement libre sur www.ecriture-inclusive.fr.

—, (2017), Rituels d'affrontement, médiatisations, communication politique. Le discours de meeting électoral pour l'élection présidentielle française : 2002-2007-2012. Thèse de doctorat sous la direction de C. Ollivier-Yaniv, UPEC.

KERBRAT-ORECCHIONI, C., (1992), Les interactions verbales, tome II. Paris : A. Colin.

KRIEG-PLANQUE, A., (2006), « “Formules” et “lieux discursifs” : propositions pour l’analyse du discours politique », Semen. Revue de sémiolinguistique des textes et discours, 21, Catégories pour l’analyse du discours politique, 19-47.

LE BART, C., (2009), « Les présidentiables de 2007 entre proximité et surplomb. Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal vus par Libération », Mots. Les langages du politique, 89, 39-55.

LEBLANC, J.-M., (2005), Les vœux présidentiels sous la Cinquième République (1959-2001). Recherches et expérimentations lexicométriques à propos de l’ethos dans un genre discursif rituel. Thèse de doctorat : Sciences du langage, Créteil, Université de Paris 12 Val-de-Marne.

LÉVI-STRAUSS, C., (1971), L’homme nu. Paris : Plon.

MOALIC-MINNAERT, M., (2013), Transformer le public d'un soir en l'acteur du grand soir, Intervention au congrès de l’ASFP 2013.

POURCHER, Y., (1990), « "Un homme, une rose à la main". Meetings en Languedoc de 1985 à 1989 », Terrain, 15, 77-90.

REBOUL, O., (1980), Langage et idéologie. Paris : PUF.

RIVIÈRE, C., (1988), Les Liturgies politiques. Paris : Presses universitaires de France.

TELETIN, A., (2011), « Les vœux présidentiels au Portugal, en France et en Roumanie, et la crise internationale. Les enjeux des formes d’adresse et des procédés d’atténuation/intensification », Mots. Les langages du politique, 101, 31-46.

Haut de page

Notes

1 On a ainsi repéré 1125 mots consécutifs, identiques pour deux discours de meeting tenus par Robert Hue lors de sa campagne pour l’élection présidentielle de 2002, à Marseille le 16 avril 2002, à Lille le lendemain.

2 Dans le cadre de notre travail, Lexico 3 a été utilisé à titre exploratoire : pour vérifier l’étendue d’observations empiriques ou pour relever certains traits statistiques saillants de notre corpus et les examiner ensuite par des moyens non statistiques.

3 « La campagne en vue de l'élection du Président de la République est ouverte le deuxième lundi précédant le premier tour de scrutin. Elle prend fin la veille du scrutin à zéro heure. S'il y a lieu de procéder à un deuxième tour de scrutin, la campagne s'ouvre à compter du jour de la publication au Journal officiel des noms des deux candidats habilités à se présenter. Elle prend fin la veille du scrutin à zéro heure. » Article 10 du décret 2006 du 21 avril 2006 modifiant le décret n° 2001-213 du 8 mars 2001 portant application de la loi n° 62-1292 du 6 novembre 1962 relative à l'élection du président de la République au suffrage universel.

4 Nous recourons à trois conventions d’écriture inclusive et notamment le point milieu, qui font l’objet d’un préambule à notre recherche doctorale. Voir Haddad (2016), www.ecriture-inclusive.fr.

5 Pour la campagne de 2002 on dispose d'un discours pour A. Madelin (Marseille, 17/04/2002), de cinq pour A. Laguiller, un pour B. Mégret (Paris, 19/04/2002) et C. Lepage (Paris, 13/04/2002) ainsi que O. Besancenot (Paris, 14/04/2002), huit pour J. Chirac, deux pour J.‑M Le Pen, trois pour J.-P Chevènement, six pour L. Jospin, quatre pour R. Hue.

En 2007 : A. Laguiller (4), F. Bayrou (5), J.-M Lepen (3), M.-G Buffet (1, 12/04/2007), N. Sarkozy (10), S. Royal (7), F. Bayrou (2).

En 2012, E. Joly (2), F. Bayrou (5), F. Hollande (11), M. Le Pen (1, Merdrignac, 20/04/2012), N. Arthaud (2), N. Sarkozy (7), J.-L Mélenchon et P. Poutou (1).

6 Haddad R. (2017) Rituels d'affrontement, médiatisations, communication politique. Le discours de meeting électoral pour l'élection présidentielle française : 2002-2007-2012. Thèse de doctorat sous la direction de C. Ollivier-Yaniv, soutenue le 4 janvier 2017 à l'UPEC.

7 Nous amalgamons ici consciemment le·la garant·e du discours (c'est-à-dire le·la candidat·e) et son·sa/ses rédacteur·rice·s. C’est une limite paradigmatique de ce travail, largement évoquée dans notre thèse, et qui se justifie par le fait que ces discours n’ont in fine qu’un·e seul·e responsable effectif·ive : la·le candidat·e.

8 Bien entendu, il existe quelques références correspondantes à « droite » pour évoquer la rectitude ou « gauche » pour évoquer la maladresse, mais celles-ci semblent extrêmement marginales au sein de notre corpus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raphaël Haddad, « Formules d’adresse et antonomases du nom commun : deux opératrices du rituel dans les discours de meeting pour l’élection présidentielle française », Semen [En ligne], 43 | 2018, mis en ligne le 23 mai 2018, consulté le 22 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/semen/10678

Haut de page

Auteur

Raphaël Haddad

Université Paris Est Créteil
CEDITEC

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page