Navigation – Plan du site
I. Dossier thématique

Les rites dans la gestion de la crise de succession présidentielle des années 1980 au Cameroun

Aristide M. Menguele Menyengue

Résumés

Le présent article montre l’influence des rites politiques dans la gestion de la crise de succession des années 1980 au Cameroun. Il rend compte de la manière dont la ritualisation politique a contribué à annoncer, à retarder et à gérer la lutte autour du pouvoir au Cameroun. De fait, les différents protagonistes se sont affairés à mobi­liser un certain nombre de « mises en scène », de « rites d’interaction », et de « rites d’investiture » pour légitimer leur monopole du pouvoir suprême en accom­pagnant cette ingénierie rituelle d’un certain nombre de liturgies et de contre litur­gies politiques. Cette ritualisation politique concurrente et conflictuelle aux effets de violence symbolique certains a été mobilisée non seulement pour confondre l’ordre républicain mais aussi restaurer la légalité républicaine en matière de préséance entre le président démissionnaire dorénavant chef du parti unique et le Chef de l’État qui lui succède.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le 4 novembre 1982, le président Ahmadou Ahidjo prononça un discours au cours duquel il annonça sa démission à la surprise générale. Il prit néanmoins soin de présenter son successeur qui était son dauphin cons­titutionnel. Aussi exhorta-t-il ses compatriotes « à accorder sans réserve leur confiance et à apporter leur concours à son successeur constitutionnel M. Paul Biya ». Mais cette succession pacifique du pouvoir présidentiel s’emballa très vite à partir de la prestation de serment du « nouvel homme fort » le 6 novembre 1982. Dès lors, il s’ensuivit une crise de succession présidentielle animée par une entreprise d’instauration du bicéphalisme au sommet de l’État (Momo, 1983 : 85 ; Mabou Tata, 1983 : 170 ; Ambomo, 2013 : 32). En effet, l’ex-président était resté à la tête de l’Union nationale du Cameroun (UNC) alors parti unique, et considérait que le parti était au-dessus de l’État. Par conséquent, son chef devenait d’office le patron du Président de la République/Chef de l’État (Gaillard, 1989 : 47-67 ; Momo, 1983 : 85-98 ; Owona, 1983 : 69-84 ; Bandolo, 1985 : 185-230). Cette crise de succession présidentielle qui aboutit à la tentative de coup d’État du 6 avril 1984 fut accompagnée d’une inflation de rituels et de liturgies politiques (Rivière, 2000 : 158) souvent concurrentes.

2Dans les politiques de gestion et de sortie de crises, les rituels et les liturgies politiques occupent généralement une place de choix (Eliade, 1959 ; Segalen, 2005 ; Rivière, 2008 ; Menguele Menyengue, 2014). Avant la mise en place de régimes politiques républicains, il existait des rites généralement accomplis lors des moments critiques que sont appelées à connaître les sociétés. Par exemple, en Afrique, les rites du tsoo (Laburthe-Tolra, 1985 ; 2011), du mevungu ou ko’o (Gueboguo, 2007 et 2009), de l’esana (Abega, 1985), certains rituels thérapeutiques des Tem du Togo (Adjeoda, 2000), mais aussi certains rites chamans (Eliade, 1959), voire même en Europe « la chasse aux sorcières » du XVème au XVIIème siècle (Rivière, 2008 : 155). Dans tous ces cas de « sur-ritualisation du pouvoir », il est souvent question de conjurer le mauvais sort, de rétablir le statu quo ante ou de procéder à une transmutation de l’ordre sociopolitique suscep­tible d’évacuer le danger que fait courir la crise sociopolitique considérée (Rivière, 2000 : 159-160). Pareillement, les conjonctures politiques con­sé­cutives à certaines crises que connaissent les États contemporains d’Afrique sub-saharienne se gèrent très souvent par le recours assidu aux rituels politi­ques ; c’est le cas tout au long du processus de démocratisation des États d’Afrique subsaharienne au début des années 1990 (Constantin et Coulon, 1997). Le fait que la quasi-totalité des conférences nationales souveraines tenues en marge de ces crises aient été présidées par des ministres du culte qui les ont systématiquement ritualisées contribue à suggérer que l’enrô­le­ment des rituels dans la gestion d’un certain nombre de crises politiques est une pratique constante.

3Cet article ambitionne donc de reconsidérer sous le prisme de l’anthro­po­logie politique la ritualisation qui a accompagné, animé et structuré le conflit de succession présidentielle des années 1982-1984 au Cameroun. Il s’agit concrètement de montrer comment cette crise larvée puis ouverte a pu se gérer à partir des liturgies politiques et de la ritualisation du pouvoir. Le suivi des émissions, des chroniques et reportages politiques sur les évène­ments qui ont accompagné cette période trouble de l’histoire politique du Cameroun et l’analyse documentaire ont aidé à recueillir des données importantes pour conduire la démonstration. Il s’agira ici d’analyser plus en détail les diverses rationalités qui ont conduit les deux concurrents politi­ques à choisir tel ou tel rituel pour affirmer leur pouvoir dans la gestion de la crise de succession présidentielle. Dans cette perspective, ce texte va d’abord s’atteler à rendre compte de l’organisation cérémonielle d’une succession présidentielle relativement pacifique (1) avant de s’attacher aux mises en scène de la préséance présidentielle (2).

1. L’organisation cérémonielle d’une succession présidentielle relativement pacifique

4Deux actes performés par le discours peuvent être rangés dans le registre d’une succession plus ou moins pacifique et sans heurt : le premier acte est le discours d’annonce de la démission du président Ahmadou Ahidjo (le 4 novembre 1982). C’est à la faveur du même discours qu’il présente son successeur comme digne de confiance et exhorte ses colla­bo­ra­teurs à lui apporter le soutien nécessaire à l’accomplissement de sa mission. Le deuxième moment de cette phase de succession concerne le rituel de la passation du pouvoir (le 6 novembre 1982). C’est cet acte qui va convaincre plusieurs « sceptiques » qu’effectivement le président Ahmadou Ahidjo a quitté le pouvoir après 25 ans et l’a transmis de manière pacifique à son successeur constitutionnel, M. Paul Biya qui plaça son pouvoir sous le signe de la continuité (Ambomo, 2013 : 178).

1.1. Le discours de démission et ses effets d’annonce : entre effet de surprise et effet de panique

5En général, la communication présidentielle est rarement improvisée d’autant plus qu’il s’agit souvent de sacraliser la parole présidentielle qui semble plus importante et plus valorisée lorsqu’elle est rare. Au Cameroun, les deux premiers présidents (Ahmadou Ahidjo 1960-1982 ; Paul Biya depuis 1982) ont réussi à donner de la valeur à leurs discours en les rendant rela­tivement rares et prévisibles. On sait d’avance que le président va se prononcer sur tel ou tel sujet et cela emporte une forte mobilisation. Le président de la République s’adresse à la Nation le 31 décembre pour faire le bilan de l’année et se projeter sur les perspectives futures ; lors des fêtes nationales (10 février à la faveur du discours à la jeunesse célébrée le 11 février de chaque année) ou lors de la campagne présidentielle à différentes stations des tournées régionales qu’il entreprend. Il arrive toutefois que des circonstances exceptionnelles l’amènent à faire une allocution, soit à l’occa­sion d’un évènement politique majeur (accession à l’Indépendance, 4 janvier 1960 ; mise en place de la Constitution fédérale, 18 juillet 1961, avènement de l’État unitaire, présentation du projet de constitution de l’État unitaire, 6 mai 1972, etc.) ou du fait de la survenance d’une crise (émeutes dites de la faim de février 2008). « L’effet de surprise » est donc grand lorsque le discours présidentiel n’intervient pas à un moment attendu ou hors événement. C’est ce qui s’est passé le 4 novembre 1982 lorsqu’après plusieurs reprises du générique du journal de 13 heures au poste national, un discours surprise du président de la République Ahmadou Ahidjo se fait entendre alors que rien ne présageait une telle apparition médiatique du chef de l’État (Eily, 1983 : 17-29). Mais le contenu de ce discours présidentiel va laisser plusieurs Camerounais craintifs et anxieux, habitués qu’ils étaient à être sous le pouvoir sans partage du président Ahmadou Ahidjo depuis vingt ans. Car Ahidjo ne fait pas qu’annoncer sa démission mais présente également son successeur, Biya, en déclarant que : « cette décision prendra effet le samedi 6 novembre à 10 heures », de manière performative.

6Même si le président démissionnaire avait terminé son discours en priant « Dieu Tout-puissant afin qu’il continue à assurer au peuple came­rounais la protection et l’aide nécessaires à son développement dans la paix, l’unité et la justice », ces « effets d’annonce » ont créé de l’inquiétude par rapport à ce qu’on a appelé « l’après-Ahidjo ». Cette surprenante démission a fait paniquer l’establishment politique et les populations qui n’en reve­naient pas. On raconte même qu’après ce discours, des membres du comité central de l’ex-parti unique, parmi lesquels le successeur du président dé­missionnaire, s’étaient rendus chez ce dernier pour lui suggérer de revenir sur sa démission. Mais celui-ci aurait opposé un refus catégorique au motif que son état de santé était des plus préoccupants. Vraisemblablement conscient de « l’effet de panique » général que provoquerait cette nouvelle, le président démissionnaire se résolut à accélérer sa succession de sorte qu’on procéda à la passation du pouvoir entre l’ancien et le nouveau prési­dent de la République 48 heures après l’annonce de sa démission.

1.2. La passation du pouvoir : l’acte symbolique de la succession présidentielle pacifique

7Selon Van Genep, les cérémonies qui jalonnent le déroulement de la vie individuelle « comportent toujours la transition d’un stade ou d’une étape à une autre » (Van Gennep, cité par Martine Segalen, 2005 : 28). Il en est ainsi de la passation du pouvoir, cérémonial qui fait partie des « rites d’institution » (Bourdieu, 2001) dans tout ordre politique. Ces rites ont des effets de légitimation et de transmutation en ce qu’ils permettent de passer d’une étape à l’autre, d’un statut à un autre ou d’une position à une autre. Ils sont donc forcément présents lors d’une passation de pouvoir. La passation du pouvoir comme tout rite d’institution « est un moyen théâtral d’obtenir la supériorité » (Rivière, 2008 : 104). Elle est aussi « un acte de magie sociale qui crée la différence ex nihilo » (Bourdieu, 1982 : 59) et « la formule qui sous-tend cet acte de magie performative est « deviens ce que tu es », une sorte d’assignation à vivre et à manifester son nouveau statut » (Bourdieu, 1982 : 59). Sous ce rapport, « rites de passage et d’institution ne s’excluent pas mutuellement car, il y a de l’un dans l’autre notamment au niveau de ses effets agrégatifs » (Segalen, 2005 : 38). C’est ce que démontre le rite de la passation du pouvoir entre le président Ahmadou Ahidjo démissionnaire et M. Paul Biya son successeur désigné.

8Le « storytelling » et tous les rapports au sujet de cette succession présidentielle montrent que c’est le 6 novembre 1982 lors du rituel d’inves­ti­ture de M. Paul Biya jusque-là premier ministre et par conséquent dauphin constitutionnel du Président Ahidjo, que le commun des Camerounais a réalisé la sincérité du discours de démission du 4 novembre (Owona, 1983 : 29-38 ; Fame Ndongo, 1983 : 39-54 ; Bandolo, 1985 : 16-17). D’après Jacques Fame Ndongo (1983 : 41-42),

le récit des évènements qui ont suivi la prestation de serment du président Paul Biya le 6 novembre 1982 est semblable à un roman, le « Roman de la Rose » (pour parodier le titre du poème médiéval de Guillaume De Lorris et Jean Meung), tellement la cérémonie fut émouvante et belle [ ...] Ayant prêté serment à 10 heures devant le bureau de l’Assemblée Nationale et les membres de la Cour Suprême, et après avoir prononcé son discours d’investiture, grave et majestueux dans un costume bleu, trois pièces, visiblement ému, le pas alerte, le regard vif, M. Paul Biya sort du Palais de Ngoa-Ekelé (Palais de l’Assemblée Nationale) sous les applaudissements fréné­ti­ques d’une foule hystérique.

9Cet « acte de magie sociale » (Bourdieu, 1982 : 59) transforme M. Paul Biya en président de la République. En tant qu’« acte de magie sociale », la passation de pouvoir comme rite d’institution a pu

exercer une efficacité symbolique réelle en transformant la personne consacrée [dans le cas d’espèce M. Paul Biya] : d’abord parce qu’elle [a transformé] les représentations que s’en [faisaient] les autres agents, et ensuite parce qu’elle [a transformé] du même coup la représentation que la personne investie se [faisait] d’elle-même. (Bourdieu, 2001: 178)

10C’est en cela que l’acte de passation du pouvoir en tant que rite a pu « exorciser le danger » (Turner, cité par Segalen, 2005 : 34) inhérent à la perspective souvent risquée du changement au sommet de l’État. Toutefois, « la passation de pouvoir entre MM. Ahidjo et Biya [qui s’est déroulée] avec la limpidité enchanteresse d’un conte de fées » (Fame Ndongo, 1983 : 39) va très vite s’emballer pour devenir un facteur éminemment chrysogène puisqu’à partir de ce moment, le Cameroun s’inscrit dans un entre deux entre l’effectivité de « l’après-Ahidjo » et les premiers balbutiements du « régime Biya ». D’où la crise de succession présidentielle.

2. Crise de la succession présidentielle : les mises en scène de la préséance présidentielle

11Au mois de mai de l’année 1982, le président Ahmadou Ahidjo avait déclaré « j’ai mis en place une procédure constitutionnelle telle que ma suc­cession se passera normalement » (voir Momo, 1983 : 93). La planifi­ca­tion de la succession présidentielle des années 1980 était donc censée pro­mouvoir une transition politique relativement pacifique et surtout aider à éviter les luttes de pouvoir qui pourraient compromettre la cohésion na­tio­nale, ce d’autant plus que des comportements traduisant une sorte de recours systématique aux replis identitaires se donnaient déjà à voir (Bandolo, 1985 : 228-230; Gaillard, 1989 : 45-67; Sindjoun, 1996b : 10-12 ; Menguele Menyengue, 2016 : 234-235). Mais les évènements qui suivent la passation de pouvoir et la prestation de serment vont davantage contribuer à faire s’interroger sur les raisons de la démission de l’ex-président. Tout d’abord l’ex-président de la République avait pris soin de rester président du parti unique : l’Union nationale camerounaise, vraisemblablement pour continuer de contrôler et d’influencer la présidence de la République et avoir la mainmise sur le microcosme politique. Henri Bandolo (1985 : 433) formule l’hypothèse selon laquelle

bien que paniqué, Ahmadou Ahidjo conserva l’espoir d’un retour de santé qui pourrait, même s’il devait démissionner de la présidence de la République, permettre la reprise de ses activités politiques et, partant, son retour au pouvoir.

12Les événements institutionnels, dont les rituels politiques sont une part importante, confirment-ils cette hypothèse ?

13En effet, même s’il était possible de constater que

  • 1 Le palais de l’Unité est le nom donné au palais présidentiel.

la passation de pouvoirs du 6 novembre 1982 au Palais de l’Unité1 s’était déroulée dans une atmosphère si sereine et cordiale qu’il était difficile de supposer, à l’époque, que les relations entre MM. Biya et Ahidjo allaient se détériorer quelques mois plus tard (Fam Ndongo, 1983 : 41),

les conflits de préséance protocolaire semblaient prévisibles à partir du moment où le président sortant avait choisi de garder « la présidence du parti unique qu’il assum[ait] depuis 1966 » (Sindjoun, 1996b : 9). Certes,

les membres du comité central de l’UNC qui, le jeudi 4 novembre 1982 avaient convaincu M. Ahidjo de conserver la présidence du parti n’étaient sans doute pas animés par la seule affection qu’ils portaient au chef de l’État démissionnaire. En introduisant ce qu’il faut bien appeler un bicéphalisme dans le système politique came­rounais, ils entendaient ménager l’éventualité d’un deuxième tour de la succession à l’échéance constitutionnelle de 1985. (Nyamboli, 1983 : 65)

14Mais toujours est-il qu’il va se poser le problème de la préséance entre le chef du parti unique, l’ex-président démissionnaire M. Ahmadou Ahidjo, et le président de la République M. Paul Biya. D’où une situation de « bicé­pha­lisme de fait ». Celle-ci s’est d’abord énoncée discursivement avant d’être mise en scène grâce à un travail de ritualisation politique oppor­tu­niste.

2.1. L’énonciation discursive du principe de la préséance du parti sur l’État: les liturgies politiques de préfiguration de la crise de succession présidentielle

15S’il n’est pas possible de démontrer que l’ex-président Ahmadou Ahidjo avait nourri des intentions monarchiques en démissionnant du poste de président de la République pour mieux consolider sa posture messia­ni­que et supra étatique, la volte-face qu’il n’a pas tardé à réaliser montre bien qu’il y avait anguille sous roche. Aussi, l’ex-président s’était-il montré ré­fractaire et hostile à toute idée de partage du pouvoir. Il avait même déclaré:

Je demeure naturellement président national de l’UNC confor­mé­ment aux vœux des militants. Il n’y a cependant pas de dualisme ou bicéphalisme dans l’exercice du pouvoir. Le parti et le gouver­ne­ment ont, chacun un domaine de responsabilité bien défini et distinct […] le parti, je l’ai dit, définit les orientations de la politique natio­nale. Le gouvernement applique celle-ci compte tenu de nos pos­si­bi­lités et des aménagements qu’appellent les réalités concrètes et les circonstances. (Owona, 1983 : 75)

16Dans cet extrait de discours, l’ex-président M. Ahmadou Ahidjo pro­cède à une redéfinition de la préséance politique entre l’État et le parti en situant celui-ci au-dessus de celui-là ; ce qui rompt avec la conception des rapports entre l’État et le parti à l’époque où il était lui-même président de la République (Menguele Menyengue, 2016 : 119-120). « La querelle des présidents » (Owona, 1983 : 72) s’est énoncée discursivement à travers un certain nombre de discours politiques qui ont sérieusement contribué à dété­riorer l’ambiance apparemment cordiale entre l’ex-président Ahmadou Ahidjo et son successeur le président Paul Biya. Le discours politique sur la prééminence et la préséance du parti unique sur l’État est une construction discursive opportuniste qui rompt avec la légalité républicaine qu’a souvent défendue l’ex-président. Il soutenait dans ses discours antérieurs que « le parti constitue […] un moyen, un instrument d’action permettant, avec le plus d’efficacité possible, d’atteindre les résultats politiques compatibles avec les objectifs nationaux » (Ahidjo, 1980 : 777). Si elle constitue une véritable rupture d’avec l’idéal républicain qu’il a souvent défendu, l’an­nonce de la prééminence du président du parti national sur le président de la République était le continuum dynamique par excellence de la politique d’érection du président Ahmadou Ahidjo en pontife para-constitutionnel et/ou en « monarque constitutionnel » d’après la monographie de P. Gaillard à son propos (1994 : 115). D’après cette recherche, l’ex-prési­dent Ahmadou Ahidjo voulait garder la tête du parti unique en avançant plusieurs justifications : d’abord, il avait souscrit à l’argument selon lequel « une transition faciliterait beaucoup de choses, et il en fixa la limite : six à huit mois » (Gaillard, 1994 : 212). Le président Paul Biya était donc un président de transition. Ensuite, en restant président du parti unique, « il manifesterait sa présence […] il guiderait les premiers pas de son succes­seur, qui aurait besoin de conseils » (Gaillard, 1994 : 212) par conséquent, plus d’un semestre après la passation de pouvoir, « Ahidjo était [toujours] à la fois le père et le patron » (Gaillard, 1994 : 212). Ce « bicéphalisme de fait » (Momo, 1983 : 85) véritable « dyarchie » (Gaillard, 1994 : 212) est alors combattu par des contre-liturgies politiques de restauration de la léga­lité républicaine.

17Ces contre-liturgies politiques sont essentiellement promues par le camp de la légalité républicaine. Se fondant sur les dispositions pertinentes de la constitution qui précisent que « le Président de la République définit la politique de la nation », le camp du nouveau président de la République s’est fait fort de dénoncer cette velléité d’institutionnalisation de la tutelle du parti sur l’État. Fanny Pigeaud relève que

dans une interview donnée à une radio internationale et publiée le 18 juin 1983 par le quotidien d’État Cameroon Tribune, M. Paul Biya a répondu de manière sibylline à Ahidjo : « En ce qui concerne la Constitution, qui est la règle la plus élevée, il est dit que c’est le président de la République qui définit la politique de la nation » (Pigeaud, 2011 : 34 ; lire aussi Sindjoun, 1996 b : 10).

18Nous allons maintenant montrer comment des rituels politiques sont mis en place pour promouvoir ou dénoncer la prééminence du parti sur l’État. Il s’ensuit une sorte de « chassé-croisé » entre les différentes oppor­tunités de mise en scène de la prééminence du chef du parti unique sur le chef de l’État et celles qui peuvent servir à restaurer la préséance du président de la République.

2.2. La succession présidentielle à l’épreuve des conflits de mises en scène de la préséance politique

19Ce « chassé-croisé » ritualisé a pris tantôt la forme de mises en scène de validation de la prééminence du président du parti unique sur le président de la République, tantôt de mises en scène de la restauration de la légalité républicaine en matière de protocole d’État. Nous allons analyser les rituels qui composent tout d’abord la mise en scène du pouvoir du parti unique puis ensuite ceux validant la supériorité de l’État républicain.

2.2.1. Les mises en scène d’institutionnalisation de la prééminence du parti sur l’État

20Il arrive aux acteurs politiques de « payer leur tribut quotidien à la théâtralité » (Balandier, 1992 : 13). « La théâtrocratie » qui participe du « gouvernement par les apparences » et qui recourt au « spectacle du pouvoir » est un mode commun de théâtralisation des rapports de force (Balandier, 1992). Les mises en scène d’institutionnalisation de la préé­mi­nence du parti sur l’État le démontrent. Elles ont emprunté au « drame », à « l’embrouille », à « l’envers », à « l’écran » et dans une certaine mesure au « grand angle » (Balandier, 1992). Le camp de l’ex-président n’a pas seule­ment exprimé la volonté politique de voir le président du parti unique trôner sur l’État, mais il a aussi mis en scène cette ambition politique en attribuant un rôle spécifique à M. Biya. Pour qu’« Ahidjo continue de rester patron tout en se déchargeant des servitudes du pouvoir » (Gaillard, 1989 : 65), il fallait d’abord que le nouveau président de la République souscrive à un certain nombre d’habitudes parmi lesquelles la consultation systématique du président du parti unique avant toute grande décision politique. C’est un rôle qu’il connaît bien parce qu’il l’a précédemment joué et selon Erving Goffman (2013 : 73) « il est évident qu’un rôle précédemment joué avec sincérité et avec sérieux laisse l’acteur à même d’en donner ultérieurement une représentation simulée ». C’est ainsi par exemple que le tout premier gouvernement de l’ère Biya n’a pu être arrêté qu’après une consultation dûment consentie par l’ex-président de la République et désormais président du parti unique. Ce n’est donc pas un hasard si la crise de suc­ces­sion présidentielle s’est véritablement ouverte avec les remaniements ministériels du 18 juin et du 22 août 1983.

21En effet, le remaniement ministériel du 18 juin 1983 avait été « décidé par le seul Président de la République [qui] a vu l’éviction de six person­na­lités politiques de premier plan dont certaines étaient très proches de l’ancien Président » (Momo, 1983 : 96), celui du 22 août 1983 s’est aussi fait sans « le rituel » de la consultation préalable du président du parti unique. Le gouvernement du 18 juin 1983, comme celui du 22 août 1983 marque la volonté d’émancipation politique du nouveau président de la République. Selon Henri Bandolo,

Ahmadou Ahidjo le confirmera après le 22 août, en déclarant que Paul Biya n’ayant pas retenu toutes ses propositions, dorénavant, il ne lui donnerait plus de conseils, puisqu’on l’accusait de continuer de gouverner à travers lui. (Bandolo, 1985 : 106)

22Mais Ahidjo revient à la charge en obligeant le président de la République à abandonner son rang protocolaire au profit du président du parti national. Lors des cérémonies officielles où ils sont tous les deux conviés, M. Biya, le chef de l’État doit consentir à arriver toujours avant le président du parti national comme ce fut le cas le 29 janvier 1983 (Bandolo, 1985 : 90). Enfin, le président de la République doit accepter de pérenniser le culte de la personnalité de son « illustre prédécesseur » lors de ses sorties médiatiques pour entretenir dans la mémoire collective et l’imagerie po­pu­laire l’image d’un homme d’État charismatique et toujours actif pour l’inté­rêt supérieur de la nation. Lors du discours de clôture du cinquième conseil national de l’union nationale camerounaise, le 21 novembre 1982, il se lance dans une description dithyrambique de son prédécesseur, en déclarant :

le président Ahidjo est d’abord et demeure l’artisan de l’unité na­tionale et de la paix dans ce pays, comme il est le bâtisseur coura­geux et éclairé de nos institutions […] je voudrais associer ma voix à la vôtre pour, une fois de plus, assurer le président Ahmadou Ahidjo de notre admiration, de notre reconnaissance, de notre fidélité  (Biya, 1984 : 35).

23De manière répétitive, le nouveau président devait citer son prédéces­seur et sélectionner des morceaux choisis de ses discours pour pérenniser sa mémoire et marquer la politique de continuité dont il était désormais le garant. Par exemple, lors de l’audience solennelle de rentrée de la cour suprême le 23 décembre 1982 à Yaoundé, il se fait l’écho de cette politique d’entretien de la mémoire de son « illustre prédécesseur » en reprenant cer­taines de ses déclarations comme l’indique l’extrait suivant :

c’est dans la fidélité à cette option fondamentale, et pleinement conscient de son rôle constitutionnel à l’égard de l’autorité judiciaire que mon illustre prédécesseur a déclaré, ici même, dans cette auguste enceinte, je cite : « au Cameroun, ce n’est pas le gouverne­ment qui menace l’indépendance de la magistrature ; ce sont plutôt les pressions provenant d’autres origines ; les solidarités tribales ou professionnelles, les affinités sociales et les complicités d’intérêts qui émoussent les consciences et conduisent à la partialité et à l’injustice » (Biya, 1984 : 60).

24Un tel rapport de subordination du président de la République et chef de l’État au président du parti unique était à n’en point douter une entorse à la légalité républicaine. D’où les rituels de restauration de l’ordre républicain.

2.2.2. La restauration de l’ordre républicain par la ritualisation politique : « la mise en scène du moi »

25Les « mises en scène d’affirmation de l’ordre et de conjuration du désordre » ont été nombreuses pour restituer l’ordre républicain en matière de protocole d’État (Rivière, 2000 : 162). Ces mises en scène étaient assor­ties de rituels politiques républicains comme la tournée des provinces, les bains de foule ou certaines cérémonies protocolaires. Ces moments étaient essentiellement des opportunités pour M. Biya de se construire un ethos de chef. Sous ce rapport, ces rituels obéissaient à une stratégie globale de « réaffirmation de la supériorité de l’État sur le parti » (Njoya, 2005 : 210). Ainsi en est-il du « chassé-croisé » entre la fin de la tournée des provinces de M. Ahmadou Ahidjo, l’ancien président de la République et le début de celle du nouveau président de la République M. Paul Biya en février 1983.

La tournée des provinces et la transmutation du pouvoir présidentiel par les rituels des « sociétés secrètes »

26Au plus fort de la cacophonie institutionnelle qui brouillait la pré­séan­ce entre les deux hommes d’État, le nouveau président a choisi d’entamer sa tournée des provinces juste après celle de son « illustre prédécesseur » le président du parti unique. Cette « fenêtre d’opportunité » lui a permis de mieux asseoir son pouvoir et de restituer la légalité républicaine en matière de protocole d’État. Pour éviter qu’on assimile sa tournée des provinces à un acte d’allégeance à l’endroit de son prédécesseur, le nouveau président évite de commencer sa tournée des provinces par Garoua, la capitale pro­vinciale du nord où est désormais domicilié le président du parti national. Il décide de commencer sa tournée par Bamenda, le chef-lieu de la province anglophone du Nord-ouest. Cette première étape lui permet de poursuivre sa politique de rupture et de s’affirmer davantage. Selon Henri Bandolo,

les premières paroles en anglais qu’il prononce à Bamenda provoquent un délire. Les populations sont gagnées […] il suffit à leur joie que le président de la République leur parle en Anglais. Pour les anglophones, la République et la vie ont changé. Ahmadou Ahidjo ne s’était jamais adressé à eux, à l’occasion de ses rares visites, que par interprète interposé (Bandolo, 1985 : 82).

27Dans ce rapport de force dont l’enjeu est la préséance, le premier et le plus important entre les deux hommes d’État n’est plus simplement celui qui s’autoproclame comme tel, mais celui qui est le premier à faire, à dire ou à inaugurer un nouveau style politique dans une sorte de « dynamique du jeu des caractères » (Goffman, 1987 : 205). De ce point de vue, « la prestation en anglais du président de la République est un acte « révolution­naire » » (Bandolo, 1985 : 82) qui scelle la rupture, suggère et fonde la préséance. C’est une façon pour « le pouvoir d’agir sur les représentations » (Burdeau, 1980 : 251) en recourant à « la construction rituelle de la réalité politique » (Kertzer, cité par Abélès, 1991 : 257).

28Les étapes de Bafoussam dans la province de l’Ouest, de Buéa dans le Sud-Ouest, de Ngaoundéré dans la province de l’Adamaoua, de Garoua dans celle du Nord et de Maroua sont aussi marquées du sceau de l’inédit et de l’innovation pour déclasser l’ex-président Ahmadou Ahidjo par ailleurs président du parti national. Dans cette lutte pour la préséance entre les deux hommes d’État, le nouveau président de la République n’hésite pas à articuler sa tournée des provinces avec une inflation d’« effets d’annonce ». De façon répétitive, il promet la réalisation de grands projets d’infras­truc­tures à chaque station. La grande étape de la ritualisation politique de sa tournée qui lui permet de déclasser davantage son prédécesseur est l’ins­cription des « rites d’investiture » dans les grandes sociétés secrètes de chaque province.

29Pour restituer la légalité républicaine en matière de hiérarchie pro­to­colaire entre les deux hommes d’État, le rôle des « rites d’investiture » dans les sociétés secrètes s’est avéré décisif. Cette ritualisation du politique a permis au nouveau président de cumuler la « légitimité légale-rationnelle » et « la légitimité traditionnelle » pour se (re)présenter comme le véritable chef de l’État dont la légitimité intègre et dépasse le « temporel » pour se fonder aussi dans le divin, le spirituel et le traditionnel. Enjeu majeur de cette ritualisation politique : se fonder « un charisme de président de la République ». En effet, la tournée des provinces était aussi censée procurer au nouveau président une sorte d’« attestation sociale de qualification charismatique » (Weber, 1971 : 249) ; voilà pourquoi elle s’est muée en véritable périple initiatique au cours duquel le nouveau président a pu acquérir « l’ethos de la notabilité » (Warnier et Miaffo, 1993 : 137). Con­formément à l’idéal wébérien de cumul des types de légitimités (Weber, 1971), les ressources de « la légitimité traditionnelle » viennent à la res­cousse de « la légitimité légale-rationnelle » pour la sustenter, construire et entretenir le charisme présidentiel (Menguele Menyengue, 2016 : 82). La tournée des provinces a été une opportunité de transmutation et de trans­substantiation du pouvoir présidentiel par la ritualisation politique comme nous allons le démontrer. À Bamenda, le nouveau président de la République « a reçu les bénédictions des fons – chefs traditionnels – et autres chefs de cette riche usine rituelle » rapporte Michel Roger Emvana (2005 : 170-171). À Douala dans l’ex-province du littoral, une autre procé­dure d’initiation au rite du Ngondo, a été administrée pour initier le nouveau président de la République aux génies de l’eau en marge de son séjour in situ le 24 février 1983. Dans l’ex-province de l’Ouest, le nouveau président de la République a été initié aux rites du La’akam, « la société secrète » et « la maison de la notabilité » de l’ethnie Bamiléké dont les vertus en termes d’initiation au leadership sont souvent célébrées. Aussi, lui a-t-on remis « une chaise initiatique et symbolique ». « Ce tabouret blindé » [était censé] fortifier [et consolider] le pouvoir que tentent de déstabiliser et de (re)pren­dre certains ambitieux » (Emvana, 2005 : 170-171). L’étape de l’ancienne province du Centre-sud n’a pas dérogé à la règle d’autant plus qu’il s’agis­sait alors de la province d’origine du nouveau président de la République. Ici, la ritualisation politique qui a permis de transmuter le pouvoir prési­den­tiel éprouvé par des velléités de déstabilisation et de subordination s’est réalisée le 11 juin 1983 en marge de la visite présidentielle dans cette pro­vince (Menguele Menyengue, 2014 : 382-383). Comme pour préparer l’affrontement désormais inévitable entre le camp du nouveau président et celui de son prédécesseur et surtout correspondre à l’aphorisme « si vis pacem para bellum », on a remis au nouveau président de la République, outre les nombreux accessoires et outils magiques, des lances, des ma­chettes et d’autres instruments de symbolique de guerre. Cette procédure de ritualisation politique intégrée lors de la toute première tournée des pro­vinces du nouveau président de la République ne peut se comprendre en tant que stratégie de déclassement et de rupture d’avec l’ancien chef d’État au plus fort des brouillage des rapports entre celui-ci et celui-là que si l’on intègre à l’analyse le fait suivant : historiquement, les sociétés secrètes étaient réduites à une sorte de clandestinité par l’ancien président de la République Ahmadou Ahidjo qui voyait en elles des facteurs de promotion du repli identitaire. Dès lors, le fait que le nouveau président de la République consente à se faire adouber par ces sociétés secrètes participait d’une stratégie globale de déclassement de son prédécesseur dont l’acti­vis­me commençait à peine à gêner le nouveau président.

Le rituel du cérémonial protocolaire et la restauration de la hiérarchie

30Au demeurant, la politique globale de restitution de la légalité répu­bli­caine en matière de protocole d’État allait aussi se pratiquer à travers la multiplication de l’évènementiel républicain. L’évènementiel devient alors une opportunité d’affirmation et de consolidation du pouvoir prési­den­tiel. Le protocole d’État est le cadre par excellence de la restitution de la légalité républicaine en matière de hiérarchie. Le cérémonial protocolaire a souvent une fonction de repérage, d’identification et de précision de la hiérarchie républicaine. Dans la cacophonie institutionnelle qu’ils animent et qui les opposent, les deux hommes d’État s’affairent à instrumentaliser le céré­mo­nial protocolaire. Ce qu’on a appelé « la guerre des présidents » (Owona, 1983 : 76) va connaître un tournant décisif dans le sens de la restitution de la légalité républicaine lors de l’attribution du prix international Dag Hammarskjöld pour la paix à l’ex-président Ahmadou Ahidjo. La céré­mo­nie qui était prévue le 3 mars 1983 sous les auspices de l’« Académie Diplomatique de la Paix » avait un programme officiel assez curieux. Selon le décret signé par Ahmadou Ahidjo, il était en effet prévu que M. Paul Biya, président de la République et chef de l’État arrive sur les lieux avant le président du parti national Ahmadou Ahidjo :

10h 55 : arrivée de son Excellence le vice-président du comité central de l’UNC, chef de l’État et 11h 00 : arrivée de son Excel­len­ce Ahmadou Ahidjo, président national de l’UNC et remise du Prix (cité par Owona, 1983 : 77).

31Mais, contrairement à la visite protocolaire du 29 janvier 1923 qui avait eu lieu au même endroit (Bandolo, 1985 : 90), le camp du président Paul Biya entend utiliser cette opportunité. D’après Bandolo, M. Biya refuse d’entrer suivant cet ordre et « c’est quelques minutes seulement avant le début de la cérémonie que le directeur du protocole, M. Beleoken, rectifie au micro, devant les nombreux invités déjà assis, et qui attendent, la disposition protocolaire de la cérémonie » (id.). Ainsi,

Ahmadou Ahidjo arrive donc le premier au Palais des congrès, et traîne un peu, l’air passablement ennuyé, dans le grand hall d’entrée. Il ne pénètre dans la salle que lorsque retentissent déjà dans la cour les sirènes qui annoncent l’arrivée du président de la République (id.).

« Les bains de foule » comme scénarisation de la popularité du président de la République

32Tels des « rites d’affrontement » (Abélès, 1989 : 132), « les bains de foule » ont constitué des rituels réguliers dans la gestion de la crise de suc­ces­sion présidentielle des années 1980. C’est ici que les rites, les mises en scène et les différentes formes de théâtralisation de la domination se rejoi­gnent. « Le chassé-croisé » des tournées provinciales effectuées d’abord par le président démissionnaire, officiellement pour demander aux populations de soutenir son successeur, et officieusement pour se refaire une popularité politique à la base, et ensuite, juste après lui, par le nouveau président pour « contrattaquer », montre qu’il y avait entre les deux hommes politiques un rapport de concurrence larvé, sournois et discret dans un premier temps et ouvert, manifeste et visible dans un second temps. Dans cette course au président le plus populaire, « les bains de foule » ont eu une place de choix tout au long des tournées provinciales. Le nouveau président y a eu recours pour se présenter comme un homme de rupture qui, contrairement à son prédécesseur était proche des populations. Il déconstruisait ainsi le mythe du président distant, mystérieux et inaccessible pour mieux montrer la diffé­rence entre l’ancien et le nouveau président. Sous ce rapport, le recours aux « bains de foule » est apparu dans les premières années de règne du pré­sident Paul Biya comme un recours de pur opportunisme politique mobilisé pour mieux déclasser son prédécesseur.

Conclusion

33Nous avons tenté de mettre en exergue l’importance de la ritualisation politique dans la gestion de la crise de succession présidentielle du début des années 1980 au Cameroun. « Les rites de passage » (Gennep, 1909), « les rites de présentation de soi » (Goffman, 2013), « les rites de légiti­ma­tion » (Bourdieu, 1982), « les productions d’ethos présidentiel » ont été utilisés par les deux camps. Ils ont permis à la crise de succession prési­den­tielle de se révéler mais surtout de se régler et de se gérer autrement que par le recours à la violence physique. Ils ont permis pendant un moment de contenir la crise au niveau des conflits d’interprétation et de représentation de la préséance politique. Pour le camp de l’ex-président démissionnaire, il s’agissait de remettre en cause le pouvoir absolu du nouveau président de la République, et pour le nouveau président, le recours à la ritualisation politi­que apparaissait comme une opportunité de légitimation et de conso­li­dation de son pouvoir. Des rituels politiques comme les « bains de foule », les rites initiatiques, les discours ont été mobilisés pour sacraliser son pouvoir mais Biya a également instrumentalisé le rituel du cérémonial protocolaire pour repréciser la hiérarchie entre son prédécesseur et lui-même le président de la République.

_____________________________________

Haut de page

Bibliographie

ABÉGA, S.C., (1985), L’Esana chez les Béti. Yaoundé : Études et Documents africain Éditions, C.L.F.

ABÉLÈS, M., (1989), « Rituel et communication politique moderne », Hermès La Revue, 4, 127-141.

—, (1991), « Mises en scène et rituels politiques. Une approche critique », Hermès La Revue, 8-9, 241-259.

ADJEODA, R., (2000), Ordre politique et rituels thérapeutiques chez les Tem du Togo. Paris : L’Harmattan.

AHIDJO, A., (1980), Anthologie des Discours, (1979-1975). Yaoundé : Présence Africaine.

AMBOMO, C., (2013), Analyse d’un discours politique présidentiel étude lexico­mé­trique (Paul Biya, Cameroun, 1982 à 2002). Thèse de doctorat soutenue à l’Université Franche-Comté.

BALANDIER, G., (1992), Le pouvoir sur scènes. Paris : Balland.

BANDOLO, H., (1985), La flamme et la fumée. Yaoundé : Éditions SOPECAM.

BIYA, P., (1984), Le message du renouveau: discours et interviews du président Paul Biya, novembre 1982-novembre 1983. vol. 1, Yaoundé : Éditions SOPECAM.

BOURDIEU, P., (2001), Langage et Pouvoir Symbolique. Paris : Éditions Fayard.

BURDEAU, G., (1980), Traité de science politique ; t 1 / Présentation de l’univers du pouvoir. Paris : LGDJ.

CONSTANTIN, F. et COULON, C., (éds), (1997), Religion et transitions démo­cra­tiques en Afrique. Paris : Karthala.

ELIADE, M., (1959), Initiation, rites et sociétés secrètes. Gallimard : Paris.

ETOGA, E., (1983), « La nuit du 04 novembre », in Le Renouveau Camerounais : certitudes et défis, 17-29.

FAME NDONGO, J., (1983), « La passation de pouvoir », in Le Renouveau Camerounais : certitudes et défis. Yaoundé : ISSTI : 39-54.

GAILLARD, P., (1989), « Le Vrai- Faux Départ d’Ahmadou Ahidjo », in Jeunes Afrique Livres, « Dossiers Secrets d’Afrique », t. 1 : 45-67.

—, (1994), Ahmadou Ahidjo : patriote et despote, bâtisseur de l’État camerounais. Paris : JAlivre, Collection Destins.

GOFFMAN, E., (1987), Les rites d’interaction. Paris : Les Éditions Minuit.

—, (2009), La mise en scène de la vie quotidienne. Vol.2, les relations en public. Paris : Les Éditions Minuit.

—, (2013), La mise en scène de la vie quotidienne. Vol.1, La présentation de soi. Paris : Les Éditions Minuit.

GUEBOGUO C., (2007), La question homosexuelle en Afrique : le cas du Cameroun. Paris : L’Harmattan.

—, (2009), Sida et homosexualité(s) en Afrique. Analyse des communications de prévention, Paris : L’Harmattan.

LABURTHE TOLRA P., (1985), Initiations et sociétés secrètes au Cameroun. Essai sur la religion Béti. Paris : Karthala.

—, (2011), Le rite tsoo chez les Bënë du Cameroun. Yaoundé-Cameroun : L’Harmattan.

MENGUELE MENYENGUE, A. M., (2014), Forces occultes, religion et politique au Cameroun. Norderstedt-Germany : Presses académiques francophones.

—, (2016), L’intrigue de l’alternance présidentielle au Cameroun : entre jeux de simulation, d’exclusion et de positionnement politique. Sarrebruck : Éditions Universitaires Européennes.

MOMO, B., (1983), « Un bicéphalisme de fait », in Le Renouveau Camerounais : certitudes et défis. Yaoundé : ISSTI : 85-98.

NJOYA, J., (2005), Unité nationale et mutations politiques : essai sur une régula­tion symbolique et conservatrice du système politique. Thèse soutenue à l’Université de Yaoundé II.

NYAMBOLI, R., (1983), « Le désarroi des barons », in Le Renouveau Camerounais : certitudes et défis. Yaoundé : ISSTI : 59-68.

OWONA, J., (1983), « La querelle de l’État et du parti », in Le Renouveau Camerounais : certitudes et défis. Yaoundé : ISSTI : 69-84.

PIGEAUD, F., (2011), Au Cameroun de Paul Biya. Paris : Karthala.

RIVIERE, C., (2000), Anthropologie politique. Paris : Armand Colin.

—, (2008) Socio Anthropologie des religions. Paris : Armand Colin/Collection « Cursus ».

SEGALEN, M., (2005), Rites et Rituels Contemporains. Paris : Armand Colin.

SINDJOUN, L., (1996b), « Le président de la République au Cameroun (1982-1996). Les acteurs et leurs rôles dans le jeu politique », in C.E.A.N., n° 50 , 1‑22.

—, (1999), « Le Président de la République du Cameroun à l’épreuve de l’alter­nance néo-patrimoniale et de la « transition démocratique », In COUMBA, M. et DIOP, M., (éds.), Les figures du Politique en Afrique : Des pouvoirs hérités aux pouvoirs élus. Paris : Karthala, 63-102.

VAN GENNEP A., (1909). Les rites de passage. Paris : Nourry.

VINCENT, J-F., (1986). « Le Prince et le Sacrifice: religion et magie dans les montagnes du Nord-Cameroun », Journal des Africanistes, 56, 89-121.

WARNIER, J-P., (1993), L’Esprit d’entreprise au Cameroun. Paris : Karthala.

WEBER, M., (1971), Économie et société. Paris : Plon.

Haut de page

Notes

1 Le palais de l’Unité est le nom donné au palais présidentiel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aristide M. Menguele Menyengue, « Les rites dans la gestion de la crise de succession présidentielle des années 1980 au Cameroun », Semen [En ligne], 43 | 2018, mis en ligne le 18 mai 2018, consulté le 16 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/semen/10686

Haut de page

Auteur

Aristide M. Menguele Menyengue

Université de Douala
GREPDA

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page