Navigation – Plan du site
I. Dossier thématique

Le débat télévisé comme ritualisation de la démocratie suisse1

Alain Bovet

Résumés

La démocratie suisse dite semi-directe génère de nombreux rituels médiatisés, notamment des débats télévisés consacrés aux objets soumis au vote populaire. Par le biais d’une analyse énonciative inspirée par l’analyse de conversation ethno­mé­thodologique, ce texte examine quelques séquences d’un débat télévisé consacré à une proposition de restriction des applications du génie génétique. L’analyse se concentre sur le positionnement énonciatif d’un membre du gouvernement. La dimension rituelle de ces pratiques réside non seulement dans la mise en scène d’un débat contradictoire mais également dans sa configuration asymétrique : la pro­po­sition de modification de la législation est assignée à un camp marginal et radical, tandis que le statu quo apparaît comme un bien commun à protéger. Cette confi­gu­ration rituelle de la démocratie suisse a été documentée dans de nombreuses autres controverses et apparaît dès lors comme constitutive d’un ordre moral et social et d’une culture politique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Je remercie Loïse Bilat et Pierre-Yves Moret pour leurs relectures attentives.

1En latin, ritus, la cérémonie, et ordo, l’ordre, semblent être dérivés d’une même racine, reor, qui renverrait à l’action de fixer (Wiktionnaire 2016). Cette étymologie rejoint une conception sociologique et anthro­po­lo­gique selon laquelle le rituel fixe et établit un ordre du monde. Dans la version durkheimienne, largement reprise par Goffman (1973 : 73), le rite positif célèbre des valeurs jugées sacrées, ou, dans une version plus laïque, constitutives de la collectivité, tandis que le rite négatif met en scène l’évi­tement ou la prévention du danger ou du tabou. L’enjeu de la relation interne du rite avec l’ordre social et moral permet de tirer Goffman dans la direction de Garfinkel, en particulier lorsque, à travers ses breaching experiments (Garfinkel, 2006) et à propos des cérémonies de dégradation (Garfinkel, 1956), ce dernier décrit les modalités rituelles de restauration de l’ordre moral. Le rituel, en particulier lorsqu’il est politique, a donc partie liée avec un ordre indissociablement moral et social, en célébrant les valeurs communes tout en écartant ce qui les menace ou y contrevient.

  • 2 Il s’agit en particulier de l’émission Arena, de la télévision publique suisse alémanique, qui a ac (...)

2Dans cette perspective, la démocratie suisse, dite semi-directe, présente l’intérêt de donner lieu à plusieurs formes de ritualisation de la politique. La forme la plus évidente est celle des institutions et des procé­dures de mises en votations populaires qui diffèrent des démocraties dites représentatives. Les institutions de l’initiative populaire et du référendum permettent en effet aux citoyens suisses de soumettre au vote national des modifications de la constitution ou des décisions du parlement. En consé­quence, les citoyens sont appelés à se prononcer sur plusieurs objets à quatre ou cinq reprises chaque année. Ces « votations » scandent la vie po­litique suisse, en particulier dans la phase de campagne qui précède le vote. Plus ou moins longue et intense selon les objets, la campagne de votation comprend en effet nombre d’éléments rituels qui font l’objet d’une forte médiatisation : lancement de la récolte des 100’000 signatures nécessaires, dépôt des signatures au Palais fédéral, vote du parlement, conférence de presse du gouvernement, des comités favorables ou opposés au projet, etc. Parmi les rituels de la campagne de votation, les débats télévisés et radio­diffusés, eux-mêmes soumis à des règles strictes concernant la représen­ta­tivité des diverses parties en présence, jouent un rôle central2. Fortement codifiés, ces événements médiatiques ne se limitent pas à mettre en scène un ordre politique externe. C’est dans et par ses manifestations rituelles qu’émerge et s’établit un ordre politique. Pour saisir l’émergence de cet ordre endogène, il faut faire œuvre d’ethnographie et prendre en charge le détail des pratiques concrètes et situées dont procèdent ces rituels.

3C’est ce que je propose de faire dans ce texte par le biais de l’analyse de séquences d’un débat télévisé sur une initiative restreignant les appli­ca­tions du génie génétique. Je procéderai par le biais d’une analyse énon­ciative (Véron, 1989) fortement inspirée par l’analyse de conversation ethnométhodologique (Bovet et Terzi, 2011a). Cette démarche phénomé­no­logique me permettra de rendre compte de ce qu’accomplit un débat té­lévisé de manière intelligible dans son propre déroulement. L’enjeu con­sistera à montrer qu’une approche ethnographique et phénoménologique ne se limite pas à la simple restitution de détails interactionnels. Je chercherai en effet à montrer que c’est de l’intérieur des pratiques de prise de parole, de modération ou encore d’argumentation, que s’établit l’ordre politique propre à ce rituel de la politique suisse. L’établissement de cet ordre politi­que ne résulte pas seulement de la mise en scène d’un affrontement entre deux camps, pour et contre l’initiative, mais de ce que je propose d’appeler la configuration de la controverse. Au cours du débat télévisé, cette confi­guration s’opère de telle sorte qu’elle produise une présentation asy­mé­trique des camps en présence, privilégiant le statu quo par rapport aux propositions de changement avancées par les initiatives. Une telle configu­ration relève de l’ordre politique suisse pour deux raisons. Premièrement, elle a été largement dominante dans l’ensemble du traitement public et médiatique de cette initiative au cours de la longue controverse qu’elle a suscité dans l’espace public suisse entre 1996 et 1998 (Bovet, 2007, 2013). Deuxièmement, ce type de configuration défavorable aux propositions de régulation portées par les initiatives s’est également imposé dans de nom­breuses autres thématiques. La configuration a ainsi pu être observée et décrite dans les débats sur la toxicomanie (Widmer, Boller et Coray, 1997), les pratiques bancaires (Widmer et Terzi, 1999), le plurilinguisme (Widmer, 2004) et la médecine de la procréation (Terzi et Bovet, 2005).

4L’analyse portera sur un débat télévisé produit et diffusé en direct par la Télévision suisse romande (TSR) le 27 mai 1998, en vue du vote du 7 juin 1998 sur l’initiative dite « pour la protection génétique ». Cette initia­tive interdisait la production d’animaux génétiquement modifiés, la dissé­mination de plantes génétiquement modifiées ainsi que le brevetage de produits du génie génétique. Entre 1996 et 1998, elle a donné lieu à une très vaste controverse publique et a été rejetée en juin 1998 par les deux tiers des votants.

1. Le débat comme « examen » d’une initiative

5Le débat télévisé dont il est question est une édition spéciale de l’émission Droit de Cité. Cette émission abordait des thèmes politiques dans une configuration le plus souvent bipolaire : deux camps se faisaient face devant un public de spectateurs présents dans le studio et de télés­pec­tateurs. Dans cette édition particulière, le public était lui-même scindé en deux camps, ce qui témoigne de la prégnance de la controverse à quelques jours du vote. Les éditions consacrées à des initiatives consistaient tradi­tion­nellement à présenter l’initiative puis, après un premier tour de table de prises de positions générales, à en aborder les différents aspects dans un débat contradictoire.

6La prise en compte de l’ouverture d’un rituel semble s’imposer à quiconque veut en saisir le sens. À cet égard, les premières secondes qui suivent le générique s’avèrent particulièrement explicites sur la relation à l’audience. Une femme apparaît au centre de l’écran et prononce les paroles suivantes en établissant un contact oculaire avec la caméra :

(Extrait 1)

Bonsoir à tous et bienvenue dans cette édition spéciale de Droit de cité consacrée à l’examen de l’initiative pour la protection génétique qui sera l’un des objets des votations fédérales du sept juin prochain […]

7Dans ce premier énoncé, celle qui apparaît de toute évidence comme la modératrice du débat salue les téléspectateurs et introduit quelques aspects de l’émission à venir. Il en ressort qu’une échéance politique na­tio­nale, un vote ayant lieu une dizaine de jours après l’émission, a amené la TSR à mettre sur pied une « édition spéciale » de son émission politique. C’est plus spécifiquement à « l’examen » de l’objet de ce vote, à savoir « l’initiative pour la protection génétique », que le destinataire est invité à assister. En d’autres termes, l’émission se présente comme à la fois précé­dant et préparant le vote sur un des objets des votations fédérales à venir.

8Dans toute sa trivialité, cette ouverture participe néanmoins d’un monde démocratique dans lequel le geste démocratique du vote est rituel­lement préparé par une discussion publique, en l’occurrence « l’examen » d’une initiative dans et par une émission de télévision. L’instance média­tique investit ainsi un rôle normatif et constitue son destinataire comme, sinon un citoyen suisse appelé à voter, du moins un téléspectateur intéressé à approfondir sa connaissance d’un objet de vote.

9Ces quelques éléments d’analyse permettent de préciser l’objectif que je poursuivrai dans ce texte. Plutôt que de choisir entre une perspective interne ou externe (Neveu, 2003), je m’inscrirai dans une approche énon­ciative (Acklin Muji, Bovet, Gonzalez et Terzi, 2007) consistant à décrire comment l’émission, depuis l’intérieur de son déroulement et selon une intelligibilité de sens commun (Scannell, 1994), se donne une extériorité, ici en termes de contribution à un processus politique qui la dépasse. Cette contribution repose sur la médiation proposée par l’émission entre une thématique politique et une collectivité politique appelée à prendre une décision. Le rituel du débat télévisé vient donc ici donner au citoyen-télés­pectateur les moyens d’exercer son pouvoir en lui présentant les enjeux du vote, ainsi que les arguments pro et contra. Je montrerai que cette fonction politique du rituel est prise très au sérieux par ses participants, même s’ils peuvent être amenés à diverger sur les manières de la réaliser. Je respecterai ainsi le principe d’une approche phénoménologique et praxéologique, c’est-à-dire soucieuse de ne pas substituer une interrogation d’ordre théorique à un enjeu pratique pour les participants de la situation observée.

2. Saluer et distinguer les débataires

10Après avoir salué les téléspectateurs, la modératrice s’adresse aux personnes présentes sur le plateau :

(Extrait 2)

Bienvenue également à l’ensemble de nos invités et de nos débataires de ce soir, et en particulier à vous monsieur le conseiller fédéral Pascal Couchepin qui siégez ce soir avec et au côté des adversaires de l’initiative pour la protection génétique, adversaires que je présenterai au fur et à mesure de leurs interventions tout à l’heure.

11Avant d’entrer dans le détail de l’extrait 2, il peut être utile de remar­quer l’ordonnancement séquentiel des deux adresses. La priorité donnée à l’adresse aux téléspectateurs (extrait 1) ne laisse aucun doute sur le fait que ces derniers constituent bien les destinataires premiers de l’activité en cours. En d’autres termes, l’émission ne consiste pas en une réunion de personnes qui se trouve être filmée par la télévision. Il s’agit au contraire d’un événement télévisuel, auquel prennent part les personnes qui sont saluées dans l’extrait 2.

12L’usage des catégories d’« invités » et de « débataires » permet d’établir la nature de l’« examen » à venir. Les personnes présentes ont été convoquées dans le studio de télévision pour prendre part à un débat. Il est ainsi établi d’emblée par l’instance médiatique que l’« examen » annoncé doit adopter une forme contradictoire. La modératrice distingue cependant immédiatement l’un de ces débataires, dont elle indique dans un premier temps la fonction de membre du gouvernement et le nom. Dans un second temps, elle spécifie son appartenance au collectif des « adversaires de l’ini­tiative pour la protection génétique ». Elle précise ensuite qu’elle reporte la présentation des autres membres de ce collectif au moment de leur inter­vention dans la suite du débat. Il s’agit ici d’une première indication de l’établissement, dès l’ouverture du rituel, d’une asymétrie entre les camps en présence.

13Il apparaît en effet que la participation d’un conseiller fédéral à un débat télévisé constitue un fait qui mérite d’être signalé d’entrée de jeu. Le conseiller fédéral se distingue non seulement des autres membres du collec­tif auquel il est affilié au sein du débat, mais aussi de l’ensemble des déba­taires invités. On peut parler ici d’une relation réflexive entre la catégorie et son usage en situation (Sacks, 2014) : alors que la catégorie fournit une explication voire une justification au traitement spécifique de son occupant, ce même traitement constitue une forme d’instruction sur le sens de la catégorie.

14Je m’intéresserai plus loin à une phase dialogale de la même émission, dans le but de restituer la façon dont les mêmes éléments, par exemple la par­ticipation d’un conseiller fédéral à un débat télévisé, font l’objet d’accords (ou de désaccords) intersubjectifs contribuant à l’établissement rituel d’un ordre politique. Avant de passer à cette analyse interactionnelle, j’aimerais analyser brièvement la suite de l’ouverture du débat pour préciser certains aspects de l’asymétrie abordée précédemment. Voici les paroles que prononce la modératrice en se tournant vers les débataires qui font face aux « adversaires de l’initiative » :

(Extrait 3)

Quant à vous mesdames et messieurs, vous êtes vous partisans de l’initiative pour la protection géné­tique. Vous représentez les milieux qui depuis le début ont fait signer ou soutenu cette initiative. Bienvenue à vous également. Je vous présenterai aussi au fil de vos interventions.

15Il ressort de cette séquence de salutations que les personnes convoquées dans le studio peuvent être réparties en deux groupes et que ces derniers correspondent aux adversaires et aux partisans de l’initiative. Cette configuration bipolaire fait cependant l’objet d’une qualification. Si la modératrice a souligné la présence au sein des adversaires de l’initiative d’un membre du gouvernement, elle présente le groupe adverse comme issu de « milieux » engagés de longue date (« depuis le début ») dans la revendication portée par l’initiative. Je propose de voir dans cette qualification de la configuration bipolaire les bases du clivage sur lesquelles sera élaborée la prise de position du conseiller fédéral dans une phase ultérieure de l’émission.

16Voici enfin pour clore l’analyse de cette ouverture, un dernier extrait de cette séquence. Il présente l’intérêt d’expliciter le dispositif énonciatif de l’émission et partant l’ordre politique auquel le rituel en cours se propose de contribuer.

(Extrait 4)

Les uns et les autres vous allez évidemment débattre des principales dispositions de l’initiative avec pour but de mieux informer les téléspectateurs, les citoyennes et les citoyens et si possible d’aider ces citoyennes et citoyens qui ne se seraient pas fait une opinion à pouvoir mieux décider le sept juin de mettre un oui ou un non dans l’urne.

17La reformulation de « téléspectateurs » en « citoyennes et citoyens » explicite l’opération importante qui consiste à proposer à une audience médiatique de s’identifier à une collectivité politique. La modératrice précise ensuite qu’une visée additionnelle de l’émission consiste à conduire les indécis à s’identifier à l’une des deux options instituées par le vote, excluant ainsi tout citoyen envisageant une quelconque autre option.

18Cette opération parachève l’ouverture du rituel. Les débataires sont présentés comme appartenant exclusivement à deux collectifs, dont l’antagonisme représente la confrontation de la campagne d’initiative. La modératrice instaure ainsi une relation terme à terme entre deux collectifs de personnes présentes sur le plateau et deux positions à l’égard de l’initiative. Ce travail de description opère une véritable configuration du débat dans la mesure où sont ainsi exclues aussi bien l’existence d’une po­si­tion tierce, que l’éventualité qu’un débataire la promeuve, c'est-à-dire ne puisse être rattaché à aucun des deux camps.

19En invitant son audience non pas à se divertir du spectacle d’un af­frontement, mais à se former une opinion face à un échange d’arguments, en lien avec le futur acte de vote, l’émission lui applique la même con­fi­gu­ration bipolaire.

3. Du conseiller fédéral au Conseil fédéral

20À la suite de cette séquence d’ouverture, la modératrice donne quelques indications sur le contenu et le contexte de l’initiative. Elle procède ensuite à un premier tour de table en sollicitant deux débataires de chaque camp pour une prise de position relativement générale. Je me concentrerai sur celle du conseiller fédéral, qui présente l’intérêt de mettre en jeu directement le dispositif énonciatif de l’émission.

  • 3 Voir Jefferson 2004 pour les conventions utilisées ici, à l’exception des indications suivantes : / (...)

21Après avoir donné la parole à une partisane de l’initiative, voici comment la modératrice sollicite le conseiller fédéral. Pour prendre en compte le caractère dialogal de la séquence, il convient d’adopter les conventions de transcription de l’analyse de conversation3.

22La préparation de la question montre que la modératrice souligne à nouveau l’engagement public du conseiller fédéral contre l’initiative (4-6). Elle ajoute cependant que c’est également le cas pour deux de ses collègues. Ces éléments préparent la question dans la mesure où ils permettent à la modératrice de déduire de l’engagement public du conseiller fédéral contre l’initiative une position marquée voire radicale, le refus de toute régulation. La question proprement dite (7-10) consiste alors à inviter le conseiller fédéral à se positionner par rapport au refus de réguler. La réponse qui lui est donnée occasionne une séquence complexe, marquée par de nombreux chevauchements et des interruptions. Cette séquence montre que les contingences interactionnelles du rituel n’empêchent aucunement le conseiller fédéral et la modératrice d’aboutir à une configuration conver­gente du débat, manifestant ainsi l’établissement d'une définition conjointe de la situation (Goffman, 1974).

23La réponse du conseiller fédéral, que pour clarifier je désignerai par son nom, commence par revenir sur un élément de la préparation de la question. P. Couchepin précise que le fait que trois conseillers fédéraux s’engagent publiquement dans la campagne contre l’initiative n’implique pas que les autres conseillers fédéraux n’y soient pas également opposés. Cette précision est loin d’être secondaire et on peut la rapporter à deux enjeux distincts.

24Le premier enjeu consiste à prévenir une interprétation usuelle voire ordinaire de l’énonciation des conseillers fédéraux en fonction du « principe de collégialité » (Kriesi, 1998). Cette règle désigne un corollaire du gouvernement de concordance, selon lequel une décision du Conseil fédéral, qu’elle soit unanime ou majoritaire, s’impose à chacun de ses membres, qui se doit de la défendre publiquement. Ce principe a pour conséquence qu’un conseiller fédéral, en particulier lorsqu’il fait partie de la minorité de gauche, est fréquemment amené à défendre publiquement une position qu’il a lui-même combattue, sans succès, au sein du Conseil fédéral, et que son parti a combattu, sans plus de succès, au parlement.

25C’est vraisemblablement en présupposant cet arrière-plan que P. Couchepin souligne que « tout le conseil fédéral est opposé ». S’il est possible de distinguer l’action publique de trois de ses membres, c’est seulement en raison de la pertinence thématique de l’initiative pour les départements qu’ils dirigent. En termes goffmaniens (Goffman, 1987), P. Couchepin indique que le format de production est caractérisé par un recoupement des trois instances (animateur, auteur, responsable), en ce sens que les conseillers fédéraux qui défendent l’initiative le font chacun par conviction personnelle, et donc loin de l’ironie, du pragmatisme ou de la langue de bois que l’on peut fréquemment observer.

26Les remarques qui précèdent montrent que la détermination de l’énon­ciateur du discours ne constitue pas seulement une préoccupation ana­ly­tique. Il s’agit même en premier lieu d’une préoccupation des participants au rituel qui font en sorte de lever les doutes ou les ambiguïtés qui pourraient subsister à ce propos. C’est pour cette raison que des moments apparemment triviaux du rituel politique méritent toute l’attention analytique.

27P. Couchepin cherche donc à atténuer la tension introduite par la modératrice. Pour ce faire, il oppose l’unanimité du Conseil fédéral à la division du parti socialiste. Par ce biais, il dédramatise considérablement le conflit de loyauté introduit par la modératrice : les deux conseillers fédéraux font simplement partie du camp des adversaires de l’initiative au sein du parti socialiste. Il vaut la peine de relever que P. Couchepin annonce que la suite de l’émission fournira une démonstration de la division du parti socialiste (« on verra bien ici que le parti socialiste est divisé »). Il considère en d’autres termes que l’« examen » que l’émission se propose de conduire ne peut que mettre en lumière cet aspect de la configuration du débat.

28Comment peut-on comprendre et décrire le travail opéré ici con­join­te­ment par le conseiller fédéral et la modératrice sur la configuration du débat ? Il est d’abord intéressant de relever une certaine tension de l’inte­raction, manifestée par de nombreux cas de chevauchements et d’inter­ruptions, qui marquent une rupture avec le système d’échange de parole très policé adopté jusqu’alors. Cette tension peut être rapportée aux prérogatives mais aussi aux préoccupations propres des deux partenaires de l’interaction. Alors que la modératrice, en charge de la conduite de l’« examen », se soucie d’expliciter les différentes positions en jeu, le conseiller fédéral s’attache à qualifier la pertinence de ces différentes positions. Au terme de l’échange, qui rappelons-le n’est que le préalable à la réponse à la question posée, il ressort que le Conseil fédéral est à la fois dans son ensemble et par chacun de ses membres opposé à l’initiative. Cette position forte n’en fait pas un adversaire du parti socialiste dans son ensemble, dans la mesure où ce dernier se montre lui-même divisé sur la question. En d’autres termes, le débat oppose le gouvernement unanime à une fraction du parti socialiste. Cette opposition peut être vue comme une instruction à ne pas voir le débat comme opposant le Conseil fédéral à la gauche, ce qui suppose à la fois que la forte majorité de droite du Conseil fédéral (cinq sièges sur sept) et l’ap­partenance de P. Couchepin au parti radical-démocratique (droite libérale) ne sont pas pertinents pour interpréter le débat en cours.

29Pour accomplir une telle configuration du débat, il faut à la fois que la modératrice explicite la position du parti socialiste et que P. Couchepin conteste l’importance de cet élément. Le point n’est pas ici de suggérer une forme de collusion entre la modératrice et le conseiller fédéral, a fortiori lorsque, comme c’est le cas ici, cela passe par une interaction peu harmo­nieu­se. Il s’agit au contraire de leur compétence rituelle à établir cet aspect de l’ordre politique selon lequel la plupart des initiatives populaires ap­pa­raissent comme des propositions minoritaires voire radicales qu’il s’agit d’écarter. C’est ce point que je vais à présent approfondir en examinant la réponse du conseiller fédéral à la question qui lui a été posée.

4. Du Conseil fédéral à la collectivité politique

30Lorsque P. Couchepin en vient à répondre à la question, il poursuit le travail énonciatif qu’il a déjà engagé en revenant sur la préparation de la question.

31Dans cette première partie de la réponse, P. Couchepin commence par rejeter explicitement la position extrême du refus de toute forme de régu­lation (3-6), répondant ainsi à la question posée. C’est donc en répondant à la question que P. Couchepin parvient à se défaire de l’imputation d’une position extrême, en l’occurrence le refus de toute forme de régulation.

32Pour étayer cette affirmation, P. Couchepin invoque les mesures exis­tantes de régulation du génie génétique, et en premier lieu l’article cons­ti­tutionnel (6-12). Il présente ensuite le programme Genlex (12-23) qui est présenté à la fois comme un développement de l’article 24 novies (13-17) et comme un complément de la législation établie pour définir son application (17-23). L’argumentation de P. Couchepin procède ensuite d’une descrip­tion de ce processus (17-23). La législation existante et à venir est présentée comme résultant d’un « dialogue [permanent] entre […] l’éthique et la science ».

33P. Couchepin produit ainsi les preuves d’un processus de régulation du génie génétique, qui, loin du laisser-faire, prend la forme d’un ap­pa­reil­lage juridique multiple. Cette attitude établit une alternative « modérée » à la position extrême du refus de toute régulation du génie génétique. Il s’agit de mener un dialogue afin d’encadrer par des lois le développement du génie génétique. Il est important de relever ici à qui est attribuée cette po­sition modérée et cette démarche. Cette attribution s’opère notamment dans le positionnement énonciatif adopté par P. Couchepin au cours de sa réponse.

34P. Couchepin fait d’abord usage du pronom « on » (4) dans ce qui constitue la réponse à la question posée. Dans ce cas, il s’agit vraisem­bla­blement d’une première personne du pluriel qui renvoie au Conseil fédéral. P. Couchepin met ainsi en œuvre la posture de porte-parole du Conseil fédéral qu’il vient d’établir. La réponse à la question peut donc être enten­due comme énoncée par le Conseil fédéral. L’examen des autres pronoms dans la suite de la réponse signale cependant un glissement énonciatif. Deux « on » sont ensuite utilisés (12, 13) pour désigner l’instance engagée dans l’élaboration législative, en l’occurrence le Conseil fédéral et le parlement.

35P. Couchepin fait à nouveau usage du « on » quelques énoncés plus tard (22). Le pronom se réfère ici au sujet d’une volonté concrétisée par l’article constitutionnel. Il peut à ce titre désigner tout à la fois le Conseil fédéral et le parlement qui ont élaboré l’article, et le peuple suisse qui l’a approuvé en votation en 1992. La trajectoire des « on » fait donc ressortir le glissement énonciatif accompli par le récepteur d’une question adressée à un conseiller fédéral opposé à l’initiative. Ce travail énonciatif permet en effet d’assimiler la position du locuteur à l’émanation d’une volonté collec­tive démocratiquement établie.

5. Les interdictions contre la démocratie

36Ainsi spécifié, l’énonciateur devient une ressource dans la suite de son intervention pour souligner le contraste avec le camp adverse, lequel se voit exclu du « dialogue démocratique » :

37Ayant établi l’adhésion d’un large collectif à la régulation entreprise par les autorités, P. Couchepin aborde l’alternative que constitue l’initiative et en pointe quelques conséquences. Il commence par identifier un aspect problématique de l’initiative. Il s’agit pour P. Couchepin de souligner pre­mièrement que l’initiative consiste en « interdictions » (23-28), et deu­xiè­mement que de telles interdictions iraient à l’encontre du « dialogue entre l’éthique et la science » déjà identifié précédemment comme le processus aboutissant à une régulation législative du génie génétique. P. Couchepin en conclut que le programme de l’initiative mettrait un terme à l’exception suisse qui fonde son processus de régulation sur un « dialogue entre l’éthi­que et la science ». L’initiative aurait donc pour conséquence que le génie génétique serait développé dans d’autres pays et en dehors d’un tel dia­lo­gue. La suite de l’intervention précise en effet la situation excep­tion­nelle de la Suisse, caractérisée par la « possibilité de mener un dialogue démo­cra­tique sur les limites du génie génétique ».

38L’intervention est ponctuée par une première injonction à opter pour le « dialogue », ce qui implique de renoncer à « interdire » (36-37). Une seconde injonction reformule la première en présentant l’activité en cours comme une mise en œuvre du « dialogue » (37-40). L’intervention de P. Couchepin se referme donc avec une nouvelle consigne de lecture sur l’activité en cours. P. Couchepin propose en effet d’y voir et d’y saisir l’op­portunité d’un dialogue démocratique salutaire sur les limites du génie génétique.

39La conclusion est limpide. À deux reprises, P. Couchepin formule l’impératif d’opter pour la poursuite du dialogue plutôt que pour les inter­dictions. La première option est rattachée à un « on » qui inclut l’ensemble des citoyens suisses dans la mesure où il s’agit du sujet qui « a la chance d’avoir la démocratie et la possibilité de mener un dialogue démocratique sur les limites du génie génétique ». Cette « chance » permet à la collec­ti­vité nationale d’occuper la position modérée consistant à participer à un dialogue visant à encadrer législativement le génie génétique. La seconde option est rattachée aux « partisans de l’initiative », qui se voient réduits à la position extrême de refus de principe du génie génétique (« interdire systématiquement » (39-40)). La reprise pronominale par deux « ils » (26, 27) suggère qu’ils occupent une position de troisième personne, qui ap­pa­raît comme irrémédiablement distincte du collectif qui conduit le dialogue démocratique. Les partisans de l’initiative figurent par conséquent hors de l’espace du dialogue démocratique délimité par P. Couchepin. Et dans la mesure où ce dernier demande de considérer le rituel en cours comme un moment de ce dialogue (36-40), la moitié des personnes présentes en sont exclues.

40Cette conclusion reste implicite et elle ne constitue que l’aboutis­se­ment du travail effectué par P. Couchepin sur la configuration du débat. Elle postule que certains usages de la démocratie suisse sont anti-démo­cra­tiques et que la démonstration de ce point est un enjeu du rituel en cours. Ainsi présentée, l’alternative consiste pour les téléspectateurs-citoyens à opter entre ce que j’ai dégagé plus haut comme la position modérée des opposants à l’initiative et la position extrême de ses partisans. Aussi bien la prise de position de P. Couchepin que les interventions de la modératrice concourent à configurer le débat de telle sorte que seule une des deux options en jeu paraisse non seulement modérée et à ce titre préférable, mais également légitime car conforme au fonctionnement démocratique suisse.

Conclusion

41Il m’a semblé utile et signifiant d’examiner en détail les circonstances de la prise de parole d’un membre du gouvernement suisse à l’ouverture d’un débat télévisé. J’ai cherché à montrer comment, en étroite interaction avec la modératrice, le conseiller fédéral s’est employé à spécifier diverses composantes du dispositif énonciatif. Ce véritable travail énonciatif a été de part en part étroitement articulé à une prise de position à propos d’un enjeu public. Je me limiterai ici à reprendre les éléments qui viennent d’être dégagés et qui me paraissent essentiels pour saisir en quoi le rituel du débat télévisé contribue à l’établissement d’un ordre politique en Suisse.

42Le conseiller fédéral est parvenu à établir une position énonciative de porte-parole d’un large collectif incluant non seulement l’exécutif unanime, mais également l’ensemble des citoyens suisses, dont il a notamment sou­li­gné l’attachement au « dialogue démocratique entre science et éthique ». En opposant à ce vaste collectif la volonté des partisans de l’initiative d’« interdire systématiquement » les applications du génie génétique, le conseiller fédéral a rejeté ses adversaires du soir en-dehors de la sphère démocratique.

43Si cette conclusion, pour le coup peu modérée, est alors restée impli­ci­te, elle n’a pas échappé au camp adverse. C’est ainsi que lors d’un échange ultérieur, une partisane de l’initiative contestera la validité d’un débat con­fi­guré de telle sorte que l’un des deux camps apparaisse comme fondamen­ta­liste et obscurantiste. La réplique cinglante du conseiller fédéral consistera à enjoindre son interlocutrice de choisir entre participer au débat et y renoncer (Bovet, 2004).

44Il n’est sans doute pas extraordinaire qu’un débataire tente de placer son adversaire au-delà des limites du débat démocratique. Il est toutefois plus surprenant d’observer des éléments de convergence sur ce point entre un des camps et l’instance journalistique, pourtant astreinte par principe à une médiation impartiale. Comme j’ai cherché à le montrer ici, l’« examen de l’initiative » tel qu’envisagé et organisé par la modératrice s’est d’emblée inscrit dans une configuration asymétrique. J’ai pu montrer dans d’autres travaux que la modératrice s’est montrée intraitable face à toutes les tentatives des partisans de l’initiative de modifier, sinon de thématiser, cette configuration asymétrique (Bovet, 2004 ; Bovet et Terzi, 2011 ; Bovet et Malbois, 2011). Il en ressort que si ce rituel de la démocratie suisse qu’est le débat télévisé donne aux initiants voix au chapitre et droit de cité, c’est uniquement dans une configuration sur laquelle ils n’ont pas prise et qui leur est très défavorable.

45Dans le même esprit, j’aimerais à présent montrer pour conclure cette contribution que ce que donne à voir une analyse détaillée de l’interaction est la cristallisation de phénomènes bien plus larges. Il faut premièrement rapporter ce qui peut apparaître comme des contingences interactionnelles à l’ensemble de la campagne autour de l’initiative pour la protection géné­tique. Une analyse d’un corpus de presse de 3000 articles (Bovet, 2013) a montré que si cette campagne a connu une ampleur et une virulence excep­tionnelles, elle a rapidement adopté une forme stable dans la très grande majorité des médias suisses où elle est apparue comme une opposition entre les autorités économiques, politiques et scientifiques, et une poignée de militants radicaux dont l’initiative menaçait la prospérité nationale. En ce sens, le débat télévisé en question a adopté la configuration rituelle de cette campagne.

46Deuxièmement, on peut dépasser le cas du génie génétique pour cons­tater que la plupart des initiatives populaires connaissent un traitement similaire. Des analyses menées sur de larges corpus de presse sur les enjeux de la toxicomanie (Widmer, Boller et Coray, 1997), des fonds en déshé­rence (Widmer et Terzi, 1999), du plurilinguisme (Widmer, 2004) et de la médecine de la procréation (Terzi et Bovet, 2005), ont montré que des pro­positions de régulation rendues possibles par la démocratie directe ap­paraissent comme des menaces pour la prospérité collective. La récur­rence et la stabilité de tels processus rendent compte de la tension entre la forte participation garantie par la démocratie semi-directe suisse et le carac­tère très conservateur des résultats des votes issus de ce système (Bovet et Terzi, 2011b).

47Il s’agit en effet moins de débattre rationnellement des propositions mises au vote, sur le modèle de la publicité habermassienne (Habermas, 1990) ou de l’institutionnalisation du conflit chez Lefort (1986), que de faire la démonstration rituelle et publique de leur illégitimité voire de leur dangerosité, reléguant ainsi leurs tenants hors de la collectivité nationale. Pour J. Widmer (2010), la Suisse se caractérise ainsi par la tension et la cohabitation entre un modèle soumettant le collectif à des normes en sur­plomb et un modèle faisant prévaloir la mobilisation fusionnelle du collectif face à un ennemi commun. Dans ce modèle, on retrouve les dimensions inclusives et exclusives du rite, puisque la célébration de valeurs communes est indissociable de la mise à l’écart de celles et ceux qui refusent de s’y soumettre. Ces considérations sur la configuration de l’espace public suisse présentent ici l’intérêt d’approfondir la dimension rituelle des pratiques observées, qui ne relève plus seulement d’une controverse voire d’un évé­nement spécifique, mais d’une culture médiatique et politique. Mon objectif ici a consisté à prendre au sérieux les pratiques médiatiques d’un rite politi­que, sans pour autant perdre de vue l’ordre politique qu’elles contribuent à établir.

_____________________________________

Haut de page

Bibliographie

ACKLIN MUJI, D., BOVET, A., GONZALEZ, P., TERZI, C., (2007), « De la sociologie à l’analyse de discours, et retour. En hommage à Jean Widmer », Réseaux, 144, 267-277.

BOVET, A., (2004), « « Quel débat, Monsieur le conseiller fédéral, quel débat ? ». Autorité, génie génétique et débat public. », Carnet de bord, 7, 74-82.

—, (2007), La mise en question du génie génétique dans l’espace public suisse. Analyse des pratiques médiatiques de mise en forme et de mise en œuvre du débat public. Thèses électroniques de l’Université de Fribourg.

—, (2013), La démocratie et ses gènes. Le génie génétique dans l’espace public suisse (1992-2005). Lausanne : Antipodes.

BOVET, A., MALBOIS, F., (2011), « (En)jeux du cadre de participation dans la discussion publique médiatisée ». In BURGER, M., JACQUIN, J., MICHELI, R., (éds.), La parole politique en confrontation dans les médias. Bruxelles : De Boeck, 51-68.

BOVET, A., TERZI, C., (2011a), « Montrer et accomplir l’ordre politique. Ethnographie du débat télévisé ». In BERGER M., CEFAÏ, D., GAYET-VIAUD , C., (éds.), Du civil au politique. Ethnographies du vivre-ensemble. Bruxelles : Peter Lang, 231-255.

BOVET, A., TERZI, C., (2011b), « Démocratie directe et dépolitisation ». In GROSS, A., KREBS, F., STOHLER, M., SCHÖNMAN, D., (éds.), Au-delà de l’automne. Alternatives sur le plan intérieur et perspectives européennes. Saint-Ursanne : Éditions Le Doubs – Service public, 167-175.

GARFINKEL, H., (1956), « Conditions of successful degradation ceremonies », American Journal of Sociology, 61, 420–424.

—, (2006), Recherches en ethnométhodologie. Paris : PUF.

GOFFMAN E., (1973), La mise en scène de la vie quotidienne I : La présentation de soi. Paris : Minuit.

—, (1974), Les rites dinteraction. Paris : Minuit.

—, (1987), « La position », in Façons de parler. Paris : Minuit, 133-166.

HABERMAS J., (1992), L'espace public : archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise. Paris: Payot.

JEFFERSON G., (2004), « Glossary of transcript symbols with an introduction », in LERNER, G., H., (éd.), Conversation Analysis. Studies from the First Generation. Amsterdam : John Benjamins, 13-31.

KRIESI H., (1998), Le système politique suisse. Paris : Économica.

LEFORT C., (1986), Essais sur le politique : XIXe-XXe siècles. Paris : Seuil.

MAZZOLENI O., GOTTRAUX P., PÉCHU C., (2007), L’Union démocratique du centre : un parti, son action, ses soutiens. Lausanne : Antipodes.

NEVEU E., (2003), « Le chercheur et l'infotainment : sans peur, mais pas sans reproche. Quelques objections à la critique d'une imaginaire orthodoxie critique », Réseaux, 118, 167-182

SACKS H (2014), « De la possibilité d’analyser des récits d’enfants », in BOVET A., GONZALEZ-MARTINEZ E., MALBOIS F., (éds.), Langage, activités et ordre social. Faire de la sociologie avec Harvey Sacks. Berne : Peter Lang, 53-82.

SCANNELL P., (1994), « L’intentionnalité communicationnelle dans les émis­sions de radio et de télévision », Réseaux, 68, 49-63.

TERZI, C., BOVET, A., (2005). « La composante narrative des controverses po­li­tiques et médiatiques. Pour une analyse praxéologique des actions et des mobilisations collectives », Réseaux, 132, 111-132.

VÉRON, E., (1989), « Télévision et démocratie : à propos du statut de la mise en scène », Mots, 20, 75-91.

WIDMER, J., (2004), Langues nationales et identités collectives : l’exemple de la Suisse. Paris : L’Harmattan.

—, (2010), Discours et cognition sociale. Une approche sociologique. Paris : Éditions des archives contemporaines.

WIDMER, J., BOLLER, B., CORAY, R., (éds.) (1997). Drogen im Spannungsfeld der Öffentlichkeit : Logik der Medien und Institutionen. Basel : Helbing & Lichtenhahn.

WIDMER, J., TERZI, C., (éds.) (1999), Mémoire collective et pouvoirs symbo­li­ques : l'affaire dite des fonds juifs et de l'or nazi dans le discours social en Suisse, 1995-1997. Fribourg : Université de Fribourg.

WIKTIONNAIRE, (2016), « Ritus », < https://fr.wiktionary.org/wiki/ritus > (consulté le 29 décembre 2016).

Haut de page

Notes

1 Je remercie Loïse Bilat et Pierre-Yves Moret pour leurs relectures attentives.

2 Il s’agit en particulier de l’émission Arena, de la télévision publique suisse alémanique, qui a accompagné la montée de l’UDC depuis les années 1990, en offrant à Christoph Blocher, le mentor de ce parti populiste et conservateur, une tribune régulière (Mazzoleni et al., 2007).

3 Voir Jefferson 2004 pour les conventions utilisées ici, à l’exception des indications suivantes : / pour une intonation montante , \ pour une intonation descendante. & désigne deux points contigus d’un tour de parole. « Mod » désigne la modératrice, « Couch » désigne Pascal Couchepin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Bovet, « Le débat télévisé comme ritualisation de la démocratie suisse », Semen [En ligne], 43 | 2018, mis en ligne le 23 mai 2018, consulté le 19 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/semen/10698

Haut de page

Auteur

Alain Bovet

Haute École de Gestion-Arc, Neuchâtel
Haute École Spécialisée de Suisse Occidentale

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page