Navigation – Plan du site
II. Varia

La sexuisemblance : théorie, discours et actualité

Cécile Mathieu

Résumés

Cet article se propose de revenir aux sources de la création de la notion de sexuisemblance de Jacques Damourette et édouard Pichon. La notion est étudiée après un rappel du contexte biographique, théorique et idéologique de leurs travaux. La sexuisemblance expliquerait selon Damourette et Pichon la répartition des noms français en deux genres grammaticaux calqués sur des différences caractérisant les genres humains masculins et féminins. L’actualité de cette notion pour appréhender les imaginaires linguis­tiques ainsi que les limites idéologiques de cette théorie sont ensuite exa­minées.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Dans le cadre de cet article nous souhaiterions revenir aux écrits de Jacques Damourette et Édouard Pichon (désormais DP) qui nous semblent pertinents à la lueur des réflexions actuelles menées sur les études du genre grammatical et les discours idéologiques qui en sont issus. La complexité des auteurs – et notamment celle de Pichon – mérite selon nous ce retour pour évoquer leurs contradictions mais pour souligner également leurs innova­tions.

2Pour mémoire DP ont publié une grammaire magistrale (sept tomes d’environ cinq cents pages chacun) intitulée Des mots à la pensée – Essai de grammaire de la langue française (désormais l’Essai) ainsi que de nombreux articles parallèles et comptes-rendus (Pichon rédige en quinze ans plus de cent articles, une cinquantaine de comptes-rendus, et quatre ou­vrages indépendants de l’Essai).

3La difficulté de l’exégèse damouretto-pichonienne réside en la véritable polyphonie de leurs écrits mêlant théorie et doctrine, linguistique et psy­cha­na­lyse ou psychologie, programme politique et démonstration scientifique, la plume de Damourette à celle de Pichon. Ce trait peu académique s’explique notamment par le fait qu’ils ne sont linguistes ou grammairiens ni de formation, ni de métier. Ce sont de purs amateurs, de purs passionnés de la langue française, d’aucuns diront de véritables « fanatiques ». Nous présenterons donc dans un premier temps le contexte historique sous-tendant l’écriture de l’Essai de DP, la place qu’occupe la psychanalyse au sein de leurs préoccupations scientifiques, puis dans un deuxième temps l’émergence du concept de la sexuisemblance, ses limites et innovations, enfin nous nous attarderons à présenter leur plaidoyer en faveur de la féminisa­tion des noms de métier qui nourrit un débat toujours actuel.

1. Rappel historique du contexte de l’Essai

1.1. Le romantisme ambiant

4Au début du XIXe siècle Wilhelm von Humboldt postule que « les di­verses langues constituent les organes des modes de penser et de ressentir propres aux nations » (Humboldt, [1821] 2000 : 121). L’étude des langues offre ainsi à celui qui les décrit la possibilité d’entrapercevoir l’immensité de la diversité des conceptions du monde.

5Le lien entre caractère d’une nation révélé par l’étude de sa langue (à travers sa structure morphologique, par exemple) et l’esprit des peuples qui la parlent est donc l’un des objets d’intérêt des nations qui depuis la fin du XVIIe siècle cherchent à cultiver leur différence, à forger leur identité.

6Cette perspective initie donc l’hypothèse du relativisme linguistique que l’on attribue aux réflexions, menées un siècle plus tard, par Edward Sapir et Benjamin Lee Whorf. Or cette vision romantique du monde est l’air ambiant dans lequel baignent DP au moment où ils rédigent l’Essai. Cette thèse romantique est l’un des piliers sur lequel repose leurs conceptions des langues : « un parler est […] essentiellement un système de pensée et tel est le facteur le plus indéniable de ces profondes différences de mentalité que l’on observe de peuple à peuple » (Damourette et Pichon, 1930 : 13).

7La psychologie comme science expérimentale, émergeant au milieu du XIXe siècle, intéresse donc particulièrement les érudits qui s’appuient sur ses recherches pour examiner voire construire l’identité des nations. Au début du XXe siècle Raoul de la Grasserie propose qu’une psychologie lin­guis­tique voie le jour comme discipline à part entière, psychologie linguis­tique qui s’inscrirait dans la droite lignée des travaux menés par Humboldt, Whitney, Darmesteter, Max Müller, ou Steinthal :

[Elle] serait à la fois une psychologie collective, puisqu’il s’agit d’un groupe d’hommes, d’une nation, une psychologie de l’incons­cience ou du subconscient et une psychologie des produits de la pensée considérés en dehors de leur production (De la Grasserie, 1908 : 228).

8Elle ne doit pas se superposer à l’étude des lois générales dégagées par les linguistes qui travaillent essentiellement sur les facteurs internes d’évo­lution des langues, mais doit chercher dans les lois de la psychologie les phénomènes qui expliquent par exemple les catégorisations du langage telles que le génitif, l’accusatif, celles du masculin, du neutre ou celle du féminin :

Qu’est-ce que le masculin ? Qu’est-ce que le neutre ? que signi­fient-ils ? quand faut-il employer l’un ou l’autre ? […] C’est ici qu’apparaît le dernier élément qui possède, pour ainsi dire, la clé de tout. C’est l’élément psychique, celui qui, appliqué au langage, consti­tue la psychologie linguistique (De la Grasserie, 1908 : 228).

9Les éléments linguistiques sur lesquels la psychologie linguistique doit se pencher sont donc les faits grammaticaux, ceux-là même qui intéressent DP. Leurs travaux s’inscrivent en effet dans cette démarche, l’articulation pouvant être menée de front tant par le grammairien Damourette que par le linguiste et psychanalyste Pichon. Si nous attribuons à Pichon la qualité de linguiste, c’est parce que des deux, il est celui qui théorise, discute, tente de mettre au point une démarche méthodologique, d’élaborer un modèle théo­rique (Mathieu, 2008). En plus de cette psychologie générale, à laquelle se réfère De la Grasserie, DP utilisent la psychanalyse, toute jeune disci­pline inaugurée par Sigmund Freud qui propose une théorie de l’inconscient tout à fait révolutionnaire. La France ayant tardé à s’intéresser à ces travaux, ce n’est qu’au moment où DP rédigent leur grammaire (début des années 1910) que la diffusion des textes de Freud connaît un véritable essor. Pichon, de par sa formation de médecin, s’en inspire et s’en nourrit, même s’il n’en saisit pas toute la portée. évoquons, sur ce point, le lien étroit qu’entretiennent l’Essai et la psychanalyse.

1.2. Influence de la psychanalyse

10L’étude de la bibliographie de Pichon témoigne du lien constant qu’il en­tretient (associant avec lui son oncle Damourette) avec la théorie psycha­nalytique. Peut-être faut-il rappeler que Pichon est un littéraire contraint, par in­jonction paternelle, à endosser une carrière médicale. Il devient donc en 1924 pédiatre, après avoir soutenu sa thèse dans laquelle il décrit la symp­tomatologie et l’incurabilité de la maladie de Bouillaud, dont il est atteint et dont il meurt en 1940 à l’âge de cinquante ans.

11Ce n’est qu’au milieu des années 1920, donc, que le milieu médical commence à s’intéresser aux travaux freudiens, contrairement au milieu littéraire qui s’est passionné pour la psychanalyse dès avant-guerre. Cette méfiance s’explique par la germanophobie ambiante et l’antisémitisme latent, mais aussi au regard de la subversion épistémologique qu’opère Freud avec sa théorie de l’Inconscient. Sa théorie sexuelle est mal accueillie, mal comprise et de sa propre confession, Pichon fait partie des sceptiques de la première heure. Or sa rencontre avec René Laforgue, jeune alsacien et traducteur de l’Interprétation des rêves (Die Traumdeutung), fera évoluer son point de vue. Laforgue introduit Pichon auprès d’Eugénie Sokolnicka qui sera non seulement sa psychanalyste pendant quatre ans, mais aussi son amie.

12De 1925 à 1930, tandis que se rédige l’Essai, Pichon participe à l’installation de la psychanalyse en France et publie de nombreux articles (tant psychanalytiques que linguistiques) dans les nouvelles revues dédiées à la discipline.

13Pichon est « l’enfant terrible », pour reprendre les mots d’élisabeth Roudinesco (1982), des premiers psychanalystes français. L’analyse biogra­phique de Pichon permet de mettre au jour ses véritables paradoxes, para­doxes qui pousseront Roudinesco à évoquer le personnage double de Robert Louis Stevenson, Docteur Jekyll et Mister Hyde, pour le dépeindre. Pichon est un fervent catholique, maurrassien, anti-républicain, monarchiste, psychana­lyste, dreyfusard, qui prône que la psychanalyse doit être l’outil de mé­decins, que les femmes au foyer se cantonnent avec perfection à la place qui leur est due, qui profère des discours antisémites à l’égard des juifs étrangers, tandis qu’il mène, par exemple, sa psychanalyse avec Sokolnika, femme, juive, immigrée polonaise, psychanalyste mais non médecin. Il ne laisse personne indifférent : il amuse ou insupporte…

14Cette parenthèse biographique méritait d’être évoquée pour justifier que l’on distingue dans cette polyphonie des discours, à laquelle tout lecteur de Pichon est confronté, ce qui tantôt relève de l’idéologique, tantôt relève du théorique ; nous aurons l’occasion d’y revenir.

15Il participe au groupe de l’évolution psychiatrique et à la revue du même nom, à celle de la Revue française de psychanalyse, et collabore aux séances de l’Institut Psychanalytique de Paris. Il préside également la Commis­sion linguistique pour l’unification du vocabulaire français et rencontre et influence notablement, pour diverses raisons, les deux figures majeures de la psychanalyse française de la génération suivante : Jacques Lacan et Françoise Dolto.

16Or si l’on se souvient aujourd’hui de Pichon en psychanalyse, ce n’est pas pour ses travaux qui tentent d’élaborer une psychanalyse à la française préservant la religion et la morale comme pierres angulaires de la démarche thérapeutique, limitant la cure analytique à une rééducation des personnali­tés névrosées. L’apport majeur de Pichon à la psychanalyse repose essentielle­ment sur ses travaux linguistiques : la question pronominale, celle des temps, celle de la négation (déclinée sous deux facettes forclusive et discordancielle), sa théorie énonciative, et sa proposition d’une catégorie sexuisemblantielle qui nous intéresse ici. Tous ces points nourriront les travaux de Lacan comme l’a déjà montré Michel Arrivé (1994) notamment.

2. Éléments de psychanalyse utilisés pour l’Essai

17Comment ne pas être interpellé, de prime abord, par le titre de l’article « La grammaire en tant que mode d’exploration de l’inconscient », paru en 1925 dans L’Évolution psychiatrique, et dont la conclusion offre tout un programme : « Le langage est pour celui qui sait en déchiffrer les images un merveilleux miroir des profondeurs de l’inconscient » (Damourette et Pichon, 1925 : 257).

18Peu importe finalement si Pichon tend à confondre l’inconscient freudien avec le subconscient janétien : il souhaite révéler ce qui jusqu’alors était insu, accéder aux fonds communs de la pensée française pour en extraire la sève, la révéler à la lueur des faits grammaticaux.

19« Les notions générales charpentes du langage sont loin d’être toutes cons­cientes » (1930 : 13) posent DP dès l’ouverture de l’Essai. à charge pour le grammairien d’« amener en entier dans le champ de la conscience le système taxiématique qui baigne en grande partie dans l’inconscient » (1930 : 15). Autre concept freudien emprunté : le lapsus. Les lapsus, nous disent-ils, ou les écarts à la norme standard, sont à prendre en compte car :

Aucun fait de parole n’est immotivé ; les aberrances individuelles et la façon dont elles se groupent les unes avec les autres fournissent aux linguistes des éléments précieux qui sont bien souvent le fil d’Ariane susceptible de les guider jusqu’au noyau psychique même d’un fait grammatical. (Pichon, 1937 : 36)

20Aussi faut-il observer la langue dans son oralité et non uniquement dans ses traces littéraires :

Le grand caractère commun des sujets parlant un même idiome, c’est qu’ils portent tous en eux, d’une façon surtout inconsciente d’ailleurs, un même système de notions d’après lesquelles s’ordonnent toutes les pensées qu’ils viennent à formuler en langage (Damourette et Pichon, 1930 : 13).

21L’inconscient chez DP, utilisé dans leur grammaire, s’inspire exclusive­ment de la première topique freudienne du conscient, du pré-conscient et de l’inconscient. Nulles « bases pulsionnelles de la phonation » comme le proposera Ivan Fonagy (1970) plus tardivement, mais un fonds commun inconscient, trésor de la nation, à faire émerger.

22Or la sexuisemblance est probablement l’une de leurs innovations qu’ils lient le plus à la psychanalyse en ce qu’elle révèle selon Pichon l’importance de la différence sexuelle mise au point par Freud qui ne confond pas sexe et genre mais organise sa théorie de la sexualité autour de ces deux pôles : masculin et féminin.

3. La sexuisemblance : entre monde et langue

23L’explication historique si intéressante et valide soit-elle, n’est pas, pour DP, suffisante pour expliquer la survivance de cette catégorie grammati­cale dans la langue française. Soutenant l’idée d’une conception anthropomorphique du monde (et donc de ses substances), ils partagent l’idée d’une origine motivée de la création du genre grammatical. La mimésis de la langue étant calquée à partir du caractère sexuel des êtres humains, DP proposent le terme explicite de sexuisemblance pour parler du genre grammatical.

Les substantifs nominaux […] sont […] répartis en deux groupes distincts et bien définis. Les uns (chiens, évêque, sang, dragon, foin, couvent) sont masculins, c’est-à-dire expriment des substances de sexe masculin ou comparées par la langue à des êtres mâles ; les autres (vie, filles, femmes) expriment des substances de sexe féminin ou comparées par la langue à des êtres femelles. Le répartitoire [classe] qui établit ces deux groupes a reçu de nous le nom de réparti­toire de sexuisemblance (Damourette et Pichon, 1930 : 347).

24Loin de penser qu’elle ne revêt plus de signification sémantique particu­lière dans le français contemporain (comme l’envisagent Antoine Meillet (1923) ou André Martinet (1956) ultérieurement), ils supposent au contraire que cette répartition masculin/féminin des substantifs nominaux témoigne non seulement de l’importance psychique de l’opposition sexuelle chez les Français et Françaises, mais aussi de la permanence de son in­fluence dans le cours de la pensée-langage française. Aussi, dans le premier tome de l’Essai, DP abordent la question du genre nominal sous deux aspects déclinés en deux chapitres : celui qui traite de la morphologie flexion­nelle du genre (adjectival et nominal) au sein du chapitre « Morpholo­gie des essences variables du nom (genre et nombre) », et le second intitulé « la sexuisemblance du substantif nominal » qui tente de déceler les régularités de la répartition des substantifs selon cet axe sexuisem­blantiel. Nous commencerons par examiner ce dernier.

3.1. La motivation originelle sémantique

  • 1 Pour DP, les affixes vivants sont « des affixes, qui sont formatifs de nouveaux vocables jusque dan (...)

25Cherchant à découvrir la spécificité de la pensée française, les deux auteurs examinent dans ses origines les traces de sa singularité. Ils recher­chent de prime abord, parmi les créations lexicales récentes, les causes suscep­tibles de motiver une telle répartition. Or comme il en existe fort peu, DP se tournent plutôt vers la transmission du latin au français. Le latin décou­pant les substances en féminin, masculin et neutre, ils étudient de près la distribution de chacun des substantifs dont le français a hérité. Si, d’une manière générale, les féminins latins restent féminins en français, et les masculins et les neutres deviennent masculins, certains termes échappent à ce partage. Ces exceptions à la règle générale intéressent particulièrement les deux auteurs parce qu’ils constituent des ratés à interpréter comme des lapsus, comme des signes d’une pensée inconsciente typiquement française. Affinant leur analyse, ils étudient ainsi tous les suffixes « vivants »1 de l’idiome, et cherchent à trouver les traits de sens pouvant justifier leur regroupe­ment sous la physe (sous-classe) du féminin. Pichon en évoque brièvement les résultats dans un article qu’il publie seul à la fin de sa vie, « à l’aise dans la Civilisation », sur lequel nous reviendrons. Trois groupes de substances semblent se dégager de l’analyse :

1° tout ce qui est en train de subir une activité exogène ; 2° tout ce qui évoque une fécondité sans variété ; 3° toutes les substances immaté­rielles conçues comme purement abstraites en dehors d’aucun procès actuel (Pichon, 1938a : 32).

26Pour Pichon, la métaphore de sexe devient évidente car :

La femme est passive, elle est essentiellement une mère pondeuse, et c’est comme les déesses que sont conçues ces qualités abstraites, sortes de puissances-mères qui permettent à leur possesseur de refaire indéfiniment un certain ordre d’actions (ibid.).

27Prenant l’exemple du terme mer, passé directement du neutre latin au féminin en français, DP y voient une preuve supplémentaire de leur démonstration :

La mer est d’aspect changeant comme une femme, journalière, d’humeur mobile comme une jolie capricieuse, attirante et dange­reuse comme une beauté perfide. Le citadin qui lui consacre ses va­cances est amoureux d’elle ; elle est l’amante meurtrière du marin […] (Damourette et Pichon, 1930 : 371-372).

28Loin d’avoir accepté passivement la répartition latine, le français au con­traire l’aurait remaniée chaque fois que cela lui semblait nécessaire, c’est-à-dire chaque fois que la répartition s’éloignait trop de l’esprit natio­nal. La prédominance en français du processus métaphorique est illustrée alors par le découpage des substances, non plus en choses inanimées, ou animées mais selon la coupure sexuelle : féminin, masculin. Le français aurait donc une tendance toujours présente à personnifier les objets du monde, objets du discours. Ainsi « la répartition des substantifs français en masculins et féminins nous indique que le critère que le locuteur adopte pour classer les substances en semblables à lui et dissemblables à lui, c’est son propre sexe »(ibid. : 364).

29Si la physe féminine semble posséder des traits spécifiques au sexe fémi­nin, la physe masculine du répartitoire sexuisemblantiel regroupe « […] tout ce à quoi l’on prête un pouvoir individuel, source d’activité indépen­dante et imprévisible ; mais c’est aussi au masculin que se montre tout ce qui est formellement indifférencié » (Pichon, 1938c : 32).

30Ceci permet, selon DP, de comprendre la maxime grammaticale « Le mas­culin l’emporte sur le féminin », non plus comme l’explicitation de la supériorité des hommes sur les femmes, mais bien plutôt comme un classe­ment en masculin de l’indifférencié et en féminin du spécifique (thèse large­ment encore partagée).

31Cette démonstration loin d’être parfaitement convaincante s’entête à main­tenir pour acquis certains caractères essentiels féminins et d’autres masculins qui permettraient de retrouver l’inclinaison sémantique des substan­tifs pour l’une ou l’autre des physes. Cette obstination peut s’éclairer à la lecture d’autres textes annexes à l’Essai.

3.2. Une motivation secondaire : de la langue au monde

32Toutefois si l’explication de l’origine de la répartition sexuisemblan­tielle des substantifs est peu probante, celle liée à l’effet de la répartition du genre grammatical en ‘masculin’ et ‘féminin’ sur la perception du monde est tout à fait intéressante. DP posent en effet qu’en raison de la force délocu­toire du langage (sa capacité à transposer dans le monde extérieur (proces­sus de « chosalité ») le locuteur – vs locutif – et l’allocutaire – vs allocutif – ), « le répartitoire de sexuisemblance est le mode d’expression de la personnifi­cation des choses » (Damourette et Pichon, 1930 : 368). Le pro­cédé métaphorique, créé par la force délocutoire du langage, offrirait (voire imposerait) ainsi à chaque locuteur une vision sexuée du monde. Sur ce point DP sont tout à fait innovants. La personnification de certains objets du monde à des fins poétiques, mais également les représentations iconiques que l’on retrouve dans la peinture ou dans les campagnes publicitaires, en tant que métaphores ou allégories poétiques, prouvent en effet cette thèse.

33Pensons à La Nature qu’Alphonse Mucha représente par le buste sculpté d’une jeune femme (1899), ou à la paix, dont l’allégorie passe encore par le recours à une jeune femme tenant dans sa main pour seule arme une plume (fig. 1)2, illustration publicitaire de Waterman (1919).

  • 3 Pour autant la fraternité ou l’amour fraternel concerne également les êtres de sexe féminin.

Citons également les tableaux de William Bouguereau Amour fraternel (1853) (fig. 2) représentant deux jeunes garçons s’embrassant (l’amour étant de genre grammatical masculin, le choix de son iconicité passe par l’illustration de deux enfants de sexe masculin)3 ou Alma parens dont l’intention était de représenter la Mère patrie (1883) qui met en scène une femme offrant sa poitrine à de jeunes enfants. Dans ce dernier cas, la seule strate linguistique de l’oeuvre, incarnée par la désignation de la Mère patrie (syntagme répandu à l’époque en France), illustre ce processus de personnifica­tion des choses du monde par la langue. En effet, l’association de patrie (de genre grammatical féminin) à mère, nom désignant une partie du sexe féminin, témoigne de l’imaginaire linguistique que sous-tend le genre grammatical. Patrie bien qu’étant lié à la notion de « natalité » est sémantiquement dépourvu de sèmes liés au « féminin ». Cette association nominale révèle ce processus de personnification des choses du monde en fonction de la langue dans laquelle elle s’exprime. L’étude comparative d’illustrations des couples nominaux français et allemands la lune/der Mond ou le soleil/die Sonne glanées sur l’internet appuient cette conception de l’influence des langues sur notre perception du monde (ou Weltanschaung). La lune est bien féminisée (fig.3), tout comme die Sonne (fig.4) ; le soleil (fig.5) est masculinisé comme der Mond (fig. 4 et 6) :

Ces dessins ou photographies, issus de blogs ou d’affiches publici­taires, témoignent également de la façon dont la langue, à l’inverse, transmet et véhicule, par le principe de sa construction grammaticale (ici le genre nominal), des traits identificatoires masculins et féminins, culturelle­ment construits. S’il s’agit en effet de chercher les marques (ou signifiants iconiques) du caractère féminin pour la lune ou die Sonne, et ceux du carac­tère masculin pour le soleil ou der Mond, ceux-ci ne peuvent se décoder qu’eu égard à une lecture culturelle du féminin, soit à travers la présence de /cils/, d’une /bouche petite et maquillée/, d’yeux /fardés/ ou de lunettes de soleil /roses/, et d’un /petit nez/ (traits culturellement transmis comme propre­ment féminins) (fig. 3 et 4) et de traits plus grossiers pour l’iconicité du masculin : nez /long/ ou /large/, (/narines larges/), /grande bouche/, joues /arrondies/ (fig. 4 et 6), voire /moustaches/ (fig. 5) dans tous les cas /absence de fards/. En ce sens les référents des illustrations iconiques (ici un soleil, une lune) participent, en raison de leur genre grammatical, à la construction d’« imaginaires culturels » (Houdebine, 2010) du féminin et du masculin. Cette toile projective qu’est la langue, via ce processus de personnification, alimente ainsi l’idée d’une motivation naturelle à des objets pourtant construits culturellement. Cette intrication entre langue et représentation iconique permet également de jouer avec la polysémie linguistique et de véhiculer des idéologies associées (dans ce cas sexistes).
  • 4 Publicité Seb (1953) ; https://fr.pinterest.com/​pin/​358036239098577628/​ (consulté le 15 mars 2017). (...)

Dans le cas des deux dernières illustrations, issues de publicités (fig. 7 et 8)4 la femme associée par métaphore à un objet (une cocotte-minute) ou à de la volaille (une cocotte ou une pintade), peut l’être notamment en raison du genre grammatical dit ‘féminin’ de ces noms. Une poule, autrement dénom­mée cocotte est bien du genre grammatical féminin, la pintade égale­ment. En outre – et c’est là où réside le tour de force sexiste – l’analogie faite entre les espèces volatiles (autrement perçues en France comme « stu­pides » et « faisant beaucoup de bruit pour rien ») et la femme est permise par la polysémie de la cocotte et de la pintade (désignant les femmes de façon usuelle dans les registres argotiques ou familiers de la langue fran­çaise). La personnification de la langue permet ainsi également par son processus de « chosalité » de réduire les femmes aux volatiles ou ustensiles de cuisine, par le partage commun de la même physe du répartitoire sexuisem­blantiel féminin de ces noms (aux référents pourtant hétéroclites).

34Le choix de ces illustrations révèle donc les possibilités d’un imagi­naire linguistique (Houdebine, [1996] 2002) qu’ouvrent DP par ce proces­sus de la « chosalité » et de la « personnification ». La langue soumet au locuteur une vision du monde dont il peut se saisir de façon pragmatique. Aussi est-ce la raison pour laquelle Damourette et Pichon (mais surtout Pichon) militèrent pour la féminisation des noms de métiers.

5. Damourette et Pichon et la féminisation des noms de métiers

35L’analyse morphologique de la flexion du genre impose à DP d’aborder la brûlante question de la féminisation des noms de métier, ou celle, plus large aujourd’hui, de la marque du féminin dans la langue. Cette marque particulière du féminin les pousse à soutenir la féminisation des noms de métiers. L’observation de la langue française témoignant de ses nombreuses possibilités créatrices, et l’usage récurrent de nombreux substan­tifs distinguant les hommes des femmes, justifient parfaitement la création de nouveaux substantifs permettant l’expression de la différence sexuelle :

La facilité avec laquelle le français, soit par le procédé flexionnel, soit par le procédé suffixal, sait former des féminins différenciés devrait vraiment détourner les femmes adoptant des professions jusqu’à ces derniers temps exclusivement masculines et de ridiculiser leurs efforts méritoires par des dénominations masculines écœurantes et grotesques, aussi attentatoires au génie de la langue qu’aux instincts les plus élémentaires de l’humanité. […] Le bon sens populaire a jusqu’ici résisté à cette extraordinaire entreprise ; on dit couramment une avocate, une doctoresse, mais il est à craindre que la ténacité des intéressées n’emporte le morceau, et que cet usage ne finisse par s’introniser dans la langue française. Une plus juste conception de leur véritable place et de leurs légitimes aspira­tions, en même temps que leur respect de leur langue maternelle, devrait au contraire leur conseiller de renoncer au préjugé bizarre en vertu duquel beaucoup d’entre elles croient recevoir une marque de mépris quand on leur donne un titre à forme féminine. À moins que leur féminisme ne soit une conception contre nature et la négation non de l’inégalité mais de la différence des sexes, cette prétention bar­bare va contre leur but même. Ne se rendent-elles pas compte que, bien au contraire, au point de vue social même, elles ne font en laissant obstinément à leur titre sa forme masculine auprès de leur nom féminin et de leur appellation féminine de Madame ou de Mademoiselle, que se proclamer elles-mêmes des monstruosités, et que dans une société où il deviendra normal de les voir exercer les métiers d’avocat, de médecin, d’écrivain, il sera naturel qu’il y ait pour les femmes se livrant à ces métiers des dénominations fémi­nines comme il y en a pour les brodeuses ou les cigarières ? (Damourette et Pichon, 1930 : 320-321).

36Ce discours, qui est un plaidoyer, en faveur de la féminisation des noms de métiers semble assez dissonant avec le ton paternaliste et remon­trant qu’ils emploient à l’égard de ces femmes qui maintiennent la forme masculine. L’on croit comprendre que cela ne concernerait que les fémi­nistes de la première vague qui utiliseraient cette forme masculine pour conquérir une place professionnelle sur les bancs essentiellement occupés par les hommes, il faudrait le vérifier. Revêtir donc les noms des hommes pour être reconnues, absurdité selon DP, ou plutôt « monstruosité » qui met en péril bien plus que ce qui en est dit, car les fondements de la civilisation reposeraient sur la différence des sexes.

6. La sexualité comme pivot de la civilisation française

37Suite à une conférence privée de Karl Gustav Jung (en 1934) à laquelle il assiste, Pichon rédige un texte intitulé « La polarisation Masculin-Féminin » (1934) au sein duquel il défend la nécessité d’opposer caractère sexuel masculin et caractère sexuel féminin. S’appuyant sur ses recherches en linguistique, Pichon y avance ses thèses psychanalytiques et sociales. Ce n’est véritablement qu’à la fin de sa vie qu’il s’attarde à décrire ce qui pour lui constitue le modèle idéal de civilisation et dont la France serait l’exemple abouti. En effet, à la fin de l’année 1936 et au début de 1937, Pichon présente devant l’Institut de Psychanalyse de Paris un cycle de trois conférences intitulées « À l’aise dans la Civilisation ». Ce travail est une référence bibliographique importante pour comprendre l’idéologie picho­nienne, car il confronte en un même lieu linguistique et psychanalyse, afin d’exposer ses vues civilisatrices pour la France. Le choix du titre de l’article de Pichon est une réponse explicite au texte freudien, Das Unbehagen in der Kultur, publié en 1929, et témoigne de sa position divergente. « À l’aise dans la Civilisation » est explicite quant à l’ouverture idéologique que propose Pichon, l’enjeu reste le même mais offre des points de vue opposés. Si le choix pichonien aise face au malaise freudien témoigne d’une tournure es­sentiellement humoristique, pour Roudinesco (1980), elle introduit aussi une distinction de positionnement en tant que psychanalyste.

38La deuxième conférence porte sur le point qui nous intéresse particulière­ment : « Le rôle du sexe dans la civilisation occidentale » ; son discours fortement idéologique éclaire les motivations de Pichon à défendre la différences des sexes tant au sein de la société qu’au niveau linguistique, notamment à travers la féminisation des noms de métiers. Il distingue donc sexe et genre (en tant que ce dernier ne repose pas sur des caractéristiques innées et organiques). Le rôle social des uns (les hommes) et des autres (les femmes) restant défini par le sexe et le genre assigné :

C’est non seulement à partir de leur fonction spécifique propre­ment génitale, mais encore à partir de leurs caractères sexuels secon­daires et notamment de leurs aptitudes psychiques différentes que les deux sexes acquièrent chacun dans la société un rôle respectif propre (Pichon, 1938a : 24).

39Selon les degrés et modes de civilisation, la différence psychologique et sociale entre les sexes est plus ou moins grande et s’organise de diverses manières. Toutefois Pichon se félicite qu’elle se révèle, au sein de la société française, extrêmement marquée :

L’homme se meut essentiellement dans le cadre politique, au vrai sens du mot, c’est-à-dire dans le cadre social et national, dans le cadre de ce qui se dit classiquement la cité. […] il n’est pas complet s’il ne la possède pas [la tendresse familiale] ; mais, pour la société, cette tendresse doit apparaître chez lui comme une sorte de d’élément intérieur (id.).

40Tandis que :

La femme a, en effet, pour cadre le foyer familial où elle évolue entre son mari et ses enfants. Elle est la femme de son mari par ses biens, tombés sous la gestion maritale ; par l’appui qu’elle lui donne dans sa carrière, par l’action éducative qu’elle exerce sur leurs enfants et même par les efforts de politesse et d’élégance dont elle fait bénéficier la famille. C’est un être à fin familiale (ibid. : 25).

41Défendant l’image traditionnelle de la famille, Pichon envisage le ma­riage comme le pivot nécessaire à l’organisation de la civilisation française, et pose que « plus encore que d’hérédité, la famille est un agent de tradi­tion » (1939 : 183). Le danger qu’encourt toute civilisation réside non seule­ment dans l’atteinte du mariage, mais aussi de l’amenuisement ou la dispari­tion de la différence sexuelle. Pichon y tient beaucoup, le rôle de la femme dans la société doit être différent de celui de l’homme :

Dans notre civilisation, nous travaillons à atténuer la brutalité de la gé­nitalité, mais à exalter, au contraire, la différence entre les sexes, et que, plus cette différence est marquée, et a de rôle, plus il nous semble que nous approchons de l’idéal que poursuit notre civilisa­tion. La pire chose qu’on puisse dire d’un homme c’est qu’il n’est pas un mâle, la pire chose qu’on puisse dire d’une femme c’est qu’elle n’est pas une femme (Pichon, 1938a : 21).

42Les preuves avancées pour étayer sa démonstration proviennent de deux sources, d’une part de sa pratique psychanalytique, d’autre part de son étude de la langue. C’est en proposant l’esquisse du développement psy­chique d’un individu que Pichon établit une liste de « ratés sexuels ». Du côté des hommes Pichon évoque les impuissants et les homosexuels, de celui des femmes il fournit deux exemples souvent cités pour décrédibiliser leurs travaux : les féministes et les coquettes sont les deux spécimens retenus. Des féministes, Pichon dresse un tableau plus sociologique que pathologique, ne se basant que sur le parcours de vie de l’une de ses analy­santes qu’il surnomme Nina et qu’il évoque dans deux autres articles, « Rêve d’une femme frigide » (1930) et « Court document d’onirocritique » (1938b). Il tire une conclusion générale assez suspecte dans la démarche scientifique :

Voyons en effet où se situent socialement les féministes : en général parmi les femmes qui versent dans tous les mouvements de ré­volte sociale : elles sont bolchévistes, végétariennes, nudistes ; elles s’affilient à des sectes religieuses bizarres, telles que le « maz­daznan », la « christian science », etc. (1938a : 27)

43Pichon préfère au terme féministes celui d’homonistes (qu’il emprunte à son oncle Damourette), ceci pour marquer la tendance à l’unisexe. Loin d’être, selon lui, une exaltation des caractères féminins, le féminisme en est l’effacement. En ce sens, « le féminisme est donc une dédifférenciation, une ré­gression » (1938a : 27).

44Les coquettes sont à l’inverse des femmes qui usent de leur grâce et de leur beauté à des buts masculins. « Sur l’homme, elles cherchent des triomphes, une domination : tous désirs masculins. » (1938a : 28). La langue française révèle inconsciemment cette idée à travers l’emploi du terme coquette créé sur la base métaphorique de l’animal si symbolique pour le peuple français : le coq. La sexuisemblance vient ensuite à l’appui de sa démonstration pour démontrer selon lui l’importance que revêt dans la civilisa­tion française cette répartition sexuelle. Persuadé de la marche ascendante de la pensée, il suppose que l’opposition animé/inanimé était une étape du développement, et que celle offrant aujourd’hui un genre masculin et un genre féminin ne peut être que la révélation du progrès de la pensée, et du bienfondé pour la Civilisation de marquer cette répartition.

7. La sexuisemblance : quelle actualité ?

  • 5 Citons les principales figures de proue à l’origine du féminisme matérialiste apparu en France dans (...)
  • 6 Nous citerons ici, pour seul exemple, l’article de Monique Wittig le plus connu « La pensée straigh (...)

45Que retenir de cette théorie sexuisemblantielle ? La possibilité d’une moti­vation à l’aune de cette répartition de genre grammatical n’est pas pour l’heure encore démontrée. Toutefois, nous l’avons vu, l’importance de celle-ci sur nos imaginaires linguistiques ne peut être négligée, non seulement la langue offre les moyens métaphoriques pour les créations poétiques, artis­tiques mais elle révèle également les imaginaires culturels latents d’une société, d’une époque. Le marquage du féminin dans la langue, soulevé par l’épineuse question de la féminisation des noms de métiers reste aujourd’hui toujours polémique. L’idéologie pichonienne révélée par ses discours particuliè­rement hauts en couleur fait partie des discours contre lesquels se sont inscrites les féministes matérialistes5 prônant l’abandon de la catégorie « la femme » et militant pour une approche moniste de la sexualité. Monique Wittig6 (1980), par exemple, ou le modèle unisexe comme para­digme des gender studies contemporaines. L’abandon de ce marquage décons­truirait les catégories de genre au profit de l’être, le genre soumettant l’être, le contraignant en un choix binaire qui ne peut mener qu’à la domina­tion d’une catégorie sur l’autre, en l’occurrence celles des femmes sur les hommes.

  • 7 Clothilde Le Guil (2015) propose en ce sens une réflexion tout à fait intéressante.

46DP n’ont par exemple pas échappé à la lecture de Claire Michard (1996) qui pratiquant une anatomie des discours linguistiques en tant que producteurs d’idéologies contribuant à la domination des femmes, critique la référence faite à DP pour promouvoir la féminisation des noms de métiers tandis qu’elle sert un tel discours sur les femmes. Si elle affirme qu’il est impossible de se passer du genre grammatical, ce n’est pas sans regret. Or ne peut-on soutenir la thèse inverse sans adopter l’ensemble de la doctrine pichonienne sur les femmes7 ? Reconnaître à la langue sa fonction symbo­lique, reconnaître la possibilité d’une nomination du féminin et du masculin sans que cela implique une chosification de l’être, telle peut-être la troi­sième voix, la troisième voie dans un débat toujours contemporain.

Haut de page

Bibliographie

ARRIVÉ, M., (1994), Langage et psychanalyse, linguistique et inconscient. Paris : PUF.

BRÉAL, M., [1877] (1882), Mélanges de Mythologie et de Linguistique. Paris : Hachette.

DAUZAT, A., (1937), « Le genre en français moderne », Le français moderne, 3, 193-205.

FONAGY, I., (1970), « Les bases pulsionnelles de la phonation », Revue française de la psychanalyse, tome XXXIV, janvier 1970, 101-136.

GRASSERIE, R., de la,(1904), « De l’expression de l’idée de sexualité dans le lan­gage » Revue philosophique de la France et de l’étranger, 58, 225-246.

,(1908), « Sur l’ensemble de la psychologie linguistique », Revue philosophique de la France et de l’étranger, tome LXV, Mars 1908, Paris, 225-255.

DAMOURETTE, J., et PICHON, É., (1925), « La grammaire en tant que mode d’exploration de l’inconscient », L’évolution psychiatrique, t. I, 1, 247-257.

—, (1930), Des mots à la pensée. Essai de grammaire de la langue française, t. 1. Paris : d’Artrey.

HOUDEBINE, A.-M. (dir.), [1996] (2002), Travaux de linguistique,7, Imaginaire Linguistique, Université de Paris Descartes : Paris.

—, (2010), Sémêion Travaux de Sémiologie n° 7, De l’Imaginaire Linguistique à l’Imaginaire culturel, Université Paris Descartes : Paris.

HUMBOLDT, W. , von, [1821] (2000), « De l’influence de la diversité des langues sur la littérature et la culture de l’esprit », Sur le caractère national des langues. Paris : Seuil, 121-129.

LE GUIL, C., (2015), L’être et le genre. Paris : Puf.

MARTINET, A., (1956), « Le genre féminin en indo-européen : examen fonction­nel du problème », Bulletin de la Société de Linguistique de Paris, t. LII, n° 1, 83-95.

MATHIEU, C., (2008), Analyse des fondements théoriques d’une grammaire de la langue française selon Damourette et Pichon, Thèse de doctorat, sous la direc­tion de Colette Feuillard, Université Paris Descartes-Sorbonne.

MEILLET, A., (1923), « Le genre féminin dans les langues indo-européennes (discus­sion) », Journal de Psychologie normale et pathologique, 943-947.

MICHARD, C., (1996), « Genre et sexe en linguistique : les analyses du masculin générique », Mots, 49, 29-47.

PICHON, É., (1930), « Rêve d’une femme frigide », Revue française de psychana­lyse, t. V, n° 2, 220-228.

—, (1934), « La polarisation Masculin-Féminin », L’évolution psychiatrique, 3, 59-96.

—, (1938a), « À l’aise dans la Civilisation », Revue française de psychanalyse, t. X, n° 1, 5-49.

—, (1938b), « Court document d’onirocritique », Revue française de psychanalyse, t.X, n° 1, 482-490.

—, (1938c), « Genre et questions connexes. Sur les pas de Mlle Durand », Le fran­çais moderne, 1, 29-43.

—, (1938d), « Genre et questions connexes (Suite et fin) », Le français moderne, 2, 107-126.

—, (1938e), « Évolution divergente de la génitalité et de la sexualité dans la civilisa­tion occidentale », Revue française de psychanalyse, t. X, n° 3, 461-470.

—, (1939), « La famille devant M. Lacan », Revue française de psychanalyse, t. XI, n° 1, 107-135.

ROUDINESCO, É., [1982] (1994), Histoire de la psychanalyse en France, vol. 1. Paris : Le Seuil.

—, (1980), « M. Pichon devant la famille », Cahier Confrontation, Paris, Nouvelle revue critique, 3, 209-225.

WITTIG M., (1980), « La pensée straight », Questions féministes, 7, 45-53.

Haut de page

Notes

1 Pour DP, les affixes vivants sont « des affixes, qui sont formatifs de nouveaux vocables jusque dans la langue actuelle » (1930 : 81).

2 https://www.wdl.org/fr/item/4612/ consulté le 15 mars 2017.

3 Pour autant la fraternité ou l’amour fraternel concerne également les êtres de sexe féminin.

4 Publicité Seb (1953) ; https://fr.pinterest.com/pin/358036239098577628/ (consulté le 15 mars 2017). Publicité (2010) produite par le Comité Interprofessionnel de la pintade http://www.avosassiettes.fr/pintade-aux-marrons/ (consulté le 15 mars 2017).

5 Citons les principales figures de proue à l’origine du féminisme matérialiste apparu en France dans les années 1970 : Christine Delphy, Monique Wittig, Colette Guillaumin, Nicole-Claude Mathieu.

6 Nous citerons ici, pour seul exemple, l’article de Monique Wittig le plus connu « La pensée straight » au sein duquel elle remet en cause les catégories homme/femme dégagées par ce qu’elle qualifie de discours issus du structuralisme, pensée dominante, normative (ou « pensée straight ») concourant notamment à nier la matérialité de l’oppression des minorités, et perpétuer leur domination.

7 Clothilde Le Guil (2015) propose en ce sens une réflexion tout à fait intéressante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Mathieu, « La sexuisemblance : théorie, discours et actualité », Semen [En ligne], 43 | 2018, mis en ligne le 29 mai 2018, consulté le 20 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/semen/10723

Haut de page

Auteur

Cécile Mathieu

Université de Picardie Jules Verne
CERCLL-PraLing

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page