Navigation – Plan du site
III. Comptes rendus de lecture

Josiane Boutet, Le Pouvoir des mots, Paris, La Dispute, 2016, 257 p.

Cécile Canut

Texte intégral

1Pourquoi faut-il absolument lire la nouvelle édition de l’ouvrage de Josiane Boutet, Le pouvoir des mots ? Parce que six ans après la première édition (2010), la voici augmentée de plusieurs chapitres (six de plus) avec de nouveaux exemples concernant la relation entre langage et pouvoir, mais surtout renforcée par une armature conceptuelle pertinente et présentée de manière tout à fait claire. En effet, un premier chapitre plus théorique vient donner à l’ouvrage une orientation qui, bien que sous-jacente, n’était pas formulée dans la première édition. Recomposé en six parties, l’ouvrage aborde, selon un point de vue critique et politique totalement assumé, les multiples situations où le pouvoir est inextricablement mêlé au langage, où il le détermine, le transforme, l’invente. Ces situations sont récentes et bien connues du grand public ; la division et l’exclusion de certains groupes (migrants, immigrés…), l’aseptisation des dénominations (SDF, non-voyant, technicienne de surface…), les insultes racistes (« Guenon ! Mange ta banane ! », adressé à Christiane Taubira), les créations xénophobes (le « grand remplacement » de Renaud Camus), le détournement des signi­fi­cations avec le « Mediator », la resignification avec les « sans-culottes » ou les « Beurs », etc. Mais qu’on ne s’y trompe pas ; il ne s’agit pas d’une collection d’exemples présentés les uns à la suite des autres. Chacun des dix-sept chapitres a pour objectif d’illustrer un aspect de la relation entre pouvoir et langage, certains déjà bien travaillés (nommer, catégoriser, in­fluencer, persuader, convaincre, ordonner, injurier…), d’autres moins connus (démembrer, ensorceler, retourner le stigmate, etc.), suscitant même une incursion finale dans le domaine de la psychanalyse (le cas Wolfson ou les lapsus des hommes politiques) et de la magie (à partir notamment de l’incontournable travail de Jeanne Favret-Saada). Ainsi l’auteure explore l’ensemble des manières de faire avec les mots, sans oublier les jeux mettant en scène à des fins humoristiques cette puissance même du lan­gage ; détournements de slogans, joutes verbales, « arts du langage », élo­quence, maîtrise du verbe, etc.

2Si le langage est avant tout une « pratique langagière », expression créée par l’auteure avec ses collègues (Pierre Fiala et Jenny Simonin) dans les années 70, c’est qu’il agit dans l’espace social, c’est qu’il produit des situations, c’est qu’il transforme le monde, tout autant que les praxis sociales définies par Marx. Rappeler le contexte de production (conception matérialiste et marxiste) de ce concept est fondamental pour comprendre combien Josiane Boutet est une des rares sociolinguistes à poursuivre une voix inédite sans jamais renier les prémisses politiques de sa trajectoire. Ce livre en est un exemple significatif qui arrive à un moment clé où bon nombre de jeunes chercheurs désirent s’inscrire dans une approche politique du langage. Si le langage exerce sur nous une « influence », une « pression » (p. 10), c’est qu’il est tout sauf « neutre », ainsi que le suppo­sent les tenants d’une « idéologie instrumentale de la communication » (p. 25). Au contraire, il convient d’étudier « la puissance d’action du lan­gage sur le monde, de son pouvoir, de sa performativité » (p. 37). Ce pro­gramme va permettre de montrer combien le langage est « un enjeu de lutte entre les groupes sociaux » mais surtout « l’objet d’un accaparement par les classes dominantes » (p. 25). Cette approche praxéologique du langage, de « l’agir verbal », qui englobe sociolinguistique et analyse de discours, conduit les chercheurs à se poser la question de ce que les locuteurs font avec le lan­gage (p. 47) afin de ne pas dévoyer le terme « pratique » de pratiques langa­gières (qui n’est nullement l’équivalent mou de « usages », « paroles » ou « variétés ») et de rappeler clairement que l’activité de langage est avant tout une pratique/praxis sociale (p. 48).

3Le travail sur la langue, sur les mots de la langue, d’où qu’il pro­vienne, est en effet totalement dépendant de contextes socio-politiques ; ils résultent d’enjeux de pouvoir et les constituent à la fois. C’est ce que, de part et d’autre du domaine de la production d’écrits, des auteurs comme Orwell, Klemperer, Brecht, ou des militants (comme ceux du RESF) mettent en exergue dans leurs textes. Si les groupes assujettis à la domina­tion de la nomination par autrui (les immigrés, les Beurs, les homosexuels, etc.) tentent de retourner l’insulte dont ils sont l’objet (retournement du stigmate) en s’appropriant positivement les noms qu’on leur impose, ils révèlent toutefois à quel point la force du pouvoir de nommer et de catégo­riser positionne les locuteurs. On ne peut que se placer en rapport à ces nominations, injonctions, catégorisations tant elles forment une « emprise » sur nous et nos consciences (p. 54).

4La question majeure que pose cette puissance des mots réside alors dans son origine ; d’où vient ce pouvoir des mots, de la langue elle-même qui pense à notre place (Klemperer) ou de la société et des hommes qui la manipulent ainsi ? Par le rappel au passage d’un vieux débat toujours d’actualité (p. 163) entre Bourdieu et les pragmaticiens (il visait l’Austin du Quand dire c’est faire), Josiane Boutet répond en convoquant l’anthro­po­logue Bronislaw Malinowski, qui démontre en effet que la puissance du langage réside dans la puissance de ses énonciateurs (Bourdieu). Puis c’est avec Judith Butler qu’elle rappelle la dimension spécifiquement perfor­ma­tive du langage.

  • 1 Comme les anthropologues parlent des « entrepreneurs d’identité » ou de « tradition » (Amselle J.-L (...)
  • 2 Boutet J., 1989, Construction sociale du sens dans la parole ; études syntaxiques et sémantiques, T (...)

5Ces manipulations symboliques et pratiques ne sont pas sans consé­quence dans notre société actuelle où la communication bat son plein. Lorsque les entrepreneurs linguistiques1 – qui appartiennent aux groupes dominants, quels qu’ils soient – décident qu’on ne dira plus « cotisations sociales » mais « charges sociales », « SDF » plutôt que « clochard », « client » plutôt qu’ « abonné », « technicienne de surface » plutôt que « femme de ménage » etc., ils ont d’une part la volonté de changer nos représentations de ces statuts, et savent d’autre part que ce changement de termes va entraîner une modification efficace de notre symbolisation et au final de nos conceptions sociales elles-mêmes. Josiane Boutet rappelle que, qu’il s’agisse des expressions dans leur totalité ou du sens des mots, ces manipulations assignent – ou tentent d’assigner – nos places dans la société, ce qu’elle avait déjà montré dans La Construction sociale du sens dans la parole vivante2 ; « Le sens est social » (p. 61).

  • 3 Besancenot O., 2016, Petit dictionnaire de la fausse monnaie politique, Paris, Cherche-Midi.

6En conclusion, Josiane Boutet rapproche discours rationnels et discours de la magie (en convoquant à nouveau Malinowski) afin de montrer que les discours politiques ou ceux du management relèvent en effet de techniques oratoires visant à la propagande, au slogan, et reposent finalement uniquement sur leurs orateurs et la mise en scène qui les fait exister. Le paradoxe réside pour l’auteure dans « le caractère subjectif de l’activité de langage et le caractère arbitraire des langues » (p. 250), c’est-à-dire que les mots qu’on nous impose sont impossibles à contester. S’il est vrai que nous sommes « façonnés par les mots » (p. 252) jusque dans nos inconscients, l’ouvrage de la sociolinguiste nous montre pourtant que ces inventions et ces manipulations ne viennent pas de nulle part, et qu’elles pourraient être collectivement mises en cause. C’est dans ce cadre, certes à des échelles souvent restreintes, que des initiatives se font jour, à l’exemple du dernier ouvrage de Besancenot, Petit dictionnaire de la fausse monnaie politique3, qui s’insurge contre la « langue de l’ordre ».

7Pour conclure, j’invite tous les enseignants à faire lire Le Pouvoir des mots à nos étudiants, d’une part parce qu’enfin un livre clair et vivant, sans être un livre de simple vulgarisation, permet à tous de comprendre les mé­canismes et enjeux des rapports entre langage et pouvoir, et d’autre part parce qu’il fait pleinement le lien entre deux sphères de plus en plus disso­ciées à l’heure actuelle ; le monde social et la bulle académique. Et seule une sociolinguistique engagée, telle que Josiane Boutet nous la donne à penser, peut permettre de faire comprendre l’importance de notre discipline à la société dans son expression la plus large.

Haut de page

Notes

1 Comme les anthropologues parlent des « entrepreneurs d’identité » ou de « tradition » (Amselle J.-L., 2011, L’Occident décroché, Paris, Fayard), je propose que nous nommions les techniciens de la communication des « entrepreneurs du langage ».

2 Boutet J., 1989, Construction sociale du sens dans la parole ; études syntaxiques et sémantiques, Thèse d’état, Université Paris VII.

3 Besancenot O., 2016, Petit dictionnaire de la fausse monnaie politique, Paris, Cherche-Midi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Canut, « Josiane Boutet, Le Pouvoir des mots, Paris, La Dispute, 2016, 257 p. », Semen [En ligne], 43 | 2018, mis en ligne le 18 mai 2018, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/semen/10736

Haut de page

Auteur

Cécile Canut

Université Paris Descartes, CERLIS

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page